#1 14-01-2012 06:00:00

yrad
admin

ST TOS 02x26 Assignment: Earth (Mission : Terre)

ST TOS 02x26 Assignment: Earth (Mission : Terre)

Crédits officiels :
- Histoire : Gene Roddenberry, Art Wallace
- Dialogues : Art Wallace
- Réalisation : Marc Daniels

Flash required

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 0 [0%])

    0%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 3 [42.86%])

    42.86%

  3. 8 (excellent)(voix 1 [14.29%])

    14.29%

  4. 7 (bon)(voix 0 [0%])

    0%

  5. 6 (correct)(voix 1 [14.29%])

    14.29%

  6. 5 (passable)(voix 0 [0%])

    0%

  7. 4 (insuffisant)(voix 0 [0%])

    0%

  8. 3 (médiocre)(voix 1 [14.29%])

    14.29%

  9. 2 (raté)(voix 1 [14.29%])

    14.29%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 7

Les invités ne peuvent voter


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#2 08-10-2012 22:06:47

yrad
admin

Re : ST TOS 02x26 Assignment: Earth (Mission : Terre)

Puissante valeur emblématique, ST TOS 02x26 Assignment: Earth est tout bonnement le pilote du premier spin-off de Star Trek ! Une série de Gene Roddenberry qui n'a toutefois jamais vu le jour, mais qui connaîtra en quelque sorte un seconde vie avec la non moins roddenberrienne (mais versant Majel et extra-trekkienne) Earth: Final Conflict.
La série Assignment: Earth ambitionnait de mettre en scène la lutte de Gary Seven (auquel Seven Of Nine de ST VOY rendra un hommage patronymique) et sa sidekick Isis (la femme-chat) contre des envahisseurs du futur, les Omegans.
Trente ans plus tard, les Omegans deviendront les Tealons.

The Aegis versus The Omegans pour une guerre temporelle dans la lignée de Poul Anderson et dont l'enjeu était le futur glorieux de Star Trek… voilà qui légitimera - plus que tout autre argument - la Temporal Cold War de ST Enterprise, revenant aux sources de la série originale, tel l'exaucement d'un vœu dont la conjoncture économique aura privé Gene Roddenberry !
La distribution des rôle sera quasiment la même : Gary Seven alias Class One Supervisor 194 (descendants d'humains abductees formés par de puissants aliens) & Roberta Lincoln & Isis... incarneront l'agent spatio-temporel Daniels, leurs employeurs Aegis & la colonie terrienne extraterrestre à 1 000 AL… le service spatiotemporel du 31ème siècle.

Le temps est ici subtilement de la partie, car Gary Seven connaît parfaitement l'avenir de l'humanité : lorsqu'il voit un Vulcain et un humain ensemble, cela fait instinctivement tilt (à croire que ST First Contact était déjà dans les cartons externalistes). Seven est spontanément perçu par Kirk et Spock comme un possible envahisseur du futur désirant altérer la timeline. Et pour cause, l'humanité du 23ème siècle ne connaît pas encore la colonie d'où vient Gary Seven (une énigme que le ST bermanien jamais ne résoudra, certaines gagnent à être préservés).
ST TOS 02x26 Assignment Earth aura ainsi inauguré la main invisible, "puissance" protectrice discrète du destin de l'humanité, dans laquelle se glisseront les Preservers, l'espèce-mère des humanoïdes de la Voie Lactée dans ST TNG, le Starfleet spatiotemporel du 29ème siècle, Daniels, et bien sûr Q.

Si ce voyage temporel (intentionnel et non accidentel) à caractère heuristique (vecteur d'étude historique) peut sembler prétexte pour lancer une nouvelle série, il s'inscrit pleinement dans l'esprit aventureux et balbutiant du Starfleet du 23ème siècle, où une nouvelle découverte était testée et exploitée sans recul aucun, loin de toute Prime Directive temporelle… mais préfigurant en même temps le quotidien du Starfleet spatiotemporel du 29ème siècle (ST VOY).

Et lorsque Kirk révèle que les bases de données de l'USS Enterprise contenaient depuis l'origine les informations relatives au succès de l'opération de sabotage de Gary Seven, établissant qu'il n'y a jamais eu d'interférence ni d'altération de la timeline puisque les héros faisaient depuis toujours partie des événements historiques, c'est bien le paradoxe de prédestination que la franchise inaugurera, légitimant sa formalisation (sous les dénomination de Pogo Paradox) dans ST VOY 05x24 Relativity, et dont le First Contact  "assisté" des Borgs sera probablement la plus belle illustration.

Même si ce ne fut pas un parti pris artistique (l'objectif étant juste de présenter les personnages du spin-off), ST TOS 02x26 Assignment: Earth se démarque des autres en ne confiant aucune rôle actif et utile aux héros de ST TOS. Restant dans l'ombre du très charismatique Gay Seven (un Robert Lansing crevant littéralement l'écran), Kirk et Spock font littéralement office de figurants, ou plus exactement d'explorateurs au sens étymologique. Confessant leur impuissance, errant d'indécision en indécision, ce n'est finalement pas eux qui sauveront cette fois le jour. Fondamentalement, ils n'auront servi à rien, si ce n'est à adouber Gary Seven et sa fine équipe.
Sur le coup, cela pouvait sembler bien irrespectueux (comme dans ST ENT 04x22 These Are The Voyages lorsque Riker et Troi volèrent la vedette aux personnages de la série prequelle dans leur propre final). Mais avec du recul, reléguer au second plan les héros en titre apparait comme une véritable audace, préfigurant les "regards déportés" à la façon de ST VOY 03x19 Distant Origin.

ST TOS 02x26 Assignment: Earth est bourré de détails truculents et/ou impertinents... telle la mort des agents 201 et 347 d'un simple accident de voiture (dont Gary Seven pointe l'absurde banalité), révélant au passage par leur numéro le nombre en circulation (peut-être à la seule échelle de la Terre).

Gary Seven explique à Roberta à la fin de l'épisode qu'il serait contreproductif pour des aliens de débarquer et d'agir eux-mêmes sur Terre et que la méthode la plus logique est de kidnapper des humains et les former sur plusieurs générations... Bien vu, et susceptible - par extension -  de crédibiliser les nombreuses planètes Earth-like de la franchise, voire à créer une systémique quant aux nombreuses colonies humaines involontaires rencontrées dans le Trekverse (surtout dans ST TOS, ainsi que dans ST ENT et ST VOY).

Et qui pourrait oublier la merveilleuse chatte noire Isis, déployant tant de présence à l'écran, charmante et tellement interventionniste, qu'elle en deviendra une personne à part entière, avant même de révéler sa double nature humanoïde. Certes, sa forme féminine finale pourrait faire de l'œil à sa concurrente d'audience Bewitched (Ma sorcière bien aimée), mais suffisamment de mystère et de subjectivité entourera cette apparition pour en préserver le mystère, le ton étant plutôt celui d'une créature de légende (comme un sirène) ou l'une de ces métamorphes jalonnant l'univers ST (de ENT à DS9).
A noter qu'Isis fut la source d'inspiration de Maya dans la seconde saison (apocryphe selon Gerry Anderson) de Space: 1999 (Cosmos 1999).

Autre image mémorable: Spock coiffé d'une ouchanka, lui seyant d'allure impériale. Faut-il y voir une délicieuse maladresse des synthesizers de l'USS Enterprise pour une immersion aux USA en pleine guerre froide ?

L'épisode a également fasciné le public par le caractère prophétique de l'assassinat de Martin Luther King, et bien entendu toute l'histoire des plates-formes orbitales nucléaires.

Et le stylo high-tech multifonction de Gary Seven pourrait représenter une préfiguration du tournevis sonique (sonic screwdriver) du plus célèbre Time Lord, apparu la première fois dans Doctor Who 05x32 Fury From The Deep, Part Four, mais correspondant davantage à la version de Russel T Davies (à partir de 2005).

Seul (petit) défaut à déplorer, l'exhibition un peu lourdingue de Cap Kennedy et des procédures de lancement, tenant à la fois de remplissage et de vitrine du savoir-faire américain en pleine course à la Lune, non sans rappeler sa contemporaine I Dream Of Jeannie (Jinny de mes rêves).
En outre, il est dommage que le superordinateur extraterrestre, le Beta 5 exceiver, soit une pauvre réutilisation du M-5 multitronic unit de ST TOS 02x24 The Ultimate Computer (éprouvant durement la suspension d'incrédulité).

Un 9/10 pour un épisode unique en son genre : univers en aparté à lui tout seul (comme tout pilote réussi), et authentique muse créative ayant inspiré plus que nulle autre les romanciers de l'univers ST étendu.
Au jour d'aujourd'hui, Gary Seven et ses employeurs demeurent l'une des ultimes énigmes irrésolues du Trekverse canon. Ça fait tout de même plaisir qu'il en subsiste… thanks


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#3 29-10-2012 16:29:40

mypreciousnico
_________

Re : ST TOS 02x26 Assignment: Earth (Mission : Terre)

9.

Pas grand chose de plus à ajouter après la très belle critique d'Yrad.

J'ignorais complètement que cet épisode avait été pensé comme le pilote d'un Spin-Off de Star Trek. j'aurais été curieux de voir ça.
Sur le visuel, ça m'a beaucoup fait penser au vieux épisodes couleurs de Doctor Who justement (puisque tu en parle Yrad). la présence du tournevis bien entendu, mais également les décors, la température couleur (très différente d'ailleurs de Star Trek, accréditant que nous sommes bien dans une autre série)…etc.

Gary Seven est un personnage vraiment fascinant, son interprète est excellent, au point effectivement de voler la vedette à Spock et Kirk (mais quelques part c'est logique).

La reprise des plans de l'ordinateur M-5 ne m'ont pas vraiment gêné. Au départ, je me suis dit que c'était tout simplement un modèle similaire, ce qui soulève encore un certain nombre de questions quand à l'identité des employeurs de Seven.

Bref un excellent épisode, qui ferait regretter de ne pas pouvoir visionne ce fameux spin-off. Seul petit accroc, la présence de l'Enterprise au 20ème siècle est un peu facile, puisque c'est quand même (à ce stade d'évolution du Trekverse) prendre un risque énorme d'altération de la Timeline.

Hors ligne

#4 16-11-2012 22:36:46

dl500
TOS Forever

Re : ST TOS 02x26 Assignment: Earth (Mission : Terre)

Je suis très partagé envers cet opus. Seul, sans lien avec ST, ça se tient. En revanche le coup du crossover pour lancer cette série (morte-née), ça ne tient pas la route 3 minutes. Voir Kirk regarder les événements se dérouler sans intervenir c’est insensé !
Les gags sont éculés et on n’y croit pas une seule seconde. Dommage.
3. le seul épisode apocryphe. (et le plus mauvais de TOS ?)


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#5 29-01-2013 18:54:21

bound
Explorer of the further region of experience

Re : ST TOS 02x26 Assignment: Earth (Mission : Terre)

Un épisode que j'ai toujours trouvé très ennuyeux, à l'image d'un Kirk d'une mollesse incroyable.
2/10

Hors ligne

#6 28-02-2015 02:57:18

matou
modérateur

Re : ST TOS 02x26 Assignment: Earth (Mission : Terre)

A noter que John Byrne, auteur de comics, en a fait une BD.

Hors ligne

#7 02-03-2015 09:05:39

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : ST TOS 02x26 Assignment: Earth (Mission : Terre)

matou a écrit :

A noter que John Byrne, auteur de comics, en a fait une BD.

Super, du coup j'ai essayé de me renseigner un peu, un peu plus d'info par ici : http://www.comicbookresources.com/?page ? e&id=16403


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#8 07-08-2017 12:55:45

Urbinou
vétéran

Re : ST TOS 02x26 Assignment: Earth (Mission : Terre)

2. En effet, on se demande ce que vient faire là cet épisode, jusqu'à l'explication de la spin-off qui, amha, n'aurait pas du être lié à ST.
Dès le départ on banalise le voyage dans le temps, et on l'utilise de façon irresponsable qui plus est. Des plateformes orbitales de frappe nucléaire en 1968 ? Je n'étais pas au courant, on est donc dans une uchronie ? Et un camouflet pour le genre humain vu que s'il a évité son auto-annihilation, ce n'est pas grâce à sa "sagesse" et son évolution, mais grâce à un coup de pouce ET. Sinon j'ai apprécié le jeu de la secrétaire, et moi aussi j'aurais volontiers fait une gratouille au minou wink

Hors ligne

Pied de page des forums