ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#51 25-01-2020 11:14:13

matou
modérateur

Re : Picard 01x01 Remembrance

ufologue a écrit :

Pas très utopique non plus le Starfleet de Star Trek 6 dans lequel plusieurs hauts gradés complotent pour assassiner le Chancelier Klingon.
Pourquoi être choqué par une phrase d'une journaliste ? Elle ne parle qu'en son nom.

La force de ST 6, c’est pas de montrer des hauts gradés de l’UFP mais de Starfleet. Et des les montrer comme complotants AVEC des Klingons.
Cela donne un effet de miroir. Quand la paix est sur la table, des gens des deux bords vont s’entendre pour la faire et en même temps, des gens des deux bords vont tenter de la faire capoter.

ST 6 a, de plus, cette parole de Kirk « let them die ». La réaction de Spock, la manière dont Kirk se reprend, montre bien que ce qu’il dit était stupide et criminel.
La fin du 6, c’est de montrer cette utopie trekienne. Une assemblée sauvée par un équipage dont là capitaine est un ancien de la guerre contre les Klingons et dont l’un d’eux a tué son fils.

La phrase de la journaliste en dit très long car, et vraiment ce passage est très bien écrit, aussi bien que les meilleurs moments de la saga. Elle doit porter la contradiction avec des arguments le permettant. Elle est sur un média officiel donc ce qu’elle apporte comme contradiction doit être admis comme recevable par un grand nombre de personnes.

Même en France il ne pourrait il y avoir le discours suivant :
-Monsieur le ministre / président, des soldats français sont morts au Mali.
-Oui nous y sommes car le Mali a demandé notre aide pour protéger des civils après d’horribles massacres.
-Des civils maliens. Des vies d’africains. Et pour résultat des morts français.

Il aurait été possible dans la première partie du 20ieme siècle.

Le retrouver au 24ieme, c’est une énorme régression. Si encore il y avait eu une catastrophe globale (ce que Dis saison 3 montrera peut être comme thématique de sa saison au 31ieme), je pourrai le croire. Mais là...

Hors ligne

#52 25-01-2020 11:18:29

Synock
Cuitasses les patatas

Re : Picard 01x01 Remembrance

scorpius a écrit :

Pourquoi être choqué par une phrase d'une journaliste ? Elle ne parle qu'en son nom.

Dans le contexte de l'interview, j'ai eu clairement l'impression qu'elle vocalisait un sentiment très répandu au sein de la Fédé, pas uniquement sa propre opinion.

Je l'ai reçu comme une espèce de journaliste Choc qui voulait faire réagir.
En effet bien piètre représentation de l'humanité du 24eme siècle...

Mais je dois avouer que c'est LE moment qui m'a gêné. Le reste, bien que surprenant par moments ("on a eu des soucis avec les synthétiques du coup on arrête TOTALEMENT les travaux dessus") ne m'a pas particulièrement dérangé.
Ce que j'ai le plus apprécié c'est le rythme, posé, on discute, on s'écoute les une les autres, on ne bouge que lorsqu'on doit bouger.
Vraiment c'était agréable à suivre.


"Two beers or not two beers."

Hors ligne

#53 25-01-2020 11:42:43

scorpius
Nowhere Man

Re : Picard 01x01 Remembrance

Synock a écrit :

Ce que j'ai le plus apprécié c'est le rythme, posé, on discute, on s'écoute les une les autres, on ne bouge que lorsqu'on doit bouger.
Vraiment c'était agréable à suivre.

J'y ai cru au début. J'ai bien aimé le fait que l'ouverture de l'épisode reprenne la suite directe du final de TNG pour ainsi dire avec Picard qui décide de se joindre à ses officiers et à leur partie de poker. C'était un clin d'oeil sympa. Et effectivement, l'atmosphère que ça tente d'établir ensuite était loin d'être déplaisante.

En revanche, dès l'attaque dans l'appart' de Dahj, j'ai su que j'étais bien devant une production Kurtzman et à partir de ce point, l'épisode n'a eu de cesse de se dégrader. Tout le truc autour du tableau par exemple, c'est tellement marqué Bad Robot (ça pourrait sortir d'un épisode d'Alias avec les indices laissés par les oeuvres de Milo Rambaldi).

Alors je sais bien que évidemment TNG a établi que Data aimait peindre et que ce sera une justification suffisante pour pas mal de Trekkers, mais moi ce qui gène c'est l'utilisation qu'on en fait : une espèce de MacGuffin.


What I admire most about your art, is its universality. You do not say a word and yet, the world understands you!
Albert Einstein
Its true, but your fame is even greater! The world admires you, when nobody understands you!
Charlie Chaplin

Hors ligne

#54 25-01-2020 12:22:29

Schmullus
membre

Re : Picard 01x01 Remembrance

yrad a écrit :

Pour clore une fois pour toute ce HS

Excuse-moi, je me suis empressé de répondre à dvmy en omettant qu'une seconde page était disponible et que tu avais répondu toi-même. Si j'avais su, je ne me serais pas permis de répondre derrière toi. wink


yrad a écrit :

Aucun politicien (pas même un Donald Trump ou une Marine Le Pen) ni aucun journaliste/chroniqueur de médias nationaux (pas même un Éric Zemmour) n’oserait tenir de pareils propos aujourd'hui.

C'est exact! Ces gens que tu cites n'oseraient probablement pas tenir de pareils propos. Bien évidemment, ils s'arrangeraient pour médiatiser un sans nom, une sans voix, issues de réseaux populaires et politisés à outrance pour dénoncer violemment les propos qu'ils n'auraient pu tenir eux-mêmes. Cette journaliste est finalement très moderne dans son comportement et elle aurait une belle carrière devant elle si elle ne faisait pas partie d'une fiction aussi peu ambitieuse, car on imagine bien qu'elle n'a pas été financée depuis le berceau, allaitée avec des associations dites philanthropiques, alimentant tout un réseau de langues bien pendues.


PIC DIS Nouilles c'est toi l'andouille

Hors ligne

#55 25-01-2020 12:28:39

Guigui le gentil
membre

Re : Picard 01x01 Remembrance

Mon opinion sur tout ce qui compose l'épisode vous la trouverez dans mon podcast.

Personnellement, je trouve que vous idéalisez beaucoup Starfleet et la Fédération qui est une utopie certes, mais qui a montré par le passé bon nombre de faiblesses avec un nombre assez conséquent de brebis galeuses (Yves en a oublié dans sa liste). Pour moi, un contexte post guerre avec le Dominion + la destruction de Romulus (crise migratoire) + l'attaque de mars ont forcément des conséquences dans la société à de nombreux niveaux et qui justifient pleinement un revirement partiel ou temporaire de l'utopie. Au sein de l'univers cela se tient donc. Au sein du sous-texte cela permet de parler de notre société contemporaine occidentale et de poser justement de vraies bonnes questions... comme le faisait STAR TREK 6 en son temps et les meilleurs épisodes de la franchise. Pour moi ce n'est donc pas une trahison mais bien un choix artistique réfléchi et pertinent et dommage si vous ne le concevez pas ainsi parce que vous ne souhaitez pas une telle évolution sur la Fédération après plus de 700 épisodes (Picard sera une goutte d'eau dans la saga d'ailleurs).

Et surtout, à l'inverse de Discovery, même si ce n'est pas parfait (j'ai mis 8/10) c'est vraiment bien écrit, réalisé, interprété avec pas mal de soin à tous les niveaux de production. Est-ce qu'il y a de l'exploration de nouveaux mondes et de nouvelles civilisations ? Non sans doute pas du tout, sans doute pas, comme dans beaucoup des épisodes de TNG d'ailleurs. Les idéaux de la Fédérations sont bafoués ? Oui mais c'est sans doute temporaire, partiel et cela fait sens dans le récit. Du coup, est-ce que c'est suffisamment STAR TREK ? Ça dépend, moi je pense que oui car ici c'est bien la suite de l'univers que l'on connait qui se joue ainsi que des personnages connus et avec les célèbres gimmicks (téléportation, vaisseaux) de la franchise. Donc non seulement pour moi c'est assez STAR TREK, mais en plus (et surtout) c'est plutôt bien foutu et c'est vraiment là mon critère principal.

Car oui avoir 2 fillettes qui se frittent et un personnel enseignant à la ramasse (dans ce qui est sans doute la plus mauvaise école de la Terre), ça ne suffit pas pour appeler tout ça une dystopie (sérieux quoi)...

Au fait, vous vous souvenez à la fin des années 1980 quand des fans considérait que TNG ce n'était pas assez "Star Trek" ? smile

Je développerai ce point de vue dans mes podcasts #2 & #3...

Je trouve cette analogie parfaitement fausse :

matou a écrit :

Même en France il ne pourrait il y avoir le discours suivant :
-Monsieur le ministre / président, des soldats français sont morts au Mali.
-Oui nous y sommes car le Mali a demandé notre aide pour protéger des civils après d’horribles massacres.
-Des civils maliens. Des vies d’africains. Et pour résultat des morts français.

Ce serait plutôt sauver des mecs de DAESH après une catastrophe naturelle et ça donnerait plutôt :

- Monsieur le ministre / président, des soldats français sont morts en Syrie.
- Oui nous y sommes car DAESH a demandé notre aide pour protéger des civils après un tremblement de terre.
- Des civils de DAESH. Des vies de DAESH. Et pour résultat des morts français.

Je suis sûr à 100% qu'en 2020 c'est tout à fait crédible.

Les Romuliens sont des ennemis mortels pour la Fédération malgré des rapprochements, vous l'avez oublié ?

La force de ST 6, c’est pas de montrer des hauts gradés de l’UFP mais de Starfleet. Et des les montrer comme complotants AVEC des Klingons.
Cela donne un effet de miroir. Quand la paix est sur la table, des gens des deux bords vont s’entendre pour la faire et en même temps, des gens des deux bords vont tenter de la faire capoter.

Il reste 9 épisodes : qui vous dit que ce n'est pas le cas ici ? D'ailleurs moi je mise tout sur Sela smile

Dernière modification par Guigui le gentil (25-01-2020 12:48:21)

Hors ligne

#56 25-01-2020 12:41:44

Schmullus
membre

Re : Picard 01x01 Remembrance

scorpius a écrit :

J'y ai cru au début. J'ai bien aimé le fait que l'ouverture de l'épisode reprenne la suite directe du final de TNG pour ainsi dire avec Picard qui décide de se joindre à ses officiers et à leur partie de poker. C'était un clin d'oeil sympa. Et effectivement, l'atmosphère que ça tente d'établir ensuite était loin d'être déplaisante.

En revanche, dès l'attaque dans l'appart' de Dahj, j'ai su que j'étais bien devant une production Kurtzman et à partir de ce point, l'épisode n'a eu de cesse de se dégrader. Tout le truc autour du tableau par exemple, c'est tellement marqué Bad Robot (ça pourrait sortir d'un épisode d'Alias avec les indices laissés par les oeuvres de Milo Rambaldi).

J'ai vécu les mêmes sentiments et cela prouve que nous avons reconnus toi et moi la même table de mixage utilisée par le gang des Robots.


PIC DIS Nouilles c'est toi l'andouille

Hors ligne

#57 25-01-2020 13:09:59

Synock
Cuitasses les patatas

Re : Picard 01x01 Remembrance

Guigui le gentil a écrit :

Ce serait plutôt sauver des mecs de DAESH après une catastrophe naturelle et ça donnerait plutôt : [...]

Je trouve également ton analogie plus pertinente. Sauf que je suis turlupiné par les dates

Guigui le gentil a écrit :

Les Romuliens sont des ennemis mortels pour la Fédération malgré des rapprochements, vous l'avez oublié ?

Ben est-ce qu'ils le sont toujours 20 ans plus tard ?
C'est le soucis, les Romulanais ( WINK Guigui) ont l'air d'être devenus des alliés ou du moins il y a l'air d'un rapprochement.
Comment une journaliste peut se permettre se genre de remarque hors temps de guerre et 20 ans après les faits ?
(et pourquoi les deux amis de Jean-Luc ne réagissent pas alors qu'ils sont juste à côté ? lol )

Dernière modification par Synock (25-01-2020 13:11:00)


"Two beers or not two beers."

Hors ligne

#58 25-01-2020 13:49:28

Guigui le gentil
membre

Re : Picard 01x01 Remembrance

Synock a écrit :

Ben est-ce qu'ils le sont toujours 20 ans plus tard ?
C'est le soucis, les Romulanais ( WINK Guigui) ont l'air d'être devenus des alliés ou du moins il y a l'air d'un rapprochement.
Comment une journaliste peut se permettre se genre de remarque hors temps de guerre et 20 ans après les faits ?
(et pourquoi les deux amis de Jean-Luc ne réagissent pas alors qu'ils sont juste à côté ? lol )

Pour m'auto-citer : un contexte post guerre avec le Dominion + la destruction de Romulus (crise migratoire) + l'attaque de mars ont forcément des conséquences dans la société à de nombreux niveaux et qui justifient pleinement un revirement partiel ou temporaire de l'utopie.

J'ajoute même des conséquences qu'on imagine même pas, car il y en aura sans doute d'autres...

Hors ligne

#59 25-01-2020 13:51:08

Pok
vétéran

Re : Picard 01x01 Remembrance

Guigui le gentil a écrit :

D'ailleurs merci à Amazon Prime de nous avoir permit de découvrir les trois premiers épisodes en avance...

Vous les avez déjà vu ou les verrez légèrement en avance?


♫ space maybe the final frontier but it's made in a Hollywood basement ♫

Hors ligne

#60 25-01-2020 14:18:17

JeanMi73
Borg 2.0

Re : Picard 01x01 Remembrance

Pour moi, cette journaliste est parfaite dans son job...
Celui qui consiste à amener Picard à dire ce qu'il ne veux pas dire...

Tiens? Dans le premier épisode de "For All Mankind", il y a aussi un journaleux qui...
C'est leur job et croyez moi, dans la vraie vie, certains sont pareils...

Pour le reste de l'épisode, de bonnes choses, de moins bonnes...
Mais je réserve mon avis après avoir vus la suite...
Mes attentes sont peut être trop élevées après la daube Dis...

Amicalement
Jean-Mi

Dernière modification par JeanMi73 (25-01-2020 14:39:34)

Hors ligne

#61 25-01-2020 17:50:14

scorpius
Nowhere Man

Re : Picard 01x01 Remembrance

Guigui le gentil a écrit :

Pour m'auto-citer : un contexte post guerre avec le Dominion + la destruction de Romulus (crise migratoire) + l'attaque de mars ont forcément des conséquences dans la société à de nombreux niveaux et qui justifient pleinement un revirement partiel ou temporaire de l'utopie.

J'ai quand même du mal à l'avaler. Prenons exemple sur le traumatisme de l'attaque Xindi, l'idéal Trekkien a dansé aux bords du précipice, mais pour l'essentiel ça restait lié à des activités de forces extérieures à Starfleet. L'institution est restée solide et au final aura permis au rêve Trekkien de prendre son envol comme jamais.

Les événements dramatiques que tu listes, je ne vois pas pourquoi ils auraient forcément des conséquences uniquement négatives. Ca aurait tout aussi bien pu entrainer un vaste mouvement de solidarité, d'entraide et d'entente mutuelle, même si évidemment, il y aurait eu des voix contraires. La réponse est qu'il fallait faire de Picard le héros solitaire, dernier représentant de l'idéal Trekkien contre le reste du monde. C'est aussi cliché qu'anti-Trekkien.

Dernière modification par scorpius (25-01-2020 17:54:24)


What I admire most about your art, is its universality. You do not say a word and yet, the world understands you!
Albert Einstein
Its true, but your fame is even greater! The world admires you, when nobody understands you!
Charlie Chaplin

Hors ligne

#62 25-01-2020 18:18:04

matou
modérateur

Re : Picard 01x01 Remembrance

Guigui le gentil a écrit :

Mon opinion sur tout ce qui compose l'épisode vous la trouverez dans mon podcast.

J'en profite, même si je ne suis pas d'accord avec tout comme ce qui va suivre le montre, à encourager tout le monde à l'écouter.

Guigui le gentil a écrit :

Personnellement, je trouve que vous idéalisez beaucoup Starfleet et la Fédération qui est une utopie certes, mais qui a montré par le passé bon nombre de faiblesses avec un nombre assez conséquent de brebis galeuses (Yves en a oublié dans sa liste). Pour moi, un contexte post guerre avec le Dominion + la destruction de Romulus (crise migratoire) + l'attaque de mars ont forcément des conséquences dans la société à de nombreux niveaux et qui justifient pleinement un revirement partiel ou temporaire de l'utopie.

L'UFP et Starfleet sont un idéal par nature. Et c'est pour cela qu'elle a été peu décrite dans ST, tant il s'agit d'une société tellement différente de la notre.
ST est une société post capitaliste. La question à se poser c'est de savoir s'il y a encore un marché, s'il y a encore des classes sociales et si oui, selon quelle définition.
Oui quand on regarde ST, on n'y pense pas. Sauf que lorsqu'on lit les déclarations des auteurs, on voit que ces questions ont été posées. Et plutôt que de lever un flou, ils ont préféré ne pas le faire. Ronald D Moore, par exemple, ne croit pas à la fin de l'argent, dont on sait qu'il est à la fois une marchandise mais aussi un facilitateur des échanges sur le marché. Mais pas d'épisode là dessus.
Donc cet idéal est un constitutif de la société trékienne, qui est plus qu'une simple transposition. Donc idéaliser, c'est justement comment il faut l’appréhender.
Et donc, l'univers sort d'une guerre. En tant que société idéale, que doit on attendre d'elle? Justement qu'elle n reprenne pas les mêmes erreurs que dans le passé.
De plus, les sorties de conflits majeurs, sont souvent le moment de grandes avancées institutionnelles. C'est le cas de notre monde. Mais aussi de celui de ST, tant cet idéal est arrivé au lendemain de la pire guerre connue par l'humanité. Conscience d'être passée près de l'extinction, avancée technologique et rencontre avec une autre civilisation extra terrestre. Voilà le lancement d'une société plus idéale.
A la lumière de cela, on voit bien combien il faudrait quelque chose de bien plus qu'une guerre de quelques années pour saper une construction de plusieurs siècle.
On transpose dans notre monde? Face à la crise de notre pays, il y a une grande majorité prête à abandonner la système de la République et de revenir à un roi, en faisant de lui un monarque absolu? Non, deux cents an d'histoires pèsent.

L'équipe qui dirige cette série a décidé que face à une crise, les réactions de cette société différente, seraient identiques à celles parmi les pires de notre société. Il y a un beau hiatus là. Un problème conceptuel. Et je repose la question, se sont ils penché sur cet idéal avant de transposer? L'avenir le dira.

Ensuite, le but d'une série c'est de raconter des histoires. Le moteur des histoires c'est la confrontation. Donc St a toujours montré les marges, les moments où il y a des décalages entre les principes et les réalités. Donc ST a montré bien des individus issus de ST qui pour un objectifs souvent louables, foulent les principes fondamentaux de cet univers. Des individus. Ce qui permet de montrer que la société de Star Trek est plurielle. Et que donc à partir d'un corpus commun, il y a plusieurs voies, plus ou moins efficaces et plus ou moins morales. Jusqu'à la section 31, société secrète et non institutionnelle. Cet éventail c'est comment justement l'utopie est bien plus réaliste car bien plus nuancée.
Sauf que l'arbitrage entre les voies possible, est fait, non pas au nom des individus, mais de la collectivité. Quand il faut arbitrer entre l'esprit des principes et l'efficacité à court terme, la décisions des institutions (pas des individus) a toujours été de garder l'esprit et non de l'abandonner. Et cette décision s'impose aux individus.
En cela, ST a toujours choisi de montrer une UFP et une Starfleet qui ne cède pas leur principes.
Même Sisko dans son pire jeu de poker avec le maquis, dit ne pas en avoir informé Starfleet et ses officiers ont hésité à suivre ses ordres. Sisko justifie cela par un acte de guerre du maquis et pour montrer au maquis l'effet de sa propre politique. Siko a eu la chance sur ce coup là. De plus, cela est montré avec un dialogue très juste que la morale n'est pas de son coté.
Là encore, un individu et non une institution et une société entière.
Pour mémoire:
"Les institutions peuvent, si elles sont bien construites, accumuler et transmettre la sagesse des générations successives."

Guigui le gentil a écrit :

Au sein du sous-texte cela permet de parler de notre société contemporaine occidentale et de poser justement de vraies bonnes questions... comme le faisait STAR TREK 6 en son temps et les meilleurs épisodes de la franchise. Pour moi ce n'est donc pas une trahison mais bien un choix artistique réfléchi et pertinent et dommage si vous ne le concevez pas ainsi parce que vous ne souhaitez pas une telle évolution sur la Fédération après plus de 700 épisodes (Picard sera une goutte d'eau dans la saga d'ailleurs).

Là aussi, les bonnes questions? C'est la volonté de Stewart de dire ce qu'il a à dire. Cela ne veut pas dire que ce sont les bonnes questions.
Si dans "Years and Years" on retrouve les mêmes tropismes, on a un grand talent d'écriture.
Ici, la suite le dira.
Pour Stewart, il ne semble voir que le combat "culturel" qui voudrait que l'isolationnisme, le repli, la montée de mouvement remettant en cause des avancées sociales, vienne de peur, de simplismes. attisées par des gens malhonnêtes.
Le problème c'est que dans les faits, Stewart a perdu ce combat avec les dernières élections au Royaume-Uni.
Ce qui pousse à se demander si c'est vraiment les bonnes questions ainsi.
Au delà d'un combat sur les valeurs, il y a un questionnement sur les conditions sociales, sur l'état de certaines classes et de leur abandon, qui veut expliquer les poussées "populistes", réactionnaires ou les révoltes multi forme actuelles.

Emporter l'univers de ST dans des questionnements qui ne sont pas les plus pertinents, tout en sapant cet univers en se faisant, cela peut être un piège redoutable. L'enfer est pavé de bonnes intensions.


Guigui le gentil a écrit :

Les idéaux de la Fédérations sont bafoués ? Oui mais c'est sans doute temporaire, partiel et cela fait sens dans le récit. Du coup, est-ce que c'est suffisamment STAR TREK ? Ça dépend, moi je pense que oui car ici c'est bien la suite de l'univers que l'on connait qui se joue ainsi que des personnages connus et avec les célèbres gimmicks (téléportation, vaisseaux) de la franchise. Donc non seulement pour moi c'est assez STAR TREK, mais en plus (et surtout) c'est plutôt bien foutu et c'est vraiment là mon critère principal.

Oui ton avis. Bafouer des structures de l'univers ne dépend pas du temps où cela est fait mais de la pertinence et des effets que cela peut avoir.
De plus, pourquoi toujours prendre l'idéal pour en faire du cauchemar? Pourquoi ne jamais prendre les modes cauchemardesque et en faire des idéaux?
On voulait montrer ces questionnements, on pouvait le faire sans tout saper. La galaxie est vaste, et on pouvait très bien imaginer des colonies unifiées, en dehors de la fédération, ancien du maquis, avec l'Ambassadeur Picard essayant de traiter des mêmes problèmes.
Un monde bien moins avancé socialement et justement, qui régresse du fait de la question posée par les Romuliens.

Guigui le gentil a écrit :

Car oui avoir 2 fillettes qui se frittent et un personnel enseignant à la ramasse (dans ce qui est sans doute la plus mauvaise école de la Terre), ça ne suffit pas pour appeler tout ça une dystopie (sérieux quoi)...

On parle de ce que soulève ce qui est dit par cette interview, de la position de la Fédération aux objections de la journaliste. Mais ce que tu soulève fait sens, tant le fin de ce short trek peut être vu comme l'union dans la volonté de laisser les autres se débrouiller avec leur danger de mort immédiat.

Guigui le gentil a écrit :

Au fait, vous vous souvenez à la fin des années 1980 quand des fans considérait que TNG ce n'était pas assez "Star Trek" ? smile

Et des fans parlant de TMP puis de TWOK, puis de TNG, puis de etc. Il y a toujours une part réactionnaire de fan. Là ce qui importe c'est de parler de la nouvelle direction prise.
Comme souvent le temps jugera. Par exemple Ent a été jugée et réhabilitée. On verra comment Picard vieillira.

Guigui le gentil a écrit :

Je développerai ce point de vue dans mes podcasts #2 & #3...

Chouette

Guigui le gentil a écrit :

Je trouve cette analogie parfaitement fausse :

matou a écrit :

Même en France il ne pourrait il y avoir le discours suivant :
-Monsieur le ministre / président, des soldats français sont morts au Mali.
-Oui nous y sommes car le Mali a demandé notre aide pour protéger des civils après d’horribles massacres.
-Des civils maliens. Des vies d’africains. Et pour résultat des morts français.

Ce serait plutôt sauver des mecs de DAESH après une catastrophe naturelle et ça donnerait plutôt :

- Monsieur le ministre / président, des soldats français sont morts en Syrie.
- Oui nous y sommes car DAESH a demandé notre aide pour protéger des civils après un tremblement de terre.
- Des civils de DAESH. Des vies de DAESH. Et pour résultat des morts français.

Je suis sûr à 100% qu'en 2020 c'est tout à fait crédible.

Les Romuliens sont des ennemis mortels pour la Fédération malgré des rapprochements, vous l'avez oublié ?

Donc faire la différence entre des vies, ne tient pas en fonction de leur appartenance à un ensemble, mais du fait qu'ils soient membres d'une collectivité avec qui on est en guerre.
Je vois donc l'objection.
En premier je dirai que la guerre avec les Romuliens est de l'Histoire ancienne. Et qu'ils étaient des alliés dans la guerre du Dominiom. Donc les comparer à Daesh, c'est moins pertinent. Mais passons, je te suis sur cette analogie.

Ce que l'on juge ici, c'est de voir comment on doit répondre selon des principes et si cette réponse est pire ou meilleure que notre société.
Pour suivre sur Daesh, on peut regarder la question du rapatriement de femmes et d'enfants ayant été identifiés comme ayant eu des liens avec DAESH.
Le droit actuel exorte de les rapatrier. Même si l'Etat français finasse, il sera obligé de le faire, par pression du respect du droit. Tout "civils de daesh" qu'ils soient.
Et même dans l’échiquier politique, les plus extrêmes ne sont pas contre sur le principe, mais demande que la question soit traitée pénalement et avec un principe de précaution.
Donc cette société de ST montrée, fait donc pire que nous avec des "civils de daesh".
Car la question est ici. De nos jours, qui est prêt à dire que la vie d'enfants compte moins que le groupe auquel appartient ces enfants.

Enfin, si les Romuliens sont des ennemis mortels, le plus important c'est de les aider. Car dos au mur et sans avenir, ils déclencheront une guerre ou une catastrophe. Rien de pire qu'un ennemi humilié (je me force à demander de l'aide et on me répond de me débrouiller tout seul) et aux abois.

Guigui le gentil a écrit :

La force de ST 6, c’est pas de montrer des hauts gradés de l’UFP mais de Starfleet. Et des les montrer comme complotants AVEC des Klingons.
Cela donne un effet de miroir. Quand la paix est sur la table, des gens des deux bords vont s’entendre pour la faire et en même temps, des gens des deux bords vont tenter de la faire capoter.

Il reste 9 épisodes : qui vous dit que ce n'est pas le cas ici ? D'ailleurs moi je mise tout sur Sela smile

Nous verrons bien mais la différence c'est qu'ici, Starfleet et l'UFP sont donc si facilement défaisable que depuis plus de 10 ans, on ne se pose pas la question des morts mais que ces morts comptent moins que celles de la fédération, de manière majoritairement admise.

Hors ligne

#63 25-01-2020 18:43:17

Schmullus
membre

Re : Picard 01x01 Remembrance

Dans ce premier épisode, je ne distingue aucune information, aucun tissu économique permettant de se projeter dans l'avenir d'une série qui aurait la dignité d'un label Star Trek.

Seules deux informations sont audibles et visuelles dans cet épisode.

1) Ça va être la bagarre.
2) A cause de l'intelligence artificielle.


PIC DIS Nouilles c'est toi l'andouille

Hors ligne

#64 25-01-2020 21:22:25

mdst
membre

Re : Picard 01x01 Remembrance

Pok a écrit :
Guigui le gentil a écrit :

D'ailleurs merci à Amazon Prime de nous avoir permit de découvrir les trois premiers épisodes en avance...

Vous les avez déjà vu ou les verrez légèrement en avance?

Depuis des décennies, les diffuseurs fournissent aux journalistes des épisodes avant leur diffusion pour qu'ils puissent préparer leur articles.
c'ets un peu l'équivalent des projos  de presse pour les films.
Avec le US+24 chez les diffuseurs, on a aussi les mêmes "screeners" que les journalistes américain, au même moment, avec les mêmes embargos,etc...
Le nombre d'épisodes est fluctuant suivant le séries. Canal + et France  TV mettent,  par exemple, l’intégralité en visionnage. HBO/ OCS, en montre 5 ou 6. Etc...
Là, CBS All Access a mis 3 screeners à disposition.

Hors ligne

#65 25-01-2020 21:34:04

dl500
TOS Forever

Re : Picard 01x01 Remembrance

Ah!
J'ai bien aimé.
Le miracle se serait-il produit?
Parce que ça ressemble furieusement à Star Trek. On verra si se  sera aussi du ST. Je lui laisse sa chance.
Bon j'ai tiqué sur la télévision, média qui n'existe déjà plus au 23ième siècle...
Concernant la question de la journaliste...pas choqué, on peut être dans la provocation, après tout le racisme existe encore dans la fédération (cf TOS avec les mêmes Romuliens).
La réponse de Picard porte entièrement les valeurs de la fédération Roddenberrienne. Rassurant.
A voir la suite, sur ces 40 premières minutes, seuls ces foutus lens flares et le combat ninjas m'ont gêné. Quelques anachronismes aussi...c'est trop proche de nos technologies sur certains aspects. Le 24ième siècle correspond pour nous à l'époque de François 1er en terme de décalage.
C'est clair que ce n'est pas la bouse DIS qui en quelques minutes détruit sa série mère sur tous les plans.
J'attends la suite pour savoir si vraiment on peut souffler ou si ST est définitivement une œuvre d'un autre siècle.
Un encouragement en notation. 15 ans qu'on n'avait pas atteint un tel niveau d'écriture...


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#66 25-01-2020 21:59:48

Schmullus
membre

Re : Picard 01x01 Remembrance

dl500 a écrit :

Ah!
J'ai bien aimé.
Le miracle se serait-il produit?
Parce que ça ressemble furieusement à Star Trek. On verra si se  sera aussi du ST. Je lui laisse sa chance.

Moi aussi, je vais lui laissé sa chance... à ce cube.

Il a certainement quelque chose à nous dire.


PIC DIS Nouilles c'est toi l'andouille

Hors ligne

#67 25-01-2020 23:05:19

Schmullus
membre

Re : Picard 01x01 Remembrance

matou a écrit :

Dessine moi un Jean-Luc

Ce épisode est à l'image de son introduction.

J'aime beaucoup la bienveillance et la patience avec laquelle tu t'es approprié cet épisode.


matou a écrit :

La première c'est que, s'il n'y a rien à dire sur l'interprétation de Stewart, je n'ai pas retrouvé "la voix" de Picard. Sa rhétorique, sa manière d'utiliser ses colères, ses moments affables ne sont pas les mêmes. Bien sûr le temps et les épreuves sont passées par là, mais on ne retrouve plus son stoïcisme sous-jacent. C'est ce qui me donne l'impression d'avoir été écrit par d'autres. Rien de grave et je dirai même que c'est une chose normale, tant il faut s'approprier le personnage, mais cela est à noter.

J'ai le sentiment que cet homme a quelques faiblesses cognitives générées par le stress mental qu'il porte sur son visage en permanence.


PIC DIS Nouilles c'est toi l'andouille

Hors ligne

#68 25-01-2020 23:41:36

Schmullus
membre

Re : Picard 01x01 Remembrance

matou a écrit :

Ronald D Moore, par exemple, ne croit pas à la fin de l'argent, dont on sait qu'il est à la fois une marchandise mais aussi un facilitateur des échanges sur le marché. Mais pas d'épisode là dessus.

Je pense que,

Tant qu'il y aura du cube, il y aura de l'argent. Tant qu'il y aura de l'ARN, il y aura du cube.

J'attends avec impatience le jour où Star Trek aura trouvé la simplicité de faire disparaître la complexité des Borgs sans ne jamais les anéantir. Il ne vaudrait mieux pas pour les dirigeants de la franchise que cela soit l'intelligence artificielle qui s'en charge.


PIC DIS Nouilles c'est toi l'andouille

Hors ligne

#69 25-01-2020 23:57:01

yrad
admin

Re : Picard 01x01 Remembrance

dl500 a écrit :

Parce que ça ressemble furieusement à Star Trek.

Oui, un vrai Canada Dry. mdr

dl500 a écrit :

Concernant la question de la journaliste...pas choqué, on peut être dans la provocation, après tout le racisme existe encore dans la fédération (cf TOS avec les mêmes Romuliens).

Si tu fais référence au Lieutenant Stiles dans TOS 01x08 Balance Of Terror, ce n'était pas du racisme. C'était un traumatisme et de la paranoïa, les conséquences d'une guerre (romulienne) hantant encore la mémoire collective mais associée à une espèce dont nul ne savait rien (jusque dans son apparence physique).

En outre, un préjugé personnel exprimé sur le terrain (par Stiles) et immédiatement condamné par l'autorité en place (Kirk) ne saurait se comparer à une parole publique (la journaliste de FNN) se faisant l'écho des normes (et de la doxa) de son temps.

Enfin, TOS, c'était le milieu du 23ème siècle, pas la fin du 24ème. Il y a presque un siècle et demi d'écart.
La chronologie trekkienne (et notamment le postulat fondateur de TNG) a toujours assumé une évolution sociétale avec le temps. L'utopie n'est pas un état acquis autosatisfait, mais un constant work in progress.
Les partis pris de la série Picard n'en sont donc que davantage un gâchis (ou un reniement). 726 épisodes et 10 films de pur constructivisme… pour arriver à ça ?!

dl500 a écrit :

La réponse de Picard porte entièrement les valeurs de la fédération Roddenberrienne. Rassurant.

Difficile d’être "rassuré" et de trouver trekkien que les valeurs entières de l'UFP ne soient désormais plus portées que par un seul homme. sink
Mais c'est là l'aboutissement philosophique naturel d'un processus engagé depuis 2009 dans la franchise : la réussite collective a progressivement cédé la place à l'héroïsme individuel. Et pour glorifier l'individu, quoi de plus grandiloquent que de recycler le cliché indigeste du vaillant opposant/résistant s'élevant contre une société dévoyée. roulette


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#70 26-01-2020 00:00:28

yrad
admin

Re : Picard 01x01 Remembrance

Guigui le gentil a écrit :

Au fait, vous vous souvenez à la fin des années 1980 quand des fans considérait que TNG ce n'était pas assez "Star Trek" ? smile
Je développerai ce point de vue dans mes podcasts #2 & #3...

C’est l’éternel argument que l’on ressort à ceux qui critiquent les productions d’Abrams/Kurtzman depuis 2009…
On connait la chanson : chaque série ST historique (pas seulement TNG) a été critiquée à sa sortie par des fans réputés fétichistes et nostalgiques des séries précédentes, au motif que ce n’était pas pareil. Il n’y a pas eu d’exception.

Mais ce n’est pas un argument pertinent pour disqualifier ceux qui critiquent les série actuelles. Il n’y a pas de généralités systémiques, uniquement des cas par cas.

Dans les années 80, le rejet de TNG par certains trekkers était surtout motivé par l’arrivée de nouveaux personnages. Star Trek n’ayant alors existé qu’à travers Kirk & co, il en était encore largement indissociable dans l’imaginaire (comme Mulder pour The X Files).
En ce sens, TNG a été essentielle pour révéler que le Trekverse pouvait survivre à ses personnages iconiques originels, et c’est au fond à partir de TNG que Star Trek est devenu un véritable univers de SF.
Mais si cet élargissement de cadre (un univers existant soudain par-delà ses héros initiaux) a suscité de compréhensibles résistances, bien rares furent en revanche les trekkers ayant reproché à TNG de ne pas être "assez ST" par les valeurs ou les idéaux. Car la première saison de TNG fut davantage utopique que les trois saisons de TOS réunies (imputé en in-universe à presque un siècle d’évolutions sociétales). Et si les saisons suivantes de TNG (puis de DS9) ont finalement apporté de la pesanteur et du réalisme, elles n’ont jamais sacrifié l’utopie.

Finalement, comme je l’ai écrit dans ma dernière critique (et j’y reviendrai fatalement dans les suivantes), la ligne de fracture se trouve toujours dans les définitions.
Qu’est-ce qui fait que Star Trek est Star Trek ?
Chaque trekker apportera probablement une réponse différente, mais dans cette multitude et ce relativisme, les intentions du créateur gagnent à conserver une primauté.

Si l’on se borne à la définition roddenberrienne d’une proposition utopique (à travers l’UFP) et d’une dynamique d’exploration, les productions ST depuis 2009 (y compris Picard à ce stade) ne vérifient guère les conditions de leur label.

Mais à l’inverse, si on définit ST par des aventures se déroulant dans le futur (comme 80% des SF) et/ou par une galerie de personnages icôniques (comme chez DC et Marvel), et/ou par une UFP dont la seule fonction est de transposer le contemporain de production (comme tous les manifestes idéologiques), alors ok dans ce cas, Kelvin, Discovery, et Picard sont de parfaits Star Trek. Quitte à ne plus se différentier en essence de la plupart des autres productions de SF.

En 1987, TNG avait bousculé les attachements affectifs du public, mais sans changer la nature de la proposition trekkienne. Idem en 1993, en 1995, et en 2001.

Mais en 2009, en 2017 et à nouveau en 2020, ce furent en revanche des changements de paradigmes : derrière une sémiotique presque inchangée (personnages recastés ou non, gimmicks et gadgets, futurisme des environnements, fan service, gages divers…), la nature et la définition même de Star Trek ont été resetées et reformatées.
Mais à chaque étape, le changeling a gagné en capacité mimétique.
Avec Kelvin, l’imitation était encore très grossière.
Avec Discovery, la contrefaçon pouvait faire un peu mieux illusion (dans la seconde saison surtout).
Et avec Picard, le changeling a atteint sa pleine maturité : l’illusion est désormais totale (ou presque). bravo


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#71 26-01-2020 00:05:12

yrad
admin

Re : Picard 01x01 Remembrance

Guigui le gentil a écrit :

Je trouve cette analogie parfaitement fausse :

matou a écrit :

Même en France il ne pourrait il y avoir le discours suivant :
-Monsieur le ministre / président, des soldats français sont morts au Mali.
-Oui nous y sommes car le Mali a demandé notre aide pour protéger des civils après d’horribles massacres.
-Des civils maliens. Des vies d’africains. Et pour résultat des morts français.

Ce serait plutôt sauver des mecs de DAESH après une catastrophe naturelle et ça donnerait plutôt :

- Monsieur le ministre / président, des soldats français sont morts en Syrie.
- Oui nous y sommes car DAESH a demandé notre aide pour protéger des civils après un tremblement de terre.
- Des civils de DAESH. Des vies de DAESH. Et pour résultat des morts français.

Je suis sûr à 100% qu'en 2020 c'est tout à fait crédible.

En fait non, et je pourrais presque en témoigner professionnellement…

Parce que DAESH est justement un contre-exemple. Il s’agit d’une organisation terroriste dont les prétentions souveraines n’ont été reconnues par aucune nation. Dès lors, il n’existe pas de "civils de DAESH". Tous les membres actifs de DAESH sont considérés comme des combattants ennemis, co-coupables ou complices des actes criminels perpétrés par DAESH.
Il existe en revanche des victimes de DAESH (populations vivants dans des territoires occupés, contraintes de collaborer pour survivre, manipulés par des promesses mensongères notamment les femmes…). Et le droit à la vie et au sauvetage des "victimes de DAESH" (et non des "civils de DAESH") n’a jamais été (et ne sera jamais) mis en balance avec le droit à la vie des citoyens français, dans le sens où la vie des uns n’est pas ontologiquement moins précieuse que la vie des autres, du moins à innocence équivalente, et même par-delà toute notion d’innocence ou de culpabilité (qui demeure difficile à quantifier lorsque la manipulation et le conditionnement sont de la partie).

L’égalité du droit à la vie (quelle que soit l’origine, l’aspect physique, la religion… et par extension l‘espèce dans le Trekverse) est subordonnée à un état de non-combattant dans le cadre d’un éventuel antagonisme entre nations. Ce qui implique donc de bien différencier un gouvernement (potentiellement ennemi ou condamnable) d’une population civile qui ne saurait en être directement tenue comptable… sauf à instaurer une forme de jugement ou de hiérarchie basée sur le lieu de naissance et le génome (présidant à toutes les formes de racisme).
La population romulienne ne saurait être assimilée à ses dirigeants et à son armée. Ce n’est pas du tout analogique de DAESH dont la définition même implique des combattants pro-actifs.

En revanche, le devoir (légal et moral) des gouvernements envers leurs administrés implique que des choix stratégiques soient subordonnés à des priorités nationales. Ainsi, le gouvernement des USA aura forcément à cœur de protéger en priorité les citoyens étatsuniens par rapport à des citoyens non étatsuniennes (et idem pour toutes les autres nations contemporaines).
C’est-à-dire que lorsqu’il n’est pas matériellement possible d’aider ou de sauver tout le monde, ce n’est en soi ni du racisme, ni de la xénophobie, ni de la discrimination infamante que de faire un choix basé sur des devoirs contractuels ou des sociabilités naturelles. De même, il ne viendrait à l’esprit de personne de culpabiliser un homme d’avoir en priorité sauvé sa femme de la noyade plutôt qu’un inconnu (dans le cas où il ne pouvait sauver les deux).

Mais les propos de la journaliste de FNN (a priori représentatifs de l’opinion publique et des normes de l’UFP de 2399) ne témoignent justement pas d’une quelconque forme de "priorité nationale" face à un péril commun.
Déjà, parce qu’il n’y avait aucun péril commun, la série Picard n’ayant pas du tout respecté en internaliste ce que ST 2009 avait établi : la supernova (Hobus ?) ne menaçait finalement pas toute la galaxie mais uniquement le système de Romulus. Par conséquent, le sauvetage de vies romuliennes ne se serait pas fait au détriment des vies de l’UFP, et il n’y avait donc aucun dilemme existentiel.
Mais surtout parce que l’intervieweuse a interrompu Picard pour un ajustement d’ordre ontologique (et non pas pratique, stratégique, ou politique), à savoir différencier l’importance (voire la nature) des vies selon leur origine (ou leur espèce sentient). Ce qui impliquerait donc que dans l’UFP de 2399, les vies sentients n’ont plus toutes en essence la même valeur ni la même qualité. On est donc potentiellement passé du droit attribut (fondement actuel et a fortiori trekkien) au droit attribué (régression de plusieurs millénaires en faisant un détour par le Troisième Reich).


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#72 26-01-2020 00:09:52

yrad
admin

Re : Picard 01x01 Remembrance

Guigui le gentil a écrit :

Personnellement, je trouve que vous idéalisez beaucoup Starfleet et la Fédération qui est une utopie certes, mais qui a montré par le passé bon nombre de faiblesses avec un nombre assez conséquent de brebis galeuses (Yves en a oublié dans sa liste).

Je n’ai délibérément pas cité les "brebis galeuses" du 23ème siècle, car l’état de l’utopie trekkienne n’était alors pas celui du 24ème siècle.

Mais en ce qui concerne le 24ème siècle, j’estime par contre en avoir cité trop.

Par exemple, aussi choquant que cela puisse sembler, Luther Sloan n’était pas une "brebis galeuse". Il représentait l’élite de Starfleet et l’ultime recours de l’UFP devant une perspective d’anéantissement. C’était un anticorps, donc dangereux hors de tout contrôle. Mais pas un dévoiement, ni une "brebis galeuse".

Bruce Maddox n’avait rien non plus d’une "brebis galeuse". Il était à la base un chercheur honnête n’ayant aucune intention de fabriquer une race d’esclaves. L’argument de Picard (soufflé par Guinan) lui aura permis d’impressionner tout le monde et de gagner le procès. Mais c’était en réalité un worst case scenario. Un peu comme d’imaginer le pire usage possible d’une invention pour en obtenir l’interdiction.

Quant au cas de Matthew Dougherty, il est ambigu, car dans ST Insurrection, je ne suis même pas certain d’être du côté de Picard. Bon, ok, ce dernier avait raison d’empêcher la déportation sauvage et de faire prévenir le conseil de l’UFP. Mais au bout du compte, je ne vois pas quelle légitimité il y avait à laisser une centaine de personnes profiter de la vie éternelle dans un Eden dont ils n’étaient pas natifs… alors que ledit Eden aurait pu soigner et sauver des milliards de vie dans la galaxie. Sous couvert d’idéalisme trekkien et avec l’aide de bad guy caricaturaux, Insurrection nous vend en fait le modèle aristocratique. Raison pour laquelle je n’aime guère ce film, AMHA un des rares ratés du ST historique (sur le terrain du fond).

En tout état de cause, qu’il y ait un peu plus ou un peu moins de "brebis galeuses" que je n’en ai citées, cela ne change rien à l’équation : dans le ST historique, il s’agissait toujours de dérives individuelles et jamais de dérives collectives.

Et ce qui faisait aussi la force unique de Star Trek, c’est qu’il était possible d’être avec le système (utopique mais pragmatique) contre les héros. Combien de fois n'ai-je pas donné raison à l'agaçante (mais pertinente) amirale Alynna Nechayev contre le capitaine Picard (ou Sisko).


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#73 26-01-2020 00:15:11

yrad
admin

Re : Picard 01x01 Remembrance

Guigui le gentil a écrit :

Pour moi, un contexte post guerre avec le Dominion + la destruction de Romulus (crise migratoire) + l'attaque de mars ont forcément des conséquences dans la société à de nombreux niveaux et qui justifient pleinement un revirement partiel ou temporaire de l'utopie.

Voilà qui cristallise parfaitement notre divergence, Guigui. wink

Modulo l’effet de transposition, ce sont justement de "comparables" événements (en terme d’impact psychosociologique) qui auront réussi à vicier nos démocraties contemporaines, en favorisant notamment le rognage des libertés individuelles (Patrioct Act), l’essor des complotismes et des radicalisations, la montée des populismes et des isolationnismes, l’aggravation des fractures sociales et/ou de classe.
Oui, mais ce sont justement là nos sociétés contemporaines. Qui n’ont strictement rien d’utopiques. Même si bien des progrès ont été acquis et entérinés avec le temps.

Mais soumettre (ceteris paribus sic stantibus) l’utopique UFP à des tragédies aussi impactantes... pour finalement faire le constat des mêmes effets dégénératifs que de nos jours (voire pire), cela revient à nier l’utopie trekkienne depuis l’origine, c’est-à-dire rétrospectivement... car aussi fragile, aussi exposée, voire aussi illusoire que les sociétés d'aujourd'hui, et retombant exactement dans les mêmes ornières à la moindre occasion.

Si l'on met en équation (prédicat) cette problématique : les mêmes causes ne devraient pas produire les même effets si les conditions sont différentes ; mais si les effets sont bien les mêmes, alors les conditions aussi => donc UFP (de la série Picard) = USA.

Et du coup, on en revient une fois de plus aux définitions. Qu’est-ce que Star Trek ? L’Histoire d’une société comme la nôtre avec simplement davantage de techno ? Ou l’Histoire d’un autre monde (à valeur de modèle) ayant réussi à s’élever par rapport à nous, notamment en ne réitérant pas en boucle les mêmes erreurs qu'aujourd'hui et les mêmes erreurs qu'hier ?


Plus égoïstement (?), j’ajouterais que j’ai au quotidien tellement le nez dans la réalité contemporaine (par le travail, par diverses activités parallèles, par les travaux universitaires, et par les innombrables œuvres de fiction littéraire et audiovisuelles focalisées sur le monde actuel) que lorsque je me plonge dans une œuvre qui se prétend être du Star Trek (un style et un genre unique), c’est-à-dire une œuvre cathartique supposée transporter les spectateur aussi loin dans le temps et dans l’espace… il m'est difficile de ne pas être indigné d’y retrouver la minable réalité d'aujourd'hui (que je ne connais que trop), qui plus est dans une forme involontairement simplifiée et caricaturée.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#74 26-01-2020 00:18:58

yrad
admin

Re : Picard 01x01 Remembrance

Schmullus a écrit :
yrad a écrit :

Pour clore une fois pour toute ce HS

Excuse-moi, je me suis empressé de répondre à dvmy en omettant qu'une seconde page était disponible et que tu avais répondu toi-même. Si j'avais su, je ne me serais pas permis de répondre derrière toi. wink

Aucun soucis, Schmullus. wink

Mon post était surtout une mise au point générale, l'occasion d'expliciter un peu mieux la raison de ma double notation (qui avait fait polémique).

Cela dit, tu es parfaitement libre de répondre derrière-moi si tu le souhaites, Schmullus.
Et d'ailleurs à ce propos, merci d'avoir en quelque sorte pris ma défense dans ta réponse. thanks

Schmullus a écrit :

C'est exact! Ces gens que tu cites n'oseraient probablement pas tenir de pareils propos. Bien évidemment, ils s'arrangeraient pour médiatiser un sans nom, une sans voix, issues de réseaux populaires et politisés à outrance pour dénoncer violemment les propos qu'ils n'auraient pu tenir eux-mêmes. Cette journaliste est finalement très moderne dans son comportement et elle aurait une belle carrière devant elle si elle ne faisait pas partie d'une fiction aussi peu ambitieuse, car on imagine bien qu'elle n'a pas été financée depuis le berceau, allaitée avec des associations dites philanthropiques, alimentant tout un réseau de langues bien pendues.

Oui, cette journaliste est très moderne dans son comportement, ce qui signifie qu'elle aurait dû être outrageusement archaïque dans l’UFP trekkienne.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#75 26-01-2020 00:20:39

dl500
TOS Forever

Re : Picard 01x01 Remembrance

yrad a écrit :
dl500 a écrit :

Parce que ça ressemble furieusement à Star Trek.

Oui, un vrai Canada Dry. mdr

dl500 a écrit :

Concernant la question de la journaliste...pas choqué, on peut être dans la provocation, après tout le racisme existe encore dans la fédération (cf TOS avec les mêmes Romuliens).

Si tu fais référence au Lieutenant Stiles dans TOS 01x08 Balance Of Terror, ce n'était pas du racisme. C'était un traumatisme et de la paranoïa, les conséquences d'une guerre (romulienne) hantant encore la mémoire collective mais associée à une espèce dont nul ne savait rien (jusque dans son apparence physique).

En outre, un préjugé personnel exprimé sur le terrain (par Stiles) et immédiatement condamné par l'autorité en place (Kirk) ne saurait se comparer à une parole publique (la journaliste de FNN) se faisant l'écho des normes (et de la doxa) de son temps.

Enfin, TOS, c'était le milieu du 23ème siècle, pas la fin du 24ème. Il y a presque un siècle et demi d'écart.
La chronologie trekkienne (et notamment le postulat fondateur de TNG) a toujours assumé une évolution sociétale avec le temps. L'utopie n'est pas un état acquis autosatisfait, mais un constant work in progress.
Les partis pris de la série Picard n'en sont donc que davantage un gâchis (ou un reniement). 726 épisodes et 10 films de pur constructivisme… pour arriver à ça ?!

dl500 a écrit :

La réponse de Picard porte entièrement les valeurs de la fédération Roddenberrienne. Rassurant.

Difficile d’être "rassuré" et de trouver trekkien que les valeurs entières de l'UFP ne soient désormais plus portées que par un seul homme. sink
Mais c'est là l'aboutissement philosophique naturel d'un processus engagé depuis 2009 dans la franchise : la réussite collective a progressivement cédé la place à l'héroïsme individuel. Et pour glorifier l'individu, quoi de plus grandiloquent que de recycler le cliché indigeste du vaillant opposant/résistant s'élevant contre une société dévoyée. roulette

Bonsoir Yrad.
Je savais qu'en rédigeant mon premier aperçu, j'allais être contre argumenté. Je ne pensais pas directement par toi mais c'est tant mieux finalement. Parce que malheureusement je suis entièrement d'accord avec toi. J'ai été trop synthétique et je reconnais que cet épisode souffre de raccourcis, de facilités... Mais je suis tellement orphelin de ST, que j'ai envie d'y croire. Tant pis pour moi j'en suis sûr. Mais je fais partie de ceux ayant condamné ENT avant de la connaître alors je ne veux pas refaire la même bêtise. J'attends de voir... Il n'y a que 45 minutes pour l'instant. Et je t'avoue que revoir Data, le big D et bien cela a agit sur moi. Je me suis fait avoir.
Alors je ne vais pas condamner tout de suite. Et je n'ai pas ressenti ce sentiment de dégoût et de rejet que j'ai pu avoir avec DIS. Parce que TNG n'a pas la même importance pour moi que TOS.
On en reparle sur les prochains épisodes.
Après sur celui-ci, j'ai encore à dire... Sur le doublage, sur le fan service (qui m'a agacé), sur les raccourcis... Je vais le revoir en vo. wink
Peut être que Stewart sera le garant du temple. Après tout.
Tiens, Worf est représenté comme les klingons que nous connaissons, les 2 romuliens chez Picard ont les 2 formes de crâne... Franchement, je ne veux pas condamner tout de suite, peut-être que tout sera rétabli à la fin. (Picard pas le seul à porter les valeurs par exemple)
Et pour le sentiment de rejet, il suffit d'aller en Alsace, c'était aussi il y a 150 ans, et c'est toujours dans la mémoire collective : l'abandon ou l'annexion suivant les ressentis.
La France porte des valeurs collectives mais certains individus y pensent le contraire en toute liberté. Espérons que les scénaristes soient dans ce schéma d'écriture.

Dernière modification par dl500 (26-01-2020 00:29:20)


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

Pied de page des forums