ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#26 02-08-2012 18:26:59

dvmy
dvmy shot first

Re : Vos 50 meilleurs films

C'est un classement de snob, pas de cinéphiles. Regardez tous les "classiques", des Humphrey Bogart aux Orson Welles: de bons films ok, mais en aucun cas des chefs d'oeuvre. Des mises en scène exceptionnelles comme celle de Welles ou Hitchcock ne suffisent pas à faire des films des chef d'oeuvres. Vertigo? Mise en scène parfaite, mais prévisible et mal joué. Citizen Kane? Ennuyeux à mourrir et devenu un "classique" que bien plus tard, lorsque Welles était à la mode. Et bien entendu dans ce classement la plupart des films sont en langue anglaise...

Dernière modification par dvmy (02-08-2012 18:27:48)

Hors ligne

#27 02-08-2012 19:34:35

yrad
admin

Re : Vos 50 meilleurs films

Je suis plutôt d'accord avec toi, Dvmy. Ce classement est assez conformiste et mondain. Alors que les vrais cinéphiles sont davantage portés sur les films d'auteurs, parfois méconnus et/ou subversifs.
C'est donc un problème de label : ce hitparade ne porte pas sur les meilleurs du 7ème art, mais simplement sur les plus classiques de l'histoire anglo-américaine. Ce qui n'est pas du tout la même chose.

En revanche, je suis très amateur de Hitchcock. Etant toujours référentiel à la réa, la qualité (ou non) de ses films est donc directement indexée sur l'intérêt (ou non) des scénars.
Par voie de conséquence - et contrairement à bien des critiques - je n'ai jamais considéré que Vertigo était son meilleur film. Loin de là. Ma préférence va largement à Psycho, à Rear Window, à Rope, à Foreign Correspondent, à d'autres également (...) et bien sûr aux séries Alfred Hitchcock Presents et The Alfred Hitchcock Hour, aussi anthologiques (dans les deux acceptions) que celles de Rod Serling (The Twilight Zone, The Loner, Night Gallery...).


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#28 02-08-2012 20:03:30

dvmy
dvmy shot first

Re : Vos 50 meilleurs films

je ne suis pas du tout fan d'Hitchcock  mais je reconnais son talent exceptionnel pour la mise en scène. Du grand art. Ceci dit les scénarios de ses films les plus connus sont assez prévisibles et plein de facilités, et parfois la mise en scène ne compense pas un scénar faible et un interprétation mauvaise. La mort aux trousses est franchement mauvais! Le seul Hitchcock que j'adore c'est psycho et pour cause: l'idée du film n'est pas de lui.

Hors ligne

#29 02-08-2012 20:18:20

yrad
admin

Re : Vos 50 meilleurs films

Psycho fut effectivement le meilleur film du maître.
Cela dit, les scénarii n'étaient quasiment jamais de lui. Tout comme Robert Wise, Alfred Hitchcock se définissait comme un technicien de la mise en scène, non comme un auteur.
C'est pour ça que dans leurs cas, les choses sont finalement très simples, transparentes même : l'art et la techniques étant toujours au rendez-vous, l'intérêt éventuel du scénario détermine mécaniquement l'intérêt réel du film (ou de l'épisode).


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#30 02-08-2012 20:36:52

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Vos 50 meilleurs films

A ma grande honte, je n'ai approché Hichcock que de loin.. oops  je n'ai pas la passion qu' ont Mbuna et Yrad.. Mais comme toi dvmy , j'ai une grosse préférence pour Psycho.
C'est peut être sur le point de changer.. Divers écrits me mette l'eau à la bouche à son sujet .

Franchement plus je vieillis, plus je découvre des affinités avec de vieux films..
Les films modernes me font de plus en plus chier , rien n'est plus aussi créatif.. Des cadors d'antan , seul Spielberg et Scorsese ont encore la niak.. Les newbies de leur trempe se font rare.
Ma cinéphilie se tourne de plus en plus vers le passé..Sans doute suis je en âge de les apprécier telles qu'ils sont.

Si le classement était à refaire par exemple , je ne mettrai plus Impitoyable comme meilleur film  de Clint Eastwood, ça serait aujourd'hui  Josey Wales Hors de la Loi.. Butch Cassidy et le Kid rentrait dans ma liste sans l'ombre d'une hésitation.. Même de mes cinéaste favori, le Mean Streets de Scorsese..Je commence  à être fasciné par ce film... Comment ai je put oublier de mettre le Locataire de Polanski dans ma liste !


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#31 02-08-2012 21:06:37

yrad
admin

Re : Vos 50 meilleurs films

Bah! Moi aussi, mon classement serait différent aujourd'hui ! oops
J'avais composé de tête et d'une traite mon best of, je fus incapable de me limiter à 50 films (carrément plus de 150 !), et en le relisant tout à l'heure (suite à l'exhumation du topic par Mbuna), je me suis rendu compte que j'avais oublié des tas de films (non anglo-américains et/ou anciens surtout) tandis que certains ne méritaient pas de figurer dans la liste...
Et puis bon, il y a toujours (du moins dans mon cas) le tiraillement douloureux entre les préférences subjectives et les scrupules d'objectivité...

Et pareil, les films actuels me font de plus en plus chier.
Mais quelque part, ils m'ont toujours fait un peu chier, du moins les productions mainstream. C'est pour ça justement que je me suis passionné depuis mon adolescence pour tous les (très) vieux films... qui relativisent considérablement l'innovation et l'originalité des trucs contemporains.

Pour Hitchcock, Psycho est également mon préféré (et j'ai pourtant vu tous ses films et épisodes de séries - je ne te raconte pas la difficulté pour mettre la main sur certains).
Buck, si tu veux t'initier à Hitchcock en profitant d'une belle restauration HD, je te conseille ce joli coffret qui sort dans trois mois : 14 incontournables du maître en Blu-ray, ça vaut le coup (et le coût) AMHA.
En revanche, toujours aucune édition française satisfaisante des séries Alfred Hitchcock Presents et The Alfred Hitchcock Hour. sad


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#32 02-08-2012 21:53:20

-Setsu-
membre

Re : Vos 50 meilleurs films

dvmy a écrit :

C'est un classement de snob, pas de cinéphiles. Regardez tous les "classiques", des Humphrey Bogart aux Orson Welles: de bons films ok, mais en aucun cas des chefs d'oeuvre. Des mises en scène exceptionnelles comme celle de Welles ou Hitchcock ne suffisent pas à faire des films des chef d'oeuvres. Vertigo? Mise en scène parfaite, mais prévisible et mal joué. Citizen Kane? Ennuyeux à mourrir et devenu un "classique" que bien plus tard, lorsque Welles était à la mode. Et bien entendu dans ce classement la plupart des films sont en langue anglaise...

En même temps, du moment ou tu met en avant le fait que ce sont les meilleurs films du monde tu passe pour un gars qui se la raconte selon moi. Un classement pour eux d'accord, j'ai l'impression qu'ils en font une vérité générale.


"Mais quand je pense à tout ce que nous avons traversé ensemble, je me dis que peut-être ce n'est pas la destination qui est importante, mais plutôt le voyage. Et si le voyage dure plus longtemps et que nous faisons ce dont nous sommes intimement convaincus, alors c'est ici et nulle part que je veux être, aux côtés de mes camarades avec qui j'ai tant partagé."

Hors ligne

#33 02-08-2012 22:35:32

dvmy
dvmy shot first

Re : Vos 50 meilleurs films

Me paradoxe dmvy: ne pas beaucoup aimer les films de Hitchcock, mais adorer tous les films de celui qui se réclame du Maître: DePalma

Dernière modification par dvmy (02-08-2012 22:35:51)

Hors ligne

#34 03-08-2012 10:00:26

mbuna
I don't know you

Re : Vos 50 meilleurs films

J'ai mis 3 films d'Hitchcock dans mes 50 : Vertigo, Spellbound (la maison du docteur Edwardes) et Marnie (avec Sean Connery) dont 2 dans mes cultes absolus. 3 films portés sur les problèmes psychanalytiques (comme Psycho d'ailleurs), même si ca frôle la psychanalyse de comptoir. D'un autre côté, on est dans du cinéma !
Alors je te comprends Dvmy, par ce que tu vas totalement dans ce qu'il disait de lui-même !

Hitchcock se considérait comme un artisan, un inventeur, un passionné de CINEMA, c'est à dire un technicien de l'image (moins du son -sauf à son époque des oiseaux- et clairement pas de l'histoire). Il avait d'ailleurs toutes les peines du monde à trouver des histoires. Si on veut vraiment le comprendre, il faut relire les interview de la fin de sa vie (par exemple ses entretiens avec Truffaut). Il était tellement obsédé par la mise en scène et arriver au film parfait par sa maitrise du sujet que le reste l'intéressait moins. Il aimait évidemment le suspens, tout maître qu'il était de ce style, mais c'était surtout pour ce que ce genre apportait comme émotion aux spectateurs. C'est à dire qui lui montrait toute la magie de ce que le cinéma pouvait apporter, une preuve tangible de la manière de jouer avec les émotions.
Mais à la fin de sa vie il a regretté de s'être enfermé dans cette image, ne pas avoir pris plus de soin et être plus  éclectique dans le choix des scripts.

La mort aux trousses ? Pour lui c'était un film expérimental, c'est pour ça que la plupart de ses séquences sont totalement déliées les unes des autres et beaucoup ont marqué leur époque (comme l'avion dans le champs de blé, très longue, juste avec le son de l'avion). C'était son époque où il essayait de faire passer les émotions rien qu'avec les sons de la vie courante, de tous les jours (comme aussi avec les oiseaux).

Pour ceux qui ne connaissent pas ou peu Hitchcock, je ne saurai leur conseiller mieux que Spellbound pour commencer. Par ce que là, sur un scenario assez prenant et solide (c'est pas si souvent que ça que ca lui est arrivé), on est en 1945 à la période qui lui allait le mieux car il avait encore la fraicheur de sa période anglaise et commençait à avoir des envies et des moyens plus ambitieux. Ce film parle de perte d'identité. C'est un sujet qui se prête absolument parfaitement à sa manière de tourner et à son intelligence dans la signification des plans. Par ce que tout ses plans ont plusieurs lectures (comme les différentes profondeurs d'analyse de la psyché), et même l'histoire en elle-même va trouver sa conclusion sur un degré de lecture encore plus profond. Il n'est pas considéré comme l'un de ses meilleurs (euhhh même s'il a eu un grand succès, primé partout à l'époque et nominé 6 fois aux oscars), mais c'est mon préféré, car ce film c'est Hitchcock au plus vrai de lui-même.

Ce film est une véritable pépite, et puis voir la sublimissime et prude Ingrid Bergman dessiner un vagin sur une table ca vaut le détour mdr
33365895:jpeg_preview_large.jpg?20110726034645

une scène de rêve totalement iconoclaste et baroque faite par Dali. Hitchcock n'a pas aimé le rendu, tout à fait logique d'ailleurs, car il voulait faire d'elle la scène principale, tournée en extérieur mais tout lui a été refusé (elle a été même raccourcie au montage car jugée trop traumatisante).
Spellbound%20pic%203.jpg
Hitchcock.+Spellbound.+dali.png

Un plan traumatisant, émotionnellement ce que peut donner au mieux le cinéma pour moi. Je vous laisse imaginer la suite des évènements....
Spellbound%20pic%204.jpg



Tellement de plans magiques...
edward.jpg

Ce film, parait-il, n'est pas parfait... C'est vrai et Hitchcock l'admettait lui_même : la musique pourtant très belle (oscarisée) est amenée parfois de manière un peu grotesque, tout comme la scène du ski. Bon, pour le ski c'est le truc du tournage en intérieur avec un paysage qui tourne derrière, comme souvent dans les vieux films pour les dialogues dans les voitures...
Mais on s'en fout, c'est pas ça Hitchcock. Hitchcock, c'est la scène de l'escalier (une constance chez lui), du rai de lumière sous la porte, du revolver plus gros que la réalité, ou encore du rasoir tendu dans la main de Gregory Peck tenu du bout des doigts et filmé de telle sorte qu'il soit exactement au niveau de son sexe, devant Ingrid Bergman endormie et innocente...

Bon, faudrait peut être que j'arrête non ? mdr

Mon post était fait pour parler de Vertigo au départ (oui, le meilleur film de tous les temps pour moi !!!) et un peu de Spellbound puis de Marnie mais ça va faire trop long...

Hors ligne

#35 03-08-2012 11:08:51

dvmy
dvmy shot first

Re : Vos 50 meilleurs films

Hitchcock est un génie de la mise en scène, c'est un fait. Avec DePalma, Spielberg et dans une moindre mesure Welles. Pour ces gars là, qu'on aime ou pas leur films, c'est un plaisir total de "lire" leur mise en scène. Des leçons de cinéma, d'intelligence de langage, de découpage du cadre, de mouvements de caméra. Curtiz , DeMille, Cukor et Ford peuvent aller se rhabiller tous comme Michael Mann, Cronenberg, Nolan, Cuaron et autres prétendus "génies" récent dont le savoir faire est indéniable mais la technique académique. Le feu d'artifice à la fin du pourtant très moyen la main au collet symbolisant l'orgasme est assez facile à lire, pour donner un exemple. Pour le reste il faut parfois se creuser un peu la tête et j'adore ça. Je déteste certains de ses films, comme la mort aux trousses et fenêtre sur cour tant c'est tiré par les cheveux et grotesque, ceci dit il est clair que la mise en scène reste toujours un régal.

Dernière modification par dvmy (03-08-2012 11:15:50)

Hors ligne

#36 03-08-2012 15:54:42

mbuna
I don't know you

Re : Vos 50 meilleurs films

Dvmy a écrit :

Le feu d'artifice à la fin du pourtant très moyen la main au collet symbolisant l'orgasme est assez facile à lire, pour donner un exemple.

Oui, tout comme le tout dernier plan de la mort aux trousses (les 2 amants qui s'embrassent dans le train et on voit sa cheminée -du train hein mdr - qui fait tchou tchou !!!) smile


yrad a écrit :

J'avais composé de tête et d'une traite mon best of

J'avais beaucoup aimé ta liste de films français, entre autres
- La règle du jeu (1937,38 et 39 sont des années incompréhensibles pour les films français tellement les chefs d'oeuvres ultimes s'y concentrent...Comme le jour se lève-dans mes films cultissimes de ma liste- ou d'autres de Carné...)
- Les diaboliques (peut être un cran en dessous du salaire de la peur alors moi j'ai mis les 2 dans ma liste tongue)
- La traversée de Paris (comment ai-je pu l'oublier dans la liste ????? Salauds de pauvres ! mdr )

Par contre L'emmerdeur j'aurais jamais osé le mettre. C'est un de mes films préférés, fou de Brel que je suis, mais je sais que cela reste un petit film. A la limite, quitte à choisir j'aurais plutôt mis l'aventure c'est l'aventure smile

yrad a écrit :

Et pareil, les films actuels me font de plus en plus chier.
Mais quelque part, ils m'ont toujours fait un peu chier, du moins les productions mainstream. C'est pour ça justement que je me suis passionné depuis mon adolescence pour tous les (très) vieux films... qui relativisent considérablement l'innovation et l'originalité des trucs contemporains.

J'ai toujours été porté vers les films anciens, pour plein de raisons. Au début je pensais que c'était surtout par une espèce de nostalgie, mais finalement non, regarder ce qui s'est fait auparavant est la matière 1ère pour replacer les choses dans leur contexte et avoir un vrai avis sur une œuvre, savoir s'extirper du tumulte, de la mode et de tous les diktats pour connaitre ses réels goûts. Les films des années 30/40 n'ont rien à envier à ceux d'aujourd'hui... Le génie est intemporel.

Et puis c'est aussi pour certains de ces films, utiliser une petite lorgnette sur une époque révolue, un voyage dans le temps. Pour cela j'adore Carné, Pagnol... et voilà la raison majeure pour laquelle le jour se lève fait partie de mes films cultes, il dépeint encore surement plus que les autres un certain réalisme quotidien d'avant guerre (tenant du réalisme poétique comme la Grande Illusion ou Pépé le Moko qui sont aussi de ce courant et dans mes 50 tongue ), un film totalement définitif. Et la fin inéluctable (tout en flashback) ajoute encore au destin et à la mort inévitable.

Hors ligne

#37 03-08-2012 18:33:04

yrad
admin

Re : Vos 50 meilleurs films

Tout à fait d'accord avec tes deux derniers paragraphes, Mbuna. Et pour moi aussi, le cinéma d'hier (et d'avant-hier) est un voyage dans le temps, bien plus authentique que ne le sera jamais n'importe quelle reconstitution historique à gros budget.
J'aurais dû mettre en effet Le jour se lève dans mon best-of (d'autant plus que j'ai toujours estimé que Carné est un des meilleurs cinéastes de l'histoire du 7ème Art). oops
De toute façon, il y a beaucoup d'autres film français géniaux que j'aurais dû inclure (ainsi que scandinaves, slaves, et japonais).
Mais pour ne pas être influencé, je n'avais pas lu vos sélections avant de composer la mienne, et je ne l'ai pas éditée ensuite. J'ai pris le "jeu" de ce topic davantage pour un questionnaire de Proust (les meilleurs films qui vous viennent à l'esprit sans réfléchir) que pour une sélection méthodique, systématique, et équitable.
De toute façon, pour faire une sélection vraiment équitable, il faudrait également considérer le patrimoine cinématographique du reste du monde (Inde, Moyen-Orient, Afrique, Amérique du Sud...) et à propos duquel je confesse une certaine inculture. sigh

mbuna a écrit :

fou de Brel que je suis

Voilà qui nous fait un point commun (de plus). wink

mbuna a écrit :

Par contre L'emmerdeur j'aurais jamais osé le mettre. C'est un de mes films préférés, fou de Brel que je suis, mais je sais que cela reste un petit film.

Je ne souscris pas à cette dialectique. Qui décide qu'un film est "petit" ou "grand" ? Les idées reçues ? Le cercle des avis autorisés ? Les journalistes ciné de la téloche ?
Et d'ailleurs, ça veut dire quoi au juste un "petit film" ?

Un vrai cinéphile ne mesure pas le chef d'oeuvre à la cote de reconnaissance publique ni au classicisme populaire, encore moins au budget ou à la prétention.
Un film n'est jamais "petit" aux yeux de celui qui l'aime vraiment.

J'ai par exemple inclus dans ma liste Traité de bave et d'éternité, un film que personne ne connait et qui n'a été projeté qu'en festival.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#38 03-08-2012 18:39:17

yrad
admin

Re : Vos 50 meilleurs films

mbuna a écrit :

J'ai mis 3 films d'Hitchcock dans mes 50 : Vertigo, Spellbound (la maison du docteur Edwardes) et Marnie (avec Sean Connery) dont 2 dans mes cultes absolus. 3 films portés sur les problèmes psychanalytiques (comme Psycho d'ailleurs), même si ca frôle la psychanalyse de comptoir. D'un autre côté, on est dans du cinéma !
(...)

Tu ne nous avais pas habitué à un tel lyrisme cinéphilique, Mbuna. Cela fait très plaisir. Et bravo pour ton excellent post illustré. thanks
Surtout qu'en la circonstance, je partage complètement ta passion pour Hitchcock. wink

En revanche (un peu) moins pour les trois films que tu cites, et curieusement pour la raison que tu évoques toi-même : une psychanalyse de comptoir ! p
Psychanalytiquement, Shadow Of A Doubt, Rope, et Rear Window (par ex.) sont plus originaux, moins convenus. Ainsi que Psycho qui formalise (presque) une nouvelle grammaire de la psychanalyse.

mbuna a écrit :

La mort aux trousses ? Pour lui c'était un film expérimental, c'est pour ça que la plupart de ses séquences sont totalement déliées les unes des autres et beaucoup ont marqué leur époque (comme l'avion dans le champs de blé, très longue, juste avec le son de l'avion). C'était son époque où il essayait de faire passer les émotions rien qu'avec les sons de la vie courante, de tous les jours (comme aussi avec les oiseaux).

North By Northwest avait représenté une vraie innovation en effet. Pas pour des raisons psychanalytiques évidemment, mais par l'icônisme d'une kyrielle de scènes ayant carrément traumatisé l'imaginaire collectif. Pour le ressort et l'ambiance paranos également, qui auront été les matrices d'une série TV génialissime : Nowhere Man.

The Birds était lui aussi expérimental, dans le registre du réalisme fantastique. Conceptuellement, ce film semblait directement sortir de sa contemporaine The Twilight Zone (une série qu'Hitchcock avouait beaucoup aimer). Points communs : un détournement inquiétant voire horrifique de la banalité du quotidien... et une totale absence d'explication à la fin.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#39 03-08-2012 18:42:37

yrad
admin

Re : Vos 50 meilleurs films

dvmy a écrit :

Hitchcock est un génie de la mise en scène, c'est un fait. Avec DePalma, Spielberg et dans une moindre mesure Welles. Pour ces gars là, qu'on aime ou pas leur films, c'est un plaisir total de "lire" leur mise en scène. Des leçons de cinéma, d'intelligence de langage, de découpage du cadre, de mouvements de caméra.
(...)

En effet, le décryptage d'une mise en scène magistrale est une volupté de cinéphile.

Mais pour moi, les plus grands génies de la mise en scène pure (au sens de la technique mais plus encore de l'innovation) sont : Stanley Kubrick, Sergeï M. Eisenstein, Ingmar Bergman, Fritz Lang, Andreï Tarkovski, Alfred Hitchcock, Brian De Palma, Kenji Mizoguchi, Akira Kurosawa, Orson Welles, David Lynch, Sergio Leone, Michelangelo Antonioni, Luchino Visconti, Robert Bresson, Marcel Carné, Louis Malle, Alain Resnais, Luis Buñuel, et Lars Von Trier. (Désolé, impossible d'inclure Steven Spielberg, Peter Jackson, et Frederico Fellini dans ce Top 20, même si leurs compétences professionnelles ne font aucun doute.)
Pour autant, cela n'implique pas de devoir forcément aimer tous leurs films, ni de les considérer supérieurs à ceux de réalisateurs moins géniaux, l'essentiel (le fond) résidant toujours dans le scénario.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#40 04-08-2012 13:14:26

scorpius
Nowhere Man

Re : Vos 50 meilleurs films

Je suis loin d'avoir une culture ciné aussi importante que la votre, mais si on parle uniquement de mise en scène, perso je rajouterais : John Carpenter, John McTiernan, Ridley Scott et David Fincher à la liste.

Ca va sembler peut être hs, mais je me demandais pourquoi les réalisateurs de dessins animés telles que Hayao Miyasaki ou Walt Disney ne sont jammais cités ? Alors oui bien sûr ils réalisent des dessins animés, mais ça n'en reste pas moins des réalisateurs révolutionnaires. (voir visionnaires...)

(Après tout, un dessin animé ça implique de "penser" et travailler la mise en scène tout autant qu'un film live, non ?)

Dernière modification par scorpius (04-08-2012 13:23:50)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#41 04-08-2012 13:30:18

dvmy
dvmy shot first

Re : Vos 50 meilleurs films

Les derniers posts ne concernaient pas vraiment les meilleurs réalisateurs mais avant tout les meilleurs metteurs en scènes. On parlait de la mise en scène pure, ce qui n'est pas pareil.

Pour l'animation je n'ai jamais rien vu de révolutionnaire dans la mise en scène, pour ma part.

Dernière modification par dvmy (04-08-2012 13:45:07)

Hors ligne

#42 04-08-2012 14:01:22

scorpius
Nowhere Man

Re : Vos 50 meilleurs films

ah mais je parlais bien de la mise en scène, si on prend le cas de McTiernan, je ne crois pas qu'il ait vraiment réalisés des chefs d'oeuvres digne
de la canoniser.

(De bon films, oui bien sûr) Mais sur le plan de la technique, de la mise en scéne, il fait je trouve partie des meilleurs...

Dernière modification par scorpius (04-08-2012 14:01:44)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#43 04-08-2012 14:14:44

dvmy
dvmy shot first

Re : Vos 50 meilleurs films

McTiernan a le sens du rythme et sait créer une atmosphère mais pour le reste je n'y vois pas de génie. Eastwood c'est pareil: j'adore ses films et c'est en outre un immense directeur d'acteurs, maintenant pour la mise en scène... c'est classieux, élégant, bien fichu mais ça reste quelque peu académique.

Et vu que tu évoques Scott... pour moi c'est surtout un grand directeur photo. Ses images sont belles, parfois superbe... ça reste de la photo. Il n'y a rien à décrypter chez Scott, il fait des toiles, des tableaux et les filme. C'est un esthète, pas une génie de la mise en scène.

Dernière modification par dvmy (04-08-2012 14:17:54)

Hors ligne

#44 04-08-2012 15:19:14

scorpius
Nowhere Man

Re : Vos 50 meilleurs films

Il y a une chose qui me fascine chez McTiernan, c'est cette capacité en jouant avec son sens unique de la gestion de l'espace, de faire de ses décors des personnages à part entiére : La jungle de Predator, le Nakatomi Plaza, le sous-marin d'Octobre Rouge...Je ne sais pas si c'est du génie, mais je trouve ça fabuleux. (La façon dont il filme New-York dans Die hard 3, c'est incroyable...)

Pour Scott, oui tu as peut être raison, si on prend Blade Runner, il y a plus de choses à décryptés de son scénario que de la mise en scène.


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#45 04-08-2012 15:22:31

dvmy
dvmy shot first

Re : Vos 50 meilleurs films

Oui Mc Tiernan sait créer un climat, c'est d'ailleurs pour cette raison que Predator est une réussite. Sans McTiernan Predator serait devenu un navet de série B comme tant d'autres. La jungle on la sent, on vit dedans, on étouffe, on transpire.

Dernière modification par dvmy (04-08-2012 15:22:43)

Hors ligne

#46 04-08-2012 15:54:49

scorpius
Nowhere Man

Re : Vos 50 meilleurs films

Oui, c'est tout à fait ça smile Et puisse qu'on parle de la mise en scène d'un point de vue technique, il est assez incroyable que la jungle de Predator soit bien plus immersive que celle en 3D de Cameron...

D'ailleur pour ma part, Il était une fois dans l'ouest par exemple a bien plus de "relief" qu'Avatar.


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#47 04-08-2012 16:04:21

dvmy
dvmy shot first

Re : Vos 50 meilleurs films

c'est que la 3d est tout sauf immersive parce qu'elle exagère l'effet de perspective et la profondeur de champ. Je sais pas mais quand je suis à 50cm d'une branche d'un arbre qui pointe vers moi je ne la vois pas jaillir devant mes yeux avec des effets de contours ultra exagérés. La 3d est et restera un phénomène de foire.

Dernière modification par dvmy (05-08-2012 10:45:20)

Hors ligne

#48 05-08-2012 10:44:32

mbuna
I don't know you

Re : Vos 50 meilleurs films

yrad a écrit :

Tu ne nous avais pas habitué à un tel lyrisme cinéphilique, Mbuna. Cela fait très plaisir. Et bravo pour ton excellent post illustré.

Merci smile.
Je ne suis pas un très grand connaisseur en cinéma surtout en terme d’éclectisme, en revanche quand j'apprécie un acteur, un metteur en scène, un courant je m'y lance à fond (y'a pas d'mal à s'faire du bien tongue ). Je marche beaucoup comme ça, par courant. En cinéma c'est notamment le cas pour Hitchcock (qui me suit depuis toujours) et la période française d'avant guerre (le fameux réalisme poétique, notamment).


yrad a écrit :

En revanche (un peu) moins pour les trois films que tu cites, et curieusement pour la raison que tu évoques toi-même : une psychanalyse de comptoir !

Effectivement je comprends que ce soit un peu rédhibitoire et je le concède moi-même.
Mais pour moi, la psychanalyse est simplement un support dans ces films, ils n'ont pas la vocation d'être réalistes. Prends cela un peu comme un espèce de surréalisme, où tout en prenant la réalité comme support, on s'en extrait afin de livrer une oeuvre dont l'objet est tout autre. Et la psychanalyse se prête totalement à cet exercice. C'est une discipline qui amène au romantisme... Dans les années 50, la psychanalyse était à la mode dans la littérature et le cinéma, un vivier d'histoires un peu comme la période martienne en SF... Tu peux aussi mettre cette psychanalyse de comptoir dans ta suspension d'incrédulité wink
Et réellement, en cinéphilie pure, en mise en scène, Spellbound et quelques autres (Vertigo, Marnie, etc.) représentent le meilleur d'Hitchcock pour moi.


yrad a écrit :
mbuna a écrit :

Par contre L'emmerdeur j'aurais jamais osé le mettre. C'est un de mes films préférés, fou de Brel que je suis, mais je sais que cela reste un petit film.

Je ne souscris pas à cette dialectique. Qui décide qu'un film est "petit" ou "grand" ? Les idées reçues ? Le cercle des avis autorisés ? Les journalistes ciné de la téloche ?
Et d'ailleurs, ça veut dire quoi au juste un "petit film" ?

Oui oui je suis bien d'accord avec toi. Mais disons que pour l'emmerdeur, je pense que c'est vraiment dû à Brel (et un peu Ventura) que j'adore ce film. En fait, j'adore tout les films de Brel, même Franz et surtout le Far West (quelle chanson dans ce film...).

Par exemple Dans mon Oncle Benjamin (un "petit film" lui aussi) j'adore la scène où Brel chante dans la prison :

Flash required


Et aussi (et surtout) l'autre petite chanson du film, où il donne son épitaphe. Tu sais pourquoi ? Du Brel instantané qui me ferait mettre ce film aussi dans mes 50, alors que franchement pour celui-ci on est trèèèèèès loin du Chef-d'oeuvre mdr ...  Alors tu vois, y'a de quoi se poser sincèrement la question de ma fanitude qui probablement me fait voir les choses plus belles qu'elles ne le sont en terme purement cinéphilique Dpurple

En conséquence, je n'aurais jamais osé mettre l'emmerdeur à côté de certains films surement objectivement bien meilleurs, voir carrément sur une autre planête...

Hors ligne

#49 05-08-2012 13:44:41

yrad
admin

Re : Vos 50 meilleurs films

mbuna a écrit :

Mais pour moi, la psychanalyse est simplement un support dans ces films, ils n'ont pas la vocation d'être réalistes. Prends cela un peu comme un espèce de surréalisme, où tout en prenant la réalité comme support, on s'en extrait afin de livrer une oeuvre dont l'objet est tout autre. Dans les années 50, la psychanalyse était à la mode dans la littérature et le cinéma, un vivier d'histoires un peu comme la période martienne en SF... Tu peux aussi mettre cette psychanalyse de comptoir dans ta suspension d'incrédulité wink

Je comprends parfaitement, et c'est pour ça que j'ai tout de même pas mal d'estime pour ces trois films, comme pour n'importe quel film d'Hitchcock.

D'un côté, je suis très amateur de surréalisme (l'une des raisons pour lesquelles je raffole de David Lynch). De l'autre, ma suspension d'incrédulité est en faïence, un rien la brise.
Si un film est trop imprévisible, il est potentiellement incohérent (et capillotracté). Si un film est trop prévisible, il est potentiellement primaire (et ennuyeux).
Or Vertigo, c'est un peu les deux à la fois ! Le défaut du film est l'histoire elle-même (peut-être aussi l'interprétation comme l'écrivait Dvmy). Il n'en demeure pas moins que son ambiance est fabuleuse, hypnotique même, et que c'est un superbe exercice de style du début jusqu'à la fin.
Alors pourquoi Vertigo ne fait pas selon moi partie des meilleurs Hitchcock ? Eh bien, parce qu'il est trop en forme et pas assez en fond.

mbuna a écrit :

un peu comme la période martienne en SF...

Oui, et d'ailleurs même Star Trek faillit en faire les frais ! Car dans le projet originel de Gene Roddenberry, Spock était martien. Et il en est resté quelque chose ensuite dans la couleur dominante de Vulcain…

mbuna a écrit :

Oui oui je suis bien d'accord avec toi. Mais disons que pour l'emmerdeur, je pense que c'est vraiment dû à Brel (et un peu Ventura) que j'adore ce film. En fait, j'adore tout les films de Brel, même Franz et surtout le Far West (quelle chanson dans ce film...).

Par exemple Dans mon Oncle Benjamin (un "petit film" lui aussi) j'adore la scène où Brel chante dans la prison :
www.youtube.com/watch?v=kHn1BjwdlX8
Et aussi (et surtout) l'autre petite chanson du film, où il donne son épitaphe. Tu sais pourquoi ? Du Brel instantané qui me ferait mettre ce film aussi dans mes 50, alors que franchement pour celui-ci on est trèèèèèès loin du Chef-d'oeuvre mdr ...  Alors tu vois, y'a de quoi se poser sincèrement la question de ma fanitude qui probablement me fait voir les choses plus belles qu'elles ne le sont Dpurple

La "fanitude", à l'instar de l'amour, fait toujours voir les choses plus belles qu'elles ne le sont. Et je ne crois pas que les "avis autorisés" échappent à ce mécanisme. Car il en est ainsi dès que l'émotion est de la partie. Or le meilleur cinéma, c'est de l'émotion (y compris, voire plus encore, le cinéma qui donne l'impression de ne pas en avoir du tout, comme celui de Kubrick).

J'ai sélectionné L'emmerdeur (1973) pas seulement pour Jacques Brel (même si je l'adore comme toi), mais également pour tout le background culturel du film (conscient ou non d'ailleurs).
Féru de littérature russe que je suis, j'ai retrouvé contre toute attente dans son scénario une récurrence thématique de très grands auteurs rarement portés à l'écran (Ivan Tougueniev, Nicolas Gogol, et Anton Tchekhov pour ne citer qu'eux).
Je voulais également rendre hommage à toute la saga métonymique de François Pignon créée par Francis Veber, en sélectionnant le meilleur de ses opus à ce jour.
Le tour de force de L'emmerdeur est d'avoir réussi un complet retournement moral : le spectateur est imperceptiblement conduit à s'identifier au tueur. Soit un exercice de pure psychologie, et pour le coup pas du tout de comptoir, que l'on rencontre rarement au cinoche, hormis dans d'autres chefs d'œuvre comme 12 Angry Men (1957) ou Crimes and Misdemeanors (1989).
Enfin, il y a le "syndrome OVNI". A quelques exceptions près, mon best of (très incomplet) est davantage constituée de films hors-normes, dérangés, bizarres que de classiques. A l'échelle du cinéma français, L'emmerdeur (1973) fut aussi original que par exemple Le viager (1972), L'année dernière à Marienbad (1961), et Journal d'un curé de campagne (1951).

mbuna a écrit :

En conséquence, je n'aurais jamais osé mettre l'emmerdeur à côté de certains films surement objectivement bien meilleurs...

Je croyais pourtant que tu détestais le concept très surfait "d'objectivité"... p

Il est vrai que je suis moi-même toujours tiraillé entre la conscience de ma subjectivité et la quête un peu vaine d'objectivité. C'est probablement pour ça que je rationnalise et dialectise à fond tous mes ressentis, afin de tenter - tant bien que mal - de légitimer la subjectivité sur le terrain de l'objectivité…

Mais pour dépasser la dichotomie subjectivité/objectivité, il suffit de considérer que tout est affaire de hiérarchie de critères, à la façon des examens & concours où la note finale du candidat dépendra des coefficients attribués à chaque module.
Ainsi (par ex.), si l'on considère que le critère le plus important est l'allégorie, ST TOS sera la meilleure des séries ST, aussi bien subjectivement qu'objectivement. Mais si l'on considère que le critère majeur est l'astronautique, la meilleure sera alors sans conteste ST ENT.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

Pied de page des forums