ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 20-11-2020 19:33:25

mypreciousnico
Who ?

The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

Crédits officiels :
- Scénario - Jon Favreau
- Réalisation - Jon Favreau

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 1 [25%])

    25%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 0 [0%])

    0%

  3. 8 (excellent)(voix 0 [0%])

    0%

  4. 7 (bon)(voix 1 [25%])

    25%

  5. 6 (correct)(voix 1 [25%])

    25%

  6. 5 (passable)(voix 0 [0%])

    0%

  7. 4 (insuffisant)(voix 1 [25%])

    25%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 0 [0%])

    0%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 4

Les invités ne peuvent voter

Hors ligne

#2 05-12-2020 23:55:48

jamsan
candidat

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

The Mandalorian is an American space Western streaming television series created by Jon Favreau for Disney+. It premiered with the service's launch in November 2019, and is the first live-action series in the Star Wars franchise. It begins five years after the events of Return of the Jedi (1983) lilpeep shop and stars Pedro Pascal as the title character, a lone bounty hunter who is hired to retrieve "The Child".

Hors ligne

#3 18-12-2020 15:49:36

Prelogic
Legaliste

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

C'est bien ici le dernier épisode de la Saison 2 n'est-ce pas ? Oui ? hem... bien...

Bilan : mitigé, voire très mitigé. Je continue de penser que cette série ne raconte rien ou pas grand chose, alors qu'elle lance des pistes conceptuelles intéressantes mais sacrifiées au profit d'autres considérations. Tout était établi dans la saison 1 pourtant : un Chasseur de primes orphelin confronté au dilemme de tuer un orphelin pour la prime. On aurait pu en profiter pour développer un contexte géo-politique d'après-guerre mais non. On a droit de temps en temps à la visite d'un préposé Rebelle venu mettre à jour sa fiche, pour le reste nada.

Oui oui 'y a Ashoka... c'est cool pour les fans de TCW mais ça s'arrête là et c'est bien dommage. Cet épisode dans le brouillard d'une forêt verdâââtre m'a laissé sur le bas-côté. Pourtant, j'ai aimé cette gamine et le duo qu'elle formait avec Anakin.

J'ai été ému, je dois bien l'avouer, du retour d'un personnage iconique. C'était bien fait. Franchement bien fait. Pas parfait mais émouvant, certainement. C'est le seul point positif de cet ultime épisode en ce qui me concerne. Et c'était du fanservice (ah les salauds...)

The Mandalorian : une série pas désagréable, qui dispose d'une consistance légèrement plus solide que le reste des productions SW actuelles... mais qui souffre d'une direction quasi-inexistante, se laissant porter par des inspirations et des aspirations diverses. Ce qui serait sans doute moins grave si l'ensemble des productions WD depuis le rachat n'avaient pas toute le même problème à la base.

Dernière modification par Prelogic (18-12-2020 16:19:55)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#4 19-12-2020 00:48:24

scorpius
Nowhere Man

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

**SPOILERS**

Spoiler


Okay, je suis peut être un fanboy bas du front mais je m'en bas le sabre laser... PUTAIN qu'est ce que c'était bon que de retrouver Luke Skywalker!! Et je parle du vrai Luke, un vrai Jedi qui par sa seule présence inspire le respect, l'admiration ou la terreur. Cette scène ou il se fait les Dark Troopers... Je vois beaucoup de comparaisons avec Vader dans Rogue One fleurir, mais pour moi ça renvoie plus à Obi-Wan & Qui-Gon au tout début de TPM. Cette idée qu'un Jedi est une vraie force de la nature, presque impossible à stopper.
Le vrai Luke donc, qui aide son prochain et tente de faire de la galaxie un coin plus fréquentable, pas le clodo amateur de mamelles extra-terrestres. Je m'y attendais vraiment pas, que  Gogru se voit confier à Luke tant ça met l'iconique baby Yoda dans une impasse narrative... Mais là tout de suite, j'ai pas envie de me prendre la tête, j'apprécie juste que Luke ait mis la main sur son premier apprentie et que l'académie Jedi puisse exister. La postlogie n'existe pas, en l'état ces 2 saisons du Mando sont un épilogue/prolongement parfait à ROTJ et je vais uniquement le prendre sous cet angle.


Ouaip, top franchise baby !!!

Dernière modification par scorpius (19-12-2020 09:55:46)


57c17de47f6f63983169acdc99fcddc2f6fc22c3.gifv

Hors ligne

#5 19-12-2020 01:47:47

matou
modérateur

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

Annonce en post générique.

Hors ligne

#6 19-12-2020 17:14:32

dl500
TOS Forever

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

Si l'épisode en met plein la vue, gate le fan, et même si j'ai beaucoup aimé, était il nécessaire une fois encore de réduire l'univers à du déjà vu ?
Cette obsession nostalgique des 2 plus grandes sagas de l'espace montre à quel point l'audace, l'originalité, la nouveauté, la créativité sont des notions qui semblent perdues aujourd'hui.
Mais j'attends la suite avec impatience, le niveau de cette série atomise... Ce qui n'a finalement jamais existé, la postlogie. (celle de Lucas).
La nostalogie est apocryphe. wink


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#7 19-12-2020 18:37:32

Prelogic
Legaliste

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

Une réaction glanée sur la toile m'a totalament convaincu cependant sur un point précis : Luke est en capacité de prendre Grogu à sa charge, contraitement à Ashoka dont la rigueur morale est encore celle de l'ancien Ordre (elle est effrayée par l'attachement et par les conséquences que cela a pu avoir sur son ancien Maître) . Alors que Luke a été au bout de ses souffrances pour faire triompher le Bien qui était encore en son Père. Il connaît donc la compassion et est en mesure d'aider Grogu malgré que celui-ci soit fortement attaché au Mando.

Là dessus, je trouve que le show vise extremement juste et j'en suis très heureux. Je ne sais pas si c'était volontaire de la part de Peyton Reed et des exécutifs du show, mais je peux comprendre du coup pourquoi certains font de la série la suite officielle de la saga au détriment de la postlogie.

Je pense du coup qu'il sera très intéressant de voir ce que la série fera de cette dimension compassionelle, et de donner peut être un sens plus juste à l'échec de Luke qu'un simple sentiment d'impuissance.

Dernière modification par Prelogic (19-12-2020 18:44:11)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#8 19-12-2020 19:38:47

matou
modérateur

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

Puisse cela être ainsi et la postlogie être décanonisée en Legend.

Hors ligne

#9 19-12-2020 21:47:38

Tyra
membre

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

J’écris peu mais ce que j’ai vécu hier m’y oblige.

Pour les émotions ressenties mais aussi la réflexion que ça entraîne. La série du Mando exerce un curieux phénomène. Intrigue simple, parfois du remplissage en masse apparemment ou au contraire, diverses péripéties qui font évoluer notre héros mais lentement, avec des durées d’épisodes réduites. mais vide ? Je ne crois pas.

Suis-je adorateur de la série ? Loin de là. A son annonce, j’étais même carrément réticent. Parce que encore, Disney faisait dans la récup’ et après avoir subi les immondices de Abrams, Rian et Kennedy, j’étais plus que fermé à l’idée.
Et la question se pose de façon concrète avec cet épisode ? Que voulons-nous de Star Wars ? Chacun aura sa vérité mais je vais vous dire la mienne et peut-être vous y retrouverez-vous un peu ? Peut-être cela va vous aiguiller comme vos avis parfois m’aiguillent.

La saga en 6 épisodes Lucas pour moi a dit l’essentiel. L’histoire d’Anakin Skywalker et son fils n’a pas besoin de plus. Qu’est-ce que j’aime dans l’UE ? J’aime quand l’UE soutient les films, quand il enrichit ce que les films n’avaient ni la nécessité  ni le temps de développer. Parfois avec des résultats heureux, d’autre fois moins. L’UE, c’est pour moi une façon de prolonger ce plaisir, de voir comment on peut enrichir cette magnifique histoire pour peu que ceux qui s’y collent l’aiment aussi et la comprennent.
Le Mandalorien à mon sens, bien que perfectible, a réussi et croyez-moi, j’étais bel et bien sceptique au début. Voire hostile.
L’histoire, oui, elle est simple. L’histoire d’un homme qui doit faire un choix moral avec cet enfant. Qu’en faire ? Le protéger ? Le tuer ? le garder ? Le remettre entre des mains compétentes au vue de ses capacités ? Se situer par-rapport à ses traditions, ses croyances. La série s’est souvent vue qualifiée de RPG avec ses quêtes annexes. Mais chaque épisode, sous son filtre de serial, fait évoluer le héros. Oui, c’est simple, oui ça ne cassera pas trois pattes à un canard. Oui, c’est peut-être même cousu de fil blanc et prévisible. Star Wars épisode 4 l’était tout autant.

Ces histoires, en ce moment, font du bien. Nous en avions besoin en 77, plus que jamais encore aujourd’hui. Ca ne nous empêche pas de nous regarder un bon film bien noir comme les adultes que nous sommes devenus. Mais ça ne m’empêchera pas d’apprécier un spectacle qui fait vibrer mon enfant intérieur. Pas du plaisir comparable à la saga non, mais juste de voir cet univers s’étoffer, grandir, avec les moyens qui sont les siens sous le format télé et surtout s’insérer dans cette histoire sans la foutre en l’air. C’est pourquoi je regardais le Mandalorien avec plaisir.
Et hier voilà que la saison 2 se concluait. Et j’ai vécu un moment incroyable. Fan service facile ? Le fan service en soi, n’est pas un problème. C’est quand il devient un motif qui ne sert plus l’histoire qu’il devient problématique (hein le plan sur le jeu d’échec dans l’épisode 7 entre autres).

J’aime cette série, malgré ses défauts dont peut débattre mais elle fait l’effort de s’insérer dans la saga sans la pourrir, sans la casser pour faire l’intéressant, sans la simplifier à l’extrême pour en donner un goût ressemblant mais qui te file une indigestion au bout de 10 minutes pour finalement te faire gerber.

Luke revient. Luke intervient, non faire le deus ex machina car que nos héros viennent ou pas, il allait arriver. Il vient pour poser le personnage principal face à son choix entre désir de garder l’enfant et le remettre à quelqu’un apte de le faire grandir. Loin d’un simple gimmick, il se raccorde à la saga de manière intelligente, respectueuse et qui transpire d’amour pour SW, pas juste l’OT mais aussi la prélogie et franchement, après ce qu’elle a bouffé ces dernières années (et surtout le Luke de ROTJ au passage) on va pas bouder notre plaisir.

Luke est doué, il est le digne fils de son père, il marque une rupture avec nos héros parce qu’il est élevé au rang d’icône. Encore heureux parce qu’on parle de celui qui a tenu tête à Dark Vador et Dark Sidious pour finalement faire ce que tout le monde croyait impossible : ramener Anakin Skywalker et l’aider à accomplir sa destinée.

La scène joue enfin sur un effet miroir qui a du sens et non plus une pâle copie sans aucun sens. Luke rappelle Anakin sur Mustafar, Vador dans rogue One même, mais tout comme ROTS et ROTJ se répondait en miroir opposé, Luke est un Jedi qui frappe sans colère là où son père faisait exploser sa haine. Le sens de ROTJ est respecté.

Cet homme, contrairement à Ashoka, est le renouveau des Jedi, tel un Qui-Gon, il doué de plus d’empathie, il n’aura aucun doute et prendra Grogu avec lui là où l’ancienne apprenti d’Anakin reste encore dans ses peurs, derniers résidus d’une ancienne vision de la Force.

Luke ne force rien et attend que Grogu fasse son choix avec le Mando. On répare tout ce que le personnage a subi avec la postlogie . En une phrase « sans entraînement, le talent n’est rien » il dézingue toute cette fumisterie qu’est Rey qui est juste bad ass pour nous faire plaisir. (Ashoka ne s’était pas privée d’une pique bien sentie envers la postlo elle aussi)

Luke, j’avoue sans honte avoir aime le voir si iconisé, si fort, si droit, moralement et physiquement, car lui, il a appris, trébuché, et souffert pour en arriver là. Et on est heureux de voir que cette victoire le suit dans ses actes et sa vie. Qu’elle y trouve un sens.

Attention, je ne dis pas que la postlogie devait dépeindre un Luke infaillible. Non. Mais avant de déconstruire quoi que ce soit, on prend le temps de digérer ce qu’il y a eu avant et on cherche le défi suivant qui fera défaillir notre héros et l’obligera à se dépasser, une fois encore. Non pas à le faire chuter parce qu’il a eu une crise d’insomnie et à agresser un ado rebelle sans autre explication et ensuite balayer ses accomplissements pour le redonner à la nouvelle génération bien plus forte bien meilleure pour qui tout est si simple.

Je citerais alors Lucas au travail sur ROTJ : « tout l’objectif du film, toute l’émotion que je cherche à obtenir à la fin de ce film, consiste à vous faire ressentir un grand bonheur émotionnel et spirituel, et à vous faire envisager la vie avec optimisme. C’est la plus belle chose que nous puissions accomplir. »

Cette scène en est le parfait prolongement et cette série aussi car elle ne fait pas dans le déni de la victoire d’Endor sur les Sith. Cette victoire existe, alors certes, on est encore dans le sérial et on va pas trop dans le contexte politique. Nous suivons un chasseur de primes, pour l’instant, je n’en ai pas besoin. Bien que je comprenne ceux qui en demandent et je suis demandeur aussi à l’avenir.

Bref, déconstruire oui, mais pour reconstruire, à l’image d’un Anakin Skywalker qui est descendu bien bas avant de, en un acte, donner espoir à toute une nouvelle génération et espérer un meilleur avenir possible. Un équilibre délicat à conserver mais qu’on a pas le droit, dans une histoire, de détruire juste pour la refaire (et en moins bien). Et d’arrêter de faire dans la surenchère pour nos faire préférer un nouveau personnage  à l’ancien.
Le Mando, bien que doué, n’arrive pas à la cheville d’un Boba, et Luke est au-dessus de tous. Ca aurait été un artifice bien inutile que la série a évité, contrairement encore à la postlogie où même un pilote doué ridiculise Anakin.
Voilà en quoi le Mandalorien n’invente peut-être pas grand-chose, mais remplit parfaitement son office pour moi. Il prolonge l’histoire, il l’enrichit, il ne la dénature pas. Il répare un personnage qui en avait grand besoin. Et on est nombreux à la saluer pour cela. Bravo à la série.

Merci pour ce moment d’hier, je ne boude décidément pas mon plaisir. Et les réactions montrent bien que peu ont envie d’aller vers cette postlogie qui défonce tout de manière aussi brutale
Autant nous avions hâte de voir comment Anakin allait devenir Vador, autant ici, moi je m’intéresse pas du tout à savoir comment Luke est devenu un ermite aigri et irresponsable.

Hors ligne

#10 19-12-2020 23:39:57

Prelogic
Legaliste

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

Merci pour cette intervention mon cher Tyra,

Je suis globalement d’accord avec ta vision des choses : tu le sais, nous partageons ce même attachement pour le soap opéra, et sa capacité à puiser dans chaque acte individuel ce qui peut faire sens en humanité. Les personnages de Lucas ne se contentent pas d’être de simples humains / acteurs : ce sont des symboles, des exemples, des archétypes dont les actions (magnifiées par la mise en scène et l’orchestration de Williams) font sens pour le collectif. L’univers de SW est profondément moral, il a été pensé à la base pour permettre aux enfants en construction à faire la distinction entre le Bien et le Mal. Plus tard, différents niveaux de lecture accompagnent le jeune adulte qui va réaliser ce qu’il n’était pas en mesure de comprendre autrefois. Il en a toujours été ainsi et c’est pour cette raison que cette saga perdure dans l’esprit du public, au-delà-même du caractère révolutionnaire des effets spéciaux d’une trilogie à l’autre. Les racines de cet univers sont dramatiques, tragiques, humaines. La toile de fond spatiale, elle, est interchangeable et c’est ce qui fait aussi sa beauté : car Lucas en a toujours profité pour expérimenter des choses en termes de cinéma (les collines de Naboo dans AOTC filmées comme le Toit du monde, les influences artistiques victoriennes, les inspirations de la Renaissance, l’hommage au cinéma muet, la conquête spatiale par le biais du travail de McQuarrie, etc..).

Pour l’UE (du moins à l’époque de l’UE Legends), je suis d’accord aussi : son rôle n’est pas de devenir indispensable à la compréhension des films, et cet espace de respiration doit permettre d’explorer d’autres choses, d’autres concepts. C’est aussi un formidable moyen de se faire plaisir pour les artistes. Cela n’a pas toujours été inspiré, il faut être honnête, mais on pouvait encore faire le choix de zapper. Du coup, The Mandalorian est loin d’être un show honteux : malheureusement, compte tenu du contexte de production catastrophique dans lequel stagne cet univers depuis 8 ans, il est difficile d’éprouver une quelconque forme d’optimisme. La prudence, voire la défiance sont de mise. En ce qui me concerne, voir cette saga que j’aime sombrer dans les abîmes de la honte a été un tel crève-cœur que remonter la pente sera difficile. Il faudrait pour cela que je reprenne confiance en ces gens que j’accuse volontiers d’avoir trahi, avec une arrogance folle : JJ Abrams, Rian Johnson, Kathleen Kennedy, Bob Iger, Simon Pegg, la liste est longue. Ces gens mentent sans vergogne, tiennent un discours inaudible et méprisent clairement leur public, malgré leur prétendues déclarations d’amour à SW qu'ils ne comprennent que par le prisme de leurs intérêts propres.

Nous verrons si ce show a réellement de quoi offrir sur le long terme pour consolider sa popularité. Ce qui m’inquiète (et ce que tu soulignes en filigrane tout comme moi) c’est que le Mando est sur le point de se faire voler la vedette par la réelle star du show depuis le départ : Boba Fett. Il aurait été préférable d’éviter de tourner autour du pot. Ce qui est fait est fait : peut-être allons-nous assister à un match au sommet entre les « loyalistes » de Mandalore et les Renégats emmenés par Fett depuis Tatooine. Peu importe : tant que cela reste de l’UE (c’est-à-dire des récits sans conséquences sur les films) et que cela profite d’une bonne écriture.

Le show peut encore progresser en qualité. Il n’est pas condamné à verser dans le « filer » perpétuel, uniquement dans le but de jouer avec des figurines. Il peut également brosser un contexte géo-politique courageux et ambitieux, de manière à faciliter notre adhésion et notre immersion. Laissons les choses se faire et observons patiemment. En tout cas, il paraît clair à présent que la postlogie a un sérieux concurrent. Compter les points de ce bras de fer artistique sera intéressant.

Dernière modification par Prelogic (19-12-2020 23:49:08)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#11 20-12-2020 12:10:13

Tyra
membre

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

Je t'en prie, Prelogic

C'est évident qu'on peut rester défiant encore, car il y a encore beaucoup  à prouver après le manque de respect total dont on fait preuve les Abrams, Rian Kennedy et cie qui n'ont retenu de SW qu'une forme et non pas le fond et l'héritage qui l'accompagne. Ce qui a donné, non pas même un blockbuster lamdba qu'on aurait pu trouvé sympas, non, ce qui a donné une oeuvre, je le dis, honteuse. Honteuse dans les valeurs qu'elle porte, où tout est facile, où l'on retourne à un manichéisme primaire que Lucas était parvenu à nuancer.

L'avenir de cette série, et peut-être même de la saga elle-même, par son UE (car je n'attends pas  de suite à ROTJ qui n'en a pas réellement besoin, mais  plutôt un prolongement et je n'attends que très peu de choses au cinéma pour la saga) est pour le moment bloqué par sa postlogie comme matou l'a souligné. Il ne tient qu'à eux de la contourner, pour qu'on puisse l'ignorer comme il se doit, ou l'effacer pour partir dans d'autres directions et avoir donc les moyens de dresser ce contexte géopolitique plus précis qui manquait tant à leur dernière trilogie vide de sens.

Que faire pour perpétuer l'héritage d'Anakin, ses bons et mauvais côtés ? Pour parvenir à non pas à perdre arbitrairement l'équilibre et devoir (encore) le ramener dans un remake mais comment se battre pour le conserver.

La seule et unique chose que je demanderais toujours, et sera essentielle à mes yeux, de ne pas contredire le discours des films, de le prolonger, de l'enrichir, mais toujours le traiter avec respect car ils sont la base de tout ce qui permet à cet univers de faire rêver et parce que le travail de l'auteur est de les prendre en compte.

Et que plus jamais, on ose nous sortir des personnages random qui, pour séduire le public, ridicule les symboles que nos héros et antagonistes ont été parce qu'ils ont des pouvoirs illimités, sont infaillibles ou invincibles. Et que plus jamais on ne commette l'erreur de détruire un héros juste pour surprendre. Mieux vaut un récit balisé et bien construit qui saura nous transporter qu'une oeuvre imprévisible qu'elle en devient grotesque et ne sait même plus dans quel genre elle se situe.

Les shows peuvent progresser si il savent éviter les pièges dans lesquels sont parfois tombés le Legend et surtout, s'ils s'affranchissent du contexte bouché et insipide de l'épisode 7.  "I have Spoken"

Dernière modification par Tyra (20-12-2020 12:13:35)

Hors ligne

#12 20-12-2020 15:16:07

Oberon
Section 31

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

Tout d'abord, merci à Tyra pour ce feedback très complet, qui permet de centrer le débat sur le coeur du sujet: l'âme de SW, souillée aujourd'hui encore par une postlogie insultante et prétentieuse. Et merci également à Prelogic pour amener un recul nécessaire sur cette oeuvre qui mérite d'être analysée sous tous les angles, et de rappeler que SW sans toile de fond politique, c'est un appauvrissement des ambitions que Lucas a amenées en son temps. SW est un univers complet, où la symbolique, la mythologie, la politique et la guerre dansent ensemble pour nous donner cette oeuvre fantastiquement riche dont on débat encore 40 ans plus tard. Et si cette série en maîtrise certains aspects, d'autres sont malgré tout absents.
Pour ma part, j'ai suivi sans déplaisir ces 2 saisons du Mandalorien, ce qui, lorsque je me remémore le niveau de dégoût qui était le mien après TLJ, tient déjà du prodige. On est passé de la bêtise à un peu d'intelligence, de l'exhibition putassière au symbolisme émouvant, et du massacre du message de Lucas à un respect ni excessif ni trop révérencieux. Après, je dois m'efforcer de rester critique vis à vis de ce qui est à améliorer, et de ce côté là, le chantier reste conséquent, que ce soit sur des facilités de mise en scène, la qualité du background, ou encore le fan service en dents de scie.

Tout d'abord, si j'ai toujours admis que les Stormtroopers étaient des figurants posés là pour se faire abattre à la chaîne, le Mandalorien a pulvérisé tous les records en la matière, rendant ce symbole certes écorné de la menace implacable de l'empire, risible au dernier degré. On en vient à penser que ces soldats subissent une ablation de leur instinct de survie tant leur comportement est ouvertement suicidaire, et accessoirement d'un niveau tactique frisant le zéro absolu. C'était déjà présent en saison 1, mais la surenchère permanente en saison 2 est patente. On ne comprend même pas comment Mandalore a pu tomber face des tâcherons pareils, surtout quand, à 1 vs 15, le Mando ou ses acolytes ne subissent jamais la moindre blessure.
C'est clairement un des abus (destiné à faciliter la mise en scène) qu'il conviendra de corriger dans le futur, parce que là, je ne peux plus y croire, l'artifice de réalisation pour renforcer l'action me saute aux yeux, et brise la suspension d'incredulité ainsi que l'immersion.
Une fois ce point de forme évoqué, je suis bien obligé de rejoindre Prelogic sur le caractère un peu creux de ces 2 premières saisons. Pas de toile de fond politique, aucun regard (sauf en de trop rares occasions) sur la reconstruction post chute de Palpatine, peu de personnages porteurs d'une vision pour l'avenir, bref, le space western, j'en comprend l'idée, mais même au far west on parlait de ce qui se tramait à Washington et de l'arrivée du chemin de fer, ors c'est ici un peu trop vide en l'état. Quid d'un nouveau sénat galactique? Du programme de la rébellion devenue nouvelle République? De l'influence des guildes et des syndicats du crime? Tous ces éléments sont joyeusement absents, et on en est à un stade où le temple Jedi de Coruscant sera rebati avant de voir la tête d'un représentant de la nouvelle République, ce qui constitue tout de même une apporie assez dérangeante.
Et puisque je suis dans les structures, je ne peux que déplorer qu'en 2 saisons, les seuls personnages à avoir un impact sur l'univers soient ceux de l'OT. Pourtant, entre l'enjeu du sabre noir (d'ailleurs laissé en suspens dans cette fin d'épisode) les différentes obédiences de Mandalorien, ou le devenir de la guilde de ce cher Carl Weather, un bon nombre étaient en attente d'évolution ou de résolution. Alors qu'on les fasse trainer, soit, mais voir en parallèle de cela Boba boucler ses enjeux en une demi saison, ou Luke arriver en aboutissement de la quête de Grogu, il y a 2 poids, 2 mesures, et c'est assez dommage. Alors certes, en définitive, que ce soit Luke qui réponde à l'appel de Grogu, je suis obligé de me ranger à l'avis de Tyra, à savoir que cela lave tellement l'outrage qu'il a subi dans TLJ que cette décision est forcément justifiée. Par contre, que le post générique soit consacré à l'ascension de Boba comme seigneur des Hutts, ça me paraît bien moins nécessaire (hormis dans l'optique d'un spin-off, donc dans un but purement marketing) et donne le sentiment que c'est lui le patron, pendant que notre Mando est un vagabond depuis déjà 2 saisons. Un parti pris de sur-glorifier les personnages historiques (qui n'en ont pas tous besoin, Boba en particulier qui était juste un antagoniste classieux dans l'OT) qui flirte dangereusement avec le fétichisme, donc à surveiller de près. D'ailleurs, après avoir pris le temps de poser de bons nouveaux personnages en saison 1, force est de constater que cette saison 2 est anorexique sur ce département, en jouant très (trop?) souvent du fan service pour introduire de "nouveaux" personnages. En 4 épisodes, on a quand-même eu droit au retour d'Ashoka, de Boba, et de Luke, et avec un scénario qui leur taille systématiquement la part du lion. Rien que ça.
Pardon, mais la série s'appelle toujours le Mandalorien ou j'ai raté quelque chose?

Pour autant, une fois ces points faibles mis en exergue, il convient de raison garder et prendre en compte le caractère himalayesque du défi que rencontrent Favreau et Filloni.
En effet, hormis Rogue One qui, pour une raison qui m'échappe totalement, est considéré comme un bon SW, nous sortons de 4 films conspués par une frange majoritaire de la fanbase. Dire que le Mandalorien revient de loin est donc encore très en dessous de la réalité dans ce contexte. Il est objectivement en train de devenir une référence de l'univers, univers qui, lui, a vu son capital réputation s'éroder au fil des productions SW de Disney, au point d'en être un exemple d'entreprise de destruction d'une franchise iconique. C'était ça, le point de départ du Mandalorien, ors, dès la première saison, il a su créer la surprise en provoquant davantage de débat que le final de la postlogie. Chapeau bas au duo de showrunners sur ce point...
Pourtant, entre le rythme frénétique des films de JJ et celui extrêmement posé, peut-être excessivement, de la série, on est dans des choix de réalisation aux antipodes. Et cela pose d'ailleurs quelques questions quand à l'agenda de Favreau pour la suite, car là, on en vient à se demander si plusieurs partis pris artistiques ne seraient pas une leçon cuisante adressée au binôme prétentieux et incapable qui a réalisé l'une des pires trilogie de toute l'histoire du cinéma.
Le rythme parfois trop lent de la série pourrait même être une stratégie pour engager un bras de fer très ardu avec les pontes de Disney, à savoir de poser la question de garder canon ou pas la postlogie. Car à l'heure actuelle, la démonstration patiente, construite sur 2 ans (prenant le temps d'établir sa fanbase au lieu de jouer au feu de paille) est arrivée à un stade narratif où, pour évoluer comme elle le doit, elle va forcément se heurter aux limites posées par la narration cannibale de la postlogie. Et il est certain qu'avec ce fan service 1000 fois plus maîtrisé que celui si indigeste de JJ, grace à un Luke qui honore enfin son statut de jadis plutôt que de le travestir, F&F ont posé un authentique jalon dans cette direction. Car de 2 choses l'une, et l'une seulement, soit Luke est un dépressif qui picole du lait de vache fermenté, soit il est cette promesse tenue d'un renouveau nécessaire de l'ordre Jedi, et incidemment du futur de la galaxie. En résumé, va falloir choisir.
Ors, après 2 saisons qui ont réconciliés des millions de spectateurs avec SW, face une postlogie qu'on s'efforce d'oublier autant que possible, les 2 F l'ont plutôt joué fine jusqu'ici. Reste que si cette spéculation se vérifiait, ils leur incomberait une tâche encore plus colossale que la précédente: dépeindre un renouveau des enjeux politiques dans SW. Parce que bon, les fusillades où on abat 30 Stormtroopers à la minute, on commence à en avoir fait le tour...

Toutes ces considérations évacuées, il me serait impossible de poster ce texte sans prendre le temps de remercier les showrunners des qualités indéniables de la série. C'est beau, les environnements sont exotiques et variés, ça fait avancer la technologie cinématographique comme jamais depuis le départ de Lucas, les personnages ont une personnalité bien trempée et des contradictions très humaines, et surtout, on renoue avec cette dimension de divertissement familial, simple sans être simpliste. On pourrait penser que ce que je viens d'écrire est un peu le minimum syndical dans SW, et pourtant, c'était bien absent de la postlogie. En vérité, c'est en regardant le Mandalorien que j'ai ressenti sous un jour nouveau à quel point la postlogie n'est pas du SW, mais bien ce nivellement par le bas que nous subissons, sur tous les supports culturels, depuis plus d'une décennie. La franchise revient des abysses, et pour l'instant la formule proposée fonctionne, ce qui me donne un léger espoir, un fol espoir pourrait-on dire, que ST puisse un jour faire de même.
Et nous redonner du plaisir, de l'espoir, et un peu d'optimisme, n'est-ce pas là cette âme de SW qui nous a tant manquée?

Dernière modification par Oberon (20-12-2020 19:44:50)


"No beast so fierce but know some touch of pity. But i know none, and therefore am no beast."
Richard 3

Hors ligne

#13 21-12-2020 01:13:07

Tyra
membre

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

Je rejoins Oberon notamment sur le point des stormtroopers. Il est probable que ce soit même voulu mais ce choix artistique commence évidemment à poser un problème. Que nos storms ne touchent pas nos héros, soit, qu'ils n'aient plus aucun instinct de survie et ne représentent plus la moindre menace rend l'antagoniste (l'Empire) trop peu crédible. Il y a une limite et ils devraient changer leur fusil d'épaule si c'est voulu de leur part.

D'autant plus que le personnage de Cara Dune commence à me faire un peu peur pour sa série tant elle est dépeinte ici comme une guerrière de premier plan qui ne recule devant personne. J'ai peur du syndrome "femmes fortes" = "femmes invincibles" et on a tous en tête le dernier exemple de la saga a voir oeuvré dans ce sens, c'était loin d'être glorieux.

A corriger pour la suite.

Et je me demande effectivement, si F et F n'optent pas pour cette lenteur de narration précisément parce qu'ils veulent éviter d'aller se coltiner le canon Kennedien. Le fait même de remettre la mascotte de la série, le nouveau chouchou de la fanbase, Grogu et donc de le promettre à un avenir fermé, voire une mort certaine, n'est-elle pas un appel du pied pour faire dire "qui voudrait d'une suite pareille ?"

Et, qui sait, s'ils sont  libérés de ce contexte paresseux hérité de la bande des pieds nickelés de l'espace, si Filoni et Favreau, et qui d'autre voudra se joindre à la fête, ne pourront justement pas s'attaquer de front au contexte géopolitique de cette galaxie en reconstruction ?


Vraiment, la question reste entière pour le moment. Il y a bien un nouvel espoir. Mais encore du chemin à parcourir.

Ce qui au moins pourra toujours nous faire plaisir, c'est que la dynamique du public était bien plus positive à un Luke qui est fidèle à ROTJ qu'à la chimère insultante de Rian Jonhson ou la nécrose avariée qu'Abrams nous a servi sous la forme d'un type ressemblant vaguement à Palpatine mais qui n'en avait ni la tenue, ni l'aura.

Hors ligne

#14 21-12-2020 11:17:16

Prelogic
Legaliste

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

Personnellement, je ne pense pas que revenir sur la postlogie par le biais du fameux "Monde entre les Mondes" soit une bonne idée. Ça ne ferait qu'abaisser un peu plus la franchise et donnerait le sentiment de loucher du côté d'Avengers Endgame. Ce qui est fait est fait, on ne reviendra pas en arrière, malheureusement. Si Disney s'amuse avec ce concept, cela sera la démonstration de leur manque de foi total en leur stratégie (qui ne se matérialise qu'à travers la réception positive ou négative du public, là aussi il y a problème et c'est pour cela que je réclame depuis longtemps la tutelle d'un artiste visionnaire comme Peter Jackson ou Guillermo Del Torro).

En tous les cas, ce deepfake sur le visage de Mark Hamill a mis en évidence que technologie et narration réunies au service d'une intention morale touchaient davantage le public que la prestation naturelle et authentique de l'artiste. C'est peut-être aussi l'effet "nostalgie" qui veut ça, mais je pense que ça n'explique pas tout. Dans la série, Luke semble être le prolongement naturel du Retour du Jedi : malgré la rigidité éventuelle de la prestation due aux limitations technologiques, j'ai personnellement trouvé une certaine justesse, notamment dans l'économie des mots : quand Luke observe ce petit être, on ne peut que se dire qu'il y a une justice : Luke finit par devenir le Maître de Yoda par procuration. C'est quand même autre chose que la trahison du personnage dans l'EpVIII.

Dernière modification par Prelogic (21-12-2020 11:19:00)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#15 21-12-2020 15:37:29

Oberon
Section 31

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

Mon cher Prelogic, une fois n'est pas coutume, nous sommes en désaccord.
En effet, je suis de ceux qui estiment que renier la postlogie en la décanonisant constitue la seule voie où la franchise peut avoir un avenir. L'astuce du monde entre les mondes, je n'en suis guère friand, mais par ce biais ou un autre, il va falloir se débarrasser de l'horizon indépassable (car il a trop détruit et appauvri beaucoup trop le futur de la saga) qu'a instauré la postlogie.
Car en l'état, toutes les structures de l'univers ont été malmenées à en être méconnaissable, la transmission du savoir et des compétences n'existe plus (seul la lignée importe, donc une régression vers une forme aristocratique et fétichiste de la Force et de ses praticiens) la Force est devenu un festival du portnawak sans codification aucune, et de surcroît, toute la prélogie a été niée par la "vision" des 2 fossoyeurs. Il est impossible a des milliers de fans de simplement réussir à faire le lien entre l'épisode 6 et le 7, alors entre le 1 et le 7, n'en parlons pas.
De fait, c'est bien la postlogie qui s'est construite en rupture et en réécriture de l'univers, de ses structures, et de ses personnages. C'est son parti pris, et vu le résultat lamentable, elle laisse peu d'options pour sauver l'univers, du moins pour celui qui souhaite une authentique cohérence internaliste. Dans le Mandalorien, la Force ressemble à nouveau à la Force. Ce n'est pas ce pouvoir hybride digne d'un croisement entre Saroumane et les X-Men. C'est la Force, avec toute la logique et les contraintes qui sont les siennes. Comment faire de cette série qui a su respecter la bible du créateur de l'univers le lien avec le fatras dénué de toute cohésion qu'est la Postlogie? Sincèrement, à moins de renier leur série et de la niveler par le bas, je ne vois pas comment F&F peuvent faire. Et puis franchement, quel intérêt de nous montrer ce Luke, enfin à la hauteur de lui-même, si c'est pour lui conserver cette fin consternante? Désolé, mais ça m'oterai toute envie de suivre son destin...
Ergo, se débarrasser de la postlogie en la mettant sous le tapis (timeline alternative, toujours en mouvement est l'avenir, etc...) me semble être la seule position viable pour le futur de SW. Et puis, plus prosaïquement, quand j'achète une maison et que je constate que le dernier propriétaire m'a laissé un gros tas de fumier dans le jardin, je ne m'embarrase pas de savoir si ça fait partie de l'histoire de la demeure, je me dis que mon prédécesseur n'avait aucune hygiène et j'envoie le fumier à la déchetterie.

Dernière modification par Oberon (21-12-2020 17:57:58)


"No beast so fierce but know some touch of pity. But i know none, and therefore am no beast."
Richard 3

Hors ligne

#16 21-12-2020 16:13:29

Prelogic
Legaliste

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

Appelle ça du pessimisme ou du pragmatisme de ma part, mais l’univers de SW a bel et bien changé. Fondamentalement. Et les fans de la période 1977-2012 ont beau sentir une poussée hormonale les envahir à la pensée du Mandalorian, le fait est qu’il ne s’agit que d’une sortie de route gentillette dans un océan de merde. C’est bien peu, et je doute sincèrement que cela se reproduise trop souvent à l’avenir. Ceci pour une raison très simple : il n’y a plus cette direction paternaliste, cette volonté de produire des concepts uniques et originaux dans un esprit indépendant. Comme le disait quelqu’un ailleurs sur la toile : la multiplicité des points de vue souvent contradictoires sur l’œuvre de Lucas ne donne plus la possibilité d’envisager l’univers de SW sous un angle cosmogonique. Ce n’est même plus tellement intéressant en termes de politique de production, puisque tout ce qui compte pour Disney c’est d’occuper le terrain sans avoir aucune stratégie réelle, et sans aucune intention de soutenir et d’assumer une politique éditoriale. SW est d’ailleurs en train de se faire bouffer par la logique Marvel, la dernière réunion des actionnaires Disney peut en témoigner.

D’où mon extrême scepticisme à l’idée qu’un « reboot » (appelons-le comme ça ?) de la postlogie accouche d’un résultat meilleur. Ça pourrait même être pire. Tout dépend à qui l’idée est confiée, avec quels objectifs et quel positionnement intellectuel vis-à-vis de l’œuvre fondatrice. Comment pourrait-on justifier qu’une troisième trilogie laisse le choix au public entre le chemin A et le chemin B ? Autant pour l’univers de Terminator, l’idée n’était pas inintéressante. Mais pour Star Wars ? Je ne sais pas. Déjà, il me semblerait juste légitime de faire revenir Lucas dans la balance, mais cela me semble malheureusement exclu.

Moi j’imaginais (très naïvement j’en conviens) que l’univers de SW allait enfin retrouver une harmonie spirituelle à la fin du IX. Le genre Dark Crystal, avec son beau château immaculé dans une belle vallée redevenue à nouveau fertile. On a eu ça en partie, avec Rey qui embrasse l’héritage des Skywalker tout en demeurant inéluctablement une Palpatine dans les gènes. La réunion du Bien et du Mal à jamais réconciliés. Mais il a fallu attendre 3 films pour que les mecs posent leurs couilles sur la table, et acceptent enfin, très timidement, de faire du soap-opera. Kennedy et ses acolytes ont passé plus de temps à réinventer la poudre durant 3 films qu’à réellement tirer profit de l’existant qui s’étalait crânement sous leurs yeux. La tentation était tellement grande de faire un pied de nez à Lucas en mode « Nananère t’as vu nous on sait faire sans toi et on brasse du fric ! » que la chute n’en a été que plus grande pour eux comme pour nous.

Bref, il faut arrêter de tourner autour de la trilogie classique. C’est pour moi un impératif, il faut arrêter le massacre. Même sans parler de la prélogie, la trilogie classique elle-même est abimée par les expérimentations récentes. Je pense qu’il y a 1000 et 1 façons de raconter l’univers de Star Wars : par le biais du soap, mais pas uniquement. On peut tout faire : du thriller, de la comédie dramatique, du cinéma muet, du peplum, tout est possible. 1000 ans avant La Menace Fantôme ou 1000 après l’Ascension de Skywalker. Il faut mettre à la barre des gens compétents, qui disposent d’une expérience pluridisciplinaire de réalisateur / scénariste / producteur de manière à tempérer les ardeurs des exécutifs qui ont toujours trop tendance à se mêler de tout (ce qui n’arriverait pas s’il y avait du répondant en face).

Je serais même d’accord (après quelques reflux gastriques) pour voir JJ Abrams s’essayer au « genre SW », ailleurs dans la chronologie. Personnellement, je pense que le duo F&F peut représenter un avenir solide, du moins pour des productions télévisuelles. Pour le cinéma, il faut des Monstres sacrés comme David Fincher, Christopher Nolan, Guillermo Del Torro, Steven Spielberg ou Peter Jackson. Ces gens possèdent l’expérience et le recul suffisant pour travailler sur des sujets essentiels de la saga : la relation entre les humains et les droides, la genèse du conflit entre Siths et Jedis, les conséquences de la Grande Guerre sur l’organisation politique, etc…

Mais on sait que les majors n’aiment pas travailler avec des mecs trop puissants sur des franchises de cet acabit. Jusqu’à ce que Kennedy et Iger me donnent tort là-dessus, je continuerai de me montrer extrêmement prudent.

Dernière modification par Prelogic (21-12-2020 16:18:50)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#17 21-12-2020 16:17:21

scorpius
Nowhere Man

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

Bien d'accord avec Oberon. Disney ne se "débarrassera" jamais de la postlogie, mais créer une timeline propre au Star Wars télévisé (par exemple) ne me paraît pas hors de question. Le grand public est de plus en plus exposé à de tels concepts. On a eu "Days of Future Past", "Into The Spider-verse" puis le "Crisis" du Arrowverse, on va avoir le MCU qui va plonger là-dedans avec Spider-Man, Doctor Strange et "What-if". DC va aussi explorer tout cela au cinoche avec Flash. Ils peuvent le faire avec SW sans que ça passe pour autant pour un aveu d'échec quelconque.

Disney peut aussi choisir de laisser les choses en l'état et de concentrer ses histoires sur une période temporelle qui n'est liée que de façon très diffuse à la postlogie (à l'image du Mando ou il est aisé d'ignorer les éventuelles références à cette trilogie). Et ça semble être la politique chosit pour le moment avec des séries se concentrant sur une chronologie se situant uniquement entre les trilogies : Bad Batch,  Andor, Obi-Wan et (probablement) Lando entre la prélo et la trilogie originale et les autres séries, toutes post-ROTJ, mais pré-TFA.

Reste que ça laisse cette étrange impression qua la postlogie est une terrible épée de damoclès, (on le voit avec Grogu, passé l'enthousiasme immédiat de le voir rejoindre Luke, on se demande si il va être tué par émo-Vader, si il va retourner auprès de Din pour une raison ou une autre avant ça, ou si il échappe - encore une fois - à un massacre qui vise les Jedi) ce n'est pas viable sur la durée... Quand aux futurs films de Patty Jenkins et Taika, ce n'est pas innocent si leur place dans la chronologie est pour l'instant aussi vague, amha.

Prelogic a écrit :

(qui ne se matérialise qu'à travers la réception positive ou négative du public, là aussi il y a problème et c'est pour cela que je réclame depuis longtemps la tutelle d'un artiste visionnaire comme Peter Jackson ou Guillermo Del Torro).

Mouais, enfin Jackson a prouvé avec la débacle du Hobbit que même lui était parfois obligé de se plier aux exigences d'un studio, aussi absurdes les exigences en question soient-elles. Puis avec la dimension politique prise par le Hobbit qui a transformé l'histoire de Jackson avec le cinéma néo-zélandais en tragédie, le voir s'acoquiner avec Disney est tout sauf souhaitable.

Quand à Del Toro, il est évident qu'il ne fonctionne pas au sein du système hollywoodien. Mimic l'a prouvé, Pacific Rim l'a démontré, les Hellboy ont illustrés que son propre univers ne s'intègre pas forcément si bien avec celui pré-existant d'un autre artiste (ici en l'occurrence Mike Mignola). J'aime bien ses Hellboy mais ils ont le cul entre 2 chaises et ça se sent... Pour revenir au Hobbit, qu'il fasse le choix de se barrer tant le truc était ingérable montre bien qu'au sein du système Disney, Del Toro ce serait une aberration, un coup d'épée dans l'eau.

Je parle même pas de Nolan mdr

Nan, on est très chanceux d'avoir Jon Favreau. Le mec a lancé le MCU, puis lorsque sur Iron Man 2 et Cowboys & Aliens il réalise que les interférences des studios l'empêchent de s'exprimer, il se met en retrait, il part faire un truc très personnel avec "Chef" avant de revenir et d'utiliser les ressources de Disney pour changer la manière dont les blockbusters sont conçus (réalisant au passage son meilleur film avec "Jungle Book").

En tous les cas, ce deepfake sur le visage de Mark Hamill a mis en évidence que technologie et narration réunies au service d'une intention morale touchaient davantage le public que la prestation naturelle et authentique de l'artiste. C'est peut-être aussi l'effet "nostalgie" qui veut ça, mais je pense que ça n'explique pas tout. Dans la série, Luke semble être le prolongement naturel du Retour du Jedi : malgré la rigidité éventuelle de la prestation due aux limitations technologiques, j'ai personnellement trouvé une certaine justesse, notamment dans l'économie des mots : quand Luke observe ce petit être, on ne peut que se dire qu'il y a une justice : Luke finit par devenir le Maître de Yoda par procuration. C'est quand même autre chose que la trahison du personnage dans l'EpVIII.

Ce n'est pas qu'une question de nostalgie. Luke est réintroduit tel qu'il devrait être, en tant que symbole d'espoir. On est dans une situation dramatique, les meilleurs guerriers de la galaxie sont acculés et impuissants et il débarque pour les sauver. C'est à cela que le public réagit positivement : Luke est une figure héroique positive, bon sang il l'est depuis sa naissance et c'est ce que le public veut voir. Plus que jamais en 2020 les gens veulent croire aux héros, il en ont besoin. Il n'y a rien de surprenant dans la réaction qu'entraine ce retour (sauf si tu t'appelle Rian Jonhson et que t'es persuadé que Luke a autant d'épaisseur qu'un héros de jeu vidéo. Démontrant au passage que tu piges rien à Luke ou aux jeux vidéo).

Dernière modification par scorpius (21-12-2020 16:22:56)


57c17de47f6f63983169acdc99fcddc2f6fc22c3.gifv

Hors ligne

#18 21-12-2020 16:35:22

Prelogic
Legaliste

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

scorpius a écrit :

Luke est une figure héroique positive, bon sang il l'est depuis sa naissance et c'est ce que le public veut voir. Plus que jamais en 2020 les gens veulent croire aux héros, il en ont besoin. Il n'y a rien de surprenant dans la réaction qu'entraine ce retour (sauf si tu t'appelle Rian Jonhson et que t'es persuadé que Luke a autant d'épaisseur qu'un héros de jeu vidéo. Démontrant au passage que tu piges rien à Luke ou au jeux vidéo).

Je suis d’accord, mais attention tout de même à ne pas sur-idéaliser le personnage : Luke a beau être, à ses débuts, un jeune homme enthousiaste et volontaire, cela ne l’empêche pas de faire preuve d’arrogance et de pêcher par excès de confiance et d’orgueil – son châtiment dans l’Empire contre-attaque est là pour le rappeler. Personne (il me semble) n’a jamais rien eu contre l’idée d’un Luke exilé, brisé, démoralisé, etc… c’est simplement la justification de Johnson qui a été rejetée et qui continue de l’être – je ne comprends d’ailleurs toujours pas comment on peut trouver le geste de Luke contre son neveu à ce point génial et « raccord » avec la morale de la saga préexistante. D’ailleurs, l’idée d’un Luke « prophète de la Force » ne m’aurait pas dérangé non plus. Jésus a été présenté de bien des façons comme un être de lumière, cela ne l’a pas empêché de souffrir le martyr pour des raisons politiques. Imaginer Luke sacrifié sous les yeux de sa sœur impuissante, cela aurait été parlant je trouve - surtout que Leia était bien partie pour être l'Elue, la vraie !

Scorpius a écrit :

Nan, on est très chanceux d'avoir Jon Favreau. Le mec a lancé le MCU, puis lorsque sur Iron Man 2 et Cowboys & Aliens il réalise que les interférences des studios l'empêchent de s'exprimer, il se met en retrait, il part faire un truc très personnel avec "Chef" avant de revenir et d'utiliser les ressources de Disney pour changer la manière dont les blockbusters sont conçus (réalisant au passage son meilleur film avec "Jungle Book").

Ton analyse est juste. Maintenant, rien n'empêche d'envisager le même genre de relation avec d'autres Monstres sacrés du cinéma. Ce serait peut-être plus difficile, parce que des mecs comme Peter Jackson ou Del Torro seraient vite démoralisés par le système, mais il faut aussi une certaine forme d'intelligence de l'autre côté. Je veux dire : comment peut-on considérer que Kathleen Kennedy puisse faire le job de quelqu'un d'autre, pour lequel elle n'est même pas qualifiée ? Elle devrait au contraire mettre toute la puissance de la machine Lucasfilm / Disney au service des artistes qu'elle recrute, plutôt que de s'amuser à interférer dans les projets alors qu'elle ne connait rien à SW. Si encore, on avait à la tête de Lucasfilm un authentique artiste / faiseur devenu CEO comme Lucas, la question de la "vision" se poserait peut-être moins. Mais là, il est évident que Kennedy est assise à la droite du Père, et que la place du Père n'a pas encore été pourvue !

P.S. >> Daft Punk, considéré comme un groupe farouchement indépendant, a réussi sa collaboration avec Disney sur Tron et cela a été bénéfique aux deux partis notamment et surtout en termes de réputation. Le film n'a pas été un fourre mais reste suffisamment marginal pour conserver un caractère précieux. C'est assez intéressant à observer.

Dernière modification par Prelogic (21-12-2020 17:57:22)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#19 21-12-2020 18:28:14

Oberon
Section 31

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

Prelogic, même après tous les reflux gastriques imaginables, il n'est même pas pensable d'envisager de laisser JJ remettre ses sales pattes, encore ruisselantes du sang qu'il a fait couler, sur SW ou même le moindre goodies de l'univers. À ce niveau, ça relève du pénal, et quand quelqu'un a mutilé une victime, il perd le droit de l'approcher par la suite, fut ce avec une rose!

En revanche, tu dis vrai sur le fait que la saga a perdu son père. Mais aussi douloureux que soit ce constat, George ne reviendra pas, et dans ce système, il va falloir trouver un "homme des studios" pour guider la franchise vers de plus verdoyants pâturages. Ors, dans cette quadrature du cercle, Favreau semble correspondre à la fiche de poste:
- Il respecte manifestement la saga et son créateur
- Il considère SW comme l'endroit idéal pour expérimenter de nouvelles technologies (vision partagée par Lucas)
- Il n'insulte pas l'intelligence de son public (coucou JJ, coucou Rian, et coucou Kathleen!)
- Il sait prendre son temps (un peu trop, j'en conviens volontiers) pour établir son worldbuilding
- Il a l'assise nécessaire chez Disney pour dire non quand c'est nécessaire
- Il a des plans à moyen et long termes pour la franchise

Alors il est certain que mon héritage politique me susurre à l'oreille qu'il n'est pas de sauveur suprême, mais au point où nous en sommes, après les dégâts qu'on pouvaient penser irréparables infligés à la franchise, je suis prêt à tenter l'aventure sous la houlette de Favreau, en espérant timidement qu'il puisse devenir l'équivalent pour Lucas de Berman pour Roddenberry. C'est mon ultime part de naïveté, et il y a de fortes chances que je sois déçu. Mais comme l'a à raison rappelé Scorpius, en 2020, on a vraiment besoin de héros.


"No beast so fierce but know some touch of pity. But i know none, and therefore am no beast."
Richard 3

Hors ligne

#20 21-12-2020 19:20:48

scorpius
Nowhere Man

Re : The Mandalorian 2x08 Chapter 16: The Rescue

Prelogic a écrit :

Je suis d’accord, mais attention tout de même à ne pas sur-idéaliser le personnage : Luke a beau être, à ses débuts, un jeune homme enthousiaste et volontaire, cela ne l’empêche pas de faire preuve d’arrogance et de pêcher par excès de confiance et d’orgueil – son châtiment dans l’Empire contre-attaque est là pour le rappeler. Personne (il me semble) n’a jamais rien eu contre l’idée d’un Luke exilé, brisé, démoralisé, etc… c’est simplement la justification de Johnson qui a été rejetée et qui continue de l’être – je ne comprends d’ailleurs toujours pas comment on peut trouver le geste de Luke contre son neveu à ce point génial et « raccord » avec la morale de la saga préexistante. D’ailleurs, l’idée d’un Luke « prophète de la Force » ne m’aurait pas dérangé non plus. Jésus a été présenté de bien des façons comme un être de lumière, cela ne l’a pas empêché de souffrir le martyr pour des raisons politiques. Imaginer Luke sacrifié sous les yeux de sa sœur impuissante, cela aurait été parlant je trouve - surtout que Leia était bien partie pour être l'Elue, la vraie !

Luke n'a pas à être infaillible bien sur. Ce sera avant tout une question d'équilibre, un équilibre présent dans la trilogie originale par ailleur ou Luke peut être impulsif, avoir des bouffées de jalousies (c'est la soeur, bon sang) être un brin agaçant. Bref, un véritable être humain complexe (comme Anakin) mais qui reste un héros lumineux (comme Padmé) le parfait rejeton de ses parents quoi (comme Leia). Chez JJ et Rian, les jumeaux sont des putains de caricatures sad

Je sais que perso, maintenant que la graine a été plantée, il y a des choses que je veux voir avec Luke tant que Mark est parmis nous. Je veux voir Luke converser avec l'esprit de son père, je veux le voir rencontrer Ahsoka, je veux le voir rendre visite à la tombe de sa mère sur Naboo. Bordel, si ça tenait qu'à moi il rencontrerait ses grands parents maternels (je chiale si ça se produit).

Si Thrawn est vraiment le big bad de ce mini-univers qui concerne Mando et ses spin-off à venir, je veux voir Luke prendre part à ce combat, car ça n'a aucun sens qu'il reste sur la touche.

Ton analyse est juste. Maintenant, rien n'empêche d'envisager le même genre de relation avec d'autres Monstres sacrés du cinéma. Ce serait peut-être plus difficile, parce que des mecs comme Peter Jackson ou Del Torro seraient vite démoralisés par le système, mais il faut aussi une certaine forme d'intelligence de l'autre côté. Je veux dire : comment peut-on considérer que Kathleen Kennedy puisse faire le job de quelqu'un d'autre, pour lequel elle n'est même pas qualifiée ? Elle devrait au contraire mettre toute la puissance de la machine Lucasfilm / Disney au service des artistes qu'elle recrute, plutôt que de s'amuser à interférer dans les projets alors qu'elle ne connait rien à SW. Si encore, on avait à la tête de Lucasfilm un authentique artiste / faiseur devenu CEO comme Lucas, la question de la "vision" se poserait peut-être moins. Mais là, il est évident que Kennedy est assise à la droite du Père, et que la place du Père n'a pas encore été pourvue !

Rien n'empêche rien du tout... en principe. Mais fantasmer sur un Star Wars par Fincher c'est un peu une perte de temps, tant ça n'arrivera jamais. Et j'adore Fincher, ce serait un kiff' incroyable mais faut être réaliste. On revient quand même de loin, de très loin... Après TLJ j'étais pret à tirer une croix sur SW, le 'Favreau/Filoni-verse' est inespéré, un cadeau de la Force (en ce qui me concerne).


57c17de47f6f63983169acdc99fcddc2f6fc22c3.gifv

Hors ligne

Pied de page des forums