ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 18-11-2019 23:27:01

mypreciousnico
Who ?

Doctor Who 32x01+32x02 The Impossible Astronaut / Day of the Moon

Doctor Who 32x01+32x02 The Impossible Astronaut / Day of the Moon (L'Impossible Astronaute - Docteur 11)

Crédits officiels :
- Scénario - Steven Moffat
- Réalisation - Toby Haynes

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 2 [100%])

    100%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 0 [0%])

    0%

  3. 8 (excellent)(voix 0 [0%])

    0%

  4. 7 (bon)(voix 0 [0%])

    0%

  5. 6 (correct)(voix 0 [0%])

    0%

  6. 5 (passable)(voix 0 [0%])

    0%

  7. 4 (insuffisant)(voix 0 [0%])

    0%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 0 [0%])

    0%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 2

Les invités ne peuvent voter

Hors ligne

#2 18-11-2019 23:28:24

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 32x01+32x02 The Impossible Astronaut / Day of the Moon

Cet épisode a été dédié à Elisabeth Sladen, l'interprète de Sarah Jane Smith, décédée en 2011.

Deux minsodes sont à regarder avant. Space et Time. C'est excellent, surtout le deuxième. Une variation astucieuse autour de la vieille question qui nous tourment tous : qui de la poule ou l’œuf est venu en premier ?

“You better get down here, sir. She’s doing it again. […] Doctor Song, sir. She’s packing. Says she’s going to some planet called “America”.”

Steven Moffat met les petits plats dans les grands pour un double épisode d’ouverture plus grandiose, aux enjeux plus importants qu'à l'accoutumée.
Un début de saison que je trouve absolument formidable, peut-être même celui que je préfère.

Il y a déjà le contexte de l’amérique de Richard Nixon en 1969, le premier Alunissage. Un contexte, bien rendu avec pas grand chose, c'est surtout une ambiance. Un contexte qui convoque un certain sens du grandiose, avec ces grands plans panoramiques dans le désert, cette photographie presque fluo…

Je l’ai déjà dit à de nombreuses reprise, Moffat va conférer à Doctor Who des allures de blockbuster : en termes visuels, la série est de plus en plus belle. On le constate immédiatement avec cet épisode (la mort du Docteur au bord du lac, par exemple).

“Doctor Song. Amy. Rory. I’m Canton Everett Delaware the Third. I won’t be seeing you again, but you’ll be seeing me.”

Ensuite il y a les personnages secondaires, Nixon, bien entendu, mais surtout Canton Everett Delaware the Third, campé par le toujours impérial Mark Sheppard (la voix et la diction de ce mec !!), hélas, il me semble qu'on ne reverra pas ce personnage qui est pourtant un ajout hyper pertinent au quatuor habituel.

Ensuite il y a River Song. La délicieuse, la superbe, la magnifique, la fascinante River Song et ce moment d’une tragique beauté ou elle explique son histoire à rebrousse-temps avec le Docteur.

“When I first met the Doctor—a long long time ago—he knew all about me. Think about that. Impressionable young girl and suddenly this man just drops out of the sky. He’s clever and mad and wonderful and… and knows every last thing about her. Imagine what that does to a girl. (...)Trouble is, it’s all back to front. My past is his future. We’re travelling in opposite directions. Every time we meet I know him more, he knows me less. I live for the days when I see him. But I know that every time I do he’ll be one step further away. The day’s coming when I’ll look into that man’s eyes—my Doctor—and he won’t have the faintest idea who I am. And I think it’s going to kill me.”

Sans parler du premier/dernier baiser : il n’y a qu’une seule première fois et il n’y a qu’une seule dernière fois.

“I can see them. I think they’re asleep. Get out! Just get out !”

Et bien entendu il y a le gros morceau, à savoir le Silence.
Quels adversaires flippants, quel mécanisme de défense imparable. Moffat s’en donne à coeur joie et propose quelques chose de très sombre, horrifique même (la scène dans les toilettes de la maison Blanche, l’orphelinat, le système d’enregistrement des rencontres…), sans parler du design qui fait froid dans le dos. Il y a peu de Slender Man dans ce design.

La mise en scène rend vraiment bien compte de l'ampleur du truc : à la seconde où l’on quitte un Silence des yeux, il sort de notre esprit. Soit le moyen de défense ultime et absolument horrible en termes de suspens quand un personnage passe la tête par une porte, aperçois horrifié une dizaine de Silences et se tourne paniqué vers ses amis resté en arrière pour lâcher d’une voix morne “rien à signaler” !

Bref, un double épisode d’une redoutable efficacité, particulièrement beau, aussi passionnant en termes de divertissement que pertinent sur le fond et sur les concepts qu’il met en scène, ainsi que dans les mystères qu’il conserve pour donner envie de voir la suite (la grossesse d’Amy, la femme au cache œil, la mort du Docteur...).

Un incroyable de saison, je suis remonté à bloc smile
Top franchise !

Hors ligne

#3 19-11-2019 00:42:31

scorpius
Nowhere Man

Re : Doctor Who 32x01+32x02 The Impossible Astronaut / Day of the Moon

Pareil que Nico, difficile de lancer une saison plus efficacement !

C'est simple tout est réussi. L'humour, le drame, l'horreur, les références à la SF parano' (les Silents sont pour ainsi dire des "Men in Black", il y a bien un complot autours de l'alunissage, etc). Moffat prend clairement la structure "mystery box" et la pousse dans ses retranchements sans que ça semble jamais malhonnête intellectuellement parlant.

Et puis quel putain de cliffhanger de malade mental ! Je peux vous assurez que de le vivre en "direct", c'était un truc de fou eek

A noter que l'épisode établi une dynamique différente pour les compagnons vis à vis de leur vie avec le Docteur/dans le Tardis. Chez Davies, les compagnons vivaient pour ainsi dire dans le Tardis, avec des visites occasionnelles à la famille. Chez Moffat, le compagnon continue d'avoir une existence "terrestre" en parallèle à ses aventures à travers le temps et l'espace. Il s'agit d'un contraste qui deviendra de plus en plus important tout au long du run du Moff'.

J'aime bien le fait que Moffat pose sans équivoque le fait que du moins romantiquement parlant, Amy a choisi Rory. Les insécuritées de ce dernier sont encore compréhensibles mais c'est vraiment cool que ce double épisode cimente définitivement leur mariage. Puis là-aussi Moffat aime ses contrastes dans la mesure ou à côté il y a un autre couple, aux fondations beaucoup plus fragiles. La scène ou Eleven dit clairement à River qu'il ne lui fait pas confiance, ça fait son effet. L'alchimie entre Matt et Alex est par ailleurs explosive, malgré la différence d'age entre les 2 acteurs, jamais Matt ne donne l'impression d'être le "jeunot" ou de ne pas être à la hauteur. C'est franchement impressionnant. Puis il y a la tension sexuelle (le "I'm quite the screamer. Now there's a spoiler for you !" de River à Eleven mdr ) qui à ce stade relève du jamais vu dans DW. C'est en tout cas beaucoup plus direct que Nine/Rose/Jack ou Ten/Reinette.

Dernière modification par scorpius (19-11-2019 00:43:28)


SIRmZIH.gif

Hors ligne

#4 19-11-2019 19:38:43

matou
modérateur

Re : Doctor Who 32x01+32x02 The Impossible Astronaut / Day of the Moon

Je n’ai pas adhéré.
Comme souvent en pareil cas avec Moffat, je sens trop une manipulation et des passages tunnels narratifs.
Tout s’enchaîne bien, l’idée des silences est incroyable, les décors sont bien utilisés et filmés, le fil rouge avance.
Mais je sens trop que l’on me force la main pour m’amener vers quelque chose pour me faire oublier qu’il y a autre chose à voir.

Un très bon lancement mais qui me laisse froid malgré ses grandes qualités. Et il y a aussi le fait que je suis souvent hermétique au jeu de Matt Smith. Ce qui n’aide pas quand je sens que la « narration » me manipule.

7

En ligne

#5 20-11-2019 23:24:58

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 32x01+32x02 The Impossible Astronaut / Day of the Moon

J'ai rajouté dans ma critique initiale les liens vers les minisodes qui précèdent ce diptyque. C’est à voir absolument smile

scorpius a écrit :

A noter que l'épisode établi une dynamique différente pour les compagnons vis à vis de leur vie avec le Docteur/dans le Tardis. Chez Davies, les compagnons vivaient pour ainsi dire dans le Tardis, avec des visites occasionnelles à la famille. Chez Moffat, le compagnon continue d'avoir une existence "terrestre" en parallèle à ses aventures à travers le temps et l'espace. Il s'agit d'un contraste qui deviendra de plus en plus important tout au long du run du Moff'.

Pour la première fois, il ne fait aucun doute que le Docteur reviendra les chercher. Alors qu'avec les compagnons précédents, à la seconde ou ils débarquent du TARDIS, c’était plus ou moins pour toujours.

scorpius a écrit :

L'alchimie entre Matt et Alex est par ailleurs explosive,(...) Puis il y a la tension sexuelle (le "I'm quite the screamer. Now there's a spoiler for you !" de River à Eleven mdr ) qui à ce stade relève du jamais vu dans DW. C'est en tout cas beaucoup plus direct que Nine/Rose/Jack ou Ten/Reinette.

C’est génial, j'adore ce duo !

matou a écrit :

Et il y a aussi le fait que je suis souvent hermétique au jeu de Matt Smith. Ce qui n’aide pas quand je sens que la « narration » me manipule.

Il y a clairement un Matt Smith Show, qui peut rendre le truc pénible à digérer si on adhère pas.

Hors ligne

Pied de page des forums