ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#76 27-06-2015 21:31:58

IMZADI
Memory Alpha

Re : Séries en vrac

La famille Addams

Avec mes Imzakids, on s'est mis à la série des années 60. Et on prend notre pied. Mes Imzakids s'éclatent et j'en suis agréablement surpris.
Alors forcément je leur ai capté aussi les 3 films faits dans les années 90 et ils adorent tout autant.

Mais voilà je découvre qu'il existe une 2ème série, aussi datant des 90s. La nouvelle famille Addams Là aussi je vais pouvoir leur montrer et la découvrir avec eux.
Mais j'aussi découvert le téléfilm Halloween with Addams familly - La famille Addams: c'est la fête qui est une suite directe à la série des 60s et là j'aimerais savoir où le trouver ? Apparemment une VF existe:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/La_Fami ? _f%C3%AAte

Dernière modification par IMZADI (27-06-2015 21:34:10)


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#77 01-09-2016 14:04:51

IMZADI
Memory Alpha

Re : Séries en vrac

pour ceux que ça intéresse HD1 diffuse les séries Humans remake US de Real Humans et Almost Human avec Karl Urban du JJ abrams...

replay dispo:
http://www.tf1.fr/hd1/programmes-tv

vignette_portrait-305-477bbf-0@1x.jpegvignetteportrait-447662-0@1x.jpeg


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#78 18-11-2016 17:26:16

KIRK
Intermittent de Star Trek

Re : Séries en vrac

M A R S

On ne pouvait pas trouver plus simple pour cette mini série docu-fiction de 6 épisodes réalisée par le très honorable National Geographic. Le premier épisode de 60 minutes est actuellement en diffusion.

Voici le trailer :

Flash required

Dernière modification par KIRK (18-11-2016 17:30:35)

Hors ligne

#79 16-02-2017 16:49:08

matou
modérateur

Re : Séries en vrac

The Expanse Saison 1

Assez curieux, je me suis lancé dans le visionnage de la première saison.
Les bons points sont la gestion de la gravité, du vide et de certains déplacements dans l'espace, quelques éléments d'univers comme les effets de la gravités sur la croissance ou les langages corporels.
La mise en scène est très bonne, s'amusant avec les éclairages et choisissant d'avoir souvent une caméra proche des acteurs pour donner un sentiment immersif bien réussi.
La distribution fait le boulot, sans génie mais sans fausse note.
Pour le reste, passé le coté hypnotique que le rythme, l'immersion et les archétypes font naitre, il y a bien des choses à dire.
Si comme moi, vous êtes attentif à ce qui fait un univers, à savoir sa structuration et l'absence de simplismes réducteurs (hélas si répandus dans les années 2000,) vous n'allez pas aimer cet univers et cette histoire.
Peuple absent (juste une populace), référence culturelle absentes (même imaginaires), contre sens, personnages ratés (Anderson Dawes malgré l'excellent Jared Harris), mésestime du droit, toutes les ficelles et raccourcis moraux, voire stupidités des années 2000 y sont présents.
Au bout d'un moment, en dehors des persos principaux (et encore), si vous êtes un personnage ayant une place importante, vous êtes soit incompétent, soit corrompu, soit bientôt mort. Parfois deux des trois à la fois, parfois passant de l'un à l'autre.

Si vous pouvez passer outre tous ces défauts, bienvenue à bord.
Sinon, à moins d'apprécier juste le voyage sensoriel, mieux vaut ne pas embarquer.

Hors ligne

#80 18-02-2017 21:15:27

KIRK
Intermittent de Star Trek

Re : Séries en vrac

La saison 1 de Expanse est assez soporifique , verbeuse et on ne voyait pas trop les enjeux... j ai faillit arrêter mais la saison 2 ( en cours de diffusion ) corrige ces défauts  avec plus d action, plus d interactions entre les différentes protagonistes planétaires et il y a ( enfin ) un suspens... Précisons que la qualité visuelle est toujours aussi excellente !

Je vous encourage donc à persévérer smile

Hors ligne

#81 19-02-2017 00:39:26

matou
modérateur

Re : Séries en vrac

Si c'est toujours aussi léger coté structures de l'univers et avec un propos anti humaniste, je risque de m'abstenir.

Hors ligne

#82 19-02-2017 14:14:16

mypreciousnico
_________

Re : Séries en vrac

J'ai tenté The Expanse à l'époque. J'ai tenu deux épisode. C'était très joli, avec de l'ambition et quelques idées chouettes mais alors quel ennui.
Ceci dit j'ai quelques amis qui m’ont invité à retenter ma chance (la série est dispo sur Netflix) et si tu dit que c’est mieux en saison 2 Kirk...

Hors ligne

#83 19-02-2017 19:57:03

KIRK
Intermittent de Star Trek

Re : Séries en vrac

mypreciousnico a écrit :

J'ai tenté The Expanse à l'époque. J'ai tenu deux épisode. C'était très joli, avec de l'ambition et quelques idées chouettes mais alors quel ennui.
Ceci dit j'ai quelques amis qui m’ont invité à retenter ma chance (la série est dispo sur Netflix) et si tu dit que c’est mieux en saison 2 Kirk...


Oui c est mieux à mon humble avis dans la dynamique de la série mais je rejoins les critiques de Matou :

1- Les personnages demeurent trop superficiels et on n arrive pas /peu à s attacher à eux .

2- Il y a les Terriens, les Martiens et les Ceinturiens et quid ? on ne sait toujours pratiquement rien sur ces 3 mondes ; connaitre l histoire des Ceinturiens ( qui vivent seulement en gravité artificielle ) serait intéressante ; comment et pourquoi sont ils comme ça ? tout se passe dans l espace ( je suis pour smile  ) mais j aurais aimé plus !

Spoiler

Attendons d en savoir davantage avec la mystérieuse entité biologique alien qui aurait été détournée pour devenir une arme de destruction massive...

Dernière modification par KIRK (19-02-2017 20:01:58)

Hors ligne

#84 15-02-2018 08:22:49

KIRK
Intermittent de Star Trek

Re : Séries en vrac

casa de papel
La casa de papel

On m a chaudement recommandé cette série espagnole qui passe sur Netflix.
Tout commence par un braquage de haute volée dans la fabrique de monnaie d Espagne ( la casa de papel ) par une bande de malfrats disparates et spécialisés dans un domaine précis réunis par un mystérieux professeur ... la manipulation commence wink


dark
Dark

Série allemande.
Je  n ai vu que les 3 premiers épisodes et l ambiance est bien lourde et angoissante dans cette petite ville perdue dans les bois avec cette centrale nucléaire qui écrase tout... Dark surfe entre le triller et le fantastique puisque le centre du sujet semble être l espace et le temps...
J ai bien accroché et les secrets ont l air nombreux...
A suivre donc ( la 1ere saison est terminée je crois ).

Hors ligne

#85 20-02-2018 20:19:01

IMZADI
Memory Alpha

Re : Séries en vrac

qui a vu Charlie Jade ?

j'en suis au 5ème épisode et je comprends rien

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charlie_Jade
charlie_jade.jpg


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#86 21-02-2018 01:52:59

yrad
admin

Re : Séries en vrac

IMZADI a écrit :

qui a vu Charlie Jade ?

j'en suis au 5ème épisode et je comprends rien

Je l'ai suivie à sa diffusion en 2006, puis me suis précipité sur les coffrets DVD à leur sortie.
Une série exceptionnelle, complexe, et unique en son genre. love
Charlie Jade est l'antithèse de toutes les foutaises de Bad Robot (Lost, Fringe, Star Trek 2.0...) sur les univers parallèles. mdr
J'ai régulièrement évoqué Charlie Jade sur le forum (car c'est une de mes références SF), mais sans toutefois m'étendre. Je développerai à l'occasion...


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#87 21-02-2018 15:11:38

IMZADI
Memory Alpha

Re : Séries en vrac

Ok. Merci. Je vais m'accrocher alors... Laisse bon pas facile.


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#88 21-02-2018 22:38:37

IMZADI
Memory Alpha

Re : Séries en vrac

Lost in space 2018 prochainement sur netflix

Flash required


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#89 22-02-2018 13:17:37

KIRK
Intermittent de Star Trek

Re : Séries en vrac

Un navet comme la série originale ? gne

Dernière modification par KIRK (22-02-2018 13:18:21)

Hors ligne

#90 22-02-2018 14:09:18

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Séries en vrac

KIRK a écrit :

Un navet comme la série originale ? gne

Il y a deux ans , tu pouvais affirmer cela sans l'ombre d'un doute.. Puis il y a eut Star Trek Discovery...

En 1964, lorsque Gene Roddenberry créait Star Trek , c'était justement pour en faire une SF plus adulte , moins couillonne & cul cul la praline que Lost In Space qui était la série SF number one à son époque..  Mon dieu le genre Space Opéra est entrain de régresser au stade anal.

Aujourd'hui Star Trek est la série SF la plus couillonne et cul cul la praline ( en matière de Dark n'gritty , le ridicule ne tue pas , soyons optimiste ).

Le space opéra ne supporte pas la demi mesure.

Juste un truc en passant.. Netflix produit des fanfilms  ou des séries haut de gamme ?...
En voyant  ce teaser , Je suis encore atterré par l'amateurisme des GCIs & des concepts artistiques..
Je dis ça en comparant avec des séries très visuelle comme Penny Dreadfull , The Strain ou Game Of Thrones , donc les concepts & effets spéciaux n'ont pas à rougir face au cinéma.

Ce constat est même pire... BattleStar Galactica 2003 a beau avoir 15 ans , sa qualité artistique et ses effets spéciaux enterrent les doigts dans le nez ceux de ce Lost In Space & Discovery réunis..

Il n'y a pas comme un problème Netflix quelque part ?


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#91 17-11-2018 17:52:16

matou
modérateur

Re : Séries en vrac

Suite à cet aveux, j’aimerai que tu développes, Mbuna, sur Arrow.
Si la série principale a ses haut et ses bas, cet univers reste un univers positif, qui ne se prend pas vraiment au sérieux, proposant des moments assez sympathique.
C’est pour moi, ce qu’une adaptation de comic peut donner de mieux. Un équilibre entre sérieux, distance, message, kitch, humour.

Hors ligne

#92 19-11-2018 19:01:20

mbuna
Ancien fan

Re : Séries en vrac

Je n'ai pas du tout la même vision que toi sur la série. Cela dit, je suis peut être passé à côté.
Je l'ai justement trouvée très (trop) sérieuse, jusqu'à en tourner à vide, plutôt sombre, avec un gentil assez torturé et puis...pas grand chose d'autre. Les "intrigues" secondaires autour de sa famille m'ont fait penser à un vieux Dynastie des années 80, et les épisodes fonctionnant quasiment tous sous le même scenario décliné à l'infini.

Le seul élément qui me tenait était le mystère sur son passé et donc toutes les scènes en flashback sur l'ile. J'ai arrêté la série au 3/4 de la saison 2.

Je pense que ce serait plutôt à toi de développer, j'avoue je suis un peu à court, à part dire que je me suis royalement ennuyé dessus.
Pour introduire la suite on pourrait reprendre les éléments de ton équilibre :

  • sérieux => beaucoup trop, trop sombre, des personnages trop faussement torturés (allez à part peut être le héros vu qu'on développe son lourd passé)

  • distance => Oui c'est vrai je te l'accorde

  • message => alors là, j'avoue je ne vois pas, à part les poncifs habituels comics. Peut être que pour accéder à ce niveau de lecture, il faut d'emblée adhérer à la série ?

  • kitch => je pense que la série vieillit vite, mais surtout mal. Le contexte me fait littéralement penser à ces séries 80' inregardables aujourdh'ui

  • humour => alors là franchement je ne vois pas

Je suis totalement ouvert à voir la série autrement, d'ailleurs tu ferais des heureu(ses)x puisqu'on regardait cela en famille, et n'en pouvant plus j'ai mis mon veto pour continuer. Remarque j'aurais peut être pas du car de mémoire on est passé à Lost in space mdr

Hors ligne

#93 19-11-2018 19:18:01

mbuna
Ancien fan

Re : Séries en vrac

KIRK a écrit :

M A R S

On ne pouvait pas trouver plus simple pour cette mini série docu-fiction de 6 épisodes réalisée par le très honorable National Geographic. Le premier épisode de 60 minutes est actuellement en diffusion.

Voici le trailer :

Flash required

J'ai littéralement dévoré cette 1ère saison de 6 épisodes. La forme est entre le fascinant et le malsain.

Fascinant car le fait de méler allègrement les interviews contemporains avec une anticipation d'une mission de colonisation de Mars nous plonge dans un docu-fiction on ne peut plus réaliste, comme de la vraie bonne hard-SF.
Mais malsain (c'est peut-être un sentiment très personnel) car on est en face de la matière 1ère idéale d'un retournement de cerveau. En mélangeant à ce point la réalité et la fiction, on en arrive à ne plus savoir faire la différence. Or comme on nous tient aussi en nous racontant une belle histoire, où est la part d'anticipation (type hard SF), de celle de la fiction (type je vous tiens en haleine pour l'audimat) ? Le mélange est si exemplaire et si réussi qu'on peut se sentir facilement manipulable, comme une fabrication parfaite de fake news. Mais d'ailleurs, un docu-fiction n'est-il pas une fake news en puissance ?

Une excellente série, peut être uniquement fascinante et réussie après tout...

Hors ligne

#94 19-11-2018 22:47:17

yrad
admin

Re : Séries en vrac

mbuna a écrit :

Mais malsain (c'est peut-être un sentiment très personnel) car on est en face de la matière 1ère idéale d'un retournement de cerveau. En mélangeant à ce point la réalité et la fiction, on en arrive à ne plus savoir faire la différence. Or comme on nous tient aussi en nous racontant une belle histoire, où est la part d'anticipation (type hard SF), de celle de la fiction (type je vous tiens en haleine pour l'audimat) ? Le mélange est si exemplaire et si réussi qu'on peut se sentir facilement manipulable, comme une fabrication parfaite de fake news. Mais d'ailleurs, un docu-fiction n'est-il pas une fake news en puissance ?

Ce fut exactement mon sentiment... à tel point que la série docu-fiction Mars m'a vraiment fait songer au remarquable Opération Lune de William Karel (2002)... mdr
À la (grosse) différence près que Operation Lune était un documenteur (ou mockumentary) parfaitement intentionnel et assumé... ayant pour objectif double de faire une démonstration par l'exemple du pouvoir manipulateur des images... tout en tournant en ridicule les délires complotistes en plein essor qui cherchent à nier la réalité des missions lunaires étatsuniennes habitées (et ce "révisionnisme"-là n'a d'ailleurs fait que s'intensifier depuis 2002... evil).

En ce qui me concerne, la malaise distillé par Mars a eu tendance à l'emporter... car un docu-fiction est généralement axé sur une reconstitution historique, et il n'a donc pas vocation à être une fake news (il peut néanmoins l'être selon les intentions - plus ou moins idéologiques - de ses auteurs dans la façon partielle et/ou partiale de reconstituer certains événements historiques).
Mais Mars est un docu-fiction axé sur un futur hypothétique (approche largement inédite) tout en s'appuyant pesamment sur des autoritates contemporains quasiment intégrés à la narration, d'où la suspiscion de "manipulation" (quand bien même avec les meilleures intentions ou pour les plus nobles objectifs du monde). Il ne serait pas possible d'être davantage partisan de l'exploration spatiale que je le suis, mais j'adresse néanmoins des critiques à ce procédé qui flirte avec une forme de propagande.
L'approche plus classique de Space Odyssey: Voyage To The Planets & Beyond (Voyage autour du soleil) (produit par la BBC en 2004) demeure à mon sens plus honnête, car le côté fiction conjecturale y est mieux assumé, tandis que les interviews d'experts ne participent pas de la fiction mais s'en distinguent (notamment dans les bonus du DVD UK).


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#95 20-11-2018 10:38:45

mbuna
Ancien fan

Re : Séries en vrac

Ce type de séries restreint-il le périmètre de l'anticipation ?

Une anticipation n'est-elle pas une proposition d'avenir plausible ? Celle où l'auteur, de part son talent, arrive à nous emmener dans son hypothèse, en supprimant toute trace d'imaginaire le temps du récit.
C'est bien l'une des choses que l'on recherche dans ce pan de la SF, un récit qui n'aurait plus besoin d'aucune suspension d'incrédulité de notre part, tellement l'histoire s'inscrit admirablement dans le réel.

Alors le fait de ressentir ce malaise type fake news n'est-il pas le réel marqueur d'une anticipation parfaite ? On voit le corollaire arriver : le lecteur doit savoir prendre assez de distance pour démêler le vrai du faux (propagande, démagogie, etc) pour ne pas tomber dans le piège.
En fait, devant une œuvre parfaite, il faut des spectateurs parfaits mdr

Hors ligne

#96 20-11-2018 18:12:10

yrad
admin

Re : Séries en vrac

mbuna a écrit :

Alors le fait de ressentir ce malaise type fake news n'est-il pas le réel marqueur d'une anticipation parfaite ?

C’est surtout le réel marqueur d’une manipulation parfaite. cyclop mrred

Mais en terme d’anticipation, Mars n’est pas aussi "parfaite"...
D’une part, les dialogues et l’interpétation sont médiocres. Défaut caractéristique des docus-fiction, les acteurs sont transparents, contingents. Dans le présent cas, ils ressemblent davantage à des participants de télé-réalité qu’à des astronautes professionnels/passsionnés...
D’autre part, les inserts scientifiques et techniques souffrent de divers biais, notamment une rigueur à géométrie variable et un manque d’indépendance. En fait, la série entière ressemble à une gigantesque pub pour SpaceX et Elon Musk... mdr


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#97 20-11-2018 19:48:58

matou
modérateur

Re : Séries en vrac

mbuna a écrit :

Je n'ai pas du tout la même vision que toi sur la série. Cela dit, je suis peut être passé à côté.
Je l'ai justement trouvée très (trop) sérieuse, jusqu'à en tourner à vide, plutôt sombre, avec un gentil assez torturé et puis...pas grand chose d'autre. Les "intrigues" secondaires autour de sa famille m'ont fait penser à un vieux Dynastie des années 80, et les épisodes fonctionnant quasiment tous sous le même scenario décliné à l'infini.

Le seul élément qui me tenait était le mystère sur son passé et donc toutes les scènes en flashback sur l'ile. J'ai arrêté la série au 3/4 de la saison 2.

Je pense que ce serait plutôt à toi de développer, j'avoue je suis un peu à court, à part dire que je me suis royalement ennuyé dessus.
Pour introduire la suite on pourrait reprendre les éléments de ton équilibre :

  • sérieux => beaucoup trop, trop sombre, des personnages trop faussement torturés (allez à part peut être le héros vu qu'on développe son lourd passé)

  • distance => Oui c'est vrai je te l'accorde

  • message => alors là, j'avoue je ne vois pas, à part les poncifs habituels comics. Peut être que pour accéder à ce niveau de lecture, il faut d'emblée adhérer à la série ?

  • kitch => je pense que la série vieillit vite, mais surtout mal. Le contexte me fait littéralement penser à ces séries 80' inregardables aujourdh'ui

  • humour => alors là franchement je ne vois pas

Je suis totalement ouvert à voir la série autrement, d'ailleurs tu ferais des heureu(ses)x puisqu'on regardait cela en famille, et n'en pouvant plus j'ai mis mon veto pour continuer. Remarque j'aurais peut être pas du car de mémoire on est passé à Lost in space mdr

Oberon te fera un meilleur retour.
Cependant la principale réussite du Arriwerse c’est toutes les séries dérivées et quelques saisons de Arrows.
Le plus gros boulet du Arriwerse? La série Arrow...

Hors ligne

#98 21-11-2018 10:16:25

mbuna
Ancien fan

Re : Séries en vrac

yrad a écrit :

Mais en terme d’anticipation, Mars n’est pas aussi "parfaite"...

Ah non mais je n'ai jamais dit que Mars était elle-même parfaite sur ce point. En revanche, pour moi elle l'est dans sa réalisation télévisuelle sur l'imbrication entre réel et fiction. Mon dernier post tente d'élargir le débat sur ce type de série.
Mon propos est que théoriquement, ce formalisme de docu-fiction qui passe allègrement de la réalité à la fiction sans aucun filtre, répond exactement à un objectif principal de l'anticipation. A l'instar d'un exercice de pensée, on part du réel et on déroule une hypothèse jusqu'au bout. Seulement, ce formalisme demande intrinsèquement au spectateur de faire un plus grand effort afin de détricoter lui-même la part de réel et de fiction (voir de manipulation, de démagogie, ou simplement de contraintes de production ou de mauvaise qualité).


yrad a écrit :

D’une part, les dialogues et l’interpétation sont médiocres. Défaut caractéristique des docus-fiction, les acteurs sont transparents, contingents. Dans le présent cas, ils ressemblent davantage à des participants de télé-réalité qu’à des astronautes professionnels/passsionnés...

Je suis assez d'accord sur la 1ère assertion, mais je ne serais pas si péremptoire. J'ai surtout trouvé les acteurs et les séquences de qualité inégales. En revanche l'ordonnancement des sujets, établi comme un index des problématiques - scientifiques techniques et humains - que la série Mars a inventoriés m'a happé.
Sur la 2ème, c'est là où commence justement la part des connaissances de chacun pour savoir démêler le vrai du faux. Des astronautes professionnels/passionnés, perso j'en connais pas. Tout simplement car je ne connais aucun astronaute. Toi tu en connais peut-être, ce qui te permettrait d'avoir la matière pour prendre de la distance. Tu partirais avec un bagage supplémentaire qui te permettrait de détricoter mieux que moi les 2 parties : Science & Fiction. Pour alimenter :

yrad a écrit :

D’autre part, les inserts scientifiques et techniques souffrent de divers biais, notamment une rigueur à géométrie variable et un manque d’indépendance. En fait, la série entière ressemble à une gigantesque pub pour SpaceX et Elon Musk... mdr

Reconnaitre les biais de rigueur variable dans les inserts scientifiques et techniques demande une connaissance du sujet qui va au delà du savoir commun. Je l'ai ressenti un peu, mais personnellement ayant bien plus perçu l'aspect pub pour SpaceX, c'est clairement cet aspect là qui a mis mon instinct de défense en alerte.

Bref pour résumer mon point : le docu-fiction sans filtre entre réel et fiction ressemble à un formalisme sous forme d'aboutissement parfait du genre anticipation. Mais il oblige le spectateur à un accroissement de sa vigilance, de sa connaissance, voir de son scepticisme du fait de la perversité potentielle du procédé.

Hors ligne

Pied de page des forums