ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#76 16-11-2013 14:15:46

bound
Explorer of the further region of experience

Re : Le monde merveilleux du B et du Z

KIRK a écrit :

En français " gode " prend un " e "  mais je comprends la perfide allusion mdr

N'étant pas française d'origine tu me pardonneras cet écart. Pour en revenir à ces coffrets, on navigue selon moi entre le meilleur et le pire. Mais bon vu le prix je ne vais pas faire la fine bouche.

The Dungeonmaster: 8/10. L'un des meilleurs film "Empire".
Cellar Dweller: 3/10. Une vraie déception.
Contamination.7: 2/10. Assez ennuyeux.
Catacombs: 8/10. Une totale réussite.
Arena: 7/10. Une série B franchement sympa.
Eliminators: 5/10. Moyen, je m'attendais à mieux.
America 3000: 1/10. Alors là, un vrai navet.
The Time Guardian: 6/10. Un bon film de SF à défaut d'être un grand film de SF.

Hors ligne

#77 30-01-2014 11:21:59

dvmy
dvmy shot first

Re : Le monde merveilleux du B et du Z

41PQ5KCJQAL.jpg

A Nymphoid Barbarian In Dinosaur Hell est un film Z de chez Z. C'est une excellente production Troma post-apocalyptique avec un discours écolo un peu léger (mais bien réel) d'un budget faramineux de... 0,04 millions de dollars (à peu près 7000 fois moins qu'Avatar lol) qui se paye tout de même le luxe de quelques scènes en Stop-Motion tout à fait correctes. Comme d'habitude chez Troma ont ne fait pas dans la dentelle aussi bien au niveau du gore que des plans-nichons bien que ce film là soit assez sage à ce niveau en comparaison d'autres films de la boite.

Bref voilà un Z très sympa du début des années 90, sorte de survival assez plaisant. Le DVD américain ne bénéficie bien entendu d'aucune piste française mais le film comporte assez peu de dialogues de toute manière, et le disque est multizone donc parfaitement regardable sur votre platine zone 2. Je suppose qu'il est visionnable gratuitement sur Youtube mais je n'ai pas vérifié.

La bande-annonce:

Flash required

Hors ligne

#78 06-02-2014 10:18:58

dvmy
dvmy shot first

Re : Le monde merveilleux du B et du Z

M-0026_Metalstorm_The_Destruction_of_Jared-Syn_quad_movie_poster_l.jpg

Metalstorm est un pur produit du début des années 80, surfant sur les succès de Star Wars , Conan et surtout Mad Max 2 et profitant de la mode des films 3D (en relief) de cette époque, style Vendredi 13 III et Jaws 3. Par conséquent si vous aimez les séries B distrayantes et que vous n'êtes pas trop regardant sur le scénario ce "western Mad-Maxien post-apocalyptique" est pour vous, même si les motivations des personnages sont hélas assez vagues, surtout au niveau des Bad Guys.

metalstorm-baal.jpgmetalstorm-a.jpg

Produit et réalisé par Charles Band, j'ai découvert ce sympathique sous-Mad Max sur Canal + vers 1985 ou 1986 et je ne l'avais pas revu avant l'an dernier. Les VHS d'époque ayant probablement disparues depuis longtemps le seul moyen légal de revoir ce film est de se procurer le DVD américain sorti en 2013, pour une poignée d'euros. Au niveau du casting, quelques têtes emblématiques des séries B de l'époque et la présence de Kelly Preston, future madame John Travolta.

metalstorm33.6761.jpg

Hors ligne

#79 06-02-2014 13:29:21

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Le monde merveilleux du B et du Z

Tiens ça  me dit quelque chose.. Le badguy  à la pince.. Le côté "Road Warrior "...  J'ai vu tellement de bisseries durant mon enfance que tout cela doit se mélanger .
J'ai trouvé le trailer pour me rafraîchir la mémoire:

Flash required

Tiens il y a ce bon vieux Tim Thomerson , un habitué des productions Band ..


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#80 06-03-2014 21:26:53

dvmy
dvmy shot first

Re : Le monde merveilleux du B et du Z

Lesbian_Vampire_Killers_1228766722_2009.jpg

Je ne sais rien faire comme les autres. Pendant que la presse geek adore le cinéma de Edgar Wright moi je lui préfère de loin celui de Phil Claydon. Mon problème avec Wright, outre le fait qu'il emploie souvent cet insupportable Simon Pegg, est que ses films n'ont rien à voir avec un quelconque amour du cinéma d'épouvante ni même du cinéma bis en général. Ses influences c'est plutôt du côté des comics et des Monty Python qu'il faut les chercher, et c'est pas franchement ma tasse de thé. Lesbian Vampire Killers de Phil Claydon c'est tout l'inverse: il témoigne d'un véritable amour du cinéma bis, voir Z et du cinéma fantastique de l'âge d'or de la Hammer. Forcément, j'adore. Que ce soit dans la photographie sublime, dans la mise en scène inventive ou dans les situations plus "bis" les unes que les autres, Lesbian Vampire Killers me permet de passer un excellent moment, là où Shaun of the Dead et autres Scott Pilgrim me gonflent prodigieusement. C'est joli, c'est drôle, c'est sexy, c'est bien fichu, souvent con mais respectueux du genre, bref un Z à gros budget très plaisant.

lesbian-vampire-killers_1.jpglesbian-vampire-killers-6.jpglesbian-vampire-killers-7.jpg

Hors ligne

#81 06-03-2014 22:07:20

mypreciousnico
_________

Re : Le monde merveilleux du B et du Z

Ah tient, celui la je l'ai vu smile
Effectivement c'est un film très plaisant, extrêmement drôle.

D'accord aussi sur la qualité de la photo, des SFX pas dégueu. Du coup c’est marrant, avec des moyens pareils je ne m'était pas attendu à le retrouver ici.

Sinon, globalement d'accord avec toi sur Wright, j'ai trouvé Scott Pilgrim plutôt sympa, mais je me suis royalement fait chier devant Shaun of the Dead dont je ne comprend pas le culte.

Hors ligne

#82 06-03-2014 22:15:31

dvmy
dvmy shot first

Re : Le monde merveilleux du B et du Z

mypreciousnico a écrit :

D'accord aussi sur la qualité de la photo, des SFX pas dégueu. Du coup c’est marrant, avec des moyens pareils je ne m'était pas attendu à le retrouver ici.

Dans ce topic car ça reste tout de même un Z (dans l'esprit) avec un budget de série B, mais c'est vrai qu'il est presque trop bien fichu par rapport aux autres films dont j'ai parlé ici.

Hors ligne

#83 06-03-2014 22:29:16

mypreciousnico
_________

Re : Le monde merveilleux du B et du Z

À la limite, quand je l'ai vu, je l'ai plutôt considéré comme un hommage au Z qu'un Z à proprement parler.

Hors ligne

#84 07-03-2014 15:15:08

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Le monde merveilleux du B et du Z

mypreciousnico a écrit :

Sinon, globalement d'accord avec toi sur Wright, j'ai trouvé Scott Pilgrim plutôt sympa, mais je me suis royalement fait chier devant Shaun of the Dead dont je ne comprend pas le culte.

Peut être qu'il faut comprendre et avoir un culte  pour la trilogie des morts vivants de George A.Romero, donc le séminal Dawn Of The Dead..
Etre un fan de Sam Raimi & de son idée de cinéma , Etre admirateur des mises en place sournoises à la John Carpenter..
Avoir de l'humour tordu, y compris sur  soi même..  Shaun Of  The Dead  est avant tout un portrait doux / acide sur les  trentenaires  que nous fûmes à l'époque .

Si dvmy ne se reconnaît pas dans le portrait que dresse Wright de notre génération ( perdue ) , moi je m' y retrouve beaucoup. Shaun est un personnage qui tape là ou ça fait du bien, là ou ça fait du mal.
Pour, tout dire j'y reconnais beaucoup de mes illusions et désillusions.

J'ai en moi tout les ingrédients pour que le culte prenne..Surtout quand tu sais que Dawn Of Dead est mon film fétiche et que le père des Zombies  lui même ne tarit pas d'éloge sur ce film...

& c'est l'idée de cinéma d'Edgar Wright.. Un réalisateur qui arrive à te combiner des références aussi antinomique que l' Arme Fatale et The Wicker Man et que cela fonctionne à merveille ( Hot Fuzz ).. Ce type est sans doute un génie.. Pourvu que la Marvel/ Disney me le broie pas .


dvmy a écrit :

Mon problème avec Wright, outre le fait qu'il emploie souvent cet insupportable Simon Pegg, est que ses films n'ont rien à voir avec un quelconque amour du cinéma d'épouvante ni même du cinéma bis en général.


The Wicker Man
de Rod Hardy , les giallos de Dario Argento  , George A.Romero, Sam Raimi , John Woo , John Carpenter , les movies flicks de Joel Silver / Jerry Bruckheimer des années 80/90..
Je crois qu' Edgar Wright posséde un véritable amour de la Série B & de l'horreur , celles avec lesquelles nous avons grandit.
Moi ce mec me parle de tout ce que j'aime et aimait, j'adore son sens de l'humour  & son pote .. Simon Pegg. wink


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#85 07-03-2014 23:47:28

mypreciousnico
_________

Re : Le monde merveilleux du B et du Z

Buckaroo a écrit :

Peut être qu'il faut comprendre et avoir un culte  pour la trilogie des morts vivants de George A.Romero, donc le séminal Dawn Of The Dead..

C'est mon cas smile

Buckaroo a écrit :

Etre un fan de Sam Raimi & de son idée de cinéma , Etre admirateur des mises en place sournoises à la John Carpenter..

Mon cas pour Carpenter, beaucoup moins (voir pas) pour Raimi.

Buckaroo a écrit :

Avoir de l'humour tordu, y compris sur  soi même..  Shaun Of  The Dead  est avant tout un portrait doux / acide sur les  trentenaires  que nous fûmes à l'époque .

La du coup, ça n’est pas mon cas smile

Buckaroo a écrit :

Si dvmy ne se reconnaît pas dans le portrait que dresse Wright de notre génération ( perdue ) , moi je m' y retrouve beaucoup. Shaun est un personnage qui tape là ou ça fait du bien, là ou ça fait du mal.
Pour, tout dire j'y reconnais beaucoup de mes illusions et désillusions.

Est-ce à dire que le film ne serait accessible qu'a une génération et une seule ?
Parce que ce que tu décrit ne semble pas s'appliquer à Scott Pilgrim par exemple.

Buckaroo a écrit :

J'ai en moi tout les ingrédients pour que le culte prenne..Surtout quand tu sais que Dawn Of Dead est mon film fétiche et que le père des Zombies  lui même ne tarit pas d'éloge sur ce film...

J'adore Dawn Of Dead et pourtant Shaun ne m'arrache que péniblement un vague sourire de temps à autre.

Hors ligne

#86 08-03-2014 15:06:49

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Le monde merveilleux du B et du Z

Tout ces post m'ont donné l'envie de revoir Shaun Of The Dead hier soir, et bon signe en terme de comédie , je me suis autant esclaffé qu'à la première vision et ce film à déjà 10 ans ..
Pour moi, il fonctionne toujours .. C'est peut être un truc générationnel, j'avais précisement la trentaine quand j'ai vu ce film, c'était l'histoire de ma vie ( tout en ironie, je vous rassure wink ) .. Mais je suis  quasi sûr que Shaun Of Dead dépasse ce stade là .. Au contraire de ce Lesbian Vampire Killers, Shaun..  raconte une vraie histoire, une histoire universelle.. Celle d'un passage à l'âge adulte , sauf que celui ci se fait à la trentaine.
Je pense que ce film va passer les générations.. Eux aussi finiront au fond du jardin à jouer à la PS4 avec leur immaturité zombifiée..

Les gags naissent de cette situation dans le contexte d'un vrai et pure zombie flick  & surtout des incroyable idée de mise en scène d' Edgar Wright: Rien que ces cuts sont des sources de gags en eux mêmes .. On y retrouve comme les films de Romero , une satire sociale cinglante.. Rien que la scène d'intro , l' Angleterre est décrite comme un monde de Zombie avant même d'avoir été zombifié , je suis mort de rire ..   Les gags sont aussi subtiles.. Rien que la première scène .. La meuf qui te reproche  ton pote, et qui d'un autre côté t'impose insidieusement les siens.. Si t'as pas  vécut un tel moment dans ta vie, tu ne peux pas en  rigoler.. Shaun Of The Dead est une formidable étude de caractère pleine d'ironie..


J'adore Dawn Of Dead et pourtant Shaun ne m'arrache que péniblement un vague sourire de temps à autre.

C'est peut être là ton erreur , tu as peut être pris ce film comme un pastiche des zombie flicks de Romero.
Hors ce n'est pas le cas du tout.. pas plus que Young Frankenstein est une parodie des Frankenstein Universal ou Galaxy Quest de Star Trek..
Ca fonctionne d'abord comme un hommage sincère au genre , les gags sont vraiment ailleurs..

Tu vois Shaun of The Dead ne parodie pas exclusivement les Zombie Flick, parce qu'à ce titre , c'est juste le meilleur zombie flick de ses 25 dernières années...
Du vrai gore et pas de synthése , de vrais zombies et pas des sprinters à la Usain Bolt.. & surtout pas de Brad Pitt pour sauver le jour.. Juste Simon Pegg, de la bière et des allumettes de porc.. Une certaine idée du bonheur..

mypreciousnico a écrit :
Buckaroo a écrit :

Avoir de l'humour tordu, y compris sur  soi même..  Shaun Of  The Dead  est avant tout un portrait doux / acide sur les  trentenaires  que nous fûmes à l'époque .

La du coup, ça n’est pas mon cas smile

Cela a aussi une résonnace beaucoup plus universelle..
Je ne sais pas si tu as passé le cap de la trentaine.. Peut être fut elle moins tumultueuse que  pour moi et Shaun... wink


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#87 08-03-2014 15:32:12

dvmy
dvmy shot first

Re : Le monde merveilleux du B et du Z

Buckaroo a écrit :

Au contraire de ce Lesbian Vampire Killers, Shaun..  raconte une vraie histoire

Peut-être mais on s'en tamponne de cette histoire, car le décalage entre le fond et la forme est si vaste que ça ne veut plus rien dire, au contraire de Zombie. Et comment se sentir concerné par cette histoire justement, lorsqu'on demande au spectateur de d'identifier à un raté un peu idiot incarné par Simon Pegg? Mais le pire c'est que Shaun Of The Dead n'est pas drôle du tout. Il est caustique, ironique, sarcastique mais pas rigolo pour un sou, et souvent prévisible.

Hors ligne

#88 12-03-2014 10:19:10

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Le monde merveilleux du B et du Z

taeter.jpg
L'affiche de Taeter City résume bien l'ambiance du film : Une débauche incroyable de sang et de tripes, accompagnée de gros plans sur le décolleté de l'actrice.

Taeter City est une ville qui a trouvé une solution originale pour éradiquer le crime : Diffuser des ondes qui poussent les gens au suicide à la moindre pulsion criminelle. Des agents "nettoyeurs" sont chargés de récupérer les morceaux, qui serviront ensuite à confectionner des hamburgers vendus dans les fastfoods de la ville. Seulement voilà, un beau jour, un criminel est affecté différemment par les ondes, qui le font muter vers une forme de super psychopathe/zombie...


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#89 29-03-2019 10:50:54

Alan Smithee
membre

Re : Le monde merveilleux du B et du Z

Voodoo Island

1957 - réalisé par Reginald Le Borg

hqdefault.jpg

Le pitch:
Un industriel veut construire un hôtel sur une île prétendument habitée par des pratiquants du Vaudou. Ne croyant pas à cette légende il engage un "démasqueur" de canulars afin de prouver que la légende autour de l'ile est une pure invention.

Porté par un Boris Karloff dont la carrière est sur le déclin, ce film au titre mensonger n'en demeure pas moins sympathique. En effet, aucun vaudou ni rite vaudou dans ce film dont l'action se situe sur un île polynésienne, uniquement des plantes carnivores et un exotisme désuet mais très charmant. Soyons clair: ce n'est ni un grand film ni même une perle du cinéma fantastique et sa structure ne diffère en rien de 90% des films de l'époque: quelques petites frissons et une amourette de pacotille entre une jeune donzelle qui n'assume pas sa féminité et un homme rustre qui n'assume pas sa sensibilité. Ceci dit le film possède quelques atouts: l'exotisme de son île tout d'abord, mais aussi la présence de Elisha Cook Jr. qui interpréta un nombre incalculable de seconds rôles mémorables dans le cinéma fantastique (La nuit de tous les mystères) et dans des classiques du cinéma tout court (Le Faucon Maltais). Pour nous, il restera avant tout l'excellent avocat de Kirk dans l'épisode de la saison 1 de TOS: Court Martial.

f507a0e42aa3f6c6ab383072c9356caa.jpg
Elisha Cook Jr

Le film est disponible depuis très longtemps en DVD zone 1 avec sous-titres français dans une copie excellente et dénuée de défauts.

Capital sympathie: 6/10

Dernière modification par Alan Smithee (29-03-2019 10:56:54)

Hors ligne

Pied de page des forums