ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#876 24-12-2023 15:06:38

Pok
vétéran

Re : Chat room

Flash required


♫ space maybe the final frontier but it's made in a Hollywood basement ♫

En ligne

#877 24-12-2023 17:47:40

dvmy
Génie incompris qui se comprend

Re : Chat room

Ahh le fossoyeur de films, un gars dont j'aime le travail mais paradoxalement je ne suis quasiment jamais d'accord avec lui. Ici c'est pareil. Non le cinéma c'était pas mieux avant, c'est juste qu'Hollywood est en crise comme ça a été le cas de nombreuses fois dans son histoire. Les coupables sont clairs pour moi: Marvel et Netflix. Et le cinéma c'est pas que Hollywood, bien heureusement. Le problème Marvel ce n'est pas la "formule". Il y a toujours eu des "formules". C'est juste que les films (et particulièrement les franchises) sont actuellement conçus comme des séries télé, et on n'écrit pas un film comme on écrit un épisode de série. Netflix c'est la même chose: même leurs blockbusters ont des allures de téléfilms de luxe. Le dernier Snyder ne fait pas exception à la règle: jamais un film écrit et monté de cette manière n'aurait eu l'envergure d'un film de cinéma. On ne raconte pas une histoire dans un film comme on le fait dans un épisode de série. les films Hollywoodiens aujourd'hui c'est prendre son temps, étirer l'intrigue, bavarder beaucoup, faire de remplissage et donner l'envie au spectateur de voir la suite. C'est comme ça qu'on procède en télévision. Non c'était pas mieux avant mais avant c'est la tété qui s'inspirait du cinéma et aujourd'hui c'est l'inverse. Dirigez vous vers le cinéma asiatique, il n'est pas encore atteint par cette maladie télévisuelle.


On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. (Desproges)

Hors ligne

#878 25-12-2023 16:41:44

Pok
vétéran

Re : Chat room

Le titre est en effet très mal choisi, la réflexion se focalise essentiellement sur les blockbusters des gros studios (Hollywood, Disney, Sony, etc.), ce qui ne constitue pas en effet l'entièreté du Cinéma. Néanmoins cette vidéo rejoint de nombreux points, que j'observe et exprime ici depuis pas mal de temps sur cette culture de masse, aussi je ne vais pas les répéter.

Cela dit, pour rester sur ces majors de la production audiovisuelle (à laquelle j'ajouterai les jeux vidéos), la question pour moi n'est pas tant "qui s'inspire de qui", mais le fait que, structurellement, ce sont les mêmes désormais qui produisent (de façon industrielle) l'essentielle du divertissement de masse, dont nos franchises adorées sont captives. Tel film ne trouvera sa vraie conclusion que dans une série (à venir), qui elle-même sera un prequel d'un autre film (à venir), dont l'intrigue se déroulera dans une cité que l'on pourra explorer dans un jeu vidéo officiel (à venir), dans lequel on rencontrera un personnage central d'une nouvelle série (à venir), etc. Une culture Ready Player One dans laquelle nos objets culturels ne sont plus que ça, des objets, des univers fétichisés jusqu'au ridicule, vidés de sens...

Les studios ne produisent plus seulement des films mais du divertissement au sens large (global) du terme. Alors qui se souci encore de faire du Cinéma dans ce contexte? Les grosses franchises sont actuellement développées pour du Crossed Plaforms, des univers, qui par leur omniprésence, nous invite à nous y replonger régulièrement, et pourquoi pas, à se substituer au réel (pour les plus captifs).

Je me souviens qu'à la sortie de la salle de Star Wars VII, je me disais que je ne serais pas surpris si, dans les prochaines productions Star Wars on finissait par voir un stormtrooper faire coucou à la caméra, ou portant une pancarte: "Maman, je suis dans Star Wars!". On n'est plus très loin de l'idée.

Malgré la multiplication des canaux de diffusion et la liberté de création offerte à chacun grâce aux nouveaux outils, leur hégémonie sur le marché de l'attention est écrasante, étouffante, et laisse peu de place aux autres, voire... à rien. Et je n'aborde même pas la question de la manière dont nous-mêmes consommons ces divertissements, du type de temps que nous leurs consacrons, de l'importance que nous leurs attribuons.

Ces critiques courent depuis des années déjà, mais ce n'est pas, à mon sens, qu'une crise à Hollywood, mais bien une crise plus large. Mais je vais m’arrêter là.

Dernière modification par Pok (25-12-2023 19:17:14)


♫ space maybe the final frontier but it's made in a Hollywood basement ♫

En ligne

#879 25-12-2023 18:56:32

dvmy
Génie incompris qui se comprend

Re : Chat room

Le problème c'est pas le côté mercantile d'Hollywood qu'il faut opposer au côté artistique car Hollywood a toujours fonctionné comme ça, et je suis par ailleurs un fan du cinéma d'exploitation d'il y a plusieurs décennies. C'est une industrie avant tout, et on peut y faire de l'art. Pour moi le fond du problème c'est l'écriture télévisuelle des 20 dernières années, ce qui a fait explosé la frontière entre les films, les téléfilms et les séries. Une fois encore, ces différentes façon de raconter et de visualiser une histoires sont antinomiques donc aujourd'hui on se retrouve avec des films aux allures de téléfilms écrits comme des épisodes de séries, et ça ne peut pas fonctionner pour un film de cinéma. Auparavant on pouvait faire un très bon film avec un scénario médiocre parce que le cinéma est avant tout un art visuel hérité des premiers films muets. Les longs dialogues, la caractérisation à outrance, les explications abondantes: tout ceci était le domaine des séries et des téléfilms, car avec leurs budgets restreins le visuel n'a jadis jamais été leur priorité. A la télé on ne pouvait pas se reposer sur le visuel. Aujourd'hui les séries rivalisent de moyens avec les films, et comme le public télé et avant tout attiré par le contexte, aime prendre son temps et adore les relations entre les personnages ça donne des films qui sont écrits et rythmés comme pour des œuvres télé et des œuvres télé qui ont le visuel de films de cinéma, et tout ceci se mélange, se ressemble, devient interchangeable, et fait peu à peu ressembler Hollywood à un Network télévisuel qui ne sait plus ce qu'est un FILM DE CINEMA.

Dernière modification par dvmy (25-12-2023 19:00:35)


On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. (Desproges)

Hors ligne

#880 26-12-2023 15:22:55

matou
modérateur

Re : Chat room

Je rajouterai, sans tirer sur tous les vidéastes, que le problème c’est qu’il n’y a plus de passeur de culture.
Cad des gens qui sont là pour promouvoir une culture au grand public. Sans faire dans la niche ni dans le simplisme.
L’industrie a décrété que cela n’était pas rentable et renvoie à YouTube. Je caricature un peu mais voilà.
Il y a profusion de podcast, de chaînes  Twich ou YT qui parlent du cinéma. Certains pour les clics et en vivre. D’autres par passion.
Mais ce morcèlement empêche une visibilité d’ensemble.
Et donc dur de trouver désormais des passeurs de culture, capables de donner à voir et à comprendre des œuvres différentes de celles actuelles.

Cela peut expliquer pourquoi les derniers produits de divertissement de masse sont avant tout calqué sur la télé, qui a été l’essor des 20 dernières années, au point de s’affranchir même de son format (de télé dite linéaire à un service de vidéo à la demande).
Les gens comme le montre Pok mangent de ce format dans tout (divertissement de type « les reines du shopping où les caractères sont mis en avant, les séries de type NCIS, les jeux vidéos avec les sous quêtes).
Quand on ne sait plus ce que le cinéma a été ou peu être, on copie ce que l’on a constamment.
Dvmy le dit souvent mais des réalisateurs actuels semblent avoir perdu en culture de leur art. Je le dis souvent, les exécutifs encore plus .

Quelque part pléthore d’offres de sources sur le cinéma et une industrie qui n’a plus cure de promouvoir son passé, cela aboutit à une standardisation.

Hors ligne

#881 26-12-2023 21:04:18

dvmy
Génie incompris qui se comprend

Re : Chat room

Pas tout à fait d'accord, mais c'est vrai que l'ensemble des Youtubeurs ciné mainstream manquent cruellement de culture ciné, ou alors celle ci démarre avec les années 80 et quelques classiques es décennies précédentes. Ceci dit il existe tout de même de vrais cinéphiles passionnés qui connaissent et aiment les vieux films ou l'histoire du cinéma. En fait les youtubeurs ciné sont avant tout des consommateurs d'audio-visuel et parlent de la même manière de films et de séries sans - encore une fois - faire clairement la distinction antre les deux médias. J'ai récemment discuté avec une personne qui considérait que les serials étaient davantage des épisodes de séries télé que des films de cinéma, or c'est totalement faux et c'est mal connaitre l'histoire du cinéma et ses premières décennies où tout était court ou moyen métrage. Dans un serial tout doit aller très vite et les contraintes budgétaires n'on jamais été un obstacle au spectacle visuel... tout l'inverse des séries jusqu'au début des années 2000.

Dernière modification par dvmy (26-12-2023 21:05:13)


On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. (Desproges)

Hors ligne

Pied de page des forums