ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#126 06-02-2015 20:07:17

matou
modérateur

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !

Prendre en compte ne me gène pas, tout dépend de ce que tu en fait. Je suis comme toi, le fan service, je n'adhère pas car souvent le fan service est très conformiste et appauvrissant.
Engager un dialogue avec les fans est une démarche intéressante. Une des auteurs de BSG disait qu'elle aimait donner au public ce qu'il ne savait pas qu'il désirait avoir.
Mais comme toute démarche, c'est le but qui est déterminant.

Bad Robot illustre le "j'écoute les fans pour avoir de l'audience et je me fous de la qualité."

Hors ligne

#127 06-02-2015 20:16:50

yrad
admin

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !

Le dialogue est toujours en soi une démarche intéressante. Mais bien moins l'étude de marché et l'audit... qui réduisent significativement l'intégrité créative.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#128 10-02-2015 14:17:44

IMZADI
Memory Alpha

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !

Caprica 9/10

Quelle belle surprise ! L'épisode pilote est excellent. Bon après il y a un peu de mou, je dirai jusqu'à l'épisode 8, puis après la montée en puissance est captivante, quelle soit dans la famille des Adama et la mafia à la Al Capone de Chicago, que le tout technologique et l'invention du programme cylon par la famille Greystone.

Un peu surpris par le dernier épisode, on voit bien que les auteurs ont appris le non-renouvellement et on prit les 10 dernières minutes pour clore. Il se produit donc pour Caprica la même chose que pour V (2009) et The Sarah Connors chronicles, de superbes séries avec du fond mais qu'on stoppe net ! Les studios américains et leur besoin de fric immédiat quelles bandes de cons !

Battlestar Galactica: Blood and Chrome 6/10
C'est pas si mauvais, ça change dans cet univers-saga que l'histoire soit concentrée sur un minimum de personnages, mais c'est bien dommage de nous avoir sorti le cliché du jeune enseigne chien-fou au talent supérieur. Même sans connaître son destion, on devine aisément qu'il est le futur sauveur de l'humanité ! J'aurais bien vu un simple enseigne, doué ok, mais pas fougueux, juste que son travail est bien fait parce que Tauron, et qu'il serait monté en puissance progressivement !


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#129 10-02-2015 16:17:03

matou
modérateur

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !

Blood and chrome, est une collection de clichés au service d'une histoire idiote.

Hors ligne

#130 13-02-2015 20:39:04

IMZADI
Memory Alpha

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !

Oui je comprends, j'ai été surpris de tous ces clichés après l'excellente Caprica, mais je me suis moins fait chier que devant Jupiter le destin de l'univers, et cela au fait de cette idée de flotte fantôme que j'ai bien aimée. Je me suis plus accroché à ce potentiel scénaristique qu'aux relouries du copilote qui d'ailleurs m'ai fait beaucoup penser au néo-Montgomery Scott.


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#131 20-03-2015 19:44:23

scorpius
Nowhere Man

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !

J'ai fais découvrir BSG2003 à mon coloc', la SF c'est pas trop son truc (impossible de le mettre devant du Star Trek) mais, là à mi-chemin de la saison 1, il accroche plutôt bien.
Si j'en parle c'est que j'aurai une petite question, pour un premier visionnage quel serait le moment le plus naturel pour y insérer le téléfilm "The Plan" ? Je me dis que l'idéal serait entre les saisons 3 & 4, histoire de préserver la révélation sur l'identité des FF, mais si vous avez d'autres suggestions, je suis preneur smile
(Sachant que j'ai déjà écarté la possibilité d'y revenir après la fin de la série)


3ecf92f6bdc842995e816ce287e266338e0889ca.gifv

Hors ligne

#132 20-03-2015 22:05:01

matou
modérateur

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !

Jamais ça marche aussi.

Hors ligne

#133 24-03-2015 16:28:17

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !

scorpius a écrit :

J'ai fais découvrir BSG2003 à mon coloc', la SF c'est pas trop son truc (impossible de le mettre devant du Star Trek) mais, là à mi-chemin de la saison 1, il accroche plutôt bien.
Si j'en parle c'est que j'aurai une petite question, pour un premier visionnage quel serait le moment le plus naturel pour y insérer le téléfilm "The Plan" ?

Personnellement j'intégre The Plan après la mutinerie et la retour d' Helen Tigh sur le Galactica . C'est à dire après entre l'épisode Deadlock  et Someone To Watch Over Me .
The Plan est  un épisode facultatif .. Mais voir la destruction des Douze Colonies avant la ligne d'arrivée fait son petit effet rétropectif ..


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#134 19-05-2015 12:15:57

IMZADI
Memory Alpha

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !

Battlestar Galactica 1978 + 1980 8/10

Pour commencer, je n'ai pas envie de dissocier ces "2 séries", je les ai bien ressenties comme une seule. Tant au niveau des scénarios, que des valeurs véhiculées.

BSG1978 est justement magnifique en terme de relations humaines, amour, amitié, famille.
Les confrontations avec Baltar sont très intéressantes car elles relèvent à 99% de face à face psychologiques

Adama est excellent et est un vrai chef, peut-être trop d'ailleurs, ce n'est que lui qui a les bonnes solutions, Tigh n'est qu'un faire valoir et ses conseils sont toujours contredits par Adama.

L'épisode Pegasus est sympa et apporte de la fraîcheur à tout ça, personnages, visions de la survie et du combat !!!

Apollo n'est pas le meilleur capitaine, Boomer lui serait supérieur je pense, mais son humanité suffit à l'apprécier dans son poste !

BSG1980 porte la même lacune pour les officiers supérieurs Adama devient le faire valoir du docteur Machin, ce gosse insupportable (Wesley t'es plus le naze n°1, alors heureux !!!). Adama ne décide plus rien et est un Tigh bis. Troi le capitaine prend la place de Apollo, ça fait un peu pistonné une fois de plus.

Par contre à part l'épisode du base-ball, j'ai trouvé la plupart des autres de bonne facture, on y retrouve très ouvertement la marque de Glen Larson, des gentils venant aider la veuve et l'orphelin, comme dans supercopter, K2000, l'agence tout risque... et bien moi, j'ai aimé cette approche vue par la naïveté des 2 héros face à au choc des cultures technologiques.

Le Cylon humain est une bonne idée (et je comprends mieux BSG2003), dommage qu'il n'y ait eu qu'un seul épisode. il y avait du potentiel

et quel est ce besoin qu'ont les ricains à nous pondre des épisodes SF sur le nazisme ? ST n'est donc pas la seule saga à être malade !!!!

Boomer devenu colonel, cool !

Mon seul regret sur BSG1980 et son américano-centrisme, culture unique à laquelle les Galacticiens doivent s'adapter !!!

et donc ma vision commune de ces 2 parties vient des épisodes Opération Terra et la guerre des dieux avec le retour de Starbuck... alors il y a le dieu unique, mais on en appelle aux divinités de Kobol, pourquoi pas ! on nous saoule avec des êtres sûrement divins, mais sans réelle explication ou approche nous donnant notre propre vision... pour moi les épisodes les plus lourdingues tant finalement l'aspect intervention divine est mal traitée et encore plus dans le retour de starbuck, d'où vient cette femme ? comment peut-elle être enceinte de Starbuck ?

Jane Seymour quelle belle femme !!! bon en même temps dans la série chercher les moches est comme chercher une aiguille...
l'actrice Sarah Rush qui fait Rigel, une des femmes dans la salle de commandement a une voix fr très connue pour l'époque, cette voix a souvent servi pour des doublages de dessins animés avec des persos "exotiques", mystérieux, quelle belle voix envoûtante, qui saurait le nom de la comédienne de doublage ?

Bref BSG1978-1980, une très belle aventure SF

bien passons à la suite de mon visionnage des vieilles séries SF cultes !!

Dernière modification par IMZADI (19-05-2015 12:21:25)


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#135 10-02-2016 23:04:39

Djeewhy
membre

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !


"L'Intelligence Artificielle n'a aucune chance en face de la Stupidité Naturelle !"

Hors ligne

#136 10-02-2016 23:34:12

scorpius
Nowhere Man

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !

Le passif des gars en charge de cette version ciné fait peur... Quand on sait que l'adaptation de Bryan Singer a été abandonnée parce qu'il demandait un budget trop conséquent, on peut s'attendre à une prod' au rabais.


3ecf92f6bdc842995e816ce287e266338e0889ca.gifv

Hors ligne

#137 11-02-2016 14:21:32

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !

Un film Battlestar Galactica ne m'intéresse pas ...
Ronald D. Moore et David Eick ont amené ce grand récit jusqu'à ses ultimes retranchements.
On ne pourra pas faire mieux, si ce n'est se répéter.

BSG2003 aura marqué la SF de son empreinte.. Au point d'en trouver  encore des influences dans Le Reveil de la Force .


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#138 14-04-2022 11:56:49

pehache
membre

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !

J'ai lu vos débats sur le côté religieux de BSG 2003.

Personnellement je vois BSG 2003 comme étant plus mystique que religieux. Totalement mystique, même, tout tourne autour de ça. Je ne suis pas du tout croyant, mais ça ne m'a pas dérangé. Explorer l'hypothèse que l'Homme est un jouet dans les mains d'une entité supérieure appelée "Dieu", pourquoi pas ?

Dans les saisons 1 et 2 ça reste un simple postulat, auquel on peut adhérer (croire) ou pas. Mais effectivement dans les saisons 3 et 4 la série "prend partie" et valide l'existence d'un "Dieu" qui guide les humains. On peut certes se demander si c'est encore de la SF du coup. Dans la mesure où il n'y a aucune explication sur ce qu'est cette entité d'une manière ou d'une autre, on peut dire qu'à ce moment là c'est de la Fantasy. OK, c'est un mélange de SF et de Fantasy, mais un sacrément bon mélange à mes yeux quand même.

Par ailleurs il ne me semble pas que le propos soit qu'il faille vénérer ce "Dieu", qui n'est quand même pas dépeint comme étant spécialement bienveillant. Il sauve la mise aux humains quand tout semble désespéré, il leur permet de repartir de zéro, mais il les laisse se remettre eux-mêmes dans la même merde encore et encore. A aucun moment il n'est suggéré que le salut de l'humanité (en brisant le cycle de l'autodestruction) passerait par une soumission à une volonté divine, dont on ne sait d'ailleurs pas en quoi elle consisterait.

Sur le côté religieux j'avais été beaucoup plus agacé par DS9, par la bigoterie omniprésente des Bajorans, et par la théocratie bajorane. En comparaison la bigoterie est assez peu présente dans BSG 2003, et c'est un régime politique laïque qui est dépeint (même si plus proche de l'esprit US que de l'esprit français en la matière).

Dernière modification par pehache (14-04-2022 22:29:03)

Hors ligne

#139 14-04-2022 18:46:08

scorpius
Nowhere Man

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !

Il est permis de penser que "Dieu" et ses Messagers sont simplement des entités vivant sur un autre plan d'existence auquel on accède en mourant et pour peu qu'on soit "guidé" (à l'image de Starbuck qui reviendra en tant que Messager) il est possible d'en revenir (ce n'est pas si éloigné de l'ascension dans le Gateverse).

À travers certaines visions de Laura la série implique que ce plan d'existence, cette autre dimension, peu importe, est accessible à tous les morts (une sorte de paradis) mais seuls certains "élus" peuvent en revenir sous une nouvelle forme transcendantale.

Évidemment, il est possible d'avoir une lecture très premier degré de tout cela. Ou "Dieu" est juste Dieu, ou les messagers sont des anges, ou ce plan d'existence est tout simplement le paradis, mais la série conserve assez d'ambiguïté pour qu'on puisse y appliquer une lecture SF.

Ces entités sont peut être des extraterrestres, ce sont peut être les anciens seigneurs de Kobol, des humains qui ont transcendé la "mort" et sont les premiers à être revenu de cet autre plan d'existence.

Bon ça change rien au fait que toutes les manipulations de "Dieu" et des Messagers aboutissent à trouver la Terre en écoutant du Jimmy Hendrix mdr

La série originale était déjà très chargée en terme d'imagerie religieuse, moins que le reboot cependant et les Seraphs avaient une imagerie plus ouvertement SF. Et c'est un peu dommage que Ron Moore ait refusé d'utiliser Iblis dans le reboot. Il aurait offert un point de vue contraire intéressant à la prétendu divinité (au sens surnaturel) de "Dieu" et des Messagers.

Dernière modification par scorpius (14-04-2022 18:54:26)


3ecf92f6bdc842995e816ce287e266338e0889ca.gifv

Hors ligne

#140 07-09-2022 18:08:01

pehache
membre

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !

matou a écrit :

Perso, le plus gros ratage de la série, c'est Tom Zarek. Il y avait lieu de montrer justement toutes les nuances de gris de ce personnages, qui pose les bonnes questions. Surtout il aurait être "l'homme du peuple" par opposition aux militaires et aux politiques.
Mais on s'est servi de lui pour montrer que s'il soulève les vrais problèmes, ces réponses étaient toujours mauvaises. Donc, il ne sert qu'à promouvoir indirectement les personnages qui ont le pouvoir.

Le message sous-jacent est clairement "Les révolutionnaires c'est surtout des terroristes et des dictateurs en puissance".

Hors ligne

#141 08-09-2022 23:29:20

pehache
membre

Re : Battlestar Galactica 2003 & ses spin-off... relançons les analyses !

IMZADI a écrit :

Battlestar Galactica 1978 + 1980 8/10

Pour commencer, je n'ai pas envie de dissocier ces "2 séries", je les ai bien ressenties comme une seule. Tant au niveau des scénarios, que des valeurs véhiculées.
...

BSG1980 porte la même lacune pour les officiers supérieurs Adama devient le faire valoir du docteur Machin, ce gosse insupportable (Wesley t'es plus le naze n°1, alors heureux !!!). Adama ne décide plus rien et est un Tigh bis. Troi le capitaine prend la place de Apollo, ça fait un peu pistonné une fois de plus.

Par contre à part l'épisode du base-ball, j'ai trouvé la plupart des autres de bonne facture, on y retrouve très ouvertement la marque de Glen Larson, des gentils venant aider la veuve et l'orphelin, comme dans supercopter, K2000, l'agence tout risque... et bien moi, j'ai aimé cette approche vue par la naïveté des 2 héros face à au choc des cultures technologiques.

Le Cylon humain est une bonne idée (et je comprends mieux BSG2003), dommage qu'il n'y ait eu qu'un seul épisode. il y avait du potentiel

...

Boomer devenu colonel, cool !

Mon seul regret sur BSG1980 et son américano-centrisme, culture unique à laquelle les Galacticiens doivent s'adapter !!!

Je te trouve bien indulgent avec BSG 1980 ! Pardon mais il faut s'accrocher, c'est tellement fauché que rien ne tient la route, on dirait une mauvaise fan-fiction... Les ersatz d'Apollo et Starbuck qui jouent aux bons samaritains c'est mignon, mais on ne peut pas parler d'unité avec BSG 19878. Si encore ça avait offert une vraie fin à l'ensemble de la série, mais même pas.

Hors ligne

Pied de page des forums