ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 25-01-2015 11:12:59

dl500
TOS Forever

Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

J'ouvre ce topic, sur un (jeune) réalisateur (44 ans), qui, si sa filmographie n'est pas dénuée de défauts, reste quand même une révélation de ces 10 dernières années.

Avec seulement 9 films, il a su imposer sa signature et sa façon de procéder dans une industrie aujourd'hui régulée et commandée d'abord par des chefs d'entreprise plutôt que par des créateurs. On s'en rend compte avec le nombre irréels actuels de remake, reboot, suites et autres.

Si je sais que sur ce forum, beaucoup crient à l'usurpation le concernant, ce que j'ai moi adoré c'est sa manière de s'approprier une œuvre, de la filmer.

Là où il aurait pu comme beaucoup tomber dans la facilité (comme JJ), il a su se démarquer tout en utilisant le système à ses fins. S'il ne se mouille pas en ne critiquant pas ce que font les autres, il a au moins le mérite de n'être adoubé par personne et ne se revendiquer de personne. Sa signature est personnelle et immédiatement identifiable.

Voici la liste de ses films et si vous le souhaitez, débattre sur chacun d'eux.

Following, le suiveur. (1998)

Memento (2000)

Insomnia (2002)

Batman begins (2005)

Le prestige (2006)

The Dark Knight (2008)

Inception (2010)

The Dark Knight Rises (2012)

Interstellar (2014)


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#2 29-04-2015 12:25:45

dl500
TOS Forever

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Interstellar: revu en Blu-ray.
Après l'immersion et le choc cinématographique vécus lors de son visionnage à sa sortie, je me suis refais une séance cette fois sur support HD, à la maison.
Les conditions étaient optimales et en présence de 2 personnes n'ayant pas encore vu le film.
Personnellement, cette seconde vision s'est avérée encore plus bénéfique que la première fois, me permettant d'analyser et le film et sa mise en scène. Comme je connaissais cette fois l'histoire, pas de besoin de concentration pour essayer de repérer tel ou tel indice disséminé tout au long du film par son réalisateur.
Déjà, comme à son habitude, Nolan a utilisé le format Imax pour des scènes importantes de son long métrage, et celles-ci sont repérables sur le support, puisqu'elles passent au format 1.78. On peut donc vérifier toute la profondeur de champ utilisée pour ces passages.
L'utilisation des maquettes à la place des CGI apporte aussi une matérialité au film que l'on ne retrouve pas forcément sur les "tout numérique". Leur intégration prouve bien qu'il existe encore un avenir pour ce type de trucage, et comme pour l'utilisation de la pellicule, il est difficile de reprocher ce choix artistique à Nolan. D'ailleurs on voit bien la différence de grain à l'image entre le 2.35 traditionnel et l'Imax.
Entre les scènes spatiales magnifiques de contemplation, la musique à laquelle j'ai adhéré, et une mise en scène au cordeau, lisible, visible, et intime sur certains plans, j'ai encore une fois complètement adhéré aux propos du réalisateur. Oui définitivement je suis fan.
Si j'avais pris une claque lors de ma séance en salle, ici j'ai reçu son retour. Mais quel bonheur! Difficile de ne pas rentrer dans le jeu des acteurs. C'est simple, ils sont tous bons.
L'émotion dégagée est énorme...à condition d'accepter de rentrer dans le film. Et là, je me suis mis à la place des détracteurs du réalisateur. Car on peut comprendre leur point de vue, même en étant en total désaccord. Nolan a un don. Du talent. Mais il peut aussi perdre ses spectateurs par un rythme lent, complexe, froid. Sur les 2 spectateurs présents avec moi, un a complètement été pris dans le trip du voyage et n'a pas vu les presque 3 heures. L'autre en revanche a parfois eu du mal à rester dedans, tout en relevant la complexité du propos, l'aspect adulte et parfois distant du film. C'est clair, il n'est pas destiné au public des Fast and Furious. mdrwink
La fin reste ouverte à interprétation, et chacun peut se choisir sa conclusion.
(La construction du film est très proche de celle du Prestige, avec l'utilisation de seconds rôles inattendus, de retournement de situation et de fin ouverte.)

Certains passages sont - ils des hommages ou des plagiats? Personnellement je le vois comme des hommages, des clins d'œil.
Mais une chose est sure, si ce film n'est peut-être pas un chef d'œuvre, il reste pour moi une œuvre d'art, que l'on est en droit d'aimer, d'adorer, ou détester. Pour moi, c'est fait.  wink

Dernière modification par dl500 (29-04-2015 12:30:19)


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#3 29-04-2015 12:29:39

mypreciousnico
_________

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Merci pour ton avis Dl, il donne envie ce regard de passionné wink

Toujours pas vu le film pour ma part, je l'ai raté au ciné, je dois le voir avec un pote à la maison et on repousse sans arrêt le visionnage...

Hors ligne

#4 29-04-2015 12:35:05

dl500
TOS Forever

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Alors à voir absolument dans des conditions optimales. Mais je crois que tu as ce qu'il faut! wink (attention aux déflagrations du caisson, ça envoie du lourd et jamais quand tu t'y attends).

Hier j'ai pris un pied cinématographique d'enfer. C'est rare.

Et dire que ce typa a mon âge...


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#5 29-04-2015 14:06:56

mypreciousnico
_________

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

dl500 a écrit :

Alors à voir absolument dans des conditions optimales. Mais je crois que tu as ce qu'il faut! wink (attention aux déflagrations du caisson, ça envoie du lourd et jamais quand tu t'y attends).

Oui, ça va, en revanche, je n'ai pas de caisson de basses smile

Hors ligne

#6 11-07-2015 03:06:20

mypreciousnico
_________

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Interstellar

Je l'ai enfin vu.

Ça va c’est correct. Rien de transcendant, mais j'ai même bien aimé.

Pourtant, ça commence vraiment très mal. Le début du film est une torture d'ennui et de lieux communs, j'ai même failli arrêter plusieurs fois de peur de me momifier. Je viens de vérifier, le film ne commence vraiment qu'a la 50ème minute !

Bon heureusement, une fois dans l'espace, le film se réveille, devient intéressant et le reste jusqu'à la fin.

Il y a quelques bonne idées, quelques concepts intéressants, même si tout cela n'est pas très neuf. Le film est un peu un melting pot de différents trucs vus ailleurs en mieux (le différentiel temporel, la station spatiale à la B5…)

La planète avec la vague est un des bons moment du film, pour le coup du différentiel temporel bien entendu (encore que c'était autrement mieux traité dans "in the blink of an eye" de Voyager), mais aussi par l'aspect visuel de cette planète qui personnellement me fait pas mal flipper. D'autant que la musique avec les sons d'horloge est assez réussie.

Au niveau mise en scène c'est convenable, même si là non plus rien d'extraordinairement brillant je trouve, si ce n'est que c'est très lisible. Quelques plans très beau, quelques vues de l'espace intéressantes, quelques scènes de tensions bien gérées (le pétage de plomb de Mat Damon, même si c'est hyper stupide, donne lieu à une bonne scène d'action)

D'ailleurs, visuellement il n'y a rien de remarquable. Je n'ai rien de particulier à dire ni en bien ni en mal, si ce n'est qu'il y a un côté rétro dans l'image que je trouve très intéressant, comme si le film avait été tourné il y a 20, voir 30 ans (il y a quelques clins d'œil visuels à 2001 au passage).
À noter que les SFX sont de toute beauté. Vraiment irréprochables. J'ai d'ailleurs l'impression qu'il y a pas mal de maquettes qui sont utilisées. C'est un choix intelligent et qui rend très bien.
Quant aux passages en IMAX, ils sont évidement très immersifs et sautent littéralement aux yeux quand ils déboulent juste après des plans en 2.35 standards.

Niveau interprétation c'est globalement du bon boulot. Il faut dire qu'il y a une belle brochette d'acteurs. En particulier Mcconaughey particulièrement excellent.

Maintenant, c’est bien la peine de nous promettre l'espace intersidéral et l'émerveillement du cosmos pour au final nous montrer trois pauvres planètes qui se bâtent misérablement en duel et nous asséner une vague intrigue de relation père/fille usée jusqu'à la corde !
Niveau imaginaire, c'est peau de zob, niveau vision également. C'est balisé, pauvre et déjà vu.
À ce niveau là, le film est hyper décevant, très quelconque et très en dessous de ses prétentions affichées. D'autant que Stargate Universe est passée par là.

Un détail sauve un peu l'ensemble : l'absence de sons dans l'espace. Une absence totale, pas de triche. Bon sang que ça fait du bien ! Bon sang que c'est réussi en termes de dramaturgie. comme pour Gravity, j'aurais poussé le vice encore plus loin et enlevé carrément la musique lors des vues de l'espace. Mais bon, ce n'est surement pas viable commercialement…

Voila, pas un mauvais film, loin de là, mais un film mineur qui sera probablement vite oublié.

Hors ligne

#7 27-07-2015 09:32:04

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

mypreciousnico a écrit :

Maintenant, c’est bien la peine de nous promettre l'espace intersidéral et l'émerveillement du cosmos pour au final nous montrer trois pauvres planètes qui se bâtent misérablement en duel et nous asséner une vague intrigue de relation père/fille usée jusqu'à la corde !
Niveau imaginaire, c'est peau de zob, niveau vision également. C'est balisé, pauvre et déjà vu.
À ce niveau là, le film est hyper décevant, très quelconque et très en dessous de ses prétentions affichées. D'autant que Stargate Universe est passée par là.

Ahhh merci, ça fait plaisir de lire quelqu'un qui a réussi à apprécier le film, tout en restant lucide et en gardant son esprit critique dessus. smile


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#8 27-07-2015 09:51:37

dl500
TOS Forever

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Le film nous emmène justement là où on s'y attend pas. A l'intérieur de nous même.

Effectivement, pour ceux qui voulaient du spectaculaire visuel, c'est raté. maintenant c'est aussi là la force du film.
Nolan fait toujours ça avec ses films. On aime ou pas. C'est introspectif. Le peu de scènes en revanche sont très spectaculaires. Revu il y a peu en Blu-ray et le spectacle est total. Sur les 2 planètes visitées, aussi bien que lors des scènes spatiales.

Après pour le spectaculaire avec le gros plein de sfx, rassurez-vous il y a le prochain Star Wars en fin d'année. (ou pas wink ).


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#9 27-07-2015 09:59:26

dl500
TOS Forever

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Pour les Nolannospectiques:

J'aime beaucoup ces 2 analyses. Parce que pour certains films je suis d'accord, et parce que bien que fan, je ne valide pas tout du cinéaste.
C'est d'abord un conteur, et un monteur.

Flash required

Flash required

La partie sur Inception est parfaite. Où comment Nolan a enfumé la majorité des critiques et des spectateurs. Parce que le coup de totem, perso je l'ai vu et compris au second visionnage.

Il y aussi un sujet sur sa trilogie Batman, où le second volet est encensé.

Bon visionnage.

Dernière modification par dl500 (27-07-2015 10:00:06)


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#10 27-07-2015 12:21:02

mypreciousnico
_________

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

DrAg0r a écrit :

Ahhh merci, ça fait plaisir de lire quelqu'un qui a réussi à apprécier le film, tout en restant lucide et en gardant son esprit critique dessus. smile

Merci wink

dl500 a écrit :

Le film nous emmène justement là où on s'y attend pas. A l'intérieur de nous même.

Je vais développer un peu mon avis Dl si tu me le permets wink

Il y a peu de vraies surprises dans Interstellar AMHA.
Comme le disait Dvmy c’est de la SF pour ceux qui n’aiment pas ça, c’est du Bernard Werber en plus sérieux. Il n’ya a quand même pas grand-chose de neuf au soleil pour qui regarde régulièrement de la SF.

En soi, ce n’est pas un problème insurmontable. Le film est plaisant, pas stupide, pas mal foutu (même si très quelconque visuellement). Le problème, chez moi, viendrait du décalage entre les prétentions affichées par le film et le résultat final.

Qu’on ne me promette pas le Mont Rushmore pour finalement accoucher d’une promenade au parc un dimanche pluvieux. Qu’on ne me promette pas le cosmos intersidéral pour finalement ne parler que d’un père qui se rabiboche avec sa fille.

Il y avait des tas de choses à faire avec ce film, des tas de thématiques passionnantes à explorer. De vrais thèmes de SF. Mais au final tout cela n’a aucune importance et la finalité du film est toute petite.

Et tu vois Dl, ce n’est pas une question de rythme ou de visuel :

dl500 a écrit :

Effectivement, pour ceux qui voulaient du spectaculaire visuel, c'est raté. maintenant c'est aussi là la force du film.

Car ce n’est pas du tout ce que j'attendais de Interstellar smile

J'espérais un film de Hard SF : je ne l'ai pas eu. Les concepts scientifiques sont traités par dessus la jambe et bien peu de choses me semblent crédibles (à commencer par cette NASA en papier mâché)

J'espérais un film contemplatif qui explore la beauté du cosmos, voyage dans sa dangereuse beauté : je l'ai peine effleuré. Il y a quelques passages, quelques moments touchés par la grâce. Mais c’est tout. Stargate Universe est passé par là. Interstellar est tout gentillet à côté. Je concède l’absence de sons dans l’espace.

J'espérais un film de SF complexe et profond : mouais.

J’avais de l’espoir sur ce film. J’ai faim de vraie SF en ce moment ou il n’y en a plus. La fin de Stargate Universe laisse un trou béant sur lequel j’espérais qu’Interstellar vienne mettre un baume à la gentiane smile

dl500 a écrit :

Nolan fait toujours ça avec ses films. On aime ou pas. C'est introspectif. Le peu de scènes en revanche sont très spectaculaires. Revu il y a peu en Blu-ray et le spectacle est total. Sur les 2 planètes visitées, aussi bien que lors des scènes spatiales.


De toute manière, il faudrait n'avoir jamais vu un seul film de Nolan pour s'imaginer voir un blockbuster kaboom. Ce qui n'empêche pas en effet qu'il y ait quelques passages très impressionnants visuellement. Comme la planète avec la vague.

dl500 a écrit :

Après pour le spectaculaire avec le gros plein de sfx, rassurez-vous il y a le prochain Star Wars en fin d'année. (ou pas wink ).

Encore une fois, ce n’est pas ce que j'attendais.
Ce n’est pas parce que certains d'entre nous sont critiques sur Nolan qu'on attend forcément que du grand spectacle débile wink

Hors ligne

#11 27-07-2015 12:32:12

dl500
TOS Forever

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

mypreciousnico a écrit :

Ce n’est pas parce que certains d'entre nous sont critiques sur Nolan qu'on attend forcément que du grand spectacle débile wink

Rhooo!
mdr
Ce n'est pas du tout ce que j'ai pensé.
Et je ne trouve pas Star Wars débile du tout. Mais c'est visuel ça oui.

Non, en fait, moi j'ai aimé peut-être aussi parce que je suis hermétique à la Hard SF, pour ça que VOY ne m'a absolument pas touché. Voire même ennuyé. Je m'accroche bien plus aux personnages.
CQFD.

wink


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#12 27-07-2015 13:55:23

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

mypreciousnico a écrit :

J'espérais un film de Hard SF : je ne l'ai pas eu. Les concepts scientifiques sont traités par dessus la jambe et bien peu de choses me semblent crédibles (à commencer par cette NASA en papier mâché)

Ca c'est un truc que je n'arriverais jamais à comprendre .. J'ai déjà entendu ça pour Gravity .. roll

Hep Interstellar ce n'est pas des cours d'astrophysique , ni un collocte d'astrophysicien .. C'est juste du cinéma & du pur cinéma .. de l' Art donc !
A ce titre , la science me déçoit dans pareil contexte  .. Car la science nous certifie  que c'est humainement impossible d' approcher un Trou Noir  sans être réduit en bouillie ..Seul la magie du cinéma permet de transcender ce rêve , de s'affranchir de ces barrières  édictés par la science ..

Oui peut être que Nolan traite par dessus la jambe les concepts scientifique , mais c'est pour mieux  transcender  ces concepts cinématographiques.. ...
Des concepts novateurs , audacieux , esthétiquement ,narrativement,  qui prennent le contre pied de 2001 , tout en lui tenant la dragée haute ..
Interstellar est frais .. Les robots par exemple , je n'en ai jamais vu de pareil dans l'Histoire du cinéma, et encore moins la relation qu'il entretient avec l'homme. Pourtant j'en ai vu défilé dans ma vie des robots   . le concept inter_dimensionnel du Terseract . Ces incroyable entrelacs entre l'espace et le temps , ce chassé croisée entre  univers dystopique et univers utopique ( Ca paraît B5 à la fin , mais à ça sonne surtout très ST )  ..

Si la science se casse les dents et révele son impossibilité à jouer avec l'espace temps , il existe un art qui justement s'appuie à tordre l'espace et le temps , Cela en constitue même son essence , c'est bel et bien le cinématographe !
& Christopher Nolan en est devenu un maître en la matière .. L'un des premiers génies réalisateur du XXIéme Siécle ..

Mais quelque part je comprend la déception des fans de Hard SF , Interstellar est un film qui se montre extrémement critique vis à vis  de la science et de la pensée rationnelle .. Le portrait du scientifique joué par Michael Caïne n'est pas très tendre et que dire de celui joué par Matt Damon: Couillu pour la  théorie , mais véritable dégonflé/trou du cul de première  dans la pratique.. Aîe .. Il y a des pillules qu'on a du mal à avaler surtout quand l'humanité doit son salut à l'amour qu'une fille et son pére se porte l'un à l'autre ..
Complétement irrationnel , impossible à quantifer par la science ... wink

C'est peut être ça qui à échapper , ce film a autant de tête , qu'il n'a finalement plus de coeur ..

interstellar_3_0.jpg?itok=POCiKnGa
latest?cb=20141231221503
Que vaut le mystére de l'univers comparaît à celui ci  ? ... Pourquoi aller là bas , si ce n'est pas pour chercher à mieux nous connaître  en tant qu'espèce ?

Stargate Universe est passé par là.

Par ou il est entré , je ne l'ai pas vu sortir ! lol  ... Déconne pas,  méler Stargate à Nolan , c'est comme on cherchait à mêler Michael Bay à Stanley Kubrick ...
Hors sujet ...


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#13 27-07-2015 14:39:30

mypreciousnico
_________

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Buckaroo a écrit :

Ca c'est un truc que je n'arriverais jamais à comprendre .. J'ai déjà entendu ça pour Gravity .. roll

Le problème de Gravity était différent mais produisait un résultat similaire : un décalage entre les prétentions et le résultat final.

Je juge Interstellar à l'aune de la SF pure et dure parce que c’est là qu'étaient situées ses prétentions voila tout. Il ne faut pas me reprocher d'attendre de la SF quand on me vend de la SF !

Buckaroo a écrit :

Des concepts novateurs , audacieux , esthétiquement ,narrativement,  qui prennent le contre pied de 2001 , tout en lui tenant la dragée haute ..

Relis ma critique, c'est aussi ce que je reproche à Interstellar : j'ai déjà vu tout ce qu'il propose en mieux ailleurs, notamment dans Star Trek et dans Stargate Universe que tu raille sans l'avoir vu.
Et après je lis dans diatribes enflammées pour célébrer le génie de ce film rolleyes

Buckaroo a écrit :

Interstellar est frais .. Les robots par exemple , je n'en ai jamais vu de pareil dans l'Histoire du cinéma, et encore moins la relation qu'il entretient avec l'homme.

Je te concède ce point wink

dl500 a écrit :

Non, en fait, moi j'ai aimé peut-être aussi parce que je suis hermétique à la Hard SF, pour ça que VOY ne m'a absolument pas touché. Voire même ennuyé. Je m'accroche bien plus aux personnages.

Oui, ça fait sens, je comprend mieux wink
En ce qui me concerne, on m'a proposé une grande épopée spatiale mythique, mystique et époustouflante, c’est donc ce que j'attendais.

Buckaroo a écrit :

Stargate Universe est passé par là.

Par ou il est entré , je ne l'ai pas vu sortir ! lol  ... Déconne pas,  méler Stargate à Nolan , c'est comme on cherchait à mêler Michael Bay à Stanley Kubrick ...
Hors sujet ...

Tu raille Stargate Universe comme tu raillais jadis B5.
En l’occurrence, ce n’est absolument pas hors sujet. Interstellar prétend chasser sur le même terrain que Stargate Universe et ne tient pas la comparaison. Même pas un peu.

Hors ligne

#14 27-07-2015 16:23:48

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

mypreciousnico a écrit :
Buckaroo a écrit :

Ca c'est un truc que je n'arriverais jamais à comprendre .. J'ai déjà entendu ça pour Gravity .. roll

Le problème de Gravity était différent mais produisait un résultat similaire : un décalage entre les prétentions et le résultat final.

Je juge Interstellar à l'aune de la SF pure et dure

Je le juge avant tout comme une oeuvre de pur cinéma .. 
Quand  à la SF :

parce que c’est là qu'étaient situées ses prétentions voila tout. Il ne faut pas me reprocher d'attendre de la SF quand on me vend de la SF !

Je peux pas te répondre là dessus, mais j'ai un sujet très intéressant sur la question en préparation qui devrait nous éclairer .. wink

Je trouve juste dommage que ce film soit attaquer sur sa sois disante prétentions dans une époque cinématographique qui n'en à plus aucune ...


Buckaroo a écrit :

Des concepts novateurs , audacieux , esthétiquement ,narrativement,  qui prennent le contre pied de 2001 , tout en lui tenant la dragée haute ..

Relis ma critique, c'est aussi ce que je reproche à Interstellar : j'ai déjà vu tout ce qu'il propose en mieux ailleurs, notamment dans Star Trek et dans Stargate Universe que tu raille sans l'avoir vu.
Et après je lis dans diatribes enflammées pour célébrer le génie de ce film rolleyes

On ne peut pas échapper à certains codes du genre .. Relis mon avis, je parle en terme cinématographique , là réside la fraicheur  ..
Jamais au cinéma un vaisseau n'a été filmé comme Nolan ne le fais .. En très gros plan subjectif . Jamais on a vu un voyage FTL comme Intersellar nous le montre .. Jamais on a tenté de jouer de la temporalité comme le fait Nolan et encore combiné  avec autant d'à propos de genres propre à la SF , mais aussi disparate que  sont la Dystopie et l' Utopie..

Intersellar
va beaucoup plus loin que le simple film de SF , il y a un vrai propos philosophique sur la question de l'homme dans l'univers..Ses peurs , ses inspirations , ses forces , ses faiblesses ..

C'est un film essentiel que je conseille de revoir pour ceux qui ont un avis mitigé là dessus .. C'est d'une richesse absolue , je l'ai revu et j'en découvre encore des détails qui font sens et questionne le genre humain ..


Tu raille Stargate Universe comme tu raillais jadis B5.
En l’occurrence, ce n’est absolument pas hors sujet. Interstellar prétend chasser sur le même terrain que Stargate Universe et ne tient pas la comparaison. Même pas un peu.

Remettons les pendules à l'heure ,  je n'ai jamais raillé Babylon V ..
Je ne voyais pas l'intêret d'une telle série quand j'avais DS9 à la place , en étant un ST addict farouche qui plus est .. C'était pas fair play pour entrer dans cette série que tout à chacun considéré comme un pinacle du genre  .. J'ai toujours montré un intéret pour JMS à cause de ses comics ..
Une fois désintoxiqué de Star Trek ,  j'étais même éprouvé une certaine curiosité pour B5 .. pour faire mon coming out l'année dernière ...

mais une chose est quasi sûr ! Personne ne me fera changé d'avis  à propos de Stargate ..
Je trouvais déjà le concept très con à l'époque du film .. La série ne m'a pas fait changé d'avis .. Une totale perte de temps , surtout que Star Trek cassait la baraque au même moment  .. & que mantenant je suis un Babylonien born again !

Justement Stargate représente pour moi un vil copie de ST .. Tout ce que Roddenberry détestait .. Que les aliens aient inventé les pyramides , que le voyage dans l'espace se fasse par le biais de technologie extra- terrestre :
Bull shit !!! Je ne suis pas d'accord sur tout avec le vieux Gene , mais ça c'est une vision que je partage avec lui :, L'homme est capable par lui même de se dépasser ..
Stargate est une négation de cette vision .. Pas Interstellar , c'est l'homme ( en l'occurence une femme _ Murph ) qui réalise la prochaine étape d'évolution , pas E.T  ou une intelligence supérieure .. Le fameux signal du trou noir est d'origine humaine , le terseract est crée par des humains du futur ...

Voilà qui sonne ST , et non SG1 ...

Mais n'allons pas  plus loin que ça ...Stargate est tout bêtement une approche de la SF donc je n'ai aucun point commun , ni appétence ..Voilà pourquoi je me garde bien de la voir et d'en discuter ..


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#15 27-07-2015 17:43:43

scorpius
Nowhere Man

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Buckaroo a écrit :

mais une chose est quasi sûr ! Personne ne me fera changé d'avis  à propos de Stargate ..
Je trouvais déjà le concept très con à l'époque du film .. La série ne m'a pas fait changé d'avis .. Une totale perte de temps , surtout que Star Trek cassait la baraque au même moment  .. & que mantenant je suis un Babylonien born again !

Justement Stargate représente pour moi un vil copie de ST .. Tout ce que Roddenberry détestait .. Que les aliens aient inventé les pyramides , que le voyage dans l'espace se fasse par le biais de technologie extra- terrestre :
Bull shit !!! Je ne suis pas d'accord sur tout avec le vieux Gene , mais ça c'est une vision que je partage avec lui :, L'homme est capable par lui même de se dépasser ..
Stargate est une négation de cette vision .. Pas Interstellar , c'est l'homme ( en l'occurence une femme _ Murph ) qui réalise la prochaine étape d'évolution , pas E.T  ou une intelligence supérieure .. Le fameux signal du trou noir est d'origine humaine , le terseract est crée par des humains du futur ...

Voilà qui sonne ST , et non SG1 ...

Mais n'allons pas  plus loin que ça ...Stargate est tout bêtement une approche de la SF donc je n'ai aucun point commun , ni appétence ..Voilà pourquoi je me garde bien de la voir et d'en discuter ..

Tu ne veux pas regarder Stargate ou en parler mais par contre tu te moques à demi-mots...

Pour rappel dans B5, l'humanité a acquis les points de sauts (et donc le voyage interstellaire) grace aux Centauris après le premier contact. Quand aux Vorlons ils ont manipulés l'évolution de notre espèce et on a finit par adopter en partie leurs technologies (les vaisseaux de la classe étoiles célestes) lors d'une alliance avec les Minbaris...

L'humano-centrisme n'a absolument rien de Trekkien. Sans les Vulcains l'humanité Trekkienne se serait lancée dans le grand bain galactique bien avant d'etre prete avec probablement des conséquences catastrophiques.
Dans le Gateverse, la porte des étoiles permet d'acquerir de nouvelles technologies, de nouer des alliances mais c'est un savoir et une responsabilité dont les humains doivent se montrer dignes. L'évolution de la Terre jusqu'à devenir une puissance galactique sur laquelle il faut compter, c'est un des aspects les plus réussi et gratifiant, en tant que spectateur, des 3 séries.
A la limite on pourrait éventuellement critiquer la mise en avant des USA au détriment des autres nations de notre planète, mais ça me semble assez vain.


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#16 27-07-2015 17:45:42

mypreciousnico
_________

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Buckaroo a écrit :

Je le juge avant tout comme une oeuvre de pur cinéma ..

Sur ce terrain là non plus je ne suis pas convaincu à 100%

Buckaroo a écrit :

C'est un film essentiel que je conseille de revoir pour ceux qui ont un avis mitigé là dessus .. C'est d'une richesse absolue , je l'ai revu et j'en découvre encore des détails qui font sens et questionne le genre humain ..

Je le reverrais, c’est certain wink

Buckaroo a écrit :

Remettons les pendules à l'heure ,  je n'ai jamais raillé Babylon V ..

Tu a la mémoire très courte mon Bucky wink

Buckaroo a écrit :

Mais n'allons pas  plus loin que ça ...Stargate est tout bêtement une approche de la SF donc je n'ai aucun point commun , ni appétence ..Voilà pourquoi je me garde bien de la voir et d'en discuter ..

Il n'y a pas de soucis, libre à toi de ne pas être branché par cette franchise. ce fut longtemps mon cas. Mais dans ce cas là, évite également de la basher gratuitement wink

Hors ligne

#17 27-07-2015 18:14:06

dl500
TOS Forever

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Buckaroo a écrit :

Interstellar ce n'est pas des cours d'astrophysique , ni un collocte d'astrophysicien .. C'est juste du cinéma & du pur cinéma .. de l' Art donc !

..Seule la magie du cinéma permet de transcender ce rêve , de s'affranchir de ces barrières  édictées par la science ..

Oui peut être que Nolan traite par dessus la jambe les concepts scientifique , mais c'est pour mieux  transcender  ces concepts cinématographiques.. ...
Des concepts novateurs , audacieux , esthétiquement ,narrativement,  qui prennent le contre pied de 2001 , tout en lui tenant la dragée haute ..
Interstellar est frais ... le concept inter_dimensionnel du Terseract . Ces incroyable entrelacs entre l'espace et le temps , ce chassé croisée entre  univers dystopique et univers utopique ( Ca paraît B5 à la fin , mais à ça sonne surtout très ST )  ..

Si la science se casse les dents et révele son impossibilité à jouer avec l'espace temps , il existe un art qui justement s'appuie à tordre l'espace et le temps , Cela en constitue même son essence , c'est bel et bien le cinématographe !
& Christopher Nolan en est devenu un maître en la matière .. L'un des premiers génies réalisateur du XXIéme Siécle ..

Mais quelque part je comprend la déception des fans de Hard SF , Interstellar est un film qui se montre extrémement critique vis à vis  de la science et de la pensée rationnelle .. Le portrait du scientifique joué par Michael Caïne n'est pas très tendre et que dire de celui joué par Matt Damon: Couillu pour la  théorie , mais véritable dégonflé/trou du cul de première  dans la pratique.. Aîe .. Il y a des pillules qu'on a du mal à avaler surtout quand l'humanité doit son salut à l'amour qu'une fille et son pére se porte l'un à l'autre ..
Complétement irrationnel , impossible à quantifer par la science ... wink

C'est peut être ça qui a échappé , ce film a autant de tête , qu'il n'a finalement plus de coeur ...

Yes!
Voilà moi pourquoi je me suis autant évadé dans ce film. j'y ai vécu une expérience cinématographique, pas scientifique. wink


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#18 27-07-2015 18:19:11

dl500
TOS Forever

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Buckaroo a écrit :

Je le juge avant tout comme une oeuvre de pur cinéma .. 
Quand  à la SF :

Je trouve juste dommage que ce film soit attaqué sur sa soit disante prétention dans une époque cinématographique qui n'en a plus aucune ...


On ne peut pas échapper à certains codes du genre .. Relis mon avis, je parle en terme cinématographique , là réside la fraicheur  ..
Jamais au cinéma un vaisseau n'a été filmé comme Nolan ne le fais .. En très gros plan subjectif . Jamais on a vu un voyage FTL comme Intersellar nous le montre .. Jamais on a tenté de jouer de la temporalité comme le fait Nolan et encore combiné  avec autant d'à propos de genres propre à la SF , mais aussi disparate que  sont la Dystopie et l' Utopie..

Intersellar
va beaucoup plus loin que le simple film de SF , il y a un vrai propos philosophique sur la question de l'homme dans l'univers..Ses peurs , ses inspirations , ses forces , ses faiblesses ..

C'est un film essentiel que je conseille de revoir pour ceux qui ont un avis mitigé là dessus .. C'est d'une richesse absolue , je l'ai revu et j'en découvre encore des détails qui font sens et questionne le genre humain ..


Tout pareil!

Quand je suis entré dans la salle, j'y suis allé pour faire un voyage. Un voyage Nolanien.
Pas pour y voir un film de SF, mais du cinéma.
Pas pour le comparer aux autres, car justement tout y réside dans ses contrepieds.

Nolan on aime, on adhère, ou on passe à côté.

En ouvrant ce sujet, bien qu'il ai mis du temps à démarrer, j'attendais ce genre de discussion. C'est très intéressant les avis tranchés, mais surtout les réactions sensorielles à son cinéma. wink


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#19 27-07-2015 19:27:26

scorpius
Nowhere Man

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

dl500 a écrit :

Quand je suis entré dans la salle, j'y suis allé pour faire un voyage. Un voyage Nolanien.
Pas pour y voir un film de SF, mais du cinéma.
Pas pour le comparer aux autres, car justement tout y réside dans ses contrepieds.

Le contrepied comme argument magique pour justifier la pauvreté visuelle et thématique des univers de Nolan, c'est un peu facile.
Surtout que quand il est question de son cinéma, la comparaison avec d'autres oeuvres déjà existantes est inévitable. La démarche de Nolan est d'articuler ses récits autours de références geek qu'il posséde mais dont il n'exploite pas le potentiel. Contrairement à ce qu'on veut faire croire, ce n'est absolument pas un cinéaste inventif. Il se contente de prendre ces références et de les appauvrir pour un public mainstream. (Qui évidemment crie au génie, puisse que Satoshi Kon, il ne connait pas).

Le voyage Nolanien ce n'est rien d'autre que ça

Nolan on aime, on adhère, ou on passe à côté.

Ou alors on a la lucidité de voir que le bonhomme n'est rien de plus qu'un petit malin qui réussi à embrouiller son monde smile

Dernière modification par scorpius (27-07-2015 19:38:36)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#20 27-07-2015 19:46:29

mypreciousnico
_________

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

dl500 a écrit :

Nolan on aime, on adhère, ou on passe à côté.

Alors je dois passer à côté smile

Pour le reste, je suis d'accord à 100% avec Scorpius. D'une manière générale, je le disait plus haut, Nolan me fait un peu le même effet au cinéma que Bernard Werber en littérature.

Moi aussi je suis sensible aux qualités cinématographiques d'un film, n'allez pas croire que parce que c'est Nolan je ne suis soudain plus capable de juger un film comme un film. Il n’empêche que quand on regarde un film de SF, on est en droit d'attendre de la SF et de juger le film aussi la dessus. Si Interstellar avait été une merveille de mise en scène, je l'aurais dit, surtout si ladite mise en scène était de nature à compenser le reste.
C’est le cas dans un film comme Mission to Mars de De Palma. Le scénario n’est pas extraordinaire, mais la mise en scène est incroyable. Voila une manière de filmer l'espace qui est à la fois inédite ET immersive.

D'ailleurs, si l'on met de côté toute la SF du film de Nolan, que reste t-il a part une histoire usée jusqu’à la corde de retrouvaille père/fille ?

Alors, je veux bien me concentrer uniquement sur l'aspect cinéma, sensoriel, sur les personnages...Si vous y tenez. Mais si je fait ça le film est encore plus balourd hmm

Quant aux prétentions, regardez comment vous en parlez : expérience sensorielle, métaphyisique...etc smile

Hors ligne

#21 27-07-2015 19:52:47

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

mypreciousnico a écrit :

D'ailleurs, si l'on met de côté toute la SF du film de Nolan, que reste t-il a part une histoire usée jusqu’à la corde de retrouvaille père/fille ?

J'aurais bien donné mon avis, mais t'a déjà tout dit tongue


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#22 27-07-2015 20:35:53

mypreciousnico
_________

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

DrAg0r, n'hésite pas à poster ta critique si ce n’est déjà fait wink

Sinon Dl, je connais Durendal, j'aime beaucoup ses vidéos, même si (ou peut-être parceque) je ne suis pratiquement jamais d'accord avec lui. Certains de ses avis me hérissent le poil, mais en même temps c’est toujours bien argumenté et intéressant.
Je n'ai pas encore vu sa rétrospective Nolan, j'attendais de voir Interstellar.
En revanche, j'ai vu celle sur les Batman et c'était très intéressant.

Hors ligne

#23 27-07-2015 23:22:53

KIRK
Star Trek... Retour vers le Futur

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Ma petite critique de Interstellar en son temps sur le topic des derniers films vus =>

Je ne connais pas bien le cinéma de Nolan, je suis donc allé voir le film vierge de tout a priori et de toute pollution publicitaire. C’est en prenant mon billet que je suis seulement aperçu qu’il durait presque 3h00… pour vous dire mon ignorance sur ce dernier.

Je suis ressorti assez circonspect et mitigé et à l’heure de ce billet je ne sais pas encore trop quoi en penser… je ne me lancerais pas dans une longue analyse et me contenterais d’être synthétique :

* Les points positifs en marge du film :

A l’heure ou les super héros nous bouffent tout notre espace vital cinématographique et particulièrement en matière de SF, ce film est une vraie bouffée d’oxygène pure et on serait presque tenté d’ignorer ses lacunes tant cela fait plaisir à déguster.

J’apprécie un film de SF avec une non intervention d’aliens dans le scénario ; j’ai eu ce sentiment pour ce film et non pour Gravity, je ne sais pas pourquoi.

* Les points positifs liés au film :

- Interstellar est profondément humaniste et optimiste sur la capacité de l’homme à aller de l’avant, à trouver des solutions quand il est au bord du gouffre, à imaginer une race humaine qui sera capable de maitriser des trous de vers et l’espace- temps dans des milliers d’années et en même temps profondément pessimiste : le mensonge du docteur Brand , la bagarre entre Cooper/Mann sur la planète de glace , l’égoïsme de Cooper qui ne pense qu’a retrouver ses enfants et non à un intérêt supérieur qu’est la survie de son espèce ; c’est cette dualité permanente de l’homme entre le bien et le mal qui fait ce que nous sommes et Nolan le montre assez bien tout le long du film. Se sont aussi les  sentiments qui nous  définissent et définissent nos choix, parfois en dépit du bon sens ou quand il ne reste plus rien, que la science n’apporte plus de solutions. Amelia Brand l’explique parfaitement quand elle parle de l’amour comme acte de foi quand il ne reste plus de choix, lançons les dés et laissons faire le hasard, la destinée comme un grand pied de nez à la science et à la technologie !

- La thématique de la famille abordée à travers la notion de la relativité temporelle m’a bien plu et donne un petit coup au moral tout de même ☺

- Le techno blabla est toujours risqué dans un film SF grand public ; on sent que Nolan a voulu faire un effort pédagogique en expliquant au spectateur des théories très complexes que sont les théories de Newton, Einstein, des trous de vers, des trous noirs ou du principe des 5 dimensions ; comme fan de Star Trek et de science en général j’y suis habitué et j’aime ça ☺ mais cela peut être rebutant sur un film de 3h et je peux le comprendre aisément. Merci à lui de prendre le spectateur pour un adulte et de le tirer vers le haut ☺ .

- Les robots comme TARS : c’est une excellente trouvaille visuelle et tout à fait vraisemblable. Je ne m’y attendais pas du tout. Certains y voient les monolithes de 2001 ( ?) ; même si Nolan avoue avoir lorgné sur le film de Kubrick (à tord je pense mais j’y reviendrais plus bas) je ne vois pas trop de points communs à part celui de renfermer la connaissance.

- De forts jolis passages visuels notamment quand Endurance arrive aux abords de Saturne et le passage en particulier ou en fond musical on entend la pluie et l’orage ; j’aime bien le contraste ☺ , le respect du silence de l’espace , une musique de Zimmer moins envahissante que d’habitude et l’utilisation de l’orgue est bien trouvée et rajoute en même temps de la solennité à la gravité de la situation. Le moment ou Murphy efface d’un seul coup 40 années de travaux éhontés du docteur Brand pour ne poser qu’une seule équation est grandiose !!! Toute la difficulté dans la simplicité d’un geste. L’homme doit sans cesse se remettre en cause soit poussé par les événements ou pour éviter le pêché d’orgueil.

- Les allers / retours perpétuels entre la situation sur Terre et l’espace m’ont un peu agacés mais avec le recul je me rends compte qu’ils sont nécessaires, voir indispensables pour rappeler d’ou ils viennent, le pourquoi de leur mission , les enjeux liés et << raccrocher >> les membres de la  famille Cooper.

- J’aime que ce film ne tombe pas dans la sensiblerie, dans le piège de la catastrophe spatiale. Les émotions sont là mais ne prennent pas le pas sur le reste, même le moment ou Cooper prend connaissance des messages de ses enfants alors que 23 ans viennent de passer sur Terre reste sobre quoi qu’intense.

* Les personnages :

2 mentions spéciales : Cooper qui n’en fait pas trop comme pilote marchant à la testostérone et qui reste le maillon fort de toute cette histoire ; sans son abnégation à aller voir « au delà de l’horizon «  rien n’u été possible et Murphy adulte qui est remarquable et intense.

1 bémol : Amelia Brand… je ne sais toujours pas trop quoi penser de son personnage et surtout de son manque de réaction, de révolte quand elle apprend la supercherie de son père ; 40 ans de mensonges ce n’est pas rien… mais l’amour filial demeure souvent un mystère ☺

* Interstellar un pro ou anti 2001 Space Odyssey ?

Forcément on cherche des comparaisons ☺ . Je dirais oui pour la thématique de la place de l’homme dans l’univers mais cela s’arrête là à mon avis ; on trouve quelques références visuelles comme la traversée du trou de vers par le vaisseau Endurance et qui peut rappeler celle de Bowman dans 2001 ( sans le coté psychédélique ) .

HAL / TARS : deux intelligences artificielles qui n’ont pas les mêmes objectifs et surtout on est loin de l’omnipotence d’un HAL9000 !! un TARS reste «  inféodé «  et dépendant de l’homme.

Aucune intervention extraterrestre dans le film de Nolan même si le suspens sur ce point demeure assez longtemps ☺

Le film aurait gagné à durer 20/30 minutes de moins même si l’ensemble passe bien mais je comprends le souhait de Nolan d’installer son histoire, les protagonistes et les interrelations entre eux.

Un film riche avec beaucoup de thématiques abordées et de sous couches comme un millefeuille. Il faudra que je le revois quand il sortira en dvd mais sans nul doute qu’il tiendra mieux la distance qu’un Gravity aspiré dans le trou noir du vide de sens ☺

Dernière modification par KIRK (18-11-2014 19:10:57)

Dernière modification par KIRK (27-07-2015 23:24:56)

Hors ligne

#24 29-07-2015 05:17:54

matou
modérateur

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Je reposte la mienne. Et si nos sensibilités divergent sur l'appréciation globale du film (Nico aime, moi pas), nous avons relevé les mêmes éléments. Ce qui montrent qu'il y a des défauts objectifs et non subjectifs.
Vous avez aimez tant mieux, vous avez passé un bon voyage. Mais cela n'en fait pas un grand ou bon film pour autant.



Interstellar

Les plus
-Visuellement réussi, des plans bien pensés, des images de l'espaces en vue subjective pour faire réaliste qui fonctionnent bien
-Un petit passage d'exploration spatiale prenant (planète, choix à faire)
-Les enjeux narratifs soulevés autour du temps
-L'humour avec les robots
-Le silence dans l'espace

Les neutres
-L'interprétation est sans génie et sans fausse note
-La musique à l'orgue qui s'intègre bien

Les moins (voire les gros gros gros moins)
Tout le reste!

Bon je blague un peu sur les moins, mais franchement, ce film illustre totalement tous les défauts de l'époque actuelle si l'on peut dire ainsi.
Un film de SF qui ne convoque aucune réflexion sur l'Humain. Et qui même se permet de montrer des cotés anti-humanistes. Et faux de surcroit. CF en annexe.
A la place, on a un discours d'une niaiserie sans borne sur l'amour.
Et pourtant le film se permet de convoquer la destruction des capacités vivrières de la terre et la conquête spatiale. Pour accoucher d'une histoire personnelle entre pères et filles. C'est comme amener un supercalculateur pour au final faire unecalcul à deux inconnues!

Au niveau des personnages, c'est nul. On présente des astronautes, des scientifiques et ils ne font qu'agir toujours que selon la fibre émotionnelle. A aucun moment, les personnages ne prennent de la hauteur, montrent qu'ils adhèrent à un projet qui transcende leur être, leur sentiment ou leur condition.
Et personne n'évolue. Pas même les enfants devenus adultes, qui restent prisonnier, non pas de leur enfance, mais de réactions enfantines.
Et on se ment, pour d'obscures raisons qui ne tiennent pas la route.
Mention spéciale au personnage Mann, celui qui devait être charismatique, capable de montrer une voie que l'on a envie de suivre, qui fait Pschitt! Le personnage est juste là là pour donner une réflexion éculée et anti humaniste.
Enfin, à la fin, c'est quoi ce truc! On avait l'occasion de montrer une chose rare, inédite, puissante, l'inversion père fille face au vieillissement et on le zappe!

Au niveau physique, Yrad, ne regarde pas le film tu vas nous faire une attaque! Le respect est trop partiel.

Au niveau narratif, on enquille les ficelles, on voit tout venir à l'avance! Des situations, vue et revue bien des fois! Seul un plan sur l'eau avec un scaphandre est novateur. Un détail qui ne sauve rien.

Au niveau des structures du monde imaginé, rien ne teint la route. Ce monde affamé est "sans armée", sans rire? La Nasa démantelée car elle n'a pas voulu envoyer des bombes? L'armée américaine a besoin de la NASA pour cela? Depuis quand?
Ces structures, très américano-centrées (cela en est tellement idiot en 2014!) sont censées être la pour présenter les enjeux de l'histoire. Et comme elle sont mal pensées, elle sont responsables du coté dispensable de ce film.


Bref un film oubliable qui passe à coté de son sujet.

Hors ligne

#25 29-07-2015 09:23:09

dl500
TOS Forever

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

matou a écrit :

Les moins (voire les gros gros gros moins)
Tout le reste!

Bon je blague un peu sur les moins, mais franchement, ce film illustre totalement tous les défauts de l'époque actuelle si l'on peut dire ainsi.
Un film de SF qui ne convoque aucune réflexion sur l'Humain. Et qui même se permet de montrer des cotés anti-humanistes. Et faux de surcroit. CF en annexe.
A la place, on a un discours d'une niaiserie sans borne sur l'amour.

Au contraire, il a touché bon nombres de spectateurs, et de surcroit les pères de famille. Moi c'est le principal de ce que j'ai aimé dans le film. Je dois être un peu nigaud si ça me touche finalement.

matou a écrit :

Et pourtant le film se permet de convoquer la destruction des capacités vivrières de la terre et la conquête spatiale. Pour accoucher d'une histoire personnelle entre pères et filles. C'est comme amener un supercalculateur pour au final faire unecalcul à deux inconnues!

Au niveau des personnages, c'est nul. On présente des astronautes, des scientifiques et ils ne font qu'agir toujours que selon la fibre émotionnelle. A aucun moment, les personnages ne prennent de la hauteur, montrent qu'ils adhèrent à un projet qui transcende leur être, leur sentiment ou leur condition.

Normal, on est sur un film sur l'humanité. La traiter sans sentiment, serait passer à côté du sujet justement. Les Vulcains ont du eux aussi ne pas aimer.

matou a écrit :

Et personne n'évolue. Pas même les enfants devenus adultes, qui restent prisonnier, non pas de leur enfance, mais de réactions enfantines.
Et on se ment, pour d'obscures raisons qui ne tiennent pas la route.
Mention spéciale au personnage Mann, celui qui devait être charismatique, capable de montrer une voie que l'on a envie de suivre, qui fait Pschitt! Le personnage est juste là là pour donner une réflexion éculée et anti humaniste.

Au contraire là aussi, son humanité, donc ses failles ressortent au grand jour. A quel moment et jusqu'à quel point l'être humain peut-il supporter sa solitude?

matou a écrit :

Enfin, à la fin, c'est quoi ce truc! On avait l'occasion de montrer une chose rare, inédite, puissante, l'inversion père fille face au vieillissement et on le zappe!

Au niveau physique, Yrad, ne regarde pas le film tu vas nous faire une attaque! Le respect est trop partiel.
.

Vu qu'on n'est pas encore capable d'aller sur Mars, effectivement, même avec le respect scientifique, ça n'aurait pas été crédible quoi qu'il en soit.

matou a écrit :

Au niveau narratif, on enquille les ficelles, on voit tout venir à l'avance! Des situations, vue et revue bien des fois! Seul un plan sur l'eau avec un scaphandre est novateur. Un détail qui ne sauve rien.

Jugement totalement personnel et partial. Ca me rappelle une critique lamentable sur le net, d'un "pro" du cinéma qui trouvait que la version de Spielberg aurait été meilleure. Ah bon? Elle existe?

matou a écrit :

Au niveau des structures du monde imaginé, rien ne teint la route. Ce monde affamé est "sans armée", sans rire? La Nasa démantelée car elle n'a pas voulu envoyer des bombes? L'armée américaine a besoin de la NASA pour cela? Depuis quand?
Ces structures, très américano-centrées (cela en est tellement idiot en 2014!) sont censées être la pour présenter les enjeux de l'histoire. Et comme elle sont mal pensées, elle sont responsables du coté dispensable de ce film.

Stat Trek n'est pas américano centré? Et penser que l'humain n'a plus soif de conquête ni de pouvoir? Que l'argent et la faim ont disparu c'est crédible ça?
C'est un postulat de départ du film. Si déjà ce n'est pas accepté, effectivement il n'est pas nécessaire de s'infliger un visionnage.


matou a écrit :

Bref un film oubliable qui passe à coté de son sujet.

Encore un jugement totalement partial et très personnel.
Bref, avec autant de préjugés dès le départ, c'est clair que ça n'avait aucune chance de fonctionner.
En s'autoconvaincant que Nolan est mauvais, on ne peut rien aimer c'est clair.
Nolan a changé simplement le fait que l'information pour sauver le monde ne vient pas de petits hommes verts (par rapport à Spielberg) mais d'humains du futur.
Et si on était seul? Il y a là un paradoxe temporel bien intéressant dans le film: pourquoi se sauver quand c'est déjà fait? Il y a une boucle intéressante, et à la place on a des critiques bassement subjectives sur la façon dont on a dirigé les acteurs et les choix artistiques du réalisateur...

Ok.


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

Pied de page des forums