ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#101 13-09-2013 18:17:58

scorpius
Nowhere Man

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

mypreciousnico a écrit :

Et puis oui, ne pas avoir de fin à Atlantis ça fait chier. Cette série était vraiment mon petit plaisir comic book télévisuel bariolé et elle aurait mérité un petit téléfilm conclusif.

Peut être de quoi adoucir la déception, les grandes lignes de ce qui aurait du être le téléfilm de conclusion d'Atlantis, Stargate : Extinction :
http://www.stargate-fusion.com/actualit ? antis.html


24099b5f6cfeca61d9eedf46e3fd6d4839f59c8d.gifv

Hors ligne

#102 13-09-2013 21:08:00

KIRK
R.I.P Star Trek

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

Je n'ai jamais été un grand amateur de Stargate. Le film précurseur était très médiocre et pompeux... J'ai vraiment accroché àUniverse peut-être à cause de son côté dark gravity wink et une fois de plus je regrette amèrement qu'une série de qualité n'aie pas les moyens d'aller au bout de son aventure , une parmi bien d'autres hélas !

Produire 2 films sans prendre en compte l'univers télévisuel me parais une erreur grave envers des fans qui ne reconnaitrons pas leur univers favoris. Bon après faut voir ...

Hors ligne

#103 13-09-2013 21:49:55

Tartempion
Banni(e)

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

D'un autre côté il y en a d'autres qui n'ont pas reconnu l'univers de Stargate - le film dans les séries, malgré sa faiblesse.

Hors ligne

#104 16-05-2014 19:23:12

yrad
admin

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

[En copie partielle de ce post]

Pour tenter de faire bien comprendre le bénéfice de la frustration, je vais prendre un exemple qui ne plaira probablement pas à la plupart des forumeurs du PSTF : la série Stargate Universe... que j'adore ! tongue
Dans les deux séries Stargate précédentes (SG-1 et SG Atlantis), c'était en gros comme dans ST avec la "planète de la semaine" : les héros rencontraient à chaque épisode de nouveaux extraterrestres, avec chaque fois de nouveaux défis, périodiquement de vraies idées SF (oui, car contrairement à ce que les trekkers pensent trop souvent, SG n'est pas dépourvue d'idées SF, ses scénaristes sont même pour beaucoup de vrais connaisseurs du Golden Age, et les hommages à Asimov ne manquent pas - enfin bon, là n'est pas le sujet).
Donc après 15 saisons de SG dans ce style, les gaters continuaient à se satisfaire de cette formule bien huilée, toujours riche en action (impossible de s'ennuyer) et parfois aussi en réflexion (si, si !). Pour eux, pas question de faire marche arrière, il fallait continuer coûte que coûte à enrichir le catalogue gatien.
Et voilà qu'arrive Stargate Universe... qui pour info devait à l'origine être un prequel (il en est resté quelque chose sur les plans conceptuels et contextuels, notamment en terme "d’archaïsme" technologique des Ancients par rapport aux dernière saisons de SG-1 et à SG-A, tel un échouage symbolique dans un passé antérieur à tous les autres). Or donc dans ce dernier spin-off partiellement "prequelisé", nous sommes propulsés à l'autre bout de l'univers (à des milliards d'années-lumière !) sans aucune possibilité de retour sur Terre, prisonniers d'un vaisseau automatisé qu'il est impossible de diriger, d'arrêter, ni de contrôler, et qui parcourt en FTL le cosmos depuis des centaines de milliers d'années vers une destination totalement inconnue (idée magnifique à mon sens) ! Mais dans ces insondables confins, l'espace et les planètes sont vides de vie, totalement vides ! Du coup... horreur, malheur : aucune belle allégorie, aucune noble problématique de SF en vue (même à la "façon SG"). Le désert narratif quoi... du moins apparemment.
Les épisodes s'enchaînent et se suivent, des milliers d'années-lumière filent... des problématiques basiques de survie se posent, des troubles psychologiques divisent les protagonistes... mais toujours aucun alien, aucune rencontre d'aucune sorte ! Oui... mais la nature a horreur du vide, et alors le cosmos s'impose progressivement comme un personnage à part entière, et il est d'une beauté époustouflante. On se surprend soudain à être fasciné par ce que l'on ne prenait même plus la peine de regarder, on redécouvre toute la force de la contemplation. On frôle les géantes gazeuses, on traverse les étoiles, les oranges de classe K, les bleues de type O... La BO est sublime, transcendante, littéralement cosmique (normal car signée Joel Goldsmith !). On se croirait dans la géniale série documentaire astronomique Cosmos (1980) de feu Carl Sagan.
Mais petit à petit, devant un univers si séduisant et qui semble pourtant si naturellement se passer de toute vie sensient, l'homme développe la névrose de n'être qu'une pièce rapportée, et un sentiment claustrophobe de désespoir s'installe. La hard SF - la vraie - reprend progressivement ses droits et s'impose dans toute sa froideur. Les personnages sont face à eux-mêmes, face à leur solitude... et aussi face à l'énigme silencieuse de leur épopée imposée vers l'infini...
Or voilà qu'un jour, longtemps après le début de la série, un first contact se produit ! Sans crier gare, brutal, inattendu, indéchiffrable. De gigantesques vaisseaux inconnus barrent l'horizon cosmique. Et là, il n'y a pas de dialogue possible. Ils ne parlent pas anglais. Il n'y a pas de traducteurs universels. C'est le choc, la panique, l'effroi. La crainte de commettre une erreur irréparable…
Eh bien, crois-moi, Mbuna, je n'ai jamais ressenti un premier contact d'une façon aussi écrasante, viscérale, primale. Car j'ai eu littéralement la sensation de le vivre dans mes tripes... et de comprendre désormais ce qu'implique vraiment – en terme du ressenti subjectif in situ – le choc civilisationnel huntingtonien !
Voilà le bénéfice de la frustration. Moins en dire pour mieux le dire. Priver pour permettre de renouer. Involuer pour re-étalonner. Sous-enchérir pour mieux grandir. Moins donner pour accentuer les contrastes et dévoiler les subtilités. Retenir et contenir pour davantage inspirer. (...) hehe
Alors évidemment, du point de vue du gater-type, SG Universe n'avait aucun intérêt car il ne se passait soi-disant rien 80% du temps. La série a été bashée à mort. Elle a été annulée. L'univers SG est enterré.
Tout comme pour le trekker-type qui trouvait que ST ENT n'apportait soi-disant rien de nouveau. La série a été bashée à mort. Elle a été annulée aussi. L'univers ST (du moins le vrai) est enterré également.
rip x2


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#105 19-05-2014 15:31:49

Betelgeuse
vétérane

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

yrad a écrit :

Pour tenter de faire bien comprendre le bénéfice de la frustration, je vais prendre un exemple qui ne plaira probablement pas à la plupart des forumeurs du PSTF : la série Stargate Universe... que j'adore ! tongue
Dans les deux séries Stargate précédentes (SG-1 et SG Atlantis), c'était en gros comme dans ST avec la "planète de la semaine" : les héros rencontraient à chaque épisode de nouveaux extraterrestres, avec chaque fois de nouveaux défis, périodiquement de vraies idées SF (oui, car contrairement à ce que les trekkers pensent trop souvent, SG n'est pas dépourvue d'idées SF, ses scénaristes sont même pour beaucoup de vrais connaisseurs du Golden Age, et les hommages à Asimov ne manquent pas - enfin bon, là n'est pas le sujet).
Donc après 15 saisons de SG dans ce style, les gaters continuaient à se satisfaire de cette formule bien huilée, toujours riche en action (impossible de s'ennuyer) et parfois aussi en réflexion (si, si !). Pour eux, pas question de faire marche arrière, il fallait continuer coûte que coûte à enrichir le catalogue gatien.
Et voilà qu'arrive Stargate Universe... qui pour info devait à l'origine être un prequel (il en est resté quelque chose sur les plans conceptuels et contextuels, notamment en terme "d’archaïsme" technologique des Ancients par rapport aux dernière saisons de SG-1 et à SG-A, tel un échouage symbolique dans un passé antérieur à tous les autres). Or donc dans ce dernier spin-off partiellement "prequelisé", nous sommes propulsés à l'autre bout de l'univers (à des milliards d'années-lumière !) sans aucune possibilité de retour sur Terre, prisonniers d'un vaisseau automatisé qu'il est impossible de diriger, d'arrêter, ni de contrôler, et qui parcourt en FTL le cosmos depuis des centaines de milliers d'années vers une destination totalement inconnue (idée magnifique à mon sens) ! Mais dans ces insondables confins, l'espace et les planètes sont vides de vie, totalement vides ! Du coup... horreur, malheur : aucune belle allégorie, aucune noble problématique de SF en vue (même à la "façon SG"). Le désert narratif quoi... du moins apparemment.
Les épisodes s'enchaînent et se suivent, des milliers d'années-lumière filent... des problématiques basiques de survie se posent, des troubles psychologiques divisent les protagonistes... mais toujours aucun alien, aucune rencontre d'aucune sorte ! Oui... mais la nature a horreur du vide, et alors le cosmos s'impose progressivement comme un personnage à part entière, et il est d'une beauté époustouflante. On se surprend soudain à être fasciné par ce que l'on ne prenait même plus la peine de regarder, on redécouvre toute la force de la contemplation. On frôle les géantes gazeuses, on traverse les étoiles, les oranges de classe K, les bleues de type O... La BO est sublime, transcendante, littéralement cosmique (normal car signée Joel Goldsmith !). On se croirait dans la géniale série documentaire astronomique Cosmos (1980) de feu Carl Sagan.
Mais petit à petit, devant un univers si séduisant et qui semble pourtant si naturellement se passer de toute vie sensient, l'homme développe la névrose de n'être qu'une pièce rapportée, et un sentiment claustrophobe de désespoir s'installe. La hard SF - la vraie - reprend progressivement ses droits et s'impose dans toute sa froideur. Les personnages sont face à eux-mêmes, face à leur solitude... et aussi face à l'énigme silencieuse de leur épopée imposée vers l'infini...
Or voilà qu'un jour, longtemps après le début de la série, un first contact se produit ! Sans crier gare, brutal, inattendu, indéchiffrable. De gigantesques vaisseaux inconnus barrent l'horizon cosmique. Et là, il n'y a pas de dialogue possible. Ils ne parlent pas anglais. Il n'y a pas de traducteurs universels. C'est le choc, la panique, l'effroi. La crainte de commettre une erreur irréparable…
Eh bien, crois-moi, Mbuna, je n'ai jamais ressenti un premier contact d'une façon aussi écrasante, viscérale, primale. Car j'ai eu littéralement la sensation de le vivre dans mes tripes... et de comprendre désormais ce qu'implique vraiment – en terme du ressenti subjectif in situ – le choc civilisationnel huntingtonien !
Voilà le bénéfice de la frustration. Moins en dire pour mieux le dire. Priver pour permettre de renouer. Involuer pour re-étalonner. Sous-enchérir pour mieux grandir. Moins donner pour accentuer les contrastes et dévoiler les subtilités. Retenir et contenir pour davantage inspirer. (...) hehe
Alors évidemment, du point de vue du gater-type, SG Universe n'avait aucun intérêt car il ne se passait soi-disant rien 80% du temps. La série a été bashée à mort. Elle a été annulée. L'univers SG est enterré.
Tout comme pour le trekker-type qui trouvait que ST ENT n'apportait soi-disant rien de nouveau. La série a été bashée à mort. Elle a été annulée aussi. L'univers ST (du moins le vrai) est enterré également.
rip x2

Extraordinaire description yrad ! On s'y croirait. Et tu as tout compris à la série. C'est le plus bel éloge de Stargate Universe que j'ai lu !!! yikes
Et tu peux pas savoir comme ça me fait plaisir. Je suis une gateuse à la base et j'ai été écoeurée par la haine des fans envers cette série incroyable.
Tu devrais publier ton hommage sur des sites de gaters, ça leur ferait beaucoup de bien.

Dernière modification par Betelgeuse (19-05-2014 15:39:38)

Hors ligne

#106 14-12-2014 21:35:53

IMZADI
Memory Alpha

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

Pour les gaters: une pétition pour relancer SGU
https://www.change.org/p/netflix-save-s ? =196876986


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#107 23-12-2014 01:33:26

scorpius
Nowhere Man

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

Je suis en train de me lancer dans un revisionnage de l'intégral du Gateverse depuis quelques semaines, en ayant bien sur commencé par SG1.
Et je dois dire être assez surpris que la série passe aussi bien au revisionnage. A 3 épisodes de la fin de la première saison, il n'y a que le médiocre "Emancipation" qui fut difficile à revoir, un épisode qui souffre aussi d'arriver après un lancement de saison formidable, entre le pilote très efficace et un centric sur le calvaire d'une victime possédée par un Goa'uld, sacrément intense, difficile de passer ensuite à une histoire aussi inintéressante et plate. Mais pour le reste, chaque épisode ou presque est l'occasion d'une petite histoire  SF bien sympa, d'autant que visuellement ça a plutôt bien vieilli, notamment au niveau du design d'aliens plutôt impressionnnants tels que l'Unas ou Nem. De quoi pardonner les quelques civilisation humaines un peu cheesy qu'on croise tout au long de la saison.

Intéressant aussi, avec le recul, de se rendre compte que dès cette première saison, les auteurs, donnent l'impression de savoir parfaitement ou ils vont avec leur mythologie (les Nox par exemple et leurs facultés proches de l'ascension).
Lors de ma découverte du gateverse, j'avais englouti les épisodes à un rythme effréné, au point peut être de me dégouter d'Atlantis (en dehors du pilote, pas du tout accroché sur le moment et pas fini d'ailleurs) là je vais prendre mon temps et voir comment ça se passe.

Dernière modification par scorpius (23-12-2014 02:33:38)


24099b5f6cfeca61d9eedf46e3fd6d4839f59c8d.gifv

Hors ligne

#108 23-12-2014 10:03:25

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

J'ai vu que Michael Shanks sera au TGS springbreak pour ceux que ça intéresse.

http://tgs-springbreak.fr/content/michael-shanks

MichaelShanks.png


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#109 23-12-2014 11:24:24

mypreciousnico
Who ?

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

scorpius a écrit :

Je suis en train de me lancer dans un revisionnage de l'intégral du Gateverse depuis quelques semaines, en ayant bien sur commencé par SG1.


C'est amusant, je fait de même depuis quelques temps big_smile

scorpius a écrit :

Et je dois dire être assez surpris que la série passe aussi bien au revisionnage. A 3 épisodes de la fin de la première saison, il n'y a que le médiocre "Emancipation" qui fut difficile à revoir, un épisode qui souffre aussi d'arriver après un lancement de saison formidable, entre le pilote très efficace et un centric sur le calvaire d'une victime possédée par un Goa'uld, sacrément intense, difficile de passer ensuite à une histoire aussi inintéressante et plate. Mais pour le reste, chaque épisode ou presque est l'occasion d'une petite histoire  SF bien sympa, d'autant que visuellement ça a plutôt bien vieilli, notamment au niveau du design d'aliens plutôt impressionnnants tels que l'Unas ou Nem. De quoi pardonner les quelques civilisation humaines un peu cheesy qu'on croise tout au long de la saison.

Ouais, ça vieillis bien et ça se revisonne bien. J'irais même plus loin, je crois que je préfère au revisionnage.

scorpius a écrit :

Lors de ma découverte du gateverse, j'avais englouti les épisodes à un rythme effréné, au point peut être de me dégouter d'Atlantis (en dehors du pilote, pas du tout accroché sur le moment et pas fini d'ailleurs) là je vais prendre mon temps et voir comment ça se passe.

Cette fois je visionne Atlantis en parallèle de SG1. Et je dois dire qu'en fait c’est mieux comme ça, car le tout a été hyper bien pensé et y'a plein de chose que l'on rate en regardant les deux séries séparément.

Hors ligne

#110 10-01-2015 18:54:18

scorpius
Nowhere Man

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

mypreciousnico a écrit :
scorpius a écrit :

Je suis en train de me lancer dans un revisionnage de l'intégral du Gateverse depuis quelques semaines, en ayant bien sur commencé par SG1.


C'est amusant, je fait de même depuis quelques temps big_smile

Les grands esprits se rencontrent mdr

Cette fois je visionne Atlantis en parallèle de SG1. Et je dois dire qu'en fait c’est mieux comme ça, car le tout a été hyper bien pensé et y'a plein de chose que l'on rate en regardant les deux séries séparément.

Je vais faire pareil je pense smile

Bon sinon je poursuis tranquillement mon revisionnage et je voulais revenir sur un point qui est souvent moqué à savoir les fameuses forêts canadiennes lol
Je me rends compte finalement qu'à partir de la saison 3, les auteurs font des efforts pour varier les environnements. Bien sûr, les forêts restent majoritaires, n'empêche on a quand même la possibilité de visiter des lieux plus ou moins différents. Ca se limite souvent à des souterrains ou à des habitations qu'on aura établies avec un matte painting, malgré tout ça change et ça reste cohérent avec l'approche "naturaliste" de la direction artistique.

La volonté d'être très rigoureux sur la continuité et la cohérence au sein de l'univers de la série (et parfois même avec le film) est aussi vachement plaisante. Par exemple le fait qu'au détours d'un dialogue presque anodin, on nous explique pourquoi la sortie d'un vortex d'une porte est beaucoup moins rude. C'est le genre de chose qui aurait tout à fait put passer en tant que pure convention télévisuelle nécessaire à la série (après tout on ne va pas montrer les personnages arrivants en vracs et gelés, chaque semaine, sur chaque planète, ce serait redondant) mais non, on met quand même le doigt là-dessus. Ce n'est qu'un petit détail mais j'apprécie.

Dernière modification par scorpius (10-01-2015 19:00:30)


24099b5f6cfeca61d9eedf46e3fd6d4839f59c8d.gifv

Hors ligne

#111 14-01-2015 16:22:39

IMZADI
Memory Alpha

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

mypreciousnico a écrit :

Cette fois je visionne Atlantis en parallèle de SG1. Et je dois dire qu'en fait c’est mieux comme ça, car le tout a été hyper bien pensé et y'a plein de choses que l'on rate en regardant les deux séries séparément.

Avant d'abandonner le visionnage, c'est ce que je faisais, les liens entre les deux séries sont bien plus forts que ceux entre les séries ST, d'ailleurs je regarde TNG et DS9 en croisé. A la fin de la saison 8 de SG1, les héros voyagent vers le passé à l'époque de l'ancienne égypte et y découvre un PCL (le truc d'énergie pour ouvrir les portes) ils font en sorte de le récupérer dans le présent. Immédiatement SGA commence sa saison 2 avec cette info et désormais Atlantis n'est plus isolée.

Tu as toujours le wiki Star Gate pour trouver vraiment le classement de épisodes pour les suivre en croisé.

http://fr.stargate.wikia.com/wiki/2005

En tout cas, lorsque je reprendrai le visionnage, je poursuivrai la chronologie interne !

Dernière modification par IMZADI (14-01-2015 16:22:59)


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#112 26-02-2015 20:23:15

scorpius
Nowhere Man

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

J'ai terminé mon revisionnage de SG1...

J'aurais tendance à pas mal réviser mon jugement en ce qui concerne Apophis. J'avais été assez critique, tant envers l'acteur que le personnage et finalement, je trouve qu'il reste le Goa'Uld le plus marquant de la série. J'ai tout particulièrement apprécié cet épisode ou il agonise et ou l'on découvre l'hôte, un pauvre égyptien de l'antiquité, contraint de vivre un véritable cauchemard éveillé de plusieurs siécles. Tout simplement glaçant.
Pour rester sur les Goa'Uld, l'ajout de la Tok'ra a permis d'éviter de "diaboliser" toute une espèce (aussi peu ragoutante soit-elle ) ce qui était franchement appréciable et puis l'immense toutéliage de toutes les intrigues en saison 8 était très sympa, les auteurs ont réussis à ne pas rendre cela indigeste, vraiment pas mal...
(le duel mental entre Daniel Jackson & RépliCarter devrait faire kiffer Bucky mdr )

J'ai quelques réserves sur l'arc Ori en revanche, d'un côté il était plaisant de découvrir les origines des anciens mais d'un autre côté, il y a pas mal de trucs qui m'ont fait tiquer. Si sur le papier la confrontation science vs religion était prometteuse, à l'écran le traitement est ultra-basique. Ca manque cruellement de nuances, les Oris sont juste des fanatiques assoiffés de pouvoirs et finalement on ira pas plus plus. Dommage aussi qu'au niveau des fidèle humains ce soit assez peu développé, il y a bien la résistance dans la galaxie natale des Oris mais là encore ce n'est pas une chose que la série prend le temps d'explorer suffisamment. Il y aura bien Tomin dont l'arc si il avait été un peu plus possé aurait pû être évocateur mais ça arrive un peu tard...
Ah et puis SG1 & Merlin qui génocident les Oris, ça m'a mis un peu mal à l'aise. Ok les Oris sont maléfiques (la preuve, ils sont symbolisés par du feu roll ) n'empêche, j'aurais préféré quelque chose de moins radical. Que la machine de Merlin inverse leur évolution, les rendants à nouveau mortels ou un truc du genre peut être.

Bon, je suis pas mal négatif, ceci-dit il y avait des idées bien cools dans cet arc : les prieurs, les supergates, Morena Baccarin love sans oublier Claudia Black qui apporte une vraie bouffée de fraîcheur (au contraire d'un Ben Browder totalement insipide).
Par contre le téléfilm "ark of truth" m'a paru carrément bâclé, en dehors du réplicateur/terminator rigolo, ça rejoue la saison 8 sans grande conviction : l'arche à la place de Dakara, dans le role de la machine bien utile en forme de deux ex machine, la confrontation entre Adria & Morgane qui renvoie à Oma & Anubis. Pas convaincu du tout.

En revanche "Continuum" était excellent, ça joue avec un grand nombre de concepts déjà exploités dans la série, pourtant contrairement à "ark of truth" je n'ai pas eu ce sentiment de redite. Peut être aussi parce que c'est mieux écrit tout simplement (à l'image de la machine servant à voyager dans le temps, ça ne donne pas l'impression de "sortir du chapeau", puisse que c'est un truc que la mythologie de la série a largement préparée en amont) et qu'il y a un vrai souffle qui se dégage de ce téléfilm.

Pour finir, je regrette fortement que le téléfilm "Révolution" n'ait pas vu le jour, la divulgation du programme Stargate était un sujet passionnant, l'épisode "2010" est l'un des meilleurs de la série, d'ailleurs si ce téléfilm était sorti la même année, ça aurait crée un parallèle fascinant, dommage sad

Dernière modification par scorpius (26-02-2015 20:29:36)


24099b5f6cfeca61d9eedf46e3fd6d4839f59c8d.gifv

Hors ligne

#113 26-02-2015 21:25:15

matou
modérateur

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

C'est amusant, tu passes plus de temps à décrire les dernières saisons que les 8 premières. Je pense que cela vient du fait qu'il y a deux séries en une. La première finit avec la saison 8 et la seconde commence avec la saison 9.
L'arc Ori je le trouve trop dans la "fantasy" et comme toi, je le trouve plus basique et simpliste.

Hors ligne

#114 26-02-2015 21:45:01

matou
modérateur

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

De plus Ben Browder, j'adhère pas.

Hors ligne

#115 26-02-2015 21:45:57

mypreciousnico
Who ?

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

scorpius a écrit :

J'ai terminé mon revisionnage de SG1...

J'ai également fini le mien, il y a quelques temps déjà.
Ce soir, je termine Atlantis et je commence Universe à laquelle il est plus que temps que je donne une seconde chance (je m'étais arrêté au tout début de la saison 2 à l'époque, alors qu'elle était encore à l'antenne).

Scorpius, tu n'a pas regardé Atlantis en parallèle de SG1 du coup ?

Soyons clairs, globalement je revois la saga à la hausse. J'avais bien aimé la première fois, j'ai carrément pris mon pied au revisionnage, notamment lors de l'arrivée d'Atlantis, car les deux show s'imbriquent super bien et s'enrichissent l'un l'autre en même temps qu'ils enrichissent l'univers de la saga.

Et alors qu'Atlantis touche à sa fin, je suis saisi du fameux spleen de la série annulée...J'ai les boules que cet univers ait été annulé avec deux séries sans vraie fin. Il y avait encore des tas de choses à dire.

Surtout qu'en ces temps de disette science-fictionelle, Stargate m'apparait aujourd'hui comme une bouffé d'air frais, un refuge de vrai SF, au même titre (mais moindre certes en qualité) que Star Trek ou B5. Comme Yrad et moi l'avons souvent écrit, voila un univers qui s'est construit petit à petit à partir d'une base de départ plutôt moyenne (une saga d'emprunt issue d'un film moyen) jusqu’à devenir un vrai univers de SF, riche tant en termes de quantité que de qualité. Un univers qui a su proposer des histoires de SF souvent passionnantes et parfois même brillante (2010 que tu cite Scorpius est un bon exemple d'épisode très réussi).

Un univers de SF que je place même aujourd'hui, ne me pend pas Scorpius, devant Doctor Who.

Il y a de quoi être plus déçu que jamais que Roland Emmerich ait repris la main sur la saga, pour un reboot en plus yikes_mad

matou a écrit :

L'arc Ori je le trouve trop dans la "fantasy" et comme toi, je le trouve plus basique et simpliste.

Je trouve que le cœur de la saison 9 est un peu plus faible, mais en dehors de ça j'ai vraiment aimé l'arc Ori et je ne le trouve pas spécialement Fantasy, du moins pas sur le fond.

Le problème, c’est que l'arc est un peu fauché en plein vol à cause de l'annulation de la série à la saison 10 (sur un épisode incroyablement bon) et que the Ark Of Truth fait ce qu'il peux pour résumer une potentielle saison 11 en 2 heures de temps. Du coup, comme Scorpius, je le trouve intéressant mais bancal.

Continuum c’est du tout bon à tout les niveaux, j'adore ce téléfilm, il conclu vraiment SG1 en beauté.

scorpius a écrit :

Pour finir, je regrette fortement que le téléfilm "Révolution" n'ait pas vu le jour, la divulgation du programme Stargate était un sujet passionnant, l'épisode "2010" est l'un des meilleurs de la série, d'ailleurs si ce téléfilm était sorti la même année, ça aurait crée un parallèle fascinant, dommage sad

Ouais, quel dommage !
Mais l'annulation qui me désole le plus, je pense que c'est Stargate Revolution, le téléfilm Atlantis...

Hors ligne

#116 26-02-2015 22:19:14

scorpius
Nowhere Man

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

mypreciousnico a écrit :

Scorpius, tu n'a pas regardé Atlantis en parallèle de SG1 du coup ?

Si, si mais il me reste encore la saison 5 à voir, du coup j'en parlerai lorsque j'aurais tout vu smile

Soyons clairs, globalement je revois la saga à la hausse. J'avais bien aimé la première fois, j'ai carrément pris mon pied au revisionnage, notamment lors de l'arrivée d'Atlantis, car les deux show s'imbriquent super bien et s'enrichissent l'un l'autre en même temps qu'ils enrichissent l'univers de la saga.

Tiens d'ailleurs un élément qui m'a beaucoup plu c'est la façon dont le terrain pour le spin-off est préparé dans la série-mère. Ca rend la transition hyper-organique (le seul petit reproche étant le recast de Weir, d'autant que j'ai une petite préférence pour l'actrice originale.
Du coup, je trouve dommage qu'il n'en fut pas de même pour Universe (que j'adore) avec tout ce qui tourne autours du neuvieme chevron. 

Et alors qu'Atlantis touche à sa fin, je suis saisi du fameux spleen de la série annulée...J'ai les boules que cet univers ait été annulé avec deux séries sans vraie fin. Il y avait encore des tas de choses à dire.

Je suis un peu dans le même cas au moment d'attaquer la saison 5, puisse que je sais qu'il n'y a pas de fin, je vais juste savourer ces épisodes autant que possible lol

Un univers de SF que je place même aujourd'hui, ne me pend pas Scorpius, devant Doctor Who.

Ah mais aucun souci smile
Moi-même sans aller aussi loin, (DW forever, faut pas déconner tardis )je suis le premier surpris du plaisir que m'a procuré ce revisionnage.

Il y a de quoi être plus déçu que jamais que Roland Emmerich ait repris la main sur la saga, pour un reboot en plus yikes_mad

J'avoue être malgré tout très curieux de découvrir les divergences entre la vision d'Emmerich et la façon dont Brad Wright s'est approprié cet univers oops

Mais l'annulation qui me désole le plus, je pense que c'est Stargate Revolution, le téléfilm Atlantis...

Ah par contre si je dois pointer du doigt ma plus grosse frustration, ce serait plutôt l'annulation d'Universe (quel atroce cliff' ).


24099b5f6cfeca61d9eedf46e3fd6d4839f59c8d.gifv

Hors ligne

#117 26-02-2015 22:26:00

scorpius
Nowhere Man

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

matou a écrit :

C'est amusant, tu passes plus de temps à décrire les dernières saisons que les 8 premières. Je pense que cela vient du fait qu'il y a deux séries en une. La première finit avec la saison 8 et la seconde commence avec la saison 9.

Oui tout à fait, d'ailleurs les scénaristes eux-même évoquent cette saison 9 comme une "nouvelle" série. Il y a un paquet d'épisodes des 8 premières saisons dont j'aurais aimé parler spécifiquement durant mon revisionnage, mais par manque de temps (et un peu par feignantise) je ne l'ai pas fait. 

L'arc Ori je le trouve trop dans la "fantasy" et comme toi, je le trouve plus basique et simpliste.

C'est vrai que l'imagerie, avec les sorciers, les armées aux allures médiévales et l'aspect très manichéen des Ori fait très "fantasy" pour le coup sur la forme ça ne m'a pas du tout dérangé.

Dernière modification par scorpius (26-02-2015 22:28:37)


24099b5f6cfeca61d9eedf46e3fd6d4839f59c8d.gifv

Hors ligne

#118 27-02-2015 00:20:33

matou
modérateur

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

Ce n'est pas le décorum que je qualifie de Fantasy, c'est les relations sociale et le type de société des Oris.
Avant SG1 avait toujours su approfondir ses créations pour y apporter de la nuance et de la complexité. Les Jaffa en étant un bel exemple.

Hors ligne

#119 27-02-2015 00:40:59

scorpius
Nowhere Man

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

Ouaip, sur la fond je suis d'accord avec toi, tout cela aurait bien mérité d'être approndis. C'est bien pour ça que j'ai pris soin de séparer la forme et le fond et je dois dire que visuellement, j'ai totalement adhéré aux diverses influences d'ordres médiévales/fantasy.


24099b5f6cfeca61d9eedf46e3fd6d4839f59c8d.gifv

Hors ligne

#120 27-02-2015 01:08:35

matou
modérateur

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

Perso j'adore les saisons 5, 6 et 7 plus que les autres. Avec cependant une certaine tendresse pour la première saison.

Hors ligne

#121 28-02-2015 13:54:08

scorpius
Nowhere Man

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

matou a écrit :

Perso j'adore les saisons 5, 6 et 7 plus que les autres. Avec cependant une certaine tendresse pour la première saison.

La saison 6 est absolument formidable !
J'admets que si je la tient en si haute estime c'est en partie grace au personnage de Jonas, j'adore l'acteur Corin Nemec.
Pas facile de prendre la relève d'un personnage comme Daniel Jackson, pourtant Jonas réussi à trouver sa place tout naturellement. Au passage, la façon dont les scénaristes ont abordés les conséquences de l'ascension de Daniel était parfaite : d'un point de vue scrictement émotionnel, c'était très fort (avec un théme musical très touchant) sans pour autant en faire des caisses (l'excellent épisode écrit par Christopher Judge 'the changeling" en est un parfait exemple).

J'ai cru comprendre que si on avait la chance d'avoir une saison 11, il était prévu de montrer Jonas dans une position de leader alors qu'il dirige la resistance anti-Ori sur sa planète, encore un autre regret de ne pas avoir vu ça...


24099b5f6cfeca61d9eedf46e3fd6d4839f59c8d.gifv

Hors ligne

#122 01-03-2015 07:18:42

yrad
admin

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

Bon allez, tant pis, quitte à décevoir ou indigner pas mal de monde, je vais faire mon coming out ! mrred

Depuis presque deux mois, en parallèle d'un rattrapage intensif de visionnages en retard (je n'avais rien pu voir durant la seconde moitié de 2014), et de quelques "pèlerinages" roboratifs du côté de ces vieux films que Tartempion et moi adorons… je me suis lancé dans le revisionnage intégral de l'univers Stargate (je suis d'ailleurs en ce moment plongé dans le coffret Blu-ray de la cinquième saison de SG Atlantis). 

Eh bien, la vérité est que je m'estime désormais gater à part entière !!! oops
Certes, pas autant que trekker (s'agirait pas non plus de confondre l'original avec la copie lol).

Il n'empêche que devant le gigantisme de ce rejeton maudit de Star Trek, son impressionnant degré de cohérence interne (pas grand chose à envier à B5 sur ce terrain…), son incroyable intrication avec la réalité contemporaine (record de mises en abyme à tous les niveaux), son jeu perpétuel avec la culture SF audiovisuelle des spectateurs (façon Sergio Leone avec la culture western), ses hommages à la SF littéraire (et notamment à Asimov), son puissant sens de l'autodérision mais sans jamais décrédibiliser les structures ni l'univers lui-même, et mine de rien tout son catalogue d'idées de vraie SF voire de hard-SF (qui sans être aussi nombreuses, innovantes et pointues que dans ST ou B5 n'en demeurent pas moins bien réelles et pour certaines sans équivalent ailleurs)... je dis "respect" à Jonathan Glassner, Brad Wright, et Robert C. Cooper ! thanks
A fortiori lorsqu'on sait de quel putain de sous-nanar emmerichien ils sont partis en 1994. Mais ce qui est tout à fait exceptionnel (car très inhabituel dans l'industrie des séries), c'est qu'entre 1997 et 2011 (15 ans), la qualité d'écriture et de production de Stargate n'a cessé de croitre sans aucune inflexion ni passage à vide (une dynamique digne du Star Trek bermanien !). Ainsi :
- chaque saison de SG-1 fut supérieure à la précédente (je devine là un gros point de désaccord avec Matou et Scorpius tongue … donc pas mal de débats à venir… car oui, j'ai beaucoup d'estime pour les trois dernières saisons de SG-1 à mon sens pas fantasy pour un sou) ;
- SG Atlantis aura réussi à faire mieux encore (avec cette fois pas mal de vraies thématiques trekkiennes et une ambiance archéo-futuriste unique), et sa cinquième et dernière saison (avec Robert Picardo en tête d'affiche) est un pur joyau ;
- SG Universe s'est carrément élevée au rang de chef d'œuvre… mais elle fut tellement originale, tellement incomprise (comme en son temps ST ENT pour le Trekverse) que ce fut l'audace de trop aux yeux des fétichistes gaters (ce qui valut à la série d'être annulée et à l'univers Stargate d'être définitivement enterré en 2011 – un triste air de "déjà vu" pour moi rain).

Je peux bien sûr toujours dresser une liste de défauts longue comme mon bras (la question linguistique étant celui qui passe toujours le plus mal en ce qui me concerne), mais aucun n'est épistémologiquement rédhibitoire (contrairement à ceux que je pourrais trouver par exemple dans BSG 2003).
Et la réalité est qu'en ces temps de pénurie science-fictionnelle, ayant fait vraiment le tour de tous des univers imaginaires audiovisuels, j'éprouve un authentique plaisir à revoir n'importe quel opus de l'univers SG… et même un véritable émerveillement – digne de ST - lorsqu'il est question de SG Universe (à ce jour la série à m'avoir le plus donné l'impression d'ÊTRE VRAIMENT DANS L'ESPACE, et pour l'astronaute raté que je suis, c'est une sensation qui n'a pas de prix joy).

Alors j'ai finalement décidé de complètement assumer ce plaisir coupable gatien et de n'en avoir plus honte publiquement… quitte pour cela à comparaître devant le Sanhédrin des trekkers. viadolorosa
 
J'espère que Scorpius me pardonnera également de préférer désormais (comme Mypreciousnico) l'univers Stargate à celui de Doctor Who (dont je connais pourtant presque par cœur tous les épisodes produits depuis 1963 et que je continue à suivre assidûment même si je manque de temps pour en discuter sur le forum). Mais le fait est que lorsqu'on en vient à la cohérence internaliste et au respect des sciences réelles (critères déterminants à mes yeux !), l'univers de Doctor Who ne tient pas du tout la comparaison avec celui de Stargate.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#123 01-03-2015 09:35:04

hm13
BorgCube Alpha

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

mais oui, on te le disait, elle est pleine de bons côtés cette série, avec plein de personnages attachants... même si la formation du quatuor main cast formé, chef séducteur / femme (intelligente et sachant se battre de préférence) / costaud qui vient qu'on ne sait où / scientifique mal sociabilisé peut sembler irritant des fois

Dernière modification par hm13 (01-03-2015 09:50:33)


on ne me résiste pas...

Hors ligne

#124 01-03-2015 11:24:28

yrad
admin

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

hm13 a écrit :

mais oui, on te le disait, elle est pleine de bons côtés cette série, avec plein de personnages attachants...

Euh... j'ai rarement entendu les vétérans dire de si jolies choses sur Stargate... wtf

A l'origine sur le PSTF comme dans toutes les communautés trekkies IRL, l'opinion que j'ai surtout lue et entendue, la "vérité" qui était assénée avec la délicatesse d'un marteau-piqueur, c'est que Stargate est de la "merde" faisant honte à Star Trek... et qu'il n'est pas possible d'être gater sans trahir la "cause" trekkienne . mdr


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#125 01-03-2015 13:17:54

hm13
BorgCube Alpha

Re : Stargate : le challenger télévisuel américain de Star Trek !

bin disons que je n'ai pas l'habitude de bâtir mes opinions sur des a-priori... si je lis les commentaires, je préfère me fier à mes visionnages, même après diffusion, me donnant des fois des surprises sympathiques comme avec Ghost Whisperer...
avec Stargate, on ne cherche pas forcément des histoires "prise-de-tête", mais elles sont bien construites (prends en de la graine J.J. ! ), les personnages  bien dessinés (trop bien peut-être encore si on reprend ma critique plus haut wink ), surtout adultes et/ou capables d'évolution (pan sur les doigts encore J.J. ! ), en bref les ingrédients indispensables pour faire une série qu'on va suivre dans la durée, après on accroche ou pas suivant ses goûts, pour ma part j'ai du mal avec tout ce qui est sitcoms...


on ne me résiste pas...

Hors ligne

Pied de page des forums