#26 08-07-2014 20:54:16

scorpius
Nowhere Man

Re : Cinéma du monde : Cinéma asiatique

The God of Cookery

GodOfCookery.jpg

J'étais passé totalement à côté de ce petit bijou oops c'est donc une vraie découverte pour moi et un excellent cru pour Stephen Chow.
Ca tombe en plein dans ce cinéma sous influence Shonen dont on parle plus haut avec DrAg0r : il y a donc une vraie candeur et ça délire à tous les étages (les différentes techniques de cuisine mdr ). Alors on peut éventuellement reprocher un petit manque d'originalité pour quiconque connait un tant soit peu le taf' de Chow, pas mal de situations ou d'achétyque qu'il va recycler ultérieurement.

M'enfin, la sauce prend quand même, en dosant parfaitement ses ingrédients habituels, Chow livre un repas de choix, à conseiller à tous les gourmets de cinoche asiat'.

Dernière modification par scorpius (08-07-2014 20:55:18)


tumblr_o7urmqeDPy1rszoo3o5_r1_400.gif

Hors ligne

#27 09-07-2014 08:10:14

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Cinéma du monde : Cinéma asiatique

Grouuu, c'est bien tentant ça smile


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#28 20-09-2014 18:48:42

scorpius
Nowhere Man

Re : Cinéma du monde : Cinéma asiatique

Journey to the West : Conquering the Demons

JourneytotheWestConqueringtheDemons.jpg

Vous allez dire : encore un film de Stephen Chow ?
Oui, mais là il signe sans aucun doute son meilleur film depuis "le roi singe". Forcément en partageant le même sujet, à savoir la pérégrination vers l'Ouest (le film pourrait presque fonctionner comme un prequel au roi singe, centré sur le moine Xuanzang) on retrouve entre les 2 films pas mal de points communs. A commencer par cette faculté qu'a Chow de passer du rires aux larmes avec une virtuosité confondante et dans les 2 cas on retrouve une histoire d'amour tragique qui forme l'ossature émotionnelle du récit.

Mais là ou "Journey to the West" se différencie c'est dans son apect horrifique, en effet non-seulement on a des scènes très graphiques mais Stephen Chow parvient vraiment à nous foutre la pression en bâtissant un véritable suspens (impossible de ne pas penser à Jaws durant toute la formidable séquence d'introduction). Cet aspect horrifique on le retrouve aussi chez le roi singe lui-même, qui est franchement flippant. Ce n'est pas la première fois que Chow tente ce type de greffe d'un genre à l'autre, on se souvient de l'ouverture "comédie musicale" de Crazy Kung-Fu. Sauf que là, ça va au-delà du simple clin d'oeil et on sent la patte d'un cinéaste qui maitrise totalement son art !

(Et puis Stephen Chow oblige, on retrouve quelques hommages à l'imagerie manga, ici la plus marquante étant la transformation du roi singe en Oozaru dans une séquence dantesque qui fout la honte au piteux Dragon Ball évolution).

10/10 (c'est rare, mais il le mérite très largement)

Dernière modification par scorpius (20-09-2014 18:58:00)


tumblr_o7urmqeDPy1rszoo3o5_r1_400.gif

Hors ligne

#29 22-09-2014 09:52:01

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Cinéma du monde : Cinéma asiatique

À ce point ?

Eh bien il faudra que je songe à le regarder alors smile

(Bon, je n'ai toujours pas vu "The God of Cookery", j'ai du retard à rattraper, mais pas trop le temps en ce moment)


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#30 22-09-2014 15:45:57

scorpius
Nowhere Man

Re : Cinéma du monde : Cinéma asiatique

Hk : Forbidden Super Hero

HK_Hentai_Kamen-p1.jpg

Bon, autant prévenir tout de suite (au cas ou l'affiche ne serait pas déjà suffisante) c'est du grand n'importe quoi !

Les plus gros clichés super-héroïques passés à la moulinette de l'humour bien barré des japonais, ça fait des dégâts... Dès le générique d'ouverture qui détourne celui du Spider-Man de Raimi, mais remplaçant les toiles d'araignées par des dentelles et des petites culottes, le ton est donné mdr
Notre héros est donc un pseudo Peter Parker, plutôt costaud physiquement, mais à peu près aussi fort qu'une fillette de 3 ans. Il a néanmoins un sens aigu de la justice l'amenant à se faire dérouiller de façon régulière. Heureusement pour lui, il découvre un jour qu'en mettant une petite culotte sur son visage, il active les gènes récessifs de sa mère (une dominatrix bien siphonnée) lui permettant d'exploiter 100% de son potentiel. Il devient donc le pervert masqué, un super-héros tout à fait unique (dieu merci lol ).

Vous l'aurez compris, voilà une comédie déjantée pas forcément facile d'accès, faut vraiment adhèrer à l'humour crypto-gay et aux délires combinants super-pouvoirs & dominations/fétichisme. Perso je me suis fendu la poire comme un con tout du long. C'est vraiment un cinéma "autre", absolument inénarrable, mais qui prend un plaisir tellement communicatif à détourner les codes du genre, qu'il en est très attachant (à l'image de l'héroïne/love-interest candide de notre héros, ignorant tout bien entendu de sa double identité, qui culpabilise de fantasmer sur un super-héros, certes, mais qui semble aussi être un pervert travesti).

Dernière modification par scorpius (22-09-2014 16:20:08)


tumblr_o7urmqeDPy1rszoo3o5_r1_400.gif

Hors ligne

#31 08-12-2014 09:52:37

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Cinéma du monde : Cinéma asiatique

scorpius a écrit :

Vu hier soir, il m'a pas mal fait rigoler avec son côté nanard débile et exagéré...

Le point noir c'est cette culpabilisation de la laideur à travers l'argument de la chirurgie esthétique... Qui revient deux fois et qui est même l'aboutissement final... Je n'ai pas l'impression que cette idée y soit parodiée ou moquée, mais plutôt qu'elle est intégrée, comme si ça semblait normal... Après je ne connais pas du tout la manière de penser des résidents d'Hong Kong à ce sujet, et j’interprète probablement trop à travers mon regard occidental.

Ça reste un bon divertissement bien déjanté et drôle smile


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#32 08-12-2014 10:26:21

scorpius
Nowhere Man

Re : Cinéma du monde : Cinéma asiatique

DrAg0r a écrit :

Le point noir c'est cette culpabilisation de la laideur à travers l'argument de la chirurgie esthétique... Qui revient deux fois et qui est même l'aboutissement final... Je n'ai pas l'impression que cette idée y soit parodiée ou moquée, mais plutôt qu'elle est intégrée, comme si ça semblait normal... Après je ne connais pas du tout la manière de penser des résidents d'Hong Kong à ce sujet, et j’interprète probablement trop à travers mon regard occidental.

La façon dont j'interprète la chose est qu'il s'agit surtout d'une métaphore. La transformation physique de l'héroïne renvoie à celle de la personnalité du héros, il y a une sorte d'influence commune entre l'un et l'autre. Ils sont comme des papillons sortis de leurs chrysalides, ce type de métamorphose c'est un théme qui revient souvent dans le cinéma de Chow. Je ne pense pas qu'il faille y voir une culpabilisation de la laideur, notre héroïne trouve surtout la volonté de dépasser, de se débarrasser d'un handicap qui l'empêche de s'accomplir totalement.

Ça reste un bon divertissement bien déjanté et drôle smile

Heureux de voir que tu as passé un bon moment smile
Surtout n'hésite à foncer sur "Journey to the West" crois-moi, tu ne seras pas déçu du voyage.


tumblr_o7urmqeDPy1rszoo3o5_r1_400.gif

Hors ligne

#33 08-12-2014 10:48:07

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Cinéma du monde : Cinéma asiatique

scorpius a écrit :

La façon dont j'interprète la chose est qu'il s'agit surtout d'une métaphore. La transformation physique de l'héroïne renvoie à celle de la personnalité du héros, il y a une sorte d'influence commune entre l'un et l'autre. Ils sont comme des papillons sortis de leurs chrysalides, ce type de métamorphose c'est un théme qui revient souvent dans le cinéma de Chow. Je ne pense pas qu'il faille y voir une culpabilisation de la laideur, notre héroïne trouve surtout la volonté de dépasser, de se débarrasser d'un handicap qui l'empêche de s'accomplir totalement.

D'accord, mais il y a aussi le début où le héro envoie bouler un chef parce qu'il est moche, et lui explique qu'il doit faire de la chirurgie esthétique... Bon, à ce moment là il est supposé avoir une personnalité exécrable... Mais ça fait beaucoup je trouve.
Je comprends tout de même ton interprétation, c'est plus appréciable ainsi wink

scorpius a écrit :

Heureux de voir que tu as passé un bon moment smile
Surtout n'hésite à foncer sur "Journey to the West" crois-moi, tu ne seras pas déçu du voyage.

Merci, c'est prévu big_smile


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#34 22-05-2015 18:29:26

scorpius
Nowhere Man

Re : Cinéma du monde : Cinéma asiatique

The Taking of Tiger Mountain

Tracks_in_the_Snowy_Forest_poster.jpg

Cela fait déjà un petit moment que Tsui Hark a retrouvé son cinéma, peuvent en attester les bombes "Detective Dee".

The Taking of Tiger Mountain est une réussite qui n'a pas grand chose à leur envier.
Le film est peut être un peu moins facile d'accès en raison d'un rythme étrange : une vraie montagne russe, avec de sacrés sommets, mais aussi quelques creux... Rien de très grave, mais le montage est parfois maladroit s'attardant sur des trucs un peu OSEF (les séquences dans le présent totalement inutiles, la fin hachée avec une peusdo réunion onirique ratée) mais par contre quand Tsui lache les chevaux, ça fait très mal !

Les scènes d'actions (particulièrement la défense d'un village et la prise de la forteresse du bad guy) sont complètement dingues eek Dans un genre qui n'a rien à voir, c'est aussi puissant que Fury Road. En plus il y a une atmosphère de ouf', chez le méchant on se croirait dans un sérial. Influence qu'on retrouve aussi dans certains morceaux de bravoures, notamment un fight incroyable avec un Tigre en pleine nature, ou encore lors du climax avec le chef des méchants (une véritable raclure) qui tente de se barrer de sa forteresse (ça enterre tout ce que la franchise James Bond a pû pondre depuis plus de 10 ans).
Toute la partie du film ou Yang infiltre les méchants est simplement mortelle, avec un double jeu ultra-jouissif (la bande d'enfoirés qui le teste en permanence et lui qui s'en sort avec un sang-froid incroyable) et comme en plus Zang Hanyu (au centre sur l'affiche) a un charisme de malade joy

Une bonne grosse baffe, quoi !
(A priori rien d'annoncé pour une sortie chez nous, dans les salles faut pas rêver, mais j'ose croire que ça va débarquer en dvd/bluray, dans le cas contraire ce serait inadmissible).

Dernière modification par scorpius (23-05-2015 22:21:14)


tumblr_o7urmqeDPy1rszoo3o5_r1_400.gif

Hors ligne

#35 18-02-2017 11:43:36

scorpius
Nowhere Man

Re : Cinéma du monde : Cinéma asiatique

Journey to the West : The Demons Strike Back

Toutes mes excuses, je suis un peu sonné, je viens de vivre une expérience cinématographique totalement démente.

Ca devient une habitude avec Tsui Hark, mais là putain, il signe carrément LE film de tous les excès. Que ce soit sur le plan de la direction artistique ultra-chargée qui multiplies les designs plus délirants et/ou destabilisant les uns que les autres (les demons araignées qui sortent tout droit d'un animé de Yoshiaki Kawajiri) de la palette de couleurs d'une richesse hallucinante au point qu'elle pourrait dégouter (j'avoue dès l'intro onirique en Inde, je suis dis, WTF ?)  ou encore au niveau de l'humour qui n'hésite pas à virer dans le grotesque le plus total, c'est simple à mon avis, soit on adore (ce qui est mon cas) soit on déteste. Je doute qu'il y ait un juste milieu avec un film pareil.

Mais si on est disposé à accepter la proposition de Tsui Hark pour ce qu'elle est, à savoir un film qui repousse les limites du "manga live" je peux assurer que le plaisir est total. Pour donner une idée de la folie du truc en terme de spectacle, on a l'impression que le film a été storyboardé par le Akira Toriyama des grandes heures. En cela, Tsui est fidèle aux influences de Stephen Show sur le premier volet, mais il va tellement plus loin... Les "transformations" du Roi Singe façon Super Saiyan, le climax en mode full-Oozaru ou il chevauche son nuage magique eek s'en est épuisant de virtuosité.

Le scénario quand à lui se concentre sur la relation entre le moine Xuangzang et le Roi Singe.
Antagonistes dans le premier film, on assiste ici à la construction de l'amitié de ces 2 êtres que tout oppose. On a une histoire qui se construit sur des twists successifs, du coup l'enjeu central et l'identité du méchant principal met du temps à se dessiner. J'imagine donc que pour certains (surtout si on adhère pas au ton si particulier du film) ça pourra sembler bordélique. Perso, j'ai aimé me laisser porter sans savoir vraiment ou le film allait m'emmener, me prenant morceaux de bravoures sur morceaux de bravoures en pleine poire.

Au final un film différent du premier, moins facile d'accès mais encore plus fou et virtuose. J'aurais franchement pas cru ça possible, mais de la part de Tsui Hark plus rien ne m'étonne.

Dernière modification par scorpius (18-02-2017 13:30:36)


tumblr_o7urmqeDPy1rszoo3o5_r1_400.gif

Hors ligne

#36 20-02-2017 14:58:56

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Cinéma du monde : Cinéma asiatique

Eh bien ça donne envie !

De mon côté récemment j'ai vu Huā Mùlán (ou Mulan, la guerrière légendaire en FR) de Jingle Ma. J'ai été un peu déçu par les combats, plus "réalistes" que ce à quoi je m'attendais, mais l'histoire est plutôt cool. Je ne connais pas trop la légende, mais le film a l'air d'y coller beaucoup (beaucoup) plus que l'animé Disney.
Je m'attendais à un truc épique et irréaliste, et j'ai eu droit à un film sur l'horreur de la guerre, la difficulté du commandement et la déshumanisation. Ce qui est bien aussi en fait smile

À un moment j'ai eu peur que la romance envahisse trop le film, mais finalement elle reste très pudique et très en retrait ce qui fait que ça ne gêne pas.


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#37 18-07-2017 12:42:30

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Cinéma du monde : Cinéma asiatique

kaizoku-sentai-gokaiger-vs-space-sheriff-gavan-the-movie.jpg
Je suis en plein dans le Tokusatsu et les Super Sentai en ce moment, et hier soir j'ai regardé Kaizoku Sentai Gokaiger vs. Space Sheriff Gavan: The Movie et j'ai été tout surpris de voir que le Chō Jigen Kōsokuki Dorugiran, le vaisseau de Space Sheriff Gavan a une forme qui rappelle très fortement un certain vaisseau que nous connaissons bien...
02ef66f7.jpg
Sinon j'ai passé un super bon moment. J'aime bien ce genre qui malgré un carcan restreint en apparence, ne se donne pratiquement aucune limite, tant que c'est pour montrer des actions épiques et en mettre plein la vue avec une mise en scène impressionnante malgré des Fx en carton.
La veille j'avais regardé Gokaiger Goseiger Super Sentai 199 Hero Great Battle, le film anniversaire qui fêtait les 35 ans de la franchise Super Sentai.
182000.jpg
Il m'a complètement soufflé, avec une majorité d'effets spéciaux analogiques, et quelques effets numériques bas de gamme, ce film m'en a plus mis dans les yeux que tous les gros blockbusters hollywoodiens que j'ai pu voir ces 10 dernières années réunis. Et ce n'est pas juste pour l'hyperbole que je dis ça. Il y a vraiment un sens de la mise en scène et de la réalisation qui me touche particulièrement. C'est bourré de faux raccords et de ficelles scénaristiques grosses comme des câbles de pont suspendus, mais c'est tellement assumé que finalement ça renforce l'impression de sincérité qui se dégage du film.
Comme je n'ai vu que peu de Super Sentai (Gokaiger en entier, et quelques épisodes de Zyuranger et de Magiranger) je n'ai pratiquement compris aucune des références et caméos divers, mais ça ne m'a pas du tout gêné.
Vraiment une découverte marquante pour moi.

Dernière modification par DrAg0r (18-07-2017 12:52:51)


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#38 18-07-2017 15:08:39

matou
modérateur

Re : Cinéma du monde : Cinéma asiatique

Space Sheriff Gavan alias X-or, le héros de l'enfance de bien des gens.

Hors ligne

Pied de page des forums