ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 22-11-2019 22:06:55

mypreciousnico
Who ?

Doctor Who 32x11 The God Complex (Le Complexe divin - Docteur 11)

Doctor Who 32x11 The God Complex (Le Complexe divin - Docteur 11)

Crédits officiels :
- Scénario - Toby Whithouse
- Réalisation - Nick Hurran

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 1 [50%])

    50%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 0 [0%])

    0%

  3. 8 (excellent)(voix 1 [50%])

    50%

  4. 7 (bon)(voix 0 [0%])

    0%

  5. 6 (correct)(voix 0 [0%])

    0%

  6. 5 (passable)(voix 0 [0%])

    0%

  7. 4 (insuffisant)(voix 0 [0%])

    0%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 0 [0%])

    0%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 2

Les invités ne peuvent voter

Hors ligne

#2 22-11-2019 22:07:52

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 32x11 The God Complex (Le Complexe divin - Docteur 11)

Je dois avoir un problème avec Cube, parce que cet épisode m’y fait encore penser smile

“My name is Lucy Hayward. And I’m the last one left. It’s funny. You don’t know what’s going to be in your room until you see it. Then you realize it could never have been anything else. The gaps between my worship are getting shorter. This is what happened to the others. It’s all so clear now. I’m so happy. Praise him. Praise him.”

“You take people’s most primal fears, pop it in a room. Tailor-made Hell just for them. Why ?”

Le TARDIS atterrit dans un drôle d'hôtel dont la disposition change de manière aléatoire et dont les chambres contiennent les peurs les plus secrètes et les plus viscérale des locataires. Chaque personne dans l'hôtel a une chambre qui lui est dédié et dont il ne doit pas ouvrir la porte, au risque de vénérer l’étrange Minotaure qui règne sur ce sinistre labyrinthe. Evidemment, la chambre du Docteur porte le numéro 11 !

Un épisode sur le besoin de croire d’être guidé. Il ne s’agit pas nécessairement de foi religieuse, mais de croire en quelques chose. On parlerait alors davantage de confiance, à l’image de la foi aveugle de Amy envers le Doctor, qui sera toujours là pour la sauver, quoi qu’il arrive. Une confiance pas nécessairement bien fondée d’ailleurs, si l’on en croit Doctor Who 32x10 The Girl Who Waited…
Ainsi certains croient en Dieu, d’autre en l’amour ou la chance...une foi fondamentale vers laquelle chacun se replie quand il est confronté à quelques chose de traumatique.

“It’s not fear. It’s faith. Not just religious faith, faith in something. Howie believed in conspiracies, that external forces controlled the world. Joe had dice cufflinks and a chain with a horseshoe—he was a gambler. Gamblers believe in luck. An intangible force that helps them win or lose. Gibbis has rejected any personal autonomy and he’s waiting for the next batch of invaders to oppress him and tell him what to do. They all believe there’s something guiding them, about to save them. That’s what it replaces. Every time someone was confronted with their most primal fear they fell back on their most fundamental faith. And all this time I’ve been telling you to dig deep, find the thing that keeps you brave. I made you expose your faith. Showed them what they needed.”

“It doesn’t want you. That’s why it kept showing you a way out. You’re not religious or superstitious so there’s no faith for you to fall back on”

Or, s’il y a bien un personnage dans l’univers de Doctor Who qui prend pour Dieu, c’est le Docteur lui-même. Comme Rita le lui fait remarquer : de quel droit estime t-il que c'est à lui de les sauver ou même de sauver que ce soit ?
Je trouve bien vu qu’au moment fatidique elle refuse de lutter et qu’elle demande au Docteur de la laisser mourir selon sa fois. C'est finalement quelques chose de très personnel, que j'ai trouvé assez juste dans le traitement.

Tout aussi intéressant le fait que la seule personne qui ne soit pas en danger dans l'hôtel soit la seule qui n’ai pas de croyance particulière au delà de sa dévotion envers Amy, à savoir Rory, qui n’a pas de chambre et n’est jamais menacé par la créature.

Un épisode horrifique au concept très intéressant, qui met une fois de plus le Docteur en situation d’échec, avec une ambiance bien particulière.

8.

Hors ligne

#3 23-11-2019 02:08:18

scorpius
Nowhere Man

Re : Doctor Who 32x11 The God Complex (Le Complexe divin - Docteur 11)

Top franchise.

Ou quand DW rend hommage à Shining !

Du moins sur la forme, tant dans la mise en scène ou la direction artistique cet épisode ne cesse de renvoyer au chef d'oeuvre de Kubrick. Sur le fond, c'est une autre histoire. Le whoniverse est peut être l'univers de SF le plus ouvertement atheiste qui soit et si cet épisode n'en est pas tout à fait la quitessence, il s'en rapproche. En effet, ici la "croyance", n'importe quelle croyance n'es rien d'autre qu'une carotte qui vous ménera à l'abattoir... C'est violent, très violent psychologiquement et sans concession. Le seul moyen de s'échapper est de ne croire en rien, l'atheisme comme ultime mécanisme de survit.

Et forcément, Rory est le parfait candidat, qui pourrait être plus athée que lui ? Il est dès son introduction présenté comme un véritable pragmatique, mais surtout, il est mort, a carrément été effacé de la réalité et si il est revenu (investi des souvenirs d'un double) il a bien conscience qu'il n'y a pas d'au-delà.

On a déjà évoqué la narration feuilletonnante de la saison, elle brille encore ici. Tout au long de cette saison, Moffat n'a cessé de montrer un Eleven qui a perdu le sens de la mesure, qui comme le disait très justement Nico, a commencé à croire à toutes les histoires pleines d'admirations mélées de craintes qui circulent à son sujet. Il a véritablement commencé à croire qu'il pouvait vaincre une armée juste parce que son nom est mentionné et le Silence utilisera cela pour le piéger et lui infliger une sévère défaite.

Bref, cet épisode met le Doc' face à son complexe divin et lui permet en quelque sorte de l'exorciser. En cela son échange avec Amy ou il explique qu'il était plein de vanité, qu'il voulait être adoré (logique après la solitude de Ten) et qu'il l'a conduit à sa mort est aussi cathartique que déchirant. Il finit enfin par pleinement accepter qu'il n'est qu'un "fou" pilotant une boite bleu, pas un dieu vengeur.

Dernière modification par scorpius (23-11-2019 02:10:12)


SIRmZIH.gif

Hors ligne

Pied de page des forums