ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#51 04-11-2011 15:40:20

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

scorpius a écrit :

Buckaroo : Heu...Lucas sur Indy 4 c'est les cranes de cristal, la zone 51, la guerre froide, les soucoupes volantes...

En gros, tout ce que je trouve relou dans ce film, et méprisant envers l'imaginaire.. La zone 51 tue la magie et le symbolisme de la dernière image de The Raiders.. Les soucoupes Volantes.. Je comprend mal le symbolisme derrière tout ça : L'arche c'était la lutte classique du bien contre le mal, les pierres de sankara c'est le besoin de croire aux héros, le graal , la quête du père..
les crânes de cristal ?.. Je suis un peu perdu . Par contre j'ai bien aimé tout ce qui a attrait aux années 50, pas que la guerre froide.. Mais expliquez 4 fois la même chose, les redondances ça se n'est pas Spielberg.

Spielberg c'est
Le frigo anti-nucléaire,

... Et je suis d'accord avec toi, c'est du Spielberg & c'est toujours cette séquence que les détracteurs de Lucas nous balance à la tronche depuis lors : Nuke The fridge !..Comme quoi la haine rend aveugle.  Je ne suis jamais tombé dans le panneau, j'ai adoré d'emblée cette séquence, son humour, son extravagance  et le symbolisme derrière tout ça : Le triomphe de l'imaginaire ( Indy ) contre la plus froide et cynique des raisons ( la bombe atomique ) 


Mutt qui fait Tarzan,  et surtout ce gros naze de Shia leBoeuf...à l'origine Lucas voulait qu'Indy est une fille,
( tout comme dans The Young Indiana Jones Chronicles )probablement incarné par Natalie Portman...ça aurait quand même eu une autre gueule !

Mais il n'y a pas que Mutt, c'est aussi tout les personnages qui gravitent autour d' Indy qui sont inexistant, fade.. Je peine à retrouver la fougue de Marion Ravenwood dans ce film, le sidekick qui retourne sa veste est copié sur le Benny de The Mummy ( autre excellent film d'aventure) ..Et c'est là que je ne reconnais plus Spielberg..les personnages , leur parcours intérieur est très important dans son cinéma actuel.

Plus facile de cracher sur Lucas, que d'ouvrir les yeux sur le cinéma de Spielberg et Cameron, qui n'ont pas livrer un film
de la puissance de La Revanche des Sith depuis la fin des années 90...

Je réponderai Munich  juste pour le chef d'oeuvre sans concessions ..  Mais aussi Catch Me If   You  Can. Ou pour le côté obscur le triptyque :  A.I , Minority Report , War Of The Worlds..  Pour Cameron : Avatar..

Dans les années 80 , Indy, Star Wars me faisait rêver.. Dans les années 2000, ce fut LOTR et Avatar, pour conclure la décénnie en beauté.. Je suis désolé, Lucas est à côté de ses pompes depuis longtemps , alors que Spielberg nous sortait des Gremlins , Retour vers le Futur, le Secret de la Pyramide.. Lucas nous torturait avec Howard The Duck, Willow, Labyrinth..

chronos a écrit :

=> les personnages des Dupond-Dupont sont inexistants

Comme dans Tintin, ils ont un ( voir deux ) train de retard sur l'intrigue..

=> la Castafiore est ratée

Un caméo (utile)  comme dans Le Spectre d' Ottakar . Dommage qu'on t'es spoilié là dessus, je en savais pas que le rossignol Milanais apparaîssait dans ce film..Ce fut une agréable surprise..Et bravo à Weta Digital, parce que le rendu est bluffant de réalisme.

=> Spielberg a succombé à la mode des film US de maintenant : pas un moment de répis, de l'action à tout va et tout le temps ( sauf dans le désert )

Mode qui soit dit en passant Spielberg et Lucas ont crée de toute piéce. wink
Je lis Tintin et je n'ai pas un seul instant de répit..C'est ça l'aventure , comme les Indy pas un temps de répit.. Tintin et Hergé ne se prétant pas à l'introspection, il y a pourtant dans ce film de grande scène qui nous questionnent  sur la personnalité de Tintin & du Capitaine Haddock.


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#52 04-11-2011 16:14:37

mbuna
I don't know you

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

Buckaroo a écrit :

Spielberg c'est
Le frigo anti-nucléaire,

... Et je suis d'accord avec toi, c'est du Spielberg & c'est toujours cette séquence que les détracteurs de Lucas nous balance à la tronche depuis lors : Nuke The fridge !..Comme quoi la haine rend aveugle.  Je ne suis jamais tombé dans le panneau, j'ai adoré d'emblée cette séquence, son humour, son extravagance  et le symbolisme derrière tout ça : Le triomphe de l'imaginaire ( Indy ) contre la plus froide et cynique des raisons ( la bombe atomique )

Moi aussi j'adore cette scène du frigo... Je ne comprends pas ce qu'on lui reproche.

Pour moi, Indy c'est un mec qui arrive à se sortir de toutes les situations improbables et dans l'urgence, avec de l'affront, de l'humour, de l'inconscience et/ou du courage. Tenez, c'est comme dans Indy2 quand il coupe la corde du pont sur lequel il est au milieu, ou encore sauter d'une fenêtre et tomber sur ses pieds, ou encore laisser conduire un gamin avec ses semelles surcompensées...

Le frigo antinucléaire c'est ca, dans l'urgence, vite faut trouver une solution à laquelle personne n'aurait pensé, se sortir d'une situation perdue d'avance (le no win scenario p) avec en + la dose d'humour qu'on retrouve dans chaque scène d'Indy, par ce que ca transpire de sa typo.

Dernière modification par mbuna (04-11-2011 16:29:52)

Hors ligne

#53 04-11-2011 16:52:15

scorpius
Nowhere Man

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

Buckaroo : En soit le scéne du frigo ne me géne pas, ce qui me gonfle c'est qu'elle a servi à casser du sucre sur le dos de Lucas.

En gros t'as pas aimé les éléments les plus "fantastique" du film , je peux comprendre car
Spielberg les traitent avec un dédain incroyable : A l'origine Lucas voulait qu'Indy 4 renvoie aux films de s.f parano des années 50
Avec Indy qui "combat" les soucoupes volantes et les russes
Mais comme Spielberg lui ne voulait pas d'aliens,  Lucas a du trouver un compromie : Le Crâne de Cristal
alors à qui la faute...

Si Munich est un bon film, les films de s.f cathos de Spielberg désolé je peux pas...Quand à Avatar on parle d'une des plus grosse arnaque de l'histoire du cinema
Et j'aime autant les productions Lucasfilm des années 80 ( et tu as oublier Mishima, Tucker, Return to Oz ou More American Graffiti...)
que les films Amblin de l'époque

Dernière modification par scorpius (04-11-2011 16:56:00)


SIRmZIH.gif

Hors ligne

#54 04-11-2011 17:03:46

mypreciousnico
_________

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

mbuna a écrit :
Buckaroo a écrit :

Spielberg c'est
Le frigo anti-nucléaire,

... Et je suis d'accord avec toi, c'est du Spielberg & c'est toujours cette séquence que les détracteurs de Lucas nous balance à la tronche depuis lors : Nuke The fridge !..Comme quoi la haine rend aveugle.  Je ne suis jamais tombé dans le panneau, j'ai adoré d'emblée cette séquence, son humour, son extravagance  et le symbolisme derrière tout ça : Le triomphe de l'imaginaire ( Indy ) contre la plus froide et cynique des raisons ( la bombe atomique )

Moi aussi j'adore cette scène du frigo... Je ne comprends pas ce qu'on lui reproche.

Pour moi, Indy c'est un mec qui arrive à se sortir de toutes les situations improbables et dans l'urgence (...)

Le frigo antinucléaire c'est ca, dans l'urgence, vite faut trouver une solution à laquelle personne n'aurait pensé, se sortir d'une situation perdue d'avance (le no win scenario p) avec en + la dose d'humour qu'on retrouve dans chaque scène d'Indy, par ce que ca transpire de sa typo.

On est 3, j'ai adoré cette scène également smile

Parce qu’elle est improbable, irréaliste et qu'elle représente bien "l'esprit Indy". Indy est une héros increvable, de la trempe (effectivement) de Tintin ou de Bob Morane.

D'une manière plus générale j'ai vraiment bien aimé ce Indy 4, même si j'y déplore une trop grande présence du numérique. C’est ce que j'ai aimé dans Captain America, un film d'aventure (plus qu'un film de superhéros) ou le numérique a su ce faire plus discret que d’ordinaire.

scorpius a écrit :

Spielberg c'est
Le frigo anti-nucléaire, Mutt qui fait Tarzan,  et surtout ce gros naze de Shia leBoeuf...à l'origine Lucas voulait qu'Indy est une fille,
( tout comme dans The Young Indiana Jones Chronicles )probablement incarné par Natalie Portman...ça aurait quand même eu une autre gueule !

J'ai trouvé Shia labeouf pas si mauvais que ça finalement. L'idée d'un fils à Indy est bonne, même si cousue de fil blanc aussitôt que le personnage apparait.

Et puis alors pitié, pas Portman dans un Indy rolleyes

J'ai souvent l'impression d'être le seul idiot de la planète à ne pas la trouver sensas cette actrice...

scorpius a écrit :

Plus facile de cracher sur Lucas, que d'ouvrir les yeux sur le cinéma de Spielberg et Cameron, qui n'ont pas livrer un film
de la puissance de La Revanche des Sith depuis la fin des années 90...

Pour Cameron je veut à la rigueur bien te suivre, j'ai beaucoup aimé son Avatar, excitant blockbuster, mais ça manque quand même d'un fond à la hauteur de la forme pour s'imposer autrement que comme un gros machin plein de pognon.
Cela dit, Cameron et Lucas partagent une même fétichisation (un peu maladive) de la technique (de la technologie même) au service de leurs films, au point que ça prend le pas sur le reste (ce sont bien les qualités techniques plus qu'artistiques qui ont été mises en avant pour SWII et surtout Avatar).

Spielberg en revanche, je suis moins d'accord, il a au moins les films suivants :

- AI: je n'aime pas ce film, mais il possède un propos de fond parfaitement intéressant.

- Minority Report : pas tant Dickien que ça, mais quel bon film de SF smile

-Indy 4: et bien oui, c'est un excellent film pour moi. Il a fait tiquer les puristes qui n'ont pas aimé que ça ne se déroule pas à la même époque que les 3 premiers. une idée de génie pour moi (peut-être la doit-on à Lucas cela dit.)

Revenge Of The Sith est effectivement un film que j'ai beaucoup aimé. Mais bon, Lucas ne fait que ça Star Wars...

Cela dit, cracher sur lui est devenu un sport international, je ne cautionne pas plus que ça hein ^^
A l'heure actuelle, le serial Clone Wars est une œuvre hautement passionnante smile

scorpius a écrit :

Autant, je suis plus ou moins d'accord pour King Kong ( en dehors de cette manie insuportable, qu'a Jackson de faire des films
de 8 heures ) mais si Speed Racer ou Scott Pilgrim c'est le cinoche de demain...

J'avais vu King Kong lors de sa sortie, j'avais pas accroché. Il faudrait que je le revois, car j'adooore le cinéma qui dure longtemps (les films qui font 1h20 ça me frustre). Ben-Hur et ses plus de 3 heures, ça avait plus de gueule que les 1H30 du Choc des Titans 2010 (comparaison injuste et honteuse, mais j'assume smile )


Sinon, j'aime bien Speed Racer, mais en aucun cas ça n’est le cinéma de demain. C'est une forme de cinéma, nourri au numérique. C'est tout.

L'expression "cinéma de demain" est une expression toute faite utilisée par les journalistes qui ne savent pas quoi dire.
Je la range à côté de l'encore plus insupportable expression construite sur ce modèle :  "[nom de réal/écrivain] a dépoussiéré [insérer une œuvre hyper connue ou un mythe]"

...Abrams a dépoussiéré Star Trek...
...Anne Rice a dépoussiéré le mythe du Vampire...
...Walking Dead a dépoussiéré le mythe du zombi...
...ad lib

C’est fou ce qu'il peu y avoir comme œuvres poussiéreuses.

Dernière modification par mypreciousnico (04-11-2011 17:16:20)

Hors ligne

#55 04-11-2011 17:06:36

mypreciousnico
_________

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

scorpius a écrit :

Buckaroo : En soit le scéne du frigo ne me géne pas, ce qui me gonfle c'est qu'elle a servi à casser du sucre sur le dos de Lucas.

Ah bon ?
Je l’ai toujours vu servir à démolir le film, pas spécialement ni Lucas, ni Spielberg...



scorpius a écrit :

Si Munich est un bon film, les films de s.f cathos de Spielberg désolé je peux pas...

Qu'entend -tu par SF catho ?

Hors ligne

#56 04-11-2011 18:04:16

scorpius
Nowhere Man

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

Le traitement presque religieux de Minority Report et de la Guerre des Mondes ( déjà présent dans l'original ) j'ai pas aimé
même A.I ou c'est moins présent, ça m'a gacher le film.
Il y a dans ces oeuvres, une " aura" messe du dimanche et le discours qui va avec que je trouves inssuportable

Dernière modification par scorpius (04-11-2011 19:04:57)


SIRmZIH.gif

Hors ligne

#57 04-11-2011 18:23:48

mypreciousnico
_________

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

scorpius a écrit :

Le traitement presque religieux de Minority Report et de la Guerre des Mondes ( déjà présent dans l'original ) j'ai pas aimé
même A.I ou c'est moins présent, ça m'a gacher le film.
Il y a dans ces oeuvres, une " aura" messe du dimanche et le discour qui va avec que je trouves inssuportable

Ha ouais c'est marrant ce ressenti smile

Pour ma part, je n'ai pas aimé AI à cause de son sentimentalisme. le parcours de ce jeune Robot, pour émouvant qu'il soit ne m'a pas touché.

J'aime Minority Report (au dela de son scénario et de sa mise en scène que je trouve très réussis) en grande partie parce que visuellement le film allait à contre-courant de ce qui se faisait alors. Une image rugueuse, granuleuse, avec une saturation des blanc presque désagréable. Une image délibérément "moche" à une époque ou le blockbuster habituel mettait en image des effets spéciaux lisses et sans défauts. (CF notre discussion avec Yrad, dans le topic Némesis, sur la transition des effets spéciaux vers la full 3D )

D'ailleurs, ce parti pris est extrêmement bien rendu sur le blu ray du film.

Hors ligne

#58 04-11-2011 18:58:55

Warp 9
vétéran

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

Ce que je retiens de Minority Report? Que ce film bat sans doute des records en matière de "product placement" pour un film.... rolleyes


“On vit à une époque ou l'on tend à ignorer, voir renier les actions progressistes d'hier dans le but de véhiculer l'idée fictive & dangereuse que nous vivons dans un monde pourris par la haine. Si même Star Trek, la franchise la plus progressiste qui soit, ne peut pas prendre ses distance face à cette ré-criture de la culture populaire & de l'Histoire je crains sérieusement pour l'avenir."

Hors ligne

#59 04-11-2011 19:43:45

chronos
candidat

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

Pardon pour le HS wink

Minority report = tom cruise
Vous arrivez peut-être à différencier le tom cruise acteur du tom cruise adepte de la scientologie et qui se gène pas d'en faire l'apologie à chaque promotion de ses films ; cela ne vous dérange pas ? moi si et ma déontologie m'interdit dorénavant de visionner ou d'acheter tout produit ou il se trouve ! Vous parlez de Speilberg et bien en voilà un qui considère Cruise comme personne non grata dans son entourage depuis ses débordements pour la promotion d'un Mission Impossible. Ce type me dégoûte ! mad

Dernière modification par chronos (04-11-2011 19:45:35)

Hors ligne

#60 04-11-2011 21:28:27

scorpius
Nowhere Man

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

Chronos : Je comprends tout à fait que tu te sentes offenser par les "convictions" de Tom Cruise.
Néanmoins, il est dommage de passer à coté de Walkyrie, collateral ou Magnolia
qui sont de grands moments de cinema...l'idéal est d'essayer de faire abstraction de cela...mais encore une fois, si tu n'y arrive pas 
ça se comprends tout à fait !

Dernière modification par scorpius (04-11-2011 21:29:00)


SIRmZIH.gif

Hors ligne

#61 04-11-2011 21:35:52

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

chronos a écrit :

Pardon pour le HS wink
Minority report = tom cruise

Tom Cruise = Eye Wide Shut, La couleur de l' argent , Tonnerre sous les Tropiques , Entretien avec un Vampire , Legend , né un 4 Juillet , Mission: Impossible , Minority  Report, War Of the Worlds , Collateral ..Tout sauf des films de scientologie.. & quel acteur peut se targuer dans sa filmo d'aligner des noms aussi illustre que Stanley Kubrick, Steven Spielberg , Martin Scorsese , Michael Mann , Oliver Stone , Ridley Scott..

Non je ne suis pas un lecteur de Voici, j'en ai rien à foutre de sa vie privée et de ses croyances à la con, je suis un cinéphile tout ce que je constate, c'est son talent ..  ce milliardaire a réussit à me convaincre qu'il pouvait être un working class hero dans War Of The Worlds..

warp a écrit :

Ce que je retiens de Minority Report? Que ce film bat sans doute des records en matière de "product placement" pour un film....

Minority Report est un film d'anticipation très pessimiste sur le futur.. Le héros est agressé par la pub jusqu'à son paquet de cornflake (qu'il balance contre le mur, n'arrivant pas à éteindre la pub) ..On est agressé par la pub, et hélas on le sera de plus en plus.. On est sur le net et on sait comment ces salopards nous accroche & nous martélent de spams..ou d ' "offre commerciale " .. On retrouve cela dans Blade Runner : rapellez vous les pubs sur Coca cola , TDK, Atari dans le ciel de Los Angeles ..Depuis 1982 et l'avènement de l'ère numérique , les commerciaux ne se contentent plus de néons ou de panneaux pour attirer ( ou faire chier ) le chaland, c'est pire.. bien plus pire !

Ce "product placement" agressif de Minority Report sert à dénoncer cette pub agressive... C'est pessimiste, Minority Report est pessimiste!

mypreciousnico a écrit :

Pour ma part, je n'ai pas aimé AI à cause de son sentimentalisme. le parcours de ce jeune Robot, pour émouvant qu'il soit ne m'a pas touché.

C'est tout le propos du film..C'est de ne pas savoir si les machines auront des sentiments, mais si nous humains pourront avoir des sentiments pour des machines.. Le parcours de David m'a touché, c'est encore une fois avec Minority Report et War Of The Worlds, des films très pessimistes sur le devenir du genre humain..Donc je ne comprend pas trop le côté "messe catho" que tu trouves à ces films Scorpius..Dans ces films le genre humain est perdue, pas sauvé.


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#62 04-11-2011 22:04:26

scorpius
Nowhere Man

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

Buckaroo : Tu délires !!!! à la fin de A.I, le "gentil" robot, avec l'aide d'autre gentils "robots" parvient à retrouver sa "gentille" maman...

A la fin de Minority Report : Les "gentils" Devins, partent vivre à la campagne dans un "gentil" chalet et
Tom Cruise retouve sa femme, avec la qu'elle il fait un" gentil" bébé

Dans la Guerre des Mondes, le "gentil" Dieu invente les "gentilles" bactéries pour détruire les aliens

Putain... de la s.f sombre et pessimiste comme ça j'en veux encore !!!

Dernière modification par scorpius (04-11-2011 22:08:03)


SIRmZIH.gif

Hors ligne

#63 04-11-2011 22:20:11

mypreciousnico
_________

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

scorpius a écrit :

Buckaroo : Tu délires !!!! à la fin de A.I, le "gentil" robot, avec l'aide d'autre gentils "robots" parvient à retrouver sa "gentille" maman...

Bof, tout le monde est mort, le gamin n’est plus que le témoignage ultime de l'existence de ceux qui l'ont crée.
Il retrouve sa mère oui...pour 24 heures tu parle.

scorpius a écrit :

A la fin de Minority Report : Les "gentils" Devins, partent vivre à la campagne dans un "gentil" chalet et
Tom Cruise retouve sa femme, avec la qu'elle il fait un" gentil" bébé

Les précogs sont condamnés à une vie d'ermites (en paix, certes), Cruise a été trahis par son mentor...

scorpius a écrit :

Dans la Guerre des Mondes, le "gentil" Dieu invente les "gentilles" bactéries pour détruire les aliens

C’est la fin originale du roman de Wells, si je ne m'abuse.
Pas vraiment catho, c'est au contraire une belle leçon. Toute la technologie humaine n'aura rien pu faire, mais l'envahisseur s'incline devant le truc le plus insignifiant: une putain de bactérie smile

On pourrait effectivement y voir "la toute puissance de la création du seigneur"..Mouais...

Je précise que je n'ai pas trop aimé la guerre des mondes non plus. Mais la fin a le mérite d'être couillue et le film d'aller à l'encontre du "film d'invasion" classique, avec grosse batailles et tout le toutim. la dernière bataille n’est même pas menée par l'homme.

scorpius a écrit :

Putain... de la s.f sombre et pessimiste comme ça j'en veux encore !!!

D'un côté, c'est bien plus sombre et pessimiste qu'un truc comme The Dark Khnigt, parce que c'est "l'air de rien" que c'est sombre.


chronos a écrit :

Pardon pour le HS wink

Minority report = tom cruise
Vous arrivez peut-être à différencier le tom cruise acteur du tom cruise adepte de la scientologie et qui se gène pas d'en faire l'apologie à chaque promotion de ses films ; cela ne vous dérange pas ? moi si et ma déontologie m'interdit dorénavant de visionner ou d'acheter tout produit ou il se trouve ! Vous parlez de Speilberg et bien en voilà un qui considère Cruise comme personne non grata dans son entourage depuis ses débordements pour la promotion d'un Mission Impossible. Ce type me dégoûte ! mad

Ouais, je suis un peu comme Buckaroo, le personnage publique m’insupporte (en vérité il m’indiffère plutôt) autant que toi, mais je ne regarde pas les films pour Tom Cruise. Et si je les apprécient, c'est quand ils me paraissent bons.

Je ne suis pas un fan de Cruise acteur, ne nous méprenons pas. Mais il a joué dans quelques bons films.

Warp 9 a écrit :

Ce que je retiens de Minority Report? Que ce film bat sans doute des records en matière de "product placement" pour un film.... rolleyes

J'avoue que j'ai jamais été fondamentalement contre le placement produit.
C’est un moyen de financement.

Si je devais arrêter de regarder les films qui abusent du procédé...(adieu retours vers le futur 2, difficile de faire plus en la matière)

Dernière modification par mypreciousnico (04-11-2011 22:40:15)

Hors ligne

#64 05-11-2011 00:11:43

scorpius
Nowhere Man

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

Oui il retrouve sa "mère" qui plus tôt l'a lacher comme une merde...pourtant Spielberg, se sent obliger de nous pondres un pseudo happy-end...
Le film aurait du se terminé 20 minutes plus tôt, sur David seul et engloutie par les eaux...un fin parfaite

Cruise à été trahis par son mentor, mais encore une fois tout se termine bien pour lui, on est loin du final de Blade Runner...
En revanche ce qui m'a plu, c'est qu'il ne trouve pas le meurtrier de son fils

Pour ce qui est de La Guerre Des Mondes : En gros les aliens qui viennent nous envahir, n'ont pas vérifier si la Terre était viable pour eux...
Que ça passe à l'époque de l'original ok, mais en 2005...

Dernière modification par scorpius (05-11-2011 00:15:37)


SIRmZIH.gif

Hors ligne

#65 05-11-2011 10:11:15

hm13
BorgCube Alpha

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

bin ce qui m'étonnerait plutôt, c'est que nous ne soyons pas victimes de LEURS bactéries, comme les conquistadors qui ont contaminé malgré eux les indigènes d'Amérique, qui ne connaissaient pas la grippe ou d'autres cochonneries, parce qu'ils n'étaient pas protégés naturellement, ces maladies n'étaient pas dans leur environnement...
de toute façon la morale de la Guerre des Mondes est toujours d'actualité : on ne méfie toujours pas de ce qui semble insignifiant...
mais bon... on ne va pas reprendre la discussion sur les remakes/reboots sont-ils vraiment nécessaires ?
quant à Cruise, il est peut-être plus intéressé par le fric que lui rapporte chaque film afin ensuite d'alimenter les caisses de la Scientologie et les pages de la presse pipole avec sa fille gâtée pourrie...

Dernière modification par hm13 (05-11-2011 10:12:12)


on ne me résiste pas...

Hors ligne

#66 05-11-2011 14:23:33

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

mypreciousnico a écrit :
scorpius a écrit :

Buckaroo : Tu délires !!!! à la fin de A.I, le "gentil" robot, avec l'aide d'autre gentils "robots" parvient à retrouver sa "gentille" maman...

Bof, tout le monde est mort, le gamin n’est plus que le témoignage ultime de l'existence de ceux qui l'ont crée.
Il retrouve sa mère oui...pour 24 heures tu parle.

Sa mère qui l'a aimé qu'un cours instant dans le temps avant le retour de son vrai fils..et n'oublions pas le vrai père de David : L'inventeur qui l'a crée pour un but hautement commerciale..
C'est très pessimiste..

scorpius a écrit :

Oui il retrouve sa "mère" qui plus tôt l'a lacher comme une merde...pourtant Spielberg, se sent obliger de nous pondres un pseudo happy-end...
Le film aurait du se terminé 20 minutes plus tôt, sur David seul et engloutie par les eaux...un fin parfaite

Mais d'un côté, c'est un conte ( celui de Pinnochio ) qui guide les pas de David durant tout  le film, cela  devait se finir comme dans un conte..Un bon conte qui se finit amèrement..puisse que les 24 heures écoulés, et sa mère morte, David ne se réveillera plus jamais.. AI est plutôt optimiste pour l'intelligence artificielle : Elle est capable d'émotion sans aucune malice, même dans le futur lointain ( ce ne sont pas des aliens à la fin, mais bien des méchas) , en offrant à David de réaliser son rêve.. Spielberg est carrément pessimiste sur le genre humain, que se soit le père, l'inventeur , la mère, le fils et l'horreur des "flesh fair" : L'humain n'est plus capable de s'émouvoir.

mypreciousnico a écrit :
chronos a écrit :

Pardon pour le HS wink

Minority report = tom cruise
Vous arrivez peut-être à différencier le tom cruise acteur du tom cruise adepte de la scientologie et qui se gène pas d'en faire l'apologie à chaque promotion de ses films ; cela ne vous dérange pas ? moi si et ma déontologie m'interdit dorénavant de visionner ou d'acheter tout produit ou il se trouve ! Vous parlez de Speilberg et bien en voilà un qui considère Cruise comme personne non grata dans son entourage depuis ses débordements pour la promotion d'un Mission Impossible. Ce type me dégoûte ! mad

Ouais, je suis un peu comme Buckaroo, le personnage publique m’insupporte (en vérité il m’indiffère plutôt) autant que toi, mais je ne regarde pas les films pour Tom Cruise. Et si je les apprécient, c'est quand ils me paraissent bons.

C'est vrai, Si on devait s'arrêter à l'image publique ..Dans ce cas , je ne devrais plus revoir Le Locataire, Chinatown sous le pretexte que Roman Polanski aurait violé une gamine de 13 ans. Ne plus lire Céline sous le prétexte qu'il fut antisémite, ni revoir Metropolis parce que sa scénariste était une Nazi..

Il y a peut être que John Travolta qui a produit un vrai film de scientologie et un "illustre" nanar  : Battlefield:Earth  , mais bon je ne pourrais pas me passer de Pulp Fiction, Blow Out ou Volte Face.

Si je devais arrêter de regarder les films qui abusent du procédé...(adieu retours vers le futur 2, difficile de faire plus en la matière)

Hellyeah !!..Sacré époque, j'ai longtemps porté des Nike en attendant les auto-lacente du film  , j'ai même porté un jean à l'envers pour faire rire la bande!  lol


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#67 13-11-2011 23:05:49

yrad
admin

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

Buckaroo a écrit :

Minority Report est un film d'anticipation très pessimiste sur le futur.. Le héros est agressé par la pub jusqu'à son paquet de cornflake (qu'il balance contre le mur, n'arrivant pas à éteindre la pub) ..On est agressé par la pub, et hélas on le sera de plus en plus.. On est sur le net et on sait comment ces salopards nous accroche & nous martélent de spams..ou d ' "offre commerciale " .. On retrouve cela dans Blade Runner : rapellez vous les pubs sur Coca cola , TDK, Atari dans le ciel de Los Angeles ..Depuis 1982 et l'avènement de l'ère numérique , les commerciaux ne se contentent plus de néons ou de panneaux pour attirer ( ou faire chier ) le chaland, c'est pire.. bien plus pire !

Ce "product placement" agressif de Minority Report sert à dénoncer cette pub agressive... C'est pessimiste, Minority Report est pessimiste!

Pour trouver le film Minority Report (2002) pessimiste, il faut vraiment ne pas savoir ce que ce vocable signifie (le superbe The Road de John Hillcoat - voilà un film qui rétrocède ses lettres de noblesse à notion de pessimisme !)... ou ne pas avoir vraiment lu Philip K. Dick ! D'autant plus que le "product placement" publicitaire n'a jamais été le sujet de la nouvelle homonyme de Dick (1956).
L'univers du Minority Report - version Spielberg - est tellement lisse (comme d'hab) qu'il réussit à être plus enviable que ce qui attend vraisemblablement notre planète dans les prochaines décennies.

Minority Report est peut-être un film visuellement bien fichu, mais ça ne suffit pas à faire un bon film (pas plus que la plastique des actrices par ex.) à l'aune de l'œuvre littéraire originelle ! Car il s'agit juste d'une édulcoration paupérisante de Philip K Dick, évitant lâchement tous les problèmes de fond. Notamment en transformant le dilemme moral (et sociétal) du libre arbitre versus le sécuritarisme (éradication anticipée de 99% des crimes) en une énième histoire de complot étatique (que bien sûr le héros réussit à désamorcer). roll

L’élément clé de la nouvelle de K. Dick, c’est que prédire l’avenir change l’avenir (conduisant donc à sa propre aporie). Le personnage principal, responsable du système de prédictions, est averti que deux precogs sur trois ont prédit qu’il allait commettre un meurtre, ce qui le conduit à éviter les circonstances qui motiveraient ce crime. Il comprend donc que le troisième precog avait prévu que la prédiction du meurtre serait auto-invalidante. La nouvelle se finit quand le protagoniste décide - avec un sens du devoir romain ou nippon - de commettre le meurtre malgré tout par dévouement sociétal envers un système perçu comme plus protecteur qu'inique. Et il comprend finalement que la prédiction du second precog résultait de la connaissance de son invalidation par le sujet, puisque dans le cas de cet homme attaché au système en place, l'opposition à la prédiction serait nécessairement auto-réalisatrice. La nouvelle soulève ainsi des problématiques transcendant la "simple" question éthique de l'emprisonnement d'un individu pour un futur crime probable (cf. les débats sur l'innéisme bien antérieurs aux nouvelles de Dick...) et celle d'un système cherchant à masquer ses propres failles (le lot conceptuel de tous les systèmes, cf. René Girard). Est ce que la connaissance du futur rendrait en soi le crime moins ou plus probable ? Comment réagirait un sujet convaincu de sa propre dangerosité future ? Pourrait on concentrer les efforts de réinsertion sur les individus "à risque" (non par le génome mais par la prédestination) ?
Et pour ne rien gâcher, la nouvelle de Philip K Dick offre une exemple canonique de boucle causale parfaite (donc kafkaïenne), digne de celles du futur univers audiovisuel de Star Trek, mais hélas totalement absente du film.

Bref, la mauvaise adaptation de Spielberg trahit l'essentiel de la nouvelle... pour se vautrer dans une SF gadgeto-hich tech spectaculaire mais creuse qui délivre un énième sermon bien-pensant contre les dérives totalitaires... visiblement le seul aspect ("politique-only" bien sûr) que les cinéastes et les intellectuels contemporains semblent avoir retenu de l’œuvre visionnaire de Philip K Dick.  rolleyes

Buckaroo a écrit :
mypreciousnico a écrit :

Pour ma part, je n'ai pas aimé AI à cause de son sentimentalisme. le parcours de ce jeune Robot, pour émouvant qu'il soit ne m'a pas touché.

C'est tout le propos du film..C'est de ne pas savoir si les machines auront des sentiments, mais si nous humains pourront avoir des sentiments pour des machines.. Le parcours de David m'a touché, c'est encore une fois avec Minority Report et War Of The Worlds, des films très pessimistes sur le devenir du genre humain..Donc je ne comprend pas trop le côté "messe catho" que tu trouves à ces films Scorpius..Dans ces films le genre humain est perdue, pas sauvé.

A.I. est un autre exemple de film à gros budget passant complètement à côté de son sujet, et constituant en outre une insulte au cinéma de Kubrick.

En apparence le but de A.I. est de montrer que la vie artificielle peut réussir à aimer de façon aussi "sincère" que les êtres humains. Mais finalement le film se contente de livrer ex cathedra David (quid de ce qui permet de le différencier des autres mechas ?), de nous infliger la trivialité de l'amour filial à travers la cellule familiale américaine qui ne supporte aucune mies à l'épreuve, et de multiplier les raccourcis scénaristiques grotesques (la rapidité unilatérale avec laquelle Frances & Sam se débarrassent de David est au mieux injurieux, au pire invraisemblable, ils auraient été plus patients avec un animal domestique).

Mais la finalité réelle d'A.I. consiste à questionner la capacité de l'être humain à aimer vraiment un mecha. Or sur ce plan, c'est un ratage complet ! Car ce n'est même pas qu'il répond par la négative, c'est qu'en presque 2h30, le film parvient à ne pas répondre du tout à la question, notamment en prenant la tangente par un bond dans le futur de 2 000 ans et l'intervention de pseudo-méchas à la gueule d'aliens spielbergiens (E.T. & co) limite HS !

Même sa fin qui aurait pu arracher des larmes à Margot est affligée de la veulerie des puants happy-ends spielbergiens (ça ne rate jamais).

Et pour ne rien arranger, le film multiplie les incohérences : factuelles comme par ex. lorsque David se détraque en avalant de la nourriture (cela fait des décades que l'humanité a l'expérience de la construction de mechas et nul n'a prévu la protection du principal orifice ? – des vrais guignols ces scientifiques) ; philosophiques comme par ex. lorsque Sam tombe des nues et s'indigne que l'amour puisse être accompagné de haine, inclination perçue par tous comme une défaillance (c'est vraiment le monde des Bisounours)…

L'ensemble du film A.I. est lent, mou, sirupeux, gnangnan… bref à la fois chiant et exaspérant ! Plus encore sachant que c'est supposé être un hommage à Stanley Kubrick… qui était l'exacte antithèse de tout ça.
Il n'y a que trois choses positive dans ce film : l'interprétation impériale de William Hurt (prof. Hobby), quelques lignes de dialogues incisives (et pertinentes) exprimées par Gigolo Joe (Jude Law), et les anti-mecha Flesh Fair constituant une belle audace dystopique (version futuriste des jeux du cirque).
Mais à part ça, A.I. distille un ennui assourdissant, comme le plus souvent dans le Spielberg-mainstream (CEOTTK, E.T.…). Et je suis pourtant ultra-adepte du cinéma "contemplatif" slave, japonais, et scandinave. p


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#68 14-11-2011 15:16:16

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

yrad a écrit :

Mais la finalité réelle d'A.I. consiste à questionner la capacité de l'être humain à aimer vraiment un mecha. Or sur ce plan, c'est un ratage complet ! Car ce n'est même pas qu'il répond par la négative, c'est qu'en presque 2h30, le film parvient à ne pas répondre du tout à la question, notamment en prenant la tangente par un bond dans le futur de 2 000 ans et l'intervention de pseudo-méchas à la gueule d'aliens spielbergiens (E.T. & co) limite HS !

C'est là ou il me semble que le film t'a échappé Yrad. Tu tombes dans le même panneau que ceux qui n'ont pas aimé A.I. A la fin, ce ne sont pas des aliens, mais bien des Méchas. Leur look est calqué sur le logo de la compagnie et la première apparition de David dans un raie de lumières. En David, les Mechas exhument un chaînon manquant de leur évolution.

Même sa fin qui aurait pu arracher des larmes aux spectateurs est affligée de la veulerie des puants happy-ends spielbergiens.

..Ce n'est donc pas un happy end, il ne reste plus rien des humains, pas même le rêve maternel de David : Ephémère,  il disparaitra au petit matin, et David ne se réveillera jamais plus.
Je pleure à ce final non pas parce que c'est beau et merveilleux, je pleure parce que c'est vraiment triste & désespéré. David n'a jamais connut le bonheur, il l'a juste fantasmé. Même quand les méchas lui réalise son réve, c'est une journée virtuelle, imbibé de ses fantasmes d'enfant, il est dans un endroit qui n'est pas loin de rapeller l'anti chambre à la fin de 2001. Bowman est en attente d'une évolution, pour David l'évolution a déjà eut lieu, c'est encore plus tragique.

L'ensemble du film A.I. est lent, mou, sirupeux, gnangnan… bref à la fois chiant et exaspérant ! Plus encore sachant que c'est supposé être un hommage à Stanley Kubrick…

..Spielberg apporte au cinéma de Kubrick, ce qu'il lui manque cruellement : L' émotion, c'est sans doute pour cela qu'il est resté longtemps coincé avec ce film, ce n'est pas que sur un point de vue purement technique. Ce n'est pas un hasard qu'il ait proposé cette histoire à Steven Spielberg. Cet homme comprend mieux que quiconque l'universalité d'un conte comme Pinocchio, l' émotion , mais une émotion ici pleine de désenchantement et d'amertume , le contraire des finals de CEOT3K  ou E.T plein d'enchantement et de merveilleux.

A.I est apellé à l'avenir à devenir un classique de la S.F , très proche de 2001, Blade Runner qui eux aussi en leur temps sont tombés sur des murs d'imcompréhension. Il est bon de rappeler que ces films ne sont pas nés classiques, ils le sont devenus avec le temps.


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#69 14-11-2011 16:44:50

yrad
admin

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

Buckaroo a écrit :

C'est là ou il me semble que le film t'a échappé Yrad. Tu tombes dans le même panneau que ceux qui n'ont pas aimé A.I. A la fin, ce ne sont pas des aliens, mais bien des Méchas. Leur look est calqué sur le logo de la compagnie et la première apparition de David dans un raie de lumières. En David, les Mechas exhument un chaînon manquant de leur évolution.

Je connais bien cette interprétation (j'en discutais déjà avec des amis à la sortie de la salle obscure fin 2001). Mais ça reste une interprétation, pas un panneau. Et c'est sciemment que j'ai préféré encore le HS des aliens à l'incohérence des mechas 2.0. Car dans ce second cas, tout le discours de rupture résultant de la glaciation contredit frontalement la nature évolutionniste de ces mechas au look d'E.T.. Déjà qu'il est très difficile d'avaler la disparition de 100% de l'humanité des suites d'une glaciation au regard de son degré d'évolution technologique... 

Buckaroo a écrit :

..Ce n'est donc pas un happy end, il ne reste plus rien des humains, pas même le rêve maternel de David : Ephémère,  il disparaitra au petit matin, et David ne se réveillera jamais plus.
Je pleure à ce final non pas parce que c'est beau et merveilleux, je pleure parce que c'est vraiment triste & désespéré. David n'a jamais connut le bonheur, il l'a juste fantasmé. Même quand les méchas lui réalise son réve, c'est une journée virtuelle, imbibé de ses fantasmes d'enfant, il est dans un endroit qui n'est pas loin de rapeller l'anti chambre à la fin de 2001. Bowman est en attente d'une évolution, pour David l'évolution a déjà eut lieu, c'est encore plus tragique.

C'est une posture nombriliste auquel je me refuse catégoriquement. Lorsqu'on vient de nous annoncer - quelques minutes avant - que toute l'humanité s'est éteinte (pour ne pas dire a été exterminée), tu comprends bien que les émois virtuels de David-le-petit-robot m'indiffèrent totalement.
Il y a d'ailleurs quelque chose d'obscène à n'avoir d'yeux que pour la quête égoïste de bonheur d'un seul individu... lorsque la Terre est devenue un tombeau.

La fin de 2001, c'est l'antichambre de l'indicible, de l'ineffable, de l'inaccessible, c'est le mystère insondable de l'existence et de l'au-delà.
La fin de A.I., c'est l'auto-apitoiement narcissique. David n'éprouve même pas de chagrin réel en apprenant que sa "mère" est morte il y a deux mille ans, et toute l'humanité avec. Sa seule peine est autocentrée, parce qu'il est physiquement privé de câlins.
A.I. confond l'amour avec la masturbation. C'est affligeant. sad

Buckaroo a écrit :

..Spielberg apporte au cinéma de Kubrick, ce qu'il lui manque cruellement : L' émotion, c'est sans doute pour cela qu'il est resté longtemps coincé avec ce film, ce n'est pas que sur un point de vue purement technique. Ce n'est pas un hasard qu'il ait proposé cette histoire à Steven Spielberg. Cet homme comprend mieux que quiconque l'universalité d'un conte comme Pinocchio, l' émotion , mais une émotion ici pleine de désenchantement et d'amertume , le contraire des finals de CEOT3K  ou E.T plein d'enchantement et de merveilleux.

C'est la perpétuelle confusion entre l'émotion contenue et l'émotion suscité. Le cinéma de Kubrick est émotionnellement beaucoup plus puissant que celui de Spielberg car Kubrick ne cherche jamais à encadrer ou à manipuler l'émotivité du spectateur. L'émotion vraie, c'est au spectateur de l'éprouver au contact du film le plus authentique possible (à l'instar de la vie elle-même), non au film de la téléguider artificiellement au moyen d'exhibitions incontinentes.
Les étalages émotionnels sont contreproductifs, comme n'importe quel prêt-à-penser au parfum de propagande.
Et lorsqu'il y a un trop plein d'émotivité, celle-ci finit par occulter le contenu réel du film. Ce n'est pas un hasard si autant de spectateurs ont rapproché la fin de A.I. de celles de CEOTTK et de E.T.. Parce que la manipulation émotionnelle est du même tonneau, et par voie de conséquence les réponses aux stimuli aussi..
Rationnellement, tout le monde sait bien que la fin de A.I. est pessimiste, mais émotionnellement, elle fait l'effet exactement inverse. Preuve d'une confusion tonale. Un peu comme dans ST 2009 lorsqu'on fait la teuf une heure après le génocide de Vulcain.

Buckaroo a écrit :

A.I est apellé à l'avenir à devenir un classique de la S.F , très proche de 2001, Blade Runner qui eux aussi en leur temps sont tombés sur des murs d'imcompréhension. Il est bon de rappeler que ces films ne sont pas nés classiques, ils le sont devenus avec le temps.

Eh bien, il reste à espérer que A.I. ne devienne jamais un classique à l'image des chef d'œuvres indépassables 2001 et Blade Runner ! Ou alors la SF audiovisuelle est appelée à tomber bien bas ! Car il faudrait que toute la SF soit du niveau de ST 2009 pour que A.I. puisse être considéré comme un classique. roll


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#70 14-11-2011 16:45:06

mbuna
I don't know you

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

Pour Minority Report :
J'ai adoré ce film, et le trouve toujours très bon. Il faut dire que j'ai lu le bouquin (enfin plutôt la nouvelle) de Dick a posteriori. Je suis sûr et certain que je n'aurais pas aimé le film si j'avais lu la nouvelle avant. Surtout la fin ! Aïe aïe aïe ! Et puis aussi l'explication de la cause des prédictions des precogs. Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi Spielberg n'a pas suivi la nouvelle, par ce que franchement je ne vois pas en quoi elle n'aurait pas pu être télégénique. On appauvrit énormément l'histoire de ce point de vue.

Cela dit, en faisant abstraction du livre, je dois dire que j'aime beaucoup ce film car visuellement il rend vraiment très bien l'atmosphère Dickien. Ce film a une photo très originale, des couleurs complètement bouchées qui rendent vraiment bien avec l'univers de l'auteur.


Ah au fait, oui je sais je suis long à la détente, mais je viens seulement de voir Tintin (en 2D). Tintinophile depuis toujours j'ai été totalement conquis par ce film. Spielberg n'a pas bêtement copié une BD case par case (comme l'auraient apparemment voulu certains puristes), il a lié 2 BD principales, pris des idées un peu partout, le scenario est très intelligent, avec tout plein de références sympathiques. J'en ai remarqué sur un nombre incroyable de séquences et certain d'en avoir loupé. Ce petit jeu m'a beaucoup amusé.

C'est tout bête mais petite anecdote : Dupont qui se casse la gueule dans l'escalier, et son chapeau qui roule 1 seconde après lui. Ce détail du chapeau, je me revois quand j'avais 10 ans, à la lueur de ma pauv' lampe de chevet, en train de lire la case. J'ai donc eu le beurre et l'argent du beurre : Totalement dans l'esprit Tintin mais avec pas mal de surprises qui fait que j'ai eu le droit à un nouveau livre à lire.

Une autre anecdote : le nombre de persos assommés par un coup de poing : quasi la marque de fabrique d'Hergé ! p

Bon, par contre la scène des grues....

Y'a pas mal d'incohérences dans ce Tintin, mais ce sont exactement le type d'incohérences (ou de manque de réalisme) qu'on trouve dans les BD, comme la poursuite dans la casbah de l’épervier. On est totalement dans l'esprit.
D'ailleurs on y est aussi au niveau du rythme. Les Tintins commencent généralement très doucement, Tintin accumule des indices pendant quelques planches et ensuite en route pour l'aventure sans aucun répit. Comme dans le film...

Hors ligne

#71 14-11-2011 16:54:44

yrad
admin

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

mbuna a écrit :

Il faut dire que j'ai lu le bouquin (enfin plutôt la nouvelle) de Dick a posteriori. Je suis sûr et certain que je n'aurais pas aimé le film si j'avais lu la nouvelle avant. Surtout la fin ! Aïe aïe aïe ! Et puis aussi l'explication de la cause des prédictions des precogs. Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi Spielberg n'a pas suivi la nouvelle, par ce que franchement je ne vois pas en quoi elle n'aurait pas pu être télégénique. On appauvrit énormément l'histoire de ce point de vue.

C'est exactement mon point de vue.
Sauf que j'avais le "malheur" de connaître par cœur la nouvelle de Dick avant de voir l'adaptation de Spielberg ! Tu peux donc imaginer l'effet que m'a fait ce film... quelles que puissent être la photo et les couleurs. sad


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#72 06-03-2012 09:56:45

dl500
TOS Forever

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

Bonjour,

vu hier "les aventures de Tintin" par Spielberg.

Facture technique irrépprochable. Des images à couper le souffle et des mouvements de caméras impossibles à réaliser "en réel" si le film avait été fait avec de vrais acteurs. Et tout ça de manière très lisible, preuve s'il en est de n'avoir pas besoin de secouer la caméra pour faire passer un peu d'action. M Bay si tu nous lis...
De belles scènes comiques aussi.
Mais...
Je sui resté de marbre avec cette performance capture. Toutes les critiques ont dit que ça y était, c'était fluide, expressif...
Et bien non. J'ai trouvé que le regard des personnages était vide. Et c'est bien souvent par les yeux ques les expressions passent. Le Tintin est presque marionnette. Je n'ai pas accroché.
Et je ne parle pas de "l'irrespect" du canon car même si l'on sent que Spielberg est plus qu'un fan d'Hergé, on se pose la question si un non européen pouvait faire passer la "belgitude" du personnage.
Alors oui pour la technique, oui pour les décors mais non pour l'histoire et l'animation des personnages. Je n'avais pas ressenti ça avec Avatar, beaucoup plus fluide dans les mouvements et les expressions du visage.

Au final assez déçu. Et où est passé ce professeur Tournesol????

@+


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#73 06-03-2012 14:34:26

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

dl500 a écrit :

Bonjour,
Je sui resté de marbre avec cette performance capture. Toutes les critiques ont dit que ça y était, c'était fluide, expressif...

Peut être es tu coincé dans la vallée dérangeante. wink

Franchement pour des personnages aux faciès volontairement caricaturaux, ça le fait grave.. Qu'Andy Serkis porte un maquillage en latex ou un visage numérique, la performance est bel et bien là. La profondeur du regard était là sur grand écran et en 3d, elle l'est encore en Blu ray.

J'ai revu Tintin enfin en VO. Le film est encore bien meilleur.. Quelle merveilleuse idée d'avoir doté Haddock d'un accent Ecossais , les Dupont et Dupond fonctionnent mieux avec les voix originales de Simon Pegg et Nick Frost.. Tout de même assez bizarre pour un français d'entendre ce Snowy ! Snowy!  ( Milou )

Et bien non. J'ai trouvé que le regard des personnages était vide. Et c'est bien souvent par les yeux ques les expressions passent. Le Tintin est presque marionnette.

Remarque aussi que le Tintin dessiné par Hergé est assez inexpressif..  wink

Au final assez déçu. Et où est passé ce professeur Tournesol????

Selon toute probabilités dans la suite prévue pour 2014 & réalisé par Peter Jackson. ok


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#74 06-03-2012 15:31:48

dl500
TOS Forever

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

Salut,

le personnage de Haddock est celui qui est le plus expressif. L'acteur qui l'incarne est en effet passé maître en la matière.
Mais je n'ai pas adhéré. J'ai souri, ri un peu, été émerveillé par la réalisation mais je n'ai pas accroché. C'est comme ça, c'est mon avis.
Mes enfants ont adoré eux.
J'avais été scotché par Avatar (les effets, pas le scénario) et j'ai vu un léger retour en arrière en terme de sfx. (film vu sur vidéoprojecteur full HD et BD 2D).

Prochain film: Apollo 18: il parait selon les critiques que c'est un nanar; je vous tiens au courant!
@+


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#75 06-03-2012 15:55:33

mbuna
I don't know you

Re : Les Aventures de Tintin par Spielberg & Peter Jackson

Buckaroo a écrit :

Selon toute probabilités dans la suite prévue pour 2014 & réalisé par Peter Jackson. ok

J'avais lu ici et là que devant le relatif échec de ce 1er volet, la suite ne serait a priori pas tournée...
J'ai tout faux ?

Hors ligne

Pied de page des forums