ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#26 29-07-2015 10:17:04

mypreciousnico
_________

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

J'ai remarqué que tu prenais très à cœur les critiques envers le cinéma de Nolan Dl.

dl500 a écrit :

Encore un jugement totalement partial et très personnel.

N'est-ce pas toujours le cas ? smile

Hors ligne

#27 29-07-2015 10:22:26

scorpius
Nowhere Man

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

dl500 a écrit :

Encore un jugement totalement partial et très personnel.
Bref, avec autant de préjugés dès le départ, c'est clair que ça n'avait aucune chance de fonctionner.
En s'autoconvaincant que Nolan est mauvais, on ne peut rien aimer c'est clair.
Nolan a changé simplement le fait que l'information pour sauver le monde ne vient pas de petits hommes verts (par rapport à Spielberg) mais d'humains du futur.
Et si on était seul? Il y a là un paradoxe temporel bien intéressant dans le film: pourquoi se sauver quand c'est déjà fait? Il y a une boucle intéressante, et à la place on a des critiques bassement subjectives sur la façon dont on a dirigé les acteurs et les choix artistiques du réalisateur...

Ok.

Tu abuses dl...
Pour ma part je ne me suis jamais "autoconvaincu" que Nolan est "mauvais" je te rappelle certains de nos échanges passés, il se trouve que j'aime certains de ses films (ses débuts en fait). J'ai expliqué pourquoi sa démarche de cinéaste ne me plaisait pas depuis un moment et je crois que c'est argumenté.

Surtout que je te rappelle également que j'ai aimé certains aspects d'Interstellar et il se trouve qu'il s'agit en partie de ce que tu défends à savoir la relation père/fille et ses accents de conte de fée. Simplement ce n'est pas suffisant, que tu t'en contentes c'est une chose mais je suis sur que tu peux comprendre que certains ici avaient d'autres attentes, sans nous faire un procès d'intention.

Reprocher au film de présenter un portrait peu flatteur de l'humanité, je ne vois pas quoi c'est un argument plus subjectif que le défendre sur la base d'un sentimentalisme envahissant.

C'est bizarre, j'ai l'impression que les critiques envers Nolan tu les prends pour toi, comme une sorte d'affront personnel... c'est très étrange.

Dernière modification par scorpius (29-07-2015 10:26:13)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#28 29-07-2015 10:24:24

dl500
TOS Forever

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

mypreciousnico a écrit :

J'ai remarqué que tu prenais très à cœur les critiques envers le cinéma de Nolan Dl.

Non, c'est global, je me suis servi de cet exemple pour exprimer un ressenti actuel.  wink

mypreciousnico a écrit :
dl500 a écrit :

Encore un jugement totalement partial et très personnel.

N'est-ce pas toujours le cas ? smile

Oui, mais la nuance permet d'engager le dialogue. Non?  wink

Quand c'est tranché net, la conversation est bien moins engagée.


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#29 29-07-2015 10:31:07

dl500
TOS Forever

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

scorpius a écrit :
dl500 a écrit :

Encore un jugement totalement partial et très personnel.
Bref, avec autant de préjugés dès le départ, c'est clair que ça n'avait aucune chance de fonctionner.
En s'autoconvaincant que Nolan est mauvais, on ne peut rien aimer c'est clair.
Nolan a changé simplement le fait que l'information pour sauver le monde ne vient pas de petits hommes verts (par rapport à Spielberg) mais d'humains du futur.
Et si on était seul? Il y a là un paradoxe temporel bien intéressant dans le film: pourquoi se sauver quand c'est déjà fait? Il y a une boucle intéressante, et à la place on a des critiques bassement subjectives sur la façon dont on a dirigé les acteurs et les choix artistiques du réalisateur...

Ok.

Tu abuses dl...

C'est possible mais comme je l'ai dit, c'est un ressenti actuel concernant ce que je lis ici.

scorpius a écrit :

Pour ma part je ne me suis jamais "autoconvaincu" que Nolan est "mauvais" je te rappelle certains de nos échanges passés, il se trouve que j'aime certains de ses films (ses débuts en fait). J'ai expliqué pourquoi sa démarche de cinéaste ne me plaisait pas depuis un moment et je crois que c'est argumenté.

Tout à fait. wink

scorpius a écrit :

Surtout que je te rappelle également que j'ai aimé certains aspects d'Interstellar et il se trouve qu'il s'agit en partie de ce que tu défends à savoir la relation père/fille et ses accents de conte de fée. Simplement ce n'est pas suffisant, que tu t'en contentes c'est une chose mais je suis sur que tu peux comprendre que certains ici avaient d'autres attentes, sans nous faire un procès d'intention.

D'intention non, de modération surement.

En fait, j'ai du mal à comprendre pourquoi tout ce qui est majoritairement apprécié globalement en dehors, ne l'est systématiquement pas ici. Sauf pour Jar Jar bien sur. wink


scorpius a écrit :

C'est bizarre, j'ai l'impression que les critiques envers Nolan tu les prends pour toi, comme une sorte d'affront personnel... c'est très étrange.

Absolument pas mais réflexion bien intéressante en revanche!
mdrwink Je vais y réfléchir même si tout va très bien.  wink


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#30 29-07-2015 10:42:06

mypreciousnico
_________

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

dl500 a écrit :

D'intention non, de modération surement.

Je te le rappellerais la prochaine fois que tu sortira une pique bien modérée sur les Star Trek d'Abrams wink

Je trouve la critique de Matou plutôt salée, mais respectueuse, avec des arguments. Certes il n'analyse pas en détails, mais c'est normal, ce n'est qu'une courte critique, il n'est pas encore rentré dans le débat.

Le problème c’est qu'on a le droit de s'emporter quand on aime, mais qu'il faut absolument passer par des circonvolutions prudentes et à pas de loups quand on aime pas. Il y a des gens qui ne prennent pas de gants pour l'un ou pour l'autre. C’est même une des marques du PSTFR et une de ses qualités AMHA.

Christopher Nolan est un cinéaste adulé partout et par tout le monde. Pour une fois que des avis dissonants s'élève, bien loin de moi l'idée de m'en excuser smile

dl500 a écrit :

En fait, j'ai du mal à comprendre pourquoi tout ce qui est majoritairement apprécié globalement en dehors, ne l'est systématiquement pas ici. Sauf pour Jar Jar bien sur. wink

J'ai du mal à comprendre en quoi c’est un problème ?
N'est-ce pas rafraichissant de lire des avis un peu différents de ce qu'on lis sur 99% des autres sites ? Des avis moins policés ?

Maintenant, j'avoue, oui je n'aime pas le cinéma de Nolan, j'ai des a priori dessus et comme je suis humain, ça impacte mon avis, de la même manière que le tien est impacté par le fait que tu aimes ce cinéaste.  Ceci étant dit, j'attendais vraiment Interstellar, j'avais beaucoup d'espoirs pour ce film et j'ai été très déçu parce que l'éléphant a accouché d'une souris. C’est aussi mon droit de penser ça et de le dire.

Je reconnais que Nolan est un cinéaste qui n’est pas inintéressant, j'apprécie même certains de ses films (je me suis réconcilié avec sa trilogie Batman, j'ai trouvé Inception et Interstellar corrects). mais je le trouve surestimé. Par esprit de contradiction, je suis d'autant plus critique avec son travail.

scorpius a écrit :

C'est bizarre, j'ai l'impression que les critiques envers Nolan tu les prends pour toi, comme une sorte d'affront personnel... c'est très étrange.

J'ai vraiment cette impression également.
Tant mieux si ce n’est pas le cas wink

Hors ligne

#31 29-07-2015 13:59:17

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

dl500 a écrit :

Normal, on est sur un film sur l'humanité. La traiter sans sentiment, serait passer à côté du sujet justement. Les Vulcains ont du eux aussi ne pas aimer.

Je profite de cette phrase pour rebondir :
En fait, je déteste les films qui tentent de provoquer des émotions chez le spectateur en usant de la mécanique mimétique directe (1). Je me sens littéralement agressé mentalement quand ça arrive (2), et ça provoque chez moi une réaction de défense qui fait que je ne regarde plus le film que de manière froide et analytique. (3)

1 - Il y a de nombreuses manière de provoquer l’émotion chez le spectateur, la plus facile et la plus radicale (et surtout la moins subtile et la moins discrète) est de montrer directement un personnage en train de ressentir cette émotion (enfin... de la mimer), et de renforcer cet effets en faisant appel à la mémoire associative (très liée aux émotions) en utilisant une ou plusieurs des conventions cinématographique auxquelles tout le monde est habitué (par exemple pour la tristesse : Musique lente et pesante, caméra aux mouvements très lents voire immobiles, ralenti...). C'est ça que j'appelle mécanique mimétique directe. Il y a peut être un vrai terme, mais je ne le connais pas alors je fais avec ce que j'ai wink
Or le cinéma contemporain n'utilise pratiquement plus que ça, et parmi les autres, Nolan aussi en use et en abuse, son Interstellar étant le point culminant de l'usage exagéré de cette technique dans son cinéma.

2 - J'ai l'impression qu'on essaie de m'enfoncer un burin dans le crâne à coup de masse de chantier, tout en hurlant "TU LA SENS MA GROSSE ÉMOTION ?!!" ... Pour le redire avec moins d'emphase et plus de clarté : J'ai la sensation que l'on essaie de me faire ressentir une émotion qui n'émane pas de moi, de ma personnalité propre. C'est difficile à expliquer car c'est dans la subjectivité la plus pure. Une émotion est provoquée par un élément extérieur, mais émane normalement de moi. Or là c'est comme si l'émotion n'était provoquée par rien du tout, mais était juste "jetée" par "quelqu'un" d'autre (en l’occurrence, le film, ou le cinéaste, j'sais pas trop).
Bon là, j'auto-analyse rétroactivement un truc qui est de l'ordre du pur instinct hein... Donc c'est à prendre avec du recul. planete

3 - À ce moment là, je ne regarde plus que le scénario d'un point de vue structurel, est-ce que les choses s'enchainent bien, comment les évènements se font écho entre eux, quelle interaction ils ont entre eux, est-ce qu'il y a des passerelles, est-ce qu'il est cohérent, quel est son degré d'intrication, est-ce qu'il est adapté au genre de référence du film, comment il sert les objectifs de celui-ci...
Dans pas mal de films du siècle précédent, la beauté structurelle du scénario fait que je passe finalement un bon moment quand même, et que je peux passer sur ce genre de défauts dramaturgiques. Mais depuis un moment, je ne vois que des scénario moches, utilitaristes, prétentieux et incohérents, à la structure bancale, voire sans structure du tout, ou pire encore un semblant de structure qui n'est qu'apparence... (C'est difficile à décrire sans rentrer dans les détails, il faudrait presque faire des schémas euristiques).
Et Nolan et ses co-scénaristes n'échappent pas à cette tendance.

______________

Après des films de Nolan (réalisateur et/ou scénariste) je n'en ai pas vu trente-mille :

The Dark Night : J'ai adoré;
Inception : J'ai détesté;
Man Of Steel : J'ai détesté;
Interstellar : J'ai détesté;

J'ai donc aimé 25% des films que j'ai vu de lui... Tout n'est pas perdu wink

Dernière modification par DrAg0r (29-07-2015 14:00:36)


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#32 29-07-2015 14:14:13

mypreciousnico
_________

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

DrAg0r, tu dois beaucoup aimer le cinéma de Kubrick smile
Sinon, Nolan à la réputation d'un cinéaste froid. Pourtant c’est vrai que dans Interstellar, l'émotion est à fleur de peau.

DrAg0r a écrit :

Après des films de Nolan (réalisateur et/ou scénariste) je n'en ai pas vu trente-mille :
(...)
Man Of Steel : J'ai détesté;

Man Of Steel est un film de Zack Snyder, Nolan étant à la production.

Hors ligne

#33 29-07-2015 14:28:22

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Retour sur Interstellar :

mbuna a écrit :

Enfin...sauf la dernière rencontre père/fille ou curieusement Nolan ne pousse pas le pion. Est-ce un choix artistique ou la limite de son talent ? Pour moi c'est une question toujours ouverte.

Parce que justement c'est une fin ouverte , une fin typiquement Nolanienne , Nolan ne fait pas retomber la piéce  :

inception.jpg
Est t'on encore dans le rêve ou la réalité .. Ou peut être les deux à la fois ..
Dark Knight Rises .. Bruce Wayne est il mort ou vivant .. Que vois réellement Alfred à la fin ? Est ce bien Bruce Wayne ou le fantasme d'un Bruce Wayne vivant ..
Nolan laisse le choix aux spectateurs ...

Dans mon interprétation personnelle de la fin d' Interstellar .. Cooper est mort dans le trou noir .. Ce que je vois à l'écran est son âme, son esprit  qui revient vers celle qu'il l'a aimé le plus dans sa vie,  sa fille ..
Il traverse quasiment la fin du film comme un fantôme , avancant sur un sentier de signes posthume : Il se reveille par exemple dans un hopital portant son nom , vit seul dans sa ferme transformer en musée.. Quand il rentre dans la chambre d'hopital de sa fille mourrante , ses descendants semblent l'ignorer ..Voir plus loin comment il vole une navette sans que personne ne le remarque .. On dirait un fantôme , un souvenir .. Il n'est pas  étonnant qu'il retourne, une fois sa fille morte , vers la personne qui l'ait vu vivant pour la dernière fois : Amélia Brant .
Le fantôme  revient vers la seule personne capable de se souvenir encore de lui ..
Rappelons nous que le film débute par un documentaire en provenant du futur et des images de l'accident qui a fallut coûter la vie à Cooper dans le passé ..
Rappelons nous que Cooper est le " fantôme " de Murphy ...

L'autre fin plus optimiste reste plausible , Cooper a bel et bien survécu au trou noir .. Il tient sa promesse à sa fille , il se fait mal à la vie dans le futur et décide de repartir retrouver Amélia ..


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#34 29-07-2015 15:34:02

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

mypreciousnico a écrit :

DrAg0r, tu dois beaucoup aimer le cinéma de Kubrick smile

J'ai de sacrées lacunes concernant le cinéma de Kubrick, mais effectivement j'ai beaucoup d'affection pour les trois seuls films que j'ai vu de lui : Orange Mécanique, 2001 l'odyssée de l'espace, et Shining.

mypreciousnico a écrit :

Man Of Steel est un film de Zack Snyder, Nolan étant à la production.

J'ai lu qu'il avait contribué au scénario.


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#35 29-07-2015 15:41:43

mypreciousnico
_________

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

DrAg0r a écrit :

J'ai de sacrées lacunes concernant le cinéma de Kubrick, mais effectivement j'ai beaucoup d'affection pour les trois seuls films que j'ai vu de lui : Orange Mécanique, 2001 l'odyssée de l'espace, et Shining.

J'ai de grosses lacunes également. Je dois me rattraper sur sa filmo depuis des années.
Il est réputé pour offrir un cinéma dénué de tout pathos et autre manipulation émotionnelle.
On a parlé de Kubrick ici

DrAg0r a écrit :

J'ai lu qu'il avait contribué au scénario.

Ah c’est possible en effet. M'enfin ça ne fait pas de Man Of Steel un film de Nolan. Peut-être qu'il aurait été meilleur si c’est lui qui l'avait réalisé, en termes de mise en scène pure. Car je ne déteste pas Zack Snyder, mais niveau mise en scène c’est extrêmement pataud AMHA.

Hors ligne

#36 29-07-2015 16:00:29

scorpius
Nowhere Man

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Buckaroo a écrit :

Parce que justement c'est une fin ouverte , une fin typiquement Nolanienne , Nolan ne fait pas retomber la piéce  :

http://www.attrape-songes.com/reves-luc ? eption.jpg
Est t'on encore dans le rêve ou la réalité .. Ou peut être les deux à la fois ..
Dark Knight Rises .. Bruce Wayne est il mort ou vivant .. Que vois réellement Alfred à la fin ? Est ce bien Bruce Wayne ou le fantasme d'un Bruce Wayne vivant ..
Nolan laisse le choix aux spectateurs ...

Dans mon interprétation personnelle de la fin d' Interstellar .. Cooper est mort dans le trou noir .. Ce que je vois à l'écran est son âme, son esprit  qui revient vers celle qu'il l'a aimé le plus dans sa vie,  sa fille ..
Il traverse quasiment la fin du film comme un fantôme , avancant sur un sentier de signes posthume : Il se reveille par exemple dans un hopital portant son nom , vit seul dans sa ferme transformer en musée.. Quand il rentre dans la chambre d'hopital de sa fille mourrante , ses descendants semblent l'ignorer ..Voir plus loin comment il vole une navette sans que personne ne le remarque .. On dirait un fantôme , un souvenir .. Il n'est pas  étonnant qu'il retourne, une fois sa fille morte , vers la personne qui l'ait vu vivant pour la dernière fois : Amélia Brant .
Le fantôme  revient vers la seule personne capable de se souvenir encore de lui ..
Rappelons nous que le film débute par un documentaire en provenant du futur et des images de l'accident qui a fallut coûter la vie à Cooper dans le passé ..
Rappelons nous que Cooper est le " fantôme " de Murphy ...

L'autre fin plus optimiste reste plausible , Cooper a bel et bien survécu au trou noir .. Il tient sa promesse à sa fille , il se fait mal à la vie dans le futur et décide de repartir retrouver Amélia ..

Tout cela sonne comme une tentative désespérée de trouver de la substance là ou il n'y en a aucune hmm
Rien que pour TDKR, il n'y a aucun doute que tout est réel, ça n'est pas un fantasme d'Alfred, toute la construction narrative va dans ce sens : le pilote automatique du Batplane, les "miettes" laissées à l'attention de Robin et surtout le fait que Bruce soit avec Sélina, Alfred n'a aucune raison de fantasmer là-dessus.
Pour ce qui est de Cooper, il me semble bien qu'on le voit intéragir avec d'autres personnes que sa fille après son réveil. Et puis surtout un tel basculement dans le pur fantastique serait particulièrement catastrophique rapport aux thématiques purement SF liées à l'humanité du futur. Déjà que c'est pas bien brillant à la base, en tentant de le défendre ainsi, t'arrives à rendre le film encore pire.

Je t'accorde pour Inception qu'un doute subsiste, mais bon je t'avoue que savoir si Cobb est réveillé ou pas à la fin du film, j'en ai strictement rien à faire sad
Si Nolan avait été capable de construire un univers véritablement déstabilisant, si il avait été capable de me perdre en tant que spectateur dans de multiples couches de réalités, ça aurait pu marcher... Mais comme il me prend par la main tout le film, ce plan final est particulièrement maladroit et sans effet.

Dernière modification par scorpius (29-07-2015 16:07:57)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#37 29-07-2015 16:39:53

matou
modérateur

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

D'abord sur Christopher Nolan, je dois redire ce que j'ai déjà dit:
Je ne suis ni un fan, ni un détracteur de Nolan. Il a réalisé des films que j'adore, que je revois souvent, que j'ai montré autour de moi (Insomnia, les deux premiers Batman, Inception) et d'autres que j'ai détesté (Rise, Interstellar).
Je le redis, je prends les films de Nolan comme ils viennent. Et comme il m'a autant plu que déçu, je regarde chacun de ses films avec un œil neutre.
De plus, je déborde même sur la télé car j'aime bien suivre "Person of Interest" dont son frère s'est occupé.
On fait mieux comme "préjugés".

Et il ne s'agit jamais d'un snobisme d'être contre ce qui est populaire ou adulé ailleurs. Ici, il s'agit d'avis de gens qui aiment réfléchir, qui ont leur sensibilité et leur culture. Et tu as déjà bien montré que tu en faisais parti.
En revanche je peux comprendre que l'on vive mal d'être dans la minorité. Mais ici, par rapport à bien des sites, être dans la minorité cela n'empêche pas de renverser la vapeur (Yrad avec ENT, qui m'a converti car moi aussi j'aime bq ENT), et cela n'est pas synonyme d'être maltraité par la majorité (jamais d'insultes ou attaques personnelles).

Pour revenir à Interstellar, je vais te dire à quel point, justement, il n'est pas singulier.
Quand Nolan fait The Dark Knight (TDK), il est à la fois singulier et novateur. Ce film a presque 10 ans et il a marqué le cinéma d'Hollywood. On n'aime ou pas mais oui il a eu un grand impact.
Maintenant justement regardons justement comment Interstellar s'inscrit dans totalement dans l'époque actuelle.

D'abord, la volonté de ne pas traiter en profondeur les structures de son univers, pour n'en faire qu'un décors à ses personnages. On peut avoir des films simplement centrés sur les personnages, sans vraiment réfléchir aux structures de l'univers. Dans ce cas là, on reste discret sur le décor, on surfe sur l'implicite.
Or Interstellar (et comme d'autres films de notre époque) se veulent "réalistes". Et en guise de réalisme, on voit justement que les structures n'en sont pas.
Dans TDK, Nolan joue avec cet implicite, montre que le Joker utilise les failles suggérées des différents milieux (pègre, politique, police etc). Juste ce qu'il faut d'ombre et de lumière pour suggérer.

Dans Interstellar, quand on te parle du monde en dehors de la sphère des héros, on nous dit qu'il n'y a plus d'armée (pardon???? ) et que la NASA a été grandement étouffée car elle n'a pas voulu utiliser ses engins pour larguer des bombes (depuis quand les armées ont besoin de la NASA pour cela). Et que pour le bien du peuple, face à une catastrophe, il faut lui mentir sur l'exploration spatiale.
Rien de tout cela ne tient debout. Pas avec ce que les sciences humaines nous ont appris. Et rien de tout cela ne sert le message père-fille. Car aucun de ces éléments ne sera utilisé comme motivation.
Dès lors, comme bien des films actuels, le film tombe dans la prétention. Celle de prétendre être intelligent, réaliste etc alors qu'il ne l'est absolument pas dans son traitement du monde dans lequel a lieu son propos.
J'ai des exemples pour illustrer cela, sur la structure et sur la volonté de tout sacrifier au bénéfice des personnages du père et de la fille.

Le premier, ma planète préférée, celle des vagues. J'ai adoré ce passage, même rempli de ficelles pour souscrire au besoin de péripéties. Une atmosphère de découverte spatiale et cette vague géante tellement implacable. Franchement, je ne me lasse pas de la voir, tout aussi imparfait qu'est ce moment.
Sauf que une telle vague est certainement visible depuis l'orbite. Et cela pose une question: les astronaute de Mann et même l'équipe de Cooper sont allés sur des planète sans aucune observation préalable? Personne ne peut croire que l'on va aussi loin, sans même se renseigner un minimum. La preuve, nous même quand on va dans un endroit inconnu, on a souvent besoin de regarder sur une carte à l'avance pour se rassurer.

Le second, les robots. On a des IA performantes et on ne les utilise pas pour justement explorer au lieu d'utiliser des humains. Avoir créer ces IA change complètement les possibilités. Sauf que l'on nous explique qu'il ne savent pas bien improviser. Et? On envoie des humains dans une station, des sondes robots sur les planètes pour les explorer et on peut ainsi en découvrir un très très grand nombre! Voilà typiquement un exemple d'incohérence des films actuels, celui de ne pas comprendre la portée des choses que l'on amène.

Enfin le dernier. Le héros principal a deux enfants. Et ben le garçon ne sert à rien! La relation père-fille éclipse tout! A croire que son fils en fait il s'en fout. Pauvre personnage sacrifié. Tellement sacrifié que l'on le montre comme donnant le nom ou surnom de "Coop" ou "Cooper" à son fils comme hommage à son père. Alors que Cooper c'est son nom de famille! Il a donc appelé son fils Coop Cooper ou Cooper Cooper! L'appeler Joseph comme son grand-père (cad le personnage principal) c'était trop difficile?
Que peut-on penser d'un tel personnage? Là aussi, tellement d'époque. Les personnages secondaires ne sont que des paillassons des personnages principaux.
Ce genre d'éléments, Nolan les avait évité jusqu'à présent. D'où ma tristesse de les voir dans son film. Surtout quand on nous appâte avec de telles thématiques.
Enfin, venons en à un aspect moral du film.

dl500 a écrit :
matou a écrit :

Et personne n'évolue. Pas même les enfants devenus adultes, qui restent prisonnier, non pas de leur enfance, mais de réactions enfantines.
Et on se ment, pour d'obscures raisons qui ne tiennent pas la route.
Mention spéciale au personnage Mann, celui qui devait être charismatique, capable de montrer une voie que l'on a envie de suivre, qui fait Pschitt! Le personnage est juste là là pour donner une réflexion éculée et anti humaniste.

Au contraire là aussi, son humanité, donc ses failles ressortent au grand jour. A quel moment et jusqu'à quel point l'être humain peut-il supporter sa solitude?

Qu'est Mann quand on nous en parle au début? Un astronaute qui a réussi à monter une expédition et qui a convaincu ses pairs de le suivre dans cette exploration très risquée où la slitude sera au rendez-vous. Le tout pour suivre un but qui les dépasse, sauver l'humanité.
Pour lire en ce moment des récit biographiques... d'entraineur de football (Sacchi et Bielsa) et ben je peux témoigner des éléments nécessaires pour monter ce genre de projet. Ces deux entraineurs, étant reconnus par leurs pairs pour avoir révolutionner leur sport, ont chacun pour eux d'avoir de très très fortes convictions et un grand professionnalisme.
Et justement, de nos jours, montrer des gens qui inspirent les autres à se dépasser pour construire un meilleur avenir commun, qui ouvrent des perspectives, qui savent se dévouer à cette tache au détriment de leur personne, et bien dans les films, on n'en voit plus!
Au contraire, on ne cesse de te montrer des gens qui sont sensés l'être et qui en fait ne sont que des fous/pleutres/manipulateurs/idiots/meurtriers.
Et c'est exactement ce que fait Interstelar avec le personnage de Mann.
Donc à ta question "à quel point un être humain peut-il supporter sa solitude? Je te réponds "ça dépend de qui on parle et de ces CONVICTIONS". La chose déterminante pour réaliser un tel projet.
A vouloir donner ce genre de leçon sur l'être humain, le film n'a rien de singulier dans l'époque actuelle.
Montrer le Joker l'était. Absolument. Montrer Mann, c'est hurler avec les loups actuels.

Hors ligne

#38 30-07-2015 14:45:29

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

matou a écrit :

Dans Interstellar, quand on te parle du monde en dehors de la sphère des héros, on nous dit qu'il n'y a plus d'armée (pardon???? ) et que la NASA a été grandement étouffée car elle n'a pas voulu utiliser ses engins pour larguer des bombes (depuis quand les armées ont besoin de la NASA pour cela). Et que pour le bien du peuple, face à une catastrophe, il faut lui mentir sur l'exploration spatiale.
Rien de tout cela ne tient debout.

Attend 5 minutes ..Comment ça pas crédible ?!!!
On te parle de famine .. Je te parle pas  d'une petite famine, même d'une grande mondiale .. Ca coûte chère les armées et les voyages dans l'espace ..Tout les efforts de l'humanité sont concentrés à la nourriture ..parce qu'une armée et des scientifiques faut bien les nourrir .. Cooper n'est pas un fermier , c'est un ex- astronaute obligé de se reconvertir en fermier ..Murphy rêve d'astro-physique , le système éducatif est obligé d'en faire une fermière à son tour ..Voilà ou en est l'Humanité d' Interstellar .. Une humanité qui a toute les peines du monde à se nourrir, surtout que la nature n'y met pas du sien ..
D'ou le fameux mensonge orchestré non seulement par la NASA , mais le monde lui même .. Dans quelques années , la planète Terre ne sera plus fertile et l'Humanité va s'éteindre avec  ..
Dans pareil cas de figure, le mensonge est le seul espoir que l'humanité ne sombre pas dans le chaos et le desepoir le plus totale..

Evidemment comment se sentir concerné par cet aspect dystopique /ecologique du film quand on passe à côté de l' essentiel roll. .Ce que pourquoi l'humanité mérite de survivre ..


scorpius a écrit :

Tout cela sonne comme une tentative désespérée de trouver de la substance là ou il n'y en a aucune hmm

Je n'ai pas eut  besoin de chercher de la substance dans Interstellar , elle m'est tombé dessus et apparemment vous êtes passés à côté ..

dad.jpg
Tout est là , la clé du film , ses mystéres universel , sa "science ", son humanité , sa vision de l'humain ,  son pouvoir de fascination ..Tout est là .. Entre Cooper et Murphy .

A l'origine Steven Spielberg devait tourner le film .. Mais je suis content qu'il ait abandonné le projet .. Le connaissant , il n'aurait sut donner une telle ( multi  wink ) dimension  à cette relation parentale ..Christopher Nolan , à ce niveau , posséde une sensibilité différente de Spielberg ..Elle est très pure ... Interstellar est avant tout à mes yeux l'une des plus belle relation Pére/ Fille de l' Histoire du cinéma ..Elle me parle , me touche au plus profond de mon être , donc par cause à effets, tout ce qui se rapporte à eux , l'univers selon  "Interstellar"  me parle intiminement ..

scorpius a écrit :

Rien que pour TDKR, il n'y a aucun doute que tout est réel, ça n'est pas un fantasme d'Alfred, toute la construction narrative va dans ce sens : le pilote automatique du Batplane, les "miettes" laissées à l'attention de Robin et surtout le fait que Bruce soit avec Sélina, Alfred n'a aucune raison de fantasmer là-dessus.

Je n'ai pas ressenti la fin de Dark Knight Rises comme un vrai  happy ending , même si cela en a tout l'air d'un ..
Nolan aime Bruce Wayne , il est incapable de le tuer comme le réclame le mythe Batman .. C'est pas un Happy End , mais un voeu d'impuissance selon moi ..
Nous avons toi et moi pas la même approche de la Dark Knight Trilogy .. Sur la réalité du Batman selon Nolan notamment  : finir par être estropié ou à en mourir à la longue ..
Néanmoins Nolan installe l'ombre d'un doute pour mieux appuyer la réalité de la mort (fantasmé) de Bruce Wayne. Grâce à de subtiles jeu de  mise en scène ..
Juste pour la dernière image d' Alfred .. Elle correspond à un fantasme idyllique qu'il avait de Bruce Wayne lors de son exil ..Elle se réalise à la fin du film ..c'est bien bruce Wayne et Selina Kyle , mais cette image posséde toujours une forme d'irréalité fanstamé / idyllique  qui laisse planait le doute .. un simple champ/ contre champ les sépare , pas de plans intermédiares pour les réunir .. Un petit détail comme le fait que Sélina porte le collier de la mère de Bruce . Un simple échange de regard .. C'est trop beau pour être vrai ..

Oui Bruce Wayne est bien vivant , mais Nolan est parvenu à me faire installer un petit doute assez subtil pour rendre crédible la mort ( fausse ) de Bruce Wayne dans le film ..

scorpius a écrit :

Pour ce qui est de Cooper, il me semble bien qu'on le voit intéragir avec d'autres personnes que sa fille après son réveil. Et puis surtout un tel basculement dans le pur fantastique serait particulièrement catastrophique rapport aux thématiques purement SF liées à l'humanité du futur. Déjà que c'est pas bien brillant à la base, en tentant de le défendre ainsi, t'arrives à rendre le film encore pire.

Evidemment qu'il interagit avec des gens après son retour , mais ce sont des gens liés à un sentier de choses posthumes et de souvenirs  .. Des médecins de l'hopital qui porte son nom .. Un gardien de musée à sa mémoire ..
Lorsqu'il rentre dans la chambre , ses descendants le voient à peine .. Ils ne le regardent  pas comme un héros ou un aieul important .. C'est presque un fantôme , comme si la réalité physique de Cooper n'existe plus dans cette partie du film ..
Il est perçu comme un souvenir , un morçeau de mémoire de Murphy ..  La mère de la "nouvelle" Humanité ..

Cooper est quelque chose d'autre à la sortie du trou noir, puisse comme il y a une réalité à Batman , il y a en une à un Trou Noir : La mort  .. Et là Nolan nous laisse le choix de nous faire une idée sur cela .. Il ne s'arrête pas à une idée précise ... Selon ce que  vous  apportez à ce film et quelque part , ça m'a fait pensé au sidpa bardo du livre des morts Tibétain .. Cooper a transcendé les barrières de l'espace et du temps pour revoir sa fille..
& là si on est pas touché par leur relation, si on ne la comprend pas ou ne la partage pas .. Effectivement  les mystères d' Interstellar vous seront à jamais fermé :

interstellar-cooper-daughter.jpg
Tout est là et par ailleurs , surtout pas dans un numéro de Science et Vie Junior 


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#39 30-07-2015 16:21:29

scorpius
Nowhere Man

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Buckaroo a écrit :

Je n'ai pas ressenti la fin de Dark Knight Rises comme un vrai  happy ending , même si cela en a tout l'air d'un ..
Nolan aime Bruce Wayne , il est incapable de le tuer comme le réclame le mythe Batman .. C'est pas un Happy End , mais un voeu d'impuissance selon moi ..
Nous avons toi et moi pas la même approche de la Dark Knight Trilogy .. Sur la réalité du Batman selon Nolan notamment  : finir par être estropié ou à en mourir à la longue ..
Néanmoins Nolan installe l'ombre d'un doute pour mieux appuyer la réalité de la mort (fantasmé) de Bruce Wayne. Grâce à de subtiles jeu de  mise en scène ..
Juste pour la dernière image d' Alfred .. Elle correspond à un fantasme idyllique qu'il avait de Bruce Wayne lors de son exil ..Elle se réalise à la fin du film ..c'est bien bruce Wayne et Selina Kyle , mais cette image posséde toujours une forme d'irréalité fanstamé / idyllique  qui laisse planait le doute .. un simple champ/ contre champ les sépare , pas de plans intermédiares pour les réunir .. Un petit détail comme le fait que Sélina porte le collier de la mère de Bruce . Un simple échange de regard .. C'est trop beau pour être vrai ..

Oui Bruce Wayne est bien vivant , mais Nolan est parvenu à me faire installer un petit doute assez subtil pour rendre crédible la mort ( fausse ) de Bruce Wayne dans le film ..

Attends, il n'y a rien "d'irréel" dans ce passage avec Alfred, ne pas le réunir lui et Bruce c'est tout simplement un choix de mise en scène cohérent, puisse qu'ils se sont séparés définitivement plus tot dans le film. Conserver cette "distance" entre eux est logique, pour une fois que la réal de Nolan est un minimum pensée en des termes autres que purement fonctionnels, c'est dommage d'y voir autre chose.

Pareil avec le collier, c'est le résultat d'une progression narrative logique : Sélina a tentée de le voler au début du film, logiquement elle en hérite à la fin, puisse que désormais elle est en couple avec Bruce.
C'est un happy-end, aucun doute là-dessus, la preuve que Nolan n'a rien compris au personnage, Bruce ne pourrait pas se détacher de son alter-égo (avec ce seul plan de Bruce/Affleck qui fonce vers la destruction et le nuage de poussière dans le trailer de Batman V Superman, Snyder en dis plus que Nolan en 3 films sur le sujet).

Evidemment qu'il interagit avec des gens après son retour , mais ce sont des gens liés à un sentier de choses posthumes et de souvenirs  .. Des médecins de l'hopital qui porte son nom .. Un gardien de musée à sa mémoire ..
Lorsqu'il rentre dans la chambre , ses descendants le voient à peine .. Ils ne le regardent  pas comme un héros ou un aieul important .. C'est presque un fantôme , comme si la réalité physique de Cooper n'existe plus dans cette partie du film ..
Il est perçu comme un souvenir , un morçeau de mémoire de Murphy ..  La mère de la "nouvelle" Humanité ..

Cooper est quelque chose d'autre à la sortie du trou noir, puisse comme il y a une réalité à Batman , il y a en une à un Trou Noir : La mort  .. Et là Nolan nous laisse le choix de nous faire une idée sur cela .. Il ne s'arrête pas à une idée précise ... Selon ce que  vous  apportez à ce film et quelque part , ça m'a fait pensé au sidpa bardo du livre des morts Tibétain .. Cooper a transcendé les barrières de l'espace et du temps pour revoir sa fille..
& là si on est pas touché par leur relation, si on ne la comprend pas ou ne la partage pas .. Effectivement  les mystères d' Interstellar vous seront à jamais fermé :

http://s3.amazonaws.com/kidzworld_photo ? ughter.jpg
Tout est là et par ailleurs , surtout pas dans un numéro de Science et Vie Junior 

Mouais, ça tient plus de la symbolique lourde que d'autre chose.
Sur le papier l'idée d'un Cooper qui suite à son voyage dans le trou noir a dépassé sa condition de simple humain fait de chair et de sang me plait vachement pourtant... Mais si en tant que réal et conteur c'est ton intention, alors bordel filmes Cooper différemment, fait ressortir chez ton acteur dans son interprétation cette "évolution".
Moi je veux bien que je passe à coté du film, après tout c'est possible, m'enfin comme souvent c'est surtout Nolan qui passe à coté de son film.

Dernière modification par scorpius (30-07-2015 17:03:31)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#40 30-07-2015 16:48:09

dl500
TOS Forever

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Un seul mot concernant Interstellar Buckaroo: MERCI!

Ce que ça fait du bien de ne plus se sentir seul sur un ressenti comme celui-là.

Moi ce film m'a aussi touché intérieurement. Bordel, la paternité ce n'est pas rien. Ce lien est omniprésent tout du long.

Que l'on n'aime pas le style Nolan, sa forme: ok, aucun problème là dessus.

Mais quel dommage de passer à côté du fond, loin d'être si froid, prétentieux au autre...
J'avais vraiment envie de le partager, comme ce fut le cas dans la salle de cinéma, comme ce fut le cas chez moi lors du second visionnage avec 2 personnes ne l'ayant jamais vu. A chaque fois, certains sont entrés dans le trip, d'autres à côté.

Cette expérience de partage, elle est importante dans la filmographie du réalisateur. Le Prestige, Inception se prêtent particulièrement bien à l'exercice.

Je reviendrai d'ailleurs sur l'énorme bluff qu'a réalisé Nolan sur ce dernier.  wink


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#41 30-07-2015 17:35:29

matou
modérateur

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Buckaroo a écrit :
matou a écrit :

Dans Interstellar, quand on te parle du monde en dehors de la sphère des héros, on nous dit qu'il n'y a plus d'armée (pardon???? ) et que la NASA a été grandement étouffée car elle n'a pas voulu utiliser ses engins pour larguer des bombes (depuis quand les armées ont besoin de la NASA pour cela). Et que pour le bien du peuple, face à une catastrophe, il faut lui mentir sur l'exploration spatiale.
Rien de tout cela ne tient debout.

Attend 5 minutes ..Comment ça pas crédible ?!!!
On te parle de famine .. Je te parle pas  d'une petite famine, même d'une grande mondiale .. Ca coûte chère les armées et les voyages dans l'espace ..Tout les efforts de l'humanité sont concentrés à la nourriture ..parce qu'une armée et des scientifiques faut bien les nourrir .. Cooper n'est pas un fermier , c'est un ex- astronaute obligé de se reconvertir en fermier ..Murphy rêve d'astro-physique , le système éducatif est obligé d'en faire une fermière à son tour ..Voilà ou en est l'Humanité d' Interstellar .. Une humanité qui a toute les peines du monde à se nourrir, surtout que la nature n'y met pas du sien ..
D'ou le fameux mensonge orchestré non seulement par la NASA , mais le monde lui même .. Dans quelques années , la planète Terre ne sera plus fertile et l'Humanité va s'éteindre avec  ..
Dans pareil cas de figure, le mensonge est le seul espoir que l'humanité ne sombre pas dans le chaos et le desepoir le plus totale..

Evidemment comment se sentir concerné par cet aspect dystopique /ecologique du film quand on passe à côté de l' essentiel roll. .Ce que pourquoi l'humanité mérite de survivre ..

Tu sais Buck, quand je te dis d'approfondir des notions, c'est pour ton bien. Car tu n'as pas idée des choses que cela te fait écrire. Et qui dans d'autres contexte, si on ne te connait pas aussi bien que nous, cela peut passer pour un zélateur de la tyrannie.
Je parle pas de ta personne, hein, on te connais assez pour savoir qu'au contraire tu es un défenseur de la liberté.
Je parle de ce que peuvent donner des phrases sorties de leur contexte.

Donc la notion d’État et d'armée.
Pour faire simple, rapide :
"Mais au fur et à mesure que se développe la division sociale du travail (c'est à dire la spécialisation, genre les boulangers, les potiers etc), que la société se divise, en groupe différent. De plus la création de surplus agricole permet d'affecter un groupe à des fonctions (police, justice, etc) jusqu'alors exercées collectivement par un sous-groupe étendu (souvent les chasseurs ou les anciens) en plus de leur autres activités. De plus la création de surplus demande aussi de pouvoir les défendre. Le pouvoir qui était avant exercé collectivement ou disons plus horizontalement, sera de plus en plus accaparé par un groupe plus restreint, souvent lié au groupe possédant les armes (et donc les moyens de faire appliquer ses décisions).
En poussant l'épure, on pourrait dire que l'État, en dernière analyse, n'est rien d'autre qu'un groupe d'hommes armés."

Donc, Murphy va encore à l'école, c'est qu'il y a encore une division sociale du travail. Car il y a encore des enseignants.
Or si cette dernière avait disparu (ce que voudrait dire Interstellar mais qu'elle n'est pas capable de vraiment formuler), on pourrait en effet imaginer un monde sans armée.
Mais tant qu'elle existe, et donc tant qu'il y a un État, il y a une armée. Comme dit plus haut, les deux (armée et Etat) sont étroitement liés.
Donc Interstellar 0 - 1 N'importe quoi

Quand à l'humanité qui a du mal à se nourrir, ben elle y arrive très bien à la fin dans les vaisseaux! Donc depuis le début, ils avaient des moyens de nourrir l'humanité. C'est pas la résolution du problème sur la gravité qui leur a permis cela. Rien que cela invalide le propos du film. Mais soyons beau joueur et mettons ça de coté.
Pour la production de denrée, le Maïs et le blé qui sont là pour parler des production US. Et on ne parle pas des productions de riz et de soja, en plein essor depuis 10 ans dans le monde.
Oui Interstellar est Etatsunien centré. Et pas qu'un peu.
Mais bon, d'après le film, le problème de la production agricole vient d'une invasion d'un champignon bactérien. Et les céréales (Mais, blé, soja, riz, etc) peuvent en être victime. Un super champignon mutant quand même. Mais soit, c'est fait pour nous dire que "la terre ne veut plus de nous". Tarte à la crème bien actuelle et là encore, pas singulière du tout.
Le problème dans la production agricole, ce n'est pas ce qui est cultivé, c'est l'énergie pour le cultiver.
En effet, on peut cultiver des algues, et même mieux du quinoa qui sont pas sensibles aux champignons bactériens. Cela demande, pour un bon rendement, plus d'énergie.
Et comme Interstellar ne parle jamais de problème énergétique, et bien on peut penser que le changement de culture est possible.
Ainsi il y avait des solutions humaines pour éviter la famine.
Donc Interstellar 0 - 2 N'importe quoi

Quand au fait de mentir à l'humanité pour éviter le chaos, c'est justement ce qu'on toujours prétendu les tyrans. Toute politique a besoin du secret, de dissimuler certaines de ses actions.
Mais du secret au mensonge, il y a un pas qui s'appelle, la tyrannie.
Car le but du mensonge n'est rien d'autre que la volonté d'accroitre son pouvoir sur les peuples. Demande toi, si face à une telle crise, tu accepterais toi que l'on te mente. Moi pas, car la suite logique d'un tel mensonge, c'est la volonté par ceux qui l'on proféré de l'acceptation par le plus grand nombre d'une solution trouvée par une minorité. Et le recours au mensonge ne peut le plus souvent être perçu que comme une preuve que la solution de cette minorité est en fait la solution qui défend avant tout et surtout les intérêts de cette minorité.
Entre ici la tyrannie.
Donc Interstellar 0 - 3 N'importe quoi.

Encore une fois, tant mieux si vous avez aimé ce film pour les autres éléments qu'il a. S'il a touché votre sensibilité. J'ai toujours loué cela.
Mais si le défendre vous amène à légitimer ses énormes lacunes, là on sort du film pour venir sur d'autres terrains (sociologique, politique, humaniste, scientifique).
Et là ce n'est plus du tout une affaire de sensibilité.

Hors ligne

#42 30-07-2015 17:45:39

matou
modérateur

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

DL, tu as remarqué que je ne suis pas contre Nolan, mais contre ce film. J'ai adoré Inception, on pourrait en parler des heures toi et moi j'en suis sûr.

Et une fois n'est pas coutume, je me permets de donner un élément de ma vie perso:

dl500 a écrit :

Bordel, la paternité ce n'est pas rien. Ce lien est omniprésent tout du long.

Depuis que ce film et sorti et surtout cet été, je suis face à promesse de la paternité prochaine et face à un deuil certain. Simultanément. Sans savoir si je vais pouvoir profiter de ces deux êtres sans qu'un ne parte avant que l'autre n'arrive. Ce foutu facteur temporel.
Autant de thèmes présents dans ce film.
Autant de peurs, de tristesses, de joies, d'espoirs mêlés en moi depuis que l'on parle de ce film et que je l'ai revu cet été.
Et pourtant, il ne me parle pas.
Donc non, je ne suis pas insensible aux thèmes, je n'adhère pas à comment Nolan en parle.

Hors ligne

#43 30-07-2015 17:51:12

dl500
TOS Forever

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Personnellement, je n'ai pas analysé le film sur de tels degrés.
Probablement qu'effectivement je serai sorti du spectacle.
Mais je suis entré dans la salle pour voyager. Et le film y a réussi. Et lus même, puisque j'ai été touché.

Certains se contentent même pour cela de films bien moins "intelligents" ou "intellectuels".
Peut-être alors qu'Interstellar ne s'adresse pas à ceux qui réfléchissent trop. Aucun jugement de valeur dans ce que je dis attention. Et c'est peut-être là qu'on peut le juger prétentieux finalement.

En sachant qu'au départ, tout y a été fait pour qu'il soit le plus accessible possible. Trop surement.


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#44 30-07-2015 17:55:32

matou
modérateur

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

dl500 a écrit :

En sachant qu'au départ, tout y a été fait pour qu'il soit le plus accessible possible. Trop surement.

Peut-être pointes tu un des élément clivant en effet et qui est peut-être pas du fait de Nolan mais la volonté du studio.

Hors ligne

#45 31-07-2015 13:36:27

mypreciousnico
_________

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

dl500 a écrit :

Peut-être alors qu'Interstellar ne s'adresse pas à ceux qui réfléchissent trop. Aucun jugement de valeur dans ce que je dis attention. Et c'est peut-être là qu'on peut le juger prétentieux finalement.

En sachant qu'au départ, tout y a été fait pour qu'il soit le plus accessible possible. Trop surement.

C’est peut-être le problème en effet smile
Mais ce n’est pourtant pas l'impression que ça donnait lors de la sortie du film.

Hors ligne

#46 02-08-2015 12:39:05

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

dl500 a écrit :

Un seul mot concernant Interstellar Buckaroo: MERCI!

Ce que ça fait du bien de ne plus se sentir seul sur un ressenti comme celui-là.

Moi ce film m'a aussi touché intérieurement. Bordel, la paternité ce n'est pas rien. Ce lien est omniprésent tout du long.

C'est ce que je m'évertue à faire passer depuis le début , la clé du film , c'est Murphy et Cooper.. Un lien père-fille qui touche autant le coeur que l'esprit ..
Ce n'est pas une simple histoire de retrouvaille comme certains essayent d'en réduire la portée .. C'est plus profond que cela ..
Tu n'entres pas dans cette relation , tu ne peux pas saisir les détails, les nuances & tout ce qui fait la richesse et la cohérence de l'univers selon  Interstellar ..
Scorpuis ou Nico  disaient par exemple que c'était un peu trop facile que le complexe de la Nasa se trouve à proximité de la ferme ...
Si ils étaient entrés dans cette relation , ils auraient compris que le complexe a été bâtit à proximité des anomalies gravitationnelles pour les étudier ..
La ferme de Cooper est le centre des anomalies , provoqué par le "Fantôme de Murphy " ... qui n'est qu'autre que Cooper dans le Terseract ...

Loin de moi l'idée de retomber dans des débats que je n'ai plus envie de mener   ..Quelqu'un a lancé Blink Of An Eye.VOY.6 pour réduire la richesse d' Interstellar sur les notions de temps et d'espace.
& bien il a raison, il s'attend à cela  & voilà pourquoi , ils ne sont pas entrer dans le film !  Interstellar est justement à l'opposé de ça !! ..Parce que Blink Of An Eye ( excellent épisode )  ne posséde aucune Lumière Intérieure .. Aucune Inner Light ..

Interstellar en posséde une .. C'est donc pas Blink Of An Eye qu'il fallait s'attendre mais bien  à  The Inner Light.TNG.5 The Visitor.DS9.4 , des histoires belles, profondes et universelles qui touche in fine, l'humain au plus profond de son intimité .. des thèmes similaires sur la vie et la mort , l'amour,  le temps et l'espace ..

Imaginez The Inner Light. TNG.5 sans la relation Kamin et Meribor , The Visitor.DS9.4  sans la relation Jake / Ben Sisko ..Imaginez Interstellar sans Cooper et Murphy (On le peut apparemment  wink ) ..Ou du moins en réduire la portée ...
C'est clair , ces histoires sont fades , sans substances , archi vu , complétement impersonnel ...

Parce que finalement je rejoignais ces détracteurs en considérant Nolan comme un cinéaste talentueux mais froid et méthodique.. Je m'attendais aussi à une sorte de "Blink Of An Eye " & quel ne fut pas ma surprise de découvrir qu'il m'offrait un " Inner Light " , un " Visitor " au bout du voyage ... smile

interstellar_3_0.jpg?itok=POCiKnGa1_the_visitor.jpg?itok=MuT6uh1O

Le Fantôme de Murphy : Cooper ..

scorpius a écrit :

Mouais, ça tient plus de la symbolique lourde que d'autre chose.
Sur le papier l'idée d'un Cooper qui suite à son voyage dans le trou noir a dépassé sa condition de simple humain fait de chair et de sang me plait vachement pourtant... Mais si en tant que réal et conteur c'est ton intention, alors bordel filmes Cooper différemment, fait ressortir chez ton acteur dans son interprétation cette "évolution".

Il s'agit moins de symbolique , plutôt de poésie métaphysique, de sous texte philosophique et spirituelle  ..
Si il y a en ce moment un acteur qui casse la baraque par son talent , c'est bien Matthew Mc Conaughey .. Killer Joe , True Detective , Dallas Buyer Club , Mud ..Sa prestation dans Interstellar est à ce niveau là .. Les dernières scènes , il l'a joue comme si il était bien le fantôme de Muphy (ré)incarné , c'est tout en intériosité . tout du lien intime qui lie Cooper & Murphy ..

Si Nolan partait dans la direction que tu souhaites , il tomberait dans un piège que tu aimerais encore moins :
Celui de l'être élu , l'être supérieur  , le "Starman" , l' enfant stellaire .. Ben Sisko , Néo , Bowman ect ...
Elle invite indubitablement la notion de Dieu , de conscience supérieure  qui' s"éleve au dessus des autres, au dessus de nous..
En tant qu' Anti 2001 par excellence  , Christopher Nolan evite cette écuelle  et reste cohérent avec le destin de Cooper ..

Ce n'est pas lui le sauveur de l'Humanité , l'être élu .. Il est depuis le début,  la source d'inspiration , l'énergie qui fait avancer la vraie ( nouvelle ) mère de l'Humanité : Murphy ..
C'est parce que Murphy poursuit depuis toute sa vie le fantôme de son père , qu'elle parviendra à découvrir de nouvelles théories scientifiques qui seront à même de sauver une humanité condamné à mort , par elle même et la nature ..
Et ce n'est pas Dieu , ou une intelligence supérieure , un monolithe noire qui pousse Murphy à atteindre un niveau de connaissance supérieure..
C'est Cooper depuis son enfance qui la pousse à prendre son cahier et a étudié les anomalies dans sa chambre, c'est lui qui prend sa défense à l'école qui veut la transformer en fermière, c'est lui qui l'a pousse à rêver des étoiles, là ou la société se doit pour sa survivre de tuer le rêve ..
C'est un lien profond intellectuel , quasi télépathique ou pour reprendre une formule DS9 ... Une relation non linéaire ...

Ces derniers instants,  Cooper aura vécut avec sa fille , du berceau jusqu'au cercueill , elle ne l'a jamais quitté , il ne l'a jamais quitté par delà l'espace et le temps ... Elle était dans ses pensées , il était dans ses pensées ..

La Dystopie d' Interstellar

matou a écrit :

Donc la notion d’État et d'armée.
Pour faire simple, rapide :
"Mais au fur et à mesure que se développe la division sociale du travail (c'est à dire la spécialisation, genre les boulangers, les potiers etc), que la société se divise, en groupe différent. De plus la création de surplus agricole permet d'affecter un groupe à des fonctions (police, justice, etc) jusqu'alors exercées collectivement par un sous-groupe étendu (souvent les chasseurs ou les anciens) en plus de leur autres activités. De plus la création de surplus demande aussi de pouvoir les défendre. Le pouvoir qui était avant exercé collectivement ou disons plus horizontalement, sera de plus en plus accaparé par un groupe plus restreint, souvent lié au groupe possédant les armes (et donc les moyens de faire appliquer ses décisions).
En poussant l'épure, on pourrait dire que l'État, en dernière analyse, n'est rien d'autre qu'un groupe d'hommes armés."

Je crois qu'on voit des soldats .. Je ne suis pas sûr  .. Mais il y a bien une Armée dans Interstellar , mais pas comme on l'entend aujourd'hui .. au sens, comment dire,  économique et industriel ..
Il n'y a plus de guerre entre les pays .. On ne gaspille plus l'argent à construire des armes et entretenir les guerres  ..L'exemple de ce drone Indien que Cooper récupére et donc tout le monde se fout .  Les Indiens qui l'ont envoyé , comme les Américains dont il sillone les territoires ..Cooper le récupére pour en faire une machine agricole ...

Le monde d'Interstellar n'est donc pas un monde post apocalyptique .. La notion de civilisation est toujours consistante & forte même   , C'est tout le contraire d'ailleurs , pour la survie , tout le monde marche dans le même sens , qu'il soit Musulman , Américian , Chinois ect .. Désormais l'intêret de tout le monde est centré sur la nourriture qui se rarifie ...
Remarquer encore une chose dans Interstellar l'abscence d' Animaux ..pas de vaches , de porcs, de moutons .... On en est à ce point dans Interstellar, on ne fait plus d'élevage ... Nouurir l'humain est devenu la priorité absolue.

C'est bien une bel et bien une famine de niveau mondial dans Interstellar , telle qu'elle causera l'extinction pur et simple de l'humanité .. La Terre devient stérile & il n'y a pas de solutions miracle et humaine comme tu dis , d'aller contre l'inéluctable ..
Après il faut arrêter avec votre Américano-centrisme ..C'est ridicule ..
Quand je vais voir un film SF Américain , je vais voir un film Américain ..Pareil pour un film Japonais ...  qaund je regarde  Akira ça ne  me viendrait pas à l'idée d'accuser ces films de Japono-centrisme ..
De toute façon , Il n'y a que les Américains et les Japonais pour faire ce type de SF ambitieuse

Ainsi je vous le répéte , Cooper et Murphy , c'est la clè du film  .. Vous inventez ou extropoler des incohérences qui n'existent pas pour eux , donc pour moi & dl500 que leur relation nous ont  profondément touché ...


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#47 02-08-2015 14:27:03

scorpius
Nowhere Man

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Buckaroo a écrit :

Il s'agit moins de symbolique , plutôt de poésie métaphysique, de sous texte philosophique et spirituelle  ..
Si il y a en ce moment un acteur qui casse la baraque par son talent , c'est bien Matthew Mc Conaughey .. Killer Joe , True Detective , Dallas Buyer Club , Mud ..Sa prestation dans Interstellar est à ce niveau là .. Les dernières scènes , il l'a joue comme si il était bien le fantôme de Muphy (ré)incarné , c'est tout en intériosité . tout du lien intime qui lie Cooper & Murphy ..

Si Nolan partait dans la direction que tu souhaites , il tomberait dans un piège que tu aimerais encore moins :
Celui de l'être élu , l'être supérieur  , le "Starman" , l' enfant stellaire .. Ben Sisko , Néo , Bowman ect ...
Elle invite indubitablement la notion de Dieu , de conscience supérieure  qui' s"éleve au dessus des autres, au dessus de nous..
En tant qu' Anti 2001 par excellence  , Christopher Nolan evite cette écuelle  et reste cohérent avec le destin de Cooper ..

La notion de "dieu" devient plus prégnante encore à partir du moment ou tu parles de "fantomes" d'une vie après la mort, ect.
En soit pourquoi pas, d'autant que X-Files par exemple a réussi a jongler avec la SF la plus hard et le fantastique le plus débridé. Mais dans le cas d'Interstellar ça ne me parait pas aussi évident que ça. En tout cas - au mieux - le traitement est des plus pataud.

Et "l'évolution" (éventuelle) de Cooper n'aurait pas forcément convoquée des notions telles qu'un "élu". Un etre supérieur oui, mais justement thématiquement ça aurait été cohérent puisse que Cooper serait devenu en quelque sorte une image de ce que deviendra l'humanité dans le futur. J'aurais trouvé ça beaucoup plus intéressant que cette idée (à laquelle je n'adhère pas) de Cooper devenu un fantome. Tant d'un point de vue philosophique que spirituel (pour reprendre tes mots) par rapport à ce que raconte Interstellar, je trouve ça vachement pauvre. 

Ce n'est pas lui le sauveur de l'Humanité , l'être élu .. Il est depuis le début,  la source d'inspiration , l'énergie qui fait avancer la vraie ( nouvelle ) mère de l'Humanité : Murphy ..
C'est parce que Murphy poursuit depuis toute sa vie le fantôme de son père , qu'elle parviendra à découvrir de nouvelles théories scientifiques qui seront à même de sauver une humanité condamné à mort , par elle même et la nature ..
Et ce n'est pas Dieu , ou une intelligence supérieure , un monolithe noire qui pousse Murphy à atteindre un niveau de connaissance supérieure..
C'est Cooper depuis son enfance qui la pousse à prendre son cahier et a étudié les anomalies dans sa chambre, c'est lui qui prend sa défense à l'école qui veut la transformer en fermière, c'est lui qui l'a pousse à rêver des étoiles, là ou la société se doit pour sa survivre de tuer le rêve ..
C'est un lien profond intellectuel , quasi télépathique ou pour reprendre une formule DS9 ... Une relation non linéaire ...

Ces derniers instants,  Cooper aura vécut avec sa fille , du berceau jusqu'au cercueill , elle ne l'a jamais quitté , il ne l'a jamais quitté par delà l'espace et le temps ... Elle était dans ses pensées , il était dans ses pensées ..

Encore une fois j'ai aimé la relation Cooper/Murphy mais pas au point d'y voir quelque chose d'aussi génial que ça... Sans doute parce qu'encore une fois Nolan arrive après la bataille. Je l'avais évoqué dans ma critique (je crois du moins) mais au final pour moi ça sonne comme un rip-off de la saison 5 de DW. A ceci-près que la relation entre Amy & le Doctor transcende les liens du sang et devient quelque chose de beaucoup plus puissant.

Dernière modification par scorpius (02-08-2015 14:32:22)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#48 02-08-2015 15:00:22

matou
modérateur

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Buckaroo a écrit :

Ainsi je vous le répéte , Cooper et Murphy , c'est la clè du film  .. Vous inventez ou extropoler des incohérences qui n'existent pas pour eux , donc pour moi & dl500 que leur relation nous ont  profondément touché ...

Bel exemple de subjectivisme! Te rends tu compte de ce que tu viens d'écrire?

Déjà nous inventons et nous extrapolons. Deux termes qui veulent dire que ce ne sont pas des éléments de réalité mais des constructions de notre esprit.
Rien de plus faux. Les phrases prononcées par les protagonistes existent. Rien ne forçait Nolan à dire qu'il n'y a plus d'armée. Il l'a fait dire et cela renvoie à une stupidité par rapport à la société qu'il dépeint.
Un élément simple pour comprendre?
Pénurie= besoin non satisfait= utilisation de la violence pour satisfaire les besoins.
Et qui a le monopole de la violence? L’État. Donc le besoin d'avoir une armée pour garder se monopole dans un monde potentiellement violent.
Et celui-ci n'a pas disparu car il y a encore des enseignants.
Bref, ce sont des faits, montrés et incohérents avec ce qu'est le monde.
Et dystopie n'est pas synonyme de fantasy ou compte de fée.

Ensuite si cela n'existe pas pour les protagonistes et le spectateur alors cela n'existe pas? Donc en positif, cela donne "si cela existe pour les "sujets", cela existe".
C'est l'argument des religions. Ni plus ni moins.

Donc on a tous compris que tu as aimé ce film. On a tous dit dit "tant mieux, c'est important d'être touché par des films".
Mais aimer le film ne te donne pas le droit de tordre la réalité et d'imposer TA SUBJECTIVITE aux autres qui n'ont pas la même. Et re re re re re dire que Myrphy et Joseph sont la clée du film, n'apporte rien. On l'a tous bien compris mais encore une fois, la manière dont Nolan en parle ne nous a pas convaincu à cause des nombreux à cotés perfectibles.
Nous ne t'imposons rien donc merci de ne rien nous imposer.

DL et moi sommes arrivés à une vraie compréhension. Je vois bien ce qui l'a troublé, ce voyage qu'il a fait. Je lui ai expliqué ce qui moi, m'a empêché de le suivre.
Je suis heureux qu'il l'ait fait. Sincèrement. Car il a avec ce film une relation belle et touchante. Ce qui ne l'a pas empêché d'engager un dialogue constructif.

Et au passage, je ne te l'ai pas dit DL, mais tu as eu bien raison de créer ce topic. En effet, Nolan crée des films qui méritent que l'on en discute.

Hors ligne

#49 03-08-2015 14:45:54

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

matou a écrit :
Buckaroo a écrit :

Ainsi je vous le répéte , Cooper et Murphy , c'est la clè du film  .. Vous inventez ou extropoler des incohérences qui n'existent pas pour eux , donc pour moi & dl500 que leur relation nous ont  profondément touché ...

Bel exemple de subjectivisme! Te rends tu compte de ce que tu viens d'écrire?

Non seulement avec toi je devrais réviser ma façon d'écrire et maintenant ma manière de voir des films lol  ..  Plus de 40 années de cinéphagie aigues ..
C'est un oiseau que tu ne pourras jamais changé .. Autant que je m'en souvienne , j'ai toujours rêver cinéma ...

Premièrement, Je ne parle pas de subjectivité , mais bien de sensibilité  en vous ramenant sans cesse à Cooper et Murphy pour démontrer l'extrême richesse et la cohérence de l' univers selon Interstellar que vous prenez à la lègére .
Nous n'avons manifestement pas la même sensibilité  .. Ce n'est pas un reproche, bien au contraire ..

Moi ce qui me tittile dans votre discours à propos d'Interstellar , c'est que vous faîtes passer ce film plutôt intelligent pour une Marvelerie idiote de base ...
Il y a une énorme part de cynisme en vous , C'est peut être subjectif, je vous l'accorde .. Mais j'adore profondément ce film, ne m'accusez pas de me donner à fond pour le défendre ..

Déjà nous inventons et nous extrapolons. Deux termes qui veulent dire que ce ne sont pas des éléments de réalité mais des constructions de notre esprit.

Là, c'est de l'objectivité  , c'est un truc qui revient sans cesse chez ceux qui trouvent ce film moyen ou médiocre .. et ce n'est pas qu'ici ..
A partir de la proposition d' Interstellar    ceux qui goûte le film du bout des doigts,  fantasme un film qui n'existe pas . L' exemple le plus édifiant est la critique d' Alexandre Poncet dans Mad Movies ..
Ou il ne parle pas du film tel qu'il est, mais du film probable que Steven Spielberg aurait put en faire ..

Une telle histoire, Cooper et Murphy, cela n'aurait pas donné la même chose avec Spielberg ...Question de sensibilité , encore et toujours..
Ainsi Interstellar aurait put être un excellent Spielberg   .. En état , c'est juste  un EXCELLENT  Christopher Nolan , une oeuvre majeure de sa filmo, son meilleur film à ce jour ..



Rien de plus faux. Les phrases prononcées par les protagonistes existent. Rien ne forçait Nolan à dire qu'il n'y a plus d'armée. Il l'a fait dire et cela renvoie à une stupidité par rapport à la société qu'il dépeint.
Un élément simple pour comprendre?

Pénurie= besoin non satisfait= utilisation de la violence pour satisfaire les besoins.
Et qui a le monopole de la violence? L’État. Donc le besoin d'avoir une armée pour garder se monopole dans un monde potentiellement violent.
Et celui-ci n'a pas disparu car il y a encore des enseignants.
Bref, ce sont des faits, montrés et incohérents avec ce qu'est le monde.
Et dystopie n'est pas synonyme de fantasy ou conte de fée.

Tu vois , Tu pars encore vers un film qui n'existe pas (ou presque ) : Soylent Green !! Soylent Green !!  lol  .. Tu te bases sur des choses qui sont dites , moi je me base sur les choses que je vois..
Cette scène magnifique ou Cooper et ses enfants essayent de capturer un drone solitaire ..
Cette scène nous dit plus de choses sur l'état du monde selon Interstellar que n'importe quel  dialogues ( batit essentiellement sur des mensonges je te rapelle ).
Le drone sillone au hasard le monde (*) . Il est d'origine Indienne . Sois la population qui va devenir la plus importante dans les prochaines années & qu'il faudra bien nourrir ..
4 milliard de bouche en plus à nourrir alors que nous sommes en ce moment même en surconsommation des ressources terrestres ! affraid
A ce titre Interstellar ce n'est plus une dystopie , mais de l'anticipation.
Oui la solution , c'est la violence , une bonne grosse guerre mondiale et on élimine l'excédant pour nourrir les autres..
Mais dans le monde selon Interstellar , cette solution est inefficace.. Puisse qu'à la fin la terre sera dans l'impossibilité de nourrir pas même une personne  & même pire , faire respirer une personne ( l'air est un poison qui tue les gens à petit feu ..Image du Dust Bowl à l'appui ..

mais revenons au drone ...

interstellar-2014-screenshot-drone-e1417788473455.jpg

Il sillone le territoire Américain lui aussi comme un " fantôme du passé " .. Puisse que personne ne le remarque ou s'inquiéte pour lui .Pas plus le gouvernement Indien qui la financé , ou le gouvernement Américain donc il sillone en toute impunité le territoire .. Il n'y a que Cooper qui s'intéresse à lui ..D'abord comme un souvenir du passé, et ensuite l'utilité qu'il peut avoir dans le présent .. Nous ne parlons pas d'un petit ordinateur Hewlett Pacakrd à 300 euros , mais d'une machine qui a dut coûter des millions de $.

Voilà une scène qui m'en dit plus sur l'état de l'armée dans le monde selon Interstellar . Il y a bien une armée , mais pas comme on l'entend au jour d'aujourd'hui ..
Elle aussi est entrain de disparaître avec le genre Humain... Ces dialogues que tu cites , ça c'est pour ceux qui n'ont pas compris au fond de la salle .. Moi , ils me sont passés à côté .. J'avais déjà tout compris avec la scène du drône .. et plus encore , l'étrange rapport intime  que Cooper ( l'ex astronaute )  entretient avec les machines et elle avec lui  ..C'est lui qui le remarque, c'est lui qui veut le capturer à tout prix..  Son désir est si puissant qu'il passe outre les considérations sociale et les propres barrières qu'elles ont crée pour lui ( être fermier , au lieu d'être astronaute )  .. Il traverse avec son 4x4 , malgré un pneu crevé ,   des tas de champs , détruisant de précieuses récoltes au passage .. Ca en dit long sur sa détermination ..
hqdefault.jpg
Il ne se soucie rien d'autre que de ce drone , cet objet que tout le monde à oublier ou veut oublier ( ça c'est subjectif )  .. Lui ne veut pas oublier à travers lui qu'il est un astronaute , un ingénieur, pas un fermier ..

Est ce de la subjectivité ? Non une simple analyse de scène , parce que le cinéma de Nolan se préte merveilleusement à cela .. Les images chez lui , vaut mieux que tout les dialogues du monde , et lui même parfois suggére , plus qu'il ne démontre.. C'est encore mieux ...

Je n'ai vu le film que deux fois , donc une fois en VO .. Il se peut que je me montre "subjectif"  sur certains détails , pas dans l'essence générale de cette scène ..
Parce que j'en arrive toujours à ce même point .. La scène se termine  avec Cooper et Murphy, Cooper la guide délicatement à contrôler le drone ..
Comme son père , elle sent que ces machines ont quelque chose de vivant  & qu'il ne faudrait pas y toucher . Cooper a alors cette refléxion : " il doit s'adapter comme le reste d'entre nous " ce qui le renvoit à sa condition de fermier ..
Il dut s'adapter pour survivre..Pour ses enfants ... En conséquence , toute les institutions se sont adaptés pour survivre, et renier ce qu'ils furent au départ ..Comme le drone, comme Cooper , comme le systéme éducatif, l'armée a dut renier ce qu'elle fut & s'adapter ..et vue que le sujet du film n'est pas l'armée , mais Cooper et Murphy ..Ca ne sert à rien de trouver un sens dans un endroit que Nolan ne cherche pas explorer...
La situation aurait été différente si Cooper fut un ex soldat..
Et d'ailleurs remercions Nolan de ne pas tomber dans ce piége bien Américain ..Ou la plupart de leur héros sont soit des soldats ou de gros captilaliste libéraux  pour se donner bonne conscience ..
Cooper est un ingénieur, un ancien astronaute ..

(*) En réalité, il se peut que le drone ne sillonne pas au hasard les USA , mais soit peut être attiré par les anomalies gravitionnelles de la ferme de Cooper


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#50 03-08-2015 17:40:18

matou
modérateur

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Ah Buck, un jour peut-être comprendras-tu que c'est pour ton bien que l'on te parle, non par volonté de t'imposer quoique ce soit.
Le pire c'est que tu ne te rends pas compte à quel point, c'est toi qui impose aux autres, à quel point tu nu supporterai pas que quelqu'un agisse ainsi avec toi. Car au détour de certaines formulation, tu fais des amalgames qui ne peuvent que susciter la colère.

Pour te montrer les éléments où tu déformes la pensée des autres et ou tu y plaques ta pensée, voici un petit jeu de questions réponse.s
Un "OUI" ou "NON" fermé.

Buckaroo a écrit :

Non seulement avec toi je devrais réviser ma façon d'écrire et maintenant ma manière de voir des films lol  ..  Plus de 40 années de cinéphagie aigues ..
C'est un oiseau que tu ne pourras jamais changé .. Autant que je m'en souvienne , j'ai toujours rêver cinéma ...

Quelle était ma phrase?

Donc on a tous compris que tu as aimé ce film. On a tous dit dit "tant mieux, c'est important d'être touché par des films". Mais aimer le film ne te donne pas le droit de tordre la réalité et d'imposer TA SUBJECTIVITE aux autres qui n'ont pas la même.]

Question 1: Écrire cela c'est te dire de changer ta manière de voir un film?

Buckaroo a écrit :

Premièrement, Je ne parle pas de subjectivité , mais bien de sensibilité  en vous ramenant sans cesse à Cooper et Murphy pour démontrer l'extrême richesse et la cohérence de l' univers selon Interstellar que vous prenez à la lègére .

Qu'est ce que la sensibilité?
La capacité par le sujet d'éprouver des sentiments
Et ce qui est de l'ordre du sujet s'appelle la subjectivité donc la sensibilité est subjective!
Donc dire que tu fais appel à la sensibilité, c'est que tu fais appel à une subjectivité, en l’occurrence la tienne. Tu veux que l'on ressente ce que tu as ressenti pour démontrer les qualités du film.
Question 2:  c'est en demandant à l'"autre" de rentrer dans ton ressenti que l'on démontre une qualité objective d'un film?

Buckaroo a écrit :

Nous n'avons manifestement pas la même sensibilité  .. Ce n'est pas un reproche, bien au contraire ..

Merci, pour rappel, je te l'ai déjà énoncé.

Donc on a tous compris que tu as aimé ce film. On a tous dit dit "tant mieux, c'est important d'être touché par des films".]

Buckaroo a écrit :

Moi ce qui me tittile dans votre discours à propos d'Interstellar , c'est que vous faîtes passer ce film plutôt intelligent pour une Marvelerie idiote de base ...

Question 3: Peux tu étayer tes dire avec une de mes citations sur ce film qui vaudrait ce que je dis par ailleurs des films Marvel?

Buckaroo a écrit :

Il y a une énorme part de cynisme en vous , C'est peut être subjectif, je vous l'accorde .. Mais j'adore profondément ce film, ne m'accusez pas de me donner à fond pour le défendre ..

Heureusement que tu dis que c'est une analyse subjective, car si je suis souvent ironique, je n'ai JAMAIS ici, dans la vraie vie était cynique. J'en suis l'exact opposé.
Définition de cynique:
Au sens contemporain, le cynisme est une attitude ou un état d'esprit caractérisé par une faible confiance dans les motifs ou les justifications apparentes d'autrui, ou un manque de foi ou d'espoir dans l'humanité.
Question 4: Peux-tu me citer un de mes dires sur ce film qui soit cynique?


Buckaroo a écrit :

Déjà nous inventons et nous extrapolons. Deux termes qui veulent dire que ce ne sont pas des éléments de réalité mais des constructions de notre esprit.

Là, c'est de l'objectivité  , c'est un truc qui revient sans cesse chez ceux qui trouvent ce film moyen ou médiocre .. et ce n'est pas qu'ici ..
A partir de la proposition d' Interstellar    ceux qui goûte le film du bout des doigts,  fantasme un film qui n'existe pas . L' exemple le plus édifiant est la critique d' Alexandre Poncet dans Mad Movies ..
Ou il ne parle pas du film tel qu'il est, mais du film probable que Steven Spielberg aurait put en faire ..

Une telle histoire, Cooper et Murphy, cela n'aurait pas donné la même chose avec Spielberg ...Question de sensibilité , encore et toujours..
Ainsi Interstellar aurait put être un excellent Spielberg   .. En état , c'est juste  un EXCELLENT  Christopher Nolan , une oeuvre majeure de sa filmo, son meilleur film à ce jour ..

Question 5: Si c'est tellement objectif, peux tu citer un de mes dires où je fais référence à cela dans mes critiques?

Buckaroo a écrit :

Rien de plus faux. Les phrases prononcées par les protagonistes existent. Rien ne forçait Nolan à dire qu'il n'y a plus d'armée. Il l'a fait dire et cela renvoie à une stupidité par rapport à la société qu'il dépeint.
Un élément simple pour comprendre?

Pénurie= besoin non satisfait= utilisation de la violence pour satisfaire les besoins.
Et qui a le monopole de la violence? L’État. Donc le besoin d'avoir une armée pour garder se monopole dans un monde potentiellement violent.
Et celui-ci n'a pas disparu car il y a encore des enseignants.
Bref, ce sont des faits, montrés et incohérents avec ce qu'est le monde.
Et dystopie n'est pas synonyme de fantasy ou conte de fée.

Tu vois , Tu pars encore vers un film qui n'existe pas (ou presque ) : Soylent Green !! Soylent Green !!  lol  .. Tu te bases sur des choses qui sont dites , moi je me base sur les choses que je vois..

Question 6: Ces éléments sont dits dans le film pour dépeindre la réalité qu'il veut dépeindre? Car s'il sont dit, ils ont autant d'importance que l'image pour la peinture de ce monde.
Question 7: la logique exprimée dans l'enchainement de cause et conséquence est-elle réaliste donc indépendante de tout film car issue du monde réel?

Buckaroo a écrit :

4 milliard de bouche en plus à nourrir alors que nous sommes en ce moment même en surconsommation des ressources terrestres ! affraid
A ce titre Interstellar ce n'est plus une dystopie , mais de l'anticipation.

Buck, il y a des domaines où je te sais vraiment supérieur à moi et ou je t'écouterai toujours sans broncher. L'érudition sur les épisodes de Star Trek par exemple.
Là tu viens sur mes domaines d'étude politique. Dis toi que pour un film que tu as vu, que j'ai lu un article socio/politico/phillosopho/économique.
Et je peux te dire que nourrir 10 milliards d'humain, la terre en est capable. On est très loin de la surproduction agricole (si tu viens dans le Gers un jour je te le montrerai).

Buckaroo a écrit :

Oui la solution , c'est la violence , une bonne grosse guerre mondiale et on élimine l'excédant pour nourrir les autres..
Mais dans le monde selon Interstellar , cette solution est inefficace.. Puisse qu'à la fin la terre sera dans l'impossibilité de nourrir pas même une personne  & même pire , faire respirer une personne ( l'air est un poison qui tue les gens à petit feu ..Image du Dust Bowl à l'appui ..

Et l'idée de faire fuir les meilleurs scientifiques du pays car ils sont d'une religion ou d'un groupe que tu penses nuisible. Les mêmes scientifiques qui donneront à tes ennemis la plus formidable des armes de destruction, capable de gagner une guerre c'est efficace?
Et pourtant ce fut fait, avec moult crime par les gouvernants allemands pendant la seconde guerre mondiale.
En politique, hélas, le long terme ne marche pas toujours. Il y a bien des facteurs.
C'est pourquoi, face à une crise, il y a des réflexes visant le court terme. Non pas une guerre mondiale, mais l'accaparement des ressources par une élite. Et au moyen de l'armée.
Et le mieux c'est qu'on le voit dans le film! Tu parles du Dust Bowl, mais la NASA n'y est pas sujette car justement Murphy propose de mettre les petits à l'abri!
Question 7: qu'amène au film cette volonté de nous dire qu'il n'y a plus d'armée?

Buckaroo a écrit :

Il sillone le territoire Américain lui aussi comme un " fantôme du passé " .. Puisse que personne ne le remarque ou s'inquiéte pour lui .Pas plus le gouvernement Indien qui la financé , ou le gouvernement Américain donc il sillone en toute impunité le territoire .. Il n'y a que Cooper qui s'intéresse à lui ..D'abord comme un souvenir du passé, et ensuite l'utilité qu'il peut avoir dans le présent .. Nous ne parlons pas d'un petit ordinateur Hewlett Pacakrd à 300 euros , mais d'une machine qui a dut coûter des millions de $.

C'est pourquoi le gouvernement indien n'a rien fait pour les récupérer. C'est pourquoi il n'y a personne pour les chasser et les revendre.
Question 8: Un État capable de créer une telle merveille n'a pas les moyen de le récupérer, même après la fermeture de son programme? Et une façon de procéder du style" on récupère tout et on ferme après" est-ce impossible à penser?
Cela n'enlève rien à la magie de cette scène. Il suffit de réécrire quelques lignes de dialogues.

Buckaroo a écrit :

Voilà une scène qui m'en dit plus sur l'état de l'armée dans le monde selon Interstellar . Il y a bien une armée , mais pas comme on l'entend au jour d'aujourd'hui ..
Elle aussi est entrain de disparaître avec le genre Humain... Ces dialogues que tu cites , ça c'est pour ceux qui n'ont pas compris au fond de la salle .. Moi , ils me sont passés à côté .. J'avais déjà tout compris avec la scène du drône ..

Question 9: Ce sont des extrapolations? Ou ce sont des faits montrés en image?

Buckaroo a écrit :

et plus encore , l'étrange rapport intime  que Cooper ( l'ex astronaute )  entretient avec les machines et elle avec lui  ..C'est lui qui le remarque, c'est lui qui veut le capturer à tout prix..  Son désir est si puissant qu'il passe outre les considérations sociale et les propres barrières qu'elles ont crée pour lui ( être fermier , au lieu d'être astronaute )  .. Il traverse avec son 4x4 , malgré un pneu crevé ,   des tas de champs , détruisant de précieuses récoltes au passage .. Ca en dit long sur sa détermination ..

Oui j'avais compris la scène de la même façon, avec le même transfert.

Buckaroo a écrit :

Parce que j'en arrive toujours à ce même point .. La scène se termine  avec Cooper et Murphy, Cooper la guide délicatement à contrôler le drone ..
Comme son père , elle sent que ces machines ont quelque chose de vivant  & qu'il ne faudrait pas y toucher . Cooper a alors cette refléxion : " il doit s'adapter comme le reste d'entre nous " ce qui le renvoit à sa condition de fermier ..
Il dut s'adapter pour survivre..Pour ses enfants ...

De même, j'avais compris cette scène de la même façon, cette empreinte de Joseph sur Murphy. Avec le renforcement de la scène suivante avec l'entretien à l'école.

Buckaroo a écrit :

En conséquence , toute les institutions se sont adaptés pour survivre, et renier ce qu'ils furent au départ . Comme le systéme éducatif, l'armée a dut renier ce qu'elle fut & s'adapter

Question 10: Peux tu donner des exemples dans l'Histoire de ce reniement de l'armée? Cad de ne plus exercer le monopole de la violence?

Buckaroo a écrit :

.Comme le drone, comme Cooper ,  ..et vue que le sujet du film n'est pas l'armée , mais Cooper et Murphy ..Ca ne sert à rien de trouver un sens dans un endroit que Nolan ne cherche pas explorer...
La situation aurait été différente si Cooper fut un ex soldat..

Si Nolan ne cherche pas à l'explorer, qu'il laisse tout cela dans l'ombre ou qu'il s'y penche vraiment. Au lieu de balancer des dialogues qui font perdre toute vraisemblance au monde qu'il veut montrer (cad le monde en dehors de Murphy et Joseph).

Hors ligne

Pied de page des forums