ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Ultime Frontière présente ses meilleurs vœux à ses membres et à ses (nombreux) lecteurs fidèles.
Puisse cette nouvelle année 2020 être réellement un 20/20...
Longue vie et prospérité à toutes et à tous.

#1 27-12-2018 18:44:49

Prelogic
Legaliste

Dark Crystal & Age of Resistance

Dark Crystal est un film unique de 93 minutes, réalisé en 1982 par Jim Henson. Il s’inscrit pleinement dans la mouvance « Fantasy / Dark Fantasy », un genre cinématographique qui évolue entre le merveilleux, l’imaginaire et le fantastique. Certains situent l’origine du genre Fantasy aux origines-mêmes du cinéma, avec des illusionnistes de génie comme George Méliès qui fut le premier à ajouter des trucages à ses longs-métrages. En cela, Jim Henson peut être considéré comme l’illustre descendant de Méliès. On compare aussi volontiers Dark Crystal à « Wizard of Oz » de Victor Flemming (1939), considéré comme le premier vrai film de Fantasy.

Une filiation loin d’être galvaudée, puisque l’atypique Dark Crystal n’utilise pas de techniques classiques d’animation comme le « Stop Motion » : le film se base entièrement sur la prestation de marionnettes ! Il en résulte un travail délicat, unique dans l’histoire de l’animation qui continue aujourd’hui d’inspirer les artistes et de séduire les plus jeunes comme les adultes. Si certains petits personnages sont drôles, la complexité du scénario et l’ambiance gothique sublimée par la BO de Trevor Jones continuent de fasciner. Finalement, Dark Crystal fut un succès commercial, rapportant 40 millions pour un budget de 15 millions à l’origine. Apportant la preuve qu’une propriété intellectuelle originale peut tout de même rencontrer son public et ne pas le perdre en chemin.

L’histoire commence en 1976 lorsque Jim Henson entre en relation avec le travail de Brian Froud, qui deviendra plus tard son assistant dévoué. Le livre s’appelle « Once Upon a time » et reproduit les illustrations d’artistes en Fantasy – Rappelons au passage que l’épouse de Brian Froud est considérée comme la créatrice de Yoda. Pour écrire le scénario et établir les principales règles de son univers cohérent, Jim Henson prend systématiquement l’avis de son collaborateur. Le film ne se fera jamais autrement.

Le réalisateur s’attache également l’appui de deux autres personnalités : Frank Oz tout d’abord, marionnettiste incontournable dans l’industrie et interprète (s’il vous plait) de la marionnette de Yoda à partir de l’Episode 5 de Star Wars. Gary Kurtz ensuite, producteur emblématique des deux premiers films de la trilogie originelle de Star Wars, et qui quitta Lucasfilm pour rejoindre le projet Dark Crystal. Très critique avec la vision de George Lucas sur Star Wars, Gary Kurtz mènera cependant à bien ce projet relatant « l'équilibre fragile d'un monde écartelé entre le bien et le mal ».

Le film aura nécessité 5 ans de préparation et de recherches, et la mobilisation d’une centaine de marionnettistes. La synchronisation est ici le maître mot pour reproduire à l’écran un mouvement convaincant. Le défi est colossal mais qu’importe : Jim Henson veut nous faire croire à l’existence d’un monde millénaire et tragique. Jim Henson et Frank Oz, à ce point méticuleux, veulent inventer leur propre langage pour chaque espèce du film, refusant même que les dialogues soient sous-titrés. Henson pensait alors à l’époque que la puissance d’évocation des images pouvait suffire à tenir le public en haleine. Mais il fut obligé de rebrousser chemin, après une première projection test jugée catastrophique.

Pour rendre hommage le plus possible au travail original de Brian Froud, le directeur de la photographie Oswald Morris mettait un dispositif devant la caméra pour atténuer les couleurs, ou « Light Flex ». Au final, Dark Crystal remporte en 1983 le Grand Prix du Festival du Film Fantastique d’Avoriaz.

Une suite à l’œuvre originelle a été envisagée pendant longtemps. En 2009, la Jim Henson Company annonce que Gendy Tartakovsky réalisera The Power of the Dark Crystal, suite directe du premier film contant les aventures d’une mystérieuse fille du feu. Le film, abandonné finalement, fut transposé en comics et publié chez Archaia. La publication a démarré depuis février 2017. Nous attendons toujours une traduction francophone.

Le 18 mai 2017, Netflix annonce avoir commandé une série télévisée de 10 épisodes, sous la forme d’une préquelle au film d’origine. La série, produite par la Jim Henson Company, débute le tournage durant l’automne 2017. En décembre 2017, les premières images de la série « Dark Crystal : Age of Resistance » apparaissent et le public peut prendre connaissance d’un casting vocal prestigieux. On annonce notamment les voix d'Helena Bonham-Carter, Simon Pegg, Alicia Vikander ou encore Mark Hamill (qui n’aura aucun mal à jouer un être maléfique, puisqu’il est la voix habituelle du Joker depuis de nombreuses années).

Dernière modification par Prelogic (27-12-2018 19:09:50)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#2 27-12-2018 19:32:20

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Merci pour cette mise en contexte.

Dark Crystal fait partie de mes films préférés tous genres confondus et je dirais que c'est mon deuxième film de med-fantasy préféré après Le Dragon du Lac de Feu. L'univers est génial, la direction artistique est sublime... Ça fait rêver, ça fait travailler l'imagination. Même la VF est plutôt réussie.

J'adore le personnage d'Aughra, intelligente, audacieuse et grincheuse.
Aughra.png

La série... Je ne sais pas. L'univers est suffisamment riche pour y raconter des tas de choses et il y a un gros potentiel. D'un autre côté le film est tellement complet en lui même que j'ai du mal à voir comment passer après. Et puis j'en ai marre que tous les vieux succès soient remâchés comme ça, je sature.


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#3 14-01-2019 17:23:12

Prelogic
Legaliste

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

DrAg0r a écrit :

La série... Je ne sais pas. L'univers est suffisamment riche pour y raconter des tas de choses et il y a un gros potentiel. D'un autre côté le film est tellement complet en lui même que j'ai du mal à voir comment passer après. Et puis j'en ai marre que tous les vieux succès soient remâchés comme ça, je sature.

Je comprends moi aussi cette saturation. Pour le moment, je choisis de croire que cette idée de série « préquel » peut apporter quelque chose, que ce soit en termes d’écriture comme en termes de développement d’univers. J’ai foi en ce projet, comme j’ai accordé autrefois ma confiance en George Lucas et la prélogie. Plusieurs raisons à cela :

>> La Jim Henson Company est attachée au projet, ainsi que la fille de Jim Henson (Lisa). Il y a donc une continuité artistique et morale à prévoir. Cette passation entre le père et la fille sera extrêmement intéressante à observer.

>> La série sera diffusée sur Netflix, qui s’apprête probablement à muter face à la concurrence prochaine de Disney +. Netflix a une carte à jouer, la plateforme pouvant très bien occuper le terrain « marginal » de la création familiale ou indépendante. Tout ne se résume pas dans le cinéma d’aujourd’hui à Star Wars ou Marvel, même si Disney aime surement à le croire.

Bon il y a Simon Pegg dans le casting... c'est le seul caillou dans la chaussure de ce projet mdrno

Dernière modification par Prelogic (14-01-2019 17:24:30)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#4 02-02-2019 21:42:47

McRaktajino
membre du club

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

J'avais la VHS de Dark Crytal quand j'étais môme, ce film me faisait assez peur. Les Skeksès bien sûr, mais surtout la machine à puiser l'essence de vie.

Fraichement revu en HD, il faut reconnaître que même si certaines choses cassent légèrement l'immersion, ça fait quand même toujours bougrement bien le travail. Contrairement à Labyrinth qui a malheureusement assez mal vieilli, même si ça reste agréable à regarder.

Les Skeksès et les Mystiques sont bluffant, mais je crois que le passage le plus marquant est la forêt. Ça grouille de vie, c'est incroyable.
Les décors sont magnifiques et la musique superbe.

La seule chose qui casse un peu le truc c'est le manque d'expression faciale du héros, il est malheureusement trop proche de l'humain pour que ça ne dérange pas. Seul l'ami Steven a aussi peu d'expression, mais lui n'a pas l'excuse d'être une marionnette.

Donc pas besoin de nostalgie pour sincèrement apprécier ce film. A voir.

Hors ligne

#5 04-02-2019 11:07:39

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

McRaktajino a écrit :

Contrairement à Labyrinth qui a malheureusement assez mal vieilli, même si ça reste agréable à regarder.

J'adore ce film aussi, il est génial <3
Bien sûr c'est largement dû à l'univers visuel de Brian Froud que j'adore.

McRaktajino a écrit :

le passage le plus marquant est la forêt. Ça grouille de vie, c'est incroyable.

Oui, c'est excellent ce côté foisonnant, j'adore ce genre de choses. Ça fonctionne super bien, je trouve que ça permet de se sentir immergé dans l'univers du film.


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#6 04-02-2019 23:54:29

McRaktajino
membre du club

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

DrAg0r a écrit :

Bien sûr c'est largement dû à l'univers visuel de Brian Froud que j'adore.

L'univers, c'est ça qui fait que ça reste agréable.
Dark Crystal j'arrive à rentrer dans le film, Labyrinth, non, particulièrement en HD. En VHS sur un tube cathodique, c'était pas la même. Je le regarderais plus comme une curiosité, même si des passages fonctionnent toujours bien, comme la fin avec les escaliers.


Quand je l'avais regardé de nouveau, j'avais préparé cette image pour suivre le parcours de Sarah.
https://i.imgur.com/lkndTCY.jpg

Hors ligne

#7 05-03-2019 15:57:56

McRaktajino
membre du club

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

D'avoir revu Dark Crystal m'a donné envie d'en faire de même avec un autre film de mon enfance produit par Gary Kurtz : Oz, un monde extraordinaire (Return to Oz).

b8BsAbr.jpg


George Lucas a apparemment participé, je ne sais pas ce qu'il a fait mais il est remercié à la fin.
Fairuza Balk qui interprète Dorothy est très bien. Toute choupi, difficile d'imaginer que plus tard elle deviendra la copine tarée de Edward Norton dans American History X.

Le film me fichait assez la trouille. Rien que le début dans la clinique du Docteur qui fait des expériences électrique donne le ton. Sans parler du Désert de la Mort, de la méchante sorcière qui peut changer de tête ou du terrifiant Roi des Nomes.
Mais c'est aussi pour ça que je l'aimais beaucoup car on vit pleinement les aventures de Dorothy.

Une chose très intéressante est le fait de faire le parallèle entre Oz et le monde réel, de manière plus poussée que le film de 1939.
Ici on retrouve les mêmes méchants dans Oz et dans la réalité (c'est d'ailleurs les mêmes acteurs). Le Docteur charlatan du début est le Roi des Nomes, l'infirmière revêche est la méchante sorcière et le brancardier est le chef des Rollers. D'ailleurs le chariot qu'il pousse dans la réalité et son accoutrement d'homme patins à roulettes à Oz font le même couinement.
Et surtout, ils partagent le même but. Le Docteur veut "soigner" Dorothy en lui enlevant les souvenirs de son premier voyage à Oz et le Roi des Nomes veut que plus personne ne se souvienne de Oz afin de le dominer.
Comble du luxe, la fin sera drôle, épique et émouvante.

En plus de son scénario intelligemment adressé aussi bien à des adultes qu'à des enfants, les effets spéciaux ont encore une sacrée gueule.
Entre marionnette, animatronique et animation image par image, ça reste encore très agréable à suivre, voir même impressionnant par moment.
Les compagnons de Dorothy n'ont rien d'humain, une poule qui parle, un robot qu'on doit remonter comme une horloge, un pantin avec une tête de citrouille et un trophée de caribou attaché à un canapé, pourtant le film nous fait facilement croire qu'ils sont bien vivant.
Il y a juste 2,3 incrustations un peu dégelasses par moment et le film manque de vues d'ensembles. C'est ces 2 aspects qui nous rappellent l'année de production et le budget pas si astronomique que ça pour une production Disney.

Oz, un monde extraordinaire est un excellent film familial.

Dernière modification par McRaktajino (05-03-2019 20:33:33)

Hors ligne

#8 06-03-2019 11:06:18

dvmy
Vrai con, mais pas faux-cul

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Revu à quelle occasion? Existe-t-il un blu ray de ce film?


R. I. P PSTF. Aujourd'hui c'est devenu le PFSTH, Portail Francophone du Star Trek Historique, qui décide pour vous ce qui est ou non du Star Trek.

Hors ligne

#9 07-03-2019 03:03:36

McRaktajino
membre du club

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Les américains ont un Blu-ray, en France on n'a qu'un DVD.

Hors ligne

#10 07-03-2019 09:00:59

dvmy
Vrai con, mais pas faux-cul

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Cette édition US m'a échappé. Merci pour l'info


R. I. P PSTF. Aujourd'hui c'est devenu le PFSTH, Portail Francophone du Star Trek Historique, qui décide pour vous ce qui est ou non du Star Trek.

Hors ligne

#11 12-03-2019 17:11:05

McRaktajino
membre du club

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Ici ils donnent pas mal de détails sur la conception du film, avec entre autres le rôle de Lucas.
http://www.devildead.com/indexfilm.php3 ? turn-to-oz-

Par contre je ne suis pas d'accord sur l'analyse du film quand ils disent qu'il oublie de narrer une histoire qui a du sens. Même si à l'origine dans les livres le pays d'Oz est un vrai monde, dans le film de 39 c'est déjà l'imagination de Dorothy qui le génére (on retrouve aussi les mêmes acteurs d'un monde à l'autre) et ici c'est la même chose.
Le monde imaginaire de Dorothy doit faire face au monde des adultes qui cherche à le détruire. Par profit, le docteur est un charlatan qui demande très cher pour des pratiques de médecines plus que douteuses, ou par simple méchanceté, l'infirmière est juste une sadique qui prend plaisir à persécuter.

Quand Dorothy retourna enfin à Oz, elle le trouvera presque totalement détruit, tel que les adultes l'ont laissé après l'effroyable expérience du début du film.
Car comme dans l'Histoire sans Fin, c'est Dorothy qui fait tenir ce monde. Elle devra affronter le Roi des Nomes qui a pour but d'effacer les souvenirs d'Oz de Dorothy, exactement comme le docteur du début. Le Roi arrivera à la manipuler pour qu'elle participe à un jeu cruel et la mettre devant un choix, elle ou ses amis. Elle, sera la Dorothy tel que les adultes la voudraient, une gamine qui ne rêve pas à des mondes imaginaires, ses amis sont le monde imaginaire.
Mais la véritable force de Dorothy est que son monde imaginaire n'est pas un simple échappatoire à la réalité de la vie (quand il sera "réparé", c'est elle qui demandera à retourner au Kansas alors que ses amis veulent qu'elle reste), c'est ça qui va lui donner le courage de braver le Roi et d'arriver à le battre à son propre jeu (avec quand même beaucoup de chance aussi).

La finalité est que les véritables responsables de cette situation sont les parents de Dorothy (son oncle et sa tante, mais ça ne change rien). Ils rejetteront l'imaginaire de Dorothy, pas par méchanceté mais juste par incompréhension. Plutôt que de faire l'effort d'essayer de comprendre son importance, faut dire qu'ils ont des problèmes de santé et d'argent, des préoccupations d'adultes, donc d'autre chats à fouetter que de s'occuper de l'imaginaire d'une gamine, ils utiliseront la solution de facilité, la médecine pour la "soigner". Médecine totalement inefficace qui aurait pu laisser de graves séquelles.
Heureusement ça se termine bien et même si on ne le montre pas vraiment on peut se douter qu'après cet échec les parents seront plus enclins à avoir de la considération pour l'imaginaire de leur fille. Ils ne sont pas obligés de jouer le jeu, juste accepter que ça existe et surtout comprendre que ce n'est pas forcement un problème.

Rien de bien révolutionnaire, mais ça ne manque pas de sens.

Dernière modification par McRaktajino (12-03-2019 17:17:34)

Hors ligne

#12 19-05-2019 19:36:18

Prelogic
Legaliste

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

De nouvelles images de la future série Netflix sont apparues sur la toile :

dk.jpg

dk2.jpg

dk3.jpg

dk4.jpg

Dernière modification par Prelogic (19-05-2019 19:36:56)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#13 19-05-2019 20:56:12

Synock
Cuitasses les patatas

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Oui !
Pour les moins de 20 ans c'est du jamais vu ça !


Le podcast c'est la vie !

https://p1p2r.podbean.com/

Hors ligne

#14 19-05-2019 21:22:48

matou
modérateur

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Synock a écrit :

Oui !
Pour les moins de 20 ans c'est du jamais vu ça !

Pour les plus de 200 ans aussi.

Hors ligne

#15 20-05-2019 09:37:29

Synock
Cuitasses les patatas

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

matou a écrit :

Pour les plus de 200 ans aussi.

Ah ! C'est une découverte pour toi alors !


Le podcast c'est la vie !

https://p1p2r.podbean.com/

Hors ligne

#16 21-05-2019 18:35:40

Prelogic
Legaliste

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Le show est annoncé par Entertainment Weekly pour le 30 août ! Les 10 premiers épisodes sont pris en charge par le français Louis Letterier qui s'est attaché à retrouver l'ambiance du film d'origine.

Le risque, on le voit bien, est de reproduire une ambiance et de se laisser posséder par la tentation primitive du "retour aux sources". Cela dit, Dark Crystal est un film atypique qui n'a jamais connu une exploitation sauvage comme d'autres franchises. Les choses vont peut être changer dans quelques mois, mais tant que le projet reste entre les mains de la famille Henson, on peut continuer d'espérer. L'idée d'une série télé remontant le temps par rapport au matériau de base peut avoir un sens, à partir du moment où un véritable travail d'écriture est envisagé.

C'est entendu : Dark Crystal - Age of Resistance ne doit pas être un show réservé aux 35-45 ans qui se lamentent sur le bon vieux temps. Il faut jeter des passerelles entre les générations, comme l'avait fait Lucas sur la prélogie.

the-dark-crystal-3.jpg?w=620&h=414

Dernière modification par Prelogic (21-05-2019 20:00:00)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#17 30-05-2019 18:52:05

Prelogic
Legaliste

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Une première bande-annonce vient de faire son apparition :

Flash required

Globlament, on assiste à une combinaison astucieuse entre l'animation traditionnelle et des effets plus modernes. Pour le reste, on nous ressort effectivement un certain nombre de concepts artistiques familiers. A voir encore une fois si le travail d'écriture justifie tout cela.


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#18 31-08-2019 14:18:39

Prelogic
Legaliste

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

La première saison de Dark Crystal : Age of Resistance est sur Netflix depuis hier. Il y a 10 épisodes de 45 minutes environ.

Je n’ai regardé que l’Episode 1 pour le moment, et j’avais peur que la série se repose trop facilement sur l’héritage de Jim Henson. Et si effectivement on navigue en terrain connu (la direction artistique est parfois timide et profite de l’assistance du premier apôtre Brian Froud), l’univers de Dark Crystal trouve là un moyen d’étoffer son background. A partir d’un seul et unique film qui n’appelait pas nécessairement de suite, et plus de 30 ans après le « choc », cette série nous offre une belle course de relai entre les années 80, dominées par l’animation image par image et l’animatronique et les années 2020, gouvernées par le numérique. C’est soigné, humble, très enfantin sans être simpliste et on a la sensation étrange d’explorer plus avant un univers pourtant familier.

La série nous propose d’aborder le quotidien de ces espèces que nous connaissons déjà, divisées en plusieurs communautés qui ne se mélangent pas – et qui pourtant, vont être amenées à se rencontrer par l’action maléfique des Skeksès. A ce moment de la chronologie, on apprend donc que ces créatures sont vécues par la population comme des « savants », venus pour étudier et protéger le cristal. En contrepartie de ces « services », les Skeksès ont mis en place un système d’imposition qui va rapidement se révéler injuste. Et cependant, le travail de sape a déjà commencé de l’autre côté : en effet, le cristal est trop sollicité par les Skeksès qui recherchent la vie éternelle, et son énergie décroit. Une solution palliative est trouvée un peu par hasard : prendre l’essence de vie des créatures qui habitent la terre de T’hra. A partir de ce moment, des disparitions mystérieuses commencent à semer le doute au sein de la population.

Si vous avez Netflix et si le cœur vous en dit, je vous propose de regarder pour que nous en discutions ensemble smile mais mon avis est pour le moment bienveillant.

Dernière modification par Prelogic (31-08-2019 14:19:57)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#19 31-08-2019 14:47:20

scorpius
Nowhere Man

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Vu (difficilement) 3 épisodes et j'irai pas au-delà...

Plus je vieillis et plus j'ai du mal avec le film original. Je l'apprécie pour son côté contemplatif, sa poésie et son lyrisme, mais je le trouve quand même un peu ennuyeux (je préfére laaaaargement Labyrinth).

La série est 10 fois pire. Chiante comme la pluie, des personnages (si on peut appeler ça comme ça) insipides et caricaturaux. Un univers qui me parle pas du tout, une mythologie qui s'éloigne des bases du film original (on sent qu'ils veulent raccrocher les wagons sur plusieures saisons, mais comme après 3 épisodes j'en ai déjà marre, voilà quoi) puis l'ensemble est quand même très très laid. Faut dire que niveau design j'ai toujours trouvé le film discutable, donc bon.

Bref, c'est pas pour moi.

En série de fantasy, l'excellente "Carnival Row" sur Amazon Prime enterre sans problème cet "Age of Resistance".


ec9e91c03971a79d846f2463b4d531275516eb68.gifv

Hors ligne

#20 02-09-2019 15:06:00

Guigui le gentil
membre

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Et ben moi j'adore... surtout que l'issue de la série ne pourra qu'être très sombre...

Hors ligne

#21 02-09-2019 15:29:55

Prelogic
Legaliste

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

J’en suis à la moitié. Et mon bilan confine pour l’instant à une forme de scepticisme. Surtout par rapport aux choix conceptuels et créatifs. Si je n’ai rien à priori contre l’histoire que je trouve correcte (une conspiration des Skeksès pour le pouvoir), je me demande ce que Jim Henson penserait de cette révérence quasi-fétichiste pour les marionnettes et l’animation traditionnelle. Jim Henson était un contemporain de Lucas, et tous les deux partageaient une passion commune pour l’animation au sens large. Je pense que Jim n’aurait pas eu peur de tirer profit de l’animation numérique pour faire évoluer son univers, plutôt que de rechercher à tout prix le compromis artistique. Je réalise que ce que j’aimais dans le film de Henson, c’était sa capacité à faire « disparaitre » ses créatures dans la forêt, de les faire se confondre avec leur environnement sur le plan chromatique – sans doute un tour de passe-passe pour dissimuler les trucages, mais c’était une composante intégrante du spectacle.

Ici, les environnements sont très colorés et il y a un travail sur la lumière, de telle sorte que certains moules paraissent artificiels mais pas dans le bon sens. A mon sens, il n’y a qu’une seule créature qui réussit à atteindre la perfection sensible du film de Henson : le personnage de Deet, fragile et malade et qui semble vouloir s’évanouir littéralement dans le décor, comme si elle cherchait à disparaître. Le reste frise le grotesque, alors qu’il aurait été tellement plus simple de procéder comme avec le Yoda de la prélogie, et de reproduire numériquement si nécessaire les expressions souhaitées. Du coup, les perspectives de développement auraient été plus intéressantes. Mais voilà, encore une fois, on se trouve trop souvent devant un univers figé, reproduisant la trame du film d’origine et cherchant à l’enrichir certes, mais sans que cela paraissent être l’objectif suprême.

Bon, sinon je trouve cette série de bonne facture et cela reste une proposition de production « originale ». Je serais probablement moins indulgent si nous avions affaire à une suite. Maintenant il est vrai que la fin ne peut qu'annoncer des temps obscures : j'attends de voir cette fameuse transition en marche. J’aime aussi beaucoup Labyrinth avec David Bowie, du moins pour son univers mental qui se rapproche assez de celui de Lewis Carroll en fin de compte. Un vrai sujet d’étude pour les psychiatres au chevet de l’adolescence !

Dernière modification par Prelogic (02-09-2019 15:32:56)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#22 06-09-2019 16:04:21

Guigui le gentil
membre

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

OK y a donc des fans qui râlent quand une préquel respecte à mort la direction artistique de l'original. Faut vraiment de tout pour faire un monde. wink
Il y a pas mal de numérique, la réalisation aussi est "évoluée" tu exagères. Techniquement le film est donc forcément en dessous. Et au contraire, ces couleurs cadrent avec ce qui est raconté et est justement une petite originalité/évolution qui devrait te plaire.

Faire une série DARK CRYSTAL en CGI, sérieux, je ne vois pas l'intérêt.

Hors ligne

#23 07-09-2019 13:59:45

scorpius
Nowhere Man

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Guigui le gentil a écrit :

Faire une série DARK CRYSTAL en CGI, sérieux, je ne vois pas l'intérêt.

J'arrive pas à comprendre un tel raisonnement ! J'ai beau le retourner dans tous les sens, le seul angle défendable serait celui de répondre à un critère nostalgique totalement arbitraire qui a surtout pour effet de limiter l'expression artistique. C'est s'imposer des limites pour satisfaire le fétichisme de quelques fans, je suis désolé mais ça pue. C'est avec ce genre d'argument qu'on se retrouve avec une marionnette merdique de Yoda dans TLJ ou de façon plus globale qu'on se retrouve avec l'orientation artistique de la postlogie.

Evidemment qu'en 2019, à partir du moment ou tu décides d'ajouter un nouveau chapitre à l'univers de The Dark Crystal que l'utilisation du CGI s'impose !
En 1982 le film original use de marionnettes et c'est très bien, c'est un choix cohérent avec les réalités de production de l'époque et c'est cohérent avec la démarche artistique de Jim Henson. Il choisit de raconter une histoire contemplative, calme et posée, dès lors, le statisme imposé par l'utilisation de marionnettes n'est pas un problème. De même, tu n'as que 2 Gelfings qui sont des personnages extremement archetypaux sur lesquelles, en tant que spectateur, tu peux projeter toutes sortes de choses. Donc les limitations induites par l'utilisation de marionnettes en terme d'expression dramatique, elle ne sont pas si génantes que ça. D'autant que le design très neutre des Gelfings aide justement à ce qu'on s'y projette.

A partir du moment ou la série décide de raconter une histoire qui a des vélléités épiques qui appellent donc à un dynamisme très différent du film original et qu'elle décide d'utiliser les Gelfings pour crééer un drame plus "complexe" que le film d'Henson en multipliant les points de vues (et là, le design des Gelfings devient extremement contre-productif) l'utilisation de marionnettes est un non-sens complet.

George Lucas disait une chose très juste, à savoir que tu ne développe pas une histoire pour atteindre un but technologique quelconque. Tu te fixes une ambition artistique, tu décides d'amener une histoire dans une certaine direction et ensuite tu développes la technologie pour atteindre ce but. Pareillement tu te peux pas te permettre de compromettre une ambition artistique pour répondre à un critère nostalgique fétichiste en utilisant une technologie dépassée/qui n'est pas adaptée.

Sinon, ben tu te retrouves avec des trucs aussi nazes que Age of Resistance ou la postlogie et ce qui devrait être une norme artistique saine (la prélogie) ne devient malheureusement qu'une exception.

Dernière modification par scorpius (07-09-2019 14:00:39)


ec9e91c03971a79d846f2463b4d531275516eb68.gifv

Hors ligne

#24 07-09-2019 15:54:35

Prelogic
Legaliste

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

J’aime tellement ton message Scorpius que je crois que je serais capable de l’encadrer. Tu m’enlèves d’ailleurs les mots de la bouche, car je m’apprêtais à pondre une analyse similaire. En allant même un peu plus loin grâce aux bonus de la série qui sont très instructifs sur la manière dont le show a été abordé dès le départ. Je suis bien obligé de le reconnaître : je me suis partiellement ennuyé sur cette série que j’attendais beaucoup depuis plusieurs mois, et sur laquelle je fondais beaucoup d’espoirs. Au final, la série nous montre le prolongement de la direction artistique du film, qui devient dès lors plus un prétexte pour nous rejouer les moments supposés « emblématiques » du film qu’une occasion de véritablement explorer cet univers dans toute sa complexité.

Au final, mis à part l’exploration des relations entre les peuples de Thra (le minimum syndical), on se retrouve avec les Skeksès à table, toujours en train de bouffer comme des porcs, le Chambellan qui se fait humilier, le Scientifique qui fait ses expériences dans sa cave et qui découvre l’essence de vie, des prototypes de Jen et Kira, Aughra et son observatoire, bref… je ne peux clairement pas soutenir cette direction, étant moi-même en désaccord total avec les expérimentations revivalistes douteuses de Walt-Disney sur la franchise Star Wars.

Encore une fois, je me demande quelle aurait été la direction prise par Jim Henson pour prolonger cet univers, s’il avait eu l’opportunité de découvrir l’ère du numérique qui s’est installée quelques années seulement après sa mort. Je suis persuadé que Henson serait remonté plus loin dans le temps, et nous aurait montré la terre de Thra du temps des Urskeks (les fameux « célestes » de la fin du film, fruit de l’union entre les deux principales races de cet univers). Il n’aurait certainement pas abordé son monde sous un angle idéologique, mais il se serait certainement emparé de l’occasion pour affiner son univers et lui donner une dynamique nouvelle, en mélangeant pourquoi pas les techniques (comme le faisait la prélogie de Star Wars qui, je le rappelle, donnait également de la voix aux maquettes et aux environnements construits).

Je vous conseille vivement de regarder le documentaire qui accompagne le show, et que l’on peut retrouver facilement sur la plateforme. Il est assez révélateur d’un certain état d’esprit et d’un écartèlement terrible entre passé et présent. Il faut vraiment parler de résistance face au changement, qui ne repose sur rien de concret mais que sur des a-priori ou des préjugés infondés – je renvoie à l’exemple du personnage Yoda, qui a fait l’objet d’un déclassement terrible dont le résultat calamiteux avec l’EpVIII n’a échappé à personne.

Dans les bonus, on commence d’abord par nous montrer une cinématique censée servir de clip promotionnel pour vendre auprès des exécutifs de Netflix. On nous montre un Gelfling en numérique courant dans les couloirs du château des Skéksès, poursuivi par l’un d’entre eux animé de façon traditionnelle. Le résultat n’est pas à la hauteur, car le gelfling en question a été digitalisé et reproduit fidèlement à partir des moules de l’époque. Ce qui donne invariablement un résultat stupide à l’écran, qui ressemble peut-être plus à un manga ou à un film d’animation en 3D. La fille de Jim Henson part donc de ce constat pour dresser une opposition de style entre numérique et animation traditionnelle. Ceci alors même qu’elle admet quelques secondes plus tard dans le teaser « qu’il est possible d’obtenir un mariage harmonieux entre les deux technologies, que c’est techniquement faisable. » Pourquoi ne pas avoir été jusqu’au bout, dans ce cas et ne avoir pris l’exemple de Yoda ? Surtout qu’au final, l’idée qui consiste à dire que le numérique est « trop voyant » et d’une hypocrisie sans nom, puisque personnellement je n’ai vu que de l’animation traditionnelle durant tout le show. Ce qui m’a quasiment fait sortir de mon expérience ! Même si j’admets qu’il y a eu du travail et que la qualité du show est là, il n’en demeure pas moins qu’il y a un problème fondamental dans l’appréciation des technologies et de leurs apports respectifs.

Autre exemple des limites induites par l’idéologie. Lisa Henson exprime ainsi une vérité : « Nous avions des réticences à faire des gelflings en marionnette, car mon père avait le sentiment que les gelflings n’étaient pas tout à fait réussis dans le film d’origine. Ça n’avait rien à voir avec leur conception, Wendy [Froud, la femme de Brian Froud premier apôtre de Jim Henson et directeur artistique sur la série] et moi avions beaucoup travaillé dessus. Mais leur gestuelle n’était pas à la hauteur de ses attentes. ». Finalement, Jim Henson préfèrera embaucher des acteurs pour son film Labyrinth, trop dubitatif face à son expérience avec les marionnettes ».

Wendy Froud enchaine : « il n’y avait aucun doute sur le fait que certaines choses allaient être beaucoup plus simples à réaliser, et donner un meilleur résultat, que ça ne poserait plus de problèmes. Mais certaines difficultés sont restées. Le fait d’utiliser une main dans une si petite tête, ça limite les possibilités. Il faut avoir assez de place pour les mécanismes au fond du crâne, mais aussi pour que la main actionne la bouche ».

Donc finalement, l’idéologie est un véritable fléau : elle conduit à toute sorte de contradiction, et finit par donner un spectacle assez triste : celui de la répétition, du manque d’inspiration et d’une forme d’incestuosité déplorable avec des formes d’animation sanctuarisées. On prétend enrichir l’univers, mais on ne fait que le cloisonner toujours un peu plus. En 1982, Jim Henson créé véritablement son art, qui ouvre la voie à de nouvelles techniques d’animation. En 2019, à l’ère de la motion capture, il fallait être en mesure de reproduire cet état d’esprit. Bientôt, on va finir par nous sortir une sequel de Godzilla animé dans une reproduction de Tokyo à l’échelle, comme au bon vieux temps des films  de la Toho. A ce niveau, ce n’est même plus une hypothèse, mais une quasi-certitude.

En ce qui me concerne, je vais sans doute me remater le show, je ne pars pas totalement perdant même si je suis assez désappointé par mon expérience. J’ai du mal à comprendre comment on peut gâcher une telle opportunité de faire du lore. Par contre Scorpius, je serais intéressé de savoir où tu as entendu ces déclarations de la part de Lucas ? Dans les bonus des films peut-être ? Je serais intéressé d'en savoir plus à ce sujet.

Dernière modification par Prelogic (07-09-2019 16:07:20)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#25 07-09-2019 17:01:32

scorpius
Nowhere Man

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Prelogic a écrit :

J’aime tellement ton message Scorpius que je crois que je serais capable de l’encadrer.

Oh, merci beaucoup smile

(comme le faisait la prélogie de Star Wars qui, je le rappelle, donnait également de la voix aux maquettes et aux environnements construits).

Tout à fait. The Phantom Menace est d'ailleurs le Star Wars a avoir utilisé le plus d'effets pratiques de toute la saga, il me semble. Ca n'a pas empêché Lucas d'expérimenter et de tenter de nouvelles choses qui ont eu un impact immense (sans Jar-Jar et la préviz, la trilogie du seigneur des anneaux aurait probablement eu une toute autre tronche. Quand on pense qu'en 2001 le rendu de Gollum n'était pas encore satisfaisant, il est facile d'imaginer que ça aurait donné sans les avancées préalables d'ILM).

Autre exemple des limites induites par l’idéologie. Lisa Henson exprime ainsi une vérité : « Nous avions des réticences à faire des gelflings en marionnette, car mon père avait le sentiment que les gelflings n’étaient pas tout à fait réussis dans le film d’origine. Ça n’avait rien à voir avec leur conception, Wendy [Froud, la femme de Brian Froud premier apôtre de Jim Henson et directeur artistique sur la série] et moi avions beaucoup travaillé dessus. Mais leur gestuelle n’était pas à la hauteur de ses attentes. ». Finalement, Jim Henson préfèrera embaucher des acteurs pour son film Labyrinth, trop dubitatif face à son expérience avec les marionnettes ».

Merci pour ça ! C'est absolument magnifique, ils avaient l'occasion d'exorciser les frustrations de Henson, de concrétiser une version idéaliser de son univers et à la place ils ont préféré une approche avec zéro prises de risques sad

Par contre Scorpius, je serais intéressé de savoir où tu as entendu ces déclarations de la part de Lucas ? Dans les bonus des films peut-être ? Je serais intéressé d'en savoir plus à ce sujet.

De mémoire ça devait être dans les bonus de l'épisode 1 ou 2 (les dvd). George aura à de nombreuses reprises évoqué la nature symbiotique qui se tisse entre l'art et la technologie, quoi qu'il en soit. L'art permet de faire progresser la technologie et vice versa. C'est d'ailleurs un thème très présent dans la prélo/TCW cette idée de symbiose : les Naboos/Gungans, les midi-chloriens/les différentes formes de vies dans la galaxie, la Force Vitale/la Force Cosmique.

Dernière modification par scorpius (07-09-2019 17:02:37)


ec9e91c03971a79d846f2463b4d531275516eb68.gifv

Hors ligne

Pied de page des forums