ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#126 21-01-2019 10:49:52

yrad
admin

Re : Discovery - saison 2

dvmy a écrit :

Mis à part la trilogie TNG-DS9-VOY et les films 2 à 6 j'ai toujours considéré chaque nouvelle oeuvre ST comme un reboot plus ou moins important de l'univers. Pour moi il y a bien plus de differences entre l'univers de TOS,  celui des films Bennett et TNG qu'entre ENT et DIS. L'argument des Klingons ne tient pas. Ceux des films et séries n'ont aucun rapport physique ou culturel avec ceux de TOS, et ça ne dérangeait  personne ici...

T’es vraiment bien le seul, Dvmy, à considérer les choses ainsi. Visiblement, tu sembles vouloir éventrer 40 années de parfaite unité trekkienne… rien que pour légitimer les partis pris du Star Trek kurtzmanien. mdr
Mine de rien, ça rappelle beaucoup la rhétorique de Buckaroo pour justifier le reboot de 2009 au détriment du ST historique. Contre tout attente, l'ami Dvmy a donc pris en 2017 la relève de l'ami Buck avec exactement le même type "d’arguments". big_smile

Il n’y a eu strictement aucun reboot dans ST entre 1964 et 2005 ! Juste des différences d’époques (donc de structures, de contextes, de sociologies, de mentalité, de technos…) au sein des 300 ans de timeframe (2063-2379) trekkien, crédibilisant ainsi en profondeur le Trekverse.
- Entre TOS et TMP : plusieurs années écoulées, personnages fatalement plus vieux, modernisation de Starfleet, et changement d’apparence des Klingons (à l’époque un mystère certes, mais remarquablement bien expliqué par la suite). => Aucun reboot, juste une suite fidèle, mais comportant quelques mystères passionnant à explorer.
- Entre TMP et les films Bennett : une mission quinquennale de l’USS Enterprise, le temps encore, le vieillissement encore, un Khan traumatisé et perverti pas son abandon dans un enfer imprévu, et une apparente militarisation (ou plus exactement navalisation) de Starfleet. Néanmoins, aucune atteinte à l’utopie trekkienne pour autant. => Aucun reboot, juste une suite mais assumant quelques évolutions/involutions sociétales et individuelles.
- Entre les films Bennett et TNG : 71 ans d’écoulés, donc beaucoup de différences, mais l’utopie a été renforcée, le réalisme aussi. => Aucun reboot, juste une suite ultra-cohérente. Avec un écart temporel de presque siècle, plus il y a de différences, plus cela crédibilise la continuité au sein d’un même univers. Ce serait au contraire l’absence de différences dans un univers figé qui aurait fait de TNG un reboot. Mais rien de tel.
- Enfin, entre ENT et ce qui suite : plus d’un siècle avant la série originale, beaucoup de différences (psychologiques, culturelles, sociales…), design plus industriels (NASA-like), technos moins puissante que dans TOS (avec démonstration comparative dans ENT 04x18+04x19 In A Mirror, Darkly. => Aucun reboot, mais le meilleur prequel possible de TOS (et non de Kelvin ou de DIS)… même si ENT devient désormais involontairement et rétrospectivement le socle commun de toutes les nouvelles timelines kurtzmaniennes (et ça ne fait commencer).

dvmy a écrit :

L'argument des Klingons ne tient pas. Ceux des films et séries n'ont aucun rapport physique ou culturel avec ceux de TOS, et ça ne dérangeait  personne ici...

Pour ressortir cet argument comme en circuit fermé, Dvmy, faut-il que tu ne tiennes aucun compte des réponses que je t’ai déjà faites sur ces questions ! rolleyes

Dans TMP, les Klingons ont seulement connu un changement d’apparence physique (expliqué en in-universe par la suite).
Mais leur changement culturel avait été amorcé dès la série TOS. Entre les saisons 1 et 3 de TOS, les Klingons ont eu un comportement assez variable d’un épisode à l’autre (i.e. encore peu définis en externaliste et encore peu connus en internaliste). Mais c’est bien dans TOS 03x11 Day Of The Dove que les Klingons seront vraiment définis culturellement (non plus des fachos, mais des guerriers avec de vraies valeurs guerrières). Et ce seront culturellement ces Klingons de Day Of The Dove qui constitueront le socle et la matrice de toutes leurs apparitions dans les films et les séries suivantes. Focus et crédibilisation internaliste obligent, seront alors révélés leur langue, puis leurs autres idiosyncrasies (sociologiques, politiques, religieuses, historiques...). Soit une évolution interne (normal dans toute société avec le temps) et aussi une évolution de notre connaissance d’eux (work in progress dans un même univers cohérent)... mais sans être affligées pour autant de contradictions qui ne soient pas explicables (ou solubles) en interne.
La preuve, tout du "cas Klingon" a finalement été expliqué ! Progressivement dans les séries suivantes (notamment DS9), puis exhaustivement dans ENT.
Dès lors, si aux yeux de certains, TMP et/ou TNG avaient été perçus à l’origine comme des semi-reboots sur le terrain klingon, ils ont cessé rétroactivement de l’être depuis 2005.

Rien de comparable donc avec DIS qui a pris gratuitement le parti d’ignorer purement et simplement 40 ans de développement détaillé et de consolidation profonde de l’espèce et de la civilisation klingonne (présentant une évolution claire et logique sur plus de deux siècles).
Les Klingons de DIS n’ont physiquement et culturellement rien de commun NI avec ceux de TOS, NI avec ceux de TMP/TNG/DS9/VOY/ENT, NI avec toutes les phases de leur évolution afférente au Klingon Augment Virus.

Les seuls reboots de la franchise ST depuis son origine en 1964 sont au nombre de deux à ce jour : d’une part en 2009, et d’autre part en 2017. Mais ils vont bientôt se multiplier comme des cafards. ko


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#127 21-01-2019 13:38:06

yrad
admin

Re : Discovery - saison 2

[En réponse à ce post]

dvmy a écrit :

Je répondrais en détail quand j'aurais le temps. Ceci dit personne n'a le droit de dire que je crache sur DS9 pour justifier mon intérêt pour DIS. Je n'ai jamais apprécié DS9 que je considère comme une trahison remplie de tout ce que je n'aime pas dans la plupart des séries et dont ST était épargné avant DS9.... les plus vieux membres le savent très bien.

Le début de ce post était avant tout une taquinerie humoristique, Dvmy. wink

Je sais bien que tu as toujours critiqué DS9.
Malgré tout, je percevais naguère – à tort ou à raison – davantage de "nuances", qui semblent avoir curieusement fondu depuis l'arrivée de DIS.
Ce que je veux dire, c'est que même si tu critiquais DS9, tu le faisais toujours à une échelle intra-trekkienne, ce qui te conduisait donc en toute circonstance à largement la préférer à la concurrence comme Babylon 5, Battlestar Galactica 2003, et même Stargate*.
Cela aurait donc dû être a fortiori le cas par rapport au faux Star Trek kurtzmanien envers lequel tu avais été aussi intraitable que moi depuis 2009. Quand bien même tu estimerais vraiment que DIS est un peu moins "vide" que Kelvin, te voir préférer une série aussi manipulatoire et incohérente (et pas qu'incohérente envers le Trekverse mais aussi envers elle-même) que DIS à une série aussi élaborée et dense que DS9 (quand bien même très critiquable sur divers plans), j'avoue que ça me dépasse.
Mais ce qui me dépasse, ce n'est pas qu'on puisse aimer DIS (tous les goûts sont légitimes et estimables bien entendu thanks), mais c’est juste que ça puisse venir de TOI, précisément sur la base de tous nos échanges depuis des années !
Alors je vais probablement finir par m’y habituer, mais disons que j’en suis toujours au stade de l’incrédulité à l’idée que Dvmy, oui Dvmy (!!!), ait pu finir par s'aligner sur le ST kurtzmanien, et qui plus est au point de le préférer à certaines des composantes du ST historique ! eek
Et je ne suis pas le seul sur le forum à être pour le moins... perplexe, même si les autres ne te l’écriront pas forcément... tongue
La perplexité serait probablement la même si un jour, après avoir revu les trois Kelvin, je venais déclarer que finalement, avec du recul, ce sont de formidables Star Trek injustement bashés. mdr

[*Analogiquement, j'ai beau ne pas aimer ST III The Search For Spock et ST Insurrection, ils demeurent bien trop trekkiens malgré leur avalanche de défauts pour que je puisse songer un seul instant à leur préférer des impostures faussement trekkiennes comme les Kelvin. C'est juste une cohérence de hiérarchie dans les critères de dis/qualification.]

Quoi qu'il en soit, Dvmy, ta façon actuelle de t'en prendre sytématiquement à DS9 dans tous tes post relatifs à DIS évoque curieusement la manière dont Buckaroo faisait de VOY son punching ball pour promouvoir Kelvin. gne


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#128 21-01-2019 13:45:35

dvmy
dvmy shot first

Re : Discovery - saison 2

Il ne s'agit nullement de se ranger d'un côté ou d'un autre. Star Trek n'est pas binaire. Oui je vois bien plus de Star Trek en DIS qu'en 3 films Kelvin, mais toi et d'autres êtes tellement obnubilés par la cohérence visuelle et narrative d'une saga qui avait déjà de multiples incohérences de ce type que vous ne voyez plus que ca.

Hors ligne

#129 21-01-2019 14:12:17

yrad
admin

Re : Discovery - saison 2

Si tu as lu mes articles et mes posts, Dvmy, tu sais bien que les reproches que j'adresse à DIS ne se limitent pas à la cohérence visuelle et narrative envers la saga historique... planete

Bien sûr, j'admets tout à fait que cette cohérence internaliste compte beaucoup... puisqu'elle participe de l'unicité de ST, de l'unité trekkienne, de la suspension d'incrédulité, et aussi de ce qui m'a rendu trekker à l'origine. oops

Pour autant, je ne suis ni dogmatique ni fétichiste. Et donc, si la dernière série en date portant le label "Star Trek" avait eu ne fut-ce que le quart du fond (quand bien même un fond anti-trekkien), le quart de la cohérence (simplement envers elle-même à défaut de l'être envers le ST historique), ou le quart de l'intelligence (en terme d'écriture et de narration) d'une série comme BSG 2003 (dont je ne suis pourtant pas le plus grand fan) voire même d'une série comme GoT (dont je ne suis carrément pas fan du tout), eh bien j'aurais été parfaitement capable d'apprécier Discovery en tant que simple série de SF !
Parce que des séries de SF, j'en vois beaucoup. Je les visionne même toutes. Et nombre de celles que j'aime (dystopiques, apocalyptiques, trash, gore...) vont pourtant à l'encontre des idéaux trekkiens ! tongue

Du coup, le plus gros problème de DIS, ce n'est pas tant d'être un mauvais Star Trek ou d'être un faux Star Trek.
Non, le plus gros problème de DIS, c'est d'être tout bonnement une mauvaise série de SF et même une mauvaise série TV tout court ! Absolument pas aux normes qualitatives de ce qu'il est désormais possible de visionner aujourd'hui sur Netflix, sur Amazon Prime, sur Hulu, sur OCS, sur Canal+, sur HBO...
Et pourtant, la SF télévisuelle actuelle est elle-même assez sinistrée par rapport à l'excellence atteinte dans les années 1990 et 2000.
Bien entendu, je parle là du fond (même non trekkien), du contenu, du sens, des scenarii... et NON des SFX/VFX, du budget, de la mise en scène, du fun.

Edit : dans le présent post, le vocable "norme" est bien entendu employé dans l’acception "niveau de qualité" / "niveau d’exigence" / "niveau de rigueur", et NON dans l’acception "standard normatif" ou "norme de pensée". Voir ce post.

Dernière modification par yrad (21-01-2019 20:57:01)


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#130 21-01-2019 18:12:46

dvmy
dvmy shot first

Re : Discovery - saison 2

J'ignorais qu' il fallait maintenant qu'une série Star Trek s'inscrive dans la "norme" des séries actuelles. ENT n'était pas dans la norme de son époque et TOS était hors norme. Quelle est la norme actuelle dans laquelle DIS ne trouve pas sa place? La norme des personnages qui comptent plus que l'histoire qu'ils vivent? La norme des dialogues interminables et du Character Driven roi? La norme des scenarios prétextes à de la psychologie de comptoir? Je suis bien content que DIS ne fasse partie d'aucune de ses normes actuelles qui polluent les séries télé.

Hors ligne

#131 21-01-2019 19:00:05

mbuna
I don't know you

Re : Discovery - saison 2

Personnellement je trouve qu'elle ne s'écarte en rien des normes actuelles, on est en face d'un produit calibré, mais même dans ce registre elle est bien en dessous des meilleures.
Les séries "hors normes" aujourd'hui il y'en a très peu (comme de tout temps, sinon ce serait la norme...) et DIS est loin d'en faire partie.

Si je me mets dans la peau d'un non fan, DIS est une série quelconque. Si je veux un truc bien con, y'a mieux mdr (Lost in Space, ou encore The Good Place je te la conseille), si je veux une série pop-corn y'a mieux aussi (alors là les exemples y'a qu'à piocher), ou si je veux qu'on on en appelle à mon intelligence y'a encore beaucoup mieux (Black mirror entre quelques autres).
D'ailleurs c'est dans cet esprit que personnellement j'ai noté cet épisode 4/10. Rien à en attendre, à part tuer une petite heure dans son canap' tranquille en matant l'héroïne sauver la galaxie (ce qui est finalement déjà pas mal). J'aurais du lui mettre 5 en fait, son point en moins est du au fait qu'il y'ait marqué ST sur l'enveloppe. Au fond de moi, même si je vois maintenant les choses de loin concernant cette série, doit y'avoir un petit pincement qui reste.

Concernant The Orville, si la forme est du TNG tout craché, dans quelques épisodes elle propose un vrai fond bien à elle et actuel, des histoires super chiadées qui tiennent la route, comme par exemple 1.11 New Dimensions, 01x03 About A Girl, ou encore 1x12 Mad Idolatry. Ces épisodes sont avant tout de la super bonne SF, qu'on la considère fétichiste ou pas, chacun jugera.
Personnellement The Orville me titille surtout sur son propos SF que je n'attendais pas. Et elle -en revanche- peut être considérée hors norme. Rien que de voir des personnages heureux dans un vaisseau avec un propos optimiste sur l'avenir on est déjà presqu'au bord du sacrilège.
D'ailleurs tu vois, j'ai noté 3/10 le 1er épisode de la saison 2 de The Orville 02x01 Ja'loja. Donc moins bien que son homologue de DIS. Par ce que maintenant j'en attends +, tout simplement. Comme quoi ST c'est pas comme le port Salut, c'est pas marqué dessus mdr

Hors ligne

#132 21-01-2019 20:32:31

matou
modérateur

Re : Discovery - saison 2

dvmy a écrit :

J'ignorais qu' il fallait maintenant qu'une série Star Trek s'inscrive dans la "norme" des séries actuelles. ENT n'était pas dans la norme de son époque et TOS était hors norme. Quelle est la norme actuelle dans laquelle DIS ne trouve pas sa place? La norme des personnages qui comptent plus que l'histoire qu'ils vivent? La norme des dialogues interminables et du Character Driven roi? La norme des scenarios prétextes à de la psychologie de comptoir? Je suis bien content que DIS ne fasse partie d'aucune de ses normes actuelles qui polluent les séries télé.

Sur ces critiques de trop de séries, je suis absolument d’accord. Sauf que pour moi Dis rentre dans ces défauts. D’une autre manière, mais y rentrent tant tout l’univers ne sert de faire valoir qu’aux personnages.
Le dernier en date c’est le trauma enfantin de Michael vis à vis de Spock.
Une énorme menace, un drôle de champ d’astéroïde, la fin de la guerre, cela devrait suffire à impacter les personnages.
Non ça compte moins qu’un pathos entre Michael et Spock.
Ce qui pourrait être un enjeu de voir ces mystères, cette exploration être un sujet de partage et d’echange entre eux, n’est qu’un prétexte pour les réunir et réveiller des blessures familiales.
Au lieu que leur personnalité soit au service de la découverte de nouvelles connaissances, le réel n’est là que pour que Spock et Michael soient confrontés à la foi... Donc pour que tout ce qui arrive ne serve que les personnages.

Hors ligne

#133 21-01-2019 20:48:28

yrad
admin

Re : Discovery - saison 2

dvmy a écrit :

J'ignorais qu' il fallait maintenant qu'une série Star Trek s'inscrive dans la "norme" des séries actuelles. ENT n'était pas dans la norme de son époque et TOS était hors norme. Quelle est la norme actuelle dans laquelle DIS ne trouve pas sa place? La norme des personnages qui comptent plus que l'histoire qu'ils vivent? La norme des dialogues interminables et du Character Driven roi? La norme des scenarios prétextes à de la psychologie de comptoir? Je suis bien content que DIS ne fasse partie d'aucune de ses normes actuelles qui polluent les séries télé.

Tu joues vraiment sur les mots, Dvmy. nono
Dans ce post-là, j’employais la vocable "norme" dans l’acception "niveau de qualité" ou "niveau d’exigence" ou encore "niveau de rigueur", et en aucun cas dans l’acception "standard normatif" ou "norme de pensée".
Cela coulait de source étant donné le contexte et la finalité de mon post. Mais visiblement, j’aurais dû être bien plus explicite pour ne laisser aucun angle mort, c'est-à-dire pour éviter que le sens de mes propos ne soit complètement inverti et que mes propres arguments ne soient ainsi utilisés contre moi ! ko
Malgré tout, je reconnais que c’est bien joué, Dvmy, rhétoriquement parlant, et aussi selon la mécanique des arts martiaux. thanks
Sauf que, mine de rien, ça fait une fois de plus beaucoup penser aux "prises" de Buckaroo durant nos joutes forumiques passées. Bend It Like Beckham ou plus exactement Like Buckaroo. mdr
Les rôles sont désormais redistribués, mais ce forum est un éternel recommencement... planete

Alors pour reprendre et clarifier : Discovery - considérée en tant que simple série de SF voire série TV en général - est loin d’atteindre le niveau de qualité disponible au sein de l’offre pléthorique des networks et de la SVOD. Et pourtant, ce niveau de qualité (en terme de fond et non de forme) a en moyenne beaucoup baissé depuis les décennies 1990 et 2000.
Et pourquoi DIS est-elle aussi mauvaise en tant que série SF/TV ? Eh bien précisément parce que c’est un produit totalement aux normes de la doxa (avec cette fois "norme" entendu dans le sens de "normativité" ou de "standardisation"), c’est-à-dire calibré pour la grande consommation et pour une accessibilité maximale. Du coup, lorsque tu écris « La norme des personnages qui comptent plus que l'histoire qu'ils vivent? La norme des dialogues interminables et du Character Driven roi? La norme des scenarios prétextes à de la psychologie de comptoir? », eh bien tu formules la meilleure description possible de Discovery ! Une série qui est justement totalement alignée sur toutes ces « normes actuelles qui polluent les séries télé »... mais sans pour autant approcher le niveau de qualité et le niveau de rigueur qu'il est possible de trouver aujourd'hui chez ses (nombreux) concurrents. En d'autres termes : Discovery est une série quelconque, insignifiante, sans personnalité (le fait de sa grande normativité de pensée)... outre d'être très bancale et/ou manipulatoire dans sa construction narrative (le fait de son absence de norme de rigueur).
Je te retourne d’autant plus facilement tes arguments que tu viens de résumer en quelques mots exactement ce que je reproche à Discovery dans mes longues critiques depuis un an et demi. tongue

À l’inverse de DIS, le propre d’un Star Trek, d’un vrai, c’était d’être à la fois au meilleur niveau de qualité possible (sur le fond et accessoirement sur la forme) pour son époque de production, tout en étant totalement hors-norme (tant par rapport aux modes qu’à la doxa).
Ainsi TOS, TNG et DS9 étaient en avance sur leur temps, tandis qu’ENT avait pris le contrepied de son temps... mais sans jamais sacrifier la qualité de fond et de propos.
En somme, DIS représente le pire des deux mondes (norme de pensée mais sans norme de qualité), alors que le vrai Star Trek (1964-2005) avait représenté le meilleur des deux mondes (norme de qualité mais sans norme de pensée).


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#134 21-01-2019 23:55:22

KIRK
Il est mort Jim !

Re : Discovery - saison 2

mbuna a écrit :

Personnellement The Orville me titille surtout sur son propos SF que je n'attendais pas. Et elle -en revanche- peut être considérée hors norme. Rien que de voir des personnages heureux dans un vaisseau avec un propos optimiste sur l'avenir on est déjà presqu'au bord du sacrilège.

Non tu ne peux pas dire que The Orville est une série hors norme, elle répond aux standards actuels notamment dans l utilisation trop systématique du character driven et sur ce point je suis d accord avec Dvmy. Sur ce point précis elle est décevante... et entièrement dans l air du temps WINKBLUE

Hors ligne

#135 22-01-2019 00:05:51

KIRK
Il est mort Jim !

Re : Discovery - saison 2

yrad a écrit :

Et pourquoi DIS est-elle aussi mauvaise en tant que série SF/TV ? Eh bien précisément parce que c’est un produit totalement aux normes de la doxa (avec cette fois "norme" entendu dans le sens de "normativité" ou de "standardisation"), c’est-à-dire calibré pour la grande consommation et pour une accessibilité maximale

Une série, bonne ou mauvaise, répond aux standards de son époque ; cela vaut aussi bien pour DIS que pour toutes les autres séries trek ; si nous étions en 1987, DIS aurait pu être tout aussi mauvaise mais avec d autres critères que ceux de 2019 et les termes de "normativité , standardisation , consommation de masse " auraient très bien pu aussi s appliquer... ce qui change surtout c est une explosion des séries Tv disponibles ces dernières années ainsi que des canaux de diffusions.

Hors ligne

#136 22-01-2019 00:20:31

yrad
admin

Re : Discovery - saison 2

Kirk, les "standards" auxquels tu fais référence là sont essentiellement ceux de la forme (SFX, format 4K et 2.35:1, mise en scène, rythme, et autres vecteurs sémiotiques...). Cette forme qui permet à toute série TV (coûteusement) produite d'être vendable, et partant, compatible avec les attentes concurrentielles du public au moment de sa première diffusion.

Mais lesdits "standards" ne sont pas forcément supposées porter sur le fond... du moins pour des séries qui ambitionnent d'être transgressives et/ou innovantes, comme le furent en leurs temps respectifs TOS, TNG, et DS9. Ces séries-là ont pris vraiment le contrepied de bien des "normes" intellectuelles et morales de leurs époques, elles ont réussi à précéder - voire influencer - certaines évolutions sociales majeures, et elles ont même fait naître des modes voire des codes dans leur sillage. Idem pour ENT mais à rebours (consistant dans son cas à rester indéfectiblement optimiste et idéaliste... lorsque toute la SF prospective et les séries TV s'enfonçaient dans la névrose et le pessimisme).

Rien de tel par contre avec Star Trek depuis 2009, qui se contente d'être à la remorque des modes et d'être l'éponge la plus conformiste de la doxa. Qu'il s'agisse de Kelvin ou de DIS, ce sont des produits 100% formatés et calibrés aussi bien sur la forme (inévitable mais on s'en fiche un peu) que sur le fond (très dommage en revanche, du moins lorsque l'on porte le label "Star Trek").
Le label "Star Trek", c'était un vrai gage de non-conformité sémantique et intellectuelle (la finalité), quand bien même la forme répondait aux standards des époques de production (le moyen).


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#137 23-01-2019 10:19:33

matou
modérateur

Re : Discovery - saison 2

Au fait, After Trek a été annulé.

Hors ligne

#138 23-01-2019 12:22:59

Synock
Cuitasses les patatas

Re : Discovery - saison 2

matou a écrit :

Au fait, After Trek a été annulé.

Au profit d'un facebook live toute les semaines.
Il était compliqué de faire voyager tous les intervenants sur un lieu commun.
Avec les live facebook il suffit d'avoir une caméra et où que l'on se trouve on tourne !





La saison 2 démarre fort et CBS All Access fonctionne bien !

https://trekmovie.com/2019/01/22/cbs-al ? -premiere/


Star Trek... pour les nuls ! (et par des nuls)

http://www.communaute-francophone-star- ? nuls-audio

Hors ligne

#139 23-01-2019 13:15:59

matou
modérateur

Re : Discovery - saison 2

Synock a écrit :
matou a écrit :

Au fait, After Trek a été annulé.

Au profit d'un facebook live toute les semaines.
Il était compliqué de faire voyager tous les intervenants sur un lieu commun.
Avec les live facebook il suffit d'avoir une caméra et où que l'on se trouve on tourne !





La saison 2 démarre fort et CBS All Access fonctionne bien !

https://trekmovie.com/2019/01/22/cbs-al ? -premiere/

C’était déjà le cas avant, des intervenants étaient filmés ailleurs. S’ils avaient voulu, ils pouvaient la garder.
Je ne vais pas regretter cette émission d’auto congratulations. Elle n’avait pour but que d’être de la pub.
Cela reste un signe que cette annulation.

Pour le reste, le message de CBS était prévisible. De la com, rien de plus.

Hors ligne

#140 23-01-2019 13:59:15

IMZADI
Memory Alpha

Re : Discovery - saison 2

Pour les abonnés Netflix: les Star Trek Short Treks sont bien diffusés en VF

Allez sur la fiche de Star Trek Discovery
cliquez sur "bandes annonces et +"
faites défiler jusqu'à trouver au milieu des vraies bandes annonces les Short Treks


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#141 23-01-2019 14:00:29

yrad
admin

Re : Discovery - saison 2

Exact.
Nous avions annoncé cette disponibilité de Short Treks sur Netflix dans notre dernière critique croisée.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#142 09-02-2019 15:06:42

matou
modérateur

Re : Discovery - saison 2

Sur les hologrammes, et au delà du retcon que fait la série dans sa saison 2 (dont chacun jugera de la qualité), j’aimerai revenir à ces hologrammes et autres dispositifs de visualisation.
Quand on pense un univers imaginaire , on doit le penser comme étant structuré. On doit penser à l’intérieur de cet univers. C’est ce que font tous les créateurs sérieux d’univers de jdr. Un coucou au jdr Anoë de fantasy qui fut l’un des mieux structuré (structures sociales, politiques, religieuses).

Donc cette histoire d’hologrammes.
La première discussion étant « ça apporte quoi? ». Dans la saga, les communications visuelles étaient faites à deux endroits principalement , sur la passerelle et à un bureau.
Sur la passerelle, voir son interlocuteur mais voir aussi le reste (équipage etc) permettait d’avoir des infos en plus. Si on prend la colère de Khan. Quand ce dernier appelle l’Enterprise et qu’on le voit avec tout son équipage, l’information est importante. Khan n’a pas emprunté seul un vaisseau. Il n’a pas utilisé des pirates, il n’a pas un contrôle mental sur l’équipage.
Dans Parallels voir tout le pont des autres Enterprise à l’équipage permet de mieux cerner les variations.
Et cela est logique. Ce n’est pas un individu qui communique avec un individu mais un équipage avec un autre.

Les communications entre individus sont justement faites au bureau. Pour discuter de choses sérieuses et qui peuvent prendre du temps, généralement on s’assoie.
Pour discuter en tête à tête, un hologramme n’a aucun intérêt par rapport à un écran.
La seule utilité c’est pour une réunion à plusieurs. SW ou Kingsman en ont montré l’intérêt.

Et cette réflexion  se retrouve dans nos usages. Cela fait un moment que l’on peut communiquer par vidéo. Sauf que dans les faits, on communique plus par message! L’usage est premier. Avant la technologie.
Et ST l’avait compris car souvent les communications se font par l’audio.

L’utilisation d’un hologramme n’est pas sans intérêt. TNG l’avait montré avec des enquêtes ou simulation.
Et dans notre monde actuel, les hologrammes ne servent qu’à dupliquer une représentation. Soit un modèle asymétrique entre un public passif et récepteur et un acteur. Et non à gérer des interactions.

Donc une possibilité holographique doit être pensée avant tout dans l’usage fait dans l’univers imaginaire.
Et avec l’usage arrive le coût en énergie et matériel.
Utiliser cette technologie et pas une autre se réfléchit. Si une infirmerie avec cette technologie de comprend (personnel holographique de secours, opération chirurgicale facilitée), sur la passerelle le gain par rapport à un écran est très limité. Alors que l’utilisation d’énergie est certainement très différente.

Enfin au niveau plastique. Car l’univers qui nous intéresse est avant tout un univers donné à voir.
L’hologramme permet des économies de décor.
Mais il amène l’action à se dérouler majoritairement sur le vaisseau que l’on suit. Cela ferme plus de possibilité que cela en crée.
Reprenons la colère de Khan. Tout le premier échange entre les passerelles et surtout la vue suggestive de Khan cherchant l’annulateur, serait bien plus difficile à mettre en scène, voir impossible si Khan était présent en hologramme sur la passerelle.

En conclusion, on voit qu’utiliser une technologie dans un univers de fiction demande de la réflexion, surtout si c’est un univers de série ou de films.
Et souvent, la volonté de faire dans le gadget pour faire branché, pour se donner un genre, aboutit à mettre en scène  des technologies sans réflexion.
En la matière, The Expense est très bien pensée. Faut dire, ils ont un vrai expert qui s’est penché sur ces questions !

[Réponse dans ce post et aussi dans celui-là]

Hors ligne

#143 09-02-2019 15:36:51

Synock
Cuitasses les patatas

Re : Discovery - saison 2

Merci Matou tu a mis les mots sur la seule modification technologique qui me gênait avec Discovery.

Quid de "l'invention" de l'hologramme dans DS9 ? A quoi cela avance ?
Quand c'est arrivé déjà je trouvais étrange...


Star Trek... pour les nuls ! (et par des nuls)

http://www.communaute-francophone-star- ? nuls-audio

Hors ligne

#144 09-02-2019 15:47:06

dvmy
dvmy shot first

Re : Discovery - saison 2

Reed invente bien les champs de force bien avant leur invention officielle...

Hors ligne

#145 09-02-2019 15:52:27

matou
modérateur

Re : Discovery - saison 2

dvmy a écrit :

Reed invente bien les champs de force bien avant leur invention officielle...

Oui mais cette technologie a un sens pour parer aux dégâts ou mettre des cloisons efficaces.
Et cinématographiquement cela a un intérêt.
On voit bien qu’il y a une réflexion derrière.
L’Enterprise B en a montré l’interet.

Hors ligne

#146 09-02-2019 15:54:26

matou
modérateur

Re : Discovery - saison 2

Synock a écrit :

Merci Matou tu a mis les mots sur la seule modification technologique qui me gênait avec Discovery.

Quid de "l'invention" de l'hologramme dans DS9 ? A quoi cela avance ?
Quand c'est arrivé déjà je trouvais étrange...

C’est un effet de prospection des auteurs. Et au fait que comme souvent, Lucas avait été visionnaire.
En internaliste, cela pourra amener à des réunions.

Hors ligne

#147 09-02-2019 16:31:38

Synock
Cuitasses les patatas

Re : Discovery - saison 2

matou a écrit :
Synock a écrit :

Quid de "l'invention" de l'hologramme dans DS9 ? A quoi cela avance ?
Quand c'est arrivé déjà je trouvais étrange...

C’est un effet de prospection des auteurs. Et au fait que comme souvent, Lucas avait été visionnaire.
En internaliste, cela pourra amener à des réunions.

Il me semble que c'est utilisé comme cela.
Parce que Sisko explique que c'est compliqué à mettre en place et qu'il faut vraiment en avoir besoin pour le faire... Mais j'ai peu de souvenirs.



Mais pour en revenir à Discovery je trouvais très agaçant l'utilisation des hologrammes façon meeting de Melenchon !
Ils se baladaient partout et interagissaient avec tout le monde ! Comme si la personne qu'il représentait avait un genre de casque de VR et voyait tout partout.
(Ce qui me rappelle un peu ce qu'en fait Lucas avec des hologrammes qui regardent dans tous les sens alors que l'on sait très bien que les personnes qui les utilise n'ont qu'une vision partielle de la scène)


Star Trek... pour les nuls ! (et par des nuls)

http://www.communaute-francophone-star- ? nuls-audio

Hors ligne

#148 09-02-2019 18:19:55

matou
modérateur

Re : Discovery - saison 2

SW c’est différent.
On est moins dans la SF.
Mais chez Lucas, lés hologrammes sont très bien géré.
Celui de la princesse, c’est pour incarner l’appel à l’aide. Bien plus touchant en 3D. Pour expliquer le charme qui opère sur Luke.
Dans toute la prélogie, Sidious utilise très bien cette technologie pour se mettre en scène. Cela amène bien l’autorité du personnage. De plus, la menace fantôme n’en est que plus symbolique. Et la première apparition de Maul en est magnifiée.
Niveau mise en scène, cela apporte énormément.
Et pour la crédibilité, on peut imaginer que le personnage en hologramme a lui, toute la scène recrée en miniature devant lui.

Dans la suite de Kingsman aussi

Hors ligne

#149 12-02-2019 02:44:45

yrad
admin

Re : Discovery - saison 2

dvmy a écrit :

Reed invente bien les champs de force bien avant leur invention officielle...

Ah bon ? Et tu connaissais la date de leur invention officielle dans la chronologie Trek avant ENT ?! eek

Pour info, avant 2001, aucune série ST n’avait établi le moment où les champs de force avaient été inventés. On savait juste qu’ils existaient dans TOS (23ème siècle) mais pas encore sur Terre à l’époque du First Contact (2063).
Dès lors, Enterprise était parfaitement fondée à mettre en scène leur invention, officielle ou officieuse. Ce qu’elle a fort bien fait via Reed dans ENT 01x22 Vox Sola en 2152.
Encore que des travaux de recherches furent entamés par les Terriens plusieurs années avant (dixit Reed), ce qui est d’autant plus logique lorsqu’on sait que les Vulcains possédaient déjà cette technologique (quoique sans la partager), et cela a dû motiver les chercheurs humains…


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#150 12-02-2019 02:47:39

yrad
admin

Re : Discovery - saison 2

[En réponse à ce post]

matou a écrit :

En conclusion, on voit qu’utiliser une technologie dans un univers de fiction demande de la réflexion, surtout si c’est un univers de série ou de films.
Et souvent, la volonté de faire dans le gadget pour faire branché, pour se donner un genre, aboutit à mettre en scène  des technologies sans réflexion.

Amusant, car nous avons toi et moi quasiment la même chose sans nous lire mutuellement. Moi, c’était à la fin de ma critique de DIS 04x02 An Obol For Charon.

matou a écrit :

Et dans notre monde actuel, les hologrammes ne servent qu’à dupliquer une représentation. Soit un modèle asymétrique entre un public passif et récepteur et un acteur. Et non à gérer des interactions.

Dans notre monde actuel, les hologrammes restent des illusions optiques sans rapport avec ce que l’on voit dans ST et dans la SF. Cf. ce post.

matou a écrit :

Reprenons la colère de Khan. Tout le premier échange entre les passerelles et surtout la vue suggestive de Khan cherchant l’annulateur, serait bien plus difficile à mettre en scène, voir impossible si Khan était présent en hologramme sur la passerelle.

L’holographie n’implique pas une perception sensorielle complète. En d’autres termes, un hologramme n’est pas forcément un avatar (au sens du film éponyme de James Cameron). Et le ST bermanien avait su montrer la différence, par exemple dans l’épisode TNG 07x05 Interface avec l’interface suit/probe (une sorte d’avatar), et avec l’isomorphic projection dans VOY 05x18 Think Tank.
Alors que la communication holographique n’est à la base qu’une représentation 3D d’un cadre 2D au seul bénéfice du destinataire. Mais cela n’implique pas en soi une perception étendue (par exemple panoramique ou davantage définie) par l’émetteur.
Du coup, une projection holographique sur la passerelle de l’USS Enterprise dans ST II The Wrath Of Khan n’aurait été que pour le "bénéfice" visuel de l’équipage de Kirk et non pour celui de Khan, et cela n’aura pas en soit invalidé la possibilité de recherche de l’annulateur.

[Réponse complémentaire dans ce post]


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

Pied de page des forums