ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 18-11-2019 17:01:06

mypreciousnico
Who ?

Doctor Who 32x00 A Christmas Carol (Docteur 11)

Doctor Who 32x00 A Christmas Carol (Le Fantôme des Noëls passés - Docteur 11)

Crédits officiels :
- Scénario - Steven Moffat
- Réalisation - Toby Haynes

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 1 [50%])

    50%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 1 [50%])

    50%

  3. 8 (excellent)(voix 0 [0%])

    0%

  4. 7 (bon)(voix 0 [0%])

    0%

  5. 6 (correct)(voix 0 [0%])

    0%

  6. 5 (passable)(voix 0 [0%])

    0%

  7. 4 (insuffisant)(voix 0 [0%])

    0%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 0 [0%])

    0%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 2

Les invités ne peuvent voter

Hors ligne

#2 18-11-2019 17:02:29

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 32x00 A Christmas Carol (Docteur 11)

“On every world, wherever people are, in the deepest part of the winter, at the exact mid-point, everybody stops and turns and hugs. As if to say, “Well done. Well done, everyone! We’re halfway out of the dark.” Back on Earth we call this Christmas. Or the Winter Solstice. On this world, the first settlers called it The Crystal Feast. You know what I call it? I call it expecting something for nothing !”

“Tonight I’m the Ghost of Christmas Past”

Meilleur épisode de Noël à ce stade de la série !
Il faut dire que j’adore le Conte de Noël de Dickens dont cet épisode est une adaptation très libre dans l’univers de Doctor Who et saupoudré de SF.

À noter : cette histoire a été multi adaptée en audiovisuelle, y compris dans une version téléfilm avec Patrick Stewart dans le rôle de Scrooge.

D’ailleurs, ici ce n’est pas Ebenezer Scrooge, mais Kazran Sardick, campé par le formidable Michael Gambon (le second Dumbledor de la saga Harry Potter), qui tient le rôle du vieil homme aigri qui n’accorde plus d’importance à rien. Un homme prêt à laisser mourir 4000 personne non pas par intérêt personnel, mais parce qu'il s’en fout purement et simplement.
On est donc trimballé par le Docteur dans un vertigineux manège temporel ou il devient en quelques sortes le meilleur ami du jeune Kazran, pendant que le vieux revis (découvre) tous ses souvenirs d’enfance à mesure que sa vie est réécrite pour en faire un être meilleur.

“He comes every Christmas Eve. Yeah, he does. Every time. He promises”

Moffat explore une fois de plus le concept de la voie lente en mettant en contraste les  chemins du Docteur de Kazran et d’Abigail (la sublime Katherine Jenkins, véritable chanteuse Soprano). Le Docteur apparaît littéralement à chaque réveillon de Noël, Abigail est suspendue dans la glace et n’existe qu'une soirée par an et Kazran vieillit un peu plus à chaque rencontre.

“Kazran, trust me. It’s this or go into your room and design a new kind of screwdriver. Don’t make my mistakes. Now! Go!”

Hélas, Kazran deviendra malgré tout le vieil aigri, non pas par manque d’amour paternel, mais en raison d’un amour contrarié et tragique, conservant à tout jamais l’ultime journée avec la femme de sa vie suspendue dans la glace, comme on conserve la nostalgie dans la naphtaline.

“We’ve had so many Christmas Eves, Kazran. I think it’s time for Christmas Day.”

La mécanique temporelle sert à merveille cette histoire, cela permet quelques scènes très marquantes, comme ce moment ou Kazran réalise qu’il est littéralement devenu son propre père et qu’il retient la main qui s'apprêtait à frapper ses rêves d’enfant.

“There’s a shark in my bedroom ?!”

Steven Moffat livre une des meilleures adaptation de cette histoire de Dickens archi-connue, pour un épisode fou, à l’imaginaire débridé, aux visions fascinantes, à la mécanique temporelle irréprochable au service d’une superbe histoire d’amour et d’une fable aussi positive qu’émouvante.

Luxe ultime: la photographie, les effets spéciaux et la musique sont de toute beauté !

9.

Hors ligne

#3 18-11-2019 23:37:51

scorpius
Nowhere Man

Re : Doctor Who 32x00 A Christmas Carol (Docteur 11)

Top franchise, pour moi.

On en parle pas assez, mais la musique jouant un rôle central dans cet épisode et partiiculièrement sa conclusion, j'en profite : le score de Murray Gold sur DW est l'un des plus riche, réussi, important et iconique de l'histoire de la télévision. C'est bien simple, à mes yeux l'association Murray Gold/Davies - Moffat est à la télévision ce que le duo John Williams/George Lucas est au cinéma, rien de moins.

Cet épisode en particulier, il y a une scène (parmis d'autres) qui illustre l'importance de la contribution de Gold. Le jeune Kazran a le coeur brisé, il rejette le Doc', pourtant il y a un moment ou il semble que sa carapace va se craquer, qu'il va contacter le Doc'. Il y a une sorte de crescendo musical, le thème d'Eleven se fait entendre, promesse d'une réconciliation cathartique entre le Doc et Kazran... Et, bim, la musique s'arrête, Kazran à changé d'avis. Ce n'est peut être que moi (pour une raison ou une autre) mais à l'écran, ce moment est émotionnellement très douloureux.

C'est de toute façon un épisode douloureux, magnifique, aussi sombre que lumineux mais ouais, il est éprouvant. Il y a une certaine ambiguité morale que je trouve fascinante dans la prémisse même, à savoir que Eleven se permet de réécrire l'histoire d'un individu pour servir ses propres objectifs... Alors certes, les actions du Doc' sont au final plutôt positives, Kazran change pour le meilleur, il fait la paix avec un trauma fondateur de son passé (au prix d'autres traumas tout de même) et il y trouve du bonheur, certes éphémère mais essentiel.

Il n'en reste pas moins que Eleven n'est pas si éloigné du "Time Lord Victorious" ici, s'emparant des lois du temps, les manipulant sans totalement prendre en compte toutes les conséquences. Alors ça ne concerne qu'un seul individu, mais quand même... Ca amène d'ailleurs ce superbe échange ou Kazran reproche au Doc d'avoir ainsi interféré avec son histoire personnelle de façon aussi cavalière, ce à quoi Eleven répond qu'un coeur brisé vaut mieux que pas de coeur du tout. Réponse que Kazran trouve bien trop facile et de demander au Doc ce qu'il ferait si tout ce qui lui restait c'était une seule journée et rien d'autre avec la femme qu'il aime... Difficile de ne pas voir le fantôme de River planer sur cet échange et punaise, ça fait mal.

Et bien sur, Moffat continue de mélanger "réalité" et "fiction" puisqu'ici, le plan d'Eleven repose sur l'oeuvre de fiction de Charles Dickens, à laquelle il va pour ainsi dire donner vie.

Dernière modification par scorpius (18-11-2019 23:41:31)


SIRmZIH.gif

Hors ligne

#4 21-11-2019 17:55:29

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 32x00 A Christmas Carol (Docteur 11)

scorpius a écrit :

On en parle pas assez, mais la musique jouant un rôle central dans cet épisode et partiiculièrement sa conclusion, j'en profite : le score de Murray Gold sur DW est l'un des plus riche, réussi, important et iconique de l'histoire de la télévision. C'est bien simple, à mes yeux l'association Murray Gold/Davies - Moffat est à la télévision ce que le duo John Williams/George Lucas est au cinéma, rien de moins.

D'accord à 100%
Je ne le mentionne pas systématiquement, mais la musique de Gold est référentielle. Un travail absolument remarquable. D'autant que comme je l'ai moult écouté ces dernières année, je connais cette musique par cœur, bien plus que je ne connais la série en vérité mdr

scorpius a écrit :

Il n'en reste pas moins que Eleven n'est pas si éloigné du "Time Lord Victorious" ici, s'emparant des lois du temps, les manipulant sans totalement prendre en compte toutes les conséquences. Alors ça ne concerne qu'un seul individu, mais quand même... Ca amène d'ailleurs ce superbe échange ou Kazran reproche au Doc d'avoir ainsi interféré avec son histoire personnelle de façon aussi cavalière, ce à quoi Eleven répond qu'un coeur brisé vaut mieux que pas de coeur du tout. Réponse que Kazran trouve bien trop facile et de demander au Doc ce qu'il ferait si tout ce qui lui restait c'était une seule journée et rien d'autre avec la femme qu'il aime... Difficile de ne pas voir le fantôme de River planer sur cet échange et punaise, ça fait mal.

Ouais Eleven c’est le genre de type qui sais mieux que les autres ce qui est bon pour eux. Il est très paternaliste dans son attitude et la morgue qu'il affiche à jouer avec la vie des autres sans leur donner voie au chapitre. C'est quelques chose de très prégnant dans le travail de Moffat sur DW.
Le Docteur c’est un peu le mec qui se prend pour dieu et comme sa réputation le précède, il fini par y croire.

Hors ligne

#5 22-11-2019 11:57:28

scorpius
Nowhere Man

Re : Doctor Who 32x00 A Christmas Carol (Docteur 11)

mypreciousnico a écrit :

Ouais Eleven c’est le genre de type qui sais mieux que les autres ce qui est bon pour eux. Il est très paternaliste dans son attitude et la morgue qu'il affiche à jouer avec la vie des autres sans leur donner voie au chapitre. C'est quelques chose de très prégnant dans le travail de Moffat sur DW.
Le Docteur c’est un peu le mec qui se prend pour dieu et comme sa réputation le précède, il fini par y croire.

Eleven est en cela très proche de McCoy/Seven, qui est l'une des incarnations fétiches de Moffat. Du coup l'évolution d'Eleven post s32 est sur ce plan très intéressante, concernant sa caractérisation, mais aussi le personnage de Clara qui sonne un peu comme la répônse du berger à la bergère, dans une certaine mesure.


SIRmZIH.gif

Hors ligne

Pied de page des forums