#1 14-01-2012 06:00:00

yrad
admin

ST TOS 00x01 The Cage

ST TOS 00x01 The Cage

Crédits officiels :
- Histoire & dialogues : Gene Roddenberry
- Réalisation : Robert Butler


Flash required

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 7 [50%])

    50%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 0 [0%])

    0%

  3. 8 (excellent)(voix 3 [21.43%])

    21.43%

  4. 7 (bon)(voix 3 [21.43%])

    21.43%

  5. 6 (correct)(voix 1 [7.14%])

    7.14%

  6. 5 (passable)(voix 0 [0%])

    0%

  7. 4 (insuffisant)(voix 0 [0%])

    0%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 0 [0%])

    0%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 14

Les invités ne peuvent voter


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#2 30-09-2012 09:52:04

mypreciousnico
_________

Re : ST TOS 00x01 The Cage

6.

Une curiosité que cet épisode, comme le Star Trek qui aurait pu…

Amusant de voir Majel Barret en numéro 1. D'ailleurs, sa typo et celle de Spock sont un mélange de ce que sera finalement le vulcain dans la version finale de TOS. Ici Spock est très émotif et semble humain au delà de son teint et de ses oreilles. Alors que le numéro 1 est froide comme un androïde.
D'ailleurs, Spock est ici un personnage très secondaire, pas très intéressant parce que totalement sous-développé.

Il est curieux de voir que l'utopie de la série n'est pas encore parfaitement en place.
les couleurs sont beaucoup plus ternes, le tout n'est pas spécialement funky, le Capitaine Pike est lassé de sa mission et envisage de raccrocher les gants…etc
Pire, l'épisode commence après une mission apparemment très couteuse en vie humaine.
Bref, le Star Trek de The Cage est quand même beaucoup plus sombre que le TOS que nous connaissons.

Bon, il est évident qu'au travers des Talosiens, ce sont les humains contemporains qui sont critiqués par le scénario. Retranchés derrières des illusions, s'évadant dans le rêve et se complaisant dans l'exploitation d'aventures factices, l'humain ne court t-il pas à sa perte ? L'homme est-il suffisamment sage pour s'adonner sans garde fou aux vertiges de l'illusion ?
Mais plus qu'une critique du rêve ou de la TV, j'y vois une condamnation de la sacralisation du paraître. Un sujet qui, aujourd'hui plus que jamais, est d'actualité.

A part ça c'est assez daté. Visuellement bien sûre, les transitions ont vieillis, l'image également. mais aussi au niveau du rythme.

Hors ligne

#3 23-10-2012 12:50:14

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Top du Top Franchise

Des Archives de Buckaroo :
The Cage ou le concept de Star Trek dans son expression la plus pure, avant celle des compromis avec le studio. Peut être le seul et unique scénario écrit par Gene Roddenberry qu'on pourrait qualifier de chef d'oeuvre authentique.
Ca n’a pas pris une ride !
Pour comprendre la valeur et le choc révolutionnaire que fut The Cage , il est bon de se rappeler ce qu'était la SF en 1964, le "campy et friendly family" de Lost In Space ou dans le meilleur des cas , L'anthologie fabulaire de "The Twilight Zone". De cette dernière, Roddenberry va garder le goût des paraboles métaphysiques,& de la première, en exploser les poncifs en y injectant un maximum de réalisme dans la caractérisation & les situations. Comme ancien militaire et policier, ce pilote respire la rigueur de ces institutions qui ont façonné l'homme Roddenberry.

D’emblée, cet univers ne nous est pas présenté comme idyllique. L'aventure commence après une mission particulièrement coûteuse en vies humaines et un capitaine en plein doute ( excellent Jeffrey Hunter) .Ce qui donnera lieu à Cette scène culte entre lui et le Dr. Boyce qui annonce la couleur émotionnelle de ce concept: Nous sommes en présence d'hommes trop humain car imparfait, confrontés à des situations extraordinaires qui vont les transformer.
medium_90ba764d241b738905adf8c4cd807c1b.jpg
Pike et Boyce autour d'un martini, discutant de la possibilité d'abandonner une "cage" : La randonnée des étoiles .

L'aventure extraodinaire se déroulera sur Talos IV , ou Pike est capturé pour le divertissement d'une race d'aliens apathiques. Dans cette ménagerie, les Talosiens chercheront à l'accoupler à la belle Vina ( Susan Oliver), ne pouvant l'obliger par la force, ils stimulent sa libido à travers des fantasmes issues de ses illusions et désillusions révélées dans la scène avec Boyce précédemment . Là , Roddenberry touche au génie et libère ses penchants libidineux avec une subtilité qu'on ne lui connaîtra plus par la suite. Le fantasme sexuel passe par diverses étapes. De la Lolita ingénue & évanescente ( au sens propre, comme au figuré) du début, en passant par la demoiselle en détresse ou Pike est quasi obligé par la gent dame, de montrer à son adversaire qu'il en a une plus grosse ( arme) que lui . Petit cri de jouissance à l'appui .. Vient celui de la « femme au foyer désespéré », qui vous le remarquerez a tout le temps la migraine et prépare les sandwichs comme la maman de Pike ( ah Oedipe! ) . Enfin, celui de la catin , l'Orion Slave Girl , ou Pike lutte tant bien que mal contre la bestialité sexuelle qui sommeille en lui. Car comme nous la révéler, le fantasme de la femme au foyer, celui ou il se sent finalement le plus à l'aise , Pike est essentiellement un homme vertueux et de devoir. C’est d’ailleurs dans ce type de fantasme qu’il relèvera ses véritables sentiments envers  Vina . Ce qui fera dire au Gardien cette réplique mémorable : " Une curieuse espèce , ils ont des fantasmes qu'ils arrivent à se cacher à eux même"

A noter l'excellente performance de Susan Oliver, qui est à Star Trek , ce qu'Ursula Andress est à James Bond. Ici dans les 4 tableaux , elle livre en filigrane un être fragile & mélancolique qui prendra toute sa saveur lors du twist final.
840028-bigthumbnail.jpg 
Les differents visages de Vina. La lolita ingénue , la demoiselle en détresse, la femme au foyer , la tentatrice..
Un seul visage et des yeux bleux ( et quels yeux !) Susan Oliver
.

Evoquant ainsi le miroir des apparences et des illusions que Pike brise un à un pour retrouver une certaine forme de paix intérieure ( la réalité au détriment des apparences) . Gene ne prend pas soin de trancher pour l'un pour l'autre, comme le suggère ce twist final d'une mélancolie absolue. Certains plus que d'autres ont besoin d'illusions, même si l’illusion signera la fin des Talosiens. Pike en viendra même à chercher une issue favorable à leur sort, mais le Gardien repousse son offre, argumentant que le pouvoir de l’illusion est finalement une prison bien trop dangereuse pour une race aussi éprise de liberté & sans cesse sur le fil de l’autodestruction que le genre humain.

C’est aujourd'hui plus qu’hier que le vrai message corrosif de The Cage prend toute son ampleur. A travers Talos et ses habitants, Gene Roddenberry ne lance t'il pas un avertissement sur le pouvoir corrupteur de la TV et des multimédias? Les Talosiens qui collectionnent des personnes ( personnages ) dirigent leur fantasmes et vivent leur émotions par procuration ? La description que donne Vinia des Talosiens n’ évoquerait t’elle pas aujourd'hui les nerds , les geeks les hardcore gamers et l'extrême du repli social: les otakus Japonais ?

PIKE: Ainsi les Talosiens se sont terrés sous terre et ont trouvé ici la vie limitée et ils se sont alors concentrés sur leurs pouvoirs mentaux.
VINA: Mais ils se sont sentis piégés . Comme un narcotique. Parce ce que quand les rêves deviennent plus important que la réalité, vous abandonnez le voyage, construire, créer [..] Vous restez assis là, à vivre et revivre d'autres vies laissées derrière dans des enregistrements. "

A travers ce nouveau niveau d’interprétation subversif , Gene Roddenberry ne fait pas que s’attaquer à l’illusion dans l’illusion, mais à l’illusion elle même. Celle que son programme TV va créer, même si il est loin à l'époque de se douter de son ampleur. Les Talosiens peuvent être vu comme ces fans compulsifs que nous sommes , qui s’illusionnent sur un personnage de substitution , que l'ont croit contrôler avec nos attentes , mais celui ci ( Pike ) se rebelle contre sa condition d'illusion. Les Talosiens se rendant compte de la nature destructrice et indocile du personnage de fiction ( la réalité ) préféreront le libérer que de voir leur illusion se brisaient en milles morceaux contre le tranchant de la réalité. Et en cela Pike n’est pas loin de ces héros modernes controversées que sont Néo des Wachowski bros & le Solid Snake de Kojima . Lewis Carrol devant l’absurdité de la situation aurait tout autant apprécier. Star Trek est bien le « Wonderland « de la SF & non un schéma propable d'un futur possible.
Triste conclusion. Si Pike gagne à la fin une réalité, nous gagnons nous Trekkies : Un rêve baptisé Star Trek .
vina014.jpg
Bienvenue dans le désert du réel..

Outre la qualité de son scénario et de ses interprètes, il est bon de revenir sur la qualité visuelle de The Cage, encore une fois très surprenante pour son époque, le choix apporté aux moindres détails , une réalisation plus maîtrisée que  de nature , un sens du montage quasiment cinématographique et la Musique exotique et spatiale du regretté Alexander Courage.

Si il fallait un jour revenir aux sources du mythe, nous devrions commençer par cet épisode zéro, car il y a un nombre intéressant de piste à explorer , surtout pour des gens qui ne sont pas dupes de ce qu'ils voient…

Voici l'une des multiple interprétations de The Cage .. Le point de vue Freudien évoqué par Leonard Nimoy.. Il peut y en avoir une autre.
La cage ou est enfermé Pike  peut être le symbole d'une cage plus générale : Celle de  la condition humaine. La lutte qu'engage Pike contre la réalité limitée que veulent lui imposer les Talosiens prend des accents contestataires toujours d'actualités..
600full-star-trek-%3A-the-cage-screenshot.jpg
.. Se libérer des cages de la condition humaine . Une idée constante qui hante l'esprit Star Trek .


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#4 10-04-2013 20:04:57

dl500
TOS Forever

Re : ST TOS 00x01 The Cage

8. Excellent.

Allez, retour au vrai ST, reprise des commentaires des épisodes de TOS.
Et à sa source, son origine, là par quoi tout a commencé…
E qui a failli d’ailleurs, se finir très rapidement. Heureusement, qu’on lui a donné une seconde chance après ce premier pilote refusé.

Star Trek, ou la série qui refusa de mourir.

Cet opus a pour lui  tout l’intérêt historique de l’épisode refusé et la curiosité qu’il procure. Je me souviens ma joie à l’époque de sa sortie en VHS (les 80’s) d’avoir enfin pu l’obtenir (en VO et PAL, il fallait un magnétoscope compatible !).
La remastérisation (et de la pellicule et des sfx) est superbe. Les décors studios et les fonds peints en revanche datent terriblement l’épisode. 49 ans !
Les moments les plus intéressants sont ceux passés sur le vaisseau : le passage du dialogue entre Boyce (excellent docteur et modèle du futur docteur Mc Coy) et Pike dans sa cabine feront par la suite toute la teneur humaine du show, avec cette fois Kirk et Bones. Le reporting de la mission ratée avec Spock et Number one dans la salle de réunion se reverra aussi régulièrement entre les officiers.
Le final sur la passerelle, avec le seul passage « humoristique » de l’épisode, entre le capitaine et la yeoman sera lui aussi récurrent du show, mais de manière moins guindé. Ah, le sourire carnassier de Shatner…ça manque à cet épisode.
On se rend compte que tout était déjà en place. Le trop grand sérieux a malheureusement nuit à l’ensemble, et il y manque la petite pincée d’ « Entertainment », de couleurs et de « Kirkatitude ».
Une curiosité dans TOS certes, mais un épisode zéro de grande classe.
60 minutes de préquelle, une vraie, travaillée et adulte. Star Trek était prêt à décoller.

Quand on pense à Hunter, si celui-ci avait continué dans la série (merci à sa femme), son destin (sa mort stupide) aurait été probablement complètement changé.

Dernière modification par dl500 (22-04-2013 12:59:43)


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#5 22-04-2013 12:49:30

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Je ne pense pas qu'avec Jeffrey Hunter , ni le personnage du Capitaine Christopher Pike , Star Trek n'aurait connu le succès qui est le sien depuis longtemps..
Christopher Pike est un personnage bien trop clean et vertueux qui le rapproche trop de son modéle (in) avoué
Le Capitaine John J. Adams  de Forbidden Planet ( 1956)  :
Leslie-Nielsen.jpg
Cette rigueur morale rapelle aussi l'un des rôle mythique de Jeffrey Hunter , celui d'un héros prude : Martin Pawley dans The Seachers de John Ford (1956) :
tumblr_m5sdvvZLTG1qazanuo1_400.jpg

Des héros au caractére moral très 50's.. Hors nous étions en 1964 et ce type de héros commençait à tomber en désuétude, avec l' arrivée d'un nouveau genre de héros plus immoral & sexy, plus direct et ironique :
pVau8nz8sX0fi3vniP1bYwaMLiE.jpg
James Bond. LE héros des sweet 60's..

william_shatner_narrowweb__300x535,0.jpg
Il fallait que cela soit Le Captain Kirk , l'éxubérance et le charme carnassier de William Shatner..

The Cage , il n'y a que la grande idée de Star Trek , mais pas son énergie , sa spontanièté.. J'ose imaginer cette formidable histoire revue et corrigée par le prisme du Captain Kirk & nous aurions ce qui manque cruellement à ce pilote de l'humour, du panache & de l'action : Le Kheylar recevoir les premiers Kirk's Kick , Kirk plus charmeur envers Vina, et ne pas trop resister à la tentation comme le fait le vertueux Pike ect... & les talosians comprendre un peu plus vite la dangerosité de " l' animal" Kirk ..

Sans parler des autres personnages..vide et froid qui entoure Pike.. ils sont plus laborieux, distant ..  On comprend mieux la perplexité que ce pilote a put provoqué chez ses commanditaires : En retard sur son temps ( les héros rigides des 50's  ) et bien trop en avance pour son époque ( la grande idée de Star Trek ) ..


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#6 22-04-2013 15:19:37

bound
Explorer of the further region of experience

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Et moi je suis convaincue au contraire que le succès de TOS ne doit absolument rien à ses acteurs, et que ça aurait marché de la même façon avec Hunter

Hors ligne

#7 23-04-2013 14:16:22

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Je ne crois pas à cette histoire comme quoi ce fut  sa femme qui lui a fit tourner le dos à ce rôle, donc le Captain Pike : Out !
Si c'était le cas. Pourquoi changer carrément le personnage ? Pourquoi avoir créer le Captain Kirk, un héros plus jeune, plus charismatique ? Pourquoi ne pas garder Christopher Pike et engagé un autre acteur à sa place ?
Le studio comme Gene Roddenberry n'était pas dupe des "failles" de The Cage . C'était les 60's , plus les 50's.

Il n'y a pas que Pike qui ait changer..Spock le quatrième personnage, passe à celui de second rôle.. Plus de Number Oner_ Rien à voir avec le talent de Majel, mais le personnage est froid, distant, un ordinateur sur patte , une dirlo de collège... C'est d'ailleurs un gachis de faire jouer à Majel , un personnage aussi sec. Quand on voit ses dons pour la comédie avec Lwuxanna Troi et Nurse Chapel..
Boyce, c'est pareil.. Les scènes avec Pike sont très belle, mais pour rien au monde je n'échangerai ça pour les sublimes grogneries  de De Forrest Kelley..

L'alchimie des acteurs est absente entre les acteurs de The Cage .. Ok , ils essuyent  les plâtres , mais dans WNMHGB.TOS.1 , il y avait une complicité immédiate entre Shatner et Nimoy..
& rien n'équivaut l'alchimie  du trio Shatner/ Nimoy/ Kelley dès The Corbomite Maneuver .

La seule vraie alchimie que je ressent dans The Cage , c'est entre Jeffrey Hunter et Susan Oliver.. Si il n'y avait ce jeu de séduction ambivalent , l'épisode serait raté ...

De toute manière , Gene Roddenberry a toujours repris  sa revanche pour  The Cage . D'abord en l'utilisant pour le double épisode culte The Menagerie.TOS.1 & 23 ans plus tard en créeant TNG.  Le Capitaine vertueux , un équipage plus froid que l' original, plus de maturité, moins d'humour et de caractères  .. Les racines de TNG se retrouvent  tout autant dans TMP et que dans The Cage.

Même les disciples Piller et Berman  y ont trouvé une source d'inspiration : Christopher Pike dégouté de Starfleet menace de tirer sa révérence avant qu'une aventure fantastique lui redonne foi en son job.
Il n'est pas sans rappeler le cas d'un Ben Sisko dans Emissary.DS9.1

bound a écrit :

Et moi je suis convaincue au contraire que le succès de TOS ne doit absolument rien à ses acteurs, et que ça aurait marché de la même façon avec Hunter

Comme le succès de TNG ne doit rien à Patrick Stewart et Brent Spinner.. Tout le monde peut jouer leur rôle.. Surtout Data , c'est tellement facile de le jouer sans sombrer dans le ridicule.  roll
Je ne dis pas que Jeffrey Hunter est mauvais pour le rôle.. Il est très bon.. Sauf que Pike n'était peut être pas le personnage le mieux adapté pour pérénniser le succés de Star Trek , donc la majorité des fans on grandit dans les 60's..Des jeunes , des ados, des gamins.. Le Captain Kirk parle plus à ces gens là que n'aurait put le faire  le très adulte et distant Captain Pike, un héros encore bien trop 50's.


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#8 11-03-2014 07:47:20

IMZADI
Memory Alpha

Re : ST TOS 00x01 The Cage

10/10

Bien faisant le robot moutonnant je mets un top franchise. Lors de mon visionnage en 2001 sur Jimmy, je l'ai enregistré sur vhs et j'ai eu beau le regarder plusieurs fois, je ne comprenais rien...
Aujourd'hui, il est m'est assez dur de le suivre et pourtant ce qui me donne envie de mettre un 10 c'est bien son final et la découverte de la vraie condition de Vina. Ces Talosiens qui semblent froids et robotiques sont finalement des êtres au grand coeur, ce que je pense plus que la possibilité de vouloir créer une arche de Noé. via leur cage....

Via les romans et comics de Peter David, je viens de découvrir ce qu'il a inventé comme suite pour Numéro Un et c'est du grand n'importe quoi, j'en reparlerai...


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#9 11-03-2014 07:52:20

IMZADI
Memory Alpha

Re : ST TOS 00x01 The Cage

bound a écrit :

Et moi je suis convaincue au contraire que le succès de TOS ne doit absolument rien à ses acteurs, et que ça aurait marché de la même façon avec Hunter

Je suis assez d'accord avec Bound, au moins dans cet épisode, et 90% des suivants,  c'est bel et bien le concept de cette nouvelle série qui l'enverra dans les étoiles.
La présence du renommé Jeffrey Hunter aura je pense en son époque juste permis d'attirer les regards sur cette nouvelle série. Ce que l'on fait de façon classique aujourd'hui.

Buckaroo compare avec planète interdite, moi je suis étonné de voir que ces 2 films - séries sont plutôt tragiques que catastrophiques, c'est sûrement ce qui en a fait des succès.

Dernière modification par IMZADI (11-03-2014 07:55:06)


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#10 11-04-2014 14:00:30

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : ST TOS 00x01 The Cage

The Cage aura 50 ans .. Du moins d'un point de vue  de copyright ... Puisse que la post production fut achévée Fin Janvier 1965 et présentée au studio en février 1965 pour le rejet que nous connaissons tous.

The Cage a 50 ans ou avait finalement 50 ans d'avance ? .. C'est la question qu'on est en droit de se poser  au delà du contexte de l' héritage ..
50 ans d'avance sur tout ces choses qu'on fait aujourd'hui avec les  grandes icônes de la pop culture...
En gros The Cage ne ferait il pas à Star Trek, ce que Christopher Nolan a fait de Batman & les émules qui ont suivit derrière ( et suivent toujours )..

Car Star Trek La Série Originale , la vraie,  est une série résolument coloré , campy , bien énergitique, pleine de folie  et bourré d'humour.  Le tout construit autour de personnages "bigger than life " , mais résolument attachant ..
There_will_be_no_tribble_at_all.jpg
mrjump

En comparaison de TOSThe Cage paraît naturaliste , le ton est résolument grave , on se prend au sérieux.  La passerelle de l'Enterprise est grise, quasi morne en terme de lumières qui clignotent de partout, un équipage figé , là ou celui de Kirk plein de connivences,  bougé dans tout les sens .. Idem pour la répresentation de Talos IV une palette de couleurs grise ou de bleu métallique  d'une simplicité confondante.. Le principal point Nolanien de The Cage , c'est le héros , là ou Kirk a tout du héros des 60's : le charme arrogant  , la force virile, très sûr de lui même ( imbu aussi ), la classe intergalactique et il le sait le bougre  . Pike est tout son contraire , un héros humble,  Nolanien à souhait , en proie au doute permanent , tiraillé par une  profonde culpabilité ( choisir qui doit mourrir ou pas   ) .. Un héros qu'il faut donc pousser au cul  pour assumer son statut héroïque & bien sûr d'une nature  chevaleresque à tout épreuve que les demoiselles ne puissent craindre pour leur vertu ...

Cage2.png
sadblue

Je me plaît souvent à imaginer  Kirk à la place de Pike face à l'ensorcelante Vina ( surtout que les blondes aux yeux bleux sont son pêché mignon ), les Talosiens complétement affolé par l'esprit frondeur et téméraire du Captain Kirk , en comparaison Pike est un chérubin .. The Cage n'aurait sans doute pas été la même histoire.. Le twist  mélancolique autour de Vina avec Pike ,  aurait  tiré à la farce amère pour Kirk : On aurait rit jaune .. Ce qui m'amène ainsi à l'humour.. The Cage en est déporvu, là ou La Série Originale , même dans ses épisodes tragiques en regorgent.. On retrouve cet abscence d'humour chez Nolan... L'action aussi, chez lui il faut qu'elle ait  un sens psychologique et sois crédible et épurée à l'extrême en terme de chorégraphie.. La seule véritable scène d'action dans The Cage est le combat de Pike contre le Keylar , dire qu'elle est plutôt monotone est un doux éuphémisme.. Comparé au combat Kirk Vs Gary Mitchell avec un Shat' bondissant, cognant comme un boxeur poids lourd ,  avec une large palette de technique comme des prise de Judo & de karaté , c'est jubilatoire, excitant.. De l'action pur et brutale , là ou Pike  dans sa joute avec le Keylar ne fait qu'affirmer sa virilité devant la demoiselle en détresse...

La forme est donc Nolanienne , mais aussi le fond de The Cage.. en filigramme,  le théme classique du héros qui doit choisir entre une vie rangée avec sa belle ou le sacerdose d'une vie de héros condamné à la solitude ..

Christian-Bale-as-Bruce-Wayne-in-Dark-Knight.jpgChristopher_Pike_(noir_%26_blanc).jpg
Le Bruce Wayne de Nolan dans The Dark Knight & le Christopher Pike de The Cage : être ou ne pas être... un héros .

On notera aussi que dans les deux , c'est la femme ( l'amour d'une vie ) qui finira par choisir pour eux à travers un tragique coup du sort: La belle de Batman meurt, celle de Pike  défigurée, est condamnée à vivre dans l'illusion.

Pour moi The Cage est le plus grand ( le seul ? ) script écrit par Gene Roddenberry, il n'est pas loin de prétendre aux même introspections naturalistes et psychologiques que Nolan avec Batman.. Sauf que Nolan se base sur une icône vieille de 66 ans , Gene lui en invente une .. Ou pour être tout à fait honnête livre une version Nolanienne d'un autre grande mythe populaire :

Forbidden Planet ! ...
forbidden-planet-05.jpg
Un film coloré et rempli de scènes d'humour...


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#11 07-05-2014 15:11:26

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Nous ne vieillerons jamais ensemble : Vina & Christopher Pike 

Vous allez me dire , je ne suis pas un paradoxe près. Je trouve effectivement The Cage , trop froid, trop rigide, sans émotions. Mais je ne peux pas m'empêcher d'être obsédé par ce pilote et d'y (entre)voir paradoxalement un romantisme exacerbé . & si The Cage était l'une des plus tendre et humaine introspection sur le couple amoureux , l'une des plus belle de la franchise. Un sentiment universel auquel  nous pouvons tous nous identifier..
Car finalement  The Cage présente , dans sa structure & ses idées , toutes les étapes du sentiment amoureux entre un homme et une femme. De l'acte fondateur jusqu'aux conséquences qu'implique l'amour entre un homme et une femme.

C'est d'abord l'acte fondateur. Le coup de foudre: Imprévu , inexplicable qui frappe sans crier gare le vertueux Capitaine Pike. Nous sommes tous passé par là. Cet instant qui marque le début de la relation amoureuse defit toute forme de logique et d'explications rationnelles. On ne serait expliquer pourquoi on tombe amoureux d'une personne sur le coup.
menagerie_Vina_1.jpg 1191918-bigthumbnail.jpg
Le coup de foudre.

Pike est attiré par Vina et elle par lui.  Parmi tout les beaux mâles frais et pimpants qui se présentent  , c'est vers Pike qu'elle se dirige ( " You're the perfect choice"  ) .. The Cage reste très judicieusement  élusif sur cette question de choix . Est ce les Talosians qui choissisent pour eux , ou le choix des Talosians s'est il fait en fonction de leur attirance mutuelle?
Tout le mystère qui entoure le coup de foudre demeure préservé, car échappant à la raison.

Vina nous est présentée dans une image symbolisant la fin, la mort,  entourée de personnes vieillisantes, telle une lolita ingénue caractérisant au premier abord, une attirance phyique. Mais elle est éclairée de manière diaphane par rapport aux autres, comme pour nous mieux souligner  qu'il n'y a  qu'elle qui compte aux yeux de Pike et de ses hommes . Plus que son corps, la mise en scène cadre son visage quand il s'agit d'épouser le regard de Pike.
Vina est une jeune fille ingénue de 17 ans ( en apparence ) , Pike un homme d'âge mûr mais vertueux : La différence d'âge poserait elle un problème ? .. Insidieusement, Elle et lui s'éloigne du groupe, comme pour mieux  entamer  l'étape suivante de la relation amoureuse.

C'est à dire le jeu de la séduction. Le rêve de Rigel VII. La scène la plus noble de toute en  apparence tout du moins., Bien que se jouant d' une imagerie chevaleresque, elle n'en demeure pas moins la plus implicitement sexuelle de toute.
Tout n'est qu'apparences dans cette séquence multi couche qui évoque  toutes d'une manière symbolique, une relation sexuelle.. Même quand il s'agit ici du jeu de la séduction.. Vina se montrant plus entreprenante que Pike, le poussant à agir , entrer dans le jeu. Il n'en reste pas moins que malgré ses questionnements, il  l'a suit  au point de former un couple uni contre une adversité quasi animal ( le Kheylar ) . Pike  éloignant les prétendants sexuels entreprenants  ( le Kheylar donc ) de sa belle.. Montrant au passage sa puissance virile sans se défaire de ses propres vertus , il la protége ect.. . Jusqu'à la délivrance finale... L'orgasme dirait on.
tumblr_inline_moq5zcVPR31qz4rgp.png vina5.jpg
Le jeu de la séduction.. La relation sexuelle.

En montrant une vertu sexuelle, là ou le Kheylar n'était qu'une bête fauve, Pike  aura conquis le coeur de la belle Vina, alors que jusqu'ici ,, tout semblait pour elle n'être qu'une attirance physique innocente. Il est important de noter à ce moment que le plan des Talosians vise à les accoupler tout les deux.. Après le combat ( la relation sexuelle ? )  , revue à la réalité , elle se blottit instantanément dans les bras de Pike. Un geste qui ne trompe pas, mais Pike lui est toujours ailleurs . Dans la reflexion et le sens à donner à ce sentiment amoureux naissant. La cage du titre ne serait elle pas en sous texte celle de la vie en  couple ? l'étape suivante.
thecage238.jpg 968full-susan-oliver.jpg
La séduction accomplie .Une Vina plus féminine, moins aggressive, plus tendre.. Mais Pike est il prêt à passer l'étape suivante  ? ...

Nous remarquerons alors le changement physique chez Vina aprés ce rêve excitant.  Pike la perçoit  différemment , l' amalgame de la lolita ingénue du début et de la demoiselle en détresse de Rigel.
Le coup de foudre et le jeu de la séduction en une seule et même vision de la femme.
Comme si la relation sexuelle ( purement symbolique ) sur Rigel VII avait transformé la jeune fille en jeune femme.. Elle reste néanmoins une jeune fille dans son comportement,  comme en témoigne sa peur des Talosians ( l'autorité parentale ?  ) et sa réaction de jalousie puérile  envers Number one et Yeoman Colt. Elles de vrais femmes mûres venues lui ravir son "petit copain" ..

Mais avant cela , l'acte suivant de toute relation amoureuse est la vie en couple.

new_tosr000_10.jpg tcaa7.jpg
La vie en couple .

Pike et Vina goûtent à cette possibilité de vivre ensemble en couple.. Une fois de plus Vina a changé physiquement. Elle est toujours aussi belle, mais de moins en moins agressive sexuellement parlant. Un physique plus normal, plus rangé celle de l'épouse aimante , le substitut de la mère ( elle prépare les sandwich Thon/Poulet selon la recette de maman Pike, un signe qui ne trompe personne). Etrangement, une telle vie ne déplairait pas à Christopher. Lui qui est en plein doute, ce cadre idyllique le sécurise, elle le sécurise . Il se sent si libre qu'il avoue enfin ici son sentiment pour Vina sous le regard des spectateurs ( nous, mais aussi les Talosians wink ) :
" Une curieuse espèce , ils ont des fantasmes qu'ils arrivent à se cacher à eux même"

Mais hélas très vite chez Pike_ et ça le travaille tout le long du récit, la vie en couple laisse entrevoir une cage beaucoup plus  contraignante pour lui, impliquant  une étape suivante : Celle d'avoir une progéniture avec Vina. C'est  ce que recherche les Talosiens, c'est ici que se terminerait  le vie à deux  pour former une famille & perpétuer l'espéce..
Vina est prête pour cela, mais pas Christopher Pike qui a une vision cynique & blasé de la vie, tout comme en son for intérieur,  il n'a toujours pas renoncer à l'appel des étoiles ( l'aventure , le devoir du capitaine  ) .. Pike n'est effectivement pas Bejamin Sisko racontant enthousiasmé , la naissance de son fils aux prophètes ( Emissary.DS9.1) . Pike ne voit pas ses propres enfants comme le fruit de sa chair et de la femme qu'il aime, mais immédiatement  comme de futurs esclaves pour Talosians avec des tares hériditaires en bonus ( les fameux "mal de tête" de Vina) : Une ménagerie !

A ce moment intime , teinté de voyeurisme ( les Talosians regardent, on ne se la refait pas) , Vina sent qu'elle est entrain de perdre Pike. Il ne passera jamais cette étape ci: être le père de ses enfants. Mais elle est irréversiblement amoureuse de lui. Pour le garder, il ne lui reste plus que le sexe : Le fantasme de l'Orion Slave Girl.. La femme objet sexuel , lascive, tentatrice.. Une fantasie ou Pike peut se décharger de ses doutes et fardeaux dans une totale  débauche  éhontée.
tumblr_lwie1zFUzs1ql8w1wo1_500.jpgcap0022.bmp
L'objet sexuel , là ou Kirk pouvait craquer , Pike lui ne le peut pas.

Vina pense à tort que le faire vivre dans un univers ( une cage ) totalement immoral et fier de l'être, le rendra plus docile.. Mais de guerre lasse, une telle cage aurait sied au Captain Kirk pour qui la femme est un objet de plaisir entre deux aventures, mais pas pour Christopher Pike, l'homme vertueux , le chevalier blanc. Pike résiste à la tentation, il sort de la pièce , mais Vina en Orion Slave Girl persiste à le garder dans cette cage, lui refermant toute porte de sorties. Heureusement, les Talosians toujours désireux de voir des bébés,  offrent à Pike deux femmes vertueuses comme lui ( Colt et Number One ) qui vient briser le sortilège.
Le fantasme de l'Orion Slave Girl devient dès lors une tentative vaine et désespérée de garder son amour.. Car Vina,  en dehors de sa beauté et de son esprit de jeune enfant ,n'avait pas un fond mauvais. Elle en est même très attendrissante, pleine de compassion & sincère.. Durant tout l'épisode, ce n'est pas elle qui manipule Pike, mais bien les Talosians.. Vina n'est finalement pas une fille terrifiée par ces extraterrestes, mais bien par la solitude.
La solitude est sa cage..

C'est que Pike va découvrir lors du twist final, le vrai visage Vina caché par l'illusion Talosienne. La réalité sans fard au sens propre comme au figuré.
Vina, nous l'apprenons n'était pas vraiment  une jeune fille de 17 ans.. Mais bien une femme de 37 ans environ, sois à peu près l'âge de Pike. On comprend mieux ainsi à cet âge tardif féminin , ce besoin pressant de faire des bébés. Là ou Pike se refermait à cette idée, Vina était beaucoup plus consentante. Elle ne pouvait pas  que ce contenter d'une vie à deux pour combler son effroyable solitude. Elle en voulait plus, bien plus. Une chose que Pike peut être pas mûr pour cela,  ne pouvait lui donner. Leur amour était ainsi condamné: Le coup de foudre serait passé , le jeu de la séduction aurait perdu de son attrait, la vie de couple aurait finit par être  ennuyeuse à la longue et quand au  sexe ? Comme le chanter Gainsbourg : " L'amour physique n'est elle pas sans issue " .

Mais la finalité de la vie de couple ne serait conclure inévitablement par la formation d'une famille & c'est là que la révélation du vrai visage de Vina touche à des questions beaucoup plus profondes que la procréation.Elles sont plutôt troubles : Celle des choses que nous nous cachons à nous même. Aimer une personne, vivre avec elle revient à prendre le risque de souffrir : La voir vieillir , malade, blessée , mutilée, ressentir sa douleur : La peur de perdre l'être aimé mise en evidence.. la fin inéductable de la vie amoureuse et les peurs qu'elle engendre
Toute cette souffrance et cette peur sont contenues sur le visage réel de Vina..Ce que nous voyons sur elle, toutes ses calamités physiques, Ce sont celles qui  peuvent ou vont inévitablement affecté nos êtres aimés

vina_illusion1.jpg
The Cage :Aimer une personne pour la vie, c'est accepter l'inévitable et dépasser cette peur de la voir vieillir, souffrir ... mourir ..   

Donc bien plus que l'idée de fonder une famille, c'est peut être bien cette peur inconsciente qui fait que  Christopher Pike passe à côté de la femme de sa vie.. "Rendez lui l'illusion de la beauté et bien plus encore".. Vina emportant l'illusion de Pike , c'est peut être bien Pike qui lui laisse son coeur ici.. Et lui partir, de nouveau parcourir les étoiles d'aventure en aventure , de rencontre en rencontre.. Mais son coeur est resté toujours là bas sur Talos IV.
Ainsi se concluerait The Cage sur une histoire d'amour manquée à cause d'un mauvais timing biologique et sentimentale..
Nous  noterons tout de même  que le théme d' Alexander Courage devait être accompagné de Lyrics, certes sirupeuses , écrite par Gene Roddenberry ,évoquant l'histoire d'amour de The Cage ou une femme amoureuse parle de son amour parti pour une randonnée des étoiles, espérant le voir revenir un jour sans trop y croire..

Ce qui sera effectivement le cas quelques dizaines d'années plus tard dans The Menagerie.. Mais ceci est une autre histoire... d'amour , mais celle ci se finit plutôt bien.
Car même en amour , Star Trek  ne croit au no win scénario.  wink


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#12 07-05-2014 16:01:29

Warp 9
vétéran

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Comparer Pike et Bat-Nolan-Man..... Non mais on nage dans les comparaisons "pittoresques" avec Buckaroo..... Ce sera quoi la semaine prochaine? Les Tribbles sont les pokémons du trekverse?..... lol!


“On vit à une époque ou l'on tend à ignorer, voir renier les actions progressistes d'hier dans le but de véhiculer l'idée fictive & dangereuse que nous vivons dans un monde pourris par la haine. Si même Star Trek, la franchise la plus progressiste qui soit, ne peut pas prendre ses distance face à cette ré-criture de la culture populaire & de l'Histoire je crains sérieusement pour l'avenir."

Hors ligne

#13 07-05-2014 16:58:15

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Tout ce que je disais c'est qu'aujourd'hui : The Cage aurait eut le succès et aurait été mieux compris qu'à son époque..
Le ton hyper sérieux, les couleurs monochromes , le héros qui questionne sa condition..
Nolan n' a rien inventé , pas plus que Roddenberry..
C'était quoi Batman à l'écran avant Nolan :
George-Clooney-Bashes-Batman-Robin.jpg
la gaudriole , le farfelu.
C'était quoi le space opéra avant Roddenberry :
lost-in-space-tv-show.jpg

Je suis un fan de TOS le vrai Kirk , Spock, Bones et je sais tout de même reconnaître son côté "campy" & ses délires psychotroniques.. & surtout son humour ( tout comme les Batman:Nolan , The Cage en est déporvu )
En comparaison, Oui The Cage fait vraiment du Nolan.. Je prenais un exemple de notre époque.. Hier j'aurai sans doute comparer The Cage entre Kubrick & Irwin Allen..
Idées tout aussi pittoresque , je te l'accorde. wink

PS: Je trouve même The Cage beaucoup plus sérieux & adulte que Forbidden Planet, le modèle avoué & film pourtant culte à mes yeux.. Absence de Robbie le robot, le cuistot à la recherche de niole ect.. Altaira c'est une histoire de passage à l'âge adulte,un éveil à la sexualité.. Vina , elle est déjà adulte & sa sexualité est mature.


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#14 07-05-2014 17:20:03

scorpius
Nowhere Man

Re : ST TOS 00x01 The Cage

(HS)

Buckaroo a écrit :

C'était quoi Batman à l'écran avant Nolan :

Flash required

Juste histoire de remettre les choses à leurs places hmm
Avec cette seule séquence, sans le moindre dialogue, Burton te dit tout ce que tu as besoin de savoir sur Bruce Wayne : du rapport qu'il entretient avec son alter-égo, en passant par son lien avec la ville qu'il protége.
En usant uniquement de l'image Burton saisit totalement le personnage love

"C'était quoi Batman à l'écran avant Nolan ?"
Ben c'était vachement mieux, amha.


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#15 08-05-2014 01:33:55

matou
modérateur

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Batman avant Nolan c'est du comics adapté.
Batman par Nolan c'st un film qui questionne son matériaux d'origine.

Hors ligne

#16 20-09-2016 20:02:44

IMZADI
Memory Alpha

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Pour ceux qui sont abonnés à Netflix. Voyez en exclusivité la VF officielle faite par la chaine.

Merci à Netflix. Et soyez indulgents sur certains termes de traduction. On a enfin une chaîne qui sûrement contribuer à Star Trek en France


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#17 21-09-2016 11:45:32

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Bonne initiative , si Netfix pouvait le faire pour les autres épisodes TOS ..
Eliminer cette affreuse VF Québécoise une bonne fois pour toute .. & le fossé qui sépare la France et Star Trek serait enfin comblé.


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#18 22-09-2016 10:36:39

IMZADI
Memory Alpha

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Qui chez les abonnés aurait l'amabilité (pour pas dire le courage) de me faire une petite liste des noms de comédiens de doublage et de répertorier les traductions "décalées" ?, par exemple selon un 1er retour "orion slave girl" serait traduit "esclave de couleur jade"  rolleyes

Dernière modification par IMZADI (22-09-2016 10:37:23)


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#19 22-09-2016 13:11:24

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Non mais , ils ont engagé un traducteur Québécois ou quoi ?!!??

Tiens au passage, si quelqu'un de Netfix voit ce message ..Contactez moi , je vous ferai une meilleure traduction Française de la Série Originale pour une bouchée de pain comparé au traducteur Québécois.
Quitte à que je vous fasse ça gratis.. Il faut en finir avec la version Québécoise une bonne fois pour toute .. batleth

Orion Slave Girl .. esclave couleur de jade ?!!!!??? Non mais dés fois .. Fille esclave d'orion , c'est simple et c'est ça que ça veut dire ...

A noter que ça reste un problème réccurent, même les VF des STKelvin s'appuie encore sur la version Québécoise..
Ca craint pour la prochaine série ..


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#20 22-09-2016 20:33:59

ussperseus
Touriste du PSTF

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Tiens c'est curieux qu'une traduction récente ne prenne pas en compte les progrès fait autour de la VF de TNG, DS9 et VOYAGER. Les termes techniques sont issus des traductions des romans fleuve noir et sont de bonnes qualités. La version française en elle-même n'est pas toujours au top mais il y a quand même un gouffre entre celles-ci et les horreurs faites pour la série originale. Je m'associe à Buck sur le coup, pour Discovery, je veux une traduction de qualité, avec des termes techniques de qualité (je veux plus de MAC 5, d'hyper atomique, de computer et autre télétransporteur!!!!!!).


"Si tu vois un cochon dans un arbre, dis-toi bien qu'il est fou!"

Hors ligne

#21 23-09-2016 12:14:37

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Je suis d'accord avec toi ussperseus .. Les traductions des séries Berman sont tout à fait acceptable ..
Le PSTF se met en marche pour eviter les "esclaves de couleurs jade" et autre "coéfficient espace temps" qui n'ont rien à voir avec le sens premier des termes ..

Trekkers Francophones , je vous prépare un thème à ce sujet pour la semaine prochaine..
Entendons nous bien sur les termes à employer en Français.. Ca fait des lustres que je ne regarde plus Star Trek en VF ..Votre aide ne serait  pas de refus..


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#22 16-11-2017 09:37:17

Amiboshi
membre

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Bonjour à tous,

Étant donné qu'il n'y a pas de section de présentation je me présente rapidement, ne serai-ce que pour contextualiser mon point de vue notamment sur cet épisode qui ne m'a pas laissé indifférent (loin de la !).   

Alors, déjà je n'ai pris contact avec l'univers de Star Trek que depuis environ 1 an et demi. Bien qu'étant passionné de SF depuis ma plus tendre enfance, Star Trek m'était complétement étranger, pas du tout de ma génération (je suis né 25 ans après The Cage a peu près à l'époque de Locutus de Borg smile) je n'en connaissais que les clichés des inconnus. Cet univers à fini par éveillé ma curiosité à mesure que je développer ma culture SF, l'aspect utopique, philosophique, exploratoire et sociologique de la série avait l'air de "matcher" avec ce que je recherche en grande partie dans la SF, mais l'ampleur de la saga et ma méconnaissance alors total de celle-ci faisait que je n'osais alors pas sauter le pas. Et c'est lors d'une soirée film entre amis que j'ai vu les 2 premiers films de JJ Abrams. Le premier bien que complément crétin et creux avait le mérite d'être flatteur et divertissant, j'ai par contre absolument détester Into Darkness (le peu que je savais alors de Star Trek me suffisait à me dire qu'il devait s'agir d'une trahison honteuse, je n'avais pas tord no). Into Darkness à par contre eu paradoxalement un grand mérite pour moi, je me DEVAIS dès lors voir le "vrai" Star Trek lol.

J'ai alors commencer des recherches sur internet pour savoir par quelle série je devais commencer (c'est à ce moment que j'ai commencer à être lecteur assidu de ce forum). J'ai choisi TNG qui me semblait un bon compromis entre le côté accessible (TOS était hors de question car je ne voulais pas nous - ma petite amie et moi - rebuter pour des questions de formes), et le côté proche du matériau d'origine. Et la dès le pilote ce fut le gros gros coup de foudre pour nous deux, une grande aventure avait débuter big_smile. On a du ce faire la première saison en a peine plus d'un week end complétement aspirés par l'univers baroque, idéaliste, fantasmagorique et cérébral de la série bien aidé en cela par notre guide Jean-Luc Picard bowing. Bref, on est tous les deux devenu complément fana, on a rapidement vu toutes les épisodes (plusieurs fois pour certains) et tous les films de TNG dans un enthousiasme grisant. Après on a commencer à picorer un peu DS9, les deux premières saisons, et une demi-saison de Voyager. Et puis j'ai décidé sous les bons conseil du forum de me faire (plutôt en solo, ma dulcinée étant resté au 24eme siècle lol) un visionnage chronologique de la saga à commencer par Enterprise donc, que j'ai terminé hier soir. Merci Yrad d'ailleurs qui m'a permis de prendre cette série par le bon bout je pense, car bien que pas réfractaire, je n'étais pas convaincu (certainement pour des problèmes de formes en grande parti mais pas que). J'ai fini par adhérer et avoir une grosse sympathie pour ce préquel, au point de m'attacher à son générique pourtant dégueulasse lol 

Ce matin après une petite insomnie, je tombe du lit à 5 heure du matin encore groggy de mon sommeil perturber (certainement par le ending de Enterprise mais c'est un autre sujet grin). J’engloutis mon petit déjeuner en entament ce voyage que je me devais de faire mais que j’appréhendai avec TOS, et donc l'épisode qui nous intéresse aujourd'hui : The Cage !

ET BORDEL J'ETAIS PAS PRET POUR CA yikes

Alors, le début j'aime ! Le générique et sa musique si... baroque / d'un autre temps / génial ? La discussion entre Pike et le docteur excellent, les transitions disons hummm... chelou ? c'est fun, voir la jeune Majel Barret ça fait plaisir j'ai un peu l'impression de voir un film sur la jeunesse d'une vielle tante mryellow . Je suis dépayser mais dans le bon sens du terme.

Et la, accident !

La phrase ou Pike envoie promener la jeune (splendide au demeurant) enseigne en expliquant avec mépris à sa n°1 qu'il à du mal à supporter la présence de femmes sur la passerelle, "même si elle c'est différent"... Je pense que si Pike était sorti de l’écran pour me mettre un gros coup de boule sa m'aurait fait à peu près le même effet. Ça vous parait peut être complétement anodin mais sa m'a très brutalement sorti de l'histoire, au point que je tournais cette phrase - que je trouve d'une violence inouï - dans ma tête pendant la moitié de l'épisode, et que je n'ai pas pu avoir la moindre sympathie ni empathie pour Pike pendant tout l'épisode. Un peu comme si Picard disait à LaForge qu'il à du mal à tolérer la présence d'un negro dans sa salle des machines (!!!!). Comment un capitaine de la Fédération du 23ème siècle peut-il dire une chose pareil ? Alors je sais qu'il faut contextualiser l’œuvre dans son époque etc... mais d'un point de vue internaliste, une telle réplique est presque injustifiable à mes yeux. Surtout que le traitement des autres personnages féminin dans le reste de l'épisode m'a laissé pour le moins... perplexe. Pas uniquement de façon négative, car d'une certaine façon le traitement très... disons old school... de ses personnages fait ressortir le côte "émancipé" de Majel et de l'enseigne. Même si le fait que toutes les femmes soit visiblement toutes attirées en secret par Pike... rolleyes

Bref, en dépit de cela le développement des talosiens est extrêmement intéressant, j'ai beaucoup aimé l'ouverture de Pike à la fin de l'épisode et l’ambiguïté morale des talosiens. A travers la cage de Pike, c'est la cage mental que les humains bâtissent eux même autour d'eux qui est à l'étude en filigrane de ce conte érotisant. Le final est grandiose et troublant lorsque toutes les illusions sont révéler et que les masques tombent. Le personnage de Vina prend alors toute son ampleur dramatique la propulsant en antithèse symbolique de Pike. Cette épisode est une fable allégorique à plusieurs niveau de lecture qui ma vraiment déstabiliser et demandera revisionnage, car à sa sortie je me suis senti comme sortant d'un rêve étrange. Place à Kirk maintenant, je compte sur Spock pour me tenir la main comme la fait Picard avant lui dans ce strange new world salute!

8/10

Dernière modification par Amiboshi (16-11-2017 09:43:58)

Hors ligne

#23 16-11-2017 10:59:12

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Amiboshi a écrit :

Étant donné qu'il n'y a pas de section de présentation je me présente rapidement, ne serai-ce que pour contextualiser mon point de vue notamment sur cet épisode qui ne m'a pas laissé indifférent (loin de la !).

En fait il y en a bien un, mais il est bien planqué : http://forums.startrek-fr.net/viewtopic.php?id=619&p=31 big_smile

Amiboshi a écrit :

Le premier bien que complément crétin et creux avait le mérite d'être flatteur et divertissant, j'ai par contre absolument détester Into Darkness (le peu que je savais alors de Star Trek me suffisait à me dire qu'il devait s'agir d'une trahison honteuse, je n'avais pas tord no). Into Darkness à par contre eu paradoxalement un grand mérite pour moi, je me DEVAIS dès lors voir le "vrai" Star Trek lol.

Tu a un parcours très atypique, et très intéressant. Je suis sûr que tu apportera une sensibilité différente qui sera très enrichissante pour la diversité de ce forum smile

Amiboshi a écrit :

Et la, accident !

La phrase ou Pike envoie promener la jeune (splendide au demeurant) enseigne en expliquant avec mépris à sa n°1 qu'il à du mal à supporter la présence de femmes sur la passerelle, "même si elle c'est différent"...

Amiboshi a écrit :

Alors je sais qu'il faut contextualiser l’œuvre dans son époque etc... mais d'un point de vue internaliste, une telle réplique est presque injustifiable à mes yeux.

Eh oui ! Si la série originale était très en avance sur son époque sur la représentation des personnages féminins, elle est malheureusement très datée aujourd'hui à ce sujet là (bien qu'encore d'actualité sur d'autres sujets). Si tu es sensible à ce genre de choses, attends toi à d'autres "coups de boules" dans la suite. C'est un défaut de TOS, un défaut compensé par d'innombrables qualités, mais un défaut quand même.

Quand tu imagines que ce pilote avait été refusé car jugé trop progressiste, ça met en perspective l'exécrable mentalité de l'époque.

Toutefois, pour bien se rendre compte à quel point The Cage, et TOS par la suite ont été totalement révolutionnaires, le mieux c'est de revoir le film Forbidden Planet. Si en terme de SF pure, ce film est un vrai bijou, par contre en terme de traitement des du personnages féminins il est le parangon de l’abominable misogynie de son époque. C'est en comparant avec ce film (et avec la série batman des années 60, ainsi que Cosmos 1999 éventuellement pour pousser un peu plus la comparaison sociologique) que tu verra à quel point TOS et particulièrement The Cage étaient un brutal coup de pied féministe dans la fourmilière du machisme des années 50/60 (et même 70/80 par anticipation).
Malgré tous leurs efforts et leur bonne volonté, les auteurs successifs de TOS ont baigné dans cette culture là, il y a donc forcément des restes.

Moi je comprends cette phrase comme une tentative de compromission, une concession nécessaire pour faire passer la pilule de la présence d'une femme officier en second. Un moyen de dire "ok ça vous choque, mais le capitaine un peu aussi donc rassurez vous  on se met un peu à votre place". Ouais je sais, c'est triste. En plus ça n'a pas marché, et pour la suite, la série a été obligée de faire beaucoup plus de compromis.

Ça faisait un moment que je voulais aborder ce sujet, et je suis content que ton intervention donne l'occasion de s'y lancer. Parce qu'effectivement entre fans on loue souvent à grand cris le progressisme de TOS (qui est réel, et majeur), mais on en explore rarement les limites, peut être parce ce qu'on aime trop ce qu'elle représente pour avoir envie de les voir.

En tout cas, je te souhaite grandement la bienvenue sur ce forum, et j'ai hâte de lire tes avis sur d'autres épisodes ! salute

Dernière modification par DrAg0r (16-11-2017 11:19:40)


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#24 16-11-2017 11:13:32

mypreciousnico
_________

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Bonjour Amiboshi et bienvenue ici smile
Très intéressant parcours de Trekker et très intéressant retours sur The Cage.

Amiboshi a écrit :

(...)je me DEVAIS dès lors voir le "vrai" Star Trek lol.

Je connais ça, ce besoin de comprendre ce qui fait vibrer tant de gens et d’où viens ce film que l'on viens de voir et qui fait partie d'un tout beaucoup plus vaste. C’est pour cette raison, après avoir vu (et aimé en l'occurence) ST Premier Contact que j'ai ressenti le besoin impérieux de mater le reste de la saga.

Amiboshi a écrit :

au point de m'attacher à son générique pourtant dégueulasse lol

Je crois que je fait partie des rares, mais j'adore le générique de ENT. la chanson bof bof, mais le générique...

Amiboshi a écrit :

La phrase ou Pike envoie promener la jeune (splendide au demeurant) enseigne en expliquant avec mépris à sa n°1 qu'il à du mal à supporter la présence de femmes sur la passerelle,(...)comme si Picard disait à LaForge qu'il à du mal à tolérer la présence d'un negro dans sa salle des machines (!!!!). Comment un capitaine de la Fédération du 23ème siècle peut-il dire une chose pareil ? Alors je sais qu'il faut contextualiser l’œuvre dans son époque etc...

Oui, c’est purement le contexte de l'époque hélas. Dans le même ordre d'idée James Bond contre Dr No est pas mal raciste ("ramasse mes chaussures !").
À côté de ça nous avons un premier officier féminin.

Hors ligne

#25 16-11-2017 13:29:28

Amiboshi
membre

Re : ST TOS 00x01 The Cage

Merci de votre accueil grin

DrAg0r a écrit :

En fait il y en a bien un, mais il est bien planqué : http://forums.startrek-fr.net/viewtopic.php?id=619&p=31 big_smile

OK merci je ne l'avais pas vu, j'irai me présenter

DrAg0r a écrit :

Si tu es sensible à ce genre de choses, attends toi à d'autres "coups de boules" dans la suite. C'est un défaut de TOS, un défaut compensé par d'innombrables qualités, mais un défaut quand même [...] Toutefois, pour bien se rendre compte à quel point The Cage, et TOS par la suite ont été totalement révolutionnaires, le mieux c'est de revoir le film Forbidden Planet. Si en terme de SF pure, ce film est un vrai bijou, par contre en terme de traitement des du personnages féminins il est le parangon de l’abominable misogynie de son époque. C'est en comparant avec ce film [...] que tu verra à quel point TOS et particulièrement The Cage étaient un brutal coup de pied féministe dans la fourmilière du machisme des années 50/60 (et même 70/80 par anticipation).
Malgré tous leurs efforts et leur bonne volonté, les auteurs successifs de TOS ont baigné dans cette culture là, il y a donc forcément des restes. .

Moi je comprends cette phrase comme une tentative de compromission, une concession nécessaire pour faire passer la pilule de la présence d'une femme officier en second. Un moyen de dire "ok ça vous choque, mais le capitaine un peu aussi donc rassurez vous  on se met un peu à votre place". Ouais je sais, c'est triste. En plus ça n'a pas marché, et pour la suite, la série a été obligée de faire beaucoup plus de compromis.

Oui je m'y attend un peu à d'autres "coups de boule" hmm, c'est en fait même un double coup de boule pour moi :

- Point de vu externaliste (celui que tu évoque) qui est le point de vue social et historique des USA dans les années 60. C'est une réaction épidermique et directement lié a mes convictions personnelles et au fait que je n'ai jamais connu de près ou de loin cette époque. Donc bien sur il faut ce replacer dans le contexte de production de l'époque et je ne crois pas une seconde que Roddenberry soit un horrible misogyne bien au contraire. Après réflexion j'adhère complétement à ta théorie "compromission", surtout lorsque l'on sais que la production à refuser que le n°1 soit une femme pour la série.  Je trouve qu'une autre scène en dis long dans le jeu des acteurs c'est la scène ou Majel brief l'équipe. Majel n'a pas l'air une seconde de croire en ce qu'elle dit, et le micro silence après qu'elle ai donné ces instructions avec le regard des acteurs... Je sais pas j'ai eu l'impression que y'a un petit malaise, que même les acteurs on trouvé cette scène bizarre. Mais du coup ce genre de perception remet en perspective ce qu'avoir un n°1 féminin pouvait justement signifié en 1964. Mais du coup je sort du point de vue internaliste qui est quand même celui qui m’intéresse le plus. Triste que Majel ne garde pas ce rôle, j'aimais beaucoup son personnage...     

- Point de vu internaliste qui est le point vue narratif de la Fédération du 23ème siècle. Et la c'est un problème de cohérence dans la chronologie de l’œuvre et de suspension d'incrédulité. Il est très difficile de croire qu'entre Archer et Picard parangons de la tolérance et du respect,  il y est ce Pike affreusement mysogine dans l'indifférence total de son équipage. Alors je veux bien croire aux théories de Yrad (vu dans le forum ST ENT) sur l'influence d'Orion sur l'UFP au 23ème siècle, mais même la j'y crois pas trop hmm

Cela dit je voudrai vraiment passer outre (même si cela risque d'être difficile) parce que la richesse de The Cage est indéniable et donne vraiment envie de voir la suite.

mypreciousnico a écrit :

Je crois que je fait partie des rares, mais j'adore le générique de ENT. la chanson bof bof, mais le générique...

Oui  c'est vrai c'est surtout la musique suicide , le générique en lui même est sympa et raccord avec le thème de la série (ça vaut largement pas celui de TNG quand même).

Hors ligne

Pied de page des forums