ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 17-03-2018 12:43:05

matou
modérateur

Univers Harry Potter: Les animaux fantastiques

Voici la bande annonce de la suite des animaux fantastiques.

Flash required

Le premier était un film touchant avec un part de noirceur non négligeable.
J’espere que ce second volet, celui de la confrontation, gardera ce côté touchant.

L’univers Harry Potter continue de se décliner, après une pièce de théâtre voici cette série de film.
JK Rowling choisissant toujours de nouveaux défis créatifs.

Hors ligne

#2 17-03-2018 13:48:38

scorpius
Nowhere Man

Re : Univers Harry Potter: Les animaux fantastiques

Un topic consacré au "Potterverse" ça manquait sur le forum. Excellente initiative, Matou.

Il m'a bien fallu 2/3 visionnages pour apprécier l'épisode précédent à juste valeur, mais globalement je te rejoins, c'était un beau film.

Le trailer est intéressant et je me rends compte que je suis vraiment heureux à la perspective de retrouver tous ces personnages. Quoi qu'il arrive, j'ai totalement confiance en JK Rowling, la seule chose qui me dérange un peu c'est le retour de Yates à la réal'. J'aimerai bien avoir un oeil nouveau à ce niveau. C'est un réalisateur que j'apprécie (j'ai adoré son Tarzan) mais visuellement j'ai du mal avec sa vision du monde des sorciers. Ca manque de décalage, ce n'est pas assez coloré. On le voit avec Dumbledore, Jude Law transpire la classe mais le voir habillé en Moldus y compris dans l'enceinte de Poudlard, ça m'emmerde un peu.

Enfin, bon, rien de catastrophique non plus.


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#3 17-03-2018 14:45:45

matou
modérateur

Re : Univers Harry Potter: Les animaux fantastiques

Je pense que Dumbeldore habillé ainsi a un sens. Pour montrer son décalage qui finira par amener des drames.

Hors ligne

#4 17-03-2018 15:46:40

matou
modérateur

Re : Univers Harry Potter: Les animaux fantastiques

Les animaux fantastiques

Le premier volet est un film assez spécial car comme un mille feuille, il a beaucoup d’éléments superposés.
L’histoire du film est celle de Norbert Dragonnot, européen parti pour le nouveau monde et plus à l’aise avec les créatures fantastiques qu’avec ses congénères. Norbert a un projet secret en tête et trimbale avec lui une valise contenant de nombreuses créatures fantastiques.
Sa route va malencontreusement croiser celle d’un non magicien, Jacob, pâtissier qui cherche à s’établir à son compte.
Tout se complique encore plus avec une menace mystérieuse qui plane sur New York qui est peut être mêlée au plus terrible mage noir de tous les temps, Grindelwald.

L’histoire en elle même est assez rythmée, avec certains de passages dispensable (des péripéties pour plaire aux plus jeunes), sans pour autant sacrifier les personnages.
Mais si elle fonctionne, cette histoire sert de support à autre chose.
Nous avons un propos sur le rapport aux animaux, le rapport aux autres mais surtout un charge assez violente contre une société américaine où les humains sont très violents (dans toutes les formes de violence) entre eux. Rare de voir une telle virulence.
Bien sûr, rien n’est dit explicitement mais quand on se pose et que l’on met bout à bout les éléments du film, cela saute aux yeux.
C’est d’ailleurs pourquoi le film manque souvent de couleur. Pour souligner cette noirceur. A l’opposé, les moments avec les animaux sont bien plus colorés.

Les animaux sont aussi le moyen, surtout à la fin, de permettre à la mise en scène de lier symbolisme et poésie. Un régal.
Une mise en scène efficace, dans la lignée des Harry Potter, sachant mettre de l’ampleur quand il faut. Le tout numérique ne posant pas de problème car le film assume sa part de conte fantastiques, le réalisme n’étant pas recherché.

Enfin, le film dispose d’acteur assez exceptionnels. À part Katherine Waterston, qui est nettement en retrait, il est rare de voir autant de talent. Bon les acteurs sont tous servi par des rôles bien écrits (tous ayant une logique, but et évolution en accord avec le propos et les autres persos).
Redmayne delivre une partition toute en nuance, touchante, qui a happé bien des spectateurs.
Mais le plus magnétique reste Colin Farrell. Ce qu’il fait est prodigieux car il n’a que peu de ligne de dialogue ou de scène mais il donne à son rôle une telle animalité, qu’il vous subjugue.
Dan Fogler est lui aussi très touchant dans son interprétation. Son alchimie avec Redmayne est indéniable.

Les Animaux Fantastiques sont comme un virage cinématographique et adulte de Harry Potter. En effet cette  histoire est spécialement écrite pour le cinéma et un public plus adulte.
Une évolution en somme où l’on garde le meilleur (l’univers crée, la réalisation sachant le mettre en scène) tout en s’affranchissant des pesanteurs de l’adaptation de longs romans.

De ce film, il vous reste des images qui ont imprimé votre mémoire, preuve que c’était du bon cinéma.

Hors ligne

#5 25-03-2018 15:00:58

scorpius
Nowhere Man

Re : Univers Harry Potter: Les animaux fantastiques

Les Animaux Fantastiques c'est un peu 2 film en un. D'un coté un film de chasse aux monstres et de l'autre un thriller avec conspiration, usurpation d'identité et whodunit. En cela il s'agit indéniablement d'un film de David Yates, son Tarzan avait une construction un peu similaire. Au centre de son récit, on y retrouvait un grand film romantique ayant pour sujet la relation entre Tarzan & Jane, le tout enrobé d'un film d'aventure et de façon très diffuse, d'une origin's story. Mais c'est aussi une véritable histoire de JK Rowling, que ce soit au niveau de sa passion pour les histoires de détective/d'enquête à résoudre ou la dimension préquel du film vis à vis de la saga Harry Potter. Thématiquement, on y retrouve notamment un grand axe de l'oeuvre de Rowling, à savoir son étude de l'enfance et de l'adolescence ou le merveilleux marche main dans la main avec l'horreur. Le personnage d'Ezra Miller étant en quelque sorte un miroir sombre d'Harry...

Je sais que l'aspect "film de monstres" est celui qui est le plus souvent très critiqué, mais je dois dire que perso' je l'aime beaucoup. Ca tient peut être à sa construction diablement efficace sous forme d'aventure Whovienne avec Norbert dans la peau du Doc' (il a même un Tardis une valise "bigger on the inside") et Jacob dans celle du compagnon qui découvre un nouveau monde extraordinaire. Et puis j'ai toujours adoré que dans chaque nouvelle aventure d'Harry on en découvre un peu plus sur le monde des sorciers. Que ce soit de nouvelles créatures/environnements ou de nouvelles institutions. A ce niveau le film m'aura particulièrement gaté et j'espère que ça va continuer.

En fait, Yates & Rowling forment un duo très complémentaire, je l'ai tout particulièrement ressenti dans la très belle romance entre Jacob et la jeune sorcière télépathe. On y retrouve pas mal de choses liées au travail de Rowling : 2 personnes issus de millieux très différents et qui se situent sur des spectres assez éloignés en terme de beauté physique, ça évoque forcément le lien qui uni Cormoran & Robin dans la saga "Strike". Il est d'ailleurs intéressant de constater que Jacob finit le film "mutilé" (de ses souvenirs) là ou Cormoran a perdu une jambe. Et Yates met en scène la chose avec énormément de justesse (cette scène sous la pluie est juste magnifique).

Bref, je le redis un beau film, cohérent au sein de la filmographie de Yates et tout aussi cohérent dans l'oeuvre de JK Rowling, qui en plus gagne beaucoup à être visionné plusieurs fois (ce qui dans le cadre des blockbusters est de plus en plus rare).

Dernière modification par scorpius (25-03-2018 16:58:55)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#6 25-03-2018 22:17:27

Oberon
membre

Re : Univers Harry Potter: Les animaux fantastiques

Scorpius et Matou, vous lire me donne une envie impérieuse de revoir ce très bon opus d'Harry Potter.
Ne l'ayant visionné qu'une seule fois, j'en garde un excellent souvenir, celui d'un film où la poésie m'enchantait, et dont la trame sombre (plus sombre que dans les anciens film, ou plus réussit, je ne saurais dire) m'avait tout de suite accroché. smile

Deux choses m'intrigues pour le prochain, la première étant de savoir comment Jacob a récupéré ses souvenirs? Comme Scorpius, j'avait trouvé ce final sous la pluie magnifique et poignant, et j'ai hâte de savoir quelle justification narrative nous sera donné pour son come-back. Sans compter qu'il avait largement mérité qu'on lui laisse vivre son histoire d'amour tranquille, ce qui pose également une question à ce niveau là: vont-ils se retrouver?

Ma seconde interrogation porte sur Johnny Depp, qui a la lourde charge de succéder à un Colin Farell qui m'avait subjugué. Depp étant habitué, depuis une quinzaine d'années, à ne choisir que des rôles où il se fait plaisir (et à se faire payer très cher), celui-ci va devoir, à mon sens, renouer avec le grand acteur qu'il fut (Donnie Brasco, La Neuvième Porte, ou From Hell lui avaient offert l'occasion de s'illustrer dans des compositions d'un autre niveau que Jack Sparrow) pour que le passage du flambeau Farell/Depp soit le régal que l'on peut en espérer.

Concernant la bande-annonce, elle ne dévoile pratiquement rien au niveau de l'histoire, mais j'ai une confiance totale dans le binôme Rowling/Yates pour nous offrir une suite digne du premier opus.
Il y a énormément de possibilités offertes par le personnage de Grindelwald. Après tout, son speech avant de mettre une raclée sans pareille aux Aurors de N-Y n'était sans rappeler les meilleures tirades qu'un Magnéto peut parfois lancer. "Qui votre politique protège-t-elle véritablement? Eux ou nous?"
Pour moi, c'est sur cela que devra s'appuyer la suite pour continuer à nous offrir ce que Voldemort n'a jamais été: un antagoniste non-manichéen. Si nombreux sont les passages dans "Les Animaux Fantastiques" qui sont là pour faire plaisir à un public jeune, toute la dimension politique du film était résolument adulte, à cent lieux de clivage bien/mal bien plus marqué dans les anciens volets.
C'est là mon désir le plus cher: ne pas perdre ce personnage noir, terrifiant, mais aussi pertinent qu'est Grindenwald. On a déjà vu, par le passé, que Dumbledore n'avait rien d'un saint, un Grindelwald lui disputant la vedette est la prochaine étape... pray

Et concernant les monstres, je nourris là aussi une certaine curiosité. Celui qui changeait sa masse corporelle en fonction de la taille de son environnement nous avait offert un moment de rêve éveillé, j'espère donc que les nouvelles créatures de la suite seront du même niveau, celui d'un imaginaire extraordinaire, véritablement fantastique, comme seule J.K Rowling a  su nous faire partager durant les 2 dernières décennies.
En résumé, j'ai hâte d'y être! miam


"No beast so fierce but know some touch of pity. But i know none, and therefore am no beast."
Richard 3

Hors ligne

#7 01-08-2018 14:23:10

matou
modérateur

Re : Univers Harry Potter: Les animaux fantastiques

Nouvelle bande annonce du deuxième volet:

Flash required

Hors ligne

#8 05-08-2018 18:00:33

Oberon
membre

Re : Univers Harry Potter: Les animaux fantastiques

Il est assez rare qu'une bande-annonce me stimule, et c'est aujourd'hui le cas.
Du peu que l'on en voit, plusieurs bonnes choses sont désormais probables dans cette suite...

La première, c'est que les quelques secondes où l'on voit Depp sont vraiment rassurantes. En effet, loin de se complaire dans son registre habituel d'exubérance (voir de pitrerie), on voit un jeu réservé, intérieur, contenu, dans la continuité de celui de Farell dans l'épisode précédent. Depp étant dans un marasme concernant sa carrière, il sait qu'il doit rappeler au public ce qu'il est capable de donner en tant qu'acteur, et ce que j'ai vu dans cette bande-annonce me laisse bon espoir de retrouver celui que j'ai longtemps considéré comme l'un des meilleurs de sa génération. pray

Le second point positif, c'est que le personnage de Grindelwald semble se positionner pour être un véritable meneur, et ainsi incarner un authentique questionnement politique dans l'univers. Voldemort ayant, à cet égard, largement déçu en son temps, bénéficier d'un Yates et d'une Rowling ayant appris de leurs erreurs passés pourraient nous offrir un niveau d'écriture comme on en voit presque plus. Certes, c'est difficile de se faire une idée concrète avec une simple bande-annonce, mais il n'y a pour l'instant aucun élément dans celle-ci qui nous donne à craindre le contraire, et de nos jours, c'est déjà beaucoup... cheers

Enfin, l'ambiance semble poursuivre une volonté de se montrer plus sombre, ce qui n'est pas pour me déplaire. Les meilleurs opus d'Harry Porter (soit le 3 et le 6), avaient en commun un mélange savant entre la poésie et une certaine âpreté. L'un des éléments est manifestement au rendez-vous, donc si la poésie y est aussi présente que dans le premier, cette suite sera un enchantement à voir.
Il y aura aussi les retrouvailles avec Dumbledore, et là encore, le peu que l'on en voit permets d'être optimiste sur la performance à venir de Jude Law. ok

Bref, j'avais hâte d'y être, et c'est encore plus le cas désormais! miam
Encore quelques mois de patience...


"No beast so fierce but know some touch of pity. But i know none, and therefore am no beast."
Richard 3

Hors ligne

Pied de page des forums