#1 12-10-2017 17:00:43

scorpius
Nowhere Man

Doctor Who 27x01 Rose

Doctor Who 27x01 Rose

Crédits officiels :
- Scénario - Russell T. Davies
- Réalisation - Keith Boak

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 2 [66.67%])

    66.67%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 0 [0%])

    0%

  3. 8 (excellent)(voix 0 [0%])

    0%

  4. 7 (bon)(voix 0 [0%])

    0%

  5. 6 (correct)(voix 0 [0%])

    0%

  6. 5 (passable)(voix 0 [0%])

    0%

  7. 4 (insuffisant)(voix 0 [0%])

    0%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 0 [0%])

    0%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 1 [33.33%])

    33.33%

Votes totaux: 3

Les invités ne peuvent voter

Dernière modification par scorpius (14-10-2017 22:16:51)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#2 12-10-2017 17:44:33

scorpius
Nowhere Man

Re : Doctor Who 27x01 Rose

Il est intéressant et, je pense, pertinent de revenir sur cet épisode au moment ou on est en pleine découverte de ST : Discovery. En effet, en 2005 DW était dans une situation similaire à Star trek. Une longue absence loin de la petite lucarne (16 ans si on ne prend pas en compte le téléfilm sortie en 1996, téléfilm qui étrangement entretient quelques similitudes avec le reboot de JJ, mais ceci est une autre histoire ) et un retour qui prétend moderniser la série et ouvrir le Whoniverse à une toute nouvelle génération.

On se rend compte que "Rose" réussi tout cela tout en parvenant à rester dans la même mouvance que les dernières saisons de la période classique. Lors du run de Sylvester McCoy on aura ainsi assisté à la transformation du Doc', passant de vagabond de l'espace à celui d'une vraie figure mythologique. Le Doc' devient un manipulateur jouant des parties d'échec à l'échelle du cosmos, un destructeur de planète, la terreur des pseudo-divinités aliens dans tout l'univers... Le Doc' vétéran et quasi-dernier survivant de la Time War imaginé par Davies en est un prolongement aussi logique que cohérent.

De même comme l'indique le titre de l'épisode, Davies décide de mettre une emphase importante sur la compagne, Rose Tyler. Là-aussi il s'agit d'une évolution logique vis à vis de la période McCoy et du personnage d'Ace. Elle fut sans doute la première compagne au sens moderne du terme, puisse qu'elle aura eu un arc développé sur plusieurs saisons et ayant de grandes répercussions d'envergures (à travers le duel entre Seven & Fenric). Quand à sa relation avec le Doc' dépassant le cadre de l'amitié, pour devenir un lien plus intime, presque filial, elle préfigure ce que fera Davies et surtout Moffat.
Bref, l'importance accordée à Rose s'inscrit autant dans une volonté de renouveau que dans l'idée de prolonger une évolution narrative sur le role de la compagne développée au cours des 26 saisons de la série originale.

Evidemment, en 2005, Davies est parfaitement conscient que la télévision a énormément changée depuis 1989 et son DW absorbe de nombreuses influences. On peut citer le "Buffy" de Joss Whedon, avec un ton très complice envers le spectateur qui assume les références culturelles de ce dernier, mais aussi dans la confrontation entre la vie "extraordinaire" de l'héroine et celle de son quotidien plus banal. Davies aura également été influencé par le Babylon 5 de JMS, dans la mesure ou il va s'inspirer de lui en planifiant à l'avance avec précision les arcs prévus pour les 4 saisons de son run. Il ressort ainsi du run de Davies une cohésion thématique et narrative qu'il est impossible de nier.

"Rose" est sans aucun doute un des épisodes les plus importants du Whoniverse, il s'agit probablement de ce que Davies a écrit de plus important et rien que pour ça, pour la cohérence de ce qu'il propose dans son équilibre entre continuité, modernité et respect de son héritage, il mérite un top franchise.
Maintenant, si je devais le juger sans tenir compte de ses éléments, la note baisserait sans doute. Les Autons ne sont pas des adversaires particuliérement intéressants, la conclusion à base d'anti-plastique est un peu faiblarde et le ridicule assumé de Davies est souvent assez lourd dans cette première saison (le Mickey de plastique a du mal à passer). Malgré ces défauts les qualités l'emportent quand même largement : Rose est une héroine immédiatement attachante, la manière avec laquelle Davies pose son petit train, train quotidien est très réussi, que ce soit au travail, dans sa relation avec sa mère ou celle avec Mickey, ça sonne incroyablement "vraie". Et à coté de ça, il y a le Doc' de Christopher Eccleston qui n'a besoin que de quelques minutes pour s'imposer comme l'une des meilleurs incarnations du personnage. Eccleston est tout simplement hypnotique et dans son interprétation il parvient à capter la nature alien du Docteur comme peu d'acteurs en ont été capables (Tom Baker, Matt Smith & Peter Capaldi sont les seuls que je peux mettre au même niveau). Plus de 12 ans après j'ai toujours des frissons à chaque fois qu'il balance son speech sur le fait qu'il est capable de sentir la rotation de la Terre (un des meilleurs morceaux d'écriture de Davies en terme de caractérisation) ou à chaque fois qu'il menace un Dalek.

Pour faire simple, "Rose" c'est tout ce qu'on doit faire lorsqu'on prétend moderniser/revitaliser une oeuvre marquante de la culture populaire. Ce n'est pas un hasard si plus de 12 ans après sa diffusion le revival est toujours sur les écrans...

Dernière modification par scorpius (13-10-2017 03:49:47)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#3 12-10-2017 23:17:16

matou
modérateur

Re : Doctor Who 27x01 Rose

En petite parenthèse, que Davies a une écriture authentique. Ses personnages ne sont pas en dehors de l'époque, mais l'incarnent complètement.
Davies aime le gens et n'oublie pas les classes populaires.

C'est d'ailleurs une des forces de ce revival, de ne pas laisser de côté authenticité.
Un autre regard, plus mercantile, aurait proposé un perso plus neutre, moins en galère sociale.

Hors ligne

#4 13-10-2017 20:24:31

matou
modérateur

Re : Doctor Who 27x01 Rose

Ce qui dessert aussi le fun de Davies et donc la première saison, c'est la simplicité avec laquelle tout cela est à la fois un nouveau départ et pourtant une continuité.
Bon c'est plus simple avec un perso qui peut se "rebooter".
Mais clairement Davies, a voulu parler autant aux profanes et aux connaisseurs. Mais il l'a fait avec un grand naturel.
Et souvent la simplicité est ce qui est le plus dur à obtenir. Et ce dont on voit le moins tous les efforts qu'il y a derrière.
Enfin, il s'est entouré d'auteurs de qualité, dont il réécrivait le travail (sauf Moffat). Pour garder une ligne directrice.
Et pas que des auteurs, acteurs réalisateurs, producteurs, tous avaient une vision commune et exigeante.

La recette donc pour réactualiser une franchise? De bon connaisseurs, des auteurs variés mais généreux, un respect du public, qu'il soit fan ou pas, une ligne conductrice claire et bien pensée à laquelle on fait adhérer l'équipe créative.

Hors ligne

#5 13-10-2017 20:46:45

scorpius
Nowhere Man

Re : Doctor Who 27x01 Rose

On est d'accord. Davies avait tellement de choses à gérer sur cette première saison qu'il y a forcément certains aspects qui ne sont pas encore tout à fait maitrisés. Et puis il faut également rappeler qu'en coulisse tout n'était pas simple, ce retour était un tel enjeu que la pression devait être énorme. Si Eccleston n'est resté qu'une saison, il y a bien une raison... Pourtant il est dingue de voir à quel point Davies parvient à sublimer certaines "erreurs". Comme l'épisode "Boom Town", on à partir d'un concept casse gueule qui ne marche pas, à base d'aliens péteurs (quand même) il converge vers une confrontation psychologique d'une intensité assez folle.

Matou a écrit :

La recette donc pour réactualiser une franchise? De bons connaisseurs, des auteurs variés mais généreux, un respect du public, qu'il soit fan ou pas, une ligne conductrice claire et bien pensée à laquelle on fait adhérer l'équipe créative.

Tu as tout dit !

Dernière modification par scorpius (13-10-2017 21:25:42)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#6 13-10-2017 21:05:49

matou
modérateur

Re : Doctor Who 27x01 Rose

Et tu vois que Bily Piper ne reste que deux saisons, que donc dès la fin de la première, il a déjà Tennant de casté, que Catherine Tate n'est pas loin, que John Barrowman est lui aussi là.
Que tout ce petit monde voit une vraie alchimie se créer entre acteur et cela se voit à l'écran. Alors que ce n'était pas gagné d'avance.

Cela a permis à la série de gagner en qualité de saison en saison, je parle des saisons de Davies. Avec carrément des épisodes de conclusions de son run.
Car malgré la pression, les tâtonnements du début, les fondations étaient très solides.

Hors ligne

#7 14-10-2017 21:18:38

yrad
admin

Re : Doctor Who 27x01 Rose

Merci, Scorpius, d'avoir inauguré ce tout premier topic dédié à un épisode - hors Star Trek !
Ton initiative s'inscrit bien dans l'esprit de la refonte du forum : offrir davantage d'espace d'expression à l'ensemble de l'imaginaire, avec notamment de nouvelles rubriques consacrées aux grand(e)s univers/franchises audiovisuel(le)s pouvant accueillir un topic pour chaque épisode/film.

J'ai toutefois changé le titre de ce topic, en remplaçant Doctor Who 01x01 Rose par Doctor Who 27x01 Rose, afin d'assumer pleinement la série historique.
Quoique d'aucuns séparent les deux séries, celle de 2005 n'est pas un reboot, mais bien un revival de celle de 1963 (comme la saison 7 de The Avengers, la saison 10 de The X Files ou encore la saison 3 de Twin Peaks, voire même ST TAS par rapport à ST TOS).
Et il me semble équitable d'entériner le scrupule de continuité des auteurs de Doctor Who en continuant à incrémenter la numérotation originelle...


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#8 14-10-2017 21:21:10

yrad
admin

Re : Doctor Who 27x01 Rose

scorpius a écrit :

Et à coté de ça, il y a le Doc' de Christopher Eccleston qui n'a besoin que de quelques minutes pour s'imposer comme l'une des meilleurs incarnations du personnage. Eccleston est tout simplement hypnotique et dans son interprétation il parvient à capter la nature alien du Docteur comme peu d'acteurs en ont été capables (Tom Baker, Matt Smith & Peter Capaldi sont les seuls que je peux mettre au même niveau).

La seule incarnation du Doc' qui soit vraiment au niveau de Christopher Eccleston, c'est Tom Baker.
Matt Smith et Peter Capaldi ont de nombreuses qualités, mais leur "alien touch" n'atteint pas le même degré d'indicibilité, AMHA.

matou a écrit :
scorpius a écrit :

La recette donc pour réactualiser une franchise? De bons connaisseurs, des auteurs variés mais généreux, un respect du public, qu'il soit fan ou pas, une ligne conductrice claire et bien pensée à laquelle on fait adhérer l'équipe créative.

Tu as tout dit !

En même temps, les showrunners de Discovery sont probablement eux-mêmes convaincus de vérifier en tout point la "recette" énoncée par Matou. mdr


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

Pied de page des forums