ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 21-11-2019 21:14:53

mypreciousnico
Who ?

Doctor Who 32x08 Let's Kill Hitler (Allons tuer Hitler - Docteur 11)

Doctor Who 32x08 Let's Kill Hitler (Allons tuer Hitler - Docteur 11)

Crédits officiels :
- Scénario - Steven Moffat
- Réalisation - Richard Senior

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 2 [100%])

    100%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 0 [0%])

    0%

  3. 8 (excellent)(voix 0 [0%])

    0%

  4. 7 (bon)(voix 0 [0%])

    0%

  5. 6 (correct)(voix 0 [0%])

    0%

  6. 5 (passable)(voix 0 [0%])

    0%

  7. 4 (insuffisant)(voix 0 [0%])

    0%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 0 [0%])

    0%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 2

Les invités ne peuvent voter

Hors ligne

#2 21-11-2019 21:18:01

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 32x08 Let's Kill Hitler (Allons tuer Hitler - Docteur 11)

Alors en fait les Crop Circles c'est juste un moyen pour contacter le Doc^^

Cet épisode est la suite directe du précédent, Doctor Who 32x07 A Good Man Goes to War, dans lequel on apprenant la véritable identité de River Song.

“Welcome. You are unauthorized. Your death will now be implemented. Welcome. You will experience a tingling sensation and then death. Remain calm while your life is extracted.”

“Okay, you’ve had all summer. Have you found her? Have you found Melody ?”

On imagine que le Docteur a passé un temps conséquent à arpenter le temps et l’espace à la recherche du bébé des Ponds.Sachant que quoi qu’il arrive, l’enfant va survivre et grandir pour devenir River Song.

C’est dans ce contexte que l’on fait la connaissance de Mels, la “meilleure amie” de Amy. Un personnage qui débarque de nulle part et tombe comme un cheveux sur la soupe, voilà qui rappelle furieusement l’arrivée de Dawn dans la série Buffy the Vampire Slayer. Du coup je me demande si la présence de Mels n'est pas consécutive aux événements du début de saison qui ne se sont pas toujours déroulés ainsi, puisque “le temps peut-être réécrit” et que l’on découvre une meilleure amie qui n’existait tout simplement pas avant.

“Is that the phonebox? The “bigger on the inside” phone box. Time travel. That’s just brilliant. Yeah. I’ve heard a lot about you. I’m their best mate.”

D’ailleurs, Moffat s’amuse avec les boucles causales : Melody s'appelle ainsi en hommage à elle-même et prendra le nom de River Song parce que c'est ainsi que ses parents et le Docteur la connaisse. La poule, l’oeuf, tout ça…

“You named your daughter after your daughter.”

L’air de rien, c'est tellement rare que Doctor Who s’amuse avec les paradoxes temporels, que c’est hyper rafraîchissant. Et puis c'est Moffat qui s’en occupe, donc c'est cohérent et bien écrit, digne des épisodes temporels de Star Trek, ce qui probablement le plus beau compliment que l’on puisse faire à une œuvre audiovisuelle qui traite de voyage dans le temps.

D’autre part, la rencontre au sommet est savoureuse entre le Docteur et le Teselecta, un organisme dont le but est d’extraire de leur ligne temporelle les grands criminels qui n’auraient pas été punis de leur vivant pour leur faire subir “l’enfer” selon leur propre terme.
On découvre un Docteur proprement scandalisé par l’outrecuidance de ceux qui prétendent juger les morts et comprendre les responsabilités qui vont avec la possibilité de voyager dans le temps.

“I’d ask you who you think you are, but I think the answer is pretty obvious. So who do you think I am? “The woman who killed the Doctor”. It sounds like you’ve got my biography in there. I’d love a peek.”

Le Docteur est pour une fois celui qui à une longueur de retard, ici sur la question de son propre sort. Il semble presque vexé... Vexé que d’autres en sachent plus que lui et vexé qu’ils se prennent pour...lui

“It was never going to be a gun for you, Doctor. The man of peace. Who understands every kind of warfare except perhaps the cruelest. Kiss kiss.”

Évidemment, la vraie star de l’épisode c'est Melody Pond et surtout sa transformation en River Song. La séquence de la régénération est un grand moment, qui évoque d'ailleurs celle de Eleven, avec une River qui ne maîtrise pas encore son nouveau corps et qui paraît surtout beaucoup plus jeune que celle que nous avions connu jusqu’ici.

Une River Song dont l’arme principale est le charme. Archétype de la femme fatale, elle est l’égale du Docteur en termes de vitalité. Comme lui elle ne s’arrête jamais, son esprit paraît avancer à 100 à l’heure.

On apprend aussi que la mort du Docteur est un point fixe dans le temps. Sa mort s'est toujours produite et se produira toujours telle que nous l’avons vu dans le diptyque d’ouverture de la saison Doctor Who 32x01+32x02 The Impossible Astronaut / Day of the Moon

“Sorry. Did you say she killed the Doctor? The Doctor? Doctor Who?”

Un épisode surprenant, qui enchaîne les rebondissement, aidé par une mécanique temporelle aux petits oignons. Un coup de chapeau particulier à Alex Kingston, qui enrichit encore l'interprétation de son personnage.

De toute manière, rien que pour entendre River Song dire “Spoilers ? What Spoilers ?” ou le Docteur prononcer “Doctor who ?”, cet épisode vaut le coup !

Un Top Franchise, bien entendu...

Hors ligne

#3 21-11-2019 23:02:17

scorpius
Nowhere Man

Re : Doctor Who 32x08 Let's Kill Hitler (Allons tuer Hitler - Docteur 11)

Ou quand Moffat craque complètement et part dans une direction qu'il était juste impossible de prédire en sortant de "A Good Man Goes to War". Il te sort de son chapeau une sorte de Terminator, piloté par un équipage de Starfleet issu de l'univers miroir, qui a été miniaturisé eek (le "whitch I've got to admit, I didn't see coming" d'Eleven mdr il parle un peu pour tous les specctateurs là).

Le tout prenant pour cadre l'Allemagne d'Hitler (tant qu'à faire) et racontant les origines de River Song. Alors éventuellement, on pourrait critiquer le traitement d'Hitler, le fait qu'il n'ai qu'un impact limité sur l'intrigue ce genre de choses. Mais Moffat l'utilise avant tout à des fins ludiques, en premier lieu vis à vis du Teselecta, si ta mission est de punir les enflures ayant traversées l'histoire humaine, Adolf est une cible de premier choix. Puis le fameux dilemme moral de savoir si en tant que voyageur temporel on serait capable de tuer Hitler alors qu'il n'est qu'un bébé, il trouve ici une résonance particulière. A travers la mission du teselecta, à travers River et à travers le Silence. Comme le dit le capitaine du Teselecta, le voyage dans le temps comporte des responsabilités, notamment morales et c'est une chose que l'épisode explore. Via la moralité de l'équipage du Teselecta, celle d'Eleven et celle de River.

Concernant River, là aussi Moffat surprend en allant dans une direction loin d'être facile ou confortable pour le spectateur : Amy a perdue son bébé et cette perte est définitive. Et c'est là que le génie de Moffat s'exprime, plutôt que de partir dans du drama pesant, il profite de cette situation pour explorer une notion conceptuellement complètement folle. A savoir que si Amy a perdue son bébé, Amélia a malgré tout pu grandir auprès de sa fille, telle une grande soeur elle a pu essayer de la guider, de la responsabiliser, etc. Un peu en vain mdr mais le passage ou Mels exprime sa gratitude pour tous ces moments qu'elle a pu partager avec sa mère, il est touchant.

Puis, il y a également cette très belle idée que si Mels est responsable du fait que ses parents finissent ensemble, Amélia de part son obsession pour Eleven qui va déteindre sur sa fille (allant au-delà de sa "programmation") elle est responsable du fait que sa fille tombe amoureuse de son futur meilleur ami.
Tout l'épisode est batis autours de ce type de paradoxe, Nico en ouverture de sa review évoque les "Crop Circles" que Amy & Rory utilisent pour contacter Eleven. Ils ont probablement été influencé par les propres messages de River qui a probablement été influencé par les Crop Circles de ses parents.

Je pourrais revenir sur Matt & Alex qui sont incandescents au point que s'en est indécent, je pourrais revenir sur l'humour (les anti-corps du Teselecta laugh) ou la beauté plastique de l'épisode, mais je vais marrêter là. Je vais juste finir en disant qu'il s'agit tout simplement d'un top franchise.


SIRmZIH.gif

Hors ligne

#4 21-11-2019 23:30:05

matou
modérateur

Re : Doctor Who 32x08 Let's Kill Hitler (Allons tuer Hitler - Docteur 11)

Top Franchise pour moi, malgré l'histoire des régénérations. Ce don de TOUTES celle-ci me gène. River étant si particulière qu'elle aurait pu donner autre chose ou laisser planer le doute sur la possibilité d'en avoir gardé sous une forme différente. Comme Jenny la fille du Docteur.
Cela expliquerait qu'il y a un espoir pour elle au dela de la librairie (son esprit concervé et son corps en stase qui se régénère, pour ensuite, pouf, de nouveau River).

A cela près, Moffat revient avec une superbe idée(Mel) et un concept dont il a le secret. Bon , je ne suis pas un fan absolu de celui de ce "vaisseau temporel" mais il a le mérite d'être innovant et de poser des questions.
Bravo pour cet épisode touchant et trépidant, qui contraste avec le précédent et pourtant, grâce à ces idées et son écriture, arrive à l'égaler.

Hors ligne

#5 22-11-2019 13:31:57

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 32x08 Let's Kill Hitler (Allons tuer Hitler - Docteur 11)

Bon, je vois qu'on est bien d'accord sur cet épisode et le précédent smile
J'ai terminé la saison 6 hier soir. La meilleure du revival pour moi, un véritable bijou.

Hors ligne

#6 22-11-2019 13:43:39

matou
modérateur

Re : Doctor Who 32x08 Let's Kill Hitler (Allons tuer Hitler - Docteur 11)

mypreciousnico a écrit :

Bon, je vois qu'on est bien d'accord sur cet épisode et le précédent smile
J'ai terminé la saison 6 hier soir. La meilleure du revival pour moi, un véritable bijou.

J'ai préféré la saison 5. Spoiler!

Hors ligne

Pied de page des forums