ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#126 03-05-2020 12:47:53

scorpius
Nowhere Man

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Prelogic a écrit :

si vous avez compris quoique ce soit au "Plan" de Palpatine, j'achète. D'un côté, il veut tuer sa petite fille, ensuite il veut qu'elle le tue pour vivre en elle, bref tout ça n'est pas très crédible.

Darth Kennedy a écrit :

"Pense pas, consomme."


57c17de47f6f63983169acdc99fcddc2f6fc22c3.gifv

Hors ligne

#127 03-05-2020 13:55:15

matou
modérateur

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Mieux vaut ne pas parler aussi de sa manière de mourir...
Pas pour ce personnage avec cette ambiance la...

Hors ligne

#128 03-05-2020 14:51:56

scorpius
Nowhere Man

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Pourtant la symbolique est super ! Les sabres en croix, Palpy qui juste avant tel un vampire à absorbé l'énergie vitale de MaRey Sue et Ben Quadinaros pour se régénérer. Je trouve ça vachement profond, t'es vraiment le hater typique Matou. T'es jamais content, t'aimes rien.. Faut consommer, pas penser.

Tu voudrais quoi encore, que le film se/te questionne moralement sur le massacre de Stormtroopers qui ne sont que des enfants kidnappés/conditionnés au départ ? C'est pas comme si cette trilogie avait eu un personnage qui aurait pu nous faire une Teal'c et permettre de mettre en place une rebellion de Stormtroopers/Jaffas sad

Dernière modification par scorpius (03-05-2020 14:53:04)


57c17de47f6f63983169acdc99fcddc2f6fc22c3.gifv

Hors ligne

#129 04-05-2020 09:02:03

matou
modérateur

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Oui pardon,  je vais regarder MI:3 pour achever mes neurones et pouvoir revoir le 9 sans soucis.

Hors ligne

#130 04-05-2020 09:58:05

Prelogic
Legaliste

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Ce sera mon éternel regret avec cette trilogie : on lance des pistes, mais on les abandonne. On conçoit des personnages mystérieux qui sont en réalité des coquilles vides que l’on essaye maladroitement de remplir d’un questionnement existentiel à la dernière minute, après avoir dit tout et son contraire. On ne fait pas ou très peu d’exposition, ce qui a tendance à rendre l’intrigue complètement superficielle voire redondante avec ce que l’on connait déjà de la mythologie. En bref, j’ai l’impression que le brainstorming autour de cette trilogie s’est limité à des considérations nostalgiques : on s’échange 2 / 3 veilles photos de production de la trilogie classique entre gens fréquentâââbles et on lance la thérapie de groupe pour tirer de ces photos une quelconque évocation individuelle et narcissique.

Finn est effectivement l’un de ces exemples frappants du manque d’ambition de cette trilogie : on nous dévoile un acteur noir dans un costume fasciste immaculé, manifestement réduit en esclavage. Au final, on en fait un clown qui perd les eaux et se fait constamment friendzoné. L’utilité du personnage s’étiole au fur et à mesure que cette trilogie avance vers sa conclusion. Et on voit bien que le destin du personnage était différent, selon que l’on passe du point de vue d’Abrams à celui de Trevorrow.

Après avoir vu l’Ep IX, j’ai franchement un gros regret : cette « dyiade » dans la Force avait du potentiel sur le papier : où comment la troisième génération parvient à solder le passé politique et spirituel des ainés, repartant sur des bases saines. Il aurait fallu articuler cela avec le reste de la saga, et ajouter une pointe de déterminisme au-dessus du récit et des personnages – le déterminisme, que l’on peut figurer comme le « pouvoir divin » du réalisateur omniscient qui manipule le public jusqu’à la conclusion. Hélas, Lucas n’est plus là et les responsabilités sont éparpillées en une multitude de « petites » individualités qui ne pèsent pas lourd dans la balance en comparaison. Résultat : on se retrouve avec des incohérences et des contradictions, parfois même entre les films et les novélisations.

C’est la leçon à tirer de ces 8 dernières années, que ce soit en termes managérial ou conceptuel : il faut une tête pensante à la tête d’un groupe de travail et d’artistes respectés et véritablement consultés. Je doute que le Story Group actuel ait encore une quelconque légitimité.

P.S. : ah… et puis cette soit-disante « légèreté rafraichissante », cet humour décomplexé qui, au fur et à mesure de la trilogie, vire au remplissage grotesque :

- Salut Bob ! T’as encore cassé mon vélo !
- Salut Kevin ! Toi t’as encore joué à Candy Crush dans mon dos !
- Ah non c’est toi qui…
- Ahah oui cause toujours !
- Qu’est-ce qu’on est mignons à se couper la parole t’as vu…
- Ouep... hmm... vala vala...
- Oui hein ? Euhh ahah...

Sur ce, bonne semaine à tous smile

Dernière modification par Prelogic (04-05-2020 10:04:27)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#131 05-05-2020 12:16:24

Tartempion
Banni(e)

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

scorpius a écrit :
Prelogic a écrit :

si vous avez compris quoique ce soit au "Plan" de Palpatine, j'achète. D'un côté, il veut tuer sa petite fille, ensuite il veut qu'elle le tue pour vivre en elle, bref tout ça n'est pas très crédible.

Darth Kennedy a écrit :

"Pense pas, consomme."

Le plan de Palpatine est pourtant très clair. Il se fiche que ce soit Rey ou Ben qui soit tué. Il veut l'un ou l'autre pour s'incarner en lui ou elle, avant qu'il sache qu'ils forment une dyade. À partir de là il n'a plus besoin de personne et veut se débarrasser des deux.

Dernière modification par Tartempion (05-05-2020 12:22:05)

Hors ligne

#132 05-05-2020 12:18:54

Tartempion
Banni(e)

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

@Prelogic
Indiana Jones est un serial (du moins les deux premiers) mais serial ne veut pas dire "Indiana Jones Style". Il y a plein de choses qui résonnent "serial" dans ce film, pas uniquement le trip "aventure à l'ancienne".

Hors ligne

#133 06-05-2020 09:53:34

Prelogic
Legaliste

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Tartempion a écrit :

Le plan de Palpatine est pourtant très clair

Pas pour tout le monde visiblement. Le plan de Palpatine pour « recouvrer » un peu de force vitale ne concerne que Rey : pourquoi ? Lorsque Ben vient le voir le premier, Palpatine ne lui tient pas du tout le même discours, et lui propose un deal d’une toute autre nature : celui de tuer Rey en échange d’une nouvelle force de frappe. Quand Rey vient le voir, elle veut qu’il le tue pour s’incarner en elle (si j’ai bien compris ?). Dans mes souvenirs, ce n’est pas Palpatine qui révèle la connexion entre les deux, mais Ben qui prononce le terme « Dyade » en premier. Il aurait sans doute été plus logique pour Palpatine d’essayer de monter l’un contre l’autre, exactement comme il l’avait fait pour Luke et Anakin. C’est de cette manière que fonctionnent les Sith. Surtout que là, il y avait un moyen de pression supplémentaire en termes de parenté. Bref, ce plan me semble toujours incohérent.

Je n’ai rien contre ce principe de la Dyade à la base, je regrette simplement qu’il n’ait pas été approfondi en amont de la trilogie, en même temps que la filiation de Rey. Petite fille de Palpatine, c’est un truc inconcevable qui aurait du la traumatiser au moins autant que Luke, et traumatiser le public en même temps : là, elle prend 30 secondes pour souffler et c’est reparti. Cette meuf est incroyable.

Tartempion a écrit :

Il y a plein de choses qui résonnent "serial" dans ce film

Des exemples ?

Dernière modification par Prelogic (06-05-2020 09:54:37)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#134 06-05-2020 11:02:34

Tartempion
Banni(e)

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Prelogic a écrit :
Tartempion a écrit :

Il y a plein de choses qui résonnent "serial" dans ce film

Des exemples ?

L'utilisation des ellipses scénaristiques inhérentes au genre, le rythme incroyable, le macguffin, la multiplicité des voyages et déplacements frénétiques, toute la représentation d'Exegol et de Palpatine et sa secte, qu'on croirait directement sorti d'un serial fantastique des années 40. La présence du sidekick, ici représenté de nouveau aventagueusement par C-3PO qui avait cette fonction dans toute la trilo, le retour de l'invitation au voyage... Enfin ! L'ennemi qui va finalement se révéler être un allié, un classique des serials d'espionnage. La générosité. Les hommes de main du bad guy (ici les chevaliers de Ren). Etc, etc...

Dernière modification par Tartempion (06-05-2020 20:52:35)

Hors ligne

#135 06-05-2020 11:41:04

Tartempion
Banni(e)

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Pour avoir vu le film 5 fois maintenant, voici mes notes définitives pour cette postologie:

- épisode VII: 4,5/10
- épisode VIII: 1,5/10
- épisode IX: 6/10

Une trilogie qui ne sert à rien mais qui aurait pu se tenir si Rian Johnson n'avait pas réalisé son film de merde, rendant cette trilogie incohérente en plus d'être inutile.

Hors ligne

#136 06-05-2020 22:02:04

matou
modérateur

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Bien d’accord avec cette conclusion.
D’ailleurs le plus amusant cents que le IX est une suite du VII et non du VIII qui lui n’est pas la suite du VII. Oui faut suivre.

Hors ligne

#137 06-05-2020 22:14:37

Tartempion
Banni(e)

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

C'est Johnson le principal responsable, et ce dès le début du film. À la fin du 7 on a un Luke en tenue Jedi... Pour apprendre dans le 8 qu'il s'est déconnecté de la Force et veut en finir avec les Jedi. C'est stupide, idiot, et totalement incohérent. Et le reste du film est entièrement de cet acabit, en plus d'être extrêmement creux et chiant.

Dernière modification par Tartempion (06-05-2020 22:15:22)

Hors ligne

#138 07-05-2020 09:26:27

scorpius
Nowhere Man

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Après ça n'absout pas non plus JJ pour la banqueroute créative du 7, ce film ne tente tellement rien avec l'univers ou ses personnages que je peux presque comprendre l'impulsion créative de Jonhson de partir en plein délire Spaceballs laugh

Pour moi, JJ a encore prouvé avec le 9 qu'il était le principal responsable de l'échec de cette trilogie. Le scénario de Trevorrow prouve qu'en se sortant les doigts du cul, il était possible de conclure cette trilogie en étant cohérent avec les 2 films précédent et donnner à l'ensemble un minimum de gueule.


57c17de47f6f63983169acdc99fcddc2f6fc22c3.gifv

Hors ligne

#139 07-05-2020 10:04:50

Prelogic
Legaliste

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Bon, je ne pensais jamais dire ça un jour, mais j’adhère sans réserve ou presque à la conclusion : « Rey Palpatine Skywalker ». Pour moi, ça a du sens au regard de la saga dans son ensemble. C’est juste la manière dont c’est caractérisé qui est relativement maladroite et sans ambition réelle. On a tergiversé d’un épisode à l’autre pour en arriver à cette conclusion implacable, pour laquelle ni Rey ni le public n’a le temps de s’attarder. En comparaison, je me souviendrai toute ma vie de cette tignasse en sueur de Luke, aux portes de la mort, acculé par son Père qui se met à lui faire des confidences diaboliques. Luke aura eu 3 ans pour se faire à l'idée, et endosser son héritage. Rey n'a que 30 secondes pour se faire à l'idée qu'elle est la petite fille de Satan, et développe un mental supérieur à un athlète de haut niveau.

Même si on ne saura jamais la teneur de l’échange entre Abrams et Lucas pour l’Episode IX, je pense que cette filiation in extremis relève plutôt des préoccupations de Lucas – il faut se souvenir également que Lucas prévoyait, quelques temps avant le rachat de Lucasfilm, de raconter les origines de Palpatine et ses déboires sentimentaux à travers son projet Underworld, un truc assez osé pour l’époque.

Bref, les deux soleils de Tatooine peuvent effectivement représenter l’ambivalence de Luke et de ses origines. Pour Rey, c’est la même chose : elle est biologiquement rattachée au mal, mais elle choisit d’emprunter un chemin spirituel différent en se rattachant à la dynastie Skywalker.

Bon, c’est juste que j’aurais apprécié une explication internaliste un peu plus solide sur la présence de Rey sur Tatooine. On dirait un fan puriste qui visite un Musée à la gloire de l’Episode IV : « alors ici, vous pouvez apercevoir la célèbre salle à manger dans laquelle Luke Skywalker mangeait son ragoût avec son Oncle et sa Tante *OOOoohh* ».

Dernière modification par Prelogic (07-05-2020 10:09:20)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#140 07-05-2020 10:55:52

scorpius
Nowhere Man

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Si on se base sur les rumeurs, certaines déclarations de JJ et quelques "anomalies" de la prod', on peut éventuellement penser que Lucas a proposé l'idée d'un nouveau méchant, à savoir le Fils de Mortis (incarné par Matt Smith ?) et qu'il voulait revenir une derniere fois sur les midi-chloriens (une jolie façon de boucler la boucle vis à vis de TPM). Tout cela fut rejeté par JJ et Kennedy à divers moments de la production.

Dernière modification par scorpius (07-05-2020 11:02:19)


57c17de47f6f63983169acdc99fcddc2f6fc22c3.gifv

Hors ligne

#141 07-05-2020 16:40:36

Tartempion
Banni(e)

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

scorpius a écrit :

Après ça n'absout pas non plus JJ pour la banqueroute créative du 7, ce film ne tente tellement rien avec l'univers ou ses personnages que je peux presque comprendre l'impulsion créative de Jonhson de partir en plein délire Spaceballs laugh

Pour moi, JJ a encore prouvé avec le 9 qu'il était le principal responsable de l'échec de cette trilogie. Le scénario de Trevorrow prouve qu'en se sortant les doigts du cul, il était possible de conclure cette trilogie en étant cohérent avec les 2 films précédent et donnner à l'ensemble un minimum de gueule.

JJ est responsable du manque d'audace visuelle, conceptuelle et thématique de cette postologie c'est sur. Johnson, lui, est responsable à 100% de ses incohérences.
Je trouve que JJ a réussi à faire un truc intéressant de la connexion WiFi débile entre Rey et Kylo inventée par Johnson dans le 8 uniquement pour des facilités scénaristiques. En faire la résultante d'un pouvoir rare entre deux personnes et oublié depuis des lustres ça donne au moins une explication qui se tient.

Dernière modification par Tartempion (07-05-2020 16:41:48)

Hors ligne

#142 07-05-2020 18:27:23

matou
modérateur

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Mouais, le problème c’est qu’ils se passent des objets par le wifi...
En somme, pour moi les responsabilités de cet échec sont à chercher chez Kennedy. Travailler autant de temps avec Lucas et être aussi incapable...de résister à Disney.
Au moins les employés de LF on eut de quoi travailler sans licenciement pendant 10 ans...

Hors ligne

#143 07-05-2020 18:51:09

Tartempion
Banni(e)

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

À vrai dire Kennedy a très peu travaillé avec Lucas. Uniquement sur deux ou trois films.
Les objets en WiFi ça m'a énervé la première fois. Mais si deux personnes en forment une c'est en fait assez logique en définitive. Je ne suis pas fan de l'idée, mais je trouve qu'elle tient la route finalement.

Dernière modification par Tartempion (07-05-2020 20:28:57)

Hors ligne

#144 07-05-2020 22:27:35

Tartempion
Banni(e)

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Après vérification elle n'a travaillé avec lui que sur un film d'animation et le denier Indiana Jones, même s'ils se connaissent depuis longtemps via Spielberg et Frank Marshall. Kennedy ne comprends pas Lucas, ni Star Wars. Je ne pige pas pourquoi Lucas l'a choisi. Il fallait choisir son mari. À mon avis c'est Spielberg qui lui a conseillé Kennedy.

Dernière modification par Tartempion (07-05-2020 23:28:23)

Hors ligne

#145 21-07-2020 16:56:11

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Revu The Rise Of Skywalker , comme il se doit d'abord seul et en VO , puis  une seconde fois avec les deux précédent Episodes..
& Enfin avec la Saga complète.

Bilan.. d'abord chapeau bas pour tout les personnes qui ont œuvré pour cette postologie d'une richesse picturale et d'une profondeur inouïe quand on l'a met bout à bout.. des producteurs aux techniciens , en passant par les acteurs & réalisateurs , y compris Rian Johnson dont The Last Jedi reste à mes yeux l'un des 3 meilleurs episodes de la saga.

Revenons à l' Episode IX.
Comme d'habitude chez JJ Abrams, c'est très généreux, même bien trop généreux pour apprécier le résultat d'un coup sec .
Mais pour une fois , ce défaut _ à vrai dire mineur, mieux faut trop que pas assez, est un avantage devant le défi que représente ce film à lui seul.

Je défie ainsi quiconque de conclure à la fois , une trilogie &  une prélogie en un film de 2 heures 20 , tout en mettant un point final à sa propre histoire.
Mission : Impossible que JJ Abrams & Kathleen Kennedy relèvent à mon sens,  haut la main.

Il n'y a pas de secret pour une telle réussite. Ils ont privilégié d'abord leur propre histoire.. Oui car la postologie forme sa propre histoire, qui n'a jamais été celle de Luke , Leia ,Vader ou Han , mais toujours celle de Rey / Ben / Finn , Poe.. & désolé pour les pauvres triste sirs qui pleurent leur mère ( de haine ) sur le net , Mais cette histoire est savamment pensé & d'une cohérence parfaite sur le plan émotionnel.

Trois chapitres pour nous parler d'une histoire d'échec & de courage , de choix par delà les liens du sang, d'amour par delà la haine..de rédemption , d'entretenir la flamme de l'espoir.

Finalement à l'instar de la Prélogie & de la Trilogie , la Postologie nous pousse à faire des sauts d'avant en arrière ou d'arrière en avant pour saisir l'essence d'un personnage ou d'une de ces actions qui comme beaucoup d'éléments de la saga finissent par former une boucle cohérente..

Y compris dans ces moment les plus controversés.  le retour de Palpatine par exemple ..On vA arrêter de s'enflammer tout de suite , Mais Comment nous abrutis de fans n'avons pas soupçonné une seule  seconde son retour? .., Il était tout simplement indispensable. Il est  l'alpha donc l'oméga des "Wars ".. Il est la menace fantôme , celui donc on ne peut voir qu'il tire les ficelles. Le lien avec Rey était  imparable qui avec Ben Solo en font le parfait contrepoint de couple Vador / Palpatine..

La grande force de cette postologie? L'histoire d'amour platonique entre Rey et Kylo/Ben Solo.. Une relation  pur, mais à la fois malsaine, presque interdite,  incestueuse par moment. Deux personnage d'une compléxité rare pour un Star Wars , magnifié par leur lien quasi télépathique, fusionnelle .. Crée par Rian Johnson au passage .. Donc comme quoi JJ Abrams ne revient pas sur son travail, mais en arrondit les angles pour une conclusion d'une beauté solennelle fulgurante que se soit la mort de Ben Solo ou le coucher de soleil sur Tatouine..

Rien à redire non plus sur le côté sérialesque de la première partie qui emprunte beaucoup à Raiders Of The Lost Ark , notamment ce twist donc  je me serai bien passé en salle ( la "pseudo mort de Chewie, rappelle celle de Marion ) . Le parfum de l'aventure est là.. On  ne pleurera pas non plus sur les personnages vite fait expédier ( comme Huxx ) , mais cela reste dans la tradition sordide  des Star Wars ( remember Boba Fett, Darth Maul , Count Dooku ect...) .


Non seul Bémol qui  gâche ici  le plaisir totale est et sera toujours la disparition  de Carrie Fisher.. Rien que sa performance dans The Last Jedi & sa scène d'adieu avec l' amiral Hondo laissait présager que du bon. Hélas , le destin en a voulut autrement  &  The  Rise Of Skywalker en aura pâtit . On se doutait que la présence de la Princess Leia aurait eut une importance plus grande dans le récit..D'ailleurs la plupart des trous narratifs de cette Postologie proviennent de cette absence.. Les rustines pour palier à sa disparition sont trop voyante. On sent que le lien entre Rey et Leia aurait été beaucoup plus puissant que celui du sabre laser qui passe d'un main à l'autre ... Mais bon.. JJ Abrams arrive tout de même à faire quelque chose qui se tient , avec peu de matière à travailler.. Mais quelque part , l'absence  de Carrie Fisher dans la mort de Leia rend encore plus palpable, plus lourd  le vide qui s'abat sur Kylo Ren à ce moment là..

En conclusion , c'est le point final qui me fallait pour mettre un terme à la Saga Star Wars..  point de frustrations comme j'en ai put en avoir sur Le Retour Du Jedi.. Non juste le sentiment accomplit comme Rey d'avoir bouclé la boucle ,ou celui de Luke  d'avoir laché la chose et ne faire plus qu'un avec la Force...
Surtout et surtout d'avoir trouvé enfin cette équilibre entre Prelogie et Trilogie, la fin d'un conflit intérieur qui me rongeait  , à bien des égard semblable à celui de Kylo Ren/  Ben Solo.

Je Suis Un Skywalker . Les 9 Films me suffisent désormais amplement , chaque visionnage de chaque épisode est un nouveau film  en soi , tant la richesse de la Saga  me paraît infini..

Donc nul Besoin de bander sur Baby Yoda , de se la jouer pseudo Boba Fett avec la Mandolorienne . Disney + peut aller se faire foutre avec ces séries/ comics & roman de merde estampillé Star Wars.. La Force sera toujours en moi et pour Toujours...

Merci JJ , Rian & Kathleen...

Note : 8 /10


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#146 21-07-2020 18:47:10

Prelogic
Legaliste

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

En lisant (attentivement) l’ami Buckaroo, je comprends beaucoup de choses sur Buckaroo lui-même et d’une manière générale, sur la communauté des fans de Star Wars. J’entrevois les prémices du syndrome de Stockholm, ou cette incapacité à lâcher prise, quitte à verser dans une forme d’oppression affective et tyrannique. Il y a « les éclairés », ceux qui comprennent le génie intersidérale de Rian Johnson, et il y a les « tristes sires » haineux, fascistoïdes et probablement sacrificateurs de hamsters nains. Pour plus de détails, prière de se référer aux polémiques puériles initiées par les réseaux sociaux.

La réalité est cruelle, mais plus simple : deux communautés s’affrontent depuis 20 ans sur le terrain de la légitimité : qu’est-ce que Star Wars ? Quel est ce fameux « esprit » insaisissable ? Comment « parler » Star Wars sans dénaturer le mythe, tout en y apportant un peu de sa personnalité et de sa sensibilité quand on s’appelle JJ Abrams ou Rian Johnson ?

Bref, je ne suis d’accord avec rien ou presque de ton intervention Buckaroo. Tu affirmes, mais tu ne démontres pas spécialement ce que tu avances. Et c’est souvent, je le reconnais, une étape difficile pour chacun d’entre nous mais je pense que tu peux faire un effort de ce côté-là.

>> A propos de la « richesse picturale d’une profondeur inouie » : quelle exagération ! Pourrais-tu développer ton propos ? En termes de réflexion conceptuelle, je ne vois absolument rien ou presque de mon côté qui puisse correspondre à cela. C’est même tout le contraire.

>> The Last Jedi, l’un des 3 meilleurs de la saga : nous avons déjà eu l’occasion sur ce forum d’effectuer un classement des films selon nos sensibilités respectives, et je ne suis toujours pas d’accord avec cette manière de procéder. Pour moi, l’univers cinématographique de Star Wars ne peut se résumer à des films autonomes, qui ne s’influenceraient nullement les uns avec les autres pour créer une grande cosmogonie. Ça, c’est la réflexion des puristes, qui cherchent à limiter autant que possible l’influence de la prélogie sur l’ensemble. On continue ici de réfléchir selon une grille de lecture abstraite, fantasmée, qui ne correspond nullement à l’époque de production de la trilogie classique. Toujours ce biais. L'Episode VIII ne peut être bon que si le précédent l'est, au regard de la saga préexistante. Et là dessus, nous sommes tous loin d'être d'accord ou de faire le même constat ébahi !

>> La générosité de JJ Abrams : ça se discute. D’un certain point de vue, JJ Abrams peut être considéré comme la « vox populi », mais ce n’est qu’une impression. JJ Abrams n’est le soldat que de sa propre cause, et Disney s’est chargé d’enrober son travail d’une propagande vintage hypocrite qui a plombé l’image de cette trilogie. JJ Abrams est un besogneux de studio qui fait le taf, mais sa « générosité » présumée est loin d’égaler celle de ses héros d’enfance que sont Spielberg et Lucas. Pour la simple et bonne raison qu'Abrams est incapable d'exprimer clairement un univers intérieur original et unique à sa personne. Spielberg était obsédé littéralement par le divorce de ses parents, qu'il étudie et décortique dans la plupart de ses films et des productions Amblin (E.T., Rencontres du IIIe type, Retour vers le futur, etc..). Abrams recopie ce schéma, s'en empare comme il s'est emparé de Star Wars. Mais avec un regard de geek amoureux. C'est tout le problème.

>> « Les exécutifs ont privilégié leur propre histoire » : oui, d’une certaine manière, Kennedy et Abrams ont fait absolument tout ce qu’ils voulaient. Y compris un remake non assumé de la trilogie classique, et c’est bien là le problème. Plutôt que d’étudier les structures, d’aller prospecter du côté des récits universels, ils se sont emmêlés les pinceaux. Je suis à ta disposition quand tu veux pour approfondir la question.

>> L’histoire est savamment pensée et d’une cohérence parfaite sur le plan émotionnel : non, il n’y a aucune histoire dans cette trilogie. Quelques bonnes idées, certes, une approche intéressante par moment, mais je ne trouve pas qu’il existe une quelconque « homogénéité » dans les thématiques abordées. Ça part un peu dans tous les sens, ça n’approfondi rien, ça lance des pistes intéressantes pour, au final, ne rien en faire – ou trop tard. Quant au registre de l’émotion, je n’ai personnellement rien ressenti. Ces films sont finalement très américains dans leur manière d’aborder le Monde et la civilisation. Ils se moquent du peuple qu'ils prétendent pourtant représenter.

>> Ces trois chapitres nous parlent d’une histoire d’échec, de courage et de choix par-delà les liens du sang, d’amour par-delà la haine, de rédemption, d’entretenir la flamme de l’espoir : comme pour l’entièreté de la saga en 6 films auparavant. Anakin puis Luke ne s’accomplissent pas grâce à leurs dons exceptionnels, ils s’accomplissent d’abord et avant tout grâce à aux autres, à leur capacité de faire preuve de compassion à un moment donné de leur vie. Sur le plan de la Grande Histoire et de la Guerre contre l’Empire, même chose : on a des combattants de la liberté qui luttent de toute leur force pour renverser un régime tyrannique : quelle différence fondamentale avec la postlogie ? J’attends un approfondissement.

>> A propos du retour de Palpatine : oui, c’était tellement prévu qu’il a fallu retconner Snoke qui était un personnage / concept calqué sur l’Empereur. Comme le public ne s’y est pas trompé, il a fallu faire revenir en urgence l’antagoniste de la saga en 6 films au dernier moment. Ben Solo a donc été perverti par un clone, une enveloppe vide squattée par un Empereur impotent. Il ne suffit pas de faire de la communication de crise pour que cela paraisse pensé dès le départ.

>> L’histoire d’amour « platonique » entre Ben et Rey : je n’ai rien contre une histoire d’amour platonique ou « impossible ». Mais je pense que cet élément n’a même pas été pensé par les principaux intéressés comme étant « platonique ». A vrai dire, je pense qu’ils n’ont réfléchi à rien, « ils » se sont contentés de se laisser porter par leurs idées, avec manifestement une forte appréhension à l’idée-même de représenter des scènes d’amour entre deux personnages. Au regard de la nature des couples de la saga, je pense qu’il aurait été intéressant d’assumer une relation d’amour, dans un contexte impossible entre deux « blocs » politiques qui s’affrontent idéologiquement. Une revisitation de Romeo et Juliette ou de West Side Story dans un nouveau contexte. Au lieu de cela, on a l’impression d’une hésitation permanente à assumer les contours d’une petite histoire, imbriquée dans la grande.

>> Equilibre entre prélogie et trilogie classique grâce à la postlogie : pourrais-tu développer ? Cela me semble être davantage une réflexion meta de ta part, comme s’il était nécessaire d’arbitrer le conflit entre ceux deux entités par le biais d’une troisième trilogie censée clôturer les débats. Je suis désolé, mais pour moi, cette troisième trilogie aggrave le schisme, l’incompréhension entre nous.

>> La saga Skywalker : l’idée-même d’une saga Skywalker est séduisante. Mais seulement sur le papier. Le Reveil de la Force et l’Ascension de Skywalker sont des titres magnifiques et pleins de promesses. Le contenu n’est selon moi pas à la hauteur de la prétention de ces intitulés.

Tu as le droit d’aimer cette trilogie, et d’apprécier la manière dont Disney traite cette franchise. Mais prend garde à ne pas te laisser trop emporter par tes envolées lyriques razz je comprends parfaitement que tu te sentes pousser des ailes face à la propagande retro-fétichiste de Disney, mais ce n'est qu'un mirage qu'il me semblerait sain de dissiper.

Dernière modification par Prelogic (21-07-2020 18:57:52)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#147 21-07-2020 19:46:06

scorpius
Nowhere Man

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Prelogic a écrit :

>> A propos de la « richesse picturale d’une profondeur inouie » : quelle exagération ! Pourrais-tu développer ton propos ? En termes de réflexion conceptuelle, je ne vois absolument rien ou presque de mon côté qui puisse correspondre à cela. C’est même tout le contraire.

Tu fais carrément preuve de mauvaise foi révisionniste là mon petit Prélo'! Je veux dire, tu l'as sous les yeux cette richesse picturale d'une profondeur inouie :

6natubts3ja21.jpg

tl02reu1qaq41.jpg

Jake Skymilker, la quintessence de tout ce que devrait être Star Wars!

Et si tu le penses pas, t'es probablement rien d'autre qu'un un troll misogyne qui se masturbe sur ses figurines d'Ahsoka Tano!

Dernière modification par scorpius (21-07-2020 20:58:32)


57c17de47f6f63983169acdc99fcddc2f6fc22c3.gifv

Hors ligne

#148 21-07-2020 20:04:05

scorpius
Nowhere Man

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Buckaroo a écrit :

le coucher de soleil sur Tatouine..

Cette scène est tellement insultante, punaise! Tatooine c'est la planète ou Anakin a été réduit en esclavage, la planète ou Shmi a été torturé pendant des semaines, la planète qui n'était rien d'autre qu'une prison pour Luke (le symbole des soleils jumeaux c'est ça, une évasion, la promesse de toute sortes d'aventures dans la galaxie). C'est la planète ou, à son tour, Leia aura été réduite en esclavage, bon sang!

Symboliquement enterrer Luke & Leia sur cette planète qui n'est synonyme que de misère pour les Skywalker... Le cynisme de la démarche est proprement hallucinant! Mais j'adore, on applaudit de finir la soit-disant saga des Skywalkers chez... les Lars mdr

Dernière modification par scorpius (21-07-2020 20:04:59)


57c17de47f6f63983169acdc99fcddc2f6fc22c3.gifv

Hors ligne

#149 21-07-2020 21:15:09

matou
modérateur

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

J’ai déjà dit que la même scène sur Naboo, j’aurai versé ma larme...

Hors ligne

#150 21-07-2020 23:03:38

Tartempion
Banni(e)

Re : Star Wars Episode IX: The Rise of Skywalker

Pour Tatooine c'est le seul point où je suis d'accord avec Buckaroo. En terme de conclusion de saga ça ne pouvait finir que là où tout avait commencé pour Anakin, Luke... et surtout le spectateur.

Dernière modification par Tartempion (22-07-2020 00:16:05)

Hors ligne

Pied de page des forums