ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#301 29-03-2018 18:49:25

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

mbuna a écrit :

Maintenant la question qu'on peut se poser est pourquoi cette histoire de timeline est-elle importante pour certains ?
Et la réponse n'est sûrement pas pour le plaisir de faire du nitpicking sur DIS, ou pour des raisons de fermeture d'esprit.

Merci MERCI MERCI !!! Il fallait que quelqu'un le dise. Merci de l'avoir fait. bowing


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#302 30-03-2018 13:46:24

dl500
TOS Forever

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

Pour ma part, c'est un peu comme pour les œuvres écrites sur Sherlock Holmes.
Il y a le canon de Doyle, mais certains pastiches de qualité peuvent enrichir et alimenter l'histoire du personnage.
Ici, malheureusement c'est l'inverse.
Mais c'est plus facile d'accepter pour les navets Kelvin, que pour une série qui n'assume pas.


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#303 30-03-2018 14:30:17

mypreciousnico
_________

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

mbuna a écrit :

Historiquement ce qualificatif véhicule surtout le principe de reboots (ou plutôt relaunch pour Marvel ? Qu'en dites-vous les experts du truc ?).

Derrière ce principe il y a une notion qui pourrait se résumer ainsi : "les histoires avant l'univers". En gros on se soucie avant tout de raconter des histoires et au diable la cohérence et le développement de l'univers qui sont perçus comme des freins créatifs. C’est exactement cet argument que j'ai pu entendre de la part des défenseurs de DIS en effet.
Le soucis avec ça c’est qu'en général lesdites histoires sont rarement de qualité justement. Marvel se recycle et se reboot (plutôt relaunch en effet puisque la continuité n’est pas effacée à proprement parler) régulièrement : quand Peter Parker évolue, trouve un boulot, se marie, les éditeurs finissent par trouver une astuce scénaristique pour le ramener à son statu quo de départ (ou le plus proche possible), quand Wolverine meurt, la question n’est pas de savoir s'il sera ressuscité, mais quand...etc. Peu importe que l'astuce scénaristique soit intelligente, crédible ou tout simplement cohérente.
DC relaunch aussi régulièrement mais généralement ils ont tendance à privilégier la table rase pure et simple. L'exemple récent des New52 est parlant : une mini-série "Flashpoint" qui permet à Flash de générer un nouvel univers issu de la fusion de tous les univers précédents et le tour est joué...pour pouvoir raconter à nouveau les origines des personnages...sauf que toutes les séries ne sont pas concernées : Green Lantern par exemple n'a pas été rebooté avec le reste de l'univers DC mais Flash si...alors même que les personnages ont vécu des choses en commun et que les deux séries, l'une rebootée, l'autre non, se déroulent dans le même univers sink
À la longue on se rend compte que ce processus tiens du recyclage pur et simple. Il s'agit de raconter exactement la même chose mais dans une forme actualisée pour "ménager une porte d'entrée" aux nouveaux lecteurs. C’est aussi le même principe que les Retcon (continuité rétroactive) : on ne reboot pas la série mais on demande au lecteur de croire qu'un évènement qui se déroulait d'une manière A à l'origine c’est en fait déroulée d'une manière B (à l'image des nouvelles origines de Iron Man, à l'origine durant la guerre du Vietnam, puis désormais en Afghanistan).
C’est pour ça que les histoires les plus intéressantes sont souvent hors continuité ("Kingdom Come", "Red Son" chez DC, "Old Man Logan" chez Marvel), parce que le cul entre deux chaises (on a une lourde continuité, toutes nos séries se déroulent dans le même univers, mais en même temps on s'en tape et on relaunch tous les trois ans) ça fini par générer n'importe quoi et sur la durée, du moins pour ma part, c’est impossible de continuer à lire.

Hors ligne

#304 30-03-2018 15:38:27

mbuna
Ancien fan

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

C'est un peu toute l'ironie de l'histoire...



********* Attention, philosophie de comptoir **************

Par ce que se foutre de la continuité pour raison de frein à la création, c'est justement l'alibi parfait pour ne rien créer et juste mettre un coup de peinture pour faire illusion. Les reboot, relaunch, redcon et tutti quanti, c'est surtout l'assurance de faire du surplace sur le long terme, pour reprendre Mypreciousnico (ouhlala te voilà au comptoir avec moi mdr ). S'astreindre à la cohérence et à la continuité, certes c'est plus difficile, c'est plus contraignant, mais c'est aussi l'obligation de rester sur une ligne et d'écrire une histoire forcément en marche et en évolution. Le reboot ST2009, indépendamment de sa qualité (ou non) a cassé ce verrou. Et c'est aussi en cela que DIS est pire encore. Car en se proclamant dans la timeline originelle sans en supporter les contraintes narratives, c'est le dernier bastion qui lâche.

Et l'ironie suprême c'est que c'est exactement une cause principale du schisme des années 40/50 dont je parlais. Sauf qu'à ce moment là ces différentiations des genres ont été constructeurs, alors qu'aujourd'hui c'est le contraire qui se passe. C'est vrai, peu importe de savoir dans quelle timeline on se trouve finalement.

******** Fin de la minute philosophe (comme la poule car c'est elle qui fait les oeufffffs) *************


Sur ce sujet, je vous conseille un auteur (parmi quelques autres) très prolifique à cette croisée des chemins : Edmond Hamilton. Il est le créateur de Superman, du Space Opera, et a fini par être catalogué surtout comme auteur de SF (par ex. pour sa volonté de raccrocher ses idées à des théories scientifiques en vigueur). Et puis...pour Darth Vader, Georges Lucas a pris directement son inspiration de l'Empereur de l'Espace d'Hamilton. Bon, faut dire aussi que Leigh Brackett, la scenariste de ESB, est la femme d'Hamilton.

Bref, son œuvre est un vrai témoignage du passage pulp/Comics/SF. Je ne voudrais pas faire le vieux con (sauf qu'en fait ça en a bien l'air mdr ), mais j'ai l'impression que les années 2010 ont mis une vraie fin en forme d'apocalypse à cette époque et tout son foisonnement créatif (dont ST a été l'un des grands représentants).

Hors ligne

#305 30-03-2018 20:32:32

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

mbuna a écrit :

S'astreindre à la cohérence et à la continuité, certes c'est plus difficile, c'est plus contraignant, mais c'est aussi l'obligation de rester sur une ligne et d'écrire une histoire forcément en marche et en évolution

Je me souviens quand j'ai regardé Voyager, j'avais l'impression de voir une version de TNG plus moderne. Il y avait des trouvailles, mais dans l'ensemble je n'avais pas un sentiment d'évolution. Dans un sens, je dirais presque que pour Enterprise c'est la cohérence qui sert "d'alibi". Sous couvert d'un grand respect de l’univers pour des causes de préquel, on nous sert dans l'ensemble le même style d’histoire. Mais ce n'était pas grave, j’avais souvenir de très bonnes séries que j'ai apprécié suivre.
Attention, je ne cherche pas à rabaisser ces séries, je parle juste de mon ressenti par rapport à l'évolution, je ne sens pas de progrès. Je dirais que la cohérence peut apporter de bonnes choses (on en avait parlé sur d'autres sujets de Discovery, et si moi je n'y trouve pas vraiment d'intérêt, je comprends totalement ce que son respect peut apporter à certains) mais ne donne pas non plus la garantie d'une évolution.

DS9, là j'avais plus un sentiement de changement. Même si on retrouve de traditionnels schémas propres à Star Trek, il y a une volonté, pas forcement d'aller plus loin, mais à un endroit différent. Ce qui lui vaudra aussi le fait d'être rejeté par une partie du public ?

Ça va dépendre de la série. Sacrifier la cohérence pour au final avoir le même style d'histoire et encore un univers miroir dans Discovery, ça en valait la peine ? Pas vraiment, il faut le reconnaître.
Même si il n'y a pas un sentiment d'évolution avec Voyager et Enterprise, le respect de la cohérence permet de donner le change avec le développement d'univers.
Dans Discovery, pas d'évolution et pas de respect de la cohérence, il lui reste quoi au final ? Un spectacle de SF sympatoche. A mes yeux c'est suffisant, mais je comprends le rejet de certains.



Pour moi la question c'était plus sur le regard sur les autres séries de la franchise après Discovery. J'ai l'impression, en lisant certains avis, d'un grand frère impeccable qu'on adulait et qui se mettait tout d'un coup à braquer des petites vieilles. Certains ont un sentiment de "sale" sur l'ensemble de la franchise après Discovery ? Et le fait de dire que la série n'est pas dans la timeline d'origine serait comme si on découvrait que c'était le grand frère débarqué de l'univers miroir qui braquait des petites vieilles : "ouf, l'honneur est sauf" ?

Dernière modification par McRaktajino (30-03-2018 20:49:45)

Hors ligne

#306 30-03-2018 22:53:05

mbuna
Ancien fan

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

Interrogation légitime que tu as....

Une réponse pourrait être :
Le tout est supérieur à la somme de ses parties.

Indépendamment de la qualité qu'on trouvera à telle ou telle série, telle saison ou même tel épisode, s'il s'inscrit dans la grande Histoire alors il aura bien plus de chance d'acquérir un intérêt pour l'ensemble au lieu de ne vivre que par et pour lui même. Pour certains fans, ça va jusqu'à considérer tous les ST comme une seule et même série, une seule et même histoire. Tiens, d'ailleurs tu as beaucoup de cette idée dans le titre de la section principale de ce forum : Star Trek : une Histoire du futur.

Ainsi, ça marche dans les 2 sens :

  • un épisode pas terrible en lui même pourra garder un intérêt en faisant avancer ou détailler l'histoire globale toute série confondue (donc ça en fait des possibilités)

  • une série qui se réclame de cette histoire du futur mais qui la détruit a pour les mêmes raisons des impacts négatifs sur l'ensemble. C'est pour cette raison que l'intention des auteurs est prépondérante. Car on parle d'une série officielle canon. Et donc si on est honnête on ne peut pas l'ignorer. Dans ce cadre on peut le ressentir comme une insulte car on se trouve devant un problème insoluble. Exemple : la Fédération de DIS est déclarée par ses auteurs comme contemporaine et dans la même timeline de celle de The cage et TOS. Alors si elle est décrite avec un backround et des principes opposés, comment résoudre la contradiction ?

Sinon finalement, pour ces fans, à cause de DIS, le tout devient alors inférieur à la somme de ses parties.

Ces fans de ST ne sont pas une espèce "particulière". C'est même un grand pan de la littérature SF, celle des chroniques et des histoires du futur en général (comme celle d'Heinlein, Bradbury, Asimov, etc.). Par ce que c'est réellement l'un des attraits de ce genre, dont ST était jusque-là la meilleure incarnation télévisuelle.

Hors ligne

#307 31-03-2018 00:24:26

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

mbuna a écrit :

Pour certains fans, ça va jusqu'à considérer tous les ST comme une seule et même série, une seule et même histoire. Tiens, d'ailleurs tu as beaucoup de cette idée dans le titre de la section principale de ce forum : Star Trek : une Histoire du futur.

Soyons pragmatiques. On pourrait dire que Discovery remet en question la façon de considérer Star Trek. Pareil, on en avait déjà parlé donc je ne vais pas trop revenir dessus mais je considère Star Trek, non pas comme un grande histoire, mais plutôt comme une histoire que se répète de différentes manières.
Les auteurs de Discovery arrivent avec leurs séries et dans un sens prouvent un peu que ma façon de voir les choses est officielle avec leur manque de cohérence volontaire. Que "Star Tek : une Histoire du Futur" est une interprétation qu'on prend plaisir à avoir, mais qui n'est pas officielle.


mbuna a écrit :

on parle d'une série officielle canon. Et donc si on est honnête on ne peut pas l'ignorer.

Et justement, si tu as l'honnêteté de ne pas ignorer cette série, il ne faudrait pas avoir aussi l'honnêteté d'accepter la vision qu'elle apporte sur l'ensemble de la franchise ? Que "l'Histoire du futur" est malheureusement maintenant de l'histoire ancienne. De ne pas chercher à l'occulter la vérité a coup de timeline, mais juste de l'accepter même si on se sent insulté.
Discovery est là et ça ne changera pas. C'est peut-être un grand coup dans la gueule pour certain, mais il faut l'encaisser pour continuer à avancer.



Ou alors on ignore simplement cette série et on la range dans les adaptions en ayant la malhonnêteté d'ignorer qu'elle est canonique ?

Hors ligne

#308 31-03-2018 00:57:10

mbuna
Ancien fan

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

McRaktajino a écrit :

Les auteurs de Discovery arrivent avec leurs séries et dans un sens prouvent un peu que ma façon de voir les choses est officielle avec leur manque de cohérence volontaire. Que "Star Tek : une Histoire du Futur" est une interprétation qu'on prend plaisir à avoir, mais qui n'est pas officielle.

Certes, sauf qu'elle l'est. Ça a été officiellement l'ambition de la franchise durant 5 séries, plus de 700 épisodes et 40 ans d'écriture qui n'ont eu de cesse de poursuivre cet objectif de continuité. Mais surtout,  les auteurs de DIS déclarent eux-mêmes poursuivre ce même objectif (et d'ailleurs avec une encore plus grande insistance pour la prochaine saison). Quitte à être honnête, autant l'être jusqu'au bout.
Et donc c'est plutôt ta manière d'aborder ces séries, toute honorable qu'elle soit, qui est en contradiction avec le discours officiel.

Tout cela commence à être un peu réthorique et ce n'était pas le but de mes interventions. Je considère ta manière d'aborder la chose aussi bonne et respectable que la mienne. Chacun selon sa sensibilité et ses goûts juge de l'ambition et du résultat et surtout du plaisir qu'il en prend.

Finalement, on en est tous là.

Hors ligne

#309 31-03-2018 01:50:00

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

mbuna a écrit :

Ça a été officiellement l'ambition de la franchise durant 5 séries, plus de 700 épisodes et 40 ans d'écriture qui n'ont eu de cesse de poursuivre cet objectif de continuité. Mais surtout,  les auteurs de DIS déclarent eux-mêmes poursuivre ce même objectif

Mais apparemment ce n'est pas le cas. Si ceux qui estiment que Star Trek est une histoire unique, trouvent que ce qui est sensé en être un autre chapitre n'est pas cohérent, c'est que la valeur qu'ils accordent à la continuité n'est pas la même que celle des auteurs de Discovery.
J'exagère, mais pour eux poursuivre la continuité ça se limite peut-être à mettre simplement des vaisseaux avec une soucoupe à l'avant et deux réacteurs à l'arrière.
Ce qui est considéré comme acquit par les fans revendiquant l'histoire unique ne l'est peut-être pas du tout pas les auteurs de la série.

Mais bref. Je ne cherche pas à prouver des trucs, c'est juste que cette conception de la franchise m'est totalement étrangère. Donc ça m'intéresse et j'ai bien aimé ces retours, merci.


Rendez-vous à la saison 2.

Hors ligne

#310 03-04-2018 16:26:51

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

McRaktajino a écrit :

Les auteurs de Discovery arrivent avec leurs séries et dans un sens prouvent un peu que ma façon de voir les choses est officielle avec leur manque de cohérence volontaire. Que "Star Tek : une Histoire du Futur" est une interprétation qu'on prend plaisir à avoir, mais qui n'est pas officielle.

McRaktajino a écrit :

Et justement, si tu as l'honnêteté de ne pas ignorer cette série, il ne faudrait pas avoir aussi l'honnêteté d'accepter la vision qu'elle apporte sur l'ensemble de la franchise ? Que "l'Histoire du futur" est malheureusement maintenant de l'histoire ancienne.

Voilà, en fait t'a parfaitement compris le problème que ça pose à certaines personnes. Toi tu le vois comme un simple changement de vision... Bah certains voient ce changement de vision comme une trahison, essaie de te mettre à leur place. Et honnêtement je trouve que les fans ont réagit étonnement calmement finalement par rapport à l'ampleur du truc. Peut être parce que la KTL a préparé le terrain "en douceur" ?

McRaktajino a écrit :

De ne pas chercher à l'occulter la vérité a coup de timeline, mais juste de l'accepter même si on se sent insulté.
Discovery est là et ça ne changera pas. C'est peut-être un grand coup dans la gueule pour certain, mais il faut l'encaisser pour continuer à avancer.

C'est un peu facile à dire, vu que toi tu n'es pas touché non ? Et puis "continuer à avancer" c'est pas trop la sensation que donne le "Star Trek" de la dernière décennie. Je dirais plutôt "tourner en boucle" puisque tout depuis 2009, DIS y compris, ne fait que nous ramener à une version repeinte de TOS.


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#311 03-04-2018 18:58:50

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

DrAg0r a écrit :

Toi tu le vois comme un simple changement de vision... Bah certains voient ce changement de vision comme une trahison, essaie de te mettre à leur place. Et honnêtement je trouve que les fans ont réagit étonnement calmement finalement par rapport à l'ampleur du truc. Peut être parce que la KTL a préparé le terrain "en douceur" ?

Franchement je ne peux pas me mettre à la place. Sans l'implication émotionnelle je peux juste comprendre.

Après, il faut aussi adapter ses réactions. Star Trek est, ne sera toujours qu'une série. Réagir calment c'est peut-être justement la meilleure chose a faire pour être pris au sérieux. Par exemple pour les Derniers Jedi, le type qui lance une pétition pour effacer le film, c'est difficile de le prendre au sérieux. Pire, il fait même passer ceux qui n'ont pas aimé le film pour des gens qui n'ont pas le moindre sens de la mesure.


DrAg0r a écrit :

C'est un peu facile à dire, vu que toi tu n'es pas touché non ? Et puis "continuer à avancer" c'est pas trop la sensation que donne le "Star Trek" de la dernière décennie. Je dirais plutôt "tourner en boucle" puisque tout depuis 2009, DIS y compris, ne fait que nous ramener à une version repeinte de TOS.

C'était juste façon de parler. Par contre "tourner en boucle" serait trop péjoratif comme façon de voir les choses mais pour moi il y a de ça. Je vois plus TNG comme un remake de la série d'origine qu'une véritable suite.
Les mêmes aventures mais à une autre époque avec d'autres personnages et d'autres technologies. Idem avec Enterprise.
D'ailleurs, le vaisseau des héros qui ne change jamais de nom n'irait pas dans ce sens ?

Cette scène aussi :
https://youtu.be/pXotJu1CapU?t=24s
Où finalement les 3 vaisseaux ne font qu'un. Ils n'apparaissent volontairement pas dans l'ordre chronologique, que ça soit de la timeline ou de sortie des séries à la télé. Histoire qui se répète mais à différentes époques qui n'ont pas le même contexte.

Dernière modification par McRaktajino (03-04-2018 19:05:02)

Hors ligne

#312 03-04-2018 19:19:00

dl500
TOS Forever

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

La scène est tirée du final d' ENT. Elle fermait finalement la boucle de 40 ans de respect total au canon. DS9 à montré que les décors de TOS sont look et sa technologie pouvaient parfaitement s'adapter aux séries contemporaines. ENT l'a confirmé avec son épisode miroir. VOY à montré aussi le raccord avec la période des films.
C'était donc réalisable. C'est donc et de la feniantise et de l'irrespect.
Pourquoi tout rebooter ?
Il fallait soit adopter une autre époque, soit changer de time-line. Mais pas cracher dans la soupe comme ça a été fait.


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#313 03-04-2018 19:59:05

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

McRaktajino a écrit :

D'ailleurs, le vaisseau des héros qui ne change jamais de nom n'irait pas dans ce sens ?

Tu veux dire comme l'USS Defiant et l'USS Voyager ? clown

McRaktajino a écrit :

Les mêmes aventures mais à une autre époque avec d'autres personnages et d'autres technologies. Idem avec Enterprise.

Plus sérieusement, je ne sais pas si je serais devenu fan de Star Trek si j'avais perçu les choses comme ça. J'aurais apprécié l'intelligence des scénarii, mais devenir fan... J'ai des doutes.

EDIT : Tant mieux pour toi hein si tu aime les choses comme ça hein smile

Dernière modification par DrAg0r (03-04-2018 20:14:06)


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#314 03-04-2018 23:01:05

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

DrAg0r a écrit :

Tu veux dire comme l'USS Defiant et l'USS Voyager ? clown

Tu fais bien de le préciser mais c'est des spin-off de TNG ces deux séries, ce n'est pas pareil. Il y avait déjà un Enterprise à cette période de l'histoire et je pense que la démarche de l'époque était de profiter de l'univers mis en place, moins de l'esprit de la franchise.

Mais les 3 séries principales, celles qui fondent les bases d'une époque, obéissent à des codes volontairement identiques.
Et je crois d'ailleurs que l'un des reproches qui a été fait à Enterprise, c'est justement de ne pas être assez fidèle à ces codes alors que c'est un remake.


DrAg0r a écrit :

Plus sérieusement, je ne sais pas si je serais devenu fan de Star Trek si j'avais perçu les choses comme ça. J'aurais apprécié l'intelligence des scénarii, mais devenir fan... J'ai des doutes.

Honnêtement, je ne pense pas être fan, mais j'aime bien les fans quand même.
 

Dernière modification par McRaktajino (03-04-2018 23:02:54)

Hors ligne

#315 04-04-2018 08:53:03

dl500
TOS Forever

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

McRaktajino a écrit :
DrAg0r a écrit :

Tu veux dire comme l'USS Defiant et l'USS Voyager ? clown

Tu fais bien de le préciser mais c'est des spin-off de TNG ces deux séries, ce n'est pas pareil. Il y avait déjà un Enterprise à cette période de l'histoire et je pense que la démarche de l'époque était de profiter de l'univers mis en place, moins de l'esprit de la franchise.

Mais les 3 séries principales, celles qui fondent les bases d'une époque, obéissent à des codes volontairement identiques.
Et je crois d'ailleurs que l'un des reproches qui a été fait à Enterprise, c'est justement de ne pas être assez fidèle à ces codes alors que c'est un remake.

Si je suis comme toi à privilégier la ligne principale avec l'exploration du vaisseau mythique de la série et ses 3 séries relatant ses aventures, en aucun cas ENT est un remake, mais bien un prequel, et d'excellente facture, où rien ne vient contredire le canon, mais au contraire l'enrichir.  wink

D'autres du forum vont surement réagir à cette remarque et te donner une foultitude d'exemples pour étayer mes propos.


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#316 04-04-2018 09:20:06

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

McRaktajino a écrit :

Tu fais bien de le préciser mais c'est des spin-off de TNG ces deux séries, ce n'est pas pareil. Il y avait déjà un Enterprise à cette période de l'histoire et je pense que la démarche de l'époque était de profiter de l'univers mis en place, moins de l'esprit de la franchise.

Rhôôlàlà on a des visions tellement éloignées de la franchise, c'est vertigineux ! Voir DS9 et VOY comme de simples spin-off d'une trame principale qui serait ENT - TOS - TNG, c'est juste impossible pour moi. Jusqu'à la sortie de DIS je voyais les 6 séries Star Trek (n'oublions pas TAS) en fait comme une seule grosse série de 725 épisodes, chaque série représentant un chapitre particulier. (D'un point de vue narratif en tout cas, je précise).


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#317 04-04-2018 11:18:23

mbuna
Ancien fan

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

Pour moi, c'est surtout faire totalement fi de l'intention des auteurs de toutes ces séries.
Par exemple, ENT n'a jamais été conçue ni pensée comme remake. Et ce n'est pas un fan qui le dit, ce sont ses auteurs. ils ont eu une démarche totalement contraire à ce que dit Rakta, en s'astreignant aux contraintes du jeu du prequel, castrateur par nature (on le leur a assez reproché, et ils ont assez défendu leur positionnement prequel pendant et depuis).
La vision de Rakta est très intéressante et je pense la comprendre, cela dit elle demeure à mon sens vraiment très personnelle.

Par exemple, si ENT a été bashée à l'époque (et j'en sais quelque chose) pour son manque de fidélité, ça n'avait rien à voir avec un positionnement remake ou pas.
Il s'agissait principalement de ses partis pris comme la naissance de la Fédé, les interactions humains/vulcains, l'état de la société terrienne à l'époque, etc, et de cette époque essentielle de l'Histoire de ST.
Un des reproches était le comportement des vulcains très différent de TOS. Le fond du problème était que s'ils étaient trop différents, alors cela devenait incohérent avec cette fameuse "histoire du futur". Puis en saison 4 ENT a donné une explication de ces différences, et de l'évolution brutale de la société vulcaine, notamment vis à vis de son rapport aux humains. On apprécie ou pas, là n'est pas la question, cependant il ne faut pas se tromper de débat.

ENT a ainsi subi ce que tout prequel subit en TV comme en littérature totalement lié au principe même du prequel (et indépendamment de sa qualité dont on peut aussi juger) : très contraignant créativement car le futur est déjà écrit, et très casse-gueule car chacun a son avis sur la question.

Hors ligne

#318 04-04-2018 14:36:33

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

DrAg0r a écrit :

Voir DS9 et VOY comme de simples spin-off d'une trame principale qui serait ENT - TOS - TNG, c'est juste impossible pour moi. Jusqu'à la sortie de DIS je voyais les 6 séries Star Trek (n'oublions pas TAS) en fait comme une seule grosse série de 725 épisodes, chaque série représentant un chapitre particulier. (D'un point de vue narratif en tout cas, je précise).

C'est quand même des spin-off Voyager et DS9. Tu dis "simple" comme si c'était péjoratif le terme spin-off, mais ce n'est pas le cas. Après, peut-être qu'il arrive souvent que les spin-off soient moins bons que l’œuvre d'origine (genre : L'Aventure des Ewoks La Bataille d'Endor), mais il ne faut pas faire de généralité.



Pour l'histoire du remake, il est vrai que contrairement à des films comme S.O.S. Fantômes 2016 ou Scarface 1983, les séries ne sont pas proposées comme des remakes ou même des reboots. Mais pour moi il y a une volonté de montrer les aventures de l'Enterprise en l'adaptant à de nouvelles thématiques en rapport avec l'actualité, comme le fait un remake. Il y a bien sûr d'autres buts, mais on parle de sentiment dominant.
La préquelle, c'était une bonne idée pour relancer l'intérêt du public au lieu d'une suite. Mais si ENT avait été fait 10 ans plus tôt, elle aurait sûrement raconté l'origine de la Fédération de manière très différente. Les choix, influencés par l'époque de conception.

Comme je l'ai déjà marqué, le nom du vaisseau qui ne change pas est pour moi une façon d'assumer ça. Je ne vois pas les auteurs penser un truc du genre : "le public a besoin du même nom, sinon il va être largué".
Comme le dit le Capitaine à propos de l'Enterprise-E : "il y a encore beaucoup de lettre dans l'alphabet". Ce vaisseau ne peut pas mourir, car il est une idée, un concept, quelque chose d'immortelle et surtout d'intemporelle. Quel que soit notre époque et notre mentalité, il peut toujours y avoir un Enterprise pour mettre en évidence par ses aventures, les torts, les travers de notre société, mais aussi tout ce qu'elle peut avoir de magnifique.

Dernière modification par McRaktajino (04-04-2018 14:48:40)

Hors ligne

#319 04-04-2018 14:58:15

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

McRaktajino a écrit :

C'est quand même des spin-off Voyager et DS9.

Jusqu'ici j'ai vu deux visions des séries Star Trek.
- Celle selon laquelle il y a une série principale qui est la série originale, diffusée au départ sous le nom Star Trek "tout court" et 5 spin-off qui en découlent et qui seraient TAS, TNG, DS9, VOY et ENT.
- Celle selon laquelle Star Trek est en fait une sorte de "série de séries" sans spin-off, mais une seule trame principale chaque série étant une suite ou un préquel.
Tu apporte donc une troisième vision que je ne connaissais pas. Qu'est-ce qui te fait dire ça en fait ? Je veux dire sur quels éléments tu te base ?

McRaktajino a écrit :

Tu dis "simple" comme si c'était péjoratif le terme spin-off, mais ce n'est pas le cas.

Non je n'y voyais rien de péjoratif. J'adore la série animée Daria par exemple qui est un spin-off de Beavis and Butthead et qui a largement dépassé en qualité, en pertinence et en popularité sa série "mère" (que j'apprécie aussi), et Xena également que j'estime supérieure à Hercule en qualité par exemple. Donc je ne crois pas avoir d'a-priori négatifs sur les spin-offs en général.


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#320 04-04-2018 15:47:59

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

Plus le temps passe, plus les attentes du public sont différentes. Tu ne peux pas faire une série pour les années 2000 avec l'approche des années 80. Évidemment il y a un impact sur la série et pour que les changements soient plus facilement acceptés, rien de mieux que de séparer ça de plusieurs dizaines d'années dans le show.
Avec DS9 et Voyager, tu es dans la suite directe de TNG. La volonté principale ici est de profiter rapidement d'une approche de Star Trek qui a su conquérir le public. Avec DS9 et Voyager on veut prolonger le succès de TNG.
Au début des années 2000, le style TNG n'était plus d'actualité. Il fallait de nouvelles bases, c'était le travail de ENT. Si la série avait eu plus de succès, on aurait sûrement eu des spin-off avec la vision de l'univers façonnée par ENT.

Mais c'est ma façon de voir les choses, je trouve également pertinent de considérer chaque série après celle des années 60 comme des genres de spin-off.

Dernière modification par McRaktajino (04-04-2018 15:52:00)

Hors ligne

#321 04-04-2018 15:50:56

yrad
admin

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

McRaktajino a écrit :

Et je crois d'ailleurs que l'un des reproches qui a été fait à Enterprise, c'est justement de ne pas être assez fidèle à ces codes alors que c'est un remake

En complément des réponses de Dl500 et de Mbuna (et de mes propres textes), j’ajouterai que sur le spectre (ou l'éventail) des possibilités narratives, rien ne saurait davantage opposer un remake (ce que n’est pas et n’a jamais été Enterprise) d’un vrai prequel (dont Enterprise est le plus emblématique parangon à ce jour).
Car le principe du remake est de faire table rase de toutes les productions précédentes et de n’assumer aucun internalisme ni aucune contrainte de continuité pour pouvoir recréer librement from scratch un nouvel univers… tout en conservant commercialement un nom, un logo, ou une marque vendeuse.
À l’inverse, un (vrai) prequel postule de se glisser dans la chronologie d’un univers préexistant, et d’assumer l’internalisme et la continuité dans ses moindres détails.

À la base, le sequel (catégorie dans laquelle entrent la suite, le spin-off, et le revival) et le prequel participent donc l’un comme l’autre à la préservation de l’intégrité et de la cohérence interne d’un univers imaginaire préexistant… au contraire d’un remake qui foule aux pied l’univers existant pour en créer un nouveau, généralement davantage au goût du jour tout en capitalisant sur une renommée déjà acquise auparavant.
Toutefois, le prequel demeure un exercice à la fois plus contraignant et plus ingrat que le sequel, car comme l’objectif est de prendre place chronologiquement avant le reste pour pouvoir en expliquer les origines et la genèse, cela suppose d’une part de connaître à la perfection tout ce que les prédécesseurs ont fait (pour pouvoir le respecter à la lettre), et d’autre part d’avoir l’immense créativité de développer des enjeux attractifs pour les spectateurs alors que la fin de l’histoire est déjà connue d’eux (du fait de l’unité d’univers et de timeline), tout en se heurtant inéluctablement au fétichisme des fans les plus anciens (qui se seront fatalement fabriqués mentalement leur propre prequel à la faveur de son absence - la nature ayant horreur du vide).

La confrontation entre un prequel réel (ENT) et le "prequel imaginaire" de chaque trekker (ayant fantasmé et mythifié la période qui séparait le mythique First Contact de la non moins mythique TOS) a forcément engendré des heurts, et ce fut à l'époque la cause principale des reproches – le plus souvent irrationnels – adressés à ENT.
En outre, une partie des trekkers avaient pris de "petites habitudes pantouflardes" dans le 24ème siècle des TNG-DS9-VOY, et ils ont alors eu du mal à se faire aux nombreuses différences du 22ème siècle : technologies moins avancées (derrière des designs plus industriels NASA-like), aliens familiers mais aux comportements différents (antériorité chronologique oblige), héros bien moins expérimentés (conduisant les trekkers à avoir souvent plusieurs longueurs d’avance sur eux…).
Tandis qu’une autre partie des trekkers souffraient de ce que Rick Berman qualifiait de "franchise fatigue", c’est-à-dire qu’ils étaient repus et las après 35 ans de ST presque non-stop, et seule une série radicalement différente - en somme pas du tout trekkienne comme BSG 2003 - aurait pu les surprendre et faire ainsi renaître l'envie.

Dès lors, ENT encaissait les courroux à la fois de ceux qui lui reprochaient de ne pas être 100% conforme à leur fantasmes pré-Kirk très persos (avec autant de fantasmes que de "persos"), de ceux qui lui reprochaient d’être trop différente de ce qui avait été fait avant, et de ceux qui lui reprochaient d’être trop semblable à qui avait été fait avant. ko
Soit un challenge particulièrement ingrat pour une équation de popularité largement insoluble.
Néanmoins, nul n’a jamais reproché à ENT d’être un remake, même déguisé. Ni les fans, ni les critiques, ni les auteurs, ni les producteurs. Car ENT avait peut-être tous les défauts possibles (du moins si l'on cumule rhétoriquement tous les reproches plus ou moins malhonnêtes que les uns et les autres lui adressaient), SAUF justement celui d’être un remake !

Mais fort heureusement aujourd’hui, avec le temps et le recul, ENT ne cesse d’être réhabilitée par les trekkers et les critiques. Certains expriment encore quelques frustrations à son endroit (à commencer par les auteurs eux-mêmes à qui les studios n’ont pas laissé la liberté de concrétiser leurs ambitieux projets initiaux). En revanche plus personne ne dénie à ENT d’être un vrai prequel ultra-respectueux de l’internalisme trekkien. Ultra-respectueux oui, parce que non seulement ENT n’a rien contredit de TOS-TAS-TNG-DS9-VOY, mais également parce qu’elle a réussi le tour de force de carrément consolider l’internalisme en expliquant et en résolvant bien des trous scénaristiques et des incohérences qui subsistaient dans ST, grandissant ainsi rétroactivement la solidité et l’unité du Trekverse.

______________________________________________________________________________

Par contre, aux antipodes d’ENT, la nouvelle série DIS est le parfait exemple du faux prequel qui dissimule en réalité un vrai remake – et là, c’est bien un reproche qu’une partie significative des trekkers lui adresse (alors que ce reproche-là n’avait jamais été adressé à ENT même au pic de son bashing passé).
Car DIS ne respecte absolument rien du Trekverse préétabli, ni l’internalisme, ni la continuité ! Et plutôt que de chercher à résoudre d’éventuelles incohérences qui subsisteraient éventuellement encore (?) dans l’univers ST, DIS en ajoute des palanquées de nouvelles... et de grossières qui plus est.

Alors sauf à vouloir absolument faire de DIS une entreprise de démolition intentionnelle, la seule explication est qu’il s’agit bien d’un remake quand bien même non assumé, ne prenant absolument pas place dans l’univers d’ENT-TOS-TAS-TNG-DS9-VOY, et n’en tenant aucunement compte... hormis pour quelques labels, clichés, name dropping, et flags sémiotiques à l’instar de tous les remakes.

Discovery aura même réussi à être davantage remake que Kelvin, car au moins Kelvin assumait en internaliste une nouvelle timeline voire un nouvel univers, clairement distinct(e) de l’initial(e). Faisant dès lors de Kelvin non pas un vrai prequel comme ENT mais un faux prequel comme DIS, et en même temps non pas un vrai remake comme DIS mais un simple reboot !
Or par rapport à un remake (la pire option possible), un reboot demeure tout de même un moindre mal quant au respect et à la préservation de l’intégrité d’un même univers imaginaire.

McRaktajino a écrit :

Pour l'histoire du remake, il est vrai que contrairement à des films comme S.O.S. Fantômes 2016 ou Scarface 1983, les séries ne sont pas proposées comme des remakes ou même des reboots. Mais pour moi il y a une volonté de montrer les aventures de l'Enterprise en l'adaptant à de nouvelles thématiques en rapport avec l'actualité, comme le fait un remake. Il y a bien sûr d'autres buts, mais on parle de sentiment dominant.

Il ne faut pas confondre propriétés (optionnelles) et définitions.

Comme évoqué plus haut dans ce post, la définition du remake, c’est la création d’un nouvel univers, d’une nouvelle continuité qui ne tient pas compte de la précédente. Le principal objectif du remake est d’être davantage banquable, en collant mieux aux modes commerciales et aux attentes du public à un instant t.
Souvent aussi, la finalité du remake est de se débarrasser d’une continuité perçue comme pesante et réputée être un frein à la créativité (en réalité, la finalité est de satisfaire des scénaristes paresseux ou mercenaires qui n’ont aucune intention de consacrer du temps et de la passion à prendre connaissance par le menu détail de tout ce qui avait été fait avec tant de rigueur avant eux rolleyes).

Accessoirement, le remake permet aussi de transposer l’actualité du moment, pour autant pas forcément mieux. Mais qu’il s’agisse d’un objectif ou d’un bonus, transposer l’actualité demeure une caractéristique de certains remakes (pas de tous), et qui ne participe aucunement de la définition (ni de la vocation) du remake en soi.
Car transposer l’actu n’est pas moins une caractéristique des univers imaginaires aux longs cours (comme Star Trek, Stargate, The X Files, Doctor Who…) qui, tout en restant fidèles à leur internalisme, commentent périodiquement les enjeux sociaux et politiques de leur époque de production. Aucune séries et aucun film ST n’a échappé à cette inclination (TOS et la Guerre froide, TUC et la chute de l’URSS, ENT et le 9/11, etc.), et pourtant jamais aucune de ces transpositions de l’actu n’avait nécessité de remake ni même de reboot de l'univers ST entre 1964 et 2005.
Mais ironiquement, les transpositions du vrai ST (i.e. hors de toute remake/reboot) furent en général pertinentes et brillantes, alors que les pseudo-transpositions n’ont jamais été aussi clichées et foireuses depuis le reboot de 2009 et le remake de 2017. Comme quoi...

Les transpositions et les nouvelles thématiques de l’actu demeurent donc des "grandeurs" totalement indépendantes du remake ou du non-remake. Elles peuvent aussi bien caractériser les deux cas de figure qu'aucun des deux.

McRaktajino a écrit :

La préquelle, c'était une bonne idée pour relancer l'intérêt du public au lieu d'une suite. Mais si ENT avait été fait 10 ans plus tôt, elle aurait sûrement raconté l'origine de la Fédération de manière très différente. Les choix, influencés par l'époque de conception.

Dix ans avant, il y aurait probablement eu quelques petites différences, notamment l'absence de l'Arc sérialisé/dystopique Xindi/Delphic Expanse (puisqu'il fut en partie motivé par le 9/11)...
Pour autant, l’esprit et les relations de causes à effets d’ENT n’auraient guère été différents, car le propre d’un non-remake, c’est-à-dire d’une série qui prend place dans un même univers imaginaire (en respectant la continuité jusque dans ses plus infimes détails), c’est d’être d’abord fidèle à l’internalisme (intemporel) avant d’inviter l’actu (éphémère) de son époque de production.
De plus, la complexité – parfois contradictoire en apparence – de toutes les informations disséminées par les séries ST produites auparavant (TOS, TNG…) quant à la période chronologique pré-Kirk limitait en fait considérablement les latitudes d’une série prequelle, du moins d’une série prequelle vraiment crédible et cohérente (c’est-à-dire comme ENT et non comme DIS).

En fait, une analyse de détail d’ENT, assortie de corrélation avec tout ce qui avait été gravé dans le marbre de la continuité trekkienne avant elle (cf. tous les posts analytiques dans la section ENT du forum), montre que la série prequelle n’aurait pu prendre d’autre chemin pour relater la genèse de l’UFP, ou du moins pas un chemin radicalement différent. Car chaque fois que l’on change quelques paramètres de l'équation prequelle, ENT va droit dans le mur (autant de démonstrations par l’absurde).
C’est un peu comme pour la constante de Planck (ou d’autre constantes fondamentales) : il suffit d’en modifier une valeur (même infinitésimale), et l’univers ne peut plus exister.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#322 04-04-2018 15:51:29

mbuna
Ancien fan

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

EDIT : croisement de post avec Yrad.
-------------

En fait Rakta, je crois comprendre que dans ta vision des choses, tu minores totalement le principe de continuité internaliste. Elle n'est pas importante pour toi, ce n'est pas là où tu prends ton plaisir en regardant les différents shows.

Je suis très sincèrement curieux de ta manière d'aborder la chose. Car elle ne correspond pas du tout à la manière dont les auteurs ont communiqué à l'époque de leur production. Moi qui ai tout vécu en direct à partir de TNG, j'ai vraiment du mal à voir les choses autrement. Tu es détaché de cette histoire contemporaine des oeuvres et donc j'avoue que cela me prend (positivement) au dépourvu.

La continuité, c'est à dire le fait que toutes les séries se placent dans la même timeline, oblige à les voir en terme de causes et d'effets, et qui oblige les auteurs qui s'en prévalent, qui jouent avec, et qui éclairent les actes des uns par ceux des autres. Je repense entre milliers d'exemples aux différents cameo TOS->TNG, aux déclarations des showrunners, aux efforts d'explication in-univers ou pas, aux multiples histoires cross-séries, etc, etc. Tout cela n'étaient pas des clins d'oeil, mais une vraie structure en construction, dont les différents auteurs étaient les garants. Tiens, cela me fait furieusement penser à Berman. Rakta, comment interprètes-tu le rôle de Berman pendant 18 ans ? Comment passer outre une fois que tu connais l'histoire ? Comment réinterpréter ses actions et sa philosophie concernant la franchise pendant 18 loooongues années ?

Ne serait-ce que les pitchs. Pour TNG, l'histoire se situe 100 ans après TOS afin de montrer une Fédération à son apogée, avec des personnages beaucoup plus sûrs et matures sur ses principes fondateurs. Il y'a un lien causal fort entre l'Univers décrit dans TOS qui a donné celui de TNG. Un lien qui ne s'arrête pas au synopsis mais qui a été une ligne de cordée dans l'écriture. Puis DS9 a suivi un objectif de cassure à tous points de vue (formel et fond) : confronter ce monde idéel à une réalité plus sombre et son il est facile d'être un saint au Paradis. Les séries se répondent et s'alimentent mutuellement du fait de leur lien fort.

Bref, cette évolution en work in progress a été essentielle dans l'écriture de ces séries, on regardait les épisodes comme une histoire en marche. Ca a été réellement vendu et pensé comme ça ! C'est tout le contraire de la définition du mot remake. Spin-off est un terme tout autant objectif mais qui lui, fonctionne parfaitement.
Alors le fait que tu ne sois pas vraiment sensible à la continuité forte et que tu préfères y voir des remakes pour certains est une chose respectable. Mais il me semble qu'avant toute analyse personnelle, pour définir une oeuvre, il faille prendre en compte la volonté des auteurs, pour pouvoir comprendre les contraintes qu'ils se sont infligées, les objectifs qu'ils se sont donnés, afin pourquoi pas de s'en détacher peut-être, mais en tout les cas pas les ignorer ou les redéfinir, comme si on réécrivait l'histoire (la vraie cette fois-ci).


C'est surprenant car pour le coup le débat se recentre, je n'ai pas l'impression qu'on oppose 2 visions de fans, mais plutôt la vision Raktajino par rapport à celle des auteurs successifs jusqu'à ENT compris.

Hors ligne

#323 04-04-2018 16:38:29

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

McRaktajino a écrit :

Plus le temps passe, plus les attentes du public sont différentes. Tu ne peux pas faire une série pour les années 2000 avec l'approche des années 80. Évidemment il y a un impact sur la série et pour que les changements soient plus facilement acceptés, rien de mieux que de séparer ça de plusieurs dizaines d'années dans le show.
Avec DS9 et Voyager, tu es dans la suite directe de TNG. La volonté principale ici est de profiter rapidement d'une approche de Star Trek qui a su conquérir le public. Avec DS9 et Voyager on veut prolonger le succès de TNG.

Je ne suis pas sûr de comprendre ta réponse, ni en quoi ça répond à ma question en fait. Enfin je crois comprendre que tu dis que Ds9 et VOY sont des spin-offs parce qu'elles se passent à peu près à la même période temporelle en internaliste que TNG, mais comme je ne vois pas de rapport avec la notion de spin-off c'est que ça ne doit pas être ça.


Tiens pour essayer de comprendre, je suis allé voir comment wikipedia définissait le terme, c'est pas ce qu'il y a de plus fiable, mais c'est déjà pas mal :

wikipedia a écrit :

Une série dérivée ou spin-off (aussi utilisé en français européen) est une œuvre de fiction se focalisant sur un ou plusieurs personnages (généralement secondaires) d'une précédente œuvre, ou ayant pour cadre le même univers de fiction sans pour autant avoir de personnage en commun avec elle.

En fait selon cette définition et à l'exception de TAS, n'importe quelle série Star Trek peut être considérée comme un spin-off de n'importe laquelle des séries Star Trek précédentes :
- TNG comme un spin-off de TOS et/ou un spin-off de TAS.
- DS9 comme un spin-off de TOS et/ou un spin-off de TAS et/ou un spin-off de TNG.
- VOY comme un spin-off de TOS et/ou un spin-off de TAS et/ou un spin-off de TNG et/ou un spin-off de DS9.
- ENT comme un spin-off de TOS et/ou un spin-off de TAS et/ou un spin-off de TNG et/ou un spin-off de DS9 et/ou un spin-off de VOY.

Comme on a pas mal dérivé et que tu a d'autres interlocuteurs je vais essayer de résumer notre ping-pong argumentaire entre toi et moi, pour vérifier si on s'est bien compris tout les deux avant de continuer plus avant :
Toi : Il faut accepter DIS pour continuer d'avancer.
Moi : DIS n'avance pas, elle tourne en boucle.
Toi : Les autres aussi, chaque série Star Trek est un remake de TOS, la preuve étant que le vaisseau s'appelle pareil.
Moi : Non ce n'est pas le cas de DS9 et VOY.
Toi : C'est normal ce sont des spin-off de TNG.
Moi : Pourquoi ?

Je m'arrête là parce que justement je ne comprends pas ta dernière réponse.

Pour les besoin du résumé j'ai bien entendu simplifié et enlevé de la nuance, j'espère que ça ne rends pas les choses trop caricaturales.

Désolé, je vois bien qu'on est trois à te donner la réplique et que t'es tout seul pour répondre et que ça ne doit pas être facile. Prends ton temps hein c'est pas pressé, j'aimerais juste comprendre.


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#324 04-04-2018 22:41:06

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

mbuna a écrit :

En fait Rakta, je crois comprendre que dans ta vision des choses, tu minores totalement le principe de continuité internaliste. Elle n'est pas importante pour toi, ce n'est pas là où tu prends ton plaisir en regardant les différents shows.

C'est ça, mais attention car j'ai peur que comme je n'accorde que peu d'intérêt à la continuité, on pense que j'essaye de prouver qu'on est dans l'erreur si on cherche à lui donner de l'importance ou que le travail des auteurs dans le domaine est bâclé.

Je l'ai déjà marqué, mais je redis, je parle de sentiment dominant.
Et je précise, sentiment dominant dans la manière d'appréhender ses séries. Je ne parle pas de mon appréciation.

Sans utiliser les termes remake, reboot et spin-off, qui dans un sens ne sont pas en désaccord avec ma vision mais qui finalement rendent les choses plus confuses, je vais essayer d'expliquer ce qui domine dans ma pensée.

Pour ça je pourrais utiliser la série de jeux Final Fantasy. Pour ceux qui ne connaissent pas ce sont des RPG qui à chaque opus proposent un univers différent, de nouveaux personnages, mais avec une essence commune que les auteurs essayent de communiquer à travers certains visuels, objets, concepts, thématiques, etc.
Scénaristiquement nous partons de zéro à chaque fois, mais en se sentant quand même en terrain familier et pouvant quelque peu anticiper quel sera notre parcours par rapport à notre vécu sur les autres opus.
Mais il y a aussi des suites directes. Nous avons par exemple Final Fantasy X-2, qui n'est pas l'épisode XI, mais bien une suite de l'histoire proposée dans le X. Nous retrouvons des personnages, il y en a de nouveaux et l'univers du X est abordé différemment.
Le but étant bien sûr de profiter du succès du X avant de se lancer dans l'inconnu avec le XI.

J'ai pratiquement le même ressenti avec Star Trek. Quand je regarde ENT, je ne me sens pas face à la suite ou préquelle de l'histoire de TNG, mais à une nouvelle aventure dans un nouvel univers qui a pour vocation de respecter l'essence des voyages de l'Enterprise. Le fait que les époques soient si éloignées entre ENT, TOS et TNG a pour but de partir sur des bases plus neutres. Par exemple on a comme base des Klingons amis dans TNG, pour les avoir de nouveaux hostiles dans ENT.

Par contre avec DS9 et Voyager, j'ai l'impression d'être devant TNG-2 et TNG-3. Une suite des aventures de Picard, pas celle de l'Enterprise (la nuance est importante à mes yeux) où là, le respect de la continuité va avoir beaucoup d'importance. Le quadrant Delta serait comme l'Étendue Delphique de ENT sauf que ce n'est pas Picard qui y va mais le Voyager.

Des séries comme TNG et ENT avaient aussi comme but de séduire de nouveaux adeptes, donner une vision plus moderne, plus à la mode sans pour autant trahir l'essence des voyages de l'Enterprise. Et même si j'ai un peu de bagages dans le domaine, je ne suis pas un fan. Et c'est à cette séduction que je vais être le plus sensible.

J'ai déjà mis le lien plus haut, mais pour moi la dernière scène de ENT, un seul vaisseau mais des centaines d'Hommes et d'Univers, représente tellement bien ma vision de la chose que ça me rend perplexe.


Mais je le répète. C'est ma vision, conditionnée par mon vécu et mon expérience culturelle. Je ne cherche pas à minimiser le travail des auteurs ou essayer de faire croire que je pige mieux qu'eux leur propre boulot.

Dernière modification par McRaktajino (04-04-2018 22:56:49)

Hors ligne

#325 05-04-2018 09:06:14

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Discovery [phase II : la réalité !]

Bon bah du coup d'une certaine manière, ça réponds à mes questions, merci McRaktajino smile

Dernière modification par DrAg0r (05-04-2018 09:06:29)


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

Pied de page des forums