ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#51 09-06-2020 10:04:11

mypreciousnico
Why ?

Re : Star Wars : l’Univers Étendu [Legends et Officiel]

Oui c’est mentionné à des nombreuses reprises dans l'Académie Jedi. Mais bon, il suffit de savoir que l'Empereur a été ressuscité et vaincu et que Luke a exploré le côté obscur et en est revenu.

Hors ligne

#52 09-06-2020 10:24:16

dvmy
see nothing, hear nothing, say nothing

Re : Star Wars : l’Univers Étendu [Legends et Officiel]

mypreciousnico a écrit :

je me suis essayé au comics l’Empire des ténèbres qui se déroule chronologiquement juste après la trilogie de Zahn. J’avoue que je n’accroche pas. Le dessin et la couleur sont très intéressants, mais nuisent grandement à l’immersion . Plus grave, je ne reconnais pas du tout les personnages, en particulier un Luke ultra sombre. EN termes d’ambiance ça ne fonctionne pas, je n’ia pas envie d eme forcer donc je zappe et j’attaque l’Académie Jedi de Kevin J. Anderson dont je n’avait lu que le premier tome à l’époque. J’en garde un souvenir vague, mais très bon.

Chiwaruchk a écrit :

J'avais eu également beaucoup de mal avec l'Empire des Ténèbres. Je ne l'ai lu que parce que les événements sont mentionnés dans certains romans (l'Académie Jedi je pense, d'ailleurs) mais c'est absolument dispensable.

L'Empire des ténèbres est probablement d'un des pires chapitres de l'U.E legends. J'ai relu les comics récemment et franchement il n'y a rien de Star Wars là-dedans. En plus du ton adopté, des personnages méconnaissables et de l'histoire franchement pas terrible je trouve personnellement des dessins affreux et les couleurs abominables.

Dernière modification par dvmy (09-06-2020 14:32:44)

Hors ligne

#53 13-06-2020 11:03:23

mypreciousnico
Why ?

Re : Star Wars : l’Univers Étendu [Legends et Officiel]

[Legends] "L'Académie Jedi 1 - La Quête des Jedi" par  Kevin J. Anderson (1994) - An 11

J’ai dévoré ce roman !
Il fait partie de ces bouquins Star Wars que j’ai lu et relu à la fin des années 90. Chose surprenante, il s’agit du premier volume d’une trilogie…dont je n’ai jamais lu que ce premier tome justement, les autres étant introuvables par chez moi à l’époque. J’en gardais un plutôt bon souvenir et je dois dire que je n’ai pas été déçu à la relecture.

Il faut dire qu’il y a de quoi faire : Luke Skywalker qui se lance dans le renouveau fantasmatique de l’académie Jedi, la recherches d’aspirants et des techniques pour les trouver, des aventures ultra rythmées sur Kessel, dans les mines et dans l’espace, la politique sur Coruscant, une nouvelle République qui tente de fonctionner avec les reliquats de l’Empire, le tout servi par le style fluide, léché et sans fioritures  de Anderson, sur moins de 400 pages…on a pas le temps de s’ennuyer. Et si les aventures de Lando au milieu des courses de Blob ne servent absolument à rien, l’état d’esprit général et l’écriture immersive emportent quand même l’adhésion.

Tout cela est loin être terminée : pourquoi Kyp Durron (personnage génial) possède-t-il une aura de Force teintée de noir (est-ce parce qu’il se sert de la colère ? Est-ce lui le sombre disciple qui donne son nom au second volume de la trilogie ?), comment Luke va-t-il s’y prendre pour créer un nouvel ordre Jedi sur Yavin IV ? Quid de l’amiral Daala… ? Autant de question qui vont prochainement trouver réponse, plus de 20 ans après que j’y ai été confronté pour la première fois. Les vertus de la patience smile

Hors ligne

#54 18-06-2020 16:34:41

mypreciousnico
Why ?

Re : Star Wars : l’Univers Étendu [Legends et Officiel]

[Legends] "L'Académie Jedi 2 - Sombre Disciple" par  Kevin J. Anderson (1994) - An 11

C’est désormais acté, Luke Skywalker a rétabli une académie Jedi, dans l’ancienne Base Rebelle de Yavin 4. Sa plus grande crainte, c’est que former de nouveau Jedi conduise immanquablement à un retour… des Siths !
Alors évidement, Kevin J. Anderson se fait un malin plaisir de délivrer. Pour se faire, il commence à évoquer une mythologie qu’il développera plus tard dans divers comics, en particulier Tales of the Jedi : Les Guerres Sith, Exar Kun, Ulic Qel-Droma, Nomi Sundrider…

- Sombre disciple se lit très vite, peut-être un peu trop et le tout manque un poil de consistance après un premier volet hyper ébouriffant.

- L’entrainement sur Yavin 4 manque de profondeur, on a l’impression d’un camp de Hippies, même si j’ai beaucoup apprécié les passages qui concernent Gantoris. Le sort qui lui est réservé ainsi qu’aux survivants d’Eol Sha est de surcroit hyper sombre et complètement inattendu, pôpur ne pas dire carrément choquant.

- Kyp Durron du côté obscur : on le sentait venir à 200 années-lumière et c’est dommage que ça ne soit pas plus subtilement amené et surtout que Luke ne vois rien venir.

- L’Amiral Daala n’est pas un adversaire spécialement intéressant. Il est hautement improbable qu’une gamine illuminée avec un tel complexe d’infériorité ait pu devenir amirale. Le personnage nous est présenté comme génial, mais ne l’est pas vraiment. J’attends de voir si sa défaite face à Kyp Durron est définitive. Espérons que non, parce que dans le cas contraire, voilà un personnage qui n’aura pas tenu ses promesses.

- La volonté d’agrandir l’univers et de n’en oublier aucun aspect. On appréciera l’évocation de Dark Empire et du roman « le Mariage de la Princesse Leia », ainsi que la mythologie autour des Siths et d’Exar Kun. L’inconvénient c’est que le roman y perd un peu en autonomie.

- Les aventures de Jacen et Jaina sur Coruscant…mouais…même s’il est intéressant de voir Leia essayer de concilier vie de famille et devoir politique, au sein d’une Nouvelle République qui n’ a plus vraiment de tête dirigeante à ce stade de l’histoire.

- Toute la partie autour d’Akbar est très réussie : sa déchéance, sa honte et son retours en grâce lors de la bataille de Mon Calamari, la défaite cuisante qu’il inflige à Daala parce que cette dernière suis trop au pied de la lettre les stratégies du Grand Moff Tarkin…excellent.

- Le Cliffhanger final est réussi…

Bref, un second volet moins bon que le premier. Trop cours, mais également trop vide…inégal en fait.
À suivre.

Hors ligne

#55 02-07-2020 10:51:27

mypreciousnico
Why ?

Re : Star Wars : l’Univers Étendu [Legends et Officiel]

[Legends] "L'Académie Jedi 3 - Les Champions de la Force" par  Kevin J. Anderson (1994) - An 11

Troisième et dernier volume d’une trilogie qui porte finalement assez mal son nom, puisque d’Académie Jedi il n’est que partiellement question. Un volume assez décevant et plutôt brouillon je dois dire, avec chaque intrigue qui se conclue l’une après l’autre, comme un check up en bonne et due forme.

Il faut dire qu’aucune menace n’aura vraiment réussi à cristalliser quoique ce soit. Exar Kun est intéressant, mais ça figure plus comme un teasing des comics d’Anderson, l’ambassadeur Furgan est un clown et l’Amiral Daala et une métaphore de l’incompétence (4 Stardestroyer, une étoile noire et un broyeur de soleil pour se prendre une déculotté par une poignée de croiseurs rebelles et ne jamais arriver à ne serait-ce que s’approcher des mondes détenus par l’alliance). On ne s’éternisera pas non plus sur Tol Sivron, dont chaque action résonne qui une parodie (des réunions pour décider s’il faut tirer sur les vaisseaux enemis…).
Reste l’histoire de Kyp Durron et de sa tragique croisade pour se venger de l’empire, ainsi que Terpfen, le Calamarien traitre malgré lui dont la détresse est assez bien rendue.

Cela dit, on touche du doigts le soucis des roman de cette période de l’UE finalement : des seigneurs de guerre survivants de l’empire et des superarmes toutes plus puissantes les unes que les autres, mais dont on avait jamais entendu parler jusque-là. Je veux dire, le broyeur de soleil….virtuellement indestructible et capable d’anéantir des systèmes entiers…

Par ailleurs, cette trilogie nous porte à croire que basculer du côté obscure n’est pas forcément quelques choses de grave ou une fatalité en soi, on peut en revenir et ça ne semble même pas si difficile. Certes, j’apprécie que l’existence même des Jedi implique par définition l’existence d’un côté obscur (c’est même la conclusion du bouquin, à savoir que Luke accepte finalement qu’il ne peut y avoir de lumière sans ombre), mais le côté obscur y est présenté comme une promenade de santé : on cède à la colère, on massacre quelques milliards de personne, mais ensuite on fait un vœu pieu et tout est pardonné, bon retours dans la lumière… ?

Bref, je reste un peu sur ma fin avec ce roman qui ne sais pas trop sur quel pied danser, y compris dans un ton qui oscille en permanence entre sérieux papale et décalage parodique, qui nous présente des intrigues à la pelle de manière confuse tout en peinant à faire exister son casting secondaire (le flirt Lando/Mara, au secours !).

En revanche, ce que ce roman achève in fine est intéressant, puisque à la fin, l’ordre Jedi est effectivement restauré et l’échiquier politique de la nouvelle république est remanié. J’imagine que nous allons revoir Daala, je le souhaite, car le personnage possède du potentiel, il est juste tristement sous-exploité ici au point d’en devenir comique. Quant à Kyp Durron, c’est le nouveau personnage le plus intéressant introduit dans cette trilogie, nous le reverrons, c’est certain.

Au final, le meilleur volume, reste le premier, le seul que j’avais lu il y a 20 ans…

Hors ligne

#56 03-05-2021 12:00:40

mypreciousnico
Why ?

Re : Star Wars : l’Univers Étendu [Legends et Officiel]

______________________
La Haute République
______________________

Il était temps que je me penche sur cette nouvelle période dans l’UE Officiel.
Un EU Officiel qui jusque là n’a pas vraiment fait d’étincelles. Coincé par le développement des films et séries, il était cantonné à un rôle de remplissage. Pas forcément mauvais, mais totalement inoffensif.

Située dans un époque jamais explorée, la Haute République est un peu la promesse d’un UE dégagé des contingences de production et donc libre d’avoir des enjeux importants, des nouveaux personnages marquants, des intrigues ambitieuses, des auteurs ayant carte blanche... Bref, un projet comparable d’une certaine manière à ce que fut, il y a des années, le Nouvel Ordre Jedi dans l’UE Legends.

La Haute République, est donc une période qui démarre 232 ans avant la bataille de Yavin (Épisode IV). Une période de paix, de prospérité et d’évolution : la République est toute puissante, en pleine expansion technologique, politique et philosophique. Les Jedi sont alors au sommet de leur pouvoir, gardiens mythique d’une république qui ne l’est pas moins...
______________________

Le projet, appelé "Luminous" au départ, est fortement pensé cross média : nouvelles,  romans, comics, une série TV, un livre audio à venir et probablement d’autres choses (jeu vidéo ?).
Comme il est de coutume en ce moment dans les univers partagés, la période sera découpée en phases (je me base sur cet ordre de lecture) :


Phase 1 :  La lumières des Jedi

1- La lumière des Jedi par Charles Soule (Roman adulte)
2- Une épreuve de courage par Justina Ireland (Roman jeunesse)
3- En pleines ténèbres par Claudia Gray (Roman jeune adulte)
4- La Haute République #1 à #5 par Cavan Scott (Comics adulte)
5- Les Aventures de la Haute République #1 à #5 par Daniel José Older (Comics jeunesse)

Je ne les liste pas, mais il existe des nouvelles publiées dans Star Wars Insider aux US qui s’intercalent dans tout ça.
Un seconde vague, composée de 3 nouveaux romans et d’un nouvel arc pour les deux séries de comics, sera publiée dans l’été aux US. J’imagine que l’ordre de lecture vas suivre un patern similaire nouvelle/roman adulte/roman jeunesse/roman jeune adulte/comics.

Phase 2 : Quest of the Jedi (début probablement en 2022)
Phase 3 : Trials of the Jedi

À noter qu’une série en prises de vues réelles a été annoncée, The Acolyte, prévue pour se dérouler durant les derniers jours de la Haute République, alors que le côté obscur se réveille. On ne sais rien de plus sur ce projet, mais j’imagine qu’il se déroulera chronologiquement après la phase 3 et qu’il sera susceptible de mettre en scène des personnages deja connus (Palpatine ou son maître peut-être.. ?) en plus de ceux de la Haute République
______________________

[Officiel] La Lumière des Jedi par Charles Soule (2021) - An -232

"il n’existait rien de si grand que l’on ne puisse l’engloutir. Rien de si fort que l’on ne puisse le ramener à la modestie. Rien de si grand que l’on ne puisse l’amoindrir. Même pas une montagne, même pas la République."

Je connais un peu Charles Soule pour avoir lu certains de ses travaux chez Marvel, dont il fut un temps la coqueluche (il fut chargé notamment de relancer les Inhumains, avec un succès mitigé). Je dois dire que ce que j'ai lu ne m'avait pas spécialement impressionné, c’est donc avec prudence que j’ai approché cette ouverture de la période Haute République.

Et je dois bien avouer que je me suis pas mal régalé à la lecture de ce roman qui fait un assez bon job pour lancer les hostilités. Une première chose frappe dès le chapitre d’introduction, c’est la capacité de Soule à camper rapidement des personnages intéressants, avec un minimum d’épaisseur, y compris ceux qui vont mourir quelques pages plus loin, même si j’avoue m’être parfois un peu perdu dans la multitude justement.
À ce titre, la première partie du roman a tout du film catastrophe, dont elle reprend d’ailleurs les codes (présentation des personnages, moments héroïques, actions désespérées…).

Mais l’intérêt principal du roman est de mettre en place le nouveau terrain de jeux qui devrait permettre à la saga de s’ébattre  pendant les années à venir sur une foultitude de supports.
Aussi, Soule s’attarde sur la description d'une République Galactique en pleine expansion, à force de « grands projets » portés par une classe politique moins gangrenée, plus positive et par une vraie croyance dans la capacité du collectif à accomplir de grandes choses. Il n’y a pas d’intrigues de palais et de trahisons à ce stade : tout le corps politique semble œuvrer pour la paix, pour l’amélioration de la qualité de vie de tous, avec pour mantra une croyance indélébile, ils sont "tous la République"...
Une "République de légende", celle qui était évoquée dans la Trilogie Fondatrice.

"la Chancelière Soh en était intimement persuadée et en avait fait la clef de voûte de sa façon de gouverner : on ne pouvait pas résoudre ces problèmes individuellement. Ce genre de tentative confinait au ridicule. Ce que l’on pouvait faire, au contraire, consistait à amener les différents peuples de cette haute époque de la République Galactique à considérer les autres comme leurs semblables. Comme des frères et sœurs, des cousins, des amis, ou au moins comme des collègues dans l’entreprise commune qui visait à bâtir une galaxie accueillante pour tous, à l’écoute de tous, et qui faisait de son mieux pour éviter de nuire à quiconque. Ou du moins qui s’efforçait sincèrement de faire de son mieux."

Un âge plus simple donc, un âge de paix durable...tellement durable que les protagonistes n’ont plus vraiment l’habitude des vrais affrontements contre des adversaires déterminés, retors et surtout complètement déloyaux.
À ce titre, je dois dire que j’ai été plutôt emballé par la nouvelle menace, les Nihil, sortent de Techno-Vikings à la Mad Max. Que ce soit l’organisation de leur société, leur soif de jouissance immédiate au détriment des conséquences (Carpe Diem , drogue toi, dompte la tempête et cueille le jours petit viking), mais aussi leur incapacité à toute forme de loyauté...comme un miroir négatif de la République de lumière que évoquée plus haut.

Quoi qu’il en soit, il y a ce sentiment remarquablement rendu d’être dans un âge plus simple, moins vaste, presque naïf, avec encore beaucoup de chose à découvrir, un technologie moins avancée (même si c’est très, trop léger sur ce terrain) et surtout une époque d’idéaux, comme si Star Wars empruntait, après toutes ces années, le chemin de Star Trek et de l’utopie (mais dans un univers de Fantasy). Un parti pris Ô combien rafraîchissant et surtout assez inattendu dans du Star Wars !

D’ailleurs, le choix de la temporalité est intéressant et révélateur : 200 ans seulement avant la Menace Fantôme et donc un contexte d’évolution réaliste, ce qui fait quand même cruellement défaut à la Fantasy en général, à l’image des comics KOTOR dans l’UE Legends (excellents par ailleurs), qui mettaient en scène une République plus vieille de 4000 ans, mais quasiment identique technologiquement à ce que l’on en voyait dans la prélogie. Pour la première fois j’ai l’impression d’un vrai apport de L’UE Officiel par rapport à l’UE Legends...il était temps après plus de 5 ans !

Par ailleurs, cette description d’un âge plus simple est grandement véhiculée par les Jedi eux-même : leur manière d’agir, de parler, mais aussi l’organisation de l’ordre. On sent quelque chose de beaucoup moins dogmatique, de plus libre, de plus calme, sage et tolérant. Il est ainsi fortement suggéré que certains maîtres ont pu avoir une liaison par le passé, que c’est quelques chose qui n’est pas encouragé, mais toléré.

"Une paix sans justice est faussée, creuse. C’est le genre de paix qu’apportent les tyrannies."

Quand au sentiment de camaraderie général il est parfaitement décris et palpable, que ce soit la relation Maître/Padawan ou les relations entre les Maîtres qui ont été formés ensemble et se retrouvent sur le terrain, soudés dans l’adversité.
Appréciable également que chaque Jedi ait sa relation particulière avec la force et la vois à sa manière : comme un courant marin, une symphonie, une tapisserie… je suis curieux de voir comment cet élément évoluera, en espérant qu’il soit bien traité dans la suite.

Bref, globalement j’ai pris beaucoup de plaisir devant ce roman, même si en l’état je lui reproche de bien nous présenter la période, mais de manquer d’enjeux, de ne pas vraiment nous raconter d’histoire, de déterminer clairement ou il veux en venir…
En revanche, on a quitté complètement les rives de l’hommage fétichiste : une vraie nouvelle période s’est ouverte et ça, c’est vraiment cool smile

Hors ligne

Pied de page des forums