ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Ultime Frontière présente ses meilleurs vœux à ses membres et à ses (nombreux) lecteurs fidèles.
Puisse cette nouvelle année 2020 être réellement un 20/20...
Longue vie et prospérité à toutes et à tous.

#1 18-01-2020 16:15:48

yrad
admin

Picard - la série

Picard sera disponible en SVOD dans moins d’une semaine, à partir du 23 janvier 2020 aux USA (sur CBS All Access) et à partir du 24 dans les restes du monde (sur Amazon Prime). Néanmoins, certains "privilégiés" (i.e. les journalistes essentiellement) ont déjà pu voir le pilote et même les deux épisodes suivants…

Voici le topic consacré à la série, mais cette fois pour en discuter sur une base concrète, c'est-à-dire après en avoir vu au moins un épisode.

Veuillez toutefois noter qu’aucune discussion publique ne sera autorisée sur le contenu effectif de la série avant la disponibilité du pilote de Picard sur Amazon Prime afin de respecter l’embargo imposé aux prime viewers par CBS.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#2 23-01-2020 15:18:12

Guigui le gentil
membre

Re : Picard - la série

Je vous donne rendez-vous dès demain matin pour le podcast débriefing de l'épisode 1 avec LE QUADRANT POP (cf. ma signature) wink

Hors ligne

#3 12-02-2020 15:15:50

IMZADI
Memory Alpha

Re : Picard - la série

La série PIC donne l'explication des "avec" et" sans V-frontal" comme étant pour les "avec V-frontal" des "Romuliens du nord", mais pour l'instant il n'y a aucune explication pourquoi au nord de la planète les Romuliens ont vu leurs morphologie et structure osseuse changer.

N'est-ce pas étrange que la population n'ait pas quitté cette zone lorsqu'ils ont vu leurs premiers rejetons avec une déformation osseuse sur le front ?

Parle-t-on de Romulus ? En tout cas, n'étaient-ils pas encore des paranoïaques aigus pour continuer de vivre avec cette déformation ? Donc apparemment, il ne s'agit donc pas là d'une évolution naturelle (si cela existe vraiment), mais d'une maladie ? irradiation ?
Dans TNG: "The Enemy, Beverly Crusher découvre d'autres différences entre Romulien et Vulcain, ici il s'agit désormais d'un "Romulien du nord". Par continuité, il y aurait bel et bien un problème au nord de la planète concernant la physiologie de l'espèce humanoïde habitante.
Alors j'imagine que PIC va se suffire de son discours "du nord" et qu'aucune autre explication va arriver, mais quitte à extrapoler sur une maladie ou irradiation, il aurait été plus simple et cool de parler alors d'une contamination du virus amélioré klingon dans leur population...


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#4 14-02-2020 18:37:10

Kilikil
candidat

Re : Picard - la série

Bon, pourquoi j'aime PICARD ou plus exactement pourquoi, pour l'instant, les défauts, essentiels pour certains, n'en sont pas pour moi.

Moi j'attendais d'une série qu'elle aille de l'avant et qu'on arrête de regarder en arrière en rebootant ou en faisant une préquelle qui casse l'existant. (Le mérite, et il est énorme, de la KTL et de DIS est d'avoir remis ST quelque peu au devant de la scène ou moins dans la naphtaline). ENT avait l'avantage de se situer bien avant TOS et pour moi dans la droite ligne de "l'étoffe des héros".

Une série avec mon capitaine préféré, se déroulant après le ST historique : évidemment je ne suis pas objectif, mais elle part avec des à-priori favorables.
Toutefois ce n'est pas ce j'attendais d'une série ST : j'eusse aimé une série se déroulant une centaine d'années après la guerre du Dominion. Une série basé à nouveau sur l'exploration avec de nouvelles technologies, univers, races...
Objectivement je sais que cela ne verra jamais le jour, les goûts ont changés, ou alors c'est moi qui suis un vieux con ?

Je ne reviendrai pas en détail sur toutes les "incohérences" (ou du moins pas maintenant) mais sur juste 2 ou 3 points de forme et de fond :

Concernant la forme du "feuilleton" : évidemment au vu de ma façon de visionner une série (l'intégralité) ce n'est pas un problème pour moi mais je conçois que cela puisse l'être pour d'autres ne souhaitant que voir un épisode particulier de temps en temps.

Concernant le fond, je ne vais survoler que 3 points :

La Supernova et ses effets : j'ai beaucoup de passions mais suis assez hermétique à la science (paradoxal pour un fana de science-fiction je le reconnais). Donc une Supernova capable ou pas  de provoquer la destruction de Romulus j'en sais rien et cela n'est pas important pour moi : vous avez compris le techno bla-bla de La Forge d'une science qui n'existe pas encore ?

Concernant l'interdiction des "synthétiques" : En tant que fan de TNG j'aime particulièrement DATA, ce qui ne m'empêche pas de m'être souvent questionné : qu'une entité s'empare du corps d'un être biologique, soit ; mais qu'une entité s'empare de DATA (un être "construit" par l'homme) ou qu'une autre personne (son "père" par exemple) puisse le "commander" à distance peut faire courir un danger certain. J'y reviendrai lorsque je donnerai mon opinion sur les épisodes de TNG.

Dernier point pour aujourd'hui : la fin de l'utopie Roddenberrienne.
Les événements se passent 20 ans après une guerre (le Dominion) particulièrement destructrice qui a mis à mal la Fédération. La menace Borg est toujours sous-jacente, Le Voyager a démontré que sur un autre quadrant la menace peut être encore plus forte...
Qu'une société se recentre, se recroqueville sur elle-même, alors qu'elle a failli imploser peut expliquer cet "abandon" d'un ennemi. Qu'est-ce que 20, 30 ou même 50 ans de repli sur soi à l'échelle de la Fédération ?
Pour prendre un point de comparaison, je trouve particulièrement passionnant le Brexit : comment L'UE va évoluer ? rien ne va changer ? C'est le début de la fin pour cette UE ? quelles vont être les relations avec les britanniques ? Comment va évoluer le royaume britannique ?...

Voilà c'est tout pour aujourd'hui : après avoir vu le 4ième épisode tout à l'heure, je vais mettre les 4 à la suite.

Hors ligne

#5 15-02-2020 04:02:24

Pok
membre

Re : Picard - la série

Kilikil a écrit :

La Supernova et ses effets : j'ai beaucoup de passions mais suis assez hermétique à la science (paradoxal pour un fana de science-fiction je le reconnais). Donc une Supernova capable ou pas  de provoquer la destruction de Romulus j'en sais rien et cela n'est pas important pour moi : vous avez compris le techno bla-bla de La Forge d'une science qui n'existe pas encore ?

Je crois que ce point m'est plutôt destiné… smile

Tout d'abord bienvenue!

Certes la science de Star Trek n'existe pas, mais les lois de la physique, elles, existent. Je ne suis pas astrophysicien, je n'ai pas la prétention de  comprendre, d'appréhender, les mécaniques qui régissent l'univers, mais, comme la grande majorité, je vois l'idée générale je pense wink. Ceci-dit, pour ma part le problème serait, de toute façon, plutôt d'ordre scénaristique ou de world-building (et évidemment de respect du canon).

En effet, on nous parle d'abord de l'étoile Hobus, située (selon ce que j'ai lu) à 500 Années-Lumière de Romulus. Voilà qui laisse tout de même largement l'espace de se retourner le temps que l'onde n'atteigne la planète romulienne! S'il en ait besoin! Car, après avoir parcouru de telles distances on peut raisonnablement penser que la supernova ait largement perdu de sa force destructrice. On a d'ailleurs actuellement Betelgeuse (600 AL) qui menace de se transformer en supernova, et on se réjouit plutôt du spectacle que cela pourrait offrir.

(je passe sur les réponses apportées par Star Trek Online sur cette histoire, vu que les scénaristes semble les ignorer également)

Du coup, par souci de cohérence scientifique (j'imagine) le premier épisode de Picard parle finalement de l'étoile de Romulus (info Federation Fox News à prendre avec des pincettes, cela dit). Comment, expliquer alors que les Romulans n'aient rien vu venir, comme l'a très bien démontré Yrad dans son analyse de l'épisode?

Désormais il semble que l'on parle juste d'"une" supernova, genre on verra ça plus tard.
Pour moi, un fait si majeur, si bouleversifiant dans la Timeline mérite clairement un traitement un peu plus sérieux, au moins conscientisé, particulièrement lorsqu'il prend place dans un univers qui se veut (globalement) cohérent et respectueux des lois de la physique. Je suis d'accord qu'on peut (presque) toujours tout justifier à coup de techno-babble, encore faudrait-il  que le scénaristes s'y collent, ainsi nous pourrions au moins juger sur pièce!

Je trouve en tout cas les fondations (de ce nouvel univers) bien fragiles, son postulat de crise géopolitique (flou et) discutable, et je passe sur l'utopie trekkienne, j'en ai déjà parlé ailleurs sur le forum (ainsi que le format des séries actuelles).

Prendre en main la franchise et entrer ainsi dans l'univers de Star Trek, de manière si brutale, puérile, manquant cruellement d'humilité face à l'héritage trekkien, me semble tellement symptomatique de ce qui a suivi depuis. Tant d’inconsistance et l'étrange sentiment de ne pas être face à des auteur(e)s de SF ne laisse entrevoir aucune réconciliation possible entre moi et le Star Trek post-2005.

Je conçois que tout ceci puisse sembler trivial, voire carrément excessif (tu m'étonnes…), mais chez moi ce genre de détail (euphémisme) bloque ma suspension d'incrédulité, je ne vois plus que les ficelles scénaristiques (et la réalisation, souvent de qualité!). Mais c'est comme ça. Dans ma jeunesse (oui, déjà à l'époque) c'est ce qui m'a empêché d'entrer dans Cosmos 1999! (d'autant plus que la série me faisait un peu flipper à l'époque...). oops

Voilà pour mon point de vue sur le sujet. Soyons clair, je ne fait preuve d'aucune condescendance ni aucun mépris envers ceux qui apprécient Picard (ni DIS d'ailleurs) dont je n'ai visionné que le premier épisode. Chacun ses attentes, son attachement, son histoire avec Star Trek. Nous sommes là pour échanger, confronter nos points de vue, dans l'esprit des valeurs trekkiennes. smile Mes critiques se tournent d'ailleurs beaucoup plus sur l'apport désastreux (toujours à mes yeux) des producteurs depuis 2009 que sur la série Picard en elle-même, vu que je ne la regarde pas. Mais bon, par voie de conséquence, il est vrai... wink

Dernière modification par Pok (15-02-2020 06:09:08)


♫ space maybe the final frontier but it's made in a Hollywood basement ♫

Hors ligne

#6 16-02-2020 10:14:08

Kilikil
candidat

Re : Picard - la série

Bonjour Pok

Après une grosse journée de boulot et avant une autre je prends un peu de temps pour vous répondre... sans vraiment répondre !

Combien de fois je n'ai pu "entrer" dans un film ou un épisode quelconque d'une série en raison d'un fait, un événement 'improbable" ! Mais "improbable" pour moi, que l'événement soit probable ou pas ne changeant rien à l'affaire.
Je me souviens des films "catastrophe" des années 70 qui impressionnait l'enfant que j'étais, mais que je revois aujourd'hui avec plaisir surtout pour la distribution et leur jeu et certainement pas pour l'élément déclencheur. (et moi aussi Cosmos 1999 me terrifiait)
Le "curseur" de tolérance est évidemment différent selon chaque personne et cela personne ne pourra rien n'y faire.

Attention ce n'est vraiment pas une façon de ne pas répondre ou de "noyer le poisson" mais c'est juste ma vision de la série qui ne m'empêche donc pas d'y entrer. (Voilà une ligne que je n'aurai certainement pas écrite si je n'avais lu les échanges "un peu vif" d'hier entre quelques membres, j'essaye toujours de faire attention, surtout derrière un clavier. Et, petit aparté, c'est aussi une raison qui fait qu'il m'a fallu plus de 10 ans avant de vous rejoindre, je me souviens de certains échanges tout aussi vifs, et voir plus, sur certains sujets. Quand les échanges se finissent en anathème, cela m'est toujours difficile. Cela n'aurait rien changé à la vie du forum mais ces échanges d'hier m'auraient "empêché" de toquer à la porte s'ils avaient eu lieu avant mon inscription. Y'a rien à faire je suis un vieux con).

Concernant la crise "institutionnelle" de la Fédération, là je persiste à dire qu'elle n'est pas incompréhensible si on la considère comme un "moment" dans l'"Histoire" de la Fédération. Choquante pour certains sans aucun doute mais compréhensible.
L'Histoire regorge d'exemples de reculs de liberté, d'abandons d'alliés, de coups tordus avant de repartir vers, disons, plus de "positif".

Une série ST se déroulant une centaine d'années après PIC parlerait, peut-être, d'une période noire de la Fédération, de "lois scélérates"...
C’est ça pour moi la "magie" de ST : pouvoir tout imaginer !!!

Voilà

Hors ligne

#7 16-02-2020 10:58:56

Kilikil
candidat

Re : Picard - la série

Il me parait plus judicieux d'évoquer la personnalité de l'Amiral, en retraite, Jean-Luc Picard ici plutôt que sur la page de l'épisode 4 (ce n'est que mon avis, et aussi par facilité, ne voulant pas donner mon avis sur les épisodes avant de revoir l'intégralité de l'univers ST).

Bien sur c'est une immense facilité scénaristique : L'immense Capitaine Picard est devenu un viel homme aigri, attendant la mort, vivant de souvenirs et de rancœurs. (Et qui mourra sans doute à la fin de la Série).

On va dire que je suis très bon public mais ce postulat de départ avec "la supernova" et la crise institutionnelle qui en découle (avec l'interdiction des "synthétiques") ne me choque pas.

Picard, après s'être vu refuser un vaisseau et un équipage de Starfleet (il a d'abord suivi la "voie hiérarchique") s'estime contraint pour réparer ses fautes (et porter celles de la Fédération) d'agir en franc-tireur, dans une opacité, voir une illégalité certaine.

On en est toujours dans une perception très personnelle de l'histoire mais j'ai malheureusement fait le deuil du ST historique qui restera inégalable à mes yeux.

Evidemment le synopsis tient sur un ticket de métro et cela est malheureusement une tendance de plus en plus actuelle : aller vite, ne pas lasser, plaire au plus grand nombre quitte à choquer pour ne surtout pas se faire déborder par l'ultra-abondance des diverses sollicitations !

Je le regrette profondément mais me délecte déjà, par avance, de revoir l'intégralité de ST dans quelques semaines.

Maintenant fallait-t-il faire cette série (et DIS et la KTL) pour relancer l'intérêt d'un nouveau public ou laisser mourir la franchise ?
Je ne crois pas que la voie "classique" aurait eu une chance à l'heure actuelle : peut-être en faut-il passer par là pour renaître...

Hors ligne

#8 16-02-2020 12:13:55

dl500
TOS Forever

Re : Picard - la série

Plaire au plus grand nombre quitte à se renier ?
Sujet intéressant.
Prenons un autre exemple : fallait-il faire continuer les Beatles quitte à changer les membres pour continuer à vendre des disques et se faire du blé en capitalisant sur le nom?
Autre exemple sur un autre axe: les Pink Floyd : Gilmour est un dieu et génie de la guitare, son dernier concert à Pompeii est un bijou musical et techniquement irréprochable... Pourtant la magie et les frissons n'y sont plus, parce que ce qui en faisait l'alchimie ne peut se faire qu'avec les bons membres...
Ici c'est pire je trouve car le non respect est omniprésent, en dénigrant parfois volontairement les fondements de la saga.
Une phrase me vient du général Chang : et si ce n'était finalement que de l'incompétence ?

Après, j'ai bien lu tous les échanges sur le sujet, beau débat même si quelque peu virulent. Chacun son point de vue.
On peut prendre du plaisir à regarder cette série, elle n'est pas encore si catastrophique que DIS. Le temps nous dira si elle sera inoubliable en revanche.

Dernière modification par dl500 (16-02-2020 12:16:21)


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#9 16-02-2020 16:18:02

Pok
membre

Re : Picard - la série

Kilikil a écrit :

Le "curseur" de tolérance est évidemment différent selon chaque personne et cela personne ne pourra rien n'y faire.

Cela dit ce "curseur de tolérance" est, à mon avis, tout à fait flexible (dans une certaine mesure) et nous ne viendrions sans doute pas ici affirmer, exposer, échanger nos opinions, nos convictions, nos doutes, si les choses étaient bien figées dans nos têtes, définitives, surtout face à un univers aussi vaste. Pour ma part, la première (et la seule) personne que je cherche véritablement à convaincre ici, c'est moi-même finalement! wink

J'ai posté pour la première fois ici par la nécessité viscérale d'exprimer mon désaccord profond avec DIS (pourquoi je ressentais de l'agacement plutôt que du plaisir, c'est quoi cet univers, j'ai manqué quelque chose?), non pas pour cracher du fiel gratuitement, exprimer une vulgaire colère (enfin là sans doute un peu...), pour "faire le buzz", pour exister, ou que sais-je encore, mais bien pour essayer d'extérioriser, de formuler, d'opposer et ainsi (peut-être) de mieux comprendre, mieux cerner mon rejet à ce qui m'était présenté comme (soi-disant) du Star Trek. De vérifier, de tester si je n'étais pas là, justement, dans une posture de vieux con.

J'ai aujourd'hui accumulé (et confirmé) des raisons objectives de ne pas apprécier DIS et ceci ne repose plus uniquement sur un sentiment personnel (au demeurant tout à fait légitime et respectable, mais) dont je méfie beaucoup aujourd'hui, (tant les productions audiovisuelles savent nous manipuler, accaparer notre temps, nous maintenir dans le flux, sans rien nous apporter en échange que des plaisirs vides et décérébrants. 1984 dans la joie en somme), mais sur une démarche d'esprit critique, que je dois, en partie, à Star Trek, par ailleurs! Et je suis très triste de la voir épouser ces travers.

J'y suis très attaché également car j'ai toujours vu Star Trek (là encore c'est un point de vue personnel) comme éminemment politique, et vider la franchise de son utopie lui retire son caractère (gentillement, mais néanmoins) subversif (et ludique, pour ma part).

A mesure que la nécessité se trouve socialement rêvée, le rêve devient nécessaire. Le spectacle est le mauvais rêve de la société moderne enchaînée, qui n'exprime finalement que son désir de dormir. Le spectacle est le gardien de ce sommeil.

Guy Debord, la société du spectacle (1967)

Cet aphorisme de Debord (et d'autres) me suit depuis longtemps et résume plutôt bien mon propos. C'est en tout cas ce qui m'est venu en tête au sortir de l'épisode de Picard. Pas tellement une question internaliste finalement! wink

Kilikil a écrit :

Concernant la crise "institutionnelle" de la Fédération, là je persiste à dire qu'elle n'est pas incompréhensible si on la considère comme un "moment" dans l'"Histoire" de la Fédération. Choquante pour certains sans aucun doute mais compréhensible.
L'Histoire regorge d'exemples de reculs de liberté, d'abandons d'alliés, de coups tordus avant de repartir vers, disons, plus de "positif".

Une série ST se déroulant une centaine d'années après PIC parlerait, peut-être, d'une période noire de la Fédération, de "lois scélérates"...
C’est ça pour moi la "magie" de ST : pouvoir tout imaginer !!!

J'entends bien le caractère probable de cette crise, même si je ne le partage pas (et je ne pense pas, justement, qu'on puisse tout imaginer dans Star Trek, mais ce n'est pas mon sujet ici). J'insiste juste sur l'inconsistance (et le mépris, car c'est bien ce que je ressens) avec laquelle on nous l'impose, ce que ça dit des auteurs derrière tout ça, et le niveau de confiance qu'on peut leur accorder. Après je ne suis pas le meilleur spécialiste de l'univers (dans les deux sens du terme) pour entrer dans les détails, d'autant qu'Yrad l'a (également) déjà très bien exposé dans sa critique dont je parlais plus haut.

Dernière modification par Pok (Hier 02:58:03)


♫ space maybe the final frontier but it's made in a Hollywood basement ♫

Hors ligne

#10 16-02-2020 22:26:40

Schmullus
membre

Re : Picard - la série

Est-ce que parmi vous, quelqu'un sait pourquoi c'est Picard qui a été choisi pour faire cette nouvelle série et pas un autre capitaine ?

Hors ligne

#11 Hier 01:07:49

Synock
Cuitasses les patatas

Re : Picard - la série

Probablement car il est le plus connu, multi générationnel.
Kirk est une véritable icône mais Shatner n'est plus en condition physique pour ce genre de rôle et, je pense, qu'il n'est plus intéressé par l'acting.
Sisko plus personne n'en a rien à faire (sauf nous) et Avery Brooks ne joue plus.
Janeway pourquoi pas. Mais bon, est-ce que ça t'aurai intéressé ?

Picard était le capitaine du porte étendard de Starfleet, il avait un véritable poids sur tout ce qu'il se passait dans le quadrant.


Le podcast c'est la vie !

https://p1p2r.podbean.com/

Hors ligne

#12 Hier 10:24:57

Guigui le gentil
membre

Re : Picard - la série

J'ai ma petite idée. Voir y a 4 ans, ce que j'écrivais sur SYFANTASY.FR avec des prémonitions... assez prévisibles certes, mais tout de même. C'était une autre époque : pas vraiment de Kurtzman à l'époque...

LIRE L'ARTICLE

Je pense que tous les projets de séries découlent de cette idée d'anthologie de Fuller. Et que tout a été décliné en séries à plusieurs saisons. D'où peut-être la saison 1 de Picard qui prend son temps.

Hors ligne

#13 Hier 14:31:58

Schmullus
membre

Re : Picard - la série

Synock a écrit :

Janeway pourquoi pas. Mais bon, est-ce que ça t'aurai intéressé ?

Bonjour Synock et merci d'avoir été le premier à répondre à ma question.

Pour répondre à ta question, Janeway qui est ma capitaine préférée, était à mes yeux une "maman scientifique", dont la mission était de vulgariser les complexes nouveautés de la science au travers du HMU. Elle n'aurait donc pas eu sa place dans cette "cuvée Picard" ni en tant que capitaine, ni en tant que femme puisque la culture des guerriers samouraïs et des nones cat's eyes, n'est pas en adéquation avec l'actualité sociologique féminine.

En ce qui concerne Kirk, il aurait été certainement le meilleur capitaine. Il aurait été non seulement bien mieux que Picard, mais les caractéristiques de son personnage n'auraient pas été en contradiction avec ses péripéties du passé. Kirk est un violent casseur de codes sociaux, c'est un réformateur de têtes à claques, un gars qui n'hésiterait pas à donner son sang à la collectivité en échange de quelques coups de poings idéologiques, un ninja qui sait parfaitement se maquiller en Romulien et qui n'hésiterait pas à embrasser dix nones pour sauver le couvent.

Sisko est un spirituel, il aurait parfaitement collé avec la fond mais pas avec la forme car il n'a jamais été esthétique pour le combat rapproché. Ce seul critère le disqualifie amplement à mes yeux. Sans oublié qu'il a passé une bonne partie de sa série à courir derrière les maquisards donc on va pas le rabaisser avec autant de facilité que Picard ne se couche et vomit sur toute sa carrière de commercial.

Archer est hors jeu puisqu'il est spécialisé dans la diplomatie. La série Picard a clairement jeter à la poubelle dès les premiers épisodes cette discipline.

Enfin, Picard était un commercial financé pour nous refourguer toute la cam des Transtechnologistes. Il a toujours été aux ordres de la secte du thé vert et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas réinventé la PNL. Le voir dans une production Sankokaï est aussi ridicule et insensée que de revoir Takei dans Une partie de campagne (Shore Leave).

Hors ligne

#14 Hier 14:53:25

Schmullus
membre

Re : Picard - la série

Guigui le gentil a écrit :

Je pense que tous les projets de séries découlent de cette idée d'anthologie de Fuller. Et que tout a été décliné en séries à plusieurs saisons. D'où peut-être la saison 1 de Picard qui prend son temps.

Merci pour l'article, je le lirais ce soir.

Hors ligne

#15 Hier 18:04:42

Kilikil
candidat

Re : Picard - la série

"Plaire au plus grand nombre quitte à se renier ?"
Effectivement c'est un sujet qui serait très intéressant mais je reviens toujours à mon interrogation "existentielle" : une nouvelle série St pourrait-elle exister de nos jours reprenant les codes du ST historique ?
La cible est clairement un nouveau public qui, malheureusement, ne veut pas s'embarrasser de visionner 800 épisodes... Bon, et si on arrive à "chopper" les vieux fans tant mieux...

Si on replace ce reniement dans le cadre de la série, ce que j'attends c'est surtout de voir comment le retournement (le retour à une Fédération retrouvant ses valeurs) va s'opérer.
Pour le coup, s'il n'y avait rien ce serait vraiment la mort du ST historique, et une terrible déception pour moi...

L'analogie avec la musique me laisse en revanche beaucoup plus circonspect :
S'il était effectivement inenvisageable d'imaginer les Beatles continuer sans John Lennon, Pink Floyd a quand même connu 3 leaders successifs différents (Syd Barett, Roger Waters puis David Gilmour) et je ne crois pas que ce soit l’appât du gain qui les ait fait continuer.
Que l'interprétation soit moins émouvante, touchante parce que le groupe à l'origine de la création ne peut plus l'interpréter (départs ou décès de membres) ce serait un débat sans fin dans ce domaine car les exemples et contre-exemples seraient légion. (Bon, pour le Floyd je suis d'accord).

Hors ligne

#16 Hier 18:19:01

Guigui le gentil
membre

Re : Picard - la série

Kilikil a écrit :

La cible est clairement un nouveau public qui, malheureusement, ne veut pas s'embarrasser de visionner 800 épisodes...

C'est surtout vrai pour Discovery.

Bon, et si on arrive à "chopper" les vieux fans tant mieux...

Là c'est plus vrai pour Picard.

Hors ligne

#17 Hier 18:37:43

matou
modérateur

Re : Picard - la série

Peut on se moderniser sans se renier?
Vu que la question en politique et donc dans le sens de l'Histoire a été depuis 30 ans, que se moderniser c'est se renier, c'est abandonner ses convictions, et doctrines sous pression extérieure, en croyant que cela rendra plus populaire, c'est logique que la production audio visuelle, produite par des suiveurs et faiseur du système, aille dans ce sens.
Sauf que depuis30 ans le résultat est sans appel, ceux ayant suivi cette voie, sont les perdants. Ils sont allés dans l'abîme.

Cela ne donne pas raison à ceux resté figés dans le passé, érigeant une pensée jadis vivante, en dogme.

Mais comme l'audio visuel est plus souple, il nous donne des exemples d'oeuvre s'étant adaptée sans perdre leur public et en gagnant de nouveaux.
Doctor Who est le plus bel exemple.
Si on se penche dessus, on peut voir un moyen pour y arriver.
Des auteurs de talent, connaisseur du matériaux d'origine et n'ayant pas froid aux yeux. Versant dans un positionnement critique de la société, sans prêche pour autant, refusant les simplismes.
On en est loin ici avec Picard.

Réadapter, repousser les limites en acceptant les contraintes au lieu de les fuir. Savoir d'où l'on part et où l'on veut arriver. Et être exigeant, respectueux  tout en cherchant à aller plus loin. Penser contrer soi même et toujours en revenir au réél pour le comprendre et se questionner quand se qu'on pense est défaits par les réalités.
On en est loin.

Hors ligne

#18 Hier 19:57:46

Pok
membre

Re : Picard - la série

Kilikil a écrit :

"Plaire au plus grand nombre quitte à se renier ?"
Effectivement c'est un sujet qui serait très intéressant mais je reviens toujours à mon interrogation "existentielle" : une nouvelle série St pourrait-elle exister de nos jours reprenant les codes du ST historique ?

The Orville semble démontrer que c'est tout à fait possible.

Dernière modification par Pok (Hier 20:00:40)


♫ space maybe the final frontier but it's made in a Hollywood basement ♫

Hors ligne

#19 Hier 20:13:32

Schmullus
membre

Re : Picard - la série

Il fut un temps que celui de mes grands parents et des vôtres. A cette époque, notre Star Trek voyait le jour. A cette époque, il suffit pour cela d'observer attentivement diverses vidéos INA, les enfants étaient comme leurs parents, très polis, très respectueux, très éduqués, très intelligents et cela même au sein des classes les plus difficiles. A cette époque, chaque individu devait localement faire face à des problèmes locaux et la surconsommation n'était qu'à ses débuts, car les savoir-faire étaient locaux et tout était local, même d'une certaine manière mai 68.

Je crois qu'à cette époque, les individus étaient capables de vénérer la qualité d'une série parce qu'elle n'était pas noyée dans l'abondance, d'une part, et que ces individus étaient les enfants d'une génération ayant fait la guerre, ayant connu et vécu le besoin d'autre part.

Aujourd'hui, nous vivons dans l'abondance, la surconsommation et la pollution audiovisuelle. Notre cerveau est saturé d'informations inutiles et pour conséquence, il ne prend plus en charge la qualité audiovisuelle, devenue beaucoup trop coûteuse physiologiquement. Nos enfants vivent et subissent également une dystopie physiologique.

Le Star Trek de nos enfants est donc un Star Trek jetable où il ne convient pas d'en faire toute une histoire, encore moins un univers.

Hors ligne

#20 Hier 21:14:15

Kilikil
candidat

Re : Picard - la série

Concernant le public visé je ne me suis basé que sur mon cas "personnel" ou plutôt celui de mon entourage, donc Mea Culpa.

En effet, dans mon entourage professionnel (qui est étendu) 1 personne regarde PIC (après avoir suivi DIS et vu les films de la KTL à la télé), mais entrer dans l'univers ST n'a aucun intérêt pour lui, je lui ai proposé et cela ne l'intéresse vraiment pas (bon, j'essayerai toujours de toute façon). Il regarde beaucoup de séries de SF mais le passé ne l'intéresse en aucune façon...
1 de mes cousins (beaucoup plus jeune que moi) regarde PIC (je l'ai appris tout récemment sur son facebook) mais après quelques échanges il ne connait rien ou pas grand-chose de ST (il a juste vu DIS) et n'a pas vraiment envie, pour l'instant je l'espère, de découvrir cet univers...
1 autre de mes collègues a voulu un jour que je lui prête TOS mais juste pour se remémorer des souvenirs d'enfance : il m'a dit n'en avoir vu que quelques épisodes avant de me le rendre. Les autres séries, et la SF en général ne l'intéressant pas de toute façon.
Mon frère qui est un peu plus âgé que moi en est resté à TOS : il possède l'intégrale, les films, des gadgets, des maquettes, des figurines mais tout ce qui a suivi ne l'intéresse pas !

Je serai curieux de savoir si les membres de ce forum ont un retour si "déprimant"...

Concernant le reniement des valeurs j'ai déjà exposé mon avis, mais j'espère bien que cela n'est que qu'un moment de l'histoire de la Fédération et qu'un sursaut la verra reprendre le "droit chemin"...

Concernant The Orville, que j'ai adoré, je ne suis pas d'accord : je vois vraiment cette série comme une parodie (au sens le plus noble du terme). Si on enlève tous les éléments de comédie pure (même si de très nombreux sujets "sérieux" y sont abordés) je ne suis pas sur que la série aurait autant de succès (mais ce n'est qu'un avis personnel).

Hors ligne

#21 Aujourd'hui 01:27:24

Pok
membre

Re : Picard - la série

Kilikil a écrit :

Je serai curieux de savoir si les membres de ce forum ont un retour si "déprimant"...

De mon côté, peu ou pas de fan de Star Trek. Quelques-uns on vu les films depuis 2009 et ont trouvé ça divertissant, sans plus. Pour les plus anciens ils ont généralement vu les films, quelques TOS, mais c'est tout. Assez peu de fan de SF autour de moi, dans l'ensemble. Je suis habitué à être assez solitaire sur cette question! Peut-être une diffusion hertzienne des séries en France aurait changer un peu les choses!

Kilikil a écrit :

Concernant The Orville, que j'ai adoré, je ne suis pas d'accord : je vois vraiment cette série comme une parodie (au sens le plus noble du terme). Si on enlève tous les éléments de comédie pure (même si de très nombreux sujets "sérieux" y sont abordés) je ne suis pas sur que la série aurait autant de succès (mais ce n'est qu'un avis personnel).

La question était de savoir si "une série reprenant les codes du Star Trek historique pouvait exister aujourd'hui". The Orville reprend très clairement (voire trop?) ces codes. La forme parodique, pastiche n'était pas si prégnante que ça finalement, et a même quasiment disparue sur la fin, se concentrant plus sur ses histoires et son univers. Et le Star Trek historique ne se prenait pas tant au sérieux que ça d'ailleurs (mais avec un humour certes d'une autre teneur). La série n'est pas parfaite bien sur, mais The Orville montre qu'il y a un public pour une SF utopique. Peut-être moindre que la licence officielle, je ne connais pas les chiffres d'audience, mais suffisante pour exister.

Dernière modification par Pok (Aujourd'hui 01:54:50)


♫ space maybe the final frontier but it's made in a Hollywood basement ♫

Hors ligne

Pied de page des forums