#651 10-02-2018 10:45:35

dvmy
Je sens l'appel de la lumière

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Oui Yves, le pilote de DS9 est 100% trekkien et traité correctement. Malheureusement entre le pilote et l'épisode final c'est la nuit et le jour. On nous dit en gros que la religion est compatible avec les valeurs de la Fédération, que les prophéties existent et sont bien réelles, que la guerre est parfois une nécessité, qu'on peut mettre de côtés les valeurs pacifiques de l'UFP quand ça nous arrange (Dax qui part faire sa vendetta, assassine puis revient comme si de rien n'était, Sisko qui pollue une planète pour des décennies car il est vexé d'avoir été trompé), un capitaine qui accepte de jouer aux divinités, glorification du sacrifice, éloge du destin comme s'il s'agissait d'une évidence ...etc...etc... Pour moi c'est une négation totale de TOS et TNG.

Hors ligne

#652 10-02-2018 10:53:33

matou
modérateur

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Je suis en train de revoir DS9.
Et si Buck se revendique niner, moi je ne pourrai jamais.
DS9 sur le macro, j’adore. Une grande finesse et intelligence de la géopolitique. Une énorme avancée pour crédibiliser l’univers. Et une chose très rare en série de proposer un tel approfondissement.
Dans le micro, en revanche j’ai bien plus de réserve. Je sens trop les showrunners en guerre larvée avec les principes de la saga.
Si sur quelques épisodes, avoir envie de régler des comptes est tenable et peut donner de bons moments, sur le long terme, c’est contre productif.
Au lieu de se remettre en question, Moore et Behr ont choisi la fuite en avant.
Là encore, en voulant fuir les contraintes, la créativité en a été amoindri.
Pas que la série ne soit plus bonne mais elle se gâche.

En ligne

#653 10-02-2018 11:08:38

dvmy
Je sens l'appel de la lumière

Re : Star Trek: Deep Space Nine

dvmy a écrit :

Pour moi c'est une négation totale de TOS et TNG.

... et en plus de tout ça il faut se taper des soaps insupportables, des épisodes comiques lamentables, et même un crooner roulette

Hors ligne

#654 10-02-2018 12:47:59

yrad
admin

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Je sens qu'on est reparti pour un nouveau cycle de débat sur DS9 (et je vais probablement déplacer ces posts dans un topic dédié)... wink
Mais la trahison et la nullité de DIS ne peuvent que me conduire à reconnaître et assumer davantage "les miens" (dont DS9 fait autant partie que ENT, VOY, TNG, et TOS)... et donc à défendre avec une vigueur nouvelle DS9.

matou a écrit :

Et si Buck se revendique niner, moi je ne pourrai jamais.

Dans la mesure où j'aime DS9 autant que les quatre autres séries ST, je ne suis pas moins niner que Buckaroo... tongue

dvmy a écrit :

Oui Yves, le pilote de DS9 est 100% trekkien et traité correctement. Malheureusement entre le pilote et l'épisode final c'est la nuit et le jour. On nous dit en gros que la religion est compatible avec les valeurs de la Fédération, que les prophéties existent et sont bien réelles, que la guerre est parfois une nécessité, qu'on peut mettre de côtés les valeurs pacifiques de l'UFP quand ça nous arrange (Dax qui part faire sa vendetta, assassine puis revient comme si de rien n'était, Sisko qui pollue une planète pour es décennies car il est vexé d'avoir été trompé), un capitaine qui accepte de jouer aux divinités, glorification du sacrifice, éloge du destin comme s'il s'agissait d'une évidence ...etc...etc... Pour moi c'est une négation totale de TOS et TNG.

Le point commun entre tout ça… est que DS9 est moins que les autres séries ST l'expression du point de vue officiel d'une UFP idéalisée. DS9 demeure en fait l'exploration de points de vue individuels très contrastés, en partie extérieurs à Starfleet et à l'UFP (la moitié du main cast n'étant ni officiers de Starfleet ni même citoyens de la Fédération). Ce qui offre un élargissement de point de vue tout à fait inédit dans la franchise...
DS9 est également la mise à l'épreuve des idéaux de l'UFP dans des situations non-idéales, c'est-à-dire non construites sur mesure pour célébrer canoniquement ces idéaux à la façon d'une doctrine parfaite, épisode après épisode.

Dès lors, en effet, chaque personnage de DS9 (ou presque) connaîtra ses heures sombres : les "vies antérieures" de Dax la conduiront un jour sur le chemin de la vengeance klingonne (mais pourquoi s'indigner qu'un Trill fasse ce choix culturel lorsque nul ne s'indigne dans TNG que les Klingons se comportent en Klingons ?) ; l'orgueil de Sisko le conduira à des méthodes cyniques pour capturer un Maquisard (mais n'est-ce pas audacieux d'égratigner le temps d'un épisode le héros en titre, d'autant plus que la répartition des torts n'est pas aussi manichéenne qu'elle le semble ?)...

Il n'a jamais été formellement établi une incompatibilité absolue des religions avec l'UFP. TOS/TNG/VOY ont simplement montré qu'il n'existe plus de culte public et que la dynamique sociétales est à la démystification. Pour autant, cela ne signifie pas que toute croyance religieuse est interdite par l'UFP dans le cadre privé. Pour mémoire, il y a une chapelle syncrétiste à bord de l'USS Enterprise de Kirk, Kirk revendique même son monothéisme face à Apollon, et l'USS Enterprise de Picard célèbre le Diwali (i.e. le festival des lumières hindou).
Étant donné la diversité des civilisations et des cultures qui composent l'UFP, il y aurait en outre quelque chose de totalitaire à imposer la même croyance - ou la même absence de croyance - pour avoir le droit d'intégrer le "club fédéré".
De toute façon, dans DS9, la religion demeure l'affaire des Bajorans, qui ne sont justement pas membres de l'UFP. Ils n'intègrent l'UFP que dans le final de la série, ce qui ne laisse donc rien entrevoir de l'impact que cette intégration aura ou n'aura pas sur l'expression de leur croyance religieuse.
Et sur les questions de religion comme de politique intérieure, c'est naturellement le régime de la Prime Directive qui s'est appliqué tout au long de la série, et c'est en ce sens que les principes trekkiens furent bien respectés...

En ce qui concerne le charge d'Emissaire de Sisko, c'est la parfaite illustration de la façon dont DS9 a obligé Starfleet - et les trekkers avec - à sortir de leur zone de confort. C'est à dire à ne plus se limiter à des réponses académiques, i.e. "by the Starfleet book" comme en proposaient généralement TOS et TNG.
Au début, endosser la charge d'Emissaire représentait pour Starfleet et pour Sisko une opportunité d'exercer une influence diplomatique sur les Bajorans. Pour autant, il ne s'agissait pas de jouer à la divinité, mais d'occuper une fonction religieuse et politique symbolique à laquelle Sisko ne croyait évidemment pas...
Mais petit à petit, Sisko s'est pris au jeu par autosuggestion (très humain), d'autant plus que les entités du wormhole l’ont poussé dans cette direction pour mieux contrôler les Bajorans. Mais preuve que les structures trekkiennes sont bien restées les mêmes que dans TOS/TNG, DS9 n'a jamais manqué de montrer et même de souligner le malaise que l'indéboulonnable dévotion religieuse des Bajorans à l'endroit de Sisko représentait pour Starfleet et pour l'UFP.
Au bout du compte, vers la fin de la série, il est apparu que les Prophets du wormhole possédaient une perception spatiotemporelle élargie sur les relations de causes à effet, au fond comme le Continuum Q au cœur de TNG. Et existant hors du temps, ces Prophets n'ont pas hésité à manipuler un certain nombre d'événements, aussi bien passés (la naissance de Sisko par ex.) que futurs (la fabrication de "prophéties"), c'est-à-dire exactement comme l'aura fait Annorax avec sa machine temporelle à faire et défaire les destins de civilisations entières (dans VOY 04x08+04x09 Year Of Hell, l'un des opus les plus SF de la toute la franchise).
Cette perspective démystificatrice foncièrement trekkienne, jamais DS9 ne l'a abandonnée jusqu'à son final DS9 07x25+07x26 What You Leave Behind inclus. Néanmoins, chose inhabituelle, la série a également laissé d'autres perspectives s'exprimer... Et après tout, pourquoi pas ? L'utopie trekkienne n'est pas supposée être la proclamation d'un point de vue unique et obligatoire sur toute chose à l'échelle de l'univers.

Quant à la guerre, DS9 ne l'a pas davantage légitimée que TOS et TNG. Mais DS9 a simplement eu le courage de faire un vrai focus dessus, plutôt que de l'évacuer hors du champ des caméras. Pour mémoire, il y a eu dans TOS et dans TNG des guerres, certaines juste évoquées (Earth-Romulan War, Federation-Cardassian War...), d'autres bouclées en un ou deux épisodes (Klingons, Romuliens, Doomsday machine, Borgs...).
Jamais DS9 n'a prétendu que la guerre était une nécessité. En revanche, DS9 a montré avec réalisme que la guerre était hélas parfois inévitable. Car encore une fois, le pacifisme de l'UFP n'a jamais consisté en un irénisme interdisant de se défendre, sans quoi les vaisseaux de TOS et de TNG n'auraient pas été aussi lourdement armés (capables de matcher les croiseurs de guerres romuliens et klingons).
Ainsi, dans DS9, les héros de la série et Starfleet ont fait tout leur possible (sur trois saisons complètes de tractations et de jeux politiques soit une durée record dans la franchise !) pour éviter tout guerre. Mais la guerre leur a été imposée. Que fallait-il alors faire ? Ne pas se défendre (lorsque Kirk et Picard auraient été les premiers à se défendre en pareil cas) ?
La réalité est que DS9 représente à ce jour la série la plus aboutie (même hors ST) sur les questions de géostratégie politique et militaire. Car tout en restant fidèle à une institution trekkienne idéalisée qui abhorre en soi la guerre, cette dernière a été étudiée au microscope, à la façon d'un prolongement de la politique par d'autres moyens (Clausewitz). Et pas une de ses facettes (efforts, tactiques, stratégies, horreurs, tentations, perversions, risques, conséquences, effets indirects, alliances, trahisons, manipulations, occupations, compromis et compromissions, procès, sanctions, négociations, coulisses secrètes, subconscient collectif...) n'aura été épargnée aux spectateurs. Mais toujours avec finesse, loin du manichéisme hollywoodien et des réponses toutes faites, multipliant tous ces questionnements moraux et éthiques qui font le sel du vrai Star Trek (et dont Kelvin et Discovery sont justement totalement dépourvus).

On peut bien sûr ne pas raffoler de tous ses épisodes (notamment ferengis et soapy), mais DS9 n'en demeure pas moins une série extrêmement brillante, et qui personnellement me fascine chaque fois que je m'y replonge.

DS9 aura mis les idéaux trekkiens à l'épreuve du réel. La série a beau être imparfaite (mais existe-t-il une série ST parfaite ?), elle représente une démarche absolument indispensable pour conférer de la pesanteur à l'utopique UFP.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#655 10-02-2018 13:00:09

dl500
TOS Forever

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Et bien moi, vos débats me  donnent envie de me refaire DS9.
On ne peut pas dire que DIS comble quoique ce soit en besoin trekkien, bien au contraire.
Ça fait un paquet de temps que je n'ai pas revu cette série. Je vais ressortir les DVD.
Même si mon axe premier reste ENT/TOS/TNG.


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#656 10-02-2018 15:57:18

dvmy
Je sens l'appel de la lumière

Re : Star Trek: Deep Space Nine

Que me racontes-tu là Yves? Il me semble que les Klingons sont uniquement des alliés avant la guerre du Dominion. Ils ne sont pas membres de la Fédération et il n'y a que l'exception Worf dans Starfleet. Donc tu ne peux pas minimiser les agissements de Dax en les comparant à ceux des Klingons.

Et pour Bajor c'est juste révoltant. Jusqu'à présent c'était les planètes qui devaient s'adapter pour entrer dans les critères d'admission de la Fédération mais avec DS9 c'est la Fédération qui doit s'adapter à un peuple dont la religion archaïque domine tout leur mode de vie. C'est juste hallucinant et anti-trekien à l'extrême.

DS9 est magique. Ca commence avec Piller et par conséquent avec l'esprit trekien qu'elle n'aurait jamais dû cesser d'avoir pour s'achever dans les délires pro-religieux et mystiques de RDM et ISB, le tout noyé dans un discours qui fait l'apologie du sacrifice et du renoncement à toutes les valeurs sur lesquelles ont été fondées la Fédération. A la fin de DS9 c'est bien le propos du show: la religion est au-dessus de tout, le destin est une réalité et le sacrifice de soi c'est l'accomplissement ultime. Navré Yves, mais pour moi c'est juste écœurant.

Hors ligne

#657 11-02-2018 22:54:15

yrad
admin

Re : Star Trek: Deep Space Nine

dvmy a écrit :

Que me racontes-tu là Yves? Il me semble que les Klingons sont uniquement des alliés avant la guerre du Dominion. Ils ne sont pas membres de la Fédération et il n'y a que l'exception Worf dans Starfleet. Donc tu ne peux pas minimiser les agissements de Dax en les comparant à ceux des Klingons.

C’est plus compliqué que ça. Au début de TNG, Gene Roddenberry avait vraiment l’intention de faire des Klingons des membres de l’UFP. Dans les épisodes TNG 01x20 Heart Of Glory, TNG 02x08 A Matter Of Honor, TNG 02x20 The Emissary, et TNG 03x17 Sins Of The Father, il y avait pas mal d’indices qui allaient dans ce sens, à commencer par le programmes d’échange entre officiers de Starfleet qui incluaient les Klingons.
Mais c’est paradoxalement Ronald D Moore qui, depuis son arrivée dans ST, a poussé les scripts vers une alliance non intégrée afin de conférer aux Klingons davantage de mordant (un parti pris qui aura atteint son paroxysme dans la saison 4 de DS9).
Néanmoins, si l’on fait la synthèse internaliste du cas Klingon depuis le début de TNG, on peut supposer que les Klingons sont partiellement membres de l’UFP (ils siègent au Federation Council), mais moyennant un statut d’autonomie politique... ainsi que d’indépendance de leur flotte par rapport à Starfleet. Je m'étais déjà penché sur cette question, notamment dans ce post-là (et les suivants).

Enfin bon, que l’Empire Klingon soit membre à part entière, membre partiel/spécial, ou simplement allié, lorsque Dax suit les trois anciens ennemis (Kor, Koloth, et Kang) de Kirk dans DS9 02x19 Blood Oath, elle ne le fait pas en tant qu’officier de Starfleet, mais en tant que Trill en mémoire de Curzon. À ce moment-là, elle ne porte plus l’uniforme de Starfleet, et c’est donc moins critiquable déontologiquement que lorsque Worf venge la mort de K'Ehleyr en assassinant Duras au nom du Right of Vengeance klingon dans TNG 04x07 Reunion.
Si l’UFP est bien une société utopique inclusive, chaque individu peut librement se choisir ses référents culturels (et genrés aussi) indépendamment de son héritage génétique. Et des épisodes comme VOY 03x18 Real Life et DS9 05x22 Children Of Time ont montré que des humains pouvaient aussi être tentés par la voie klingonne...

Maintenant, il est évident que la diversité des cultures qui composent l’UFP engendrent diverses formes d’incompatibilités avec les codes stricts de Starfleet. Mais ST n’a justement jamais manqué de mettre en scène ce type de problème, moyennant une certaine souplesse au 24ème siècle résultant de la largeur de spectre du melting pot. Et c’est heureux, car l’UFP demeure en essence une société multiculturelle (qui plus est avec une variance bien supérieure aux sociétés humaines contemporaines étant donné la diversité des espèces impliquées), et non un jacobinisme procuste qui dissimulerait un impérialisme terrien (anthropocentriste et anthropomorphe).

dvmy a écrit :

Et pour Bajor c'est juste révoltant. Jusqu'à présent c'était les planètes qui devaient s'adapter pour entrer dans les critères d'admission de la Fédération mais avec DS9 c'est la Fédération qui doit s'adapter à un peuple dont la religion archaïque domine tout leur mode de vie. C'est juste hallucinant et anti-trekien à l'extrême.

À aucun moment DS9 ne suggère que la Fédération ait changé ses critères d’admission pour complaire aux Bajorans et encore moins que la Fédération se soit d’une quelconque façon alignée sur le système de croyance bajoran.
Tout au long de DS9 et jusque dans son final DS9 07x25+07x26 What You Leave Behind, les officiers de Starfleet demeurent en tout point semblables à ceux de TNG et TOS. La religion bajoranne n’est pas entrée dans Starfleet ni au cœur de l’UFP, d’autant plus Starfleet n’a jamais cessé de prendre les Prophets pour ce qu’ils sont vraiment : des extraterrestres appartenant à une autre dimension (ou au maximum à un autre plan d’existence). Au sein de Starfleet, il n’y a en fait que le point de vue de Sisko qui est ambivalent, mais il ne s’agit pas pour autant d’une ambivalence flirtant avec la croyance des Bajorans (Sisko n’ayant jamais pris lui-même les Prophets pour des divinités) mais simplement liée en fait que Sisko possède une double nature (il est à fois humain et de la même espèce que les créatures du wormhole suite à une réécriture de son passé par eux au début de la saison 7). En fait, à la fin de DS9, le cas des Prophets est taxonomiquement quasiment le même que celui du Continuum Q à la fin de TNG. Vraiment pas de quoi fouetter un chat...

Alors certes, face à la guerre du Dominion, ST Insurrection (écrit par Michael Piller) a montré que l’UFP a possiblement assoupli certains critères d’admission pour grossir ses rangs (et c’est parfaitement réaliste durant les périodes d'attrition).
Mais cela n’a jamais explicitement concerné les Bajorans, d'autant plus que dès le pilote de la série (DS9 01x01+01x02 Emissary), pourtant co-écrit par Michael Piller, Picard donne à Sisko la mission impérieuse de faire adhérer Bajor à l’UFP ! Or la religion bajoranne était déjà parfaitement connue de Starfleet (puisque pas mal de Bajorans avaient déjà intégré Starfleet dans TNG), et à aucun moment il n’a été suggéré que Bajor devait être préalablement expurgée de sa religion. D’ailleurs, si une pareille ligne de dialogue avait existé dans ST, cela aurait été parfaitement anti-trekkien.

dvmy a écrit :

DS9 est magique. Ca commence avec Piller et par conséquent avec l'esprit trekien qu'elle n'aurait jamais dû cesser d'avoir pour s'achever dans les délires pro-religieux et mystiques de RDM et ISB, le tout noyé dans un discours qui fait l'apologie du sacrifice et du renoncement à toutes les valeurs sur lesquelles ont été fondées la Fédération. A la fin de DS9 c'est bien le propos du show: la religion est au-dessus de tout, le destin est une réalité et le sacrifice de soi c'est l'accomplissement ultime. Navré Yves, mais pour moi c'est juste écœurant.

Les dernières saisons de DS9 représentent une prise de pouvoir progressive d’ISB et de RDM au détriment de Rick Berman et de sa vision très roddenberrienne de ST (où la guerre du Dominion aurait dû être bien moins longue, la religion moins présente, la fantasy absente...). Et c’est quelque chose que je dénonce depuis avant que le PSTF n’existe...

Pour autant, il faut rester équitable : même si l’on ne partage pas certaines des convictions personnelles d’ISB et de RDM, il n’est pas possible de leur dénier l’amour et la connaissance profonde de ST, ni leur réel talent d’auteurs. Il n’est pas non plus possible de nier que DS9 est restée une série trekkienne jusqu’au bout, car ISB et RDM n’ont heureusement pas eu la liberté de faire tout ce qu’ils voulaient (grâce à la présence de Rick Berman).
Si DS9 s’était achevée à la façon de BSG 2003 avec dieu sortant des croyances subjectives pour devenir une réalité objective (ou si DS9 avait introduit comme DIS des morts revenant sous forme d’anges façon Always), alors là pour le coup, j’aurais été le premier à hurler à la trahison de ST, et encore plus fort que toi, Dvmy. wink

Mais DS9 n’est justement pas - et heureusement pas - BSG 2003 ! Et il convient de bien distinguer ces deux séries (philosophiquement très éloignées l'une de l'autre en dépit de leurs auteurs communs).

À la fin de DS9, sur le volet de la guerre du Dominion, l’UFP a fini par imposer la paix trekkienne sans recourir aux options génocidaires de la Section 31. Et à aucun moment, cette victoire ne fut le fait de la religion ou de la foi. Cette victoire fut le fait de Starfleet et de ses alliés. Elle fut uniquement le triomphe du pragmatisme, de la stratégie, mais aussi de l’humanisme (épargner les Founders plutôt que les éliminer exactement comme à la fin TOS 01x19 Arena, mais à une plus vaste échelle).
Et à la fin de DS9, cette fois sur le volet du péril des Pah-wraith, la résolution postulait logiquement de se placer sur leur plan d’existence (exactement comme dans VOY 03x07 The Q And The Grey pour le Continuum Q). Seule la nouvelle condition semi-Prophet de Ben Sisko lui permettait d’endiguer l’invasion des Pah-wraith, et finalement y survivre (non plus physiquement en tant qu’humain mais énergétiquement en tant que Prophet). Là encore, cette victoire ne fut pas le fait de la religion, mais du sens du devoir de Ben Sisko ainsi que de la confiance qu’il plaçait dans ses "compatriotes" Prophets.

Ne perdons pas de vue que le Trekverse est rempli depuis TOS d’entités pseudo-omniscientes et pseudo-omnipotentes, existant à l’état de pure énergie et/ou dans d’autres plans d’existence, et que la matérialité physique humaine a naturellement tendance à percevoir comme des formes de transcendances. Mais entériner ces natures/réalités strictement aliens, cela représente la plus puissante des démystifications trekkiennes envers ce que les religions présentent généralement comme des divinités.
Or DS9 est restée 100% fidèle à cette démystification TOSienne puisque pas un seul officier de Starfleet – ni un seul spectateur de DS9 – n’a jamais pris les Prophets – ni ensuite Sisko – pour des dieux. D'ailleurs, jusqu'à la fin de la série, Starfleet les nommera officiellement "wormhole aliens", ce qui est on-ne-peut-plus éloquent sur l'état de démystification demeuré inchangé tout au long de DS9 !
Quant au fait que les entités immatérielles nommées Prophets aient joué un rôle actif durant les sept saisons de DS9 (entre autres pour empêcher l'invasion du Dominion via le wormhole puis l'invasion des Pah-Wraiths), ce n’est sur le fond pas différent des Organians qui ont empêché la guerre entre l'UFP et Empire klingon (dans TOS 01x27 Errand Of Mercy) ou du Continuum Q qui a impacté sur l’évolution de l’humanité (cf. VOY 02x10 Death Wish).
Certes, les Prophets ont toujours conservé un caractère cryptique, leurs intentions sont souvent restées impénétrables (voire sont apparues manipulatoires et injustes envers les Bajorans), mais cette articulation narrative participe de l'idée d'une big picture inaccessible à l'entendement des protagonistes, exactement comme dans le cas du Continuum Q dans TNG/VOY, des aliens de VOY 05x14 The Fight, ou de l'agent spatio-temporel Daniels et de la Temporal Cold War dans ENT. Même si la philosophie trekkienne s'épanouit dans la démystification, il peut malgré tout être enrichissant de préserver des zones d'ombre et une part de mystère... pour conférer une dimension supplémentaire aux séries et accroître leur "inusabilité" aux revisionnages.

Après, que les Bajorans continuent de leur côté (c’est-à-dire sans y impliquer le reste de l’UFP et Starfleet) à s’accrocher à leur religion millénaire, j’admets moi-même que c’est bien dommage. Mais ce n’est pas l’existence de ce type de croyance erronée, pas plus que l’existence d’injustices dans l’univers... qui constituent en soi des trahisons de Star Trek. L’utopique UFP ne prend pas place dans l’univers des Bisounours. Le Trekverse est aussi diversifié et cruel que le nôtre, et dans l’infinité de l’IDIC, il est statistiquement inévitable que bien des individus se trompent et chérissent leurs erreurs. C’est juste du réalisme, pas de la trahison.
Quant à l’UFP, il n’a jamais été établi où que ce soit dans TOS ni dans TNG que l’abandon de toute religion faisait partie des critères d’admission dans l’UFP. Quitte à devoir le répéter, il y avait une chapelle à bord du plus emblématique vaisseau de TOS, i.e. l’USS Enterprise de Kirk (cf. TOS 01x08 Balance Of Terror) !


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

Pied de page des forums