ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#251 01-11-2019 13:52:56

scorpius
Nowhere Man

Re : Terminator : l'univers de SF le plus traumatique ?

Sarah dans T1 est très féminine, même chose pour Ripley dans Aliens (alors oui progressivement sa "carapace" se durcie et elle prend les armes mais sans perdre sa féminité) ou Lindsey dans Abyss (versant chieuse, raleuse mais attachante mdr ). Helen Tasker dans True Lies est fénimine et évidemment Rose dans Titanic. Même Neytiri est féminine, ou encore Grace (dans le genre figure maternelle).

Cameron a clairement un fétiche pour l'image de "la femme guerrière" et parfois ça s'accompagne d'une masculinisation qu'on pourrait trouver excessive (Vasquez ou par certains aspects Sarah dans T2) mais c'est loin de résumer la vision de la femme qu'offre son cinéma.


SIRmZIH.gif

En ligne

#252 01-11-2019 14:02:39

dvmy
dvmy shot first

Re : Terminator : l'univers de SF le plus traumatique ?

Rendre les femmes fragiles ne veut pas dire les rendre féminines. C'est une idée aussi détestable que de les rendre masculines... selon moi bien sûr. Regarde la Ripley du premier Alien: pas besoin d'être une guerrière ou de s'attendrir face à une gamine ou même d'éclater en sanglots pour être féminine.

Dernière modification par dvmy (01-11-2019 14:08:07)

Hors ligne

#253 01-11-2019 14:28:23

matou
modérateur

Re : Terminator : l'univers de SF le plus traumatique ?

dvmy a écrit :

Ah bon? Barb Wire, Resident Evil, Bloodrayne, beaucoup d'autres oeuvres et même Terminator 3 sont des films d'action aux personnages principaux féminins qui jouent beaucoup avec la féminité de leurs protagonistes justement, en les mettant en valeur. Même le Star Wars actuel le fait! Rey est bel et bien féminine. Il n'y a que chez Cameron que les nanas doivent ressembler à des mecs, bouger, agir, penser et parler comme eux.

Bon T3 je n’aime pas le personnage féminin.
Pour Résident Evil c’est un cas un peu à part. Milla Jovovich étant une actrice s’appropriant avec brio le personnage d’origine au point de le faire oublier.
Souvent dans des œuvres où la protagoniste est une femme, il y a une quête plus identitaire sur le « qui suis je, qu’elle est ma place » que sur le « quel changement du monde dois-je favoriser ». Là il y a aussi à réfléchir.

Quand je dis que masculiniser une femme dans un film d’action, je parle de la pente plus actuelle. Car Dark Fate n’est pas le seul à le faire.
Attention je ne dis pas de transformer entièrement un personnage féminin comme la caricature d’un personnage masculin. Mais d’oublier d’apporter une sensibilité en contre point.

Puis Rey, elle n’existe pas. Ce personnage n’est rien si ce n’est une transposition d’Abrams de lui même.

Sinon je partage entièrement l’avis de Scorpius.
J’ai toujours trouvé Sarah Connor très authentique et ressemblant à des femmes que j’ai croisé enfant.

Hors ligne

#254 01-11-2019 15:58:06

dvmy
dvmy shot first

Re : Terminator : l'univers de SF le plus traumatique ?

Sucker Punch, Underworld, dead or alive, Aeon Flux, Tomb Raider... Les exemples ne manquent pas pourtant.

Hors ligne

#255 01-11-2019 16:54:43

dl500
TOS Forever

Re : Terminator : l'univers de SF le plus traumatique ?

Underworld... Quelle déception !
Encore une saga complètement massacrée avec pourtant un potentiel de dingue.
On pourrait créer un sujet dessus, il y a à dire !
(même si ce n'est pas du Star trek crazy)


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#256 01-11-2019 17:25:56

mypreciousnico
Who ?

Re : Terminator : l'univers de SF le plus traumatique ?

Hors ligne

#257 03-11-2019 08:41:11

dvmy
dvmy shot first

Re : Terminator : l'univers de SF le plus traumatique ?

Comme prévu Dark Fate se ramasse pour son premier week-end US. J'espère qu'on va laisser mourir cette franchise maintenant, ou alors en faire un vrai remake avec des idées neuves, mais sans Cameron et sans Schwarzy.

Dernière modification par dvmy (03-11-2019 08:55:38)

Hors ligne

#258 10-11-2019 12:09:44

Prelogic
Legaliste

Re : Terminator : l'univers de SF le plus traumatique ?

La seule chose intéressante dans ce film, c’est son postulat de base et l’emploi de la motion capture : Je vais spoiler comme un porc, vous êtes prévenus. John Connor est tué dès les 30 premières secondes du film par un énième Schwarzenegger bodybuildé. Du coup, cette timeline emprunte un autre chemin que Rise of the Machines, une idée conceptuelle intéressante mais que les différents propriétaires de la franchise n’ont peut-être pas vu venir, ou trop tard. Du coup, on a surtout le sentiment d’être en face d’un prétexte promotionnel pour faire revenir Linda Hamilton, et rien d’autre. Avec ce film, on a probablement franchi une étape dans l’emploi de la Motion Capture, et j’avais hâte de (re)voir Edouard Furlong as a kid. En même temps, il convient se demander là aussi si c’était bien raisonnable, puisque les vieux de la veille n’attendaient que ça qu’on leur rejoue, finalement, un reboot du Jugement Dernier.

Et quelque part, c’est bien ce à quoi on a droit : cette nouvelle timeline sans John Connor change les noms, mais nous refourgue au finale toute l’iconographie traditionnelle sous une grosse louche de politique des frontières. Le sujet est plat, rabâché, relativement peu audacieux (il faut passer en dessous des radars de la censure). L’OST intervient systématiquement pour dézinguer toute tension dramatique – alors que la partition organique de Brad Fiedel avec ses percussions et ses motifs rythmiques lancinants sur Robert Patrick parvenaient à créer une tension organique, à la manière de Goldsmith sur Alien. Oui oui, le REV-9 est vraiment super puissant et super-méchant mais en fait non, on s'en fout. Oui oui, la nouvelle Sarah Connor est mignonne avec son brushing impeccable et son air faussement désabusé, mais God ! Suis-je le seul à penser que Linda Hamilton représentait bien mieux cette classe sociale abandonnée ?

Bref, oui James Cameron est de retour. Mais pas assez. Le bonhomme semble absent, et ses récentes déclarations tendent à démontrer qu’il ne supporte tout simplement pas l’idée de ne pas être aux commandes à tous les échelons. En ce qui me concerne, je ne peux que le comprendre. En réalité, tout comme Star Wars, la saga Terminator ne peut traverser les époques sans souffrir d’une vision médiocre, inachevée et conflictuelle entre des intérêts divergents.

Un film rapidement oubliable. Je m’en vais de ce pas terminer ce que j’aurais dû achever depuis longtemps : les chroniques de Sarah Connor.

Une note sur 20 ? Pfff 8 / 9 en visant large.

Dernière modification par Prelogic (10-11-2019 16:16:14)


tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#259 10-11-2019 15:23:19

Synock
Cuitasses les patatas

Re : Terminator : l'univers de SF le plus traumatique ?

Mon sentiment rejoins assez celui de Prelogic.
A l'exception de la fille à sauver (qui a d'ailleurs l'air plus jeune dans le futur que dans le présent lol ) que je trouve assez interessante car pour une fois ce n'est pas un personnage désabusé comme on en a partout dans les productions actuelles.

Ce film manque aussi cruellement de second degré, ils essaient de désamorcer la tension en permanence avec Connor qui marmonne comme Dutronc "Je s'rais heureuse quand tu s'ra mort, vielle canaille" à tour de bras. ça prend pas, c'est pas drôle. Et les deux ou trois fois où j'ai ri c'était du film et non avec le film. ça me rend triste de dire ça.

Et par contre, peut être ais-je mal compris, il y a une scène qui m'a BEAUCOUP dérangé.

[spoil]Celle où le T800 ouvre son antre remplie d'armes et explique qu'il a calculé que l'humanité avait 70% de chances de s'auto détruire et qu'il était prêt pour cela.[/spoil]

Je ne comprends pas comment on peut faire plus NRA que ça. C'est tellement américain comme pensée ! LA CATASTROPHE A VENIR !
Ok on est dans Terminator, on le sait que la catastrophe arrive, mais c'est justement le but de ce film, apporter l'espoir.

(Alors que le début du film est une pseudo critique de la politique d'immigration, on se retrouve à perdre de suite cette idée qui pourtant pouvait être bonne pour partir sur un discourt redneck.)


Le podcast c'est la vie !

https://p1p2r.podbean.com/

Hors ligne

#260 Hier 21:16:15

ufologue
membre

Re : Terminator : l'univers de SF le plus traumatique ?

J'ai tenté de regarder les chroniques de Sarah Connor, une série que je ne connaissais pas du tout. Je n'ai tenu que deux épisodes. La minceur du budget et la médiocrité de la réalisation ne me donnent pas envie de poursuivre.

Hors ligne

Pied de page des forums