ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#101 09-08-2022 13:51:00

dl500
TOS Forever

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

Je vais répondre aussi vu que j'ai été cité, et mon but n'était pas de blesser quiconque ou d'énerver mais de faire un constat de ce que l'on voit depuis une dizaine d'années dans les productions.
Personnellement, je n'ai pas de souci avec la représentation des minorités, bien au contraire. Elle est nécessaire et permet justement d'arrêter toute l'hypocrisie qui entourait le fait de le cacher.
Montrer et normaliser oui, surrepresenter et au détriment d'un autre, non.
Et c'est le problème actuel.
Le mariage pour tous par exemple a été une avancée sociale majeure et une ouverture pour notre société. En revanche, montrer systématiquement un couple gay ou lesbien à l'écran alors que ce n'est pas toujours justifié est contre productif. C'est même devenu presque un mème. Et certains homosexuels le déplorent eux aussi.
C'est la même chose pour les minorités ethniques. Et même pour l'homme blanc.
Bref.
Je n'ai pas été choqué sur le personnage de Prey, au contraire, j'aurais aimé en apprendre davantage sur la place des femmes dans la société comanche, il y avait à développer avec son frère par exemple, ce qui est juste esquissé.
Quel débat alors qu'on était juste sur le ressenti d'un film d'une saga culte.
Je pense que ce HS est terminé.


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#102 09-08-2022 14:07:13

mypreciousnico
Why ?

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

dl500 a écrit :

Montrer et normaliser oui, surrepresenter et au détriment d'un autre, non.

J'aurais tendance à penser que justement, à quelques exceptions près on serait plutôt dans la normalisation smile
C'est juste qu'auparavant y'avait pas, du tout, rien, jamais.
Une histoire de dosage peut-être. Personnellement il y a peu d’œuvres ou ça m'a choqué, ou j'ai vraiment trouvé que ça n'avait pas sa place.

dl500 a écrit :

En revanche, montrer systématiquement un couple gay ou lesbien à l'écran alors que ce n'est pas toujours justifié est contre productif.

Pourquoi pas au final ? Mettre des couples homo à l’écran comme si c'était normal...why not ?
Je veux dire faut pas déconner c'est pas la gay pride non plus le machin.

dl500 a écrit :

Quel débat alors qu'on était juste sur le ressenti d'un film d'une saga culte.

Ha bah oui mais c'est à dire que quand tu parle de "féminisme totalitaire" camarade...alors que c'était sans lien avec ton avis en plus...

Hors ligne

#103 09-08-2022 14:11:36

Prelogic
Legaliste

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

Je pense qu'il faudrait créer un sujet spécifique sur le wokisme et ses dérives. Le sujet finira par revenir sur la table malgré la volonté des uns et des autres de le contourner, et cela permettrait d'alléger les débats sur les films et séries. De plus, nous avons possiblement des désaccords fondamentaux qu'il pourrait être intéressant de discuter.

Je pense aussi qu'il faudrait créer un topic spécial mérité pour Prey. Nous avons davantage consacré de temps à ce film qu'à n'importe quel autre sur le forum ! laugh

Dernière modification par Prelogic (09-08-2022 14:13:00)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#104 09-08-2022 14:13:54

mypreciousnico
Why ?

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

Un sujet Predator au sens large pourrait être intéressant. Je n'ai pas souvenir qu'il en existe un... smile

Hors ligne

#105 09-08-2022 14:16:41

scorpius
Nowhere Man

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

Pourquoi pas au final ? Mettre des couples homo à l’écran comme si c'était normal...why not ?
Je veux dire faut pas déconner c'est pas la gay pride non plus le machin.

Je pointe personne du doigt ici, mais t'as vraiment l'impression notamment chez les youtubers que limite l'homosexualité c'est contagieux, si y en a trop à l'écran tu risque de l'attraper...


3ecf92f6bdc842995e816ce287e266338e0889ca.gifv

Hors ligne

#106 09-08-2022 14:19:42

dvmy
see nothing, hear nothing, say nothing

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

Bon moi je vais conclure le débat de manière radicale. Le wokisme c'est de la merde, le féminisme c'est devenu de la merde, et Prey ce sera encore de la merde dans 30 ans. Tout le monde est d'accord ? Moi oui donc toi* aussi.

*le lecteur

Dernière modification par dvmy (09-08-2022 14:20:47)

Hors ligne

#107 09-08-2022 14:32:24

Prelogic
Legaliste

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

scorpius a écrit :

Je pointe personne du doigt ici, mais t'as vraiment l'impression notamment chez les youtubers que limite l'homosexualité c'est contagieux, si y en a trop à l'écran tu risque de l'attraper...

Dans le même registre, tu as aussi des influenceurs qui ne trouvent rien à redire au fait de faire la promotion de la transidentité à l'école primaire, et de cacher les sujets abordés aux parents. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il y a volonté d'instrumentaliser les enfants dans un but politique / idéologique, mais je n'irais pas prétendre le contraire non plus. Il y a à boire et à manger d'un côté comme de l'autre de l'échiquier, mais je trouve que l'obscurantisme et le complotisme sont vraiment du côté de cette nouvelle gauche qui n'entend rien à l'histoire, explique que le genre est une construction sociale et veut réinventer le sens de la langue en faisant la chasse au masculin partout (ça me rappelle d'ailleurs cette scène hilarante du film La Revanche d'une Blonde où une étudiante en socio complètement zinzin t’explique qu'il serait bon de changer le mot "semestre" en "ovestre" >> c'était en 2001 mes amis !)

Bref, lisez le livre de Gaad Saad sur la question. C'est très éclairant.

Regardez aussi cette vidéo à 26:57 notamment (video que vous avez peut-être déjà vu circuler) :

Flash required

dvmy a écrit :

Bon moi je vais conclure le débat de manière radicale. Le wokisme c'est de la merde, le féminisme c'est devenu de la merde, et Prey ce sera encore de la merde dans 30 ans. Tout le monde est d'accord ? Moi oui donc toi* aussi.

Scoop pour dvmy : il a des gens qui n'ont pas le même avis que toi. Il va falloir l'accepter, aujourd'hui comme dans 30 ans ! Je sais que c'est chiant, mais ce n'est pas un complot contre ta personne.

Dernière modification par Prelogic (09-08-2022 14:47:19)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#108 09-08-2022 14:38:01

dvmy
see nothing, hear nothing, say nothing

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

Des avis différents peut-être bien, mais ce qui est certain c'est qu'il y a des gens qui n'ont pas le même humour que moi, où ne le comprennent pas. Mon Dieu en humour c'est Desproges. Le pauvre serait effaré par le monde policé dans lequel ous vivons actuellement.

Dernière modification par dvmy (09-08-2022 14:40:28)

Hors ligne

#109 09-08-2022 14:44:47

matou
modérateur

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

Je pense que le film a révélé les diverses appréciations de cette phase née avec l’élection d’Obama puis Trump.
Toute cette croisade d’Hollywood. Et hélas, le fait qu’elle soit reprise ici alors que ce n’est pas notre culture politique.
Or les seuls à mener une réflexion critique sont les escrocs comme Zemmour.
Pour continuer à vous expliquer en quoi j’ai une vision plus nuancée des choses, j’ai une amie, qui est devenue cadre dans son mouvement. Une femme généreuse, qui a passé sa vie à aider les gens des quartiers pauvres donc majoritairement des noirs et des arabes.

Ce qui fait que je m’insurge contre le fait de montrer à des femmes, une fausse image de ce qu’est un combat, cela vient de loin. Je l’étais déjà avant quand c’était des hommes.
Notre société a décidé non pas de d’éduquer à la violence mais d’en faire un tabou. Il y a des violences et sortir des règlements des conflits par la violence, c’est la voie du progrès. C’est vers cela que tend l’humanité. Mais du coup, il y a un déficit dans le peuple, de connaissance sur la violence.
D’après des études sociologiques, il y a moins de bagarres de bar/discothèque que dans les années 60 mais plus de blessés grave. L’explication tient au fait que dès lors des bagarres, les gens autour étaient moins sidérés car la violence à cet effet sur ceux qui n’ont pas de connaissances dessus, donc intervenaient avant les blessures graves. Mais aussi qu’il y avait des codes pour ne pas aller trop loin.
Sur un autre niveau, les Gilets Jaunes qui étaient l’expression d’une réaction à ce qu’il estimais être une injustice, n’avaient pas de service d’ordre. Ce qui est le B A BA pour toute manifestation pour canaliser les manifestations.

Bref les films et les séries ont remplacé les sports, sports de combats, service d’ordre d’organisation politique/syndicale dans les endroits où le peuple peut se forger une représentation de la violence.
Donc j’étais pour le virage de Jason Bourne ou 24, qui montrait combien un combat est à la fois âpre,  bref et dangereux. Et où ce qui compte pour un pied poing c’est l’allonge, technique, force physique. Car c’est ainsi dans la réalité. Ou alors on fait dans la deconne et cela ne me gêne pas.
Donc voir cette régression, sous couvert de progressisme, cela ne passe pas pour moi. Et je trouve cela dangereux.
Surtout quand cela vient par la culture d’un autre pays qui a un tout autre rapport à la violence.

Pour Nico.
Un sable mouvant, tu ne t’enfonces que jusqu’à la taille car la poussée d’archimède t’empêche de t’enfoncer plus. Généralement tu meurs noyé quand la marée arrive. Ou d’inanition.

Hors ligne

#110 09-08-2022 14:49:14

matou
modérateur

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

dvmy a écrit :

Bon moi je vais conclure le débat de manière radicale. Le wokisme c'est de la merde, le féminisme c'est devenu de la merde, et Prey ce sera encore de la merde dans 30 ans. Tout le monde est d'accord ? Moi oui donc toi* aussi.

*le lecteur

Si je te cite, c’est que je te transforme en lecteur et donc que maintenant c’est toi qui est d’accord avec moi.
Le Woke est un progrès aux USA. Le Woke recraché par les bien pensant d’Hollywood c’est de la merde.

Hors ligne

#111 09-08-2022 14:58:04

mypreciousnico
Why ?

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

matou a écrit :

Pour Nico.
Un sable mouvant, tu ne t’enfonces que jusqu’à la taille car la poussée d’archimède t’empêche de t’enfoncer plus. Généralement tu meurs noyé quand la marée arrive. Ou d’inanition.

Ha oui ok, merci smile
Du coup ce qui est représenté dans Prey c’est un mélange entre le sables type " Mont Saint Michel" (de boue ou de sable humide) et les sables mouvants secs des déserts (sable + air) qui eux n'ont pas de poussée d’Archimède si j'en crois ce que j'ai lu. Du coup, ce qu'on vois dans Prey n'est en théorie pas possible (pas dans une forêt, pas avec de la boue), Naru devrait tout au plus s'y enfoncer jusqu’à la taille et donc avoir largement le temps de lancer son Tomahawk.

Hors ligne

#112 09-08-2022 14:58:53

scorpius
Nowhere Man

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

Prelogic a écrit :

Dans le même registre, tu as aussi des influenceurs qui ne trouvent rien à redire au fait de faire la promotion de la transidentité à l'école primaire, et de cacher les sujets abordés aux parents. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il y a volonté d'instrumentaliser les enfants dans un but politique / idéologique, mais je n'irais pas prétendre le contraire non plus.

Notre gouvernement considère que la transidentité doit être prise en compte par l'institution scolaire. Y compris en primaire. Ça veut pas dire qu'il faut faire des cours complexes sur la question, mais dès la primaire un enfant peut être trans. Sensibiliser ses camarades sur la question, dès la primaire, peut aider à éviter un harcèlement immédiat ou ultérieure.

Ce n'est pas forcément de l'instrumentalisation.


3ecf92f6bdc842995e816ce287e266338e0889ca.gifv

Hors ligne

#113 09-08-2022 15:00:47

Oberon
Section 31

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

Merci de vos réactions à mon petit coup de sang qui a résulté d'un sentiment de tir croisés. Dont acte, je vais essayer de revenir sur sujet de départ.

DL500, tu dis que tu aurais bien aimé (et moi aussi) en apprendre plus sur les femmes comanches dans Prey, mais c'est un des autres soucis du film: il n'y a pas eu de réel travail de documentation et la représentation est entièrement calquée sur les standards actuels.
J'espère qu'on pourra se mettre d'accord sur le fait d'y voir une réelle faute, surtout que comme mypreciousnico a amené Danse avec les loups (qui véhiculait certes quelques clichés mais était documenté de façon sérieuse) dans la discussion, c'est un peu le jour et la nuit entre les deux.

C'est, indépendamment des autres problèmes déjà cité, un autre soucis d'immersion avec ce film. Je ne crois pas à l'époque ni à la culture présenté, car les comportements sont totalement anachroniques. C'est peut-être l'une des dérives les plus dangereuses du "woke à tout va", à savoir un révisionnisme de facto. J'aurais adoré voir une réunion au coin du feu entre chasseurs parlant de l'esprit tueur de la forêt (sans tomber dans le cliché caricatural pour autant), mais la vérité, c'est que cette tribu a autant de spiritualité et de sagesse qu'une bande de jeunes du 93, on peut donc hélas parler au mieux d'occasion manquée, au pire d'imposture.

Pour ta question sur les sables mouvants, mypreciousnico, la représentation faite depuis des décennies au cinéma est tout bonnement mensongère (c'était déjà valable dans les années 80, Prey n'a pas le monopole de cette foutaise).
Comme le mentionne matou, la poussée d'Archimède fait que le corps ne s'enfoncera pas au delà de la taille, et le vrai danger est la marée montante qui viendra te noyer pendant que tu te débats et t'épuises. Moins glamour et visuel que d'être englouti vivant, mais scientifiquement plus exact et tout aussi mortel.

Tout à fait d'accord avec Prelogic sur les influenceurs, je trouve effroyable de vouloir endoctriner des enfants dès le primaire sur un sujet déjà fort polémique chez les adultes. À 5 ans ton problème c'est d'apprendre à lire et à compter, pas de te demander si au fond de toi tu serais pas d'un autre bord ou un autre genre. C'est pire que malsain, et les gens qui font ça méritent une interdiction de s'approcher des enfants.
Et évidemment, je suis à 200% d'accord avec matou sur les dérives d'une représentation fantasmatique de la violence. J'ai rien contre un délire de temps à autre, mais faut que ce soit assumé. Le Tomb Raider avec Vikander est 20 fois plus crédible sur la violence que ne l'est Prey, c'est assez gênant.


"No beast so fierce but know some touch of pity. But i know none, and therefore am no beast."
Richard 3

Hors ligne

#114 09-08-2022 15:08:22

Prelogic
Legaliste

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

En réponse à matou :

Peut-être aussi que l’occident est confronté à une nouvelle forme de violence exogène incomprise, et d’ordre « culturelle ». Peut-être que nous refusons de voir la situation en ces termes, en préférant jeter l’opprobre sur la vilaine droit qui se serait livrée à la bête immonde. Ce discours, on le connaît aussi un peu par cœur. A-t-il produit des résultats susceptibles de juguler la violence endémique de nos sociétés ? Non. A-t-il permis à la radicalité woke de s’apaiser ? Bien au contraire. La société est polarisée et ne s'accorde pas sur ce qu'il convient de faire alors que des constats simples s'imposent.

Je pense qu’il y a une violence et une colère légitime de la part d’une partie du peuple qui souffre (les gilets jaunes sont un bon exemple), et une autre forme de violence de nature politique / idéologique, qui cherche à saper les fondements de nos démocraties. Cette violence est-elle organisée ? Oui, par les réseaux de passeurs, profiteurs et certaines associations humanitaires branchées en permanence sur la misère humaine. Regardez ce qui se passe avec les toxicomanes à Paris, et osez me dire qu’il s’agit d’un phénomène social endogène ? Bizarrement, la maire de Paris ne semble pas concernée et rejette la faute sur l’Etat français : le courage de la municipalité socialiste dans toute sa splendeur, qui préfère ériger des murs de la honte ! laugh

Récemment encore, de bonnes âmes nous expliquaient que les mouvements hystériques générés dans les cinémas à la sortie du manga One Piece étaient en réalité une « coutume française » depuis des siècles, et qu’il n’y avait pas lieu d’en faire toute une histoire (j’en rigole encore). Alors je suis désolé, peut-être que je ne mets pas souvent le nez dehors, mais j’ai le souvenir d’une époque pas si lointaine ou quand on allait au cinéma, un silence respectueux s’imposait dans tous les cas de figure.

scorpius a écrit :

Notre gouvernement considère que la transidentité doit être prise en compte par l'institution scolaire. Y compris en primaire. Ça veut pas dire qu'il faut faire des cours complexes sur la question, mais dès la primaire un enfant peut être trans.

Non. Non, non et non, certainement pas. Un enfant à l'école primaire est un individu qui n'a pas encore atteint sa puberté et qui est incapable (au moins dans un sens légal) de jauger clairement de son orientation sexuelle. Cette idée qui consiste à faire de la "prévention" à l'école primaire n'est qu'une manipulation politique et idéologique pour encourager les enfants vers les pires dérives. Voilà précisément un désaccord fondamental entre nous. Mais pas de surprise : je m'y attendais neutral après, si notre gouvernement estime qu'il s'agit d'une question fondamentale, soit. Moi, j'aurais tendance à y voir une stratégique politique pour s'attirer les bonnes grâces de la NUPES.

En tout cas, jamais je n'accepterai que mes enfants soient manipulés de la sorte à l'école primaire. Autant se tourner vers le privé.

Bon, il va vraiment falloir ouvrir un nouveau sujet parce que là, c'est plus du HS mais une nouvelle galaxie qui se créé sous nos yeux mdrwink

Dernière modification par Prelogic (09-08-2022 15:23:21)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#115 09-08-2022 15:16:38

dl500
TOS Forever

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

dvmy a écrit :

Des avis différents peut-être bien, mais ce qui est certain c'est qu'il y a des gens qui n'ont pas le même humour que moi, où ne le comprennent pas. Mon Dieu en humour c'est Desproges. Le pauvre serait effaré par le monde policé dans lequel ous vivons actuellement.

OH que oui.
Et moi c'est Gaspard Proust. wink


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#116 09-08-2022 15:31:09

scorpius
Nowhere Man

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

Non. Non, non et non, certainement pas. Un enfant à l'école primaire est un individu qui n'a pas encore atteint sa puberté et qui est incapable (au moins dans un sens légal) de jauger clairement de son orientation sexuelle. Cette idée qui consiste à faire de la "prévention" à l'école primaire n'est qu'une manipulation politique et idéologique pour encourager les enfants vers les pires dérives. Voilà précisément un désaccord fondamental entre nous. Mais pas de surprise : je m'y attendais neutral après, si notre gouvernement estime qu'il s'agit d'une question fondamentale, soit. Moi, j'aurais tendance à y voir une stratégique politique pour s'attirer les bonnes grâces de la NUPES.

En tout cas, jamais je n'accepterai que mes enfants soient manipulés de la sorte à l'école primaire. Autant se tourner vers le privé.

La trans identité et l'orientation sexuelle sont 2 choses différentes. Ça peut converger mais pas forcément. Tu peux être né homme, être hétéro, devenir une femme. Ton orientation sexuelle ne change pas. L'attirance va toujours du côté des femmes.


3ecf92f6bdc842995e816ce287e266338e0889ca.gifv

Hors ligne

#117 09-08-2022 15:43:58

matou
modérateur

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

Bon j’ai pas le temps alors mieux vaut en rester là, on créera avec Nico des topics dédiés.

Hors ligne

#118 09-08-2022 15:45:55

mypreciousnico
Why ?

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

Hop, bien vu Prelogic, j'ai créé un sujet pour parler du wokisme en général. Je lui ai donné un titre rapide, si vous avez une meilleure idée, n'hésitez pas.
Je préfère ne pas y transférer les messages de cette discussion, afin qu'elle garde du sens, c'est pas mal mélangé entre Prey et le sujet woke en général.

Hors ligne

#119 09-08-2022 22:20:54

dl500
TOS Forever

Re : Prey : spin-off de la saga Predator


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#120 12-08-2022 10:13:10

Prelogic
Legaliste

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

A un moment donné, le personnage principal évoque une "légende indienne" destinée à effrayer les enfants. Comme j'aime bien être curieux, je suis allé faire mes recherches et j'ai trouvé un truc sympa :

Les Comanches considéraient leurs enfants comme leurs biens les plus précieux. Les enfants étaient rarement punis. Quelquefois, cependant, on faisait appel à une sœur plus âgée ou un autre parent pour discipliner l'enfant ; les parents pouvaient également s'arranger pour faire peur à l'enfant avec l'aide d'un croque-mitaine. Occasionnellement, des personnes âgées revêtaient des draps pour effrayer les garçons et filles désobéissants. On parlait aussi aux enfants de la Grande Chouette Mangeuse d'Hommes (Pia Mupitsi), qui vivait prétendument dans une grotte au sud des montagnes Wichita et dévorait les vilains enfants la nuit.

*Source : wiki

Dernière modification par Prelogic (12-08-2022 10:16:36)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#121 17-08-2022 17:55:42

Oberon
Section 31

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

Chose finalement prévisible, ce débat parfois houleux m'a donné une impérieuse envie de me refaire l'intégrale de la saga (sauf The Predator, ce fut au dessus de mes forces) histoire de vérifier, d'une part, que je ne souffre pas d'un fétichisme malgré moi, et d'autre part, de confronter Prey, tout auréolé d'une gloire usurpée et injuste, à d'autres volets bien plus critiqués en leur temps.
Commençons cette rétrospective comme il se doit, en 1987.

Predator est, aujourd'hui encore, d'une solidité et d'une qualité de mise en scène tout simplement bluffantes.
Les personnages y sont pensés, croqués rapidement pour que l'on puisse éprouver de l'empathie lors de leurs morts brutales et sanglantes. On voit des vétérans puiser dans tout ce qu'ils ont pour échapper au terrible Predator, et le dernier quart-d'heure de confrontation est, aujourd'hui encore, si impeccablement pensé et filmé qu'il mérite d'être au programme des écoles de cinéma. Car ce qui fit que ce film est resté dans les annales, c'est la caractérisation d'un des antagonistes les plus impressionnant de l'histoire de la s-f. Intelligent, rusé, tactique, qui utilise l'environnement à son avantage, flanque, embusque, évite presque tous les pièges et met une raclée au mâle le plus alpha de son temps, Schwarzy.
Il en résulte que la peur des personnages devient aussi celle du spectateur, et je me rappelle aujourd'hui encore mon père, lors de la mort de Carl Weathers, lâchant un : "faut bien admettre qu'il a l'air assez invincible...", ce qui rendit l'exploit ultérieur de Dutch encore plus prenant.
Gourmandise supplémentaire, la version 4K remasterisée donne une nouvelle jeunesse à un film aujourd'hui daté, et offre un confort de visionnage fort bienvenu.
Prey ne souffre aucune comparaison avec ce film, pour de nombreuses raisons déjà évoquées, mais je pense que la plus objective est le niveau global de bêtise du Predator et de la tribu, Naru exceptée. Très difficile d'avoir la moindre empathie quand on voit des crétins se faire tuer, et tout aussi difficile de crédibiliser la menace par la même occasion.

Predator 2 est certainement la pire suite qu'on pouvait espérer dans les standards de l'époque. Réunissant tous les stéréotypes des mauvais polars des eighties (conflit testostéroné avec la hiérarchie, personnages caricaturaux, mix désastreux entre le sérieux et l'humour...) fort de scènes de confrontation souvent mal pensées (mention spéciale à la rame de métro et le Yautja qui encaisse les tirs de Paxton comme un Terminator) et même des pires clichés des slasher de l'époque (le retour de la vengeance de la mort de Gary Busey, la nana nibards à l'air pendant que le Predator tue tout le monde dans le penthouse, les soldats censés être professionnels qui ignorent les observations tactiques de Danny Glover...) bref, ce film est un nanar de compétition.
On en sauvera péniblement la dernière demi-heure, qui à défaut d'être particulièrement crédible apporte sa petite contribution au worldbuilding. C'est en effet là que seront montrés que notre histoire et la leur sont lourdement entremêlés et surtout les différents filtres de vision du masque, la meilleure idée du film, hélas pratiquement la seule.
La comparaison avec Prey est déjà bien plus pertinente sur bon nombre d'écueils : l'idiocratie et l'incompétence de quasiment tout le monde hormis le héros, des clichés qui affadissent l'atmosphère et un Predator somme toute vraiment pas malin sauvé à répétition par l'incurie de ses victimes.

AVP tente un pari impossible : faire la jonction entre les 2 franchises et rendre ça cohérent au niveau du worldbuilding.
Si Anderson se prend parfois les pieds dans le tapis (le temps d'incubation éclair des chestbusters en tête de liste) il y a dans ce film de l'ambition et un amour pour les 2 sales bêtes représentées. Les 2 races sont montrées comme puissantes et avec chacune leur intelligence propre, et le contraste avec les malheureux humains coincés dans ce dédale mortel est d'autant plus terrifiant car chacun donne tout ce qu'il peut, ce qui est hélas dérisoire face aux menaces présentes.
L'héroïne qui, bien que montrant plusieurs fois sa peur et ses failles, arrive à gagner le respect des Yautja dans un rite initiatique qu'elle n'a jamais voulu, est un exemple de personnage féminin fort, nuancé et sacrément impressionnant. De plus, elle n'est aucunement une Mary-Sue car elle accepte de l'aide complétementaire à plusieurs reprises (notamment l'archéologue et Scar). Car oui, fort heureusement, on a pas attendu 2020 pour iconiser une femme de couleur dans un film d'action-survie.
Dernier élément important du film, c'est la première fois de la franchise qu'on explore l'histoire des Yautjas sur Terre. Cela montre non seulement leur importance culturelle mais surtout une évolution sociale de la race, qui se posait en objet de culte chez les Aztèques (et probablement chez les Égyptiens mais on dispose de moins d'informations) et, certainement après le désastre d'avoir du raser une cité entière après que les xénomorphes les aient débordés, sont revenus à une isolation et une discrétion relative. Ce point d'apparence bénin est pourtant l'équivalent de la directive première dans leur culture, poussant vers la méritocratie mais limitant désormais au maximum la contamination culturelle.
Le film est pour autant loin du chef-d'oeuvre et souffre de plusieurs appories. On trouvera notamment singulier que le commandant Yautja offre une lance (d'une technologie et d'un alliage qui dépasse largement notre société) à la fougueuse héroïne. Le côté symbolique (adoubement Yautja par rite de passage) se heurte à l'illogisme de l'impact culturel. Et quand le même commandant embarque la dépouille du chasseur mort sans même vérifier qu'il n'est pas infecté pour que le Predalien sorte en cliffhanger final, c'est particulièrement navrant et pas du tout cohérent.
Il en résulte un film hybride, parfois plus généreux que réfléchi (une faille récurrente chez Anderson) mais qui a le mérite de développer considérablement l'univers.
Le comparatif avec Prey est probablement le plus violent par effet de contraste. Déjà, Prey devient un retcon non assumé car le Predator montré est irréconciliable avec le worldbuilding fourni par AVP. La culture et le comportement n'ont quasiment rien à voir, et il est d'autant plus invraisemblable qu'une espèce maîtrisant le voyage spatial depuis plus de 3 000 ans montre un tel gap technologie sur quelques siècles (effet Asimovien de plafonnement du développement sur le temps long).
Et entre une héroïne qui coopère et survie autant par alliance que ses compétences, et en face une guérisseuse-chasseuse-guerrière qui réussit tout toute seule à une contre 10, on franchit tranquillement le cap de la Mary-Sue.

Requiem est autant un nanar qu'une bonne suite, c'est d'ailleurs presque schizophrènique tant la sensation de voir 2 films cohabiter est patente. Pour autant, si l'on dépasse cette dichotomie, le film offre plus qu'il n'y paraît. Côté worldbuilding, on a un plan fugace sur la planète des Yautjas, une cohérence du comportement du Predator assez impeccable (tuer l'abomination à tout prix et contenir l'infestation et la contamination culturelle) et une horreur aujourd'hui impensable tant la censure a évoluée. Enfant tué au chestbuster, nourrissons terrorisés (et vraisemblablement tués hors champ) femmes enceintes incubées, c'est la plus violente et horrifiquement réaliste itération des 2 franchises réunies.
Autre très bon point, le Predator est au sommet. Rusé, tactique en diable, il commet très peu d'erreurs dans une situation où il est seul face à une menace endémique. Le match nul final avec le Predalien force au respect et même à l'empathie envers le même monstre qui dépèce un humain à son arrivée, une situation pour la moins inédite.
À côté de ça, il faut s'infliger le deuxième film, celui d'ados clichés et bêtes, qui vient faire du remplissage en cassant le rythme et la tension. Et le pire est atteint quand les clichés de l'un débordent sur le second ("mais voyons ma fille, les monstres n'existent pas et argh!!!") ruinant les points forts pourtant existants par une dissonance cognitive immédiate. On sauvera certains personnages (adultes surtout) qui témoigneront de davantage de crédibilité et qui surtout renforcent l'atmosphère au lieu de la saborder, essentiellement par leur comportement de survie cohérent et pour le coup non nanardesque.
En comparaison de Prey, c'est littéralement des antipodes. Bon film de chasse face à une succession d'invraisemblances, idiocratique contre survivaliste et tactique, et un Predator stupide face au plus dangereux jamais montré. Par contre les ados et les mâles de la tribu ont beaucoup en commun...

Enfin, Predators est lui aussi très hybride. À bien des égards, c'est une resucée complète du premier (équipe d'élite isolée, apprentissage continu sur l'ennemi, un nombre hallucinant de phrases qui sont mots pour mots celle de Predator, et le duel final en mode primal) qui n'inventent pratiquement rien, apporte très peu au worldbuilding (la sous espèce rivale et les chiens) et se targue en plus d'une cassure totale à mi-parcours avec l'arrivée du personnage de Fishburne.
Néanmoins, le film pose son ambiance assez bien et la confrontation finale est ingénieuse. C'est donc un film inégal (encore, me direz-vous...) essentiellement porté par un Adrien Brody parfait dans son contre-emploi et quelques moments bien pensés et mis en scène. Reste qu'hormis quelques exceptions (un piège gigantesque invraisemblable censé être l'oeuvre d'un homme seul, le personnage du "docteur" cousu de fil blanc...) le tout est assez crédible pour être suivi sans trop d'efforts, même s'il ne brille pas par son originalité ou sa constance.
En comparaison de Prey, c'est là encore criant sur l'écart des personnages au niveau comportemental. Dans l'un on voit des vétérans analyser et s'organiser au mieux de leurs compétences et équipement, dans l'autre une tribu résolument bête et plus soucieuse de mépriser voir d'agresser ses femmes (ou en l'occurrence d'essayer et de se faire éclater) plutôt que de réfléchir sur l'évidence du danger qui la menace. Se posera donc une dernière fois le problème de l'empathie, d'autant plus symptômatique face à un groupe de tueurs (yakuza, mercenaire, spetnaz...) à la morale fort limitée.

Pour conclure cette rétrospective, aucun des films sortis à ce jour (même le consternant Predator 2)  n'a été aussi paupérisant pour l'univers et la créature. Retcon ou reboot, ça reste à définir, mais incohérent en internaliste et sans aucune ambition pour le worldbuilding, c'est un fait.
Au mieux on peut le prendre comme un film isolé du reste de la franchise (peu probable, vu son succès unilatéral, la production va continuer dans cette veine) et au pire comme un gâchis considérable, vu qu'il amène une telle rupture avec le lore qu'il va tuer ce dernier pour le remplacer par quelque chose de bien plus lambda et aussi médiocre sur l'horreur que n'a pu l'être The Predator (sauf que lui s'essaie au second degré gras et décomplexé, lui conférant un statut de film pétomane assez unanime).

Je clôture en révisant mes notes et mon classement :

1) Predator 10/10
2) AVP 7/10
3) AVP 2 6/10
4) Predators 5/10
5) Predator 2 2/10
6) Prey 1/10
7) The Predator 0/10

Dernière modification par Oberon (28-08-2022 10:32:46)


"No beast so fierce but know some touch of pity. But i know none, and therefore am no beast."
Richard 3

Hors ligne

#122 31-08-2022 23:21:49

Synock
Cuitasses les patatas

Re : Prey : spin-off de la saga Predator

Oberon a écrit :

film pétomane assez unanime

Je crois que si je faisais un film je voudrais qu'on le nomme ainsi lol

Hors ligne

Pied de page des forums