ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#51 03-08-2015 17:54:24

dl500
TOS Forever

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

matou a écrit :

DL et moi sommes arrivés à une vraie compréhension. Je vois bien ce qui l'a troublé, ce voyage qu'il a fait. Je lui ai expliqué ce qui moi, m'a empêché de le suivre.
Je suis heureux qu'il l'ait fait. Sincèrement. Car il a avec ce film une relation belle et touchante. Ce qui ne l'a pas empêché d'engager un dialogue constructif.

Et au passage, je ne te l'ai pas dit DL, mais tu as eu bien raison de créer ce topic. En effet, Nolan crée des films qui méritent que l'on en discute.

Merci!  wink

Le sujet sur le cinéma de Nolan a mis du temps à démarrer, mais je ne pensais pas qu'il irait aussi fort après. Tant mieux.

Désolé si je me suis emporté, mais quelque soit ses films, chaque œuvre de Nolan a déclenché en moi des émotions. Positives ou négatives. Et aujourd'hui dans le cinéma actuel c'est rare. Trop d'ailleurs.
A part le sentiment de ras le bol de voir une photocopie bien sur. (non je ne parle pas forcément des Marvel).

Interstellar c'est simple, ne va pas chercher les petits hommes verts, parle de l'évolution humaine mais aussi de ses failles et de ses bassesses. Mais surtout oui, de paternité. Et d'amour filial. Et ce cinquième élément, est en fait la clef de l'énigme. Alors oui, c'est peut-être trop simple, con aussi, mais bon Dieu ce que cela m'a fait voyager. Et encore plus au second visionnage.

Pour le reste, avec plaisir pour Inception, parce que là, on peut parler de marketing et surtout d'entourloupe du public. Quand je vois toutes les thèses écrites sur le net concernant les possibilités de lecture avec cette toupie, alors qu'elle n'est qu'un leurre, j'ai adoré! wink

Déclencher de l'émotion, pour un cinéaste réputé froid, c'est comique.

Dernière modification par dl500 (03-08-2015 23:37:01)


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#52 04-08-2015 14:57:14

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

A matou
T'as peut être raison  Matou , je suis dans le subjective .. Un tel film qui t'a marqué et te parle de manière intime et profonde ..
On devrait garder ça pour soi et laisser mûrir les idées ..
Mais encore une fois , je me suis laissé porté par mon enthousiasme et l'envie de partager
Mais je ne l'ai vu que 2 fois , donc une fois en Anglais ...

Je ne fais pas ça d'habitude .. J'attend  au moins d'avoir vu plus de trois fois un tel film avant de l'analyser, surtout avec des cinéastes comme Christopher Nolan qui est plus dans la symbolique et la suggestion que la plupart de ses collegues actuels ... Ses images te pousse à réfléchir , à questionner le sens et la réalité .

Tout ces discussions m'ont donné furieusement envie de revoir Interstellar plus "objectivement " .. Donc je le vais revoir très , très prochainement  et répondre  ainsi à tes questions .
Surtout  à la question de l'armée donc la quasi abscence me paraît logique , et toi non ..C'est celle qui m'obséde le plus .. smile

Je t'ai parlé de Drone solitaire .. " tout le monde doit s'adapter pour survivre et abandonner nos raisons première d'être " . Que se soit une machine ( de guerre ) ou un homme ( un ingénieur astronaute ) ,  tous doivent se concentrer à l'agriculture pour sauver ce qui reste à sauver ..

Je ne vois pas pourquoi l'armée dans un tel contexte ne ferait pas de même .. Puisse que le systéme à la base de tout , le systéme éducatif participe au mensonge ..
La scène ou Cooper est convoqué à l'école parce que sa fille soutenait que l'homme a vraiment été dans la Lune, alors que les livres d'histoire désormais certifiait que tout cela n'était qun "coup monté pour la propagande US "  ..
Ca c'est quelque chose de très Orwellien , de très "1984" , très "Big Brother" ..Réécrire l'Histoire pour mieux contrôler les masses ..
Si dés le départ, le systéme éducatif installe le mensonge comme une vérité, il est alors très facile de faire croire au peuple qu'on a pas besoin d'armée, mais de fermiers..

Encore une fois , la civilisation d' Interstellar vit dans un mensonge , orchestré par les gouvernements et les scientifiques qui eux savent la vérité cruelle et nihiliste ..
La vérité est là : La Terre ne sera plus habitable dans les prochaines décénnies .. Je trouve finalement que malgré des conditions de vie précaire mais largement supportable ( la vie de fermier )  , le monde d'Interstellar vit dans une sorte d'utopie qui cache en réalité une.... dystopie ...

Ecoute , il faut vraiment que je revois le film et travaille ces idées .. Je ne suis pas encore un expert de Nolan comme je le suis pour un Tim Burton ou un Steven Spielberg ..
Mais il y a chez Nolan , une sorte de théme réccurent qui l'obséde :  Le mensonge comme vérité de la réalité .. Memento , The Prestige , Inception ...
C'est un théme qui m'obséde tout autant que lui .. En tant qu'artiste expressioniste, influencé par le surréalisme .. La porosité de la réalité  ...
Un Cycle Christopher Nolan ne sera pas refus pour la rentrée..  cool


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#53 04-08-2015 15:45:32

matou
modérateur

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Buckaroo a écrit :

Christopher Nolan qui est plus dans la symbolique et la suggestion que la plupart de ses collegues actuels ... Ses images te pousse à réfléchir , à questionner le sens et la réalité .

Pour un homme d'image comme toi, cela doit être furieusement rafraichissant en effet. De quoi s'enthousiasmer en effet.

Buckaroo a écrit :

Surtout  à la question de l'armée donc la quasi abscence me paraît logique , et toi non ..C'est celle qui m'obséde le plus .. smile

Moi j'ai compris que si la cellule autour du père et de sa fille fonctionne très bien, Nolan a eu tendance à tout lui sacrifier hélas. La relation père fils, l'autre relation père fille et enfin les structures du monde qu'il décrit.
Je pense qu'il a sincèrement voulu tout donner à ce cœur et sans s'en rendre compte, à négligé le reste.

Hors ligne

#54 19-10-2015 13:55:24

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Je  débute  un cycle Christopher Nolan.. Commençons par le début ..
Enfin presque,  je n'ai pas encore vu son premier film Following..

Passons directement à :

Memento_poster.jpg
Memento ( 2000 )

15 ans déjà et ça n'a pas pris une ride .. Ce genre de films qui malgré un twist final éventé peut se revoir et revoir avec un plaisir de découverte sans cesse renouvellé..
On ne peut pas en dire autant d'un Sixiéme Sens , Usual Suspect sorti quasiment à la même époque.
Tout les thèmes et la mécanique du cinéma Nolanien sont dèjà là , dans cette oeuvre matricielle.. L'obsession , la folie,  l'opacité du réel,  le rapport à l'espace /temps ect ...
Il  n'y a pas dire le scénario inspiré par son frère Jonathan est en béton armé .. Mais ce côté "excellent script de petit malin" , disparaît complétement dans une oeuvre purement cinématographique.
Une histoire de ruban de Moebius raconté essentiellement par les images , le montage et le son ..
Memento fait preuve d'un grand artiste visuel à en devenir..On aurait tort de croire le contraire .. Nolan est capable d'inventer des images inédites et inoubliable ..Comme le souligne d'ailleurs Guillermo Del Toro, il n'y a pas meilleur "pub pour le tatouage que le corps de Guy Pearce :
39218.png

Nolan agit de même avec l'image qu'avec le genre qu'il aborde . En l'occurence ici, le film noir .. Jamais Memento ne joue la carte du post modernisme , encore moins qu'il prenne de haut le genre , ou s'en montre trop déférent.. Nolan ne  cherchant pas imiter les autres ou ce qi a déjà été fait , mais  reste sans cesse  à la recherche d une nouvelle approche inédite, alliant mathématique et émotions pure..
Car en revoyant Memento , je me rend compte que moi et beaucoup de ses détracteurs, nous nous sommes longuement trompé à son sujet ...
Christopher Nolan n'est pas un cinéaste froid, calculateur , distant .. Il existe chez lui une capacité ( un don ! ) à nous faire entrer dans la tête (pas toujours très clair ) des gens .. Ici la folie de Leonard Shelby, au coeur de sa maladie mentale.
En cela le twist final ne nous demande pas de reviser  tout ce qui s'est passé auparavant , mais bien à partager au final la douloureuse et pathétique condition du personnage ...
Une émotion  à fleur de peau aidé par la performance de Guy Pearce ..Et evidemment des autres acteurs comme Joe Joe Pantoliano et Carrie Ann Moss ..

Habituellement je ne suis pas friand de film noir , mais Memento vient de se faire une petite place  au côté du Bound des Wachowski et du Jackie Brown de Tarantino ..
Christopher Nolan semble parti pour devenir un cinéaste essentiel du XXIème siécle .. Un cinéma qui sous l'ère du digital et des formules de franchise Mc Disney transformerisée  est entrain de sombrer dans le ridicule ..


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#55 24-11-2015 14:56:48

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Insomnia ( 2002 )
Insomnia2002Poster.jpg

Encore un coup de génie ! .. Preuve si il en est que Memento ne devait pas sa reussite qu'à son script exceptionel.. Un coup de chance ? non !  ..
Même si Le script d'Insomnia reste excellent, un remake d'un film Norvégien , Nolan se l'approprie totalement pour y déployer son talent et ses obsessions qui feront la singuliarité de sa carrière..
Cadrage magnifique , découpage précis & exceptionnel direction d'acteurs ..
Un personnage  magnifique pour le grand Al Pacino.. Peut être bien ( pour l'instant ) son dernier grand rôle, puisse qu'il ne sera jamais aussi bien dirigé depuis ..
& Robin Williams , acteur dont on a trop longtemps sous estimé ses capacités dramatiques.. Nolan arrive à contenir son exubérance naturelle pour tirer le portrait d'un tueur effrayant de banalité..
CT-2840.JPG
Mais ce qui marque profondément et reste toujours un mystère pour moi .. C'est cette capacité par l'image qu'à Christopher Nolan pour nous faire entrer dans les névroses de ces personnage..
En l'occurence , le detective Will Dormer souffrant  d'insomnie .. Insomnia est déjà en soi un très grand thriller psychologique , c'est aussi une plongée infernale dans une maladie psychologique..
L'impossibilité pour le " héros" de trouver le sommeil , un problème accentué par un enviromnent ou il ne fait jamais nuit.. Nolan créeant une atmosphère assez unique pour le genre .. Une ambiance à la fois froide et trés lumineuse qu'on s'attend pas à voir dans un film noir..
& ça fonctionne du tonnerre, même lors d' un twist final singulier qui change notre perception, non pour l'effet , mais bel et bien le fond .. la détresse du personnage , le héros Nolanien frappé par une obsession ou une névrose , une fuite en avant pour échapper au poids de la culpabilité .. Le Leonard Shelby de Memento , le Will Dormer d' Insomnia ..  On se dit que la rencontre entre Batman et Christopher Nolan  n'est pas contre nature.
A bien des égards le Caped Crusader est bel et bien un  pur ( super ) héros Nolanien qu'il n'a jamais été un héros vraiment Burtonien ...

C'est ma deuxième vision de ce film , elle est encore plein meilleur que la première .. Ca c'est un signe qui ne trompe pas .. C'est la marque des plus grands ...

insomnia-movie-still-robin-williams-as-walter-finch-and-director-christopher-nolan_1108478-400x305-400x305.jpeg


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#56 29-04-2018 08:55:28

dl500
TOS Forever

Re : Christopher Nolan; profession: cinéaste singulier.

Dunkerque:

Enfin vu. (J'attendais d'avoir remonté ma salle home-cinéma). Support Blu-ray.
Je vais le prendre sur 2 axes:
-Techniquement, c'est splendide. Rien à dire, les images sont magnifiques, les cadres et la profondeur de champ sont à tomber. Les passages en Imax (nombreux), contrairement aux films précédents ne s'avèrent pas décisifs ou différents (moins de grain mais rien d'extraordinaire). Nolan maitrise le format, même en caméra portée (je ne vois pas l'intérêt sur ce type de ratio, surtout quand on connaît le poids de la bête). Je reste quand même totalement hermétique à ce style de façon de filmer. Ici, ça passe impeccable. Bref, c'est beau, on en prend plein les yeux et on profite du spectacle. Sur ce point, c'est un sans faute. Les scènes aériennes sont impressionnantes, même si elles ne sont pas originales. La photographie reste Nolanienne, c'est-à-dire pâle, sauf sur les plans de fin, sur la plage.
-L'histoire: Nolan choisit de traiter une toute petite partie de l'évènement et de ne montrer que très peu de protagonistes finalement, et de choisir de ne pas en mettre en avant. Et c'est là le problème. On ne s'identifie à aucun des personnages. Si on sursaute, souffre sur certains passages (édulcorés, tant mieux, il n'y a aucune scène de boucherie gratuite, et pourtant on ressent toute l'horreur de cette guerre), on ne prend pas partie pour les acteurs, qui traversent le film sans vraiment exister. Alors oui, 2 sortent du lot, Kenneth Brannagh et Tom Hardy (qui joue avec un masque sur le visage les 4/5 du film), mais on a là deux acteurs de haut niveau. Et on ne voit aucun allemand...c'est un choix que j'ai bien aimé.
On suis 3 parties (terre, mer et air) qui se rejoignent à la fin du film, car le temps ne s'écoule pas de la même manière depuis le début, mais c'est indiqué dès le départ.

Je suis donc resté sur ma faim. Techniquement irréprochable, mais trop froid, et sans cette réflexion qui touchait Interstellar ou Inception. Beau, mais avec un manque de fond.
Pas le meilleur de Nolan sur l'aspect scénario.
Reste que le réalisateur prouve une nouvelle fois sa capacité à créer un blockbuster d'auteur.

PS: je n'ai pas aimé la musique cette fois...lancinante au point d'agacer. Attention ici aussi aux basses, démoniaques et destructrices. wink

Dernière modification par dl500 (29-04-2018 09:04:35)


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

Pied de page des forums