ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1851 29-11-2018 12:20:38

Haeresis
membre

Re : Star Wars : Films / Séries

Prelogic, ne te contente pas seulement du dernier trailer de KotFE, il y en a 4 autres, tous très bien également. wink


We’ll take the next chance, and the next, until we win or the chances are spent.  Jyn Erso

En ligne

#1852 29-11-2018 12:26:48

scorpius
Nowhere Man

Re : Star Wars : Films / Séries

Prelogic a écrit :

Fun, c'est sur. Par contre, je cherche encore la dimension "ludique" de la chose.

Ludique dans le sens ou il pourrait être intéressant/amusant de retrouver telles ou telles influences en matières de mises en images. Star Wars a eu une grosse influence sur la japanime/les mangas (en particulier les Shonen) ce serait un juste retour des choses.

Il s'agit donc d'un ludisme purement visuel. Les plans de Luke avec son sabre par exemple. Je sais que j'ai déjà vu des idées de mises en images similaires mais mes connaissances en matière de japanime ne sont pas assez grandes pour mettre le doigt sur l'influence. Néanmoins si la série me plaît assez peut être que j'irai faire quelques recherches pour voir d'où ça vient.

Dernière modification par scorpius (29-11-2018 12:48:42)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#1853 05-12-2018 04:02:59

Wy Comet
candidat

Re : Star Wars : Films / Séries

Il y a eu aussi l'annonce d'une série live sur Cassian Andor, un personnage de Rogue One. Ca m'en touche une sans faire bouger l'autre, pour être honnête.

Hors ligne

#1854 07-12-2018 20:08:56

Prelogic
Legaliste

Re : Star Wars : Films / Séries

Je vais prendre le temps de faire une petite réponse à dvmy :

Je ne suis pas certain d’être d’accord avec toi sur le fait que JJ Abrams soit l'artisan en chef de cette débâcle artistique (je veux bien replonger dans mes archives s'il le faut). Il en est l’un des initiateurs, sans nul doute, mais je crois que les responsabilités sont largement partagées avec Bob Iger et Kathleen Kennedy. J’aurais d’ailleurs tendance à juger avec plus de bienveillance la « candeur trilo-nostalgique » de JJ Abrams que les visées opportunistes de Kathleen Kennegy et Bob Iger qui ont eu des dollars à la place des yeux au moment-même où ils se sont aperçus du potentiel retro-marketing de l’œuvre. Kennedy devait sans doute être soulagé de proposer aux exécutifs de Disney un compromis marketing de cet acabit. Et il se trouve que le film a cartonné au box-office, en profitant largement du « Retour de Star Wars sur Grand Ecran depuis 10 ans ». Sauf que le public s’est rapidement rendu compte de la supercherie.

Finalement, tout ce petit monde s’est entendu contre Lucas, pour faire des films-produits. Je rappelle tout de même que JJ Abrams n’était pas le premier choix dans la liste de Kathleen Kennedy, et qu’elle a manifestement du supplier Abrams d’accepter de faire le film, lui qui avait refusé une première fois. D’ailleurs, c’est probablement Kennedy qui a instillé chez JJ Abrams la tentation de la page blanche, en lui posant cette fameuse question : « Qui est Luke Skywalker ? ». Du coup, il a été décidé par la suite de bazarder le travail de Michael Arndt et de se passer de Lucas et de ses conseils. Une grave erreur, tu en conviendras.

Si Kathleen Kennedy ne voulait pas se séparer de Lucas, elle avait tout à fait la possibilité de défendre sa cause dans l’équation. Or, je n’ai entendu personne protester à l’époque. Et finalement, le prelo-nihilisme l’a emporté sur toute autre considération, et Kennedy a été littéralement terrassée par les réclamations capricieuses du story-group qui n’en pouvait plus à l’évocation de la trilogie classique – ce que je peux comprendre par ailleurs, mais ce n’était pas une raison suffisante pour entamer sérieusement le règne inconditionnel de Disney sur la franchise. Résultat : nous n’avons jamais vécu une telle période de cynisme, d’hypocrisie et de complaisance.

Si vraiment « l’esprit de la trilogie classique » était si cher à JJ Abrams, il fallait qu’il demande, en tant que producteur, scénariste et réalisateur, à faire sa propre saga dans l’univers de Star Wars. Le souci, c’est qu’au lieu de faire un Super 8 dans son coin, il a fait un crypto-reboot et il a appelé ça « Episode 7 ». Là-dessus, nous avons un dénominateur commun, de Star Trek à Star Wars, c’est évident. Sauf que dans le cas de Star Wars, la personne de George Lucas cristallise toutes les tensions. Je ne sais pas s’il en était de même pour Gene Roddenberry ou ses suivants.

Bref, je vais redire ce que j’ai dit précédemment : Disney engage de jeunes réalisateurs talentueux, certes, mais malléables et dociles avec l’industrie. Je pense que pour le moment, Gareth Edwards est le seul qui tire son épingle du jeu, mais d’une courte échappée. J’ai été vraiment séduit par sa proposition de court-métrage Factory Farmed, dont j’estime la nature plus légitime et plus proche de « l’esprit Star Wars » tant vanté par les puristes. Factory Farmed, c’est un très petit budget, une limite de temps, des contraintes minimales… et une liberté quasi-totale. Avant Rogue One, Gareth Edwards avait déjà fait son propre Star Wars, et il avait réussi. Sous Disney, la personnalité déjà timide d’Edwards s’efface pour livrer un film relativement inachevé et souffrant de considérations annexes qui plombent le sujet-même du film – et qui finissent par faire de Rogue One une préface dispensable de A New Hope en lieu et place d’une vraie tragédie de soap-opera. L’ultime implication de Tony Guillroy y est-elle pour quelque chose dans cette appréciation ? Probablement en partie, mais cela n’explique pas tout.


JJ Abrams ou pas, le problème est plus profond et touche à la culture-même des studios qui réfléchissent leurs propriétés intellectuelles en termes de brevets à exploiter, au lieu de penser cet univers sur le long terme en des termes plus créatifs. C’est le travail d’une Kathleen Kennedy de pousser des gens talentueux comme JJ Abrams à se dépasser, dans l’esprit qui a présidé à la confection de cet univers depuis 40 ans. Kennedy avait une opportunité énorme d’être le relais moral de George Lucas, elle a choisi finalement de faire de Lucasfilm un bastion démocrate pro-féministe contre Donald Trump. Une réelle perte de temps. Pouvait-elle faire autrement ? Probablement pas, mais dans ce cas, il lui suffisait de garder Lucas auprès d'elle. Elle a visiblement décidé de passer outre, en constatant laconiquement son retrait.

Je trouve cela aberrant que depuis 6 ans, on ne nous propose rien d’autre que du trilo-fétichisme. Pour moi, Disney n’a encore rien fait. Les 4 derniers films sont transparents. On ne fait que parler, finalement, des problèmes de tournage, des conflits entre réalisateur et scénaristes et de l’amertume de Lucas. C’est tout ! Mais je suis persuadé que cette situation n’est pas insurmontable, à condition de renverser complètement la vapeur. Il faut une autre approche managériale de cet univers, et il faut que les artistes cessent de se regarder le nombril et nous proposent de nouveaux environnement conceptuels qui stimulent réellement notre imaginaire au lieu de le conforter.

Dernière modification par Prelogic (07-12-2018 22:31:59)


Sans_titre_3.png
« En général, je ne réfléchis pas en termes d’hommage. Quand tu démarres un projet, tu essayes d’imaginer quelque chose de différent, tu ne tentes pas de reproduire le passé » - Phil Tippett.
« La contre-culture ne viendra pas d’une institution d’État, ni d’une major hollywoodienne. Elle n'appartient à personne. » - Rafik Djoumi.

Hors ligne

#1855 09-12-2018 21:33:31

dvmy
Je sens les ténèbres m’envahir

Re : Star Wars : Films / Séries

Une fois de plus tu pars du postulat que c'était la volonté du studio de faire un remake de la trilogie originale mais c'est faux. Bob Iger se fichait complètement que Star Wars soit "prélogique" ou "trilogique", il tenait seulement à ce que la postolgie ne contienne pas ce que les détracteurs de la prélogie y détestaient le plus: le trop plein de numérique, Jar Jar et de la politique. Une vision que partageait Kennedy. Mais le studio se fichait complètement de l’esthétique et même du scénario. La prélogie si décriée a été un énorme succès commercial malgré tout, et elle avait ses fans. A aucun moment Disney n'a voulu se les mettre à dos. Si aujourd'hui tout tourne autour de l'esthétique et l'époque "trilo" c'est parce que ça a fonctionné commercialement pour le VII et un studio ça prend rarement des risques... La décision de se rapprocher le plus possible narrativement et visuellement de la trilogie d'origine on la doit à JJ Abrams et à personne d'autre. C'est lui qui a écarté tous les concepts arts innovants déjà réalisés. C'est lui a voulu revenir aux X-Wings, aux TIE, aux Stormtroopers. C'est lui qui tenait à faire un remake du IV pour revivre les sensations qu'il a éprouvé en 1977. C'est encore lui qui a saboté puis effacé à 90% le script de Arndt qui respectait bien trop le synopsis de Lucas. C'est par conséquent uniquement à lui qu'on doit ce fétichisme trilogique que le studio entretient actuellement. Et Kennedy avait tellement galéré pour trouver un réalisateur au film qu'elle l'a soutenu à 100% dans sa démarche afin de ne pas le perdre.

Hors ligne

#1856 10-12-2018 10:43:25

Prelogic
Legaliste

Re : Star Wars : Films / Séries

D’un côté, tu dis que les studios se fichent complètement de faire un remake de la trilogie originale. De l’autre, tu expliques qu’ils tenaient seulement à faire l’inverse de tout ce que Lucas avait pu construire avec la prélogie. Il faut savoir : soit l’industrie est hypocrite, soit elle ne l’est pas, mais elle ne peut pas l’être à moitié. Walt-Disney, en tant qu’entité morale, se fiche effectivement de ses petites querelles de chapelles entre prélogistes et trilogistes : Bob Iger travaille au service du Conseil d’administration, constitué à forte majorité par des fonds de pension et des organismes financiers qui délèguent et se fichent pas mal de questions conceptuelles ou artistiques. C’est d’ailleurs dommage car encore une fois, le PDG de la Fox Alan Ladd JR avait défendu Lucas contre le CA à l’époque, et cela lui a couté sa place – et probablement aussi un peu sa carrière.

Je n’ai jamais prétendu que Walt-Disney avait orchestré sciemment une politique de déconstruction de l’œuvre de Lucas, par plus plaisir mesquin ou que sais-je encore. On essaye parfois de réduire le problème qui se pose à une simple « théorie du complot » ou à un excès de paranoïa. La réalité est plus prosaïque.

Cela arrangeait bien les affaires du studio de devoir composer avec une communauté identifiée et identifiable, afin de vendre des produits dérivés dans une atmosphère « nostalgique ». Il y a une forte appétence pour la trilogie classique et son univers conceptuel, au détriment de l’ensemble de l’œuvre en 6 films qui intéresse probablement moins le public – même si je le déplore fortement, puisque pour moi, la saga en 6 films est un véritable modèle de perfection structurel. Quelque mois avant la sortie du Reveil de la Force, Bob Iger déclarait même que le film de JJ Abrams « allait donner quelque chose de très fidèle aux films d’origine ». Bob Iger est-il idiot au point de ne pas voir l’extraordinaire non-sens de cette orientation conceptuelle ? Ou est-il suffisamment cynique au point de laisser couler, dans l’espoir de vendre de l’image de marque à tout prix ? La vérité penche sans doute plus d’un côté que de l’autre. Pour l’ami Boby, « it’s just a business », quand Lucas déclarait volontiers à l’époque de la sortie de La Menace Fantôme « It’s just a movie ».

Par la suite, des gens comme Simon Pegg, Chris Weitz ou JJ Abrams se sont fait les relais individuels de cette politique, en profitant de l’occasion pour verser dans la communication réactionnaire. Mais je crois (c’est mon humble avis) que tu accordes bien trop d’importance et d’influence à JJ Abrams et à ses préoccupations fétichistes. Le problème est bien plus profond : il y a toute une génération qui a été marquée par la trilogie classique, et qui voulait tout naturellement donner un point de vue quasi unilatéral sur cette portion de l’œuvre. Doug Chiang ne cesse de clamer son affection pour les concepts artistiques de Ralph McQuarrie depuis 20 ans, Rian Johnson est préoccupé par les effets spéciaux numériques « qui ne permettent pas à une nouvelle génération de vivre dans le réel », Chris Weitz méprise ouvertement La Menace Fantôme sur Twitter, Oscar Isaac se lamente sur les éditions spéciales de la trilogie classique, et Gareth Edwards s’est fait plaisir en allant déterrer les archives pelliculaires de Lucasfilm pour injecter littéralement dans son film des prestations coupées des acteurs du premier film de 1977. Ne parlons même pas de Simon Pegg qui déclare d’ailleurs volontiers « n’avoir que du mépris pour les gens qui aiment la prélogie ». Neal Scanlan, superviseur des effets visuels et maquilleur sur les films les plus récents, nous explique que «  s’il avait dû faire Yoda en numérique, il aurait démissionné ! ». Quant à Lawrence Kasdan, il moquait ouvertement les films de la Prélogie il y a quelques mois encore, en expliquant « vouloir rattraper le coup ».

Donc, à moins d’envisager que JJ Abrams dispose d’une telle influence sur le microcosme hollywoodien, il me semble plus raisonnable de penser qu’il existe un mouvement de fond contre la vision progressiste de Lucas. Un mouvement hyper réactionnaire qu’on essaye d’ailleurs de faire passer pour une vague pseudo-auteurisante. Le point culminant de cette atmosphère hypocrite étant probablement l’EpVIII. Ce film était un enjeu à lui tout seul, puisqu’il fallait absolument « se mettre dans la situation de l’Empire contre-attaque ». Les fétichistes fantasment complètement cet épisode charnière, au point d’en faire davantage une œuvre individuelle d’Irvin Kershner alors qu’il s’agit plus simplement d’une œuvre collective qui a subi des contraintes artistiques – sans oublier que Lucas restait fortement attaché au projet, en tant que producteur exécutif.

Donc voilà : s’il est fort probable que JJ Abrams ait influencé un certain nombre de choix créatifs, je pense que Lucasfilm n’a pas eu besoin de forcer la main aux suivants. Et c’est bien ce qui me pose un problème : pour chacun de 4 derniers films sortis, je vois la mainmise d’une idéologie réactionnaire qui se superpose systématiquement à des questions plus légitimes, comme : un travail d’écriture original et intelligent, de véritables enjeux épiques, une morale positive, de l’aventure et de l’exotisme, sans oublier une direction artistique AUDACIEUSE.

Maintenant, c’est vrai qu’avec le recul, des similitudes troublantes existent dans le processus de « déconstruction » d’une œuvre à l’autre, de Star Trek à Star Wars. Je t’accorde que JJ a une influence certaine à Hollywood et que son cinéma très complaisant avec le système a été pris en modèle par des gens dont le métier est de vendre à tout prix. Mais pour Star Wars, le malaise est différent : il y a déjà, à l’origine, une rupture plus ou moins totale entre Lucas et le public – une situation qui a tendance à se renverser en ce moment, même si les tensions demeurent. Et cette rupture a été transformée (odieusement dirais-je) en argument commercial.

Maintenant, question : est-ce que la révolution viendra d’en haut ou d’en bas ? Qui doit convaincre en premier l’autre de la nécessité de prendre des risques ? Sont-ce les artistes, ou les décisionnaires ? Kathleen Kennedy a-t-elle seulement les compétences « morales » pour gérer une telle franchise à ce point structurée ? La « génération Abrams » peut-elle, à un moment donné, sortir la tête de ses souvenirs d’enfance ? Il faut, à mon avis, une prise de conscience collective.

Dernière modification par Prelogic (10-12-2018 10:51:56)


Sans_titre_3.png
« En général, je ne réfléchis pas en termes d’hommage. Quand tu démarres un projet, tu essayes d’imaginer quelque chose de différent, tu ne tentes pas de reproduire le passé » - Phil Tippett.
« La contre-culture ne viendra pas d’une institution d’État, ni d’une major hollywoodienne. Elle n'appartient à personne. » - Rafik Djoumi.

Hors ligne

#1857 10-12-2018 10:49:20

dvmy
Je sens les ténèbres m’envahir

Re : Star Wars : Films / Séries

Ah bon? Donc pour toi la prélogie se limite à Jar Jar, le numérique et la politique? Pour moi ce sont sont avant tout d'excellents films expérimentaux qui ont une histoire et un background bien plus riches que ceux de la trilogie d'origine. La prélogie sans numérique je l'aurais adorée tout autant. Je ne l'aime pas pour son travail du numérique mais pour sa richesse, même si j'adore toutes les expérimentations de Lucas.

Hors ligne

#1858 10-12-2018 10:57:01

dvmy
Je sens les ténèbres m’envahir

Re : Star Wars : Films / Séries

Prelogic a écrit :

Maintenant, question : est-ce que la révolution viendra d’en haut ou d’en bas ? Qui doit convaincre en premier l’autre de la nécessité de prendre des risques ? Sont-ce les artistes, ou les décisionnaires ? Kathleen Kennedy a-t-elle seulement les compétences « morales » pour gérer une telle franchise à ce point structurée ? La « génération Abrams » peut-elle, à un moment donné, sortir la tête de ses souvenirs d’enfance ? Il faut, à mon avis, une prise de conscience collective.

Kennedy était un mauvais choix pour moi dès le départ. Mais c'était un choix de Lucas dont la naïveté est parfois touchante. Je serais mal avisé de prétendre savoir ce qui va se passer pour Star Wars. Mais une chose est certaine: si Star Wars perdure encore une décennie alors la génération de fans de la prélogie seront aux commandes et ça va réorienter les choses. Mais ce n'est pas la solution non plus. Il faut du neuf, il faut innover, il faut inventer et prendre des risques commerciaux. Le souci c'est que ça ne sera jamais plus du Lucas et j'ai vraiment le sentiment que c'est là ton principal problème.

Hors ligne

#1859 10-12-2018 11:03:22

Prelogic
Legaliste

Re : Star Wars : Films / Séries

Je n’ai jamais dit que la prélogie se limitait à Jar-Jar, au numérique ou à la politique ? Je suis d’ailleurs totalement en phase avec toi sur ce point : on pourrait jouer la saga sur les planches au théâtre avec un minimum de décor que la dimension épique du sujet s’imposerait encore à nous. J’aime Jar-Jar Binks et je trouve que c’est probablement l’un des personnages les plus « starwarsiens » de la saga : il est drôle, maladroit, et son but est de faire rire les enfants. C’est un personnage muet très réussi qui ne m’a jamais dérangé. Je comprends d’ailleurs de moins en moins cette campagne de haine contre Ahmed Best.

Évidemment que nous avons affaire ici à des films expérimentaux dans tous les sens du terme. Et c’est précisément ce que les nouveaux films ne sont pas : ils manquent d’âme, d’une vision et se contentent pour l’instant de dérouler le tapis rouge à une idéologie profondément réactionnaire et nihiliste.

dvmy a écrit :

Mais une chose est certaine: si Star Wars perdure encore une décennie alors la génération de fans de la prélogie seront aux commandes et ça va réorienter les choses. Mais ce n'est pas la solution non plus. Il faut du neuf, il faut innover, il faut inventer et prendre des risques commerciaux.

Absolument d’accord avec toi. La solution n’est pas de prendre parti, mais d’oser. J’ai conscience que ce n’est pas facile, surtout qu’il existe aujourd’hui toute une génération de cinéastes qui ont grandi avec les films de Lucas et qui n’arrivent tout simplement pas à concevoir cet univers autrement que par des dogfiths entre X-Wing et Tie-Fighter. Mais c’est le boulot des artistes d’inventer, d’innover. Lucas l’avait compris, quand dès La Menace Fantôme, il forçait les artistes à sortir de leurs pré-conçus sur l’œuvre de Ralph McQuarrie.

Mais il faut prendre des risques : c’est le seul et unique moyen. Maintenant, pour la troisième trilogie en cours, il fallait AUSSI reconnaître que la présence de Lucas était indispensable. C’était son œuvre, il voulait la terminer, il fallait au moins lui laisser l’occasion d’écrire ses traitements. Une collaboration avec JJ Abrams (même difficile) aurait pu donner un film magnifique. Je le pense vraiment. Mais hélas, les choses se sont passées autrement : on a préféré verser dans la communication réac’, les discours promos et clientélistes et les petits arrangements trilo-fétichistes très hypocrites. C’est un épouvantable gâchis en ce qui me concerne.

'dvmy" a écrit :

Le souci c'est que pour certains c'est que ça ne sera jamais plus du Lucas et j'ai vraiment le sentiment que c'est là ton principal problème.

Je n’ai aucun problème avec l’idée que Lucas laisse progressivement la main. Mais dans les faits, Lucas a été gravement mal traité pour de mauvaises raisons, au profit d'une orientation vintage lamentable. Certains encore aujourd'hui se délectent de cette situation, parce qu'ils ne peuvent tout simplement pas sentir la prélogie et veulent faire de Lucas un exemple dans leur croisade trilo-fétichiste. Cette situation n'est pas normale : quand va-t-on se mettre sérieusement autour de la table et parler cinéma ? Vision d'auteur ? Prise de risque ?

Le souci est plus profond en ce qui me concerne. Je suis un enfant des années 80, et par conséquent un adolescent des années 2000. J’ai eu le temps d’aimer la trilogie classique, puis de grandir avec la prélogie. Pour moi, ces films sont les derniers représentants d’une espèce en voie d’extinction. Aujourd'hui, on ne raconte plus de grandes histoires épiques et naïves, on se contente de verser dans le mélodrame adulescent ou les discours promo. Une amie m’a raconté hier soir qu’elle avait vu des gens pleurer pour Avengers Infinity War : à ce stade c’est que vraiment, le monde va mal.

Dernière modification par Prelogic (10-12-2018 11:21:40)


Sans_titre_3.png
« En général, je ne réfléchis pas en termes d’hommage. Quand tu démarres un projet, tu essayes d’imaginer quelque chose de différent, tu ne tentes pas de reproduire le passé » - Phil Tippett.
« La contre-culture ne viendra pas d’une institution d’État, ni d’une major hollywoodienne. Elle n'appartient à personne. » - Rafik Djoumi.

Hors ligne

#1860 10-12-2018 11:11:57

dvmy
Je sens les ténèbres m’envahir

Re : Star Wars : Films / Séries

On ne peut pas comprendre et apprécier Jar Jar si on ne connait pas les influences de Lucas. Jar Jar c'est le sidekick typique des serials, et c'est aussi le personnage cartoonesque par excellence*. Le souci avec l'épisode 1 c'est sa surexploitation à outrance, pas sa présence.

*Peu de gens savent que Lucas se destinait à l'animation à la base, bien avant de se passionner pour l'histoire et les documentaires.

Hors ligne

#1861 11-12-2018 12:11:34

mbuna
Ancien fan

Re : Star Wars : Films / Séries

J'ai tendance à me répéter (je sais, l'âge sûrement mdr ), mais ce qui arrive à cette oeuvre me paraît tellement similaire aux autres univers créés par une seule personne, que l'impasse créative dans laquelle elle se trouve me saute aux yeux.

Prelogic a écrit :

J’ai conscience que ce n’est pas facile, surtout qu’il existe aujourd’hui toute une génération de cinéastes qui ont grandi avec les films de Lucas et qui n’arrivent tout simplement pas à concevoir cet univers autrement que par des dogfiths entre X-Wing et Tie-Fighter. Mais c’est le boulot des artistes d’inventer, d’innover. Lucas l’avait compris, quand dès La Menace Fantôme, il forçait les artistes à sortir de leurs pré-conçus sur l’œuvre de Ralph McQuarrie.

Si Lucas l'avait compris, c'est surtout qu'il n'y a que lui qui puisse avoir l'autorité de concevoir autrement et/ou faire exploser son Univers vers d'autres voies. Si toute une génération aime SW, elle ne peut être dissociée de l'Homme à son origine. Si on va vers un Univers existant, et même avec les meilleures intentions du monde, il fait force d'inertie, et donc quelque part on se place de facto dans une vision traditionaliste de la chose. Lorsque Lucas crée SW, il invente. Son œuvre est en mouvement, avec ses influences et son imaginaire. Alors que le point de départ de l'imaginaire des suivants, c'est un état stable, un centre, + qu'une influence mais un héritage. Ca change tout de suite la perspective. Franchement, je crois n'avoir aucun exemple ni en ciné ni en littérature d'une œuvre qui a survécu à son auteur (le cas de ST est différent car justement intrinsèquement multi-auteur), en terme de puissance créatrice et de qualité. Je ne dis pas que c'est théoriquement impossible, mais en réalité il me semble bien que oui.

Vous en avez, vous, des exemples ?

Hors ligne

#1862 11-12-2018 20:20:00

matou
modérateur

Re : Star Wars : Films / Séries

Il y aurait la saga Millenium et en BD Blake et Mortimer.

Hors ligne

#1863 11-12-2018 21:55:49

scorpius
Nowhere Man

Re : Star Wars : Films / Séries

Il y aurait bien Battlestar Galactica, mais on est passé par la case du reboot. Il n'y avait pas vraiment de continuité avec la série originale de Larson.


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#1864 11-12-2018 22:34:16

dvmy
Je sens les ténèbres m’envahir

Re : Star Wars : Films / Séries

De toute manière personne ne pourra raconter une histoire plus forte que celle des épisodes 1 à 6 dans l'univers Star Wars, même avec la meilleure volonté du monde. La chute d'une république, l'avènement d'un Empire, la chute et la rédemption d'un homme à travers son fils... Rien ne peut être plus fort que ça. On peut toujours enrichir l'univers et même ses thématiques mais pas avec une histoire suffisamment forte pour qu'elle satisfasse les fans de Lucas. Il y avait la postlogie que Lucas avait en tête, mais on ne la verra jamais...

Hors ligne

#1865 11-12-2018 23:24:06

matou
modérateur

Re : Star Wars : Films / Séries

Perso je pense que ce qui aurait du être la suite et l’enrichissement des six épisodes précédents, qui ouvrait un nouveau cycle, c’était la question non pas de l’héritage mais celui de la transmission.
De partir de ce qui a été reconstruit qui amène à des choix différents mais pas néfastes.
Et de ramener Darty Plaeguis qui vient réclamer son dû.

Hors ligne

#1866 12-12-2018 12:29:53

Prelogic
Legaliste

Re : Star Wars : Films / Séries

Ce qui surprend tout de même, c’est le manque de bon sens et de maturité des équipes créatives en place. Comment peut-on confondre à ce point le fait de « rendre hommage » et « marcher dans les traces de » ? Surtout quand on pense que Lucas a toujours été obsédé à l’idée de repousser les limites technologiques pour raconter son histoire sans contraintes, et ce dès les années 70. Rappelez-vous de la Dykstraflex, concept artisanal certes, mais qui devait permettre à terme de renforcer l’illusion ?

Regardez la manière dont l’art conceptuel de La Menace Fantôme a émergé dans des conditions de quasi-incompréhension. Doug Chiang alors directeur artistique, pensait que le passé de la trilogie classique devait forcément ressembler aux environnements conceptuels de Ralph McQuarrie. Jamais, à aucun moment, il ne semble comprendre que les réalités industrielles de la trilogie classique ne sont pas les mêmes que celles de l’Ancienne République qui devait nécessairement montrer un visage plus divers, ouvert sur les civilisations et l’artisanat local.

A deux reprises, que ce soit avec la TO ou avec la PO, Lucas montre la voie. Les équipes en charge des nouveaux films ont choisi de ne pas la suivre, au profit d’un mouvement inertiel incompréhensible. Ça c’est le premier point.

Ensuite, existait il y a encore quelques années l’Univers Etendu qui, par sa nature particulière, permettait déjà de voir ce que pouvait donner l’univers de Star Wars sans Lucas. Les ¾ des contenus étaient faibles, voire mauvais mais il y avait de la créativité, voire même de la poésie dans certains cas (la série de comics La Légende des Jedi, le personnage de Nomi Sunrider, les comics Clone Wars, Dark Forces, etc..). Mais surtout, les histoires contées étaient sans conséquences sur la juridiction de Lucas concernant les films. Il existait d’ailleurs une échelle graduée permettant de mesurer l’importance vitale ou non des contenus par rapport à l’œuvre fondatrice.

Ce « compromis » fonctionnait plutôt bien, jusqu’à ce que Lucasfilm décide de formater complètement cette culture alternative. Désormais, nous sommes forcés de considérer que l’EpVII est la suite de la saga en 6 films, alors même que ces films s’opposent en tout point à la vision lucasienne : perte de surface morale, orientation conceptuelle adulescente pseudo-dark, personnages lisses et sans aspérités, discours méta à destination des puristes voire fissure du 4e mur, rejet d’une vision cosmogonique au profit d’un discours individualiste, etc… Sans parler du fait que les « plot holes » des films sont désormais comblés par une stratégie d’exploitation systématique par le biais des romans et comics.

Nous sommes donc face à un problème plus grave que de savoir si Star Wars peut survivre à son auteur. Il faudrait déjà accepter le point de vue de l’auteur sur sa propre création, ce qui n’est même pas le cas ici.

Maintenant, il existe des réalisateurs qui disposent d’un univers intérieur, et qui pourraient apporter beaucoup à cet univers grâce à leur sensibilité. Je pense à James Cameron, Tim Burton, Christopher Nolan, Guillermo Del Toro ou encore David Fincher. Ce dernier avait d’ailleurs livré une explication très personnelle et fascinante sur la trilogie classique, à l’époque ou Kathleen Kennedy jouait les chasseurs de tête pour l'EpVII. Pour lui, ces films relatent « le point de vue impuissant des droides sur la déchéance de leurs maîtres ». Je paierais le prix fort pour voir une telle vision dans l’univers de Star Wars. Quant à Christoper Nolan qu’on l’aime ou pas, Lucas disait de lui dans un documentaire récent qu’il disposait d’une forme de « crédibilité artistique ».

Donc voilà. Dans mon esprit, il y a la saga Lucas en 6 films, puis le reste qui constitue une espèce de masse informe. J’aime l’idée d’une « saga Burton », d’une « saga Del Toro » ou d’une « saga Fincher » ailleurs dans la chronologie. Si l’univers de Star Wars pouvait devenir un univers d’auteurs / réalisateurs, ce serait une bonne chose. Mais l’image de marque s’oppose toujours pour le moment à l’univers intérieur des créatifs. Il faudrait que cela change.

dvmy a écrit :

De toute manière personne ne pourra raconter une histoire plus forte que celle des épisodes 1 à 6 dans l'univers Star Wars, même avec la meilleure volonté du monde. La chute d'une république, l'avènement d'un Empire, la chute et la rédemption d'un homme à travers son fils... Rien ne peut être plus fort que ça. On peut toujours enrichir l'univers et même ses thématiques mais pas avec une histoire suffisamment forte pour qu'elle satisfasse les fans de Lucas. Il y avait la postlogie que Lucas avait en tête, mais on ne la verra jamais...

J'aime cette déclaration de foi. On se fait un petit Marathon bientôt ? J'apporte les mouchoirs pour Le Retour du Jedi sad cela-dit, je pense que Lucas en avait encore sous le coude. La première trilogie était celle du Père, la TO celle du fils... la troisième devait être celle du Saint-Esprit ? Ne rigolez pas mdr Même si Lucas a largement réussi son pari de synthétiser toutes les religions, ses idées sur les « Whills et le monde microbiotique » m'incitent à penser qu'il voulait prolonger la réflexion sur ce qui unifie le monde vivant.

Je pense que Snoke devait être l'âme damnée d'Anakin à l'origine. Et Rey, l'héritière d'un savoir humaniste. Du coup, je suis d'accord avec Matou : cette trilogie devait traiter de la transmission d'un savoir, pas d'un héritage (Luke avait déjà cette charge morale à porter, et il a démontré que ce n'était pas une fatalité).

Dernière modification par Prelogic (12-12-2018 12:53:34)


Sans_titre_3.png
« En général, je ne réfléchis pas en termes d’hommage. Quand tu démarres un projet, tu essayes d’imaginer quelque chose de différent, tu ne tentes pas de reproduire le passé » - Phil Tippett.
« La contre-culture ne viendra pas d’une institution d’État, ni d’une major hollywoodienne. Elle n'appartient à personne. » - Rafik Djoumi.

Hors ligne

#1867 12-12-2018 14:18:41

mbuna
Ancien fan

Re : Star Wars : Films / Séries

Que sait-on des idées de Lucas pour la postlogie ?
Ses thèmes, ses personnages, les développements ?

Hors ligne

#1868 12-12-2018 16:28:14

matou
modérateur

Re : Star Wars : Films / Séries

mbuna a écrit :

Que sait-on des idées de Lucas pour la postologie ?
Ses thèmes, ses personnages, les développements ?

Encore peu de choses. On a eu des bribes par d’autres personnes.
D’ici 2025 soit 10 ans après ST VII on en saura plus.

Hors ligne

#1869 12-12-2018 17:14:48

scorpius
Nowhere Man

Re : Star Wars : Films / Séries

On sait qu'on aurait suivit une héroïne qui était  en quelque sorte une proto Rey. Que Luke aurait eu un rôle important dès l'épisode 7. Que cet épisode 7 aurait été structuré comme une chasse au trésor. Que l'antagoniste aurait été un mystérieux "jedi killer". Que Lucas a pensé à utiliser le personnage de L'UE, Darth Talon (son design du moins) . Que les méchants auraient été des pirates de l'espace au service du "Jedi Killer". Que les pirates en question auraient eu un gigantesque vaisseau spatial très avancé. Lucas voulait visiblement explorer une moralité un plus ambiguë par rapport aux épisodes précédents.


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#1870 12-12-2018 21:11:12

Wy Comet
candidat

Re : Star Wars : Films / Séries

Et que le fantôme d'Anakin aurait été moteur dans le récit, qu'il aurait fait agir les autres personnages dans un but bien précis.

Je n'avais pas pensé à cette possibilité avant de la lire, et ça m'a paru aussitôt une évidence. Lucas avait l'art de ce qui est simple et juste. Pas la répétition stérile à la Abrams, ni la surprise vide pour la surprise à la Johnson.

Hors ligne

#1871 Hier 00:33:15

matou
modérateur

Re : Star Wars : Films / Séries

Wy Comet a écrit :

Et que le fantôme d'Anakin aurait été moteur dans le récit, qu'il aurait fait agir les autres personnages dans un but bien précis.

Je n'avais pas pensé à cette possibilité avant de la lire, et ça m'a paru aussitôt une évidence. Lucas avait l'art de ce qui est simple et juste. Pas la répétition stérile à la Abrams, ni la surprise vide pour la surprise à la Johnson.

En effet, qui peut mieux être l’incarnation de la volonté de la Force qu’Anakin ?

Hors ligne

#1872 Hier 09:20:43

dvmy
Je sens les ténèbres m’envahir

Re : Star Wars : Films / Séries

Preuve que Rian Johnson n'a rien compris à Star Wars: C'est Anakin qui aurait dû apparaître à Luke dans le 8 et certainement pas Yoda. Le lien entre Luke et Kylo Ren c'est lui et personne d'autre.

Hors ligne

#1873 Hier 12:45:11

scorpius
Nowhere Man

Re : Star Wars : Films / Séries

D'autant plus absurde que l'angle dramaturgique de cette scène repose sur l'idée de l'échec comme méthode d'apprentissage. Ca ne fonctionne pas totalement avec Yoda, mais avec Anakin, qui dans sa jeunesse a échoué en tant que Jedi, en tant que Chosen One, en tant qu'époux, père et ami, ça aurait eu bien plus d'impact. L'absence d'Anakin, ça reste la plus grosse aberration de la postlogie, en terme de logique narrative et de continuité. Je suis persuadé que JJ n'a aucunement l'intention de changer cela, d'ailleurs.

Putain, Hayden & Mark ensemble à l'écran qui partagent un moment, ce serait tellement fort sad


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#1874 Hier 13:06:32

Wy Comet
candidat

Re : Star Wars : Films / Séries

Oui, une scène ou le fantôme du jeune Anakin aurait parlé au vieux au Luke aurait été très émouvante. La synthèse des deux trilogies.

Hors ligne

#1875 Hier 13:32:32

dvmy
Je sens les ténèbres m’envahir

Re : Star Wars : Films / Séries

scorpius a écrit :

Je suis persuadé que JJ n'a aucunement l'intention de changer cela, d'ailleurs.

Putain, Hayden & Mark ensemble à l'écran qui partagent un moment, ce serait tellement fort sad

Bien au contraire! JJ est tellement prévisible que je suis absolument certain qu'il va tout faire pour satisfaire tous les fans (à ça façon hein, c'est à dire très mal). je ne serais pas surpris qu'il nous fasse revenir en Force Ghost Luke, Yoda, Obi Wan et Anakin

Hors ligne

Pied de page des forums