ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#26 23-09-2011 19:00:37

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Dernières séries visionnées

Friends? Au lieu de dire , c'est nul.. Je préféres dire : Je n'ai jamais aimé.. Jamais accroché à l'humour, jamais accroché aux personnages et encore moins aux acteurs.

That's 70 Show, ça c'était de la balle!!..  Je rejoint Mypreciousnico là dessus.. En plus c'était une série qui faisait hurler de rire ma grand-mère récémment décédé..Revoir ce show me fait immédiatement penser à elle.

yrad a écrit :

Toutes les séries TV auxquelles a contribué Brannon Braga sont des références d'excellence : Threshold, et Flashforward. Il est donc permis d'être très optimiste pour Terra Nova...

Elles se sont toute même planté.. Une énième invasion extraterrestre , un énième Lost... Franchement , je le sens mieux dans ce coup là: Avatar meets Jurrasik Park, ça me donne  vraiment envie.

Ne t'inquiètes pas je me suis reconcilié avec  Brannon Braga. j'ai reconnu mes erreurs, lui les siennes.. On regardera Terra Nova sans préjugés. smile

Scorpius a écrit :

Non moi ma sitcom c'est Mon Oncle Charlie

Idem ! c'est ma sitcom du moment.. Dommage que Charlie Sheen ait pété un câble.. Bon après 8 saisons dans la peau de Charlie Harper, c'est un peu normal.   

kirk a écrit :

Une série qu'il faut revoir ABSOLUMENT : Marié - deux enfants... et j'en connais des Al Bundy

Nuff' said ! lol  j'adore aussi ce show.. On parle beacoup en ce moment de Modern Family avec Ed o'Neil ( Al Bundy ) là dedans.. Est ce drôle ? Quelqu"un connaît?


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#27 23-09-2011 19:46:27

KIRK
Uniformisation

Re : Dernières séries visionnées

Une famille comme ça ? c'est simple : je me casse ou je les tues ... non rectificatif : je les tues et je me casse lol

Dernière modification par KIRK (23-09-2011 19:52:29)

Hors ligne

#28 23-09-2011 19:53:05

yrad
admin

Re : Dernières séries visionnées

Buckaroo a écrit :

Elles se sont toute même planté..

Et alors ? Les plus beaux joyeux de la culture séries, tu les trouves parmi les victimes des lois du marché...

Buckaroo a écrit :

Une énième invasion extraterrestre

Tu sais, il y a eu beaucoup de chef d'œuvres depuis The War Of The Worlds 1953...
L'originalité de Threshold résidait dans le mode d'invasion (s'inspirant d'un épisode de l'excellente The Outer Limits 1995) et dans la structure narrative (d'une efficacité record).
La même année (2005-2006), il y eut une autre pépite (annulée elle aussi hélas) : Invasion, véritable version série de Invasion Of The Body Snatchers 1956 (mais beaucoup plus ambivalente ontologiquement).

Buckaroo a écrit :

un énième Lost...

Flashforward n'avait rien à voir avec Lost. La série de JJ était un foutage de gueule, alors celle de Brannon était un vertige. Le seul "point commun" (si on veut) entre les deux séries fut de bénéficier des mêmes campagnes de pub (ce qui a peut-être contribué à tuer Threshold par l'induction de comparaisons malvenues).

Buckaroo a écrit :

Franchement , je le sens mieux dans ce coup là: Avatar meets Jurrasik Park, ça me donne  vraiment envie.

Cette "rencontre" aurait plutôt de quoi me faire fuir (étant donné que je n'aime ni l'un ni l'autre)… roll
Mais je place toute ma confiance en Braga qui ne m'a jamais déçu ! smile

Buckaroo a écrit :

Ne t'inquiètes pas je me suis reconcilié avec  Brannon Braga. j'ai reconnu mes erreurs, lui les siennes.. On regardera Terra Nova sans préjugés. smile

Braga n'a vraiment pas commis beaucoup d'erreur en tant qu'auteur. Quelques très rares épisodes foireux peut-être, mais c'est infinitésimal au regard du nombre...
Son seul tort est de perpétuellement s'excuser devant les trekkers, alors qu'il ne doit strictement rien à cette communauté (enfin si, beaucoup de malhonnêteté intellectuelle et des calomnies à gogo).

Buckaroo a écrit :

On parle beacoup en ce moment de Modern Family avec Ed o'Neil ( Al Bundy ) là dedans.. Est ce drôle ? Quelqu"un connaît?

Oui, je connais bien. Je suis toujours à la recherche du fond (pas mal de clichés...), mais pour le reste, c'est un show brillant. Sa première force réside dans l'écriture pure. Les dialogues sont incisifs, et la structure narrative emprunte aux chefs d'œuvre Malcolm In the Middle et The Office 2001.
Il faut dire que Modern Family a été développée et majoritairement écrite par Christopher Lloyd & Steven Levitan qui sont des vétérans de certaines des meilleures sitcoms de l'histoire américaine (Frasier, Wings, Just Shoot Me!...).


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#29 23-09-2011 20:09:14

scorpius
Nowhere Man

Re : Dernières séries visionnées

l'une des différences entre Flashforward et Lost est que Braga nous donne en une saison
plus de reponse que Lost en trois néanmoins les deux series ont beaucoup de point commun
d'un point de vus narratif : un grand mystére les flashforward à la place des flashback une scéne d'ouverture traumatisante
Quand à Thershold cette serie m'a laisser un bon souvenir avec un Peter Dinklage comme d'hab'
imperial

Dernière modification par scorpius (23-09-2011 23:25:14)


SIRmZIH.gif

Hors ligne

#30 23-09-2011 20:10:23

KIRK
Uniformisation

Re : Dernières séries visionnées

yrad a écrit :

L'originalité de Threshold résidait dans le mode d'invasion (s'inspirant d'un épisode de l'excellente The Outer Limits 1995) et dans la structure narrative (d'une efficacité record).
La même année (2005-2006), il y eut une autre pépite (annulée elle aussi hélas) : Invasion, véritable version série de Invasion Of The Body Snatchers 1956 (mais beaucoup plus ambivalente ontologiquement).

J'abonde dans ton sens concernant ces 2 séries que j'ai découvertes il y a peu et trop rapidement supprimées hmm

En parlant de série je vais me mater la mini série la menace Andromède tirée du film éponyme de Robert Wise de 1971 (le réalisateur de ST TMP mais faut'il encore le rappeler ) smile

Dernière modification par KIRK (23-09-2011 20:15:09)

Hors ligne

#31 23-09-2011 20:46:29

yrad
admin

Re : Dernières séries visionnées

scorpius a écrit :

l'une des différences entre Flashforward et Lost est que Braga nous donne en une saison
plus de reponse que Lost en trois néanmoins les deux series ont beaucoup de point commun
d'un point de vus narratif : un grand mystére les flashforward à la place des flashback une scéne d'ouverture traumatisante

Je dirais même que Flashforward fournit davantage de réponses durant ses douze premiers épisodes que Lost durant ses six saisons. lol
Et c'est entre autres par ça que les structures narratives des deux séries divergent radicalement : Lost est construite sur une mystification permanente (par strates dynamiques), alors que Flashforward s'attèle d'emblée à résoudre un puzzle préétabli.
En outre, les flash-backs (puis les flash-forwards) de Lost n'occupent pas du tout la même fonction que les flash-forwards de la série éponyme. Dans le premier cas, il s'agit de remplir le vide narratif du présent (sur l'île) en multipliant les révélations spectaculaires passées (puis futures) sur les personnages ; dans le second cas, il s'agit d'un décryptage quasi-onirique que le spectateur partage en temps réel avec les personnages (au fond à la manière des excellentes séries Dead Zone de Michael Piller et Medium de Glenn Gordon Caron / Robert Doherty / René Echevarria).
Quant à l'existence d'un "grand mystère", il en faut tout de même un peu plus pour parler de "point commun", car la plupart des séries de SF (surtout feuilletonnantes à fils rouges) y sont abonnées (il faut bien appâter en flux tendu les spectateurs à l'ère du zapping-roi).


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#32 23-09-2011 21:01:04

yrad
admin

Re : Dernières séries visionnées

KIRK a écrit :

En parlant de série je vais me mater la mini série la menace Andromède tirée du film éponyme de Robert Wise de 1971 (le réalisateur de ST TMP mais faut'il encore le rappeler ) smile

Alors bon courage. wink
Car autant la série Invasion réussissaient à enrichir significativement le propos de son mythique inspirateur de Don Siegel (sans oublier la valeur ajoutée des envoûtantes Everglades), autant la mini-série The Andromeda Strain est totalement indigne de son non moins mythique inspirateur de Robert Wise (et du roman de Michael Crichton).


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#33 23-09-2011 21:14:50

mypreciousnico
Who ?

Re : Dernières séries visionnées

Ouais, les ressemblances entre Flashforward et Lost c'est surtout de la pub pour vendre la série de Braga en capitalisant sur le fandom de Lost.

En réalité à l'exception d'une construction en mode "suspens à base de mystère", les deux séries sont complètements différentes.

J'ai adoré Flashforward, une série bien écrite, bien jouée, bien mise en scène, avec un réel plot accrocheur... une annulation qui m'a vraimment foutu les boules l'an dernier !


Quand à la minisérie "The Andromeda Strain", j'ai bien aimé pour ma part, bon suspens, qui ne prétend évidemment pas à jouer dans la même court que le film de Wise.

J'avoue bien aimer ce genre de minisérie, on y retrouve efficacité d'une série TV mais dans les strictes limites d'un nombre d'épisodes réduit et donc avec un début, un milieu et une fin. Dans le genre j'avais trouvé correct la minisérie "Impact" avec Natasha Henstridge, ou la lune menace de s'écraser sur la terre. Hautement improbable et pétri de contradictions scientifiquse (avec aussi un sacré paquet de clichés made in US) mais foutrement éfficace.

EDIT : Toujours en minisérie, je conseil vivement le visionnage de "The Lost room": http://en.wikipedia.org/wiki/The_Lost_Room

Dernière modification par mypreciousnico (23-09-2011 21:17:23)

Hors ligne

#34 23-09-2011 22:29:03

yrad
admin

Re : Dernières séries visionnées

mypreciousnico a écrit :

Ouais, les ressemblances entre Flashforward et Lost c'est surtout de la pub pour vendre la série de Braga en capitalisant sur le fandom de Lost.

Une pub qui aura été fatale à Flashforward, tant le public attendait un rip-off de Lost et n'y a rien trouvé de tel.
Je me souviens des commentaires sur les forums et blogs américains : les spectateurs s'indignaient que Flashforward leur ait "tout" expliqué au milieu de la première saison, convaincus alors que la série n'avait plus rien à relater.
Voilà d'ailleurs une parfaite illustration de la façon dont Lost a complètement "pourri" le public. Et Flashforward, comme toute bonne SF, en aura été victime.

mypreciousnico a écrit :

J'ai adoré Flashforward, une série bien écrite, bien jouée, bien mise en scène, avec un réel plot accrocheur... une annulation qui m'a vraimment foutu les boules l'an dernier !

Et "preuve" supplémentaire (lol) du gouffre qui sépare les deux séries : j'ai (moi aussi) adoré Flashforward alors que j'ai détesté Lost (pourtant de cinq ans son ainée). p

mypreciousnico a écrit :

Quand à la minisérie "The Andromeda Strain", j'ai bien aimé pour ma part, bon suspens, qui ne prétend évidemment pas à jouer dans la même court que le film de Wise.

Dans ce cas, à quoi "sert" cette minisérie ?
Dès lors qu'un remake n'apporte rien de nouveau ou d'utile par rapport à l'original, il perd largement sa raison d'être (sémantiquement et artistiquement).

mypreciousnico a écrit :

J'avoue bien aimer ce genre de minisérie, on y retrouve efficacité d'une série TV mais dans les strictes limites d'un nombre d'épisodes réduit et donc avec un début, un milieu et une fin.

Je suis d'accord avec la théorie. Mais dans les faits, les miniséries m'ont souvent déçu (à quelques exceptions notoires près – la plupart anglaises).
Je trouve davantage l'esprit téléfilm (chapitré certes) que l'esprit série dans les miniséries.

mypreciousnico a écrit :

Dans le genre j'avais trouvé correct la minisérie "Impact" avec Natasha Henstridge, ou la lune menace de s'écraser sur la terre. Hautement improbable et pétri de contradictions scientifiquse (avec aussi un sacré paquet de clichés made in US) mais foutrement éfficace.

Le portnawak scientifique (du moins par rapport à l'époque de prod), c'est assez rédhibitoire à mes yeux.

mypreciousnico a écrit :

Toujours en minisérie, je conseil vivement le visionnage de "The Lost room": http://en.wikipedia.org/wiki/The_Lost_Room

C'est à connaître effectivement. wink
Les premiers épisodes sont d'ailleurs excellents. Mais j'ai trouvé la fin assez pauvre, un peu mièvre, et finalement prévisible. Avec le sentiment mitigé que me laissent nombre de miniséries : "euh... tout ça pour ça ?!"


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#35 24-09-2011 02:47:21

mypreciousnico
Who ?

Re : Dernières séries visionnées

yrad a écrit :
mypreciousnico a écrit :

Ouais, les ressemblances entre Flashforward et Lost c'est surtout de la pub pour vendre la série de Braga en capitalisant sur le fandom de Lost.

Une pub qui aura été fatale à Flashforward, tant le public attendait un rip-off de Lost et n'y a rien trouvé de tel.
Je me souviens des commentaires sur les forums et blogs américains : les spectateurs s'indignaient que Flashforward leur ait "tout" expliqué au milieu de la première saison, convaincus alors que la série n'avait plus rien à relater.
Voilà d'ailleurs une parfaite illustration de la façon dont Lost a complètement "pourri" le public. Et Flashforward, comme toute bonne SF, en aura été victime.

Le fait est que cette promo autour du thème "Flashforward, le nouveau Lost" aura vraimment joué en défaveur du show c'est certain.
Moi même en découvrant Flashforward je me suis dit à un moment "rien à voir avec Lost". N'étant pas particulièrement attaché aux séries "a la manière de..." ça ne m'a pas dérangé.

Ce qui est con c'est que voila une série qui avait une identité propre, un vrai sujet passionnant et de sacrés bons acteur...sacrifiée en plein vol comme tant d'autre... Pour moi qui l'ai découvert en temps réel pour ainsi dire la sensation de foutage de gueule à été...cuisante !


yrad a écrit :
mypreciousnico a écrit :

J'ai adoré Flashforward, une série bien écrite, bien jouée, bien mise en scène, avec un réel plot accrocheur... une annulation qui m'a vraimment foutu les boules l'an dernier !

Et "preuve" supplémentaire (lol) du gouffre qui sépare les deux séries : j'ai (moi aussi) adoré Flashforward alors que j'ai détesté Lost (pourtant de cinq ans son ainée). p

Oui, et je regrette que l'on s'obstine à les comparer.
J'ai bien aimé les deux séries, pour des raisons différentes.

Je dois avouer préférer les thématiques de Flashforward, plus SF.

yrad a écrit :
mypreciousnico a écrit :

Quand à la minisérie "The Andromeda Strain", j'ai bien aimé pour ma part, bon suspens, qui ne prétend évidemment pas à jouer dans la même court que le film de Wise.

Dans ce cas, à quoi "sert" cette minisérie ?
Dès lors qu'un remake n'apporte rien de nouveau ou d'utile par rapport à l'original, il perd largement sa raison d'être (sémantiquement et artistiquement).

Le problème ne se pose pas comme ça pour ma part.
La minisérie n'a absolument rien en commun avec le film: ça n'est pas la même ambiance, pas les mêmes objectifs, pas la même manière de raconter.
J'ai aimé cette minisérie parce que c'était un bon suspens, bien raconté, que c'était prenant. Rien de plus au final, une minisérie prenante, avec des rebondissements bien amenés et jouée de manière convenable par des acteurs qu'on ne vois pas si souvent (benjamin bratt par exemple) dans des rôles d'importance.


yrad a écrit :
mypreciousnico a écrit :

J'avoue bien aimer ce genre de minisérie, on y retrouve efficacité d'une série TV mais dans les strictes limites d'un nombre d'épisodes réduit et donc avec un début, un milieu et une fin.

Je suis d'accord avec la théorie. Mais dans les faits, les miniséries m'ont souvent déçu (à quelques exceptions notoires près – la plupart anglaises).
Je trouve davantage l'esprit téléfilm (chapitré certes) que l'esprit série dans les miniséries.

Je suis assez d'accord que souvent c'est un esprit téléfilm qui surnage c'est vrai.
Ce que j'apprécie pour ma part c'ets que ça permet de porter à l'écran des histoires intéressantes en étant moins limité par un budget "cinéma". Je trouve que le format télévisuel en ce sens est propice à une certaine inventivité pour compenser un manque de moyen parfois flagrant (même si un peu moins visible maintenant avec des effets digitaux de plus en plus convaincant pour des budgets serrés)

Et dans le cas de "The Lost Room", on est clairement en face du série courte, une mini série. Le format série est bien exploité, avec une histoire à peu près logique, étalée sur un nombre restreint d'épisode.

yrad a écrit :
mypreciousnico a écrit :

Dans le genre j'avais trouvé correct la minisérie "Impact" avec Natasha Henstridge, ou la lune menace de s'écraser sur la terre. Hautement improbable et pétri de contradictions scientifiquse (avec aussi un sacré paquet de clichés made in US) mais foutrement éfficace.

Le portnawak scientifique (du moins par rapport à l'époque de prod), c'est assez rédhibitoire à mes yeux.

Pour ma part il faut que ça soit contrebalancé par d'autre éléments. Une œuvre qui n'a pas de consistance scientifique doit pouvoir m'épater par son intrigue, ses dialogues, ses personnages, sa photo...c'est vrai également pour un roman. Une histoire à chute sans intrigue peu m’intéresser si les personnages sont exceptionnels ou que le style est brillant. Un histoire à chute sans intrigue et aux personnages fades ne sera pas rattrapé par son seul style brillant

Le problème intervient donc quand l’œuvre devient portnawak sur trop de ces éléments: une intrigue prétexte, des acteurs au rabais avec des SFX pourri et un backgrounbd scientifique en papier et je ne suis plus client, même si le réalisateur est un grand artiste du plan séquence.

J'ai rencontré peu d’œuvres parfaites sur tous les points à la foi...je n'ai d’ailleurs pas d'exemple en tête sans réfléchir smile

Dans le cas de "Impact", j'ai aimé les acteurs et le pitch de base que j'ai trouvé accrocheur (ce genre de pitch je suis assez client d'ailleurs, et dans le genre film catastrophe, on a vu mieux mais on a aussi vu pire smile). Ici aussi une réalisation honnête, un bon sens du suspens. A contrario un scénario parfois brouillon et effectivement du portnawak scientifique et des clichés made in US...

yrad a écrit :
mypreciousnico a écrit :

Toujours en minisérie, je conseil vivement le visionnage de "The Lost room": http://en.wikipedia.org/wiki/The_Lost_Room

C'est à connaître effectivement. wink
Les premiers épisodes sont d'ailleurs excellents. Mais j'ai trouvé la fin assez pauvre, un peu mièvre, et finalement prévisible. Avec le sentiment mitigé que me laissent nombre de miniséries : "euh... tout ça pour ça ?!"

Oui, d'accord avec toi, la fin à tendance à s'enliser un peu dans le n'imp.
La faute m'est avis à la création de trop de portes de sortie pour une éventuelle suite.
La fin aurait méritée d'être plus...définitive. En l'état c'est une fin approximative, bancale et forcémment décevante...hors la déception est à la hauteur des espoirs que porte le pitch qui est ici passionnant selon moi.

A ma connaissance il n'y a d'ailleurs pas eu de suite et ça n’est pas prévu.

Mais ça reste une bonne minisérie, à découvrir smile

Dernière modification par mypreciousnico (24-09-2011 02:51:49)

Hors ligne

#36 24-09-2011 07:02:50

yrad
admin

Re : Dernières séries visionnées

mypreciousnico a écrit :

Le problème ne se pose pas comme ça pour ma part.
La minisérie n'a absolument rien en commun avec le film: ça n'est pas la même ambiance, pas les mêmes objectifs, pas la même manière de raconter.

Dans les deux cas, il s'agit tout de même de l'adaptation du même roman de Michael Crichton... donc au fond de la même histoire.
Les différences d'ambiance et de manière de raconter, c'est juste 37 ans d'écart.
Or si ces différences-là suffisent, cela implique alors que tout remake est en soi légitime, pourvu que suffisamment de temps se soit écoulé depuis l'original !

mypreciousnico a écrit :

Ce que j'apprécie pour ma part c'ets que ça permet de porter à l'écran des histoires intéressantes en étant moins limité par un budget "cinéma". Je trouve que le format télévisuel en ce sens est propice à une certaine inventivité pour compenser un manque de moyen parfois flagrant (même si un peu moins visible maintenant avec des effets digitaux de plus en plus convaincant pour des budgets serrés)

Ah mais l'argument de l'inventivité et de la créativité compensant des budgets limités, c'est précisément celui qui a révélé tout le génie des séries TV. Faisant de l'écriture et de l'interprétation leur pierre angulaire - à l'instar du théâtre.
Mais cela devient de moins en moins vrai avec l'essor hollywoodien de l'industrie des séries TV, qui disposent de plus en plus souvent des moyens du cinoche. Plus en en forme, et moins en fond.

Quant aux miniséries (avec le début, le milieu et la fin que tu prises), elles sont quasiment toujours pensées à la façon des téléfilms, mais simplement de téléfilms longs, en plusieurs parties.
Ce n'est pas du tout la construction narrative d'une série, qu'il s'agisse des stand alone (équivalent audiovisuel des nouvelles) ou des serials (work in progress réel ou simulé).

mypreciousnico a écrit :

Pour ma part il faut que ça soit contrebalancé par d'autre éléments. Une œuvre qui n'a pas de consistance scientifique doit pouvoir m'épater par son intrigue, ses dialogues, ses personnages, sa photo...c'est vrai également pour un roman. Une histoire à chute sans intrigue peu m’intéresser si les personnages sont exceptionnels ou que le style est brillant. Un histoire à chute sans intrigue et aux personnages fades ne sera pas rattrapé par son seul style brillant

Le problème intervient donc quand l’œuvre devient portnawak sur trop de ces éléments: une intrigue prétexte, des acteurs au rabais avec des SFX pourri et un backgrounbd scientifique en papier et je ne suis plus client, même si le réalisateur est un grand artiste du plan séquence.

J'ai rencontré peu d’œuvres parfaites sur tous les points à la foi...je n'ai d’ailleurs pas d'exemple en tête sans réfléchir smile

Bien entendu que la qualité d'une œuvre audiovisuelle est la conjonction d'innombrables facteurs. La perfection en tout point est rare. Alors faute de grives, on mange des merles.

Et effectivement, l'œuvre devient foireuse lorsqu'une "masse critique" (de défauts) finit par être atteinte.

Mais hors de toute "masse critique", il peut exister également des "facteurs limitant". Qui bien sûr varieront selon les spectateurs...

En ce qui me concerne, les principaux "facteurs limitant" se situeront généralement au niveau de l'histoire. Si l'histoire est (par ex.) incohérente (envers elle-même, envers son univers, envers les exigences de son genre...), tous les efforts déployés par ailleurs deviendront largement vains.
C'est comme pour une démonstration mathématique. 99% de la démonstration aura beau être superbe, il suffira d'une seule erreur pour que l'ensemble de la démonstration soit foireuse. 

mypreciousnico a écrit :

J'ai aimé cette minisérie parce que c'était un bon suspens, bien raconté, que c'était prenant. Rien de plus au final, une minisérie prenante, avec des rebondissements bien amenés et jouée de manière convenable par des acteurs qu'on ne vois pas si souvent (benjamin bratt par exemple) dans des rôles d'importance.
(...)
Dans le cas de "Impact", j'ai aimé les acteurs et le pitch de base que j'ai trouvé accrocheur (ce genre de pitch je suis assez client d'ailleurs, et dans le genre film catastrophe, on a vu mieux mais on a aussi vu pire smile). Ici aussi une réalisation honnête, un bon sens du suspens. A contrario un scénario parfois brouillon et effectivement du portnawak scientifique et des clichés made in US...

A mes yeux, ces "atouts"-là ne suffisent pas ! Toutes les productions contemporaines sont prenantes et accrocheuses ; elles ne franchiraient jamais le seuil de la production sinon !
Si l'efficacité du traitement et le professionnalisme des contributeurs sont des conditions suffisantes d'appréciation, alors il faut tout aimer et ne jamais critiquer quoi que ce soit. big_smile


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#37 24-09-2011 11:49:15

mypreciousnico
Who ?

Re : Dernières séries visionnées

yrad a écrit :
mypreciousnico a écrit :

Le problème ne se pose pas comme ça pour ma part.
La minisérie n'a absolument rien en commun avec le film: ça n'est pas la même ambiance, pas les mêmes objectifs, pas la même manière de raconter.

Dans les deux cas, il s'agit tout de même de l'adaptation du même roman de Michael Crichton... donc au fond de la même histoire.
Les différences d'ambiance et de manière de raconter, c'est juste 37 ans d'écart.
Or si ces différences-là suffisent, cela implique alors que tout remake est en soi légitime, pourvu que suffisamment de temps se soit écoulé depuis l'original !


Au delà de la différence de traitement du aux âges respectifs des versions, je dirais qu'il n'y a pas les mêmes objectif. Un traitement plus suspens/psychologique et un traitement plus suspens/action.

Effectivemment basé tous les 2 sur un roman de Crichton, les 2 films en font une lecture complètement différente. il est aussi la l'intérêt finalement. Au delà du pur divertissement (qui est quand même, soyons honnête, le principal attrait de la version récente), on tiens deux lectures d'une même œuvre qui ne sont en réalité pas comparables au delà d'un pitch de base semblable.

Même artistiquement les deux œuvres ne peuvent pas se comparer: on a d'un côté un film en scope, pensé en scope avec les objectifs d'une vrai film de cinéma, mis en scéne pas un excellent cinéaste. De l'autre une minisérie avec les méthodes et l’efficacité série au service d'un divertissement probablement moins artistique mais plus moderne, avec des objectifs clairement plus immédiats puisque conçu pour une diffusion télévisuelle.


yrad a écrit :
mypreciousnico a écrit :

Ce que j'apprécie pour ma part c'ets que ça permet de porter à l'écran des histoires intéressantes en étant moins limité par un budget "cinéma". Je trouve que le format télévisuel en ce sens est propice à une certaine inventivité pour compenser un manque de moyen parfois flagrant (même si un peu moins visible maintenant avec des effets digitaux de plus en plus convaincant pour des budgets serrés)

Ah mais l'argument de l'inventivité et de la créativité compensant des budgets limités, c'est précisément celui qui a révélé tout le génie des séries TV. Faisant de l'écriture et de l'interprétation leur pierre angulaire - à l'instar du théâtre.
Mais cela devient de moins en moins vrai avec l'essor hollywoodien de l'industrie des séries TV, qui disposent de plus en plus souvent des moyens du cinoche. Plus en en forme, et moins en fond.

C'est assez exact, le budget sont de plus en plus gros (on parlait de Terra Nova: son budget est assez faramineux et la rapproche presque d'un blocbuster). Mais des séries comme Flashforward dont on parlais ou plus récemment "Wilfred" dont j'ai entendu beaucoup de bien ne sont pourtant pas basés sur du spectaculaire à tout pris. on privilégie une stratégie d'écriture de qualité.

Les séries que je préfère ont souvent tendance à compenser un certain minimalisme dans les décors par une réal plus serrée, une certaine inventivité dans la gestion de l'espace ou un rythme jamais pris en défaut: c'était le cas de la première saison de 24 par exemple (les suivantes aussi du reste, mais moins ais-je trouvé), avec ces quelques vagues décors et sa réal musclée.

On parlait des sitcom: voila bien un style qui se rapproche largement plus du théâtre filmé que du cinéma et qui ne brille pas en général par des décors particulièrement somptueux ou de la 3D omniprésente.

Si tu veut mon avis, ça n’est pas le cinéma qui envahis la série TV, mais la série TV qui se retrouve sur grand écran: méthode d'écriture, gestion de l'espace et de la caméra, notions de suspens sérialisé...

yrad a écrit :

Quant aux miniséries (avec le début, le milieu et la fin que tu prises), elles sont quasiment toujours pensées à la façon des téléfilms, mais simplement de téléfilms longs, en plusieurs parties.
Ce n'est pas du tout la construction narrative d'une série, qu'il s'agisse des stand alone (équivalent audiovisuel des nouvelles) ou des serials (work in progress réel ou simulé).

Oui assez souvent il est vrai smile

yrad a écrit :
mypreciousnico a écrit :

Pour ma part il faut que ça soit contrebalancé par d'autre éléments. Une œuvre qui n'a pas de consistance scientifique doit pouvoir m'épater par son intrigue, ses dialogues, ses personnages, sa photo...c'est vrai également pour un roman. Une histoire à chute sans intrigue peu m’intéresser si les personnages sont exceptionnels ou que le style est brillant. Un histoire à chute sans intrigue et aux personnages fades ne sera pas rattrapé par son seul style brillant

Le problème intervient donc quand l’œuvre devient portnawak sur trop de ces éléments: une intrigue prétexte, des acteurs au rabais avec des SFX pourri et un backgrounbd scientifique en papier et je ne suis plus client, même si le réalisateur est un grand artiste du plan séquence.

J'ai rencontré peu d’œuvres parfaites sur tous les points à la foi...je n'ai d’ailleurs pas d'exemple en tête sans réfléchir smile

Bien entendu que la qualité d'une œuvre audiovisuelle est la conjonction d'innombrables facteurs. La perfection en tout point est rare. Alors faute de grives, on mange des merles.

Et effectivement, l'œuvre devient foireuse lorsqu'une "masse critique" (de défauts) finit par être atteinte.

Mais hors de toute "masse critique", il peut exister également des "facteurs limitant". Qui bien sûr varieront selon les spectateurs...

En ce qui me concerne, les principaux "facteurs limitant" se situeront généralement au niveau de l'histoire. Si l'histoire est (par ex.) incohérente (envers elle-même, envers son univers, envers les exigences de son genre...), tous les efforts déployés par ailleurs deviendront largement vains.
C'est comme pour une démonstration mathématique. 99% de la démonstration aura beau être superbe, il suffira d'une seule erreur pour que l'ensemble de la démonstration soit foireuse.


Oui, on a un peu le même ressenti, même si j'ai souvent tendance à être indulgent sur la crédibilité scientifique du moment que c'est pas trop over the top non plus. Disons que du portnawak scientifique ne me dérangera pas tant que ça reste cohérent à l'intérieur de la série. Si le scientifique de service dans la série nous sort une énormité sur la gravité par exemple, je ne pardonnerais pas que son affirmation soit contredite ultérieurement dans l’histoire, j'aurais le sentiment d'avoir été pris pour un con.

Donc, je te rejoint plutôt sur les soucis de cohérence interne.

yrad a écrit :
mypreciousnico a écrit :

J'ai aimé cette minisérie parce que c'était un bon suspens, bien raconté, que c'était prenant. Rien de plus au final, une minisérie prenante, avec des rebondissements bien amenés et jouée de manière convenable par des acteurs qu'on ne vois pas si souvent (benjamin bratt par exemple) dans des rôles d'importance.
(...)
Dans le cas de "Impact", j'ai aimé les acteurs et le pitch de base que j'ai trouvé accrocheur (ce genre de pitch je suis assez client d'ailleurs, et dans le genre film catastrophe, on a vu mieux mais on a aussi vu pire smile). Ici aussi une réalisation honnête, un bon sens du suspens. A contrario un scénario parfois brouillon et effectivement du portnawak scientifique et des clichés made in US...

A mes yeux, ces "atouts"-là ne suffisent pas ! Toutes les productions contemporaines sont prenantes et accrocheuses ; elles ne franchiraient jamais le seuil de la production sinon !
Si l'efficacité du traitement et le professionnalisme des contributeurs sont des conditions suffisantes d'appréciation, alors il faut tout aimer et ne jamais critiquer quoi que ce soit. big_smile

Partiellement d'accord seulement. Rares finalement sont les œuvres télévisuelles modernes qui arrivent à vraimment m'accrocher sur le terrain du suspens pur. J'ai presque l'impression que c'est un savoir faire qui se perd. Des pitchs accrocheurs oui, des scénarios malins (ou a défaut bien écrits) oui, des bon acteurs oui...mais du suspens, du vrai, une histoire menée tambour battant avec suffisamment de savoir faire pour compenser des moyens parfois faiblards et les quelques incohérences du scénario...

Alors, je ne dis pas que ça suffit forcémment hein^^

Mais bon, quand je regarde "Die Hard" premier du nom, je ne cherche pas de fond: c'est juste terriblement éfficace et bien fait, un plaisir gourmand de cinéphile si l'on veut.

A contrario en minisérie TV, je me suis quand même assez somptueusement fait chier devant la version 2009 du "prisonnier" pourtant servis par des acteurs très convaincant, un photo chiadée et une construction à base de suspens (ésothérico masturbatoire certes, mais suspens quand même). la preuve que parfois un truc bien fait ne suffit pas.

Évidemment l'efficacité professionnelle ne suffit pas, dire que ces gens la sont des pros c'est mettre à jours l'évidence, c'est presque un truisme smile

Dernière modification par mypreciousnico (24-09-2011 12:01:32)

Hors ligne

#38 24-09-2011 21:14:47

IMZADI
Memory Alpha

Re : Dernières séries visionnées

qui a vu "Breaking Bad" avec Bryan Cranston (Hal le père dans "malcolm in the middle") ?

Arte a diffusé cette série, mais c'était trop tard pour moi


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#39 24-09-2011 21:26:44

yrad
admin

Re : Dernières séries visionnées

mypreciousnico a écrit :

Au delà du pur divertissement (qui est quand même, soyons honnête, le principal attrait de la version récente)

Comme mes posts l'ont souvent suggéré, l'habituel argument du pur divertissement ne me suffit guère...

mypreciousnico a écrit :

Même artistiquement les deux œuvres ne peuvent pas se comparer: on a d'un côté un film en scope, pensé en scope avec les objectifs d'une vrai film de cinéma, mis en scéne pas un excellent cinéaste. De l'autre une minisérie avec les méthodes et l’efficacité série au service d'un divertissement probablement moins artistique mais plus moderne, avec des objectifs clairement plus immédiats puisque conçu pour une diffusion télévisuelle.

Tu résumes-là ce qui caractérise au fond la plupart des remakes, qu'ils soient au format film ou au format téléfilm.

mypreciousnico a écrit :

C'est assez exact, le budget sont de plus en plus gros (on parlait de Terra Nova: son budget est assez faramineux et la rapproche presque d'un blocbuster). Mais des séries comme Flashforward dont on parlais ou plus récemment "Wilfred" dont j'ai entendu beaucoup de bien ne sont pourtant pas basés sur du spectaculaire à tout pris. on privilégie une stratégie d'écriture de qualité.

Bien sûr qu'il existe toujours des séries écrites et à contenu (suffit de se tourner vers toutes celles qui ont été annulées).
Mais l'écriture - aussi bonne soit-elle - a de moins en moins l'ambition de se suffire à elle-même, de faire oublier les décors et les moyens de prod. Les références absolus étant I, Claudius et Dogville sur ce plan.

mypreciousnico a écrit :

Les séries que je préfère ont souvent tendance à compenser un certain minimalisme dans les décors par une réal plus serrée, une certaine inventivité dans la gestion de l'espace ou un rythme jamais pris en défaut

Bien d'accord. wink

mypreciousnico a écrit :

c'était le cas de la première saison de 24 par exemple (les suivantes aussi du reste, mais moins ais-je trouvé), avec ces quelques vagues décors et sa réal musclée.

Je n'ai pas perçu de vraie rupture dans 24. Juste une évolution. Et sa première saison n'est d'ailleurs pas celle que je préfère...

mypreciousnico a écrit :

Si tu veut mon avis, ça n’est pas le cinéma qui envahis la série TV, mais la série TV qui se retrouve sur grand écran: méthode d'écriture, gestion de l'espace et de la caméra, notions de suspens sérialisé...

Bonnet blanc et blanc bonnet : les séries TV y perdent progressivement ce qui faisait qu'elles étaient des séries TV.

mypreciousnico a écrit :

Oui, on a un peu le même ressenti, même si j'ai souvent tendance à être indulgent sur la crédibilité scientifique du moment que c'est pas trop over the top non plus. Disons que du portnawak scientifique ne me dérangera pas tant que ça reste cohérent à l'intérieur de la série. Si le scientifique de service dans la série nous sort une énormité sur la gravité par exemple, je ne pardonnerais pas que son affirmation soit contredite ultérieurement dans l’histoire, j'aurais le sentiment d'avoir été pris pour un con.

Oui, l'incohérence interne est généralement quelque chose de plus grave que le non-respect des sciences contemporaines.
Après tout, chaque série ou film de fiction est supposé se dérouler dans un univers parallèle au nôtre... où les lois physiques ne sont pas forcément identiques. lol

mypreciousnico a écrit :

Partiellement d'accord seulement. Rares finalement sont les œuvres télévisuelles modernes qui arrivent à vraimment m'accrocher sur le terrain du suspens pur. J'ai presque l'impression que c'est un savoir faire qui se perd. Des pitchs accrocheurs oui, des scénarios malins (ou a défaut bien écrits) oui, des bon acteurs oui...mais du suspens, du vrai, une histoire menée tambour battant avec suffisamment de savoir faire pour compenser des moyens parfois faiblards et les quelques incohérences du scénario...

Je suis peut-être totalement anachronique, mais ce qui suscite l'ennui chez moi, c'est l'absence de fond ou de propos, et en aucun cas l'absence de rythme ou de suspens.
Je ne décroche jamais devant une œuvre contemplative à contenu, mais je m'endors souvent devant tous ces produits de consommation "menés à tambour battant". Et pourtant, ce n'est pas faute de m'immerger à fond dans l'image full HD et d'avoir une bonne concentration.
Mais lorsqu'une œuvre ne développe ni pertinence, ni réflexion, ni émotion, ce n'est plus de la 2D, c'est juste de la 1D voire de la 0D.

mypreciousnico a écrit :

A contrario en minisérie TV, je me suis quand même assez somptueusement fait chier devant la version 2009 du "prisonnier" pourtant servis par des acteurs très convaincant, un photo chiadée et une construction à base de suspens (ésothérico masturbatoire certes, mais suspens quand même). la preuve que parfois un truc bien fait ne suffit pas.

Un peu "rassuré" que tu puisses ne pas aimer quelque chose... lol

Le remake The Prisoner 2009 est un affront envers l'original, à tous les niveaux.
Si l'on veut un bon "remake" (qui est davantage un hommage d'ailleurs) de The Prisoner 1967, il faut se tourner vers le chef d'œuvre The Nowhere Man (L'homme de nulle part) (avec Bruce Greenwood).

mypreciousnico a écrit :

Évidemment l'efficacité professionnelle ne suffit pas, dire que ces gens la sont des pros c'est mettre à jours l'évidence, c'est presque un truisme smile

En effet, c'est une lapalissade, c'est enfoncer des portes ouvertes. Et c'est pour ça que ce n'est pas un argument recevable.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#40 24-09-2011 21:33:13

yrad
admin

Re : Dernières séries visionnées

IMZADI a écrit :

qui a vu "Breaking Bad" avec Bryan Cranston (Hal le père dans "malcolm in the middle") ?

Je l'ai vu (et continue à la voir). Et j'ai la tiens en très haute estime ! smile
Breaking Bad est une immense série qui cristallise les préoccupations (et obsessions) de son créateur - l'excellent Vince Gilligan. Elle transparaissaient déjà dans ses épisodes de The X-Files (et Millennium).
Pour info, les trois premières saisons de Breaking Bad sont dispos en Blu-ray (édition US zone A) avec sous-titres français.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#41 24-09-2011 23:13:50

IMZADI
Memory Alpha

Re : Dernières séries visionnées

merci de ta réponse, je vais donc la mettre sur ma liste de séries (que tu connais) à visionner

je viens de finir la saison 5 de "the shield"... fort très fort !!!


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#42 25-09-2011 03:09:09

mypreciousnico
Who ?

Re : Dernières séries visionnées

Yrad a écrit :

Bien sûr qu'il existe toujours des séries écrites et à contenu (suffit de se tourner vers toutes celles qui ont été annulées).
Mais l'écriture - aussi bonne soit-elle - a de moins en moins l'ambition de se suffire à elle-même, de faire oublier les décors et les moyens de prod. Les références absolus étant I, Claudius et Dogville sur ce plan.

Oui et c'est regrettable...
Mais tu le dit toi même, la plupart des entreprises d'écriture intéressantes ont été annulées récemment...la preuve que le public semble ne pas vouloir/pouvoir se satisfaire uniquement d'une écriture de qualité, que l'inventivité ne leur suffit plus à une époque ou il est devenu plus facile et moins couteux de donner du pain et des jeux numériques à un spectateur de plus en plus sollicité.

Je ne dis pas que c'est bien (au contraire), je me borne à faire un constat...

Yrad a écrit :
mypreciousnico a écrit :

    c'était le cas de la première saison de 24 par exemple (les suivantes aussi du reste, mais moins ais-je trouvé), avec ces quelques vagues décors et sa réal musclée.

Je n'ai pas perçu de vraie rupture dans 24. Juste une évolution. Et sa première saison n'est d'ailleurs pas celle que je préfère...

Pour ma part il y a une légère rupture de plus en plus prononcé dans 24. Plus de décors, plus de monde. C’est léger et ça ne prend pas le pas sur les qualité d'intrigue de la série mais quand même. Je met clairement la saison 1 de 24 dans un panier différent des autres. peut-être aussi parce que le personnage de Bauer n’est pas encore vraimment "brisé"...

Sinon, cette saison 1 est probablement celle que j'ai le moins apprécié. l'intrigue avec Kim Bauer notamment à tendance à m'ennuyer, les personnages n'ont pas encore prit leur pleine mesure (normal c'est la première saison), mais surtout, le concept n’est pas encore exploité à son plein potentiel comme il le sera par la suite dans la saison 2 ou 3.

Il reste que c'est un constat que je fait aujourd'hui, alors que la série est terminée, que j'en ai visionné l'intégralité depuis longtemps et plusieurs fois. A l'époque, cette saison 1 (et je me flatte de faire partie des fans de la première heure) avait été une sacré claque dans la gueule, une vrai révélation série, avec une inventivité, une originalité que j'ai rarement retrouvé dans une concept nouveau.

Et l'exemple tiens toujours: voila une œuvre qui n'a jamais vraimment privilégié le sensationnel au détriment de la qualité d'écriture et de son identité, tout en bénéficiant d'un large succès critique et spectateur (se payant même le luxe de "sauter" une saison lors de la grève des scénaristes). La preuve que c'ets faisable...

Mais je crois que mon profond respect pour cette série n'est plus à démontrer smile

Yrad a écrit :

Je suis peut-être totalement anachronique, mais ce qui suscite l'ennui chez moi, c'est l'absence de fond ou de propos, et en aucun cas l'absence de rythme ou de suspens.
Je ne décroche jamais devant une œuvre contemplative à contenu, mais je m'endors souvent devant tous ces produits de consommation "menés à tambour battant". Et pourtant, ce n'est pas faute de m'immerger à fond dans l'image full HD et d'avoir une bonne concentration.
Mais lorsqu'une œuvre ne développe ni pertinence, ni réflexion, ni émotion, ce n'est plus de la 2D, c'est juste de la 1D voire de la 0D.

Oui oui bien entendu, je te rejoint smile
Quand à l'image HD, tu sait ce que j'en pense: si elle est un formidable moyen d'immersion, pour retrouver la sensation cinématographique (le grain pellicule notamment) elle n’arrivera jamais à améliorer un spectacle médiocre.

Je répondais simplement à ton affirmation :

Yrad a écrit :

Toutes les productions contemporaines sont prenantes et accrocheuses ; elles ne franchiraient jamais le seuil de la production sinon !

Pour dire que je n'étais pas nécessairement d'accord avec ça. Je ne compte plus le nombre de séries (ou de film) que je n'ai pas trouvé prenantes au sens premier du terme. pour moi le sens du suspens, pur, simple se perd un peu.
Du reste ce qui est prenant pour moi ne le sera pas nécessairement pour toi, car c'est aussi en partie une affaire de gouts personnels, les notions de suspens ne répondant pas uniquement à des règles codifiées...

En revanche, j'ai beaucoup vu de trucs qui cherchaient à me faire croire à du fond la ou il n'y en avait pas et je me sent obligé de reprendre l'exemple du "prisonnier 2009" et son ésotérisme en papier smile


Yrad a écrit :

Un peu "rassuré" que tu puisses ne pas aimer quelque chose...


De la même manière que tu ne t'autorise pas à dire "c'est nul" sans argumenter, je ne m'autorise pas à dire "j'ai trouvé ça bien" sans argumenter smile Du reste, je prend moins de plaisir à argumenter sur ce que je n'aime pas...

Cela dit, j'avoue sans aucune honte être bon public et j'en suis même plutôt fier, car ça ne m'a jamais empêché d'être conscient de ce que je regarde smile


Yrad a écrit :
mypreciousnico a écrit :

    Évidemment l'efficacité professionnelle ne suffit pas, dire que ces gens la sont des pros c'est mettre à jours l'évidence, c'est presque un truisme smile

En effet, c'est une lapalissade, c'est enfoncer des portes ouvertes. Et c'est pour ça que ce n'est pas un argument recevable.

Nous sommes d'accord smile

Dernière modification par mypreciousnico (25-09-2011 03:16:25)

Hors ligne

#43 25-09-2011 19:27:03

yrad
admin

Re : Dernières séries visionnées

mypreciousnico a écrit :

Pour ma part il y a une légère rupture de plus en plus prononcé dans 24. Plus de décors, plus de monde. C’est léger et ça ne prend pas le pas sur les qualité d'intrigue de la série mais quand même. Je met clairement la saison 1 de 24 dans un panier différent des autres. peut-être aussi parce que le personnage de Bauer n’est pas encore vraimment "brisé"...

Sinon, cette saison 1 est probablement celle que j'ai le moins apprécié. l'intrigue avec Kim Bauer notamment à tendance à m'ennuyer, les personnages n'ont pas encore prit leur pleine mesure (normal c'est la première saison), mais surtout, le concept n’est pas encore exploité à son plein potentiel comme il le sera par la suite dans la saison 2 ou 3.

Il reste que c'est un constat que je fait aujourd'hui, alors que la série est terminée, que j'en ai visionné l'intégralité depuis longtemps et plusieurs fois. A l'époque, cette saison 1 (et je me flatte de faire partie des fans de la première heure) avait été une sacré claque dans la gueule, une vrai révélation série, avec une inventivité, une originalité que j'ai rarement retrouvé dans une concept nouveau.

Et l'exemple tiens toujours: voila une œuvre qui n'a jamais vraimment privilégié le sensationnel au détriment de la qualité d'écriture et de son identité, tout en bénéficiant d'un large succès critique et spectateur (se payant même le luxe de "sauter" une saison lors de la grève des scénaristes). La preuve que c'ets faisable...

Mais je crois que mon profond respect pour cette série n'est plus à démontrer smile

Pareil. Et j'ai également fait partie des fans de la première heure de 24.

Voici mon palmarès des saisons de 24 :
1) saison 5 : maturité et audace extrêmes (on sent l'influence de Manny Coto) ; 100% cohérente ;
2) saison 3 : moralement très dérangeante (l'assassinat de Ryan Chappelle, le suicide assisté des contaminés...) ; 100% cohérente ;
3) saison 8 : la plus démystificatrice envers le héros, comme la radioscopie d'une fatalité ; quelques réserves politiques & psychologiques toutefois ;
4) saison 7 : politiquement très intéressante, y compris dans le téléfilm d'introduction Redemption ; Allison Taylor s'y comporte toutefois un peu trop comme Janeway ;
5) saison 4 : j'adore sa fin girardienne à la The Nowhere Man (qui aurait pu être celle de la série) ; des incohérences toutefois au sein de la saison ;
6) saison 2 : plus crédible que la saison 1, mais quelques fausses audaces empruntant trop à MI (par ex. le faux meurtre de la famille de Syed Ali) ;
7) saison 1 : pas mal d'invraisemblances, mais nombre d'innovations (la construction bien sûr, l'épaisseur des personnages, mais également le "viol sacrificiel" de Teri) ;
8) saison 6 : la seule saison vraiment regrettable, car elle vire au mauvais soap (en sortant très artificiellement du chapeau la "famille cachée" du héros) ; quelques très bons épisodes malgré tout.

mypreciousnico a écrit :

Je répondais simplement à ton affirmation :

Yrad a écrit :

Toutes les productions contemporaines sont prenantes et accrocheuses ; elles ne franchiraient jamais le seuil de la production sinon !

Pour dire que je n'étais pas nécessairement d'accord avec ça. Je ne compte plus le nombre de séries (ou de film) que je n'ai pas trouvé prenantes au sens premier du terme. pour moi le sens du suspens, pur, simple se perd un peu.
Du reste ce qui est prenant pour moi ne le sera pas nécessairement pour toi, car c'est aussi en partie une affaire de gouts personnels, les notions de suspens ne répondant pas uniquement à des règles codifiées...

Bien sûr que l'adhésion et l'appréciation sont des facteurs subjectifs…
Néanmoins je considérais le caractère "prenant" et "accrocheur" davantage comme des caractéristiques objectives, indépendamment des goûts. C'est généralement juste la marque du professionnalisme des auteurs/producteurs.

mypreciousnico a écrit :

En revanche, j'ai beaucoup vu de trucs qui cherchaient à me faire croire à du fond la ou il n'y en avait pas et je me sent obligé de reprendre l'exemple du "prisonnier 2009" et son ésotérisme en papier smile

Oui, exact : les œuvres indûment prétentieuses.
Cela dit, la reconnaissance ou non du fond est aussi affaire de subjectivité.
Après tout, certains réussissent bien à trouver du fond dans ST 2009 et dans Plus belle la vie... lol

mypreciousnico a écrit :

Cela dit, j'avoue sans aucune honte être bon public et j'en suis même plutôt fier, car ça ne m'a jamais empêché d'être conscient de ce que je regarde smile

Quant à moi, j'avoue - sans honte également - être très mauvais public. p
Je vois énormément de choses, mais bien peu ont grâce à mes yeux.
Dans ces conditions, que je puisse aimer sans partage les six séries Star Trek est presque miraculeux. big_smile


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#44 25-09-2011 20:11:42

KIRK
Uniformisation

Re : Dernières séries visionnées

yrad a écrit :

Dans ces conditions, que je puisse aimer sans partage les six séries Star Trek est presque miraculeux.

On ne peut pas aimer qu'a moitié ou alors ce n'est plus vraiment de l'amour... wink

Chaque franchise trek est une femme avec ses propres attributs, son propre parfum, sa propre attirance, sa sensualité est unique, sa manière de nous regarder, de nous parler, de nous séduire est également unique en soi... chacune d'elle est ma maîtresse et je les caresse déferrement à chaque visionnage. Chaque épisode est une folle nuit d'amour et d'ivresse ; une promesse de nouveaux plaisirs , une redécouverte. Non l'amour se vit en entier ou pas du tout !!! smile

Dernière modification par KIRK (25-09-2011 20:17:41)

Hors ligne

#45 25-09-2011 20:20:27

yrad
admin

Re : Dernières séries visionnées

KIRK a écrit :

On ne peut pas aimer qu'a moitié ou alors ce n'est plus vraiment de l'amour... wink

Très juste. wink
L'expression "aimer sans partage" faisait référence à mon amour égal - i.e. non hiérarchisé - des six séries ST.
Ce qui, tu l'admettras, est plutôt rare (dans ce forum, et même en général).

KIRK a écrit :

Chaque franchise trek est une femme avec ses propres attributs, son propre parfum, sa propre attirance, sa sensualité est unique, sa manière de nous regarder, de nous parler, de nous séduire est également unique en soi... chacune d'elle est ma maîtresse et je les caresse déferrement à chaque visionnage. Chaque épisode est une folle nuit d'amour et d'ivresse ; une promesse de nouveaux plaisirs , une redécouverte. Non l'amour se vit en entier ou pas du tout !!! smile

Je m'incline humblement devant tant de poésie, érotique et vespérale. smile
Ah là là, ce que c'est quand même d'avoir du style ! big_smile


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#46 25-09-2011 21:10:51

mbuna
I don't know you

Re : Dernières séries visionnées

Kirk, tu me donnerais presqu'envie de redonner encore sa chance à celle qui me poursuit sans cesse mais qui n'a pas encore réussi à tomber dans mon lit (elle ne sait pas ce qu'elle perd d'ailleurs ! p)
<== oui je sais, c'est peut être moins poétique, mais c'est tout aussi vespéral !

Dernière modification par mbuna (25-09-2011 22:50:00)

Hors ligne

#47 25-09-2011 23:53:10

KIRK
Uniformisation

Re : Dernières séries visionnées

Oui, je sais de qui tu parles Mbuna...
Je pense que tu n'as pas mis les mains ou il fallait... si elle te poursuit c'est plutôt bon signe non ? en tout cas elle ne semble pas rancunière wink

Mieux vaut Vespéral que vestales mon ami wink

Dernière modification par KIRK (26-09-2011 00:01:36)

Hors ligne

#48 26-09-2011 10:51:46

scorpius
Nowhere Man

Re : Dernières séries visionnées

Heu... Sinon je crois qu'il y a un traitement
pour la Star Trekophilie


SIRmZIH.gif

Hors ligne

#49 26-09-2011 11:38:43

mbuna
I don't know you

Re : Dernières séries visionnées

Tu veux parler de ST2009 ?

Hors ligne

#50 26-09-2011 12:23:42

scorpius
Nowhere Man

Re : Dernières séries visionnées

Tout à fait : On appelle ca un reméde de cheval
à prescrire à petites doses

Plus sérieusement j'ai vus le premier episode de la saison 4
de Fringe

Déffinitivement la meilleur creation de J.J. Abrams meme si
il ne travaille plus dessus
Un episode au scénario qui n'a rien de transandant mais qui mets en place l'intrigue
de la saison centrer sur Peter je n'en dirais pas plus
pour éviter les spoilers

Néanmoins voir un Walter plus "autiste" que jamais et la détresse émotionnel d'Olivia
fait vraiment mal au coeur
En espérant qu'on nous fasses pas le meme coup avec les "chauves"
que dans les autres series d'Abrams

Dernière modification par scorpius (26-09-2011 13:30:09)


SIRmZIH.gif

Hors ligne

Pied de page des forums