ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Ultime Frontière présente ses meilleurs vœux à ses membres et à ses (nombreux) lecteurs fidèles.
Puisse cette nouvelle année 2020 être réellement un 20/20...
Longue vie et prospérité à toutes et à tous.

#1 14-01-2020 11:31:05

scorpius
Nowhere Man

Doctor Who 38x02 Spyfall, part 2 (Docteur 13)

Doctor Who 38x02 Spyfall, part 2 (Docteur 13)

Crédits officiels

- Scénario - Chris Chibnall
- Réalisation - Lee Haven Jones

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 0 [0%])

    0%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 0 [0%])

    0%

  3. 8 (excellent)(voix 0 [0%])

    0%

  4. 7 (bon)(voix 1 [50%])

    50%

  5. 6 (correct)(voix 0 [0%])

    0%

  6. 5 (passable)(voix 0 [0%])

    0%

  7. 4 (insuffisant)(voix 0 [0%])

    0%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 1 [50%])

    50%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 2

Les invités ne peuvent voter


ec9e91c03971a79d846f2463b4d531275516eb68.gifv

Hors ligne

#2 14-01-2020 12:32:03

scorpius
Nowhere Man

Re : Doctor Who 38x02 Spyfall, part 2 (Docteur 13)

C'était pas terrible.

La faute à un scénario bordélique, aux enjeux qui n'ont aucun sens et à des méchants dont les motivations sont des plus obscures (en gros, ils sont méchants 'parce que').

Comme le précédent, ça reste relativement divertissant dans la mesure ou ça bouge beaucoup, c'est très (très) con, particulièrement notre trio de compagnons qui sont de vrais pieds nickelés (la résolution du cliffhanger est assez symptomatique, ce n'est pas eux faisant preuve d'une quelconque compétence qui s'en sortent, tout repose sur un Deus Ex Machina impliquant le Doc'). Seul aspect à peu près positif, ils ont enfin décidés de se poser des questions sur 13 et tentent activement d'en savoir plus sur son passé (au bout de 13 épisodes).

Ce qui tourne autours du Doc' n'est guère plus engageant, alors certes on voyage, on rencontre quelques visages connus (Ada Lovelace, Noor Khan) mais ces personnages n'ont guère d'impact. Ca semble se résumer à Chibnall qui a décidé d'entourer le Doc' de femmes célébres.. D'autant plus problèmatique que moralement il y a des choses très discutables, avec le Doc' qui décide d'effacer leur mémoire de façon très cavalière. Quand on pense notamment au destin tragique de Noor, ça laisse un drôle de gout en bouche. Surtout après l'arc de Clara et le traumatisme qui en a résulté pour Twelve. Un traumatisme qui aura mis du temps à guérir et dont la résolution aura mis en avant l'importance de la mémoire, justement... Le pire étant que l'épisode ne questionne même pas la portée morale/immorale des actes du Doc', c'est traité avec une désinvolture qui fait froid dans le dos. Si ça indique la volonté de développer un 'côté obscur' pour 13, je dis pourquoi pas ( ce Doc' aurait bien besoin de quelques aspérités) mais je doute que Chibnall soit capable de vraiment en faire quelque chose de pertinent.

Mais bon, j'ai surtout l'impression que ça vient s'inscrire dans l'espèce de gigantesque retcon de toute l'ère Moffat qui commence dans cet épisode :

Retour à la case départ pour les Time Lords/Gallifrey, sauf que cette fois ce n'est pas le Doc' qui est responsable de leur destruction, mais le Master lui-même. Chibnall qui semble justifier le retcon de la rédemption de Missy en mettant en faute les Time Lords qui ont mentis/manipulés tant le Doc' que le Master lui-même (faut croire que Rassilon, déjà responsable de la folie du Master ce n'était pas suffisant). Le Master s'est donc vengé en détruisant Gallifrey (la planète existe encore mais le Master a bombardé la surface, tuant tous les Time Lords).
C'est assez naze, avec un Sasha Dahwan beaucoup moins convaincant sur la durée. Il n'est pas forcément en cause, c'est juste que son association avec Jodie ne fonctionne pas. Faut dire que Chibnall écrit tout cela un peu n'importe comment, avec encore une fois une 13 qui agit moralement de façon très discutable (en gros elle utilise la couleur de peau de Master pour le condamner auprès des nazis. Totalement gratuit dans la mesure ou elle l'avait déjà piégé, le faisant passer pour un agent double. M'enfin).

Dernière modification par scorpius (15-02-2020 18:28:54)


ec9e91c03971a79d846f2463b4d531275516eb68.gifv

Hors ligne

#3 15-02-2020 17:49:04

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 38x02 Spyfall, part 2 (Docteur 13)

L’avis qui suit est valable pour les deux parties

Se pourrait-il que nous soyons en train d'assister à une réveil de Doctor Who ? Parce que ce double épisode (le premier de l’ère Chibnall) était très correct, il faut le dire.

“The Name’s Doctor, The Doctor”

Un épisode ludique qui parodie les films d’espionnage en général et la franchise James Bond en particulier avec gourmandise. Que ce soit au travers du rythme, de l’histoire d'espionnage, de la musique qui adapte les thèmes du 13ème Docteur à la sauce James Bond, du traditionnel combo gagnant smoking/noeud papillon ou même carrément Jodie Withaker qui reprend la traditionnelle tirade de 007, les agents du MI6 qui s'appellent C ou O... C'est bien foutu et élégant.

Enfin la série dévoile un peu d’ambition, avec un intrigue parfois un peu décousue, mais avec de l’ampleur et un vrai intérêt en termes de Science-fiction : voyage dans le temps, mondes parallèles, causes avant les conséquences… bon sang, même les personnages secondaires existent vraiment, on s’inquiète pour eux, il y a une vraie impression de camaraderie, les coquille se remplissent un peu. Ça passe beaucoup par l’humour, mais pourquoi pas. J’ai vraiment eu envie de suivre ces personnages, de m’intéresser à ce qui leur arrive, même si je déplore que les personnages historiques (Ada Lovelace et Noor Inayat Khan) n’aient pas vraiment de poids significatif sur l’intrigue.

On pourra regretter que la critique des GAFAM manque un peu de subtilité, mais d’u autre côté il bon de ne jamais manquer une occasion d erappeler que nos données sont données de manière consenties à des entreprises commerciales qui ne font pas l’humanisme :

“Today, I'm here to say thank you to those of you all round the world who've made our achievements possible, to everyone who, over the years, has given us everything. We gave you pieces of plastic and circuitry and games and you handed us, me, my company, total access to your lives, what you buy, where you go, who you text, what you text, every thought and photo and post, every credit-card number, every birthday, every memorable place and all your mothers' maiden names. So thank you for carrying our cameras in your pockets and putting our microphones in your bedrooms, for signing up your kids, handing them our devices. We told you, "Of course your lives are private, of course your data's safe. And you believed us. You kept clicking Agree. And now we can do anything. I can send a text to every device on this planet.”

Quand au gros twist de fin de première partie, je me l’étais hélas fait spoiler. Il n'empêche que le retours du Master est inattendu (pour moi sa dernière apparition remonte à moins d’une semaine^^). Un Master qui semble hélas être revenu en arrière, comme si Missy n’avait jamais existé. Terminé son évolution, son désir de se rapprocher de vieil ami. Un Master plus proche de celui de John Simm en sommes, que de celui de Michèle Gomez. Il est toujours possible que le Master campé par Sacha Dhawan soit issu de la régénération de John Simm...c’est à espérer parce que sinon c'est très moyennement cohérent avec l’évolution du personnage dans l’ultime saison de Steven Moffat.
Au delà de ça, je trouve l'interprétation de Dhawan tout à fait convaincante. C'est moins subtil que Michel Gomez bien entendu, mais le personnage est plus unilatéral, plus ouvertement “méchant parce que”...comme le Master de Simm. Ceci dit, il y a dans la dernière scène entre le Master et le Docteur une émotion qui transcende ça. On sent le Maître vraiment bouleversé par ce qu’il a appris sur Gallifrey.

“When I arrange for your death, I expect you to stay dead.”

Symboliquement Chibnall accepte enfin qu’il dirige une série qui fait partie d’un tout beaucoup plus vaste, il accepte l’héritage et la continuité qui va avec. Tout cela on le ressent dans la scène finale de l’épisode, quand le Docteur accepte enfin d’en dire un peu plus sur elle à ses compagnons. Juste avant, le Master aura symbolisé la volonté de Chibnall de s’attaquer à la mythologie de la série : apparemment les père fondateurs de Gallifrey auraient menti. Sur quoi ? Gallifrey est-elle irrémédiablement détruite ?

Bref, il y a vraiment de quoi se réjouir de la hausse de qualité. Ça n’est pas brillant, mais c'est plaisant à suivre et si la dynamique se confirme, il se peut que cette incarnation du Docteur finisse par arriver aux standards de qualité habituel de la série. Il faut espérer que la hausse continue et s’accentue. On va croiser un max de doigts.
Dans le cas contraire, au moins la série ne sera pas un calvaire à suivre en attendant des jours meilleurs.

7.

Hors ligne

#4 16-02-2020 11:56:10

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 38x02 Spyfall, part 2 (Docteur 13)

Suite de ces échanges

scorpius a écrit :

L'une des raisons pour lesquelles j'aime autant le run du Moff'. Il avait vraiment à coeur de cimenter la continuité (rien que le 'rule number one : the Doctor lies' ça explique un paquet d'incohérence de la période classique mdr ) du coup voir Chibnall la traiter par dessus la jambe, une continuité pourtant très récente comme avec le Master, ça aurait pu me révolter... En fait non, la série était à l'agonie, en tant que spectateur j'étais à l'agonie, au moins ça redonne un peu de vie à tout cela même si le procédé est grossier.

Ouais chez Moffat il y enfin un vrai soucis de continuité, une vraie volonté de construire un univers.
Une volonté que l'on ne retrouve pas chez Chibnall tant ce dernier semble considérer son run à la manière d'un auteur de comics : on récupère un univers que l'on tord à sa vision.
Maintenant, est-ce qu'il va vraiment jeter la continuité de Moffat à la poubelle ?
Je suis allé lire tes avis sur Spyfall après avoir écrit le mien et toi aussi tu imagine que le Master campé par Dhawan pourrait être plutôt issu de John Simm que de Michèle Gomez, ce qui pour le coup pourrait être intéressant.

Hors ligne

Pied de page des forums