ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#101 11-03-2010 16:38:15

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Les films "j'y arrive pas"

The Dark Knight devient meilleur à chaque vision, je commence à bien aimer les partis pris des frères Nolan quelque part entre Frank Miller et Alan " The Killing Joke"  Moore. Chaque film à ses petits défauts, non vraiment leur deux Batman sont très cohérent, c'est une très bonne adaptation du Caped Crusader.

J'attend avec impatience la suite et le "Man Of Steel" qui s'annonce sous leur houlettes, en espérant qu'il soit adapté des comics du même nom. smile


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#102 11-03-2010 16:44:47

geo94
vétéran

Re : Les films "j'y arrive pas"

Buckaroo a écrit :

Bon, il paraît que la miss Bigelow est super jolie en vraie, et que tout les critiques tomberaient sous son charme ( en particulier ceux de Mad Movies )..Ce qui expliquerait cette espéce de grâce artistique, car au niveau public, c'est que bide sur bide.

Je confirme (je n'ai vu que des photos). Elle rentre dans le stéréotype de la femme chez Cameron, grande, fine mais charpenté.
C'est d'ailleurs peut-être pour ça qu'il n'est pas resté très longtemps avec elle, ce qui vous attire ne vous garde pas!


People... Get a life !

Hors ligne

#103 06-09-2010 11:16:07

dvmy
dvmy shot first

Re : Les films "j'y arrive pas"

Une journée en enfer (Die Hard 3) de John McTierman

Je suis un fan de Die Hard, premier du nom, et j'aime beaucoup sa suite (probablement le seul bon film de Renny Harlin) mais Die Hard 3  j'y arrive pas! McT revient, mais pour le pire. Tout est grotesque dans ce film qui véhicule des clichés lamentablse sur la ville et les blacks. Quant au duo Willis/Jackson il est pathétique et humoristiquement à chier. Non mais franchement, on dirait Bud Spencer et Terence Hill dans un de leurs plus mauvais film. A voir absolument en V.F pour accentuer le ridicule du personnage de Jeremy Irons, tant l'accent allemand y est grotesque. Irons, Le big Bad Guy qui se complique la vie à faire mumuse avec McClane durant tout le film plutôt que d'aller à l'essentiel.

Die Hard: 8/10
Die Hard 2: 7/10
Die Hard 3: 3/10
Die Hard 4: 6/10

Hors ligne

#104 06-09-2010 13:06:43

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Les films "j'y arrive pas"

Die Hard 3, J'adore ! John Mc Clane plus cool & increvable que jamais, McT réinvente sa mise en scène à chaque plan et enchaîne les morceaux de bravoure ( l'attentat du métro, le casse, la scène dans l'ascenseur, le camion dans le tunnel )..Zeus est le parfait comparse de Mc Clane, le pauvre quidam pris dans une situation qui le dépasse ," la mouche dans le café". Simon est dans la grande tradition de son frangin Hans Gruber, c'est justement parce qu'il fait mumuse avec Mc Clane qu'il va à l'essentiel ( le casse démentiel !). C'est dommage qu'on ait pas permis à McT de faire la fin qu'il envisageait au début: Simon gagnait  la partie & disparaissait dans la nature avec les fruits de son casse. Là on aurait put crier au chef d'oeuvre terminal du genre. Pour moi, Die Hard 3 s'arrête 10 minutes avant la fin.

Dvmy a écrit :

Die Hard 4: 6/10

Tiens c'est pas toi qui traître RDM de pro-républicain et tu cautionnes cette daube réactionnaire pro Bush.. Et la mise en scène de Len Wiseman est nul à chier..

Oui pour Die Hard 2, le seul bon film de Renny Harlin.


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#105 06-09-2010 14:17:36

dvmy
dvmy shot first

Re : Les films "j'y arrive pas"

J'avoue que je suis généreux avec Die Hard 4, et qu'objectivement il mérite moins. Ceci dit c'est surtout par rapport à Die Hard 3 que je le juge et crois moi : ça m'embête de ne pas aimer ce film de McT! A chaque fois que je le visionne j'y vois une parodie.  Non rien à faire: j'y arrive vraiment pas!

Hors ligne

#106 06-09-2010 16:25:31

Capt. J.L. Picard
vétéran

Re : Les films "j'y arrive pas"

T'es surtout très généreux avec Die Hard 2! Il a un gros problème de rythme! Bon c'est sur il est toujours mieux que le 4! J'ai toujours adoré le 3 que je met en deuxième position après Die Hard 1! Pour une fois je suis d'accord avec Buck sur ce film!


Où Abrams passe, Star trek trépasse!

Hors ligne

#107 22-10-2010 16:12:20

dvmy
dvmy shot first

Re : Les films "j'y arrive pas"

Contact de Robert Zemeckis

Avant de parler du film je tiens à dire que j'ai toujours trouvé le programme SETI grotesque. Je suis le premier convaincu qu'il y a eu, qu'il y aura et qu'il y a actuellement des millions de civilisations dans l'univers mais chercher des signaux radios extra-terrestres c'est débile. Les terriens emettent des ondes radios depuis une centaine d'année à peine et ça tend déjà à disparaitre avec le tout numérique, donc rechercher des émissions radios sur une période de leur (et notre) histoire qui ne dure que quelques dizaines d'années c'est une perte de temps énorme, sans parler du fait que même si un signal était trouvé, la civilisation qui l'aurait envoyé n'utiliserai plus d'ondes radio depuis des lustres le temps qu'on envoie une réponse.

Pour le film de Zemeckis c'est déjà mal barré vu que c'est le pitch du métrage. Ce qui me gène le plus c'est qu'une fois de plus on sert la soupe aux religions, on tente de démontrer que la quête des étoiles et la quête de Dieu c'est pareil, etc. Quant au "voyage" final de Jodie Foster c'est quoi? Le paradis chretien tout joli, avec le gentil papa décédé qui se tape la discute avec sa fifile d'amour. Un film qui pourra plaire aux croyants et même aux agnostiques, mais un flop total pour moi.

Hors ligne

#108 22-10-2010 16:55:04

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Les films "j'y arrive pas"

Vrai, grotesque d'un point de vue scientifique et mystique... C'est un film surtout ennuyeux à mourir.
C'est les 25 ans  de Retour Vers Le Futur, je préfére me souvenir de Bob Zemeckis autrement.. smile


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#109 22-10-2010 17:05:17

tamata
Banni(e)

Re : Les films "j'y arrive pas"

Yes, Contact, c'est tout un bazar qui nous fait croire qu'un truc énorme va arriver et puis, c'est juste la fifille qui rencontre son Popa dans ce qui semble être un paradis.
Ou comment réduire l'immensité de l'Univers en une idée bien étroite de ce qui nous entoure. Personnellement et au delà du fait que l'on y croit ou pas, je trouve détestable que l'on nous fait "chauffer pendant 1h 1h et demie pour ensuite nous balancer un truc aussi limité en une scène. Ce film m'écoeure aussi car il montre que outre un puritanisme omniprésent, il y a toujours une réelle pression de la question religieuse sur le public. Mais c'est bien connu, les religieux quels qu'ils soient ne peuvent s'empêcher d'essayer de convaincre les gens de les rejoindre plutôt que de laisser chacun décider par lui-même.


Tamata signifie : "celui qui ne renonce jamais" en polynésien.

Hors ligne

#110 26-10-2010 13:04:50

Urbinou
vétéran

Re : Les films "j'y arrive pas"

Ca fait un bout de temps que je l'ai vu mais... le fait que ce soit poppa, ce n'est pas parce que c'est tout simplement l'image mentale et forte affectivement parlant qu' "ils" aient trouvé dans la tête de Jodie pour pouvoir communiquer ?

Hors ligne

#111 17-06-2012 07:47:50

dvmy
dvmy shot first

Re : Les films "j'y arrive pas"

Simetierre / Pet Sematary de Mary Lambert

Bon alors là faudrait qu'on m'explique pourquoi ce film a été - et continue - d'être adulé et encensé à ce point par la critique et le public. J'ai jamais compris. Il parait que c'est un des films les plus terrifiants jamais tournés... ah bon?? Ca m'a laissé totalement indifférent. Scénario ultra prévisible, casting et interprétation pitoyable (Denise Crosby en tête), décalage total entre les intentions affichées et le résultat final... Shinning c'est 100 fois plus effrayant et plus réussi et pour cause: c'est pas du tout fidèle à Stephen King, bien heureusement.

1/10

Dernière modification par dvmy (17-06-2012 12:07:29)

Hors ligne

#112 18-06-2012 13:37:21

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Les films "j'y arrive pas"

Pet Sematary effectivement... Je me souviens d'un bon souvenir pour ce film.. Par contre ça fait un bail que je ne l'ai pas revu.. Je me tâte souvent pour le revoir , sans jamais franchir le pas..

Il parait que c'est un des films les plus terrifiants jamais tournés... ah bon?? Ca m'a laissé totalement indifférent.

Terrifiant ? Peut être pas.. Malsain sans doute.. Ca parle de la mort d'un enfant, il revient à la vie et massacre sa propre mère.. C'est cela qui est effrayant.. Le père qui pête un câble.. Vraiment , il va falloir que je le revoye pour m'en faire un avis définitif.

Shinning c'est 100 fois plus effrayant et plus réussi et pour cause: c'est pas du tout fidèle à Stephen King, bien heureusement.

A mon humble avis, on en fait un peu trop pour Shinning, même si cela reste un excellent classique, ce n'est le meilleur des Kubrick , ni  la meilleure des adaptations de Stephen King.

Je lui préfère avant tout  le Carrie de Brian De Palma, le Dead Zone de David Cronenberg & j'ai une affection toute particulière pour le Creepshow de George A. Romero.


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#113 18-06-2012 13:51:25

dvmy
dvmy shot first

Re : Les films "j'y arrive pas"

Shinning n'est pas la meilleure adaptation de King en effet, c'est bien pour ça que je l'adore! Entre un hôtel hanté de souvenirs (le film) et un hôtel hanté d'esprits (le livre) mon choix est vite fait.
Creepshow j'adore mais il ne s'agit pas à proprement parlé d'adaptations  de King mais d'adaptations de comics par King. Dead Zone est excellent, mais là encore c'est justement parce que c'est pas très fidèle à King.

Dernière modification par dvmy (18-06-2012 13:51:41)

Hors ligne

#114 16-01-2015 01:50:18

mypreciousnico
_________

Re : Les films "j'y arrive pas"

Ce soir j'ai vu Un jour sans fin avec un pote. Un classique que ni lui ni moi n'avions vu eek

...j'ai trouvé ça globalement mauvais. Ça doit être comme les Goonies, c’est un film qu'il aurait fallu que je découvre à l'époque, car là j'ai du mal à comprendre le culte autour du film. C’est très daté (la musique quelle horreur), mou, répétitif, plein de clichés, ça dégouline de bon sentiments et pour couronner le tout c’est plutôt moche.

Il faut dire que je ne suis vraiment pas fan de Bill Murray qui, dans ce film comme dans tout les autres ou je l'ai vu, fait du Bill Murray et cabotine à n'en plus finir. Reste la scène du bar (ou Phil se compare à dieu) qui est excellente, quelques gags et Andie MacDowell, toute mimi signlove

Sur un sujet similaire, mais versant SF plutôt que Fantastique, l'épisode de Stargate SG1 s'en sort beaucoup mieux.

Hors ligne

#115 16-01-2015 02:26:41

yrad
admin

Re : Les films "j'y arrive pas"

Bonsoir Nico. wink

Groundhog Day (Un jour sans fin) est surtout un ripoff non assumé – pour ne pas dire un plagiat - du fondateur (et excellent) ST TNG 05x18 Cause And Effect de Brannon Braga, antérieur d'un an (21 mars 1992) au film de Harold Ramis (12 février 1993) !
Cause And Effect aura historiquement été le tout premier opus audiovisuel à mettre en scène une authentique boucle temporelle comprise et formalisée comme telle... au contraire des préfigurations embryonnaires du concept que furent ST TNG 02x13 Time Squared en 1989, The Twilight Zone 02x26 Shadow Play en 1961, et The Twilight Zone 01x10 Judgment Night en 1959.

Évidemment, la SF littéraire a (comme toujours) précédé l'audiovisuel. L'idée de la boucle temporelle a vu le jour dans les replis de certaines causalités temporelles explorées durant le Golden Age (qui a vraiment tout inventé), avec dans l'ordre chronologique les nouvelles et romans suivants : The Tunnel Under The World (1955) de Frederik Pohl, October The First Is Too Late (Le Premier octobre, il sera trop tard) (1966) de Fred Hoyle, 12:01 PM (2h01, prisonnier du temps) (1973) de Richard A. Lupoff, et Replay (1986) de Ken Grimwood.

Inutile de dire que ST TNG 05x18 Cause And Effect aura tellement fait école en audio-visuel que les émules et les épigones se sont ensuite multipliés au cinéma et à la télévision, à tel point d'ailleurs que j'ai la flemme de tous les énumérer dans ce post. En fait, à l'instar du redemption-episode rituel, presque chaque série fantastique ou SF se doit d'avoir depuis le milieu des années 90 son timeloop-episode.
Un cas de figure dans lequel entre bien sûr SG-1 04x06 Window Of Opportunity (L'histoire sans fin), produit plus de huit ans après l'épisode de Brannon Braga, mais moyennant toutefois une jouissive variante, au fond à la façon de ce que l'univers Stargate sait faire de mieux, c'est à dire en assumant pleinement la culture du téléspectateur pour en jouer avec maestria... tel un improbable Sergio Leone qui serait devenu complètement geek.

Finalement, à la faveur de la démocratisation de la culture gamer et de l'émergence des simulacres cyberpunk (notamment grâce à William Gibson et Bruce Sterling dans le sillage des Simulacron 3 de Daniel F. Galouye & The Simulacra de Philip K. Dick en 1954), le concept de timeloop s'est inéluctablement métissé avec l'un des fondements de la ludologie, à savoir l'itération cumulative, pour accoucher assez logiquement de la simulation virtuelle incrémentielle (cyber-Saiyans en quelque sorte). L'un de premiers exemples en fut le fascinant ST VOY 04x18+04x19 The Killing Game en 1998, suivi de l'exceptionnel Harsh Realm 01x04 Kein Ausgang en 1999.
Edge Of Tomorrow de Doug Liman (2014) matérialise l'aboutissement de cette fusion ludo-temporelle, lorsque la timeloop participe elle-même de la progression dans le "jeu" (et réciproquement), devenant dès lors un déterminisme vidéo-ludique à part entière.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#116 16-01-2015 03:19:46

mypreciousnico
_________

Re : Les films "j'y arrive pas"

Bonsoir Yves smile

Merci pour toutes ces précisions, je n'avais même pas pensé à (l'excellent, en effet) Cause And Effect, que je vais probablement revoir du coup.

yrad a écrit :

Finalement, à la faveur de la démocratisation de la culture gamer et de l'émergence des simulacres cyberpunk (notamment grâce à William Gibson et Bruce Sterling dans le sillage des Simulacron 3 de Daniel F. Galouye & The Simulacra de Philip K. Dick en 1954), le concept de timeloop s'est inéluctablement métissé avec l'un des fondements de la ludologie, à savoir l'itération cumulative, pour accoucher assez logiquement de la simulation virtuelle incrémentielle (cyber-Saiyans en quelque sorte). L'un de premiers exemples en fut le fascinant ST VOY 04x18+04x19 The Killing Game en 1998, suivi de l'exceptionnel Harsh Realm 01x04 Kein Ausgang en 1999.
Edge Of Tomorrow de Doug Liman (2014) matérialise l'aboutissement de cette fusion ludo-temporelle, lorsque la timeloop participe elle-même de la progression dans le "jeu" (et réciproquement), devenant dès lors un déterminisme vidéo-ludique à part entière.

En effet.
J'ai particulièrement apprécié, dans le récent Edge Of Tomorow, l'aspect "je retente un passage jusqu’à y arriver" qui transpose au cinéma une sensation typiquement vidéo-ludique alors même que les adaptations de jeu vidéo n'y étaient pas parvenue.

Hors ligne

Pied de page des forums