ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#201 30-07-2020 10:33:01

matou
modérateur

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Pour Luke et Kylo dans le VIII, il y a surtout de belles manipulations.
Que Luke ait un réflexe de sortir son sabre car le côté obscur le menace, cela se comprend. Et oui cela peut amener à un quiproquo. Que Luke pouvait facilement éviter en expliquant ce qui s’est passé.
Donc il y a une situation demandant de parler.
Mais la manipulation arrive! Au lieu de parler , hop une ellipse où KR fait tout s’écrouler ! Que c’est pratique !
Donc cette scène, importante et pivot, ne tient que parce que l’on a arrangé les circonstances !

Hors ligne

#202 30-07-2020 11:31:20

Prelogic
Legaliste

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Buckaroo je trouve que tu as un peu trop tendance à avoir recours au champ lexical de la « haine ». Tu n’as pas nécessairement besoin de t’abaisser à ce niveau. Personnellement, je n’ai pas besoin de haïr quoi que ce soit, je me contente de faire les constats qui s’imposent.

Oui, l’univers de Star Wars dépeint un monde en guerre. Mais la guerre est protéiforme par essence, elle n’impose pas éternellement les mêmes figures. La prélogie nous montre une guerre « sale », ou les institutions ne protègent plus. Face à des entités commerciales monstrueuses cherchant à protéger des intérêts particuliers au détriment du bien commun, seules les actions héroïques individuelles ont encore un sens. La trilogie classique nous montre une guerre d’opposition, où les Rebelles cherchent à embrasser une cause noble et à libérer la Galaxie de la tyrannie. Mais les Rebelles ne sont pas sans tâches, et l’Empire les fera passer l’espace d’un instant pour une bande de terroristes : il faudra à Luke ainsi qu’à l’Alliance Rebelle de nouveaux alliés politiques et une nouvelle stratégie plus « adulte » pour avoir la confiance des peuples opprimés.

La postologie avait le devoir de prolonger le questionnement politique institué par les deux autres trilogies avant elle :

  • L’Empire a peut-être été vaincu, mais il avait été érigé à la place d’une République corrompue, sur des bases démocratiques. Tout ceci devrait nous rappeler, finalement, l’Allemagne de l’entre deux-guerres, vaincue, humiliée mais cherchant à relever la tête et à redresser son économie. Au lieu de cela, nous avons eu droit à un Premier Ordre plus diabolique encore que l’Empire, jusqu’à la caricature.

  • L’Alliance Rebelle a peut-être été fondée sur des bases idéologiques nobles, mais elle peut tout à fait être en proie à la tentation de reproduire les erreurs de l’Ancienne République – trop de concentration des pouvoirs, tentation de vouloir « briser » le camp adverse par pure idéologie alors que le Premier Ordre (comme expliqué plus haut) a encore des arguments à faire valoir dans le jeu démocratique et politique. Au lieu de cela, on a eu une entité quasi-inexistante, transparente, détruite dès la moitié du premier film, possédée jusqu’à la fin de la trilogie par la « Résistance » qui était manifestement le vrai sujet.

On aurait pu imaginer le Premier Ordre et la Résistance faire cause commune contre un troisième adversaire, permettant ainsi à la Galaxie de réconcilier ses deux frères ennemis. Et, dans le même temps, réconcilier l’âme et la chair, le tangible et l’intangible, le monde physique et le monde spirituel. Rey aurait pu être le vecteur de cette réconciliation totale, le paratonnerre par lequel s’exerce la volonté de la Force une et indivisible. Une troisième étape vers l'équilibre dans la Force. Nous aurions pu avoir un final à la Dark Crystal, une véritable apothéose. Anakin et Padme auraient pu avoir une deuxième chance, par exemple.

La « boucle » narrative instituée par la trilogie classique sur le modèle des travaux de Joseph Campbell est le centre du cercle. La prélogie et la postlogie gravitent autour de ce cercle, mais ne doivent pas chercher à en imiter la force d’attraction. Voilà la principale difficulté : la prélogie, à mon sens, utilise les ressorts narratifs du Voyage du Héros pour mieux les inverser par rapport à son modèle, et en « influencer » la force d’attraction pour nous faire voir les choses « selon un autre point de vue ». La postologie veut se substituer à son modèle d’origine, en explose l’influence, et donc, déséquilibre totalement l’harmonie entre les astres que Lucas avait péniblement mis en place.

Avec un travail de réflexion un peu plus sérieux, je pense que cette postologie aurait pu être une pièce maîtresse. Mais c’était plus simple et séduisant sur le plan médiatique de se défaire de l’influence de Lucas.

Dernière modification par Prelogic (30-07-2020 11:42:22)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

Pied de page des forums