ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Ultime Frontière présente ses meilleurs vœux à ses membres et à ses (nombreux) lecteurs fidèles.
Puisse cette nouvelle année 2020 être réellement un 20/20...
Longue vie et prospérité à toutes et à tous.

#376 10-03-2020 15:03:26

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : James Bond: 24 films et 53 ans.

Fais chier ! La mort peut attendre , mais pas la connerie humaine apparemment ..

Attendre Novembre ! Il ne pouvait pas repoussé en Mai ? Ca sera quoi en Novembre Le Coronovirus Infinity Wars ? lol

Nico , Pour l'affiche de No Time To Die ,  je faisais référence à cette image ci :

tracy.jpg


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#377 10-03-2020 15:08:45

mypreciousnico
Who ?

Re : James Bond: 24 films et 53 ans.

Buckaroo a écrit :

Nico , Pour l'affiche de No Time To Die ,  je faisais référence à cette image ci :

Ouais, j'avais bien capté, c’est juste que ça me fait pas spécialement rêver wink

Hors ligne

#378 10-03-2020 15:44:40

matou
modérateur

Re : James Bond: 24 films et 53 ans.

53 ans et peur d'un virus. Franchement, James tu te fais vieux...

Hors ligne

#379 10-03-2020 19:32:21

dl500
TOS Forever

Re : James Bond: 24 films et 53 ans.

58 Matou, 58 wink


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#380 25-04-2020 18:31:34

matou
modérateur

Re : James Bond: 24 films et 53 ans.

Pour suivre la discussion commencée ici.

C’est vrai que les budgets explosent pour 007. Qu’est ce qui te fait dire que cela va être des échecs financiers et artistiques ? N’étant pas fan de la franchise et pas du tout par l’ère Craig (sauf Casino Royal), je veux bien tes lumières.

Hors ligne

#381 25-04-2020 19:33:23

dvmy
Vrai con, mais pas faux-cul

Re : James Bond: 24 films et 53 ans.

Je déteste l'air Craig également, mis à part le premier. Marre de ces James Bond liés entre eux, hyper sérieux, pas pulp pour un sou et ultra chiants. Je n'attends rien de ce film, d'autant que le réalisateur déclare ne pas être un fan. Boyle voulait d'un film davantage Bondien, et il s'est fait viré... Spectre à déjà été un échec financier. Celui ci, avec le report de sa sortie, va coûter dans les 700 millions.   Impossible de le rentabiliser. Et c'est tant mieux. Son revienne enfin à la formule pulp que tout le monde affectionne plutôt que ces pétards mouillés prétentieux.

Dernière modification par dvmy (25-04-2020 19:33:56)


R. I. P PSTF. Aujourd'hui c'est devenu le PFSTH, Portail Francophone du Star Trek Historique, qui décide pour vous ce qui est ou non du Star Trek.

Hors ligne

#382 27-04-2020 10:43:11

Prelogic
Legaliste

Re : James Bond: 24 films et 53 ans.

dvmy a écrit :

Qu'on revienne enfin à la formule pulp que tout le monde affectionne


Ah… bon… je dois être en dehors de l’humanité dans ce cas, puisque j’apprécie particulièrement l’ère Craig qui m’a d’ailleurs réconcilié avec l’univers de James Bond auquel je ne comprenais rien. Ma culture bondienne étant ce qu’elle est (minimum syndical), je me contenterais d’exprimer une gêne amusée face aux pitreries de Sean Connery qui fait plus boy scout qu’agent secret. Quant à l’ère Moore, je lui trouve peu d’intérêt : mis à part un Live and Let Die complètement foutraque aux relents ségrégationnistes et un Moonraker bien kitsch, l’ensemble ne décolle pas – même si l’ami Roger est fort sympathique.

On peut trouver amusant cette manière totalement irresponsable de traiter d’un Monde sous la menace d’une Guerre nucléaire. On peut aussi se désespérer du sérieux de l’ère Craig, dans un monde relativement en paix mais qui menace à tout instant de s’effondrer. Entre les deux, il y a probablement un juste milieu. Mais il ne faut pas oublier que James Bond est devenu une marque, avec ce qu’elle charrie dans l’imaginaire collectif : tout comme Star Wars avec la prélogie, James Bond est devenu une affaire « sérieuse ».

Maintenant, rien n’empêche de revenir au manque de crédibilité total d’un mec qui ne pense qu’à badiner, à réserver des chambres à l’hôtel du coin et à jouer au golf. Ça pourrait être marrant, totalement en décalage avec l’univers « déprimant » dans lequel nous vivons. Ce serait un pari de la part des producteurs, mais je doute que cette voie soit un jour envisagée. Les producteurs sont davantage occupés à tenter de nous refourguer un personnage / compromis pour ne froisser aucune minorité et jouer avec le matricule et l'idée que nous nous en faisons. Et puis, si on veut vraiment retrouver « l'esprit des origines », il suffit de se tourner résolument vers OSS117 (je trolle à peine).

Je trouve pour l’instant que Pierce Brosnan est l’interprète le plus crédible dans le rôle. Glodeneye est probablement mon Bond préféré. Par contre, le decorum dans lequel il évolue fait davantage penser à une sortie de route, au fur et à mesure que l’on se rapproche de Die Another Day. Sans doute l’effet « entrée dans le XXI siècle » qui voulait ça…

Dernière modification par Prelogic (27-04-2020 10:49:48)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#383 27-04-2020 10:59:17

scorpius
Nowhere Man

Re : James Bond: 24 films et 53 ans.

James Bond est une création fantasmatique. Il n'a pas la moindre vocation à être "réaliste". Pour Fleming, il était une projection fantasmée et  l'ère Craig chie littéralement là-dessus, sur l'auteur/créateur du personnage et ce qu'il voulait exprimer.

On peut aimer l'ère Craig si on aime pas James Bond, ce qui semble être ton cas, puisque les films avec Sean Connery sont les plus fidèles aux écrits de Fleming. Après je suis pas contre l'idée de prendre ses distances avec les écrits, d'adapter le personnage à une autre époque et à d'autres sensibilités cinématographiques (j'aime beaucoup Casino Royale - qui n'adapte que très partiellement le livre - en partie pour les influences des Jason Bourne) mais ça reste un exercice casse gueule et que tous les opus post-Casino Royale ont ratés.

Dernière modification par scorpius (27-04-2020 11:00:03)


ec9e91c03971a79d846f2463b4d531275516eb68.gifv

Hors ligne

#384 27-04-2020 11:21:33

Prelogic
Legaliste

Re : James Bond: 24 films et 53 ans.

scorpius a écrit :

James Bond est une création fantasmatique. Il n'a pas la moindre vocation à être "réaliste". Pour Fleming, il était une projection fantasmée

De qui ? De l'espion comme on le voyait à l'époque ? Ou de Ian Flemming lui-même ? Dans tous les cas, je me dis que cette vision même fantasmatique est complètement dépassée. Et je trouve ça d'ailleurs incroyable la manière dont on traite par dessus la jambe la question-même de la Guerre Froide à l'époque. C'est du niveau de Tintin ou de Joe, Zette et Jocko. Si on devait rejouer le match aujourd'hui avec un contexte d'hystérie nucléaire ou apparenté, je pense que les producteurs auraient autrement plus de "respect" pour les implications qui consisteraient à dépeindre les pérégrinations d'un espion cherchant à neutraliser la menace. Je pense qu'il y a probablement un conflit idéologique entre le passé et le présent de la franchise, et la manière dont on veut dépeindre une toile de fond conflictuelle, même sous un angle fictionnel. Et puis oui, effectivement, Jason Bourne est passé par là.

J'imagine tout à fait que le public de l'époque prenait au sérieux les "affaires" de Sean Connery. Mais franchement, comment continuer à voir ces films de la même façon aujourd'hui ? Ces films sont le "portrait" d'une époque, et de la façon dont on se représentait un espion dans les années 60. Si les producteurs devaient revenir à cette forme de légèreté coupable, dans un monde en proie au terrorisme, on crierait sans doute à l'arnaque ou à la trahison coupable.

Si on veut traiter de James Bond à l'heure actuelle, le fantasme est probablement celui d'un homme charismatique, complexe, secret, sans doute misogyne sur les bords et tout à fait alcoolique (même si ça commence à énerver la sphère bien-pensante). Mais pas d'un quasi-incompétent qui, entre deux bagarres, en profite pour claquer les fesses de sa dernière conquête féminine, quand il ne se livre pas à une forme de harcèlement de bureau laugh

scorpius a écrit :

On peut aimer l'ère Craig si on aime pas James Bond, ce qui semble être ton cas, puisque les films avec Sean Connery sont les plus fidèles aux écrits de Fleming. Après je suis pas contre l'idée de prendre ses distances avec les écrits, d'adapter le personnage à une autre époque et à d'autres sensibilités cinématographiques (j'aime beaucoup Casino Royale - qui n'adapte que très partiellement le livre - en partie pour les influences des Jason Bourne) mais ça reste un exercice casse gueule et que tous les opus post-Casino Royale ont ratés.

Ouep, peut-être que je n'aime pas le "Bond" de Flemming à l'origine. C'est possible. D'ailleurs, je n'ai jamais accroché à cette franchise, je ne comprenais rien à ces histoires complètement tirées par les cheveux. Mais curieux de nature, je me suis fait l'intégrale récemment pour la première fois et j'y apporte de fait un regard "neuf", quasi-anthropologique. Et si je comprends tout à fait que le genre trouve son public, je pense aussi que l'époque à changé. Ce n'est plus la Guerre Froide, et les producteurs ont fait le choix depuis longtemps d'avancer avec leur temps - avec le risque d'entrer naturellement en conflit avec des préoccupations géo-politiques différentes. Est-ce une bonne chose ? Est-ce une mauvaise chose ? Il faudrait en discuter.

Ce que je sais, c'est que l'ère Craig m'a permis de donner une chance à un genre que j'avais totalement oblitéré.

Dernière modification par Prelogic (27-04-2020 11:28:11)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#385 27-04-2020 12:50:09

mypreciousnico
Who ?

Re : James Bond: 24 films et 53 ans.

Prelogic a écrit :

Et je trouve ça d'ailleurs incroyable la manière dont on traite par dessus la jambe la question-même de la Guerre Froide à l'époque. C'est du niveau de Tintin ou de Joe, Zette et Jocko.

Oui en effet, c’est du pur pulp. James Bond n'est pas sérieux et se prend les pieds dans le tapis quand il tente de l'être.
C'est ce que j'aime chez James Bond justement, ces histoires d'aventure irréalistes (on est davantage du côté de Akim et Zembla que de Robert Ludlum quoi). L'espionnage feuilletonant glamour des bouquin Fleuve Noir. Rien (ou si peu) de tout ça dans les films actuels. Dans cette optique et vu ce que tu dis, je comprend que tu n'aime pas les premiers films et que tu apprécie les seconds. Mon avis est diamétralement opposé. En clair, tu aimes ces films pour les même raisons que je ne les aime pas et vice-versa. D'une certaine manière nous sommes donc absolument d'accord big_smile

Hors ligne

#386 27-04-2020 14:02:37

scorpius
Nowhere Man

Re : James Bond: 24 films et 53 ans.

Prelogic a écrit :

De qui ? De l'espion comme on le voyait à l'époque ? Ou de Ian Flemming lui-même ?

Un peu des deux. Fleming écrit clairement une version "améliorée" de lui-même avec James Bond et il y a une superbe série tv qui revient là-dessus "Fleming : The Man Who Would Be Bond" avec Dominic Cooper dans le rôle de Ian Fleming. Je t'invite à y jeter un coup d'oeil, au-delà de son exploration des origines de 007, ça reste une excellente série.

Bond est aussi la version fantasmée d'un véritable espion : Sidney Reilly. Sam Neill l'a incarné dans une sympathique miniserie des 80's, "Reilly : Ace of Spies".

Avec James Bond, Fleming nous projette dans son propre imaginaire, ses propres fantasmes, ça n'a aucun sens (pour moi) de juger cela à  l'aune d'une quelconque crédibilité géo-politique ou sensibilité moderne. Après qu'on soit réfractaire aux fantasmes de Fleming c'est autre chose.

Dans tous les cas, je me dis que cette vision même fantasmatique est complètement dépassée.

Pas plus que Tarzan, Doc Savage ou The Shadow.


ec9e91c03971a79d846f2463b4d531275516eb68.gifv

Hors ligne

#387 27-04-2020 14:17:35

Prelogic
Legaliste

Re : James Bond: 24 films et 53 ans.

Je n’irai pas jusqu’à dire que je n’aime pas les premiers films. Je les observe avec un œil distant et amusé, comme une curiosité. Bon, ce n’est clairement pas un univers dont je me suis emparé à l’origine, et je n’ai peut-être pas eu la chance de figurer parmi la génération 70/80 qui a un pied dans une génération et un pied dans une autre et qui dispose de fait d’une « double culture ».

Si je devais citer un héros de mon enfance qui a les deux pieds dans les années 80, ce serait plus Indiana Jones qui a été vendu à Lucas par Spielberg justement comme un avatar de Bond. Pendant longtemps, Je pensais James Bond comme un concept ringard destiné à satisfaire les besoins de vieux libidineux par procuration. Le côté « grivois » (Christine Boutin aurait sans doute parlé de Gauloiserie mdr) persistant n’aidant par à casser cette image ! Je pense qu’avec l’ère Craig, on tente de donner de la texture et de la crédibilité au personnage et aux épreuves qu’il traverse, probablement au mépris de l’aspect pulp cher aux afficionados. Est-ce une volonté marketing assumée ? Le résultat naturel d’une réflexion conceptuelle ? Allez savoir…

Je n’ai rien contre le fait qu’on revienne à cet aspect « pulp » en revanche. Du moment qu’on laisse de côté cette atmosphère « paternaliste » où les femmes ont forcément un travail de sténographe – quand elles ont la chance de travailler. Sur ce point, je pense et j'éspère que nous sommes tous d'accord.

Dernière modification par Prelogic (27-04-2020 14:23:14)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#388 27-04-2020 14:44:35

mypreciousnico
Who ?

Re : James Bond: 24 films et 53 ans.

Prelogic a écrit :

Je n’ai rien contre le fait qu’on revienne à cet aspect « pulp » en revanche. Du moment qu’on laisse de côté cette atmosphère « paternaliste » où les femmes ont forcément un travail de sténographe – quand elles ont la chance de travailler. Sur ce point, je pense et j'éspère que nous sommes tous d'accord.

Oui ça c’est clairement une scorie d'époque qui est dépassée et c’est tant mieux, à l'instar du "prend mes chaussures" de Bond à un acteur noir dans Docteur No.
L'espionnage dans la veine sombre et réaliste à la Nolan des Bond récent c’est un autre soucis. Je le vois comme une, en effet, une volonté marketing parfaitement assumée. Mais moi cette mode du gris qui dure je ne la supporte plus et j'aimerais que l'on passe à autre chose. Je préfère laaaaaargement les idioties à la Marvel. Question d'état d'esprit j'imagine.

Hors ligne

#389 27-04-2020 14:51:24

scorpius
Nowhere Man

Re : James Bond: 24 films et 53 ans.

Prelogic a écrit :

Du moment qu’on laisse de côté cette atmosphère « paternaliste » où les femmes ont forcément un travail de sténographe – quand elles ont la chance de travailler. Sur ce point, je pense et j'éspère que nous sommes tous d'accord.

La représentation de la femme chez Fleming est un vaste débat, mais ce n'est pas aussi caricatural que ça. Il y a de nombreux exemples de femmes ayant des corps de métiers différents et qui sont autonomes.  Il y a quelques trucs indéfendables dans sa représentation des femmes mais faut évidemment remettre ça dans son contexte. Et sur certains points son Bond est étonnament plus nuancé que certaines versions ciné. Il est pas du genre par exemple à sauter d'un lit à un autre avec une partenaire différente au sein d'une même aventure.

Fleming était un grand romantique (contrarié) et à chaque aventure, Bond tombe réellement amoureux (Vesper et Tracy étant les 2 grand amours de sa vie) .


ec9e91c03971a79d846f2463b4d531275516eb68.gifv

Hors ligne

Pied de page des forums