ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#626 17-12-2013 16:55:39

IMZADI
Memory Alpha

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Regarde Babylon 5 avant !!! Et après tu recommences ST mais en plus lent, t'en auras pour des années

je suis d'accord avec Buckaroo, Zoé est jolie et correcte, c'est juste le personnage qui est devenu pourri.


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#627 17-12-2013 17:01:11

Olikos
membre

Re : Star Trek: Deep Space Nine

(...)

Dernière modification par Olikos (22-02-2014 14:46:00)

Hors ligne

#628 17-12-2013 17:14:17

dl500
TOS Forever

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Si tu ne veux pas t'engager dans une série à rallonge, je te conseille Life on Mars (la version anglaise, pas son remake débile américain) ou encore les chroniques de Sarah Connor.
C'est court, mais de bonne qualité.

Après, dans un tout autre registre, "The good wife". Si la première saison peine à démarrer, les sisons suivantes sont absolument prenantes.

Sherlock aussi à découvrir absolument.


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#629 20-12-2013 11:29:24

Olikos
membre

Re : Star Trek: Deep Space Nine

(...)

Dernière modification par Olikos (22-02-2014 14:48:28)

Hors ligne

#630 26-12-2013 16:20:14

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Quand à moi J'entame le chapitre final & je sens déjà la tristesse poindre le bout de son nez  sadpurple .. 9  dernier, épisodes ( tiens donc comme le hasard fait bien les choses  wink  ) avec de quoi remplir une saison entière d'une série comme ils s'en écrivent actuellement ..
Deep Space Nine était vraiment en avance sur son temps .. A la question du 20ème anniversaire , la série de Rick Berman et Michael Piller n'a pas pris une seule  ride.
Elle demeure la mieux écrite, structurée &  la plus pertinente des années Berman. Avec tout le respect que je dois à TNG, elle lui ravit désormais et pour toujours sa deuxième place .
Mon coeur appartient à la station, au bridge du Défiant et les  mystéres de Bajor..


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#631 26-12-2013 21:03:19

KIRK
Star Trek... Retour vers le Futur

Re : Star Trek: Deep Space Nine

olikos a écrit :

'y ai pensé, mais Battlestar Galactica m'avait pas vraiment enthousiasmé

Si tu ne connais pas Babylon 5 je ne peux que te conseiller de la découvrir très rapidement ; elle est au même niveau que ST et n'a surtout RIEN mais absolument RIEN de commun , de près ou de loin, avec BSG2003 et je suis impartial puisque j'aime les deux séries  wink

Hors ligne

#632 10-06-2014 12:04:07

yrad
admin

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Référence à ce post.

Buckaroo a écrit :

J'ai beau être un Niners à la vie à la mort .. Dvmy n'a absolument pas tort de prétendre que ce n'est pas du Star Trek 100% certifié ...

Tu n'as pas idée à quel point j'ai été moi aussi Niner à une époque (plusieurs années avant de rejoindre le PSTF) ! DS9 était alors ma série préférée… car j'avais soif de réalisme brut (et brutal) pour continuer à "croire" à la possibilité de l'utopie de Gene. Mais les circonstances m'ayant conduit (en d'autres lieux) à tellement sur-analyser la saison 7 que j'ai fini par en détecter les limites et les faiblesses… ce qui m'a conduit à déconstruire rétrospectivement certains partis pris terminaux de DS9.

Niner je reste toujours, mais simplement moins complétiste que jadis. Même chose avec ST II TWOK, dont je demeure fan… mais de façon plus relativiste.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#633 10-08-2015 16:10:23

IMZADI
Memory Alpha

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Pourquoi le grade de Gul est utilisé comme s'il s'agissait d'un prénom ?

Les personnages parlent toujours de gul Evek, de gul Dukat et non pas du gul Evek, du gul Dukat.
Il me semble même qu'un passage présente Dukat du genre Voici gul Dukat... au lieu de dire Voici le gul Dukat.


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#634 12-08-2015 10:36:42

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Star Trek: Deep Space Nine

IMZADI a écrit :

Pourquoi le grade de Gul est utilisé comme s'il s'agissait d'un prénom ?

Les personnages parlent toujours de gul Evek, de gul Dukat et non pas du gul Evek, du gul Dukat.
Il me semble même qu'un passage présente Dukat du genre Voici gul Dukat... au lieu de dire Voici le gul Dukat.

Je pense qu'il s'agit d'un souci de traduction, ce genre de distinctions ne se fait pas en anglais.


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#635 13-08-2015 06:27:18

IMZADI
Memory Alpha

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Ouais bah c'est bien con. Que l'erreur se fasse au début car c'est un nouveau mot je veux bien mais au bout dun moment on se rend bien compte que tous les Cardassiens vont pas avoir le même prénom.
Encore plus con qu'apparemment il y a 2 traductrices principales sur les sous-titrages...


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#636 09-12-2015 23:51:54

Synock
membre

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Je ne sais pas si je dois poster ici ou sur le le topic du dernier épisode. Dans le doute je mets ici et si besoin je copierais là-bas.

J'avais assez hâte d'arriver à la fin de cette série. Très mitigée, autant j'ai beaucoup aimé le côté religieux, ça fait du bien de voir enfin une série sf où la religion n'est pas toujours synonyme de mal, de folie ou de terrorisme.
Etant moi-même croyant j'ai beaucoup accroché à la fois au personnage de Kyra que je comprends lors de ses accès de colère lorsque l'on s'attaque à ses croyances et à Sisko évidemment pour tout ce qu'il est. D'ailleurs il me rappelle énormément ma conversion, il n'y a pas eu de grands éclats, pas "d'une seconde je n'y croyais pas et l'instant d'après j'étais convaincue", non les choses se sont faites tranquillement, à leur rythme. Bref je m'égare.

J'aime également énormément l'humour et les nuancés de cette série, les épisodes centrés sur les personnages (qui étaient déjà, comme pour beaucoup de monde, mes épisodes favoris de TNG).
Les personnages d'ailleurs, le duo Bashir/O'Brien va énormément me manquer. O'Brien a tellement évolué durant cette série c'est bien de se dire qu'il passe "du type qui téléporte" à professeur de l'Académie Starfleet ! Bashir qui est le personnage auquel je me suis attaché en premier dans cette série, lors du premier épisode je crois que c'est le seul que j'ai apprécié. Son évolution n'est pas tip-top, on apprend juste qu'il est un sur-homme et voilà c'est fini.
J'ai beaucoup aimé Jadzia, Quark etcetc mais pas grand-chose à en dire.
Mention spéciale à Jake et à Garak qui m'ont particulièrement plu.

Les points qui m'ont au final déplu sont certainement le même que tout le monde, toute cette noirceur, cette violence gratuite. J'ai cru lire par-ci par-là que c'était un défaut souvent reproché, une fois de plus je suis un mouton. Au final je crois que simplement que cette série est très représentative des années 90.

Ah oui je suis très très très déçu de Worf dans cette série, je ne saurais l'expliquer mais il m'est très rapidement devenu indifférent.

J'avais hâte de sortir de cette noirceur et de la fin de la découverte, les épisodes qui s'enchaînent si bien qu'au final je me suis vu regarder cette série comme je regardais dans mon adolescence Lost, pour connaître la suite et non plus pour découvrir l'univers star trek. Je ne parle pas du fait que la série se passe sur une station et non pas en exploration, les 2 / 3 premières saisons le faisaient bien. D'ailleurs c'est à l'arrivée du Defiant, j'ai l'impression, que la série a commencé à virer.

Bref, je compte sur Voyager pour me redonner du Star Trek léger, fun et profond à la fois ! Mais je sens que l'on va rester dans ces années 90 alors j'y vais à reculons. On en parlera après noël lorsque je pourrais acheter le coffret !


Star Trek... pour les nuls !

https://www.facebook.com/nulstrek/

Hors ligne

#637 12-12-2015 04:17:26

IMZADI
Memory Alpha

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Merci pour ce retour d'appréciation

bien que je sois loin de finir DS9, j'espère quand même ne pas être influencé sur certains persos.

Moi, tu as dû sûrement remarquer que je regarde TNG/DS9/VOY dans l'ordre chronologique. Ce qui finalement rend DS9 bien plus digeste. Bien que DS9 sache passer comme TNG, The best of the both worlds/the way of the warrior du sauvetage de la Fédération à un moment de famille des plus intimes et touchant the brothers/the visitor, l'alternance avec VOY est appréciable.

Car, oui, comme toi, toute cette noirceur doit être assimilée, bien qu'un peu logique, l'univers doit pas être rose partout. Pourtant TNG a su montrer des endroits compliquer de la galaxie.
Moi ce qui pour l'instant me dérange le plus, hormis le Bajorano-centrisme, est la toute indépendance de la station Deep Space 9. Son importance est telle qu'on parle d'elle comme du dernier bastion entre le Gamma et l'Alpha et pourtant Sisko reste juste commander, on ne lui colle pas un amiral comme dans de nombreuses autres stations bases stellaires. Au mieux sa promotion est arrivée au bout de 3 ans, ce que je trouve tardif. Cela aurait dû arriver dès la fin de saison 2 ou début de saison 3. Aurait-il fallu un exploit super-héroïque pour que Sisko soit promu capitaine ?

Bref, je commence tranquillement la saison 4 (3ème visionnage), et je plonge totalement dans la noirceur de la guerre et d'enjeux politiques entre les grandes puissances. L'arrivée de Worf est intéressante et le choix de Sisko des plus logiques.

Dernière modification par IMZADI (12-12-2015 04:22:48)


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#638 13-12-2015 01:21:35

Synock
membre

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Je n'avais pas tilté à propos de l'indépendance de la station. ça ne serait pas lié à l'indépendance de Bajor ? Le fait que la planète refuse trop de présence de la Fédération pourrait expliquer que Sisko ne soit que commander lorsqu'il commence à la diriger ? Y poster un haut gradé aurait pu agiter Bajor non ? A la base la station était supposée rester très proche de la planète, le risque après avoir apporté son aide à la libération de Bajor et de ne pas voir la planète se joindre à la Fédération serait trop gros ?
Mais d'ailleurs je me demande si la station appartient réellement à la Fédération ? Lorsque Sisko quitte son poste pour vivre sur Terre c'est Kira et non pas un agent de Starfleet qui prend le commandement. Même chose à la fin de la série d'ailleurs.

IMZADI a écrit :

tu as dû sûrement remarquer que je regarde TNG/DS9/VOY dans l'ordre chronologique. Ce qui finalement rend DS9 bien plus digeste. Bien que DS9 sache passer comme TNG, The best of the both worlds/the way of the warrior du sauvetage de la Fédération à un moment de famille des plus intimes et touchant the brothers/the visitor, l'alternance avec VOY est appréciable.

Hum.
En attendant d'avoir les moyens de prendre Voyager je regarde la série originale. C'est simplement mon second visionnage et j'ai un nouveau point de vue dessus. J'ai l'impression de recomprendre certaines choses, notamment dans la psychologie de Kirk.
Peut être qu'un jour je ferais comme toi un visionnage chronologique. ça doit être intéressant lorsque les séries se chevauchent bien.


Star Trek... pour les nuls !

https://www.facebook.com/nulstrek/

Hors ligne

#639 21-04-2017 10:37:24

IMZADI
Memory Alpha

Re : Star Trek: Deep Space Nine

remarque technique.

lorsque j'ai regardé DS9 What you leave behind, sur DVD en VF, à 3 reprises il y a eu alternance avec l'anglais.

- 10 à 12 min
- 41 à 45 min
- 55 à 58 min

d'un seul coup ça passait en anglais, puis retour au français.

Est-ce que vous aviez déjà remarqué ce switch ? y-aurait-il une version longue ? Je sais qu'il ya eu des reconstructions de VF sur TOS suite à la remasterisation, mais il n'y a pas de remasterisation pour DS9, donc bien étrange

moi, j'ai cette collection

180?cb=20120922115957&path-prefix=fr

Dernière modification par IMZADI (21-04-2017 10:38:49)


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#640 21-04-2017 11:57:28

mypreciousnico
_________

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Je possède cette collection (boitiers cartons) et je n'ai pas ce problème de switch VO/VF.
Il me semble que, même si les boitiers sont différents, ce sont les même galettes ISO que l'édition que tu possède, quel que soit le pays...du coup mystère.

Hors ligne

#641 21-04-2017 12:15:03

dvmy
Je sens l'appel de la lumière

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Il y a effectivement des scènes inédites par rapport à la version diffusée et doublée pour canal Jimmy. Elles sont en vost.

Hors ligne

#642 21-04-2017 16:51:11

IMZADI
Memory Alpha

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Merci.

Il doit bien y avoir une différence entre les 2 coffrets. Sinon le doublage existerait. Je vais regarder le minutage de l'épisode. Tu me diras le tiens.

En tout cas c'est étonnant qu'une sortie DVD est bénéficiée d'ajouts. Est-ce uniquement en France ?


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#643 19-10-2017 08:19:24

yrad
admin

Re : Star Trek: Deep Space Nine

En réponse à ce post-ci et en copie de ce post-là.

IMZADI a écrit :

Oui, je suis conscient des nombreux points d'ombre de la saga. Sisko est pour moi, un très mauvais capitaine et un très mauvais élément de Starfleet. Cet homme vicieux, sans scrupule, sans éthique s'épanouirait dans le syndicat d'Orion. Il en a même contaminé ses officiers, qui auront agi de façon incalculable en sous-marin des règles pour satisfaire des affaires personnelles. C'est Sisko qui aurait dû être recruté par la section 31, et en extrapolant, il aurait été un digne héritier d'Alexandre Marcus.

J'espère que tu es ironique, Imzadi, sans quoi... rien ne saurait être plus inexact ! wink

Sisko reste un modèle de capitaine trekkien de Starfleet, mais tiraillé entre deux natures, écartelé entre deux allégeances, et surtout confronté à une période de la chronologie trekkienne particulièrement tumultueuse, où la survie même de l'UFP fut en jeu.
C'est au feu que l'on mesure la vraie valeur d'un pompier ou d'un soldat. De même, c'est dans les périodes de trouble, de péril, et d'ambivalence que se mesureront les véritables qualités d'un officier de Starfleet.

En se limitant à l'essentiel :
- Sisko a en empêché l'UFP de basculer légalement dans la dictature, en désamorçant une manipulation du Dominion (ST DS9 04x12 Paradise Lost),
- Sisko a épargné à Bajor la régression sociale infamante du retour au racisme crypto-hindou des castes innéistes d'jarras (ST DS9 04x17 Accession),
- Sisko a restauré les accords de Khitomer, c'est-à-dire la paix entre l'UFP et l'Empire klingon, désamorçant une autre manipulation du Dominion (ST DS9 05x01 Apocalypse Rising),
- Sisko a évité au peuple bajoran de revivre le cauchemar de l'occupation cardassienne en leur faisant temporairement rejoindre le Dominion plutôt que la Fédération… car celle-ci n'avait pas les ressources de protéger Bajor en situation de guerre totale (ST DS9 05x10 Rapture),
- Sisko s'est humilié devant les impénétrables Prophets, "maîtres" du wormhole, pour empêcher l'invasion massive du quadrant alpha/beta par le Dominion… qui n'aurait laissé strictement aucune chance à l'UFP (ST DS9 06x06 Sacrifice Of Angels),
- Sisko a eu le courage de transgresser tous ses principes les plus chers pour que l'Empire romulien s'allie à la Fédération plutôt qu'au Dominion, ce qui aura sauvé de l'anéantissement à la fois l'UFP… et l'Empire romulien (ST DS9 06x19 In The Pale Moonlight),
- Sisko a entrepris de lutter contre la Section 31 dès qu'il a appris son existence, et il a permis de sauver les Founders métamorphes de l'extermination (ST DS9 07x23 Extreme Measures),
- finalement, Sisko aura préservé toute la galaxie de l'invasion des Pha-wraith (ST DS9 07x25+07x26 What You Leave Behind),
- en parallèle, Sisko (ou plus exactement Benny Russell) a potentiellement "sauvé" (voire "inventé") le Trekverse lui-même à un niveau multidimensionnel (ST DS9 06x14 Far Beyond The Stars).

Alors certes, on pourra toujours faire grief à Sisko des procédés musclés employés pour capturer Michael Eddington (ST DS9 05x13 For The Uniform). Il est évident que Sisko a trop écouté son orgueil blessé à ce moment-là (une revanche personnelle à prendre sur un homme de confiance qui l'avait personnellement trahi). Pour autant, il n'y a pas eu mort d'homme ni atteinte à la dignité (pas de torture et autres horreurs comme on en voit dans DIS). Sisko n'a commis aucun sacrilège, il a juste brisé une fois pour toutes le romantisme dans lequel se complaisait le Maquis… en renvoyant à Eddington la monnaie de sa pièce, c'est-à-dire en employant les mêmes méthodes que lui (i.e. restriction atmosphérique au trilithium resin pour expulser les colons humains dans le cas de Sisko et au cobalt diselenide pour expulser les colons cardassiens dans le cas d'Eddington).
Paradoxalement, c'est l'insensibilité de Sisko envers les sirènes du Maquis qui aura renforcé le caractère utopique et idéaliste de l'UFP. Les showrunners ont ainsi suivi une voie beaucoup plus originale – et surtout respectueuse de l'univers et des postulats trekkiens – en faisant du héros en titre de DS9 un serviteur indéfectible de l'UFP (lorsque la plupart des œuvres concurrentes – comme Babylon 5 – préféraient raccrocher bien vite leurs héros à des logiques de résistance et/ou de guérilla armée contre le pouvoir en place).

À l'échelle civilisationnelle, des cinq capitaines auxquels les séries historiques se sont intéressées, Archer ET Sisko sont bien les deux auxquels la Fédération doit le plus (son existence pour le premier, sa survie pour le second). Mais parce que Star Trek n'est pas du tout un univers de Bisounours (contrairement à ce que croient certains non-trekkers), Archer et Sisko est été conduits plusieurs fois à se salir les mains, mais jamais de gaieté de cœur. Il est bien entendu permis d'y voir des "trahisons", mais auquel cas on renonce à la possibilité du réalisme…
Pour autant, à aucun moment, ces deux protagonistes - le premier un héros pré-UFP, le second un héros d'une UFP en péril - n'ont considéré comme naturel voire systémique de contourner ponctuellement l'éthique, la déontologie, et finalement les principes idéalistes trekkiens. Il y avait toujours des doutes, des débats, des soupèsements, des contextes remarquablement bien posés, et la nécessité de choisir entre plusieurs maux. En somme, des impératifs de rationalisation et de relativisation. Soit des caractéristiques foncièrement trekkiennes, mais totalement absentes de Discovery.

J'ai davantage défendu sur le forum ENT que je n'ai défendu DS9 (même si je l'ai tout de même fait à l'occasion) car cette dernière est un peu la "chasse gardée" de Buckaroo wink (et aussi parce que j'adresse quelques critiques à sa septième saison davantage "moorienne"/"behrienne" que "bermanienne").
Mais il n'en demeure pas moins que DS9 est une série essentielle, par bien des côtés supérieure au chef d'œuvre Babylon 5. Il est certes permis de regretter la place occupée par la guerre dans cette série (un choix d'auteur), mais il n'en demeure pas moins que DS9 s'est posée toutes les bonnes questions structurelles et métaphysiques, elle a eu le courage de mettre à l'épreuve les idéaux trekkiens de toutes les façons possibles et imaginables, et notamment par les intrigues de palais, par la politique, par la guerre (qui est un prolongement de la politique par d'autres moyens), par la religion, par la foi, par les impératifs de survie (comme la compromission et la collaboration), par les luttes sociales et les évolutions sociologiques, et finalement par le véritable prix – parfois insoupçonné – de l'utopie.
DS9 est aussi un quasi-sans-faute en terme d'exo-géopolitique, mais également en matière de caractérisations extraterrestres.

Assumer la cruauté d'un univers (en gros le nôtre) dont les lois naturelles ne partagent en rien les idéaux utopiques de l'UFP, c'est un impératif de vraisemblance avec toutes ses nuances de gris.
Or l'utopie n'est crédible que s'il existe un équilibre maîtrisé – pour ne pas dire une lutte permanente – entre l'idéalisme et le réalisme. Soit la signature même du Star Trek bermanien, mais qui s'est hélas perdue à partir de 2009.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#644 06-02-2018 09:11:26

dvmy
Je sens l'appel de la lumière

Re : Star Trek: Deep Space Nine

[En copie de ce post]

dl500 a écrit :

Je viens de voir l'épisode et effectivement le nombre de WTF est hallucinant.

Du WTF il y en avait plein dans le ST historique, par ailleurs rempli d'aberrations scientifiques et de résurrections en tout genre. Et les merveilles de WTF que Spock's Brain et Threshold comptent parmi mes épisodes favoris! Et faire le tour du soleil pour remonter le temps ce n'est pas WTF? Et un accouchement par le dos au beau milieu d'une colonne vertébrale c'est pas WTF? Et je ne parle même pas de DS9 dont tous les twists concernant Dukat sont totalement tirés par les cheveux. DIS ne respectera pas la chronologie et ne ressemblera jamais au ST de Berman donc inutile de le répéter semaine après semaine et acceptez de la regarder pour ce qu'elle est et non pour ce qu'elle n'est pas! DIS est un spectacle fun en mode serial qui ne se pose pas trop de questions, ni plus ni moins. Si à l'avenir elle me propose davantage tant mieux, mais cette saison 1 n'est ni transcendante ni honteuse et en définitive elle ressemble beaucoup à la saison 3 d'ENT qui, mis à part Similitude, n'a aucun fond et n'est qu'un spectacle "serialisant" des plus plaisants.

Hors ligne

#645 07-02-2018 15:54:12

mbuna
Artificiel

Re : Star Trek: Deep Space Nine

[En copie de ce post]

dvmy a écrit :

Ah parce que les dialogues des épisodes soap de DS9 sont meilleurs ?

Qu'on apprécie ou non DS9 (et perso j'ai bien des choses à dire), elle avait une certaine qualité d'écriture mais surtout posait de bonnes questions. Son background était super solide. Au moins on pouvait discuter dessus et la proposition était là.

Discovery y'a quoi derrière les twists et les effets de manche en carton ? L'ambition derrière l'histoire c'est quoi ? Je ne veux pas du ST Bermanien, perso j'attends une série d'une certaine intelligence, ou alors une consistance, ou au moins qu'elle me propose quelque chose que je puisse identifier qui soit sa spécificité, une originalité, un truc nouveau, enfin bref. Et pour y arriver, je ne demande même pas une cohérence au poil de cul près. Mais au moins autre chose que m'extasier sur Georgiou Capitaine (faut voir la réal de la scène comme un vrai twist des familles) ou que je chiale devant Burnham qui plante Tyler. Ou alors les auteurs auraient du me dire que je devais aborder cette série au niveau d'un Arrow ou d'un Flash en débranchant mon cerveau gauche. En l'état on est en face d'un serial de série B friqué dont on ne sait même pas où sont passés les $$$.
Si c'est ça l'ambition, alors OK, je m'incline.

Je déplore aussi un certain manque de fond à ENT. Mais au moins cette série a été bâtie comme prequel en empoignant toutes les restrictions que cela apportait. Et cela au moins on ne peut pas lui enlever. Ne pas aimer, s'ennuyer dessus, OK. Et là encore j'en sais quelque chose.

Mais on en est au 14ème épisode de DIS, qui n'a de toute évidence pas du tout les scrupules d'un prequel comme ENT, mais alors il reste quoi ? Perso j'attends toujours une review ici ou ailleurs qui donne un sujet de fond (LOL les sujets), de forme (LOL la réalisation), les 8 millions de dollars par épisode (LOL les SFX, les masques des aliens, et on n'a même pas le droit aux forêts canadiennes), ou un truc qui mérite tout le patacaisse de promo (LOL les Roddy fils, les Meyer, les Fuller et compagnie).
14 épisodes * 8 M = 112 M$
Et pourtant, pour l'instant je ne vois qu'un serial de série B totalement anodin et qui va très vite être oublié... comme ses potes Arrow et Flash.

Dvmy, toi qui n'apprécie pas Black mirror, je comprends tes raisons. Mais dis moi alors en quoi DIS proposerait des idées neuves ou un truc non académique quelque part ????
Mais d'ailleurs je pense que les auteurs ne doivent même pas s'en cacher, ça se voit qu'elle est bâtie comme ça, l'ambition ça doit être juste de passer un moment tranquillos avec sa bière et ses chips, et faire waoooouuuh devant Giorgiou qui devient Capitaine avec le beau travelling arrière pour faire styyyyle.


Star Trek, je devais te quitter pour préserver notre amour, mais je vais attendre un peu.

Hors ligne

#646 07-02-2018 18:10:13

dvmy
Je sens l'appel de la lumière

Re : Star Trek: Deep Space Nine

[En copie de ce post]

mbuna a écrit :

Dvmy, toi qui n'apprécie pas Black mirror, je comprends tes raisons. Mais dis moi alors en quoi DIS proposerait des idées neuves ou un truc non académique quelque part ????
Mais d'ailleurs je pense que les auteurs ne doivent même pas s'en cacher, ça se voit qu'elle est bâtie comme ça, l'ambition ça doit être juste de passer un moment tranquillos avec sa bière et ses chips, et faire waoooouuuh devant Giorgiou qui devient Capitaine avec le beau travelling arrière pour faire styyyyle.

Elle n'apporte rien à Star Trek ni à mon cerveau  et je le déplore autant que toi. Mais je la trouve distrayante et nettement moins conne que les trois navets de Abrams. Et au moins elle assume ses choix contrairement à ds9. Rien que pour tout ça je veux la défendre.

Hors ligne

#647 08-02-2018 01:25:18

yrad
admin

Re : Star Trek: Deep Space Nine

[En copie de ce post]

dvmy a écrit :

Du WTF il y en avait plein dans le ST historique, par ailleurs rempli d'aberrations scientifiques de résurrections en tout genre. Et les merveilles de WTF que Spock's Brain et Threshold comptent parmi mes épisodes favoris! Et faire le tour du soleil pour remonter le temps ce n'est pas WTF? Et un accouchement par le dos au beau milieu d'une colonne vertébrale c'est pas WTF? Et je ne parle même pas de DS9 dont tous les twists concernant Dukat sont totalement tirés par les cheveux. DIS ne respectera pas la chronologie et ne ressemblera jamais au ST de Berman donc inutile de le répéter semaine après semaine et acceptez de la regarder pour ce qu'elle est et non pour ce qu'elle n'est pas! DIS est un spectacle fun en mode serial qui ne se pose pas trop de questions, ni plus ni moins. Si à l'avenir elle me propose davantage tant mieux, mais cette saison 1 n'est ni transcendante ni honteuse et en définitive elle ressemble beaucoup à la saison 3 d'ENT qui, mis à part Similitude, n'a aucun fond et n'est qu'un spectacle "serialisant" des plus plaisants.

Ce discours est celui des médias qui font la promo de Discovery comme ils faisaient hier la promo de Kelvin. En gros, on rabaisse rétrospectivement l’intelligence ou la cohérence du Star Trek historique pour vendre l’idée que la nouvelle mouture est dans la norme (de médiocrité) de ce qui avait précédé.

Eh bien non, il n'y a rien d'équitable à tenter de dévaloriser le Star Trek pré-2009 pour essayer de légitimer des changelings comme Discovery et Kelvin

Des WTF, il y en avait très très peu dans le ST historique, bien moins dans les œuvres concurrentes au long cours. Des épisodes comme TOS 03x06 Spock’s Brain et VOY 02x12 Thershold n’ont jamais été la norme, on en rencontrait tout au plus un ou deux par saison, voire pas série. Et d’ailleurs, même auscultés à la loupe, TOS 03x06 Spock’s Brain et VOY 02x12 Thershold se limitaient chacun à un seul WTF (la télécommande pour diriger un corps ayant survécu sans cerveau pour le premier, et la copulation féconde entre Paris et Janeway après avoir régressé en amphibien pour le second).
Alors que des WTF, il y a en a des dizaines dans chaque épisode de Discovery. A tel point que Discovery s'apparente de plus en plus à un Plan 9 From Outer Space en série TV et dans un emballage friqué.
Outre l’absence de fond, l’inculture crasse, la médiocrité d’écriture, la démagogie suiviste, la trahison philosophique, et l’irrespect internaliste, c’est également la masse critique de WTF qui distingue Discovery (et Kelvin) du Star Trek roddenberrien-bennettien-bermanien.

Dans DS9, les quelques twists concernant Dukat auraient justement pu en faire un parfait méchant de serial. Mais finalement, c’est toujours resté plus fin et plus réaliste que ça, parce que le personnage demeurait lié à une civilisation extraterrestre experte en collecte de données confidentielles sur tout le monde, et il était animé par une inextinguible soif de reconquête de Bajor. Il disposait des ressources d'une CIA galactique mais avec la perversion sadique d’un Lavrenti Beria, tout en se dissimulant à lui-même sa véritable noirceur derrière un verni civilisationnel.
Le personnage aurait bien entendu gagné en complexité si les showrunners lui avaient fait suivre la voie d'une tragédie antique par-delà le bien et le mal à la façon d’un Londo Mollari... Mais malgré tout, en dépit des twists à son endroit (et qui n’ont jamais dépassé le rythme raisonnable d’un par saison), Gul Dukat est resté un personnage tragique dans la mesure où il avait été forgé dans le vice extrême de l’occupation de Bajor ; et c'est la nostalgie de ce rapport de domination qu'il a ensuite perpétuellement cherché à reproduire, quitte pour cela à intriguer dans les eaux interlopes de jeux géostratégiques amoraux.
Pour autant, Dukat n’est jamais devenu un deus ex machina omniscient, infaillible, ou immortel tels que les cultivent les vrais serials. Au bout du compte, il a progressivement tissé lui-même la toile de sa propre folie avant de creuser sa tombe. L’histoire humaine regorge de profils de ce genre, même si DS9 en aura fait un opéra de dimension cosmique.

Quant à la saison 3 de ENT, elle ne possède certes pas la densité de fond de la première saison de TOS (en raison notamment de la supériorité intrinsèque du format loner sur le format serial pour produire un contenu sémantique). Pour autant, elle ne mérite pas d'être rapprochée du vide et des facilités de la saison 1 de DIS.
Déjà parce que l’arc xindi est vraiment inattaquable en tant que serial (aucun WTF ni incohérence formelle à déplorer).
Mais aussi parce qu’il est loin d’être dépourvu de fond. Le spectacle y est presque toujours articulé autour des implications morales (contrairement aux épisodes de 24 par exemple, série que j’adore mais qui est loin d’avoir la même profondeur).
Et ENT 03x10 Similitude n’est pas le seul épisode de cette saison 3 à avoir apporté un vrai contenu trekkien. Il y a également eu - entre autres - ENT 03x08 Twilight (un des épisodes les plus ambitieux de toute la franchise car portant sur son existence même), ENT 03x12 Chosen Realm (pour la charge trekkienne la plus virulente contre la religion), ENT 03x02 Anomaly et ENT 03x19 Damage (pour une courageuse mise à l’épreuve des idéaux trekkiens en devenir), et finalement une conclusion de saison humaniste (tout à fait digne des meilleurs loners roddenberriens de TOS).

Si Discovery avait été capable de proposer ne fut-ce que le dixième du fond de l'arc xindi dans sa première saison, je l'aurais moi aussi soutenue.
Je lui aurais même fait bon accueil si elle avait eu la qualité de construction serialisée d’un Stranger Things ou la force d'anticipation dystopique d’un Altered Carbon.
Preuve que j’ai su faire moi aussi le deuil du ST roddenberro-bermanien... et que j’ai depuis longtemps revu mes exigences à la baisse. Mais il y a quand même des limites...
Surtout lorsque presque n'importe quelle série de SF/fantasy/fantastique disponible sur Netflix s'avère en fait moins inintéressante à suivre que Discovery... mdr


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#648 08-02-2018 01:25:18

yrad
admin

Re : Star Trek: Deep Space Nine

[En copie de ce post]

dvmy a écrit :

Et au moins elle assume ses choix contrairement à ds9. Rien que pour tout ça je veux la défendre.

Tu surrévalues beaucoup DIS. Cette série n'a pas un niveau intellectuel et sémantique suffisant pour assumer quoi que ce soit. C'est juste un divertissement immature et très bas du front...

Après chaque épisode de Discovery, je m’impose de revoir au moins un épisode de DS9. Mais attention, uniquement les "pires" de ta perspective, Dvmy, c’est-à-dire ceux traitant de religion et de guerre.

Mais j’ai beau avoir été l’un des plus réceptifs ici durant des années à tes arguments anti-DS9, il n’y a franchement aucune comparaison possible entre DIS et DS9 !
Même dans ses épisodes les plus critiquables, même lorsque RDM et ISB tordaient certains idéaux trekkiens (dans la dernière saison surtout), DS9 reste formidablement bien écrite. Que l'on adhère ou pas aux réponses apportées, il y a toujours de vrais propos de fond, de perpétuels sujets de réflexion et de débat, une authentique intelligence d’auteurs derrière. Soit précisément TOUT ce dont DIS est dramatiquement dépourvue.

En tant que défenseur de l’internalisme trekkien, je suis plutôt bien placé pour comprendre également la nécessité de défendre des idéaux trekkiens. Néanmoins, si l’alternative est juste entre le viol intelligent et le viol imbécile, il n’y a même pas une seule seconde d’hésitation en ce qui me concerne. mdr
D’autant plus que même si je comprends bien toutes les critiques adressables à DS9, je ne suis pas convaincu que cette dernière ait vraiment violé l’esprit trekkien. Du seul fait de la présence de Rick Berman derrière, DS9 ne s’est finalement jamais transformée en BSG 2003 et il convient de bien distinguer ces deux séries.
DS9 n’a jamais infligé aux spectateurs de Révélation transcendante objective, et même les partis pris qui peuvent sembler anti-trekkiens en première lecture (Sisko et son "complexe de l'Emissaire", la religion indéboulonnable des Bajorans, la condition a-temporelle des manipulateurs Prophets, la connotation fantasy des Pah-wraith, la paupérisation axiologique de Gul Dukat à la fin, etc.) demeurent toujours 100% subjectivables, relativisables, et démystifiables au sens trekkien.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#649 08-02-2018 07:24:12

dvmy
Je sens l'appel de la lumière

Re : Star Trek: Deep Space Nine

[En copie de ce post]

Oh non. Les pires de Ds9 sont les épisodes comiques censés contrebalancer la noirceur de la série. Pour le reste c'est juste nauséabond de traiter le religieux et la guerre de cette façon dans un univers tel que Star Trek, en crachant totalement sur ses fondements démystificateurs et pacifistes. Rien de tel dans DIS.
Et je ne rabaisse pas le ST historique. Jamais. Je comparais uniquement DIS à ENT, et ENT n'a jamais été un modèle d'intelligence pour moi contrairement à TOS, TNG et VOY. Une super série de distraction dont seule une petite poignée d'epidodes flattent mon cerveau.

Hors ligne

#650 10-02-2018 08:10:36

yrad
admin

Re : Star Trek: Deep Space Nine

[En copie de ce post]

dvmy a écrit :

Oh non. Les pires de Ds9 sont les épisodes comiques censés contrebalancer la noirceur de la série.

Certains épisodes comiques ferengis de DS9 sont effectivement assez lourds voire embarrassants d’une perspective extra-trekkienne (comme DS9 05x20 Ferengis Love Songs), mais ce n’est pas forcément pire que leurs homologues de TOS (comme TOS 02x12 I, Mudd). Néanmoins, aucun d’eux ne trahit l’internalisme ni les idéaux trekkiens. Ils font statistiquement partie des quelques ratés – ou du moins des épisodes dispensables - comme toute longue série en comporte.

dvmy a écrit :

Je comparais uniquement DIS à ENT, et ENT n'a jamais été un modèle d'intelligence pour moi contrairement à TOS, TNG et VOY. Une super série de distraction dont seule une petite poignée d'epidodes flattent mon cerveau.

Il faut croire que nous ne serons jamais d’accord sur ce point, car j’ai toujours trouvé qu’ENT flattait autant mon cerveau que TOS, TNG et VOY, quoique pas du tout de la même façon (i.e. universe driven et non plus story driven).
Mais bon, sans vouloir convoquer un débat qui n’a pas bougé d’un iota depuis dix ans sur ce forum, ENT ne peut justement pas être comparée à DIS étant donné que tout oppose ces deux séries : la première était une  construction prequelle ultra-cohérente envers elle-même et qui renforçait la cohérence internaliste de tout le Trekverse, lorsque la seconde collectionne les WTF et brise totalement l’unité du Trekverse. 

dvmy a écrit :

Pour le reste c'est juste nauséabond de traiter le religieux et la guerre de cette façon dans un univers tel que Star Trek, en crachant totalement sur ses fondements démystificateurs et pacifistes. Rien de tel dans DIS.

Mais c’est précisément ce que fait DIS depuis le début sans le moindre complexe (ou sans la moindre conscience), alors que DS9 s’était limité à danser - avec beaucoup de virtuosité - au bord du gouffre sans jamais sombrer dedans.
"Nauséabonde", c’est bien DIS qui l’est vraiment et seulement elle !

La démystification trekkienne, DS9 nous l’a servie sur un plateau dès son pilote, puisqu’il y fut établi que les Prophets n’étaient pas des divinités, mais uniquement des entités appartenant à une autre dimension, hors du temps. Dès lors, la question était pliée, comme pour Q dans TNG.
Après, qu’une civilisation extraterrestre chérisse sa propre religion millénaire plutôt que d’accepter de démystifier le sujet de sa croyance, eh bien c’est peut-être dommage… mais cela reste tristement réaliste et tout à fait fidèle à l’IDIC (l’évolution n’étant pas forcément la même pour tous). Et DS9 aurait été bien moins respectueuse des fondements trekkiens si elle avait mis en scène une UFP impérialiste qui avait cherché à imposer par la force aux Bajorans l'agnosticisme voire l'athéisme, c’est-à-dire la démystification de leur religion.
Au bout du compte, un tel parti pris aura donné à DS9 l’occasion d’explorer les contraintes de cohabitation – souvent difficiles – entre une UFP démystificatrice et une société sacralisant ses mythes. Et rien n’est plus intéressant que d’éprouver les idéaux trekkiens en les faisant sortir de leur zone de confort…

Dans une large mesure, il en a été exactement de même pour la Guerre du Dominion. Cette guerre, l’UFP ne l’a pas cherchée, elle a même tout fait pour l’éviter (durant trois saisons quand même). Mais elle lui a finalement été imposée par des puissances belliqueuses (le Dominion et les Cardassiens) qui ne partagent en rien les valeurs trekkiennes de paix. Et pour mémoire, ni dans TOS ni dans TNG, le pacifisme n’a jamais été un irénisme munichois. L’utopie et l’idéalisme n’impliquent pas la naïveté ou la faiblesse, et l’UFP possède une véritable capacité de défense lorsque toutes les options pacifiques échouent les unes après les autres.
Bien entendu, on peut regretter que les auteurs de DS9 n’aient pas pris le parti de respecter la formule de TOS et TNG, c’est-à-dire éviter la guerre par un petit discours ou une astuce, au pire la limiter à un épisode ou deux. Mais c’est finalement là l’originalité de DS9, en l’occurrence avoir imaginé une configuration dont la résolution trekkienne ne soit pas aussi simple ou rapide que de coutume dans la franchise (l’Histoire ayant assez montré que la seule bonne volonté et le seul idéalisme ne suffisent pas toujours à construire une paix qui ne soit pas un marché de dupe).
Il n’en demeure pas moins que la paix a toute de même été obtenue à la fin de DS9, et sans pour autant avoir eu à sacrifier quoi que ce soit aux options génocidaires de factions (Section 31) non représentatives des idéaux de Starfleet et de l’UFP.

Rien de tel en effet dans DIS, mais dans le sens inverse, puisque tout ce qui fait l’essence de ST y est méthodiquement violé :
- Starfleet ne comprend rien aux Klingons, est d’une totale impréparation géostratégique (contrairement par exemple à TOS 01x08 Balance Of Terror), et commet tactiquement toutes les erreurs possibles conduisant à une guerre totale absurde (rien de tel dans DS9 qui est un sans-faute géostratégique).
- Starfleet condamne à l’emprisonnement à perpétuité son officier le plus lucide et le plus trekkien dans un procès stalinien (rien de tel encore une fois dans l’UFP de DS9).
- La possibilité d’une utopie crédible est ridiculisée puisque l’UFP de Discovery est en réduite - comme celle de Kelvin - à devoir s’appuyer sur des psychopathes génocidaires (telle l’impératrice du Terran Empire ou l’Augment Khan 2.0) pour survivre (rien de tel évidemment dans DS9 puisque la tentation de la Section 31 fut d’emblée rejetée).
- DIS franchit la ligne rouge d’une Révélation sur la vie après la mort avec le spectre de Hugh Culber revenu de l'au-delà comme les anges d’Always (absolument rien de tel dans DS9, car montrer qu’il subsiste des religions subjectives dans certaines sociétés hors de l’UFP n’est en rien comparable philosophiquement avec le fait de rendre objectivement vraie une religion pour tous à l’échelle de l’univers).

J’étais moi aussi critique envers certains partis pris de DS9... Mais la médiocrité crasse et l’anti-trekkisme absolu de Discovery auront eu un mérite et un seul : dévoiler (ou confirmer) à quel point DS9 est foncièrement trekkienne en comparaison de DIS.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

Pied de page des forums