ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 27-11-2019 23:02:48

mypreciousnico
Who ?

Doctor Who 33x05 The Angels Take Manhattan (Docteur 11)

Doctor Who 33x05 The Angels Take Manhattan (Les Anges prennent Manhattan - Docteur 11)

Crédits officiels :
- Scénario - Steven Moffat
- Réalisation - Nick Hurran

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 1 [50%])

    50%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 1 [50%])

    50%

  3. 8 (excellent)(voix 0 [0%])

    0%

  4. 7 (bon)(voix 0 [0%])

    0%

  5. 6 (correct)(voix 0 [0%])

    0%

  6. 5 (passable)(voix 0 [0%])

    0%

  7. 4 (insuffisant)(voix 0 [0%])

    0%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 0 [0%])

    0%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 2

Les invités ne peuvent voter

Hors ligne

#2 27-11-2019 23:04:58

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 33x05 The Angels Take Manhattan (Docteur 11)

“I'm an alien, I'm a legal alien
I'm an Englishman in New York
I'm an alien, I'm a legal alien
I'm an Englishman in New York”

Sting "Englishman In New York"

“In loving memory Rory Arthur Williams Aged 82 
And his loving wife Amelia Williams Aged 87”

Un épisode important et charnière dans le run de Moffat, puisque c'est ici que l’on dit adieu à Amy Pond et Rory Williams, les premiers compagnons du 11ème Docteur. Des compagnons particulièrement emblématiques, avec lesquels il aura tissé des liens peut-être plus étroits qu’avec les compagnons précédents. En ce sens, il est permis de considérer que les Ponds sont de la famille du Docteur (après tout, ils sont ses beaux parents).

Pour mettre en scène cette séparation qui s’annonce forte en émotions, en toute logique, Moffat se fend d’un troisième opus mettant en scène sa créature la plus emblématique, l’Ange Pleureur (“Weeping Angel” dans la langue d’Elton John) et son personnage le plus marquant, à savoir la délicieuse River Song.

Si le second opus mettant en scène les Anges était davantage orienté vers l’action que le premier, plus horrifique quand à lui, ce troisième volet revient à l’horreur, dans une superbe ambiance de film noir, voir de film de Gangster. Visuellement l’épisode est bien évidemment référentiel, c'est devenu habituel à ce stade de la série qui n’a plus rien à prouver sur ce terrain depuis un bon moment déjà.

Le concept des Anges est enrichi, avec un immeuble qui sert de ferme dans laquelle les victimes sont enfermées à tout jamais, condamnées à se voir mourir de vieillesse avant d’être transporté dans le temps et vieillir pour boucler la boucle...soit une scène très marquante de Doctor Who 29x10 Blink, mais plus horrible encore.

“Displacing someone back in time creates time energy. And that is what the Angels feed on. But normally its a one-off. A hit-and-run. If they could keep hold of their victims, feed off of their time energy over and over again…. This place is a farm. A battery farm. (...) The Angels will come for you, they’ll zap you back in time to this very spot—thirty, forty years ago. And you will live out the rest of your life in this room. Until you die in that bed.”


“Melody Malone. She’s the private detective in Old Town New York.”

Moffat continue à s’amuser avec la fiction dans la fiction, au travers du roman “The Angel's Kiss: A Melody Malone Story” qui est à la fois un prequel et un énoooorme spoiler des évènements à venir : lire le livre fixe les évènements à tout jamais, le livre est donc aussi bien un guide qu’un objet extrêmement dangereux, à manipuler avec un grand luxe de précautions.

Au contraire de Russel T Davies, qui marquait les départs avec beaucoup de grandiloquence et de démesure, Moffat préfère ici une certaine forme d’intimité et de retenue (l’image de la tombe à la fin par exemple)

Une fin toute en douceur, très triste. Non pas tant pour les Ponds qui vont vivre leur vie tranquillement, mais pour le Docteur, qui reste seul, puisque même sa femme ne désire voyager en permanence avec lui. Lui qui déteste les fin, en voilà une. Vraiment définitive celle là.

Afterword by Amelia Williams a écrit :

“Hello, old friend. And here we are. You and me, on the last page. By the time you read these words, Rory and I will be long gone. So know that we lived well and were very happy. And above all else, know that we will love you always. Sometimes I do worry about you though. I think once we’re gone you won’t be coming back here for awhile. And you might be alone. Which you should never be. Don’t be alone, Doctor. And do one more thing for me. There’s a little girl waiting in a garden. She’s going to wait a long while, so she’s going to need a lot of hope. Go to her. Tell her a story. Tell her that if she’s patient, the days are coming that she’ll never forget. Tell her she’ll go to see and fight pirates. She’ll fall in love with a man who’ll wait two thousand years to keep her safe. Tell her she’ll give hope to the greatest painter who ever lived. And save a whale in outer space. Tell her, this is the story of Amelia Pond. And this is how it ends.”

Amelia Pond a attendu, mais quelques part, ça valait le coup smile

9.

Hors ligne

#3 28-11-2019 00:04:37

matou
modérateur

Re : Doctor Who 33x05 The Angels Take Manhattan (Docteur 11)

7
Moffat utilise un concept spécial et manipulatoire. Fixer les moments permet d’expliquer pourquoi les Pounds sont définitivement partis.
J’aime bien l’idée que les compagnons ne font pas que quitter le Doc, mais vivent toute une vie.
C’est pour cela que les mettre dans le passé, le permet.
Mais on passe pour arriver là, à bien des moments où l’on t’amène les situations pour que cela se passe ainsi.
C’est ce qui m’agace. On sent trop que l’on doit arriver au départ car les acteurs doivent partir.

Comme Moffat écrit bien les choses, il y a une grande émotion dans ce départ.

Spoiler:
A bientôt Amy pour ton ultime image.

En ligne

#4 28-11-2019 01:23:27

scorpius
Nowhere Man

Re : Doctor Who 33x05 The Angels Take Manhattan (Docteur 11)

Top franchise pour moi.

J'adore le fait que Moffat prenne son aversion des spoilers et "l'incarne" via une mécanique temporelle complètement folle. Sur le fond, ce "final" est carrément bluffant. Rien que les dernières secondes que Nico met très justement en avant, avec Amy qui communique à des décennies de distance avec Eleven grace à la dernière page. Conceptuellement parlant, c'est dingue.

Et effectivement, Moffat continue d'explorer la nature fictionnelle de River à travers son nouvel avatar, Melody Malone. Je trouve ça génial, Eleven qui a un coup de coeur pour cet alias de sa femme (yowzah! mdr ). La relation River/Eleven est de toute façon toujours aussi magique, à l'image de cette scène ou Eleven lui transfert de l'énergie de Régénération pour la soigner. Certains y voient une incohérence, dans la mesure ou il sera établi quelques épisodes plus tard qu'Eleven a épuisé ses régénérations, qu'il s'agit là du dernier corps du Docteur. Pour ma part, je pense qu'il n'a pas assez d'énergie pour se régénérer complètement, changer de corps/échapper à la mort. En revanche, il lui reste assez d'énergie pour se soigner en cas de blessure plus ou moins superficielle.

Et ça explique la réaction de River : elle sait que son mari a atteint sa limite (ce sera également établi dans un épisode à venir).

Et bien entendu, la scène du simetierre est un uppercut en pleine poire à chaque putain de visionnage (le "Come along Pond", désespéré d'Eleven sad ).

10

Dernière modification par scorpius (28-11-2019 10:10:24)


SIRmZIH.gif

Hors ligne

#5 29-11-2019 18:13:04

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 33x05 The Angels Take Manhattan (Docteur 11)

Je ne sais pas si Moffat manipule son monde, mais en tous les cas je trouve très pertinent de fermer la porte au retours des Ponds. Leur départ (et  leur mort finalement) est définitif. Ça rend tout cela beaucoup plus pesant, beaucoup plus signifiant. Il n'y a même pas de violon ni de pathos. Les départs chez Davies étaient toujours très grandiloquents par exemple. La grandiloquence et le pathos, c'est manipulatoire pour le compte.
Les conséquences de cette épreuve sont très justement explorées dans l'excellent épisode suivant.

Hors ligne

Pied de page des forums