ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Ultime Frontière présente ses meilleurs vœux à ses membres et à ses (nombreux) lecteurs fidèles.
Puisse cette nouvelle année 2020 être réellement un 20/20...
Longue vie et prospérité à toutes et à tous.

#1226 29-03-2020 12:06:43

scorpius
Nowhere Man

Re : Derniers films vus

mypreciousnico a écrit :

même si Kristen Stewart..mmmmouairf...

sad


b60fda1a21310156acf3de3f2992dbe1ca39c779.gifv

Hors ligne

#1227 29-03-2020 12:22:12

matou
modérateur

Re : Derniers films vus

scorpius a écrit :
mypreciousnico a écrit :

(ainsi se termina l'entente entre Scorpius et Nico, dans le sang et les larmes).

Hors ligne

#1228 29-03-2020 12:22:21

mypreciousnico
Who ?

Re : Derniers films vus

À force je sent que tu va me provoquer en duel mon cher Scorpius lol

Hors ligne

#1229 29-03-2020 12:37:20

dvmy
Vrai con, mais pas faux-cul

Re : Derniers films vus

Je trouve surtout que le cinéma de Tarantino ne va nulle part et tourne en rond. On traite aisément Rodriguez de fumiste mais son cinéma est tellement plus jouissif, sa cinéphile tellement plus productive que celle de son pote Tarantino. Il y a qu'à voir leur film Grindhouse en commun: le segment de Tarantino est poussif, creux et chiant là où celui de Rodriguez est absolument génial. Du vrai cinéma de genre. J'ai toujours trouvé que les références cinéphiliques de Tarantino étaient particulièrement indigestes.

Dernière modification par dvmy (29-03-2020 12:38:17)


R. I. P PSTF. Aujourd'hui c'est devenu le PFSTH, Portail Francophone du Star Trek Historique, qui décide pour vous ce qui est ou non du Star Trek.

Hors ligne

#1230 29-03-2020 16:05:16

Prelogic
Legaliste

Re : Derniers films vus

Moi aussi pendant longtemps je trouvais le cinéma de Tarantino assez surfait. J’ai progressivement changé d’avis, en même temps que le cinéma de Tarantino me semblait devenir plus mature, plus adulte. Tarantino a toujours eu un faible pour le cinéma de vidéo club et les téléfilms du dimanche après-midi, et son ambition n’a jamais été autrement que d’explorer ces histoires absurdes que des générations entières se sont fadées pendant des années, sans doute dans un désœuvrement quasi total. Tarantino est-il un cinéaste de l’ennui et de l’absurde, miroir des aspirations inassouvies du public ? Oui, sans doute mais dans le meilleur sens du terme. Ses personnages sont et font des choses stupides. Leurs actions sont souvent à l’origine de leur propre déchéance, et provoquent le chaos à plus grande échelle : le mensonge, la cupidité, le racisme, la complaisance, la jalousie sont les moteurs des récits de Tarantino, et sont simplement à l’origine de la nature humaine.

D’ailleurs, le film qui a le plus cristallisé les tensions est Django, sans doute pour pas un rond. Ang Lee, militant de la cause black, avait dénoncé ce film comme « raciste » alors qu’en réalité j’y vois de mon côté une lettre d’amour à la cause noire, mais sans complaisance aucune de la part de Tarantino : dans son esprit, il y a des gens stupides partout et cela n’a rien à voir avec la couleur de peau. Christophe Waltz est sans doute un homme bon et récemment immigré, mais il va commettre l’erreur d’être impoli avec son hôte et de mettre en avant son orgueil. Miriam Glover est stupide et naïve, mais a une étincelle d’esprit face à Don Johnson lorsqu’elle lui demande s’il faut qu’elle traite Jamie Foxx « comme un blanc ». Etc, etc…

Dans les 8 salopards, chaque dialogue est le prétexte à montrer l’orgueil des principaux personnages qui s’affrontent dans des joutes oratoires stupides, notamment dans la scène de la diligence - très longue, j’en conviens, et je ne jette pas la pierre à ceux qui tournent de l’œil, mais que l’on peut finalement trouver très drôle pour cette même raison car d’une mesquinerie rare.

Par ailleurs, il y a un fil conducteur établi dans chaque film : un ancêtre de Fassbender dans les 8 salopards, un réalisateur italien de seconde zone dans Once que l’on retrouve dans Inglorious, etc… on est donc en face d’une œuvre en construction, qui cherche à nous dire quelque chose : Tarantino explore les genres, mais il explore aussi des époques clés de l’histoire des Etats-Unis, sous son prisme à lui. Après, je connais moins bien le cinéma de Rodriguez, même si j’ai adoré Une nuit en Enfer. Je suis donc moins en mesure d’émettre une comparaison objective.

Je regardais Kick Boxer récemment sur Netflix avec Jean-Claude. Tarantino n'avait pas inventé le concept du personnage stupide qui se prend très au sérieux - le mentor qui arrive à faire plusieurs high kick en quelques secondes juste avec les pieds, en ne touchant que très rarement le sol.

Dernière modification par Prelogic (29-03-2020 16:09:44)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#1231 24-04-2020 17:21:31

IMZADI
Memory Alpha

Re : Derniers films vus

Aniara: l'odyssée stellaire

Aniara sur allociné
Aniara sur wikipedia

Dans un futur indéterminé, la Terre est ravagée par des catastrophes et les humains émigrent en masse vers la planète Mars à bord d'immenses vaisseaux commerciaux. À bord de l'Aniara, les passagers vaquent nonchalamment à diverses occupations consuméristes en attendant la fin du voyage, qui doit durer trois semaines.

Mais un accident fait dévier le vaisseau de sa trajectoire, l'envoyant se perdre dans le cosmos.

Flash required

alors, la BA ne donne pas l'ambiance du film, rien à voir. Sinon, je n'ai rien compris à ce qui est proposé dans ce film. Un vaisseau  à la dérive, est le symbole d'une micro-humanité qui prend la même dérive, que finalement l'être Humain a besoin d'encadrement ?
Aucune empathie, aucun stress...
Et puis anima, aucune explication sur ce que c'est.

Qu'on m'explique Aniara !


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

Pied de page des forums