ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1276 27-04-2014 10:48:20

dvmy
Je sens l'appel de la lumière

Re : Star Trek: Enterprise

Je ne comprendrais jamais pourquoi Yrad réserve ses tests et critiques à ce site de merde

Hors ligne

#1277 27-04-2014 12:37:41

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Star Trek: Enterprise

Warp 9 a écrit :

C'est marrant mais la plupart des TOSians que je connais ne peuvent pas piffer ENT.

Parce que c'était peut être un reboot déguisé de La Série Originale qui ne voulait pas dire son nom , c'est ainsi que j'analyse aujourd'hui mon rejet initiale .
Il y avait  aussi le démarrage poussif des deux premières saisons , ses licences envers l'héritage ,  le virage 'dark" post 9.11 de la saison 3. Hélas obligatoire pour ne pas être à la ramasse..

Mais franchement difficile de faire la fine bouche devant la saison 4 sous la direction de Many Coto..
& je trouve tout de même Enterprise beaucoup plus humble et respectueuses de TOS  qu'une certaine "pantoufle cosmique " wink

dl500 a écrit :

Pour un Tosien, Enterprise est un réel bain de jouvence, d'air frais et de plaisir gourmet trekkien après autant (trop?) d'épisodes du 24ième siècle.

Je serai beaucoup plus mesuré que toi, même si, j'adore Enterprise désormais.
Un bain de jouvence ? .. On sent tout de même l'usure du système Rick Berman, le retard pris sur les évenements historiques et les évolutions dans le domaine de la narration télévisuelles .

Sinon je te rejoint sur quelque chose, les quelques 94 épisodes d'Enterprise rendent sa vision plus agréable que les 176 épisodes d'une série du XXIVéme siécle.
7 saisons , c'est beaucoup, beaucoup trop.. Toute les bonnes choses doivent avoir une fin.. Gene Roddenberry était un visionnaire en tablant La Série Originale sur 5 saisons.


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#1278 27-04-2014 12:58:34

dvmy
Je sens l'appel de la lumière

Re : Star Trek: Enterprise

Hey Dl500... j'ai beau aimer la série, il n'y a pas plus réchauffé, peu original et en manque d'inspiration que les deux premières saisons! La très bonne 3eme saison et l'excellente ultime saison ne peuvent pas effacer les deux premières.

Hors ligne

#1279 27-04-2014 13:00:20

scorpius
Nowhere Man

Re : Star Trek: Enterprise

Buckaroo a écrit :

Sinon je te rejoint sur quelque chose, les quelques 94 épisodes d'Enterprise rendent sa vision plus agréable que les 176 épisodes d'une série du XXIVéme siécle.
7 saisons , c'est beaucoup, beaucoup trop.. Toute les bonnes choses doivent avoir une fin.. Gene Roddenberry était un visionnaire en tablant La Série Originale sur 5 saisons.

Je ne suis absolument pas d'accord !
ENT avait largement le potentiel pour tenir la distance sur 7 saisons sans s'essoufflée. Rien que la Romulan War 'tain mais ne pas avoir vu ce conflit à l'écran ça reste ma plus grande frustration de Trekker sad Alors suivre une guerre de 4 années ça aurait pu être lourd sur la durée, (surtout après DS9) mais par exemple la série aurait pu faire un bond dans le temps entre les saisons 5 & 6, pour le coup en terme de narration ça aurait été du jamais vu dans le Star Trek télévisuel... (mais bon tout cela ce n'est que du fantasme).

Dernière modification par scorpius (27-04-2014 13:01:50)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#1280 27-04-2014 16:56:35

dl500
TOS Forever

Re : Star Trek: Enterprise

Salut Dvmy, salut Buck.

Alors pour vous répondre:

Je n'ai absolument pas ressenti une usure du système lors de son visionnage. Et ce pour 3 raisons. La première c'est que cela faisait longtemps que je n'avais regardé une série ST, et que j'y ai pris beaucoup de plaisir. En plus, je  connais finalement peu DS9 et VOY, je n'ai donc pas senti de "redite". La seconde c'est que j'ai regardé ENT, TOS et TNG dans l'ordre chronologique et que ça y joue aussi beaucoup. La troisième c'est que j'avais tellement lu de critiques négatives que son visionnage a finalement été bien moins difficile que prévu. Il ne faut jamais s'en tenir aux critiques sans connaitre soi-même l'œuvre. La preuve ça m'a donné l'envie d'embrayer direct sur la suite (TOS et TNG).

J'ai de nouveau regardé ENT juste après TNG, et oui, je l'ai trouvé bien moins engoncée, plus ouverte, plus aérée. Certes moins profonde mais c'est sensé être une époque de découverte ce 22ième siècle.
7 saisons, c'est trop, même l'inattaquable TNG a perdu des plumes sur la fin. C'est trop long, et ça n'aide pas à faire découvrir ST aux nouveaux ou aux profanes. Et c'est là où Yrad a raison. Unification est un site qui s'adresse aux plus grands nombres (tient ça me dit quelque chose...) et non à une poignée de fans déjà convertis. En écrivant sur Unif, il a bien plus de chance de toucher de nouveaux curieux  à cette série.
Et c'est vrai que les deux premières saisons sont plans plans. Cependant, Dvmy, si tu relis mes commentaires sur la série, tu verras que je n'ai pas été tendre avec la seconde saison. Elle est effectivement bourrée d'épisodes ratés. Mais au global, cette série ne démérite absolument pas face à ses grandes sœurs.
ENT et son équipage me parle bien plus que TNG, parce que bien plus proche de TOS que les 3 séries du 24ième siècle.

Je vous ai expliqué comment j'ai découvert ENT, ça n'engage que moi, j'aurais peut-être réagit différemment après 21 saisons à la suite effectivement.


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#1281 27-04-2014 20:03:13

KIRK
Fan Intermittent

Re : Star Trek: Enterprise

dvmy a écrit :

A part Similitude il n'y a aucun fond dans cette saison 3. D'ailleurs il n'y a presque aucun fond tout court dans ENT, n'en déplaise à Yrad qui m'affirme le contraire depuis près de 5 ans. C'est une grande série de distraction, incroyablement belle et bien fichue... techniquement!

Bien que partageant l'idée que ENT n'apporte pas grand chose de neuf sur la forme je ne suis pas d'accord sur le fond. Rien que la thématique de départ : l' envol spatial de la Terre et du tout premier vaisseau spatial humain dans la galaxie ; rien que cela c'est du lourd.

dl500 a écrit :

Je n'ai absolument pas ressenti une usure du système lors de son visionnage. Et ce pour 3 raisons. La première c'est que cela faisait longtemps que je n'avais regardé une série ST, et que j'y ai pris beaucoup de plaisir. En plus, je  connais finalement peu DS9 et VOY, je n'ai donc pas senti de "redite".

Ceci expliquant peut - être cela... tu as un œil plus neuf que la plupart d'entre nous qui avons visionné plusieurs fois toutes les franchises { ce qui n'est pas mon cas notamment pour DS9 }

dl500 a écrit :

Je vous ai expliqué comment j'ai découvert ENT, ça n'engage que moi, j'aurais peut-être réagit différemment après 21 saisons à la suite effectivement.

Oui certainement et combien de fois 21 saisons pour les plus aficionados du forum ? on y perd en fraicheur et en recul c'est certain ; à force d'avoir le nez dans le guidon on ne regarde plus le paysage qu'il y a autours...

dl500 a écrit :

dl500 a écrit :



Et que dire de la trame principale: ah le 11 septembre! Il faut se venger!!!!!! Le patriotisme américain y est tellement présent que c'est à vomir. C'est américano centré et pas de profondeur en plus. Le parallèle y est tellement évident

buckaroo a écrit :

Ecoute imaginons que Gene Roddenberry fut encore vivant & en bonne santé en 2001 ( il aurait eut 80 ans ) ..Crois tu réellement qu'il n'aurait pas souffert comme des millions d'Américains à l'attaque du 11 septembre 2001? Qu'il n'en n'aurait pas parlé dans Star Trek ? ..

Comme américain ayant fait la guerre, non mais il l'aurait abordé avec plus de subtilité que Abrams avec STID ; son attaque terroriste du siège de Starfleet de frisco n'est qu'une parabole grossière à l'attaque du 11/09 !

buckaroo a écrit :

je trouve tout de même Enterprise beaucoup plus humble et respectueuses de TOS  qu'une certaine "pantoufle cosmique

1-- Pourquoi toujours cette référence iconique à TOS de ta part...
2-- Aujourd'hui c'est feu nourri sur VOY et demain ça sera qui ou quoi ? coffee

Dernière modification par KIRK (27-04-2014 20:19:23)

Hors ligne

#1282 28-04-2014 14:08:38

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Star Trek: Enterprise

scorpius a écrit :
Buckaroo a écrit :

Sinon je te rejoint sur quelque chose, les quelques 94 épisodes d'Enterprise rendent sa vision plus agréable que les 176 épisodes d'une série du XXIVéme siécle.
7 saisons , c'est beaucoup, beaucoup trop.. Toute les bonnes choses doivent avoir une fin.. Gene Roddenberry était un visionnaire en tablant La Série Originale sur 5 saisons.

Je ne suis absolument pas d'accord !
ENT avait largement le potentiel pour tenir la distance sur 7 saisons sans s'essoufflée. Rien que la Romulan War 'tain mais ne pas avoir vu ce conflit à l'écran ça reste ma plus grande frustration de Trekker sad Alors suivre une guerre de 4 années ça aurait pu être lourd sur la durée, (surtout après DS9)

La guerre interstellaire ? ..Star Trek l'a déjà  abordé et bien avec DS9. La Guerre du Dominion peut se lire comme une allégorie de la guerre du Pacifique, celle ou les deux Gene ont sacrifié leur jeunesse..
Rien qu'à ce niveau, je ne vois absolument pas ce que la guerre Earth Romulus aurait put dire de plus sur l'univers ST et son  rapport à la guerre.

En plus je vois mal Enterprise se ridiculiser à jouer avec ce sujet quand la concurrence ( BSG2003 ) y va franco  visuellement et thématiquement .
Aurais je envie de voir Hoshi se foutre une balle dans la tête, un Archer usé et fatigué se plonger dans l'alcool ? Une prisonnière Romulienne se faire violé et torturé ?
Oh que non !!!
Puis, il y aurait comme une redondance au sein même de la série avec la saison 3 "Into Darkness ".. Archer a déjà été au combat , il a dansé sous une lune pâle ( Damage.ENT.3 )..Que dire de plus ?
La saison 3 est humblement suffisante à ce sujet .

Avec la saison 3, j'ai compris que j'aimais ses personnages & que je n'avais absolument plus envie de les voir souffrir à nouveau des stigmates de la guerre.. Archer n'est absolument pas un soldat, une créature de devoir tel que Kirk  ou Sisko. Le NX01 est un prototype , pas un vaisseau de guerre.. Je les vois très mal en première ligne, sur le front.. Archer en fin stratége et maître de guerre ?
Je n'y croirais absolument pas... Le politicien  , le diplomate oui !.. Là on est dans la vérité du personnage et peut être même de la série qui n'est pas la Guerre Earth Romulus , mais bel et bien la naissance de la Fédération..
Une cinquième saison n'aurait pas été de refus en allant vers cette direction plus spatio politicienne.. Mais pas étendu vers une 6ème saison.

mais par exemple la série aurait pu faire un bond dans le temps entre les saisons 5 & 6, pour le coup en terme de narration ça aurait été du jamais vu dans le Star Trek télévisuel... (mais bon tout cela ce n'est que du fantasme).

Le flash forward , c'est un peu ce qu'a fait These Are The Voyages.. Je pense même que Many Coto y avait songé   pour la saison 5.. Lui aussi aurait évité de montrer cette guerre, mais se serait plutôt attarder sur les coulisses de la naissance de la Fédération..  Une fois ce but achevé, il n'y a plus rien à dire pour Enterprise, ni sur Archer ni sur l'équipage du NX01.

Ok on pouvait étirer la situation, mais c'était courir le risque d'installer l'ennui et en faire un terreau pour de mauvais épisodes qui n'ont rien à dire...

Je ne fais pas cette remarque sur le trop plein de saison uniquement pour Enterprise .
TNG a une saison de trop , la 7ème . Elle n'avait plus rien à dire..& tout ce qu'elle avait à dire , c'était pour préparer le théâtre de DS9 ..
DS9 pareil , une saison de trop , la seconde.. Ils ont trop étiré sur le schéma géo politique autour de Bajor.


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#1283 28-04-2014 14:35:24

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Star Trek: Enterprise

KIRK a écrit :
buckaroo a écrit :

Ecoute imaginons que Gene Roddenberry fut encore vivant & en bonne santé en 2001 ( il aurait eut 80 ans ) ..Crois tu réellement qu'il n'aurait pas souffert comme des millions d'Américains à l'attaque du 11 septembre 2001? Qu'il n'en n'aurait pas parlé dans Star Trek ? ..

Comme américain ayant fait la guerre, non mais il l'aurait abordé avec plus de subtilité que Abrams avec STID .

De la subtilité chez Gene Roddenberry ? .. Le gars qui a écrit The Omega Glory  , Mudd's Women , Bread and Circuses , Turnabout Intruder ??
Allons un peu de sérieux.. The Cage est l'exception qui confirme la régle.. Non Roddenberry n'a jamais été   un écrivain subtil à la Rod Sterling...
& je préfères d'ailleurs ce Gene là  qui s'exprimait avec le coeur que le vieux Gene grisé par le succès des années 80 : le Gourou des Trekkies ...

Peut être que tu as raison.. Le Gene gonflé par ce statut d'idole aurait répondut autrement au 11 septembre 2001 ..

son attaque terroriste du siège de Starfleet de frisco n'est qu'une parabole grossière à l'attaque du 11/09 !

Non , la parabole de 11 septembre 2001 c'est pas STID , c'est la destruction de Vulcain dans ST2009 ...

STID, c'est plutôt la traque de Bin Laden et la mise en cause des  faucons Républicains responsable de la guerre..
Quand on sait que le vieux Gene grisait sur ST6 à cause de l' Amiral Cartwright et des conspirateurs à Starfleet ..Tout cela parce que selon lui, Starfleet sont tous les gens nobles et incorruptibles ...
Qui est dans le grossier réellement ?
Le vieux Gene ou JJ Abrams ?
Heureusement que Nick Meyer ne prenait pas en compte son avis.. The Undiscovered Country aurait été une belle purge ... & non cette belle , simple et tendre allégorie sur la chute du bloc de l'est .


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#1284 28-04-2014 15:00:45

scorpius
Nowhere Man

Re : Star Trek: Enterprise

Buckaroo a écrit :

La guerre interstellaire ? ..Star Trek l'a déjà  abordé et bien avec DS9. La Guerre du Dominion peut se lire comme une allégorie de la guerre du Pacifique, celle ou les deux Gene ont sacrifié leur jeunesse..
Rien qu'à ce niveau, je ne vois absolument pas ce que la guerre Earth Romulus aurait put dire de plus sur l'univers ST et son  rapport à la guerre.

En plus je vois mal Enterprise se ridiculiser à jouer avec ce sujet quand la concurrence ( BSG2003 ) y va franco  visuellement et thématiquement .
Aurais je envie de voir Hoshi se foutre une balle dans la tête, un Archer usé et fatigué se plonger dans l'alcool ? Une prisonnière Romulienne se faire violé et torturé ?
Oh que non !!!
Puis, il y aurait comme une redondance au sein même de la série avec la saison 3 "Into Darkness ".. Archer a déjà été au combat , il a dansé sous une lune pâle ( Damage.ENT.3 )..Que dire de plus ?
La saison 3 est humblement suffisante à ce sujet .

Avec la saison 3, j'ai compris que j'aimais ses personnages & que je n'avais absolument plus envie de les voir souffrir à nouveau des stigmates de la guerre.. Archer n'est absolument pas un soldat, une créature de devoir tel que Kirk  ou Sisko. Le NX01 est un prototype , pas un vaisseau de guerre.. Je les vois très mal en première ligne, sur le front.. Archer en fin stratége et maître de guerre ?
Je n'y croirais absolument pas... Le politicien  , le diplomate oui !.. Là on est dans la vérité du personnage et peut être même de la série qui n'est pas la Guerre Earth Romulus , mais bel et bien la naissance de la Fédération..
Une cinquième saison n'aurait pas été de refus en allant vers cette direction plus spatio politicienne.. Mais pas étendu vers une 6ème saison.

Ce n'est pas tant l'aspect "batailles spatiales" qui m'intéresse, que l'aspect géo-politique propre au 22ème siécle, sur ce point la série avait largement de quoi se différenciée. La torture, des personnages qui sombrent dans la déprime, je m'en cogne un peu, ce qui m'aurait passionné c'est de voir comment cette toute jeune alliance Earth/Vulcain/Andoria, gère l'affrontement face à un ennemi mystèrieux et impitoyable. Sans parler de Terra Prime dont le développement dans ce contexte aurait été passionnant à suivre, puisse que de toute évidence, avec la guerre, ils avaient là la matière première idéale à leur propagande. Bref, toute les choses amorcées en saison 4, mais pas vraiment concrétisées.

Le flash forward , c'est un peu ce qu'a fait These Are The Voyages.. Je pense même que Many Coto y avait songé   pour la saison 5.. Lui aussi aurait évité de montrer cette guerre, mais se serait plutôt attarder sur les coulisses de la naissance de la Fédération..  Une fois ce but achevé, il n'y a plus rien à dire pour Enterprise, ni sur Archer ni sur l'équipage du NX01.

Ok on pouvait étirer la situation, mais c'était courir le risque d'installer l'ennui et en faire un terreau pour de mauvais épisodes qui n'ont rien à dire...

Je ne fais pas cette remarque sur le trop plein de saison uniquement pour Enterprise .
TNG a une saison de trop , la 7ème . Elle n'avait plus rien à dire..& tout ce qu'elle avait à dire , c'était pour préparer le théâtre de DS9 ..
DS9 pareil , une saison de trop , la seconde.. Ils ont trop étiré sur le schéma géo politique autour de Bajor.

These are the voyages c'est sur un seul épisode et le dispositif narratif de l'hologramme nique toute implication, perso j'aurais bien vu à la fin de la saison 5, la déclaration de guerre et au début de la saison 6, on est en 2160 dans la dernière année de la guerre... De quoi destablilisé le spectateur, renforcé son implication en le poussant à retrouvé ses repères... Et en flashback exploré au cours de la saison certains événements marquants de la guerre et l'impact sur Archer et son équipage. Et comme tu le dis en saison 7 on passe à la naissance de la fédé, ce qui aurait permis de finir la série de façon raccord avec la chronologie, en 2161, sans avoir besoin de livré 10 saisons. (Là oui, ça aurait été bien trop long je pense).

Encore une fois, c'est juste un fantasme de ma part et même pour une unique saison 5 de plus, j'aurais signé sans problème. Mais 7 saisons je trouve que c'est la durée parfaite pour une série Trek, j'ai vraiment du mal avec l'argument "sur la fin on se fait chier". Ce n'est en tout cas certainement pas mon cas.


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#1285 01-05-2014 08:03:21

bound
Explorer of the further region of experience

Re : Star Trek: Enterprise

Enfin une image digne du format pour la saison 4 en bluray! Niveau bonus c'est top mais même s'il ne le dit pas clairement on comprend bien que Brannon Braga a bien envie d'être à la tête de la prochaine série. Je pense qu'il faudra un ou deux "anciens" mais que le reste du staff devra être entièrement nouveau. Par conséquent son idée d'une série chapeautée par Braga/RDM/Menosky/Coto me semble être une fausse bonne idée.

Dernière modification par bound (01-05-2014 08:03:55)

Hors ligne

#1286 01-05-2014 14:07:33

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Star Trek: Enterprise

bound a écrit :

Enfin une image digne du format pour la saison 4 en bluray!

Normal, c'est la première saison en HD.. Rick Berman & Brannon Braga auraient dut le faire plus tôt ..
Encore un signe qu'ils n'étaient plus en phase avec l'évolution technique et artistique de leur média..

C'est tout de même incroyable qu'il fallut attendre 2001 pour fimer un Star Trek en 16/9 ..Alors qu'une série comme The X Files  qui avait débuté en 4/3 passée en 16/9 dés 1997.


Niveau bonus c'est top mais même s'il ne le dit pas clairement on comprend bien que Brannon Braga a bien envie d'être à la tête de la prochaine série. Je pense qu'il faudra un ou deux "anciens" mais que le reste du staff devra être entièrement nouveau. Par conséquent son idée d'une série chapeautée par Braga/RDM/Menosky/Coto me semble être une fausse bonne idée.

Crée par Ronald D. Moore et Brannon Braga.. J'adorais revoir formé leur duo. Tout deux partagent le même sentiment positive  envers l'univers Abrams , chacun a vu sa carrière evoluée vers d'autres cieux.. Dans le cas de RDM , il a clairement évacué ses frustrations vis à vis de Star Trek ... Brannon Braga a découvert l' enternaitner qui sommeillait en lui ... Ca peut le faire.     

Many Coto je serai curieux de voir jusqu'ou il pouvait aller .. Même si sa nostalgie communicative me paraît restreindre le champ des possibilités...

Joe Menosky.? .. Depuis la mort de Michael Piller semble avoir disparu de la circulation .


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#1287 01-05-2014 19:13:47

dvmy
Je sens l'appel de la lumière

Re : Star Trek: Enterprise

Buckaroo a écrit :

Tout deux partagent le même sentiment positive  envers l'univers Abrams.

En clair c'est parce qu'ils prennent leur pied aux films d'Abrams qu'ils faudrait qu'ils soient à la tête de la nouvelle série? Ceci dit je crois que Braga est bien plus nuancé que cela, car il dit que Star Trek doit à nouveau parler "d'espoir" et qu'il a plein d'histoires en tête, des histoires qui ne peuvent que fonctionner dans Star Trek et pas ailleurs.

Hors ligne

#1288 01-05-2014 19:16:55

dvmy
Je sens l'appel de la lumière

Re : Star Trek: Enterprise

Maintenant Buckaroo, lorsque tu auras cette saison en Blu-ray cela te fera plaisir d'entendre que ce que toi et moi disons au sujet de Berman depuis des années est partagé par plein de personnes, à savoir le fait que 18 ans c'est trop, que c'est lui qui était fatigué et non la franchise, qu'il devenait pépère, scotché dans les années 90, etc... Ce que j'aime dans les nouveaux bonus HD de ces 4 saisons c'est qu'il n'y a vraiment aucune langue de bois.

Hors ligne

#1289 14-05-2014 08:16:55

yrad
admin

Re : Star Trek: Enterprise

dvmy a écrit :

Je ne comprendrais jamais pourquoi Yrad réserve ses tests et critiques à ce site de merde

Ce n'est pourtant pas faute de l'avoir expliqué et réexpliqué, parfois d'ailleurs avec l'aide de Philoust123 ou de Dl500. wink

Je publie les articles, les critiques et les bancs d'essai sur des sites et non sur des forums. Dans les forums, n'importe quel article – même l'équivalent de 30 pages A4 demandant de nombreuses heures de travail – ne sera qu'un post parmi d'autres, appelé à être noyé dans d'autres posts et dans d'interminables quotes.
Si le PSTF s'était doté d'un site (ce que les membres n'ont pas voulu), j'aurais mis mes articles en ligne sur le PSTF (de façon exclusive ou partagée selon les cas).

Quant au choix d'Unif, il est purement pragmatique. Quels que soient ses défauts*, c'est un site très lu dans sa catégorie, et surtout un site qui continue à concentrer le plus grand nombre de "trekkers du dimanche" (c’est-à-dire qui ne sont pas des fans endurcis comme nous) ainsi que de "candidats au trekkisme". Or comme l'a fort bien deviné, Dl500, la vocation des articles de ce genre est de toucher un maximum de monde, et en priorité ceux qui peuvent être initiés, motivés, ou influencés dans le cadre d'un événement ponctuel (sortie au cinoche, en libraire ou dans les bacs, diffusion à la TV…).

A l'inverse, aussi argumentés que soient les textes postées sur le PSTF, ils n'ont jamais convaincu que ceux qui l'étaient déjà. D'où ces débats de fond passionnants mais largement circulaires depuis des années entre fortes personnalités qui n'évoluent pas d'un iota au contact des autres, ou alors qui évoluent par touches microscopiques sur de très longues périodes. lol

Maintenant, Dvmy, si tu connais des sites ou des médias assez fréquentés (mais bien moins excrémentiels qu'Unification pour reprendre ton image mdr) qui accepteraient de publier mes articles sur ST, je suis preneur pour changer de crèmerie. wink


* J'ai été dégoûté en découvrant que tous les commentaires (plus d'une centaine !) qu'avaient suscité sur Unif ma longue critique de ST ID ont été accidentellement effacés ! Et favorables ou hostiles, nombre d'entre eux étaient de bonne facture, quoique dans un style fort différent des posts du PSTF. C'est le témoignage à chaud d'une grande période d'effervescence trekkienne qui est définitivement parti aux oubliettes. sad
J'aurais peut-être pu techniquement éviter ça si j'avais été en France au moment du changement de CMS. Foutues indisponibilités… cry


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#1290 14-05-2014 08:31:07

yrad
admin

Re : Star Trek: Enterprise

Buckaroo a écrit :

Parce que c'était peut être un reboot déguisé de La Série Originale qui ne voulait pas dire son nom , c'est ainsi que j'analyse aujourd'hui mon rejet initiale .

Si tu as initialement perçu ENT ainsi, il est compréhensible que tu l'aies rejetée. Mais alors, il est bien peu cohérent que tu aies ensuite fait un aussi bon accueil au reboot de 2009, quant à lui ostentatoire, assumé, et en outre méprisant envers la série originale… notamment par sa prétention de l'upgrader ou de la "dépoussiérer". rolleyes

Toujours est-il que ta perception initiale de la série prequelle n'est pas légitime, car tu n'ignores pas que Berman et Braga ont développé ENT comme une nouvelle série ST explorant simplement une ère vierge de la chronologie trekkienne. Ils en avaient marre du 24ème siècle (ce qui est bien naturel après trois séries non-stop), et ils ont alors légitimement décidé de "dépayser" un peu ST en changeant totalement d'époque. Mais ils avaient alors l'ambition d'explorer un 22ème siècle bien distinct du 23ème, un siècle largement méconnu, exactement comme ils auraient pu explorer le 26ème ou le 29ème siècles (tout aussi méconnus). Ce sont seulement les très bruyants "TOSiens" fétichistes qui voulaient absolument qu'ENT soient une espèce de TOS-wannabe depuis l'origine (y compris Ronald D Moore dans les commentaires initiaux & négatifs qu'il en fit). Imagine donc leur déception durant les trois premières saisons de la série prequelle… big_smile

Et il se suffit pas qu'ENT tente de reproduire la trinité alchimique Kirk/Spock/McCoy de TOS avec Archer/T'Pol/Trip, (tout comme TNG l'avait fait avant avec Picard/Riker/Data) pour que l'on puisse parler de reboot déguisé. Il existe simplement depuis TOS une certaine invariance de formule contribuant à définir le label "Star Trek".
Même sur le seul terrain de la caractérisation des personnages, tous les côtés "NASA-like", "grounded", Right Stuff, "you are there" d'ENT… ainsi que la proximité psychologique avec l'humanité contemporaine… se démarquaient radicalement de la série originale – respect chronologique oblige.

En outre, attendu que les studios voulaient une série post-VOY et étaient donc hostiles envers une série prequelle sise avant TOS, et attendu que Berman et Braga ne brillaient pas par leur amour fétichiste de la série originale (c'est même l'une des cause du bashing qu'ils ont subi), il est difficile d'en déduire chez eux une quelconque volonté de rebooter TOS, même de façon déguisée ou inconsciente.

Et puis, par-delà le factuel, rien n'oppose conceptuellement davantage un prequel à un reboot !
Car un prequel se doit d'assumer – par définition – l'intégralité d'une chronologie jusqu'à en structurer les fondations et expliquer par le menu détail le comment du pourquoi (chose que même l'UE de ST n'osait guère faire – à quelques exceptions près – tant la tâche était dissuasive).
Tandis qu'un reboot est – par définition aussi – une dérobade très commode (et super-tendance) pour s'affranchir totalement d'une continuité devenue un peu trop contraignante et encombrante (dixit les auteurs de Bad Robot eux-mêmes).


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#1291 14-05-2014 08:32:38

yrad
admin

Re : Star Trek: Enterprise

Buckaroo a écrit :

le retard pris sur les évènements historiques et les évolutions dans le domaine de la narration télévisuelles .

Faux.

"Retard pris sur les événement historiques" ?
-> Faut-il te rappeler qu'avec sa troisième saison, ST ENT fut la toute première œuvre audiovisuelle à avoir transposé en fiction le traumatisme du 9/11 ! Elle l'aura fait moins de deux ans après les événements, ce que des critiques US avaient à l'époque trouvé indécent. C'est une chose qu'il est aisé d'oublier aujourd'hui depuis que transposer le 9/11 est devenu le comble de la banalité et de la facilité… par exemple huit ans après les faits comme dans le très inconséquent ST 2009 ou une nouvelle fois douze ans après avec ST Into Darkness.
En terme de transposition du 9/11, même BSG 2003 aura eu un an de retard par rapport à ST ENT. Et 24, pensée et développée avant le 9/11, n'en a jamais été une transposition puisque les tragédies y étaient toujours miraculeusement évitées (24 serait plutôt une transposition – voire légitimation - des méthodes de l'administration W).

"Retard pris sur les évolutions dans le domaine de la narration télévisuelles" ?
-> Mais qu'est-ce que ça implique ? Les œuvres plus récentes seraient-elles automatiquement supérieures aux plus anciennes ? L'industrie ne connaitrait-elle qu'une dynamique méliorative ? La conformité aux phénomènes de mode et l'alignement sur la concurrence seraient-elles l'objectif ultime à la façon d'une borguisation de convenance ?
Mais bon sang, on parle d'une série Star Trek là, d'une création faite pour durer, pour être revue en boucle durant des décennies, pour offrir des sujets de réflexion et des ressentis qui ne prendront jamais une ride, une œuvre d'art capable de dépasser les préoccupations éphémères de l'actualité pour construire une réalité universelle et intemporelle, une composition qui joue davantage dans la cour de Platon et de Kant que d'Oprah Winfrey et de David Letterman.
Lorsqu'on décide de regarder du Star Trek, on veut que ça ressemble à du Star Trek, avec les codes de Star Trek, avec la philosophie de Star Trek, avec les sensations de Star Trek, avec la manière de Star Trek. Et non que ça ressemble aux Sopranos, à Game Of Thrones, ou à Transformers… sous prétexte que la mode du moment est aux Sopranos, à Game Of Thrones, ou à Transformers.
Et au fond, dans la vie du trekker faites de revisionnage perpétuels dans l'ordre et dans le désordre jusqu'à la névrose, peu importe en externaliste que telle série soit antérieure ou ultérieure à telle autre, que tel épisode soit des années 60 et tel autre des années 2000.

Pourtant, malgré tout, en terme de forme (qu'il s'agisse de la mise en scène ou des SFX), ENT est probablement la plus belle des séries ST, preuve qu'elle a évolué en même temps que le business ! Et j'écris ça alors que la forme, je m'en tape.

Et même si l'on considère le succès, non pas dans le long terme comme pour les thèses universitaires et les œuvres d'art, mais dans l'instantanéité comme pour le papier hygiénique (i.e. les taux d'audience en première diffusion), les bonus non-auto-promotionnels du coffrets Blu-ray de la saison 4 de ST ENT ont la pertinence de rappeler que le succès et la gloriole des uns équivaut à l'échec et à la honte des autres. En effet, les Nielsen Rating (qui ne comptabilisaient même pas alors l'usage intensif des TIVo et autres modes de visionnages en différé) de la diffusion d'ENT sur UPN (80% seulement du territoire US) surclassaient (à hauteur de plus d'un million de spectateurs supplémentaires) le prétendu "hit planétaire inégalé" de BSG 2003 sur Sci-Fi (chaine du câble & satellite).
Et quand on sait en plus que sur Amazon.com (un site représentatif des flux de distribution aux USA), les ventes des coffrets Blu-ray de ST ENT se sont avérés meilleures (à période d'exploitation équivalente) que les ventes des coffrets Blu-ray de BSG 2003… eh bien il y a vraiment de quoi rester songeur sur la véritable distribution des rôles ! Est-ce vraiment le "tabac monstrueux du génie Ronald D. Moore qui a révolutionné la télévision" face au "four abyssal du zombie Rick Berman qui avait 40 ans de retard" ? rolleyes
Pas convaincu du tout pour ma part, car les chiffres ne vont pas du tout dans le sens de la légende urbaine...


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#1292 14-05-2014 08:36:01

yrad
admin

Re : Star Trek: Enterprise

Buckaroo a écrit :

7 saisons , c'est beaucoup, beaucoup trop.. Toute les bonnes choses doivent avoir une fin.. Gene Roddenberry était un visionnaire en tablant La Série Originale sur 5 saisons.

En quoi est-ce "visionnaire" de préférer cinq saisons lorsque le matériau permet d'en cumuler sept ?
Et (pour faire échos à d'autres posts antérieurss de toi), en quoi est-ce plus créatif de se limiter à 13 épisodes lorsqu'on a la capacité d'en produire 26 de qualité (ou presque) ?
En suivant ton beau modèle – qui n'est rien d'autre qu'une allégeance de plus au conformisme de la mode – Star Trek aurait totalisé entre 1987 et 2001 (i.e. la période des séries non annulées) 195 épisodes au lieu de 526 épisodes ! C’est-à-dire 331 histoires de SF qui n'auraient pas existé, et finalement un univers qui aurait été bien plus réduit que celui de Doctor Who et même que celui de Stargate.

Libre à toi de désormais renier par HBO-morphisme l'une des principales forces de ST : son étendue, son gigantisme, et finalement le délice de pouvoir s'y perdre comme dans le monde réel.

Pour ma part, je préfère être reconnaissant – sans rancœur ni amertume - à une foule d'auteurs inspirés de s'être tués à la tâche (certes en contrepartie d'un salaire très confortable) pour construire une véritable Somme audiovisuelle de la SF. Je préfère célébrer la chance incroyable que Star Trek ait réussi à produire aussi longtemps autant d'épisode d'une si grande qualité.
Et du coup, même si d'aventure il n'y a plus rien à attendre de l'avenir en dehors de reboots cycliques et creux (puisque le pli a été pris), le Magnum opus accompli ne peut plus être effacé… et il surclassera encore longtemps la concurrence (en qualité comme en quantité).

Buckaroo a écrit :

TNG a une saison de trop , la 7ème . Elle n'avait plus rien à dire..& tout ce qu'elle avait à dire , c'était pour préparer le théâtre de DS9 ..

N'importe quoi !

Si la 7ème saison de ST TNG n'avait plus rien à dire, dans ce cas, aucune des six saisons précédentes n'avaient à dire quoi que ce soit ! Et je n'écris pas ça par provocation gratuite… puisqu'il s'agit en fait d'un argument que j'ai souvent lu sur des forums non trekkers où TOS et TNG ne sont guère parce qu'on leur reproche de n'aller nulle part… rolleyes
Mais c'est bien normal qu'elles "n'aillent nulle part" puisque TNG est comme TOS une série anthologique, avec des personnages évoluant peu à pas du tout, et constituées d'épisodes parfaitement autonomes pouvant se suivre presque dans le désordre. Et la saison 7 de ST TNG n'en possède pas moins de remarquables que les six autres. Tant que les auteurs avaient des idées SF, ils pouvaient continuer TNG durant des années. Et c'est d'ailleurs ce qu'ils ont fait… via VOY qui n'étaient rien d'autre que la suite conceptuelle de TNG (et c'est justement tout son intérêt pour qui a soif de pur Star Trek).
Faudrait peut-être un jour arrêter de tout ramener à cette pestilence contemporaine qu'est le feuilleton soap ligotés par des fils multicolores, et se rappeler que ST a toujours été d'abord des histoires de SF largement indépendantes. Les fils rouges et les évolutions de personnages furent parfois des compléments enrichissants, mais ils ne sont jamais devenus en soi des critères de légitimité du trekkisme. Tant que chacun de ses épisodes a quelque chose à dire en aparté, une série ST a quelque chose à dire.

En outre, Buck, tu sembles ignorer que la toute première critique historique que Rick Berman a essuyé de la part des trekkers américains (point d'origine de l'infect bashing), c'est d'avoir mis un terme à ST TNG au terme de sa septième saison alors que la série était à son apogée de popularité. A l'époque, nombreux furent ceux qui voulaient que TNG continue à la télévision encore longtemps (une télévision qui lui avait si bien réussi)… plutôt qu'au cinéma (un format qui lui sied bien moins).
Malgré tout, il y avait quelque chose de courageux de la part de Berman à préférer s'interrompre trop tôt plutôt que de prendre le risque de s'interrompre trop tard.

Quant à DS9, elle s'est toujours définie comme l'antithèse de TNG (dixit Berman et Piller en 1993). TNG était le ST des lumières, tandis que DS9 était le ST des nuances de gris.
Prétendre que TNG préparait de terrain à DS9 au motif qu'elle a introduit les Cardassiens et les Bajorans est aussi malhonnête que de prétendre qu'ENT est un reboot déguisé de TOS au motif qu'un trio de personnage y tient la vedette.
C'est probablement ton habituel syndrome des "tsantzas Jivaros" consistant à réduire le spectre gigantesque d'une œuvre à quelques points de détails qui t'arrangent (selon les périodes et les besoins argumentaires). Tu nous fais le coup depuis cinq ans avec les 40 ans de ST que tu tentes de faire entrer par n'importe quel moyen dans la dinette pour minettes de JJ Abrams.

Buckaroo a écrit :

DS9 pareil , une saison de trop , la seconde.. Ils ont trop étiré sur le schéma géo politique autour de Bajor.

Bien au contraire, la seconde saison est une des plus intéressantes de la série… précisément parce qu'elle fait de la géo-politique. Et la géo-politique était bien davantage la vocation de ST DS9 que les batailles spatiales étirées sur quatre ans. L'étirement paupérisant de ST DS9 seraient plutôt à chercher dans ses dernières saisons… que malgré tout je ne considère pas être de trop, mais scénaristiquement indignes des premières.

Buckaroo a écrit :

Le flash forward , c'est un peu ce qu'a fait These Are The Voyages..

ST ENT 04x22 These Are The Voyages est plutôt un faux flash-back, car c'est un épisode-verso de ST TNG qui ne raconte pas un épisode de ST ENT… mais juste sa légende (holographique).

Buckaroo a écrit :

Je pense même que Many Coto y avait songé   pour la saison 5.. Lui aussi aurait évité de montrer cette guerre, mais se serait plutôt attarder sur les coulisses de la naissance de la Fédération..

Mais d'où inventes-tu tout ça ?!! eek
Je ne suis pas dans la tête de Manny Coto, mais en me basant sur les seuls éléments tangibles disponibles, c'est à dire ses déclarations (ou celles de ses collaborateurs), jamais il n'a prévu de flash-forwards ni un quelconque bon dans le futur pour la saison 5 ou les suivantes !
A ma connaissance, Manny Coto prévoyait au contraire de continuer ENT exactement sur le même rythme temporel que toutes les autres séries ST, à savoir "une saison externaliste = un an internaliste".
Quant à la Guerre romulienne, elle était bien au programme pour les dernières saisons de la série… et ce depuis la création d'ENT (donc longtemps avant l'arrivée de Manny Coto).

Buckaroo a écrit :

Une fois ce but achevé, il n'y a plus rien à dire pour Enterprise, ni sur Archer ni sur l'équipage du NX01.

Pas forcément. ENT n'est pas DS9, et rien ne prouve qu'elle serait tombé dans la même ornière... une ornière qui consiste à affreusement appauvrir le spectre thématique au fur et à mesure que la conclusion approche.

Buckaroo a écrit :

Ok on pouvait étirer la situation, mais c'était courir le risque d'installer l'ennui et en faire un terreau pour de mauvais épisodes qui n'ont rien à dire...

"Etirer la situation" est vraiment une formule totalement déplacée lorsqu'on fait référence à la fondation de la Fédération.
En lançant ENT en 2151 (et non en 2154 ni en 2160), Berman et Braga savaient exactement ce qu'ils faisaient. La Fédération, c'est le socle de l'utopie trekkienne, l'élément hypothétique le plus difficile à expliquer et justifier au sens du monde réel. Etant donné qu'il s'agissait du projet sociologique et politique le plus ambitieux auquel ST se soit jamais attelé, il était bien légitime de s'imposer un développement plus long et détaillé que dans les séries ST précédents (i.e. dix ans au lieu des habituels sept).

Evidemment après, tout dépend si le but est de faire joujou avec un univers puéril où des institutions interplanétaires inédites se créent en quelques épisodes bourrées de batailles spatiales et/ou de beaux discours pédago-électoraux… ou bien si l'ambition est de crédibiliser l'idéal de Gene en relatant une édification progressive, rationnelle, solide, et jonchée d'ironies et de paradoxes comme seul le monde réel en offre.

Buckaroo a écrit :

Une cinquième saison n'aurait pas été de refus en allant vers cette direction plus spatio politicienne.. Mais pas étendu vers une 6ème saison.

Il a fallu dix ans pour que naisse la CEE (1957) depuis les premiers jets (1947) au lendemain de WW2 en passant par la CECA (1951). Or pourtant, il ne s'agissait que d'un seul continent sur notre modeste planète, entre des nations ou des peuples (tous de la même espèce) qui se connaissaient depuis des siècles… et qui n'étaient en outre pas à leur première alliance.
Alors que dans ST, la Fédération porte sur un quadrant galactique, composé d'espèces qui ne se connaissent pas ou très peu, et sans aucun un précédent de ce type. Du coup, même les dix ans voulus originellement par Berman et Braga étaient très optimistes…

Mais voilà qu'à en croire certains trekkers pressés, il aurait été de bon ton de bâtir l'utopie trekkienne en à peine cinq ans et avec le moins d'épisodes possibles… Et tout ça, au nom de quoi ? De la loi des blockbusters du moindre effort qui sautent directement (et magiquement) sur la "case arrivée" pour ne pas prendre le risque de perdre en route les consommateurs-zappeurs ? rolleyes


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#1293 14-05-2014 08:40:02

yrad
admin

Re : Star Trek: Enterprise

Scorpius a écrit :

perso j'aurais bien vu à la fin de la saison 5, la déclaration de guerre et au début de la saison 6, on est en 2160 dans la dernière année de la guerre... De quoi destablilisé le spectateur, renforcé son implication en le poussant à retrouvé ses repères... Et en flashback exploré au cours de la saison certains événements marquants de la guerre et l'impact sur Archer et son équipage. Et comme tu le dis en saison 7 on passe à la naissance de la fédé, ce qui aurait permis de finir la série de façon raccord avec la chronologie, en 2161, sans avoir besoin de livré 10 saisons. (Là oui, ça aurait été bien trop long je pense).

Encore une fois, c'est juste un fantasme de ma part et même pour une unique saison 5 de plus, j'aurais signé sans problème. Mais 7 saisons je trouve que c'est la durée parfaite pour une série Trek, j'ai vraiment du mal avec l'argument "sur la fin on se fait chier". Ce n'est en tout cas certainement pas mon cas.

Sept ans est effet la durée parfaite pour une série Trek, et il y a tout de même trois beaux exemples qui en apportent la confirmation.
Néanmoins, dix ans auraient été préférable dans le cas précis d'une prequelle, car conceptuellement celle-ci ne se "contente" pas comme les autres séries ST de développer dans son coin sa partie d'univers (une époque, une zone, un équipage). Elle est en plus un nexus, une structure charnière qui construit les fondations de tout l'édifice, reliant par un même ciment toutes les autres séries.

Ce n'est pas par hasard si Berman et Braga ont choisi de débuter ENT en 2151 (et non en 2154 ou en 2156), soit dix ans avant la fondation de l'UFP (donc la date – 2161 - était gravée dans le marbre trekkien depuis la production de la saison 5 de TNG).
De la première saison qui devait emphatiser la mission spatiale séminale de la toute jeune Starfleet en prenant place uniquement sur Terre (explorant ainsi la géopolitique terrienne 90 ans après l'arrivée des Vulcains)… aux dernières saisons (8 à 10) qui devaient donner vie à la mythique et cauchemardesque Guerre Romulienne indissociable d'une FP que les Terriens ont réussi à susciter (entérinant l'importance considérable prise par l'humanité dans le quadrant en seulement dix ans)… en passant par une insondable Guerre temporelle - sans début ni fin - questionnant les fondements même de la causalité à travers les siècles… voilà bien un programme qui témoignait d'une ambition peu commune, même au regard des standards trekkien.

La concrétisation fut finalement quelque peu différente, essentiellement du fait des liberticides studios. Malgré tout, là encore, les dix ans initiaux n'auraient pas été de trop pour convenablement traiter de l'avalanche de sujets que cette époque pré-trekkienne offrait.

Les deux premières saisons, quoique entièrement sises dans l'espace, conservaient le parfum envoûtant et hard SF de l'initiale première avortée (premiers émois, premières expériences, premières prises de conscience trekkiennes).

La troisième saison – quant à elle - concentrait dans un serial la Guerre temporelle pour finalement la conclure de façon prématurée. Mais Brannon Braga a révélé dans les bonus Blu-ray de la saison 3 que si la série n'avait pas été annulée, la Temporal War se serait de nouveau invitée à partir de la saison 5 (ouf, car un si beau concept de SF ne méritait pas de s'achever, et en tout cas pas de s'achever comme la Guerre du Dominion). A noter aussi (bonus des Blu-ray de la saison 4) que Rick Berman avait l'idée de piéger les héros durant une saison entière dans une uchronie du passé ou du futur…

Quant à la quatrième saison, elle demeure un condensé excessivement surchargé de ce qui aurait normalement dû demander plusieurs saisons (deux à quatre) pour s'accomplir au rythme – bien plus naturel des deux premières années d'ENT… ou plus généralement au rythme des autres séries ST.
Franchement, est-il crédible qu'en moins d'un an (et de vingt épisodes) : Archer achève sa métamorphose aussi vite, les Vulcains d'ENT deviennent ceux de TOS (cela aurait dû s'étendre sur toute la série), les Klingons de TNG se transforment en ceux de TOS, qu'une première alliance entre espèces co-fondatrices de la future UFP se crée, que les menées zizanogènes des mystérieux romuliens soient totalement désamorcées, etc... C'est évidemment à la fois too much et too fast !
En réalité, chacun de ces "ressorts à portée historique" aurait dû au minimum représenter le fil rouge (ou vert) d'une saison entière distincte (toutes émaillées par ailleurs d'épisodes de SF indépendants histoire de rester en même temps fidèle à la formule originelle trekienne et continuer ainsi à satisfaire les fans de ST TNG et de ST VOY). Par extension, cela aurait pu éventuellement ouvrir sur le "fantasme de trekker" (précédant d'ailleurs la série prequelle elle-même) consistant à avoir une saison entière se déroulant chez les Vulcains, une autre chez les Andoriens, une autre chez les Klingons, et une également dans l'univers miroir.
L'univers miroir, justement, était lui aussi au programme des saisons suivantes, et de par son indépendance préservée envers l'univers nominal, il aurait ainsi formé une véritable série dans la série.

Il faut bien garder à l'esprit que les scénaristes - Manny Coto en tête – étaient tous conscient que la saison 4 serait probablement la dernière. Alors logiquement, ils ont payé d'audace pour dire un maximum de choses en un minimum de temps, afin de livrer - avant que le rideau ne tombe - les principales "clés prequelles" (que les trekkers et les romanciers de l'univers étendu pourront ensuite aisément extrapoler). Du coup, cela signifie que la saison 4 aurait été différente – c’est-à-dire bien plus lente - si ENT avait bénéficié d'une "sécurité d'emploi" à l'instar des séries ST produites en syndication (TNG et DS9).

Si l'on ajoute à tout ça l'ambition des auteurs de revisiter à rebours la plupart des mondes de TOS et de TAS, d'introduire les Kzintis de TAS (et de Niven) comme antagonistes réguliers, d'étudier les traumas de l'extermination xintie et la xénophobie sociologique résultante (qui ne saurait se guérir en deux épisodes !), de figurer les vicissitudes et les désillusions de la première ébauche d'alliance intergalactique… et de glisser progressivement dans le complexe terreau géopolitique de la Guerre romulienne du projet originel de B&B (au parfum de WW1 de l'ère Trek)… oui, définitivement, dix saisons n'étaient pas de trop.
J'irai même plus loin : dix saisons, c'était le minimum pour une série de cette ambition. Pour mémoire, Stargate SG-1 porte très bien ses dix saisons, et pourtant elle n'avait pas le quart de l'ambition d'Enterprise.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#1294 14-05-2014 08:53:55

yrad
admin

Re : Star Trek: Enterprise

Buckaroo a écrit :

La guerre interstellaire ? ..Star Trek l'a déjà  abordé et bien avec DS9. La Guerre du Dominion peut se lire comme une allégorie de la guerre du Pacifique, celle ou les deux Gene ont sacrifié leur jeunesse..
Rien qu'à ce niveau, je ne vois absolument pas ce que la guerre Earth Romulus aurait put dire de plus sur l'univers ST et son  rapport à la guerre.

Dans ta relecture, ST ne se suffit jamais à lui-même. Il faut toujours que chaque élément trekkien soit l'allégorie d'un fait d'histoire et d'actualité, si possible le plus convenu et le plus bateau possible… rolleyes

Mais admettons un instant ce petit jeu...
Alors si la Guerre du Dominion est une allégorie de la Guerre du Pacifique, pourquoi la Guerre romulienne n'aurait-elle pas pu être une allégorie de la Première guerre mondiale, de l'enfer des tranchées et de Verdun ? Une guerre où l'horreur ne venait pas de la captivité et de la déportation, mais de l'affrontement déshumanisé. Cette guerre-là – très différente de la seconde y compris dans son versant Pacifique - n'a jamais été transposée dans la franchise ST, et pourtant elle possède la facture des traumas ancestraux, ceux dont sont issue – réellement ou imaginairement - tous les maux (le nazisme n'aurait probablement pas existé sans le traité de Versailles et la crise de 29).
Désolé, mais au-delà des constantes de l'horreur et de la mort, il n'y a pas une guerre qui ressemble à une autre pour qui les étudie de près. Et si d'entre toutes, il y en a bien une et une seule qui méritaient vraiment d'être mise en scène, c'est justement la Guerre romulienne ! Car celle-ci fait partie de l'ADN de Star Trek depuis la série originelle, et Enterprise a eu l'intelligence d'y voir le catalyseur et/ou la contrepartie de la genèse de l'utopie trekkienne. Soit un problème nettement plus structurel et fondamental que la Guerre du Dominion sortie tardivement du chapeau de ST DS9 (et dans laquelle cette série s'est quelque peu égarée).

Buckaroo a écrit :

En plus je vois mal Enterprise se ridiculiser à jouer avec ce sujet quand la concurrence ( BSG2003 ) y va franco  visuellement et thématiquement .
Aurais je envie de voir Hoshi se foutre une balle dans la tête, un Archer usé et fatigué se plonger dans l'alcool ? Une prisonnière Romulienne se faire violé et torturé ?
Oh que non !!!

Et c'est ça que t'appelle y aller franco visuellement et thématiquement ?!! Mais BSG 2003, c'est juste de la névrose auto-complaisante ! Des gus qui passent quatre saisons à se regarder le nombril en pleurnichant. Une fausse profondeur qui cache (de moins en moins au fur et à mesure des revisionnages) le nivellement psychologique ultime.
Les crises de conscience d'Archer dans la saison 3 (et 4) d'ENT sont bien plus authentiques et riches que celles d'Adama tout au long des quatre saisons de BSG.

Allez, je t'accorde un petit supplément de crudité pour le viol de Number 6. Mais comme chacun le sait, les scènes de viol sont vraiment le truc qui manque le plus à ST. big_smile
Cela dit, contrairement aux apparences triviales, il y a eu bien plus de viols dans ST que dans BSG 2003. Mais ceux de ST étaient plus profonds, plus intimes : ils ne portaient pas juste sur le corps physique mais également sur l'esprit, au point que la victime cessait de s'appartenir ad vitam…
Les Borgs… où le viol porté à un niveau systémique... à tel point que certains beaux esprits n'ont aucune vergogne à débattre de la légitimité de leur reconnaître le statut de nouvelle espèce… impliquant l'entérinement statutaire du viol continu jusqu'à ce que mort s'ensuive. En somme, la légalisation de la tournante institutionnalisée à l'échelle civilisationnelle. Rien que pour susciter (directement à l'écran ou indirectement chez les spectateurs) de pareilles perversions, ST ferait passer BSG 2003 pour Bambi.

Buckaroo a écrit :

Puis, il y aurait comme une redondance au sein même de la série avec la saison 3 "Into Darkness ".. Archer a déjà été au combat , il a dansé sous une lune pâle ( Damage.ENT.3 )..Que dire de plus ?
La saison 3 est humblement suffisante à ce sujet .

Absolument pas. La "croisade contre les Xindis", toute traumatisante qu'elle ait été, n'aura été que la guerre du NX-01… et non celle de humanité… et encore même celle des futurs signataires de la Charte de la Fédération. Raison pour laquelle la xénophobie s'est autant développée sur Terre, car celle-ci n'aura connu ni revanche ni Nuremberg suite à ses sept millions de morts gratuits. Face à un tel génocide de masse, il ne suffit pas d'un retour en fanfare d'Archer annonçant que tous les problèmes ont été miraculeusement réglés… tandis que les détails sensibles de la mission ont été classifiés (qu'auraient pensé les Terrien si on leur avait révélé que des millions d'entre eux ont été exterminés en raison d'une Fédération intergalactique qu'Archer s'emploi justement à bâtir ?).
Les blessures infligées à l'humanité restent aussi béantes que les abysses creusées par la sonde xindie. Et si la fin de la saison 4 de ST ENT s'achève par la promesse d'un avenir trekkien, elle révèle aussi l'existence de blessures planétaires non cicatrisées. Il y avait donc encore énormément à montrer, notamment sur le terrain de l'affrontement expiatoire… mais dont cette fois Archer et son équipage n'auraient pas été les seuls acteurs.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#1295 14-05-2014 09:01:11

yrad
admin

Re : Star Trek: Enterprise

Buckaroo a écrit :

Avec la saison 3, j'ai compris que j'aimais ses personnages & que je n'avais absolument plus envie de les voir souffrir à nouveau des stigmates de la guerre.. Archer n'est absolument pas un soldat, une créature de devoir tel que Kirk  ou Sisko. Le NX01 est un prototype , pas un vaisseau de guerre.. Je les vois très mal en première ligne, sur le front.. Archer en fin stratége et maître de guerre ?

Tu prétends que tu ne veux pas voir souffrir Archer parce que tu aimes ce personnage, mais par contre ça ne te dérange pas du tout dans le cas de Kirk ou Sisko… que tu aimes pourtant davantage… yikes WTF

Une fois de plus, tu n'as vu dans les saisons 3 et 4 d'ENT que ce qui t'arrangeait…

- Faux ! Archer est une créature de devoir au moins autant que Kirk et Sisko. Et il fut même d'avantage en première ligne et sur le front qu'eux. Car c'est seul, sans le moindre soutien, sans le moindre renfort, sans même le moindre espoir… qu'Archer est parti pour un Triangle des Bermudes spatial (d'où personne - pas même les puissants Vulcains et les intrépides Klingons - n'est jamais revenu, et où les lois physiques ne s'appliquent même pas) afin d'affronter des extraterrestres inconnus et bien puis puissants que les Terriens (car équipés de technologies venues de futur et "d'étoiles de la mort" en construction). Kirk, lui, n'a jamais été confronté à un enjeu comparable dans une telle solitude. Quant à Sisko, il a toujours eu derrière lui toute la flotte de la Fédération du 24ème siècle.

- Faux ! Ni Archer, ni Kirk, ni Sisko ne sont à la base des soldats, du moins dans le sens où nous l'entendons aujourd'hui. Leur vocation première est l'exploration et la science. La défense ne vient qu'en dernier ressort, toujours du fait de circonstances non désirées.

- Faux ! Les vaisseaux successifs (USS Enterprise) de Kirk n'étaient pas davantage des vaisseaux de guerre que le NX-01 d'Archer au départ. Sauf que ce dernier a été ponctuellement transformé par Starfleet en vaisseau de guerre (de facto) au début de la troisième saison d'ENT, en se dotant des armes terriennes les plus puissantes de son temps, d'un centre opérationnel embarqué, et d'une escouades de crypto-Marines (MACO). Autant dire qu'à ce moment-là, le prototype NX-01 était devenu l'ancêtre d'un autre prototype, l'USS Defiant NX-74205 de Sisko (également vaisseau de guerre de facto mais non de jure).

- Faux ! Archer a souffert dans sa chair et dans son esprit des stigmates de la guerre, sa guerre à lui dans le Delphic Expanse, peut-être plus encore que Sisko et Archer… car les stigmates personnels ne se mesurent pas arithmétiquement au nombre de morts. Peu d'épisodes de la franchise auront mis en scène un désespoir aussi viscéral que ST ENT 04x03 Home (hormis ST TNG 04x02 Family à peu près du même niveau). Après avoir vécu l'enfer dans la saison 3, c'est tout le système de pensée, toutes les croyances, les idéaux, et les espérances qui avaient définis sa persona jusque-là qu'Archer en est venu à rejeter de façon viscérale voire primale. Jamais évolution de personnage aura été aussi violente dans la franchise, et aussi désespérée. Pourtant Archer s'en relèvera pour le meilleur, car en perdant son innocence d'explorateur, il perdra en même temps son racisme anti-vulcain (et divers autres préjugés).

Buckaroo a écrit :

Je n'y croirais absolument pas... Le politicien  , le diplomate oui !.. Là on est dans la vérité du personnage et peut être même de la série qui n'est pas la Guerre Earth Romulus , mais bel et bien la naissance de la Fédération..

Les grands personnages de Star Trek (que sont - entre autres - les cinq capitaines en titre) ne sont pas manichéens et ne possèdent pas qu'une seule vérité. Le devoir de s'adapter et de faire face vient avec le fauteuil. Et l'obligation d'agir parfois à l'encontre de sa nature ou de ses valeurs vient avec les impératifs de réalisme, de survie, ou d'intérêt général…
Le Picard qui manipule sans vergogne l'innocente enseigne Sito Jaxia pour l'envoyer à la mort sous la torture cardassienne est-il moins vrai que le Picard qui vole au secours de Data pour le sauver juridiquement – lui et ses éventuels semblables - d'un esclavage ne disant pas son nom ? Le Sisko qui se comporte en ordure écoterroriste (au sens premier et non au sens usuel) sur Solosos III pour satisfaire son égo démesuré est-il moins vrai que le Sisko qui sacrifie sa fierté prométhéenne pour s'agenouiller devant les Prophets et les supplier de sauver les quadrants alpha & bêta de l'incoercible invasion dominione ?
Eh bien, il en est exactement de même pour Archer : l'Archer qui torture - sans pitié - l'Osaarian Orgoth puis qui attaque - tel un vulgaire pirate – le vaisseau Illyrian n'est pas moins vrai que l'Archer qui été choisi par Surak himself pour accueillir son katra et réconcilier les Vulcains avec leur philosophie.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#1296 14-05-2014 09:15:39

yrad
admin

Re : Star Trek: Enterprise

(Réponse aussi )

Buckaroo a écrit :

& je préfères d'ailleurs ce Gene là  qui s'exprimait avec le coeur que le vieux Gene grisé par le succès des années 80 : le Gourou des Trekkies ...

Psychologiquement et créativement, Gene avait fatalement évolué, et c'est le minimum que l'on puisse attendre d'un auteur-créateur (et même de tout un chacun) avec les années. Mais il ne s'était pas renié pour autant. La première saison de ST TNG n'était que l'affinement conceptuel d'une même œuvre, d'un même idéal, dont l'évolution internaliste sur un siècle rendait compte de la maturation idéelle dans l'esprit de l'auteur durant vingt ans.. C'est précisément grâce à son succès – quand bien même grisant - que l'utopie pouvait poursuivre sans complexe son éternelle construction, aussi bien dans la tête du démiurge qu'à l'écran. 

Buckaroo a écrit :

Peut être que tu as raison.. Le Gene gonflé par ce statut d'idole aurait répondut autrement au 11 septembre 2001 ..

Ce type de conjecture est assez gratuite, pour ne pas dire stérile. Qui pourrait dire si Gene – resté en vie et en pleine possession de ses moyens - aurait aimé ce que ST est devenu après 1991 ? Est-ce que les succès d'audience auraient racheté à ses yeux certains partis pris désillusionnés voire dystopiques? Aurait-il été indigné par le changement de ton de ST DS9 et aurait-il préféré la fidélité à la formule originelle de ST VOY ? Aurait-il été enthousiasmé par l'esprit rétro-pionnier de ST ENT et aurait-il été exaspéré par le jeunisme putassier du reboot ? Après le trauma du 9/11, aurait-il fait partie des revanchards Républicains ou des calculateurs Démocrates (qui sont en fait les deux visages du même Janus) ?
Nous disposons au mieux de quelques indices : Gene s'était frontalement opposé au ST The First Adventure (1991) d'Harve Bennet (préfigurant en grande partie le reboot de JJ Abrams), et il réprouvait le prétendu transpositionnel ST VI TUC tandis que sa très personnelle première saison de ST TNG était à l'inverse totalement vierge de transpositions d'actu (au contraire de TOS vingt ans plus tôt). Du coup, il est tentant d'en déduire que Gene n'aurait peut-être pas transposé du tout le 9/11 dans le Trekverse, attaché qu'il était à éloigner au maximum son univers utopique des souillures de l'actualité contemporaine. Même d'un autre côté, rien ne dit qu'il n'aurait pas évolué différemment en vieillissant, sans compter que la production a ses propres contraintes et le travail collaboratif ses influences.

Buckaroo a écrit :

Non , la parabole de 11 septembre 2001 c'est pas STID , c'est la destruction de Vulcain dans ST2009 ...

Une "parabole" qui vient avec huit ans de retard, autant dire lorsque le sujet est devenu un giga-méga-truisme étatsunien par lequel toute la concurrence est déjà passée… et dont le manque d'originalité criant s'avère même impardonnable lorsqu'on sait (mais Orci et Kurtzman le savaient-ils ?) que le 9/11 avait déjà été transposé dans Star Trek six ans avant (saison 3 de ST ENT), mais incomparablement plus intelligemment, et pour le coup en complète primeur (dès 2003, soit seulement deux ans après les faits).

Buckaroo a écrit :

STID, c'est plutôt la traque de Bin Laden et la mise en cause des  faucons Républicains responsable de la guerre..

Ce n'est vraiment pas rendre service à ST ID que de vouloir absolument lui trouver un fond politique en prise avec l'actualité. Car si on veut vraiment aller dans ce sens, ST ID représente la relecture de l'opération Zero Dark Thirty la plus stupide et malhonnête qui ait jamais été faite.
Le regard de scénaristes bushistes sur l'administration Obama… réussissant à faire passer en comparaison les branquignols de Team America: World Police (de Trey Parker) pour des logiciens géniaux.

Buckaroo a écrit :

Quand on sait que le vieux Gene grisait sur ST6 à cause de l' Amiral Cartwright et des conspirateurs à Starfleet ..Tout cela parce que selon lui, Starfleet sont tous les gens nobles et incorruptibles ...
Qui est dans le grossier réellement ?
Le vieux Gene ou JJ Abrams ?
Heureusement que Nick Meyer ne prenait pas en compte son avis.. The Undiscovered Country aurait été une belle purge ... & non cette belle , simple et tendre allégorie sur la chute du bloc de l'est .

Mais justement, ST VI TUC aurait été une allégorie beaucoup plus fidèle, "simple et tendre" comme tu dis, s'il n'y avait pas eu les conspirateurs de Starfleet, ni ceux des Empires Romulien & Klingon. Parce que durant la chute du bloc de l'est à partir de 1985 (voire avant) et la disparition du rideau de fer de 1989 à 1991, il n'y eut nulle part d'équivalents de Cartwright, Valeris, Chang et autres Nanclus… c’est-à-dire une alliance de toutes les forces en présence pour maintenir artificiellement un état d'antagonisme… au contraire du micro-putsch de Moscou d'août 1991 qui était strictement interne à l'URSS et qui paradoxalement ne visait absolument pas à maintenir le rideau de fer mais juste à empêcher l'éclatement institutionnel des républiques soviétiques.
En outre, contrairement à l'explosion de Praxis, l'accident de Tchernobyl en 1986 n'a jamais fait partie des causes de la chute du bloc de l'est, mais de ses conséquences - ladite chute résultant essentiellement d'une faillite économique (mais pas idéologique ni d'un épuisement des ressources)… au contraire de l'Empire Klingon de Gorkon.
En fin de compte, ST VI TUC n'a pas grand-chose de commun avec l'actualité de la fin des années 80… mais au vu du résultat, tant mieux ! Car le réel y aura été intelligemment complexifié (contrairement à ST ID)… comme il sied à une véritable œuvre de SF aux enjeux galactiques. La vocation de ST n'est pas d'être une vulgaire caisse de résonnance de l'actualité à la façon de n'importe quel film d'espionnage ou polar bas du front.

Quant à la critique de Gene Roddenberry, elle portait :
1) Sur la transposition elle-même… mais qui comme on vient de le voir était finalement bien plus apparente que réelle !
2) Sur la trahison de Cartwright, et par extension sur le racisme anti-klingon des héros (de Kirk notamment). Mais il n'y avait rien de grossier de la part de Gene quant à sur cette seconde doléance. Au contraire, sa perception noble et idéalisée de Starfleet refusait la grossièreté d'un complot interne… au contraire des très grossières (là oui !) productions de JJ Abrams (depuis l'insupportable Alias) qui usent et abusent de ce ressort. Non, la seule erreur de Gene fut de confondre dans les derniers mois de sa vie – emporté qu'il était par les affres d'une maladie mortelle – les caractéristiques du 23ème siècle trekkien et celles du 24ème – nettement plus utopique – qu'il venait de créer quatre ans avant.
Des brebis galeuses, parfois même génocidaires, le Starfleet du 23ème siècle de ST TOS en était jonché (Ronald Tracey, Garth Of Izar, Benjamin Finney, Matt Decker, Tristan Adams…). Et même les héros furent impliqués – et ce sans le moindre problème de conscience – dans une manœuvre particulièrement félonne qui relevait du pur casus belli (ST TOS 03x04 The Enterprise Incident). L'amiral Cartwright s'inscrit bien dans cette tradition-là, visiblement un signe des temps.
Avec l'âge, les héros de TOS se sont mis à évoluer (dans les films), et les éléments tragiques à davantage impacter sur leur esprit. ST VI TUC n'a finalement fait qu'assumer les conséquences sur Kirk de l'assassinat gratuit de son fils par les Klingons dans ST III TSFS. Mais l'héroïsme du héros trekkien du 23ème siècle (et à fortiori du 22ème à l'exemple d'Archer) tient non pas à sa perfection psycho-sociale initiale, mais à son évolution trekkienne en dépit du poids des rancunes et des préjugés. Et Kirk a été d'autant plus exceptionnel dans ST VI TUC qu'il était perpétuellement rongé par son racisme anti-Klingon. Ce sont les actes – a fortiori contrariés – qui définissent les héros, non les pensées.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#1297 14-05-2014 09:33:07

yrad
admin

Re : Star Trek: Enterprise

Buckaroo a écrit :

Normal, c'est la première saison en HD.. Rick Berman & Brannon Braga auraient dut le faire plus tôt ..
Encore un signe qu'ils n'étaient plus en phase avec l'évolution technique et artistique de leur média..

Faux ! Enterprise est la toute première série télévisée américaine à avoir été tournée en full HD. Car 2004, c'est justement l'année où a arrêté le format 1080p, il aurait donc été matériellement impossible de tourner en 1080p avant la saison 4 de ST ENT. Pour mémoire, les premières télédiffusions HD (par satellite) datent de 2006, et les supports HD-DVD & Blu-ray ont commencé à sortir à partir de 2007.
Enterprise est un véritable festival de primeurs par rapport à la concurrence, prouvant bien qu'avec ENT, Berman et Braga n'étaient pas seulement en phase sur leur temps, mais carrément en avance :
- toute première série à avoir été postproduite en HD dès 2001 (seulement à l'époque la HD était expérimentale, car non définie, donc modeste, entre 480p et 720p) ;
- toute première série (et même première œuvre de fiction audiovisuelle tout court) à avoir transposé le 9/11 à l'écran ;
- toute première série à avoir été directement tournée en full HD dès 2004 (quelques mois seulement après la définition du format).
Mais paradoxalement, ce dernier "record" n'est pas forcément un atout dans le long terme, car il interdit toute remasterisation > 1080p dans le futur (genre 4K et 8K)… contrairement au saisons précédentes (tournées sur pellicule comme tout le reste de ST). Braga lui-même le déplore le tournage directement en full HD dans les bonus, mais pour des raisons artistiques (le full HD étant considéré à ses yeux comme cheap par rapport à l'argentique.
Je développe cette question dans mon banc d'essai.

Buckaroo a écrit :

C'est tout de même incroyable qu'il fallut attendre 2001 pour fimer un Star Trek en 16/9 ..Alors qu'une série comme The X Files  qui avait débuté en 4/3 passée en 16/9 dés 1997.

On a le droit de déplorer ce choix artistique en effet (et c'est d'ailleurs mon cas). Néanmoins, il ne s'agissait absolument pas d'une quelconque méconnaissance des évolutions technologiques (car Berman s'était bien posée la question du 16/9 durant la production de ST DS9 et ST VOY – cf. leurs Companions respectifs), mais simplement d'un parti pris d'homogénéité envers tout ce qui avait été fait avant.
En revanche, le changement d'époque et de style du prequel aura permis de redéfinir les choix artistiques.

dvmy a écrit :
Buckaroo a écrit :

Tout deux partagent le même sentiment positive  envers l'univers Abrams.

En clair c'est parce qu'ils prennent leur pied aux films d'Abrams qu'ils faudrait qu'ils soient à la tête de la nouvelle série? Ceci dit je crois que Braga est bien plus nuancé que cela, car il dit que Star Trek doit à nouveau parler "d'espoir" et qu'il a plein d'histoires en tête, des histoires qui ne peuvent que fonctionner dans Star Trek et pas ailleurs.

Exact.
Mais ça va même plus loin. Lorsque Brannon Braga conclue les bonus en dévoilant – avec force tremolo dans la voix - son rêve de réunion de tous les anciens, il rappelle à cette occasion que ST ne s'épanouit vraiment qu'en série TV… ce qui constitue un beau coup de griffe implicite à l'imposture qu'est devenu ST sous l'égide de Bad Robot.
Etant dans le business, si Braga veut un jour retrouver les faveurs de CBS/Paramount, il a tout intérêt à ne pas cracher publiquement sur le reboot. Mais il faut lire entre les lignes. J'avais bien insisté sur ce point dans mon banc d'essai.

De toute façon, je ne vois pas où Buckaroo a vu que Braga avait un sentiment positif envers "l'univers" d'Abrams et encore moins qu'il prenait son pied. Tout ce qu'il a un jour déclaré, c'est que ST 2009 était fun. Mais bon, c'est une observation qui n'engage finalement à rien… tant cela tient de la lapalissade que même les trekkers les plus critiques admettent. C'est un peu comme de dire que le reboot est spectaculaire et plein d'action. Ben oui. Mais cela n'implique en rien que l'on aime et que l'on a l'intention de poursuivre dans cette voie. Même observation pour Manny Coto.

En revanche, c'est peut-être plus ambigu pour Ronald D. Moore. Encore que… Il semblait assez enthousiaste en visitant le plateau de tournage de ST 2009, puis encore à la première découverte du film. Mais c'était en 2009, et depuis, il est devenu plus discret à propos le reboot. En 2013, il est d'ailleurs allé dans le sens de Braga en déclarant que le cœur de ST est davantage dans les séries. Faut-il y voir un effet secondaire du rouleau compresseur de Bad Robot ? Comprendra qui pourra (ou voudra)...

dvmy a écrit :

Maintenant Buckaroo, lorsque tu auras cette saison en Blu-ray cela te fera plaisir d'entendre que ce que toi et moi disons au sujet de Berman depuis des années est partagé par plein de personnes, à savoir le fait que 18 ans c'est trop, que c'est lui qui était fatigué et non la franchise, qu'il devenait pépère, scotché dans les années 90, etc...

Ce ne sont pas ces bonus dans leur ensemble qui disent une telle chose, mais uniquement une minorité d'intervenants (comme Larry Nemecek – un grand chantre de JJ Abrams). Mais leur discours n'a rien de nouveau et n'est la confirmation d'aucune vérité particulière, si ce n'est l'existence persistante d'un infect bashing auquel on doit l'éviction de Berman puis l'arrivée triomphale d'Abrams. Un bashing qui a même parfois réussi à rétrospectivement influencer et faire douter les auteurs eux-mêmes… à l'instar que Brannon Braga qui s'est mis à cracher lui-même sur des idées dont il était pourtant très fier à l'origine (comme la Temporal Cold War).
Visiblement, il suffit qu'une opinion soit répétée suffisamment de fois par suffisamment de gens pour qu'elle devienne une vérité.

Franchement, s'il y a une chose - parmi tant d'autres - dont je serai toujours reconnaissant à Rick Berman, c'est d'avoir fait jusqu'au bout une SF réputée "des années 90". Car la SF dite "des années 2000", c'est de la merde… ou alors de la fausse SF ! Hormis pour les très rares œuvres qui ont justement su conserver leur indépendance.

dvmy a écrit :

Ce que j'aime dans les nouveaux bonus HD de ces 4 saisons c'est qu'il n'y a vraiment aucune langue de bois.

Bien exact. Pour autant, ce franc-parler ne va pas uniquement dans ton sens, ni dans celui des trekkers américains les plus bruyants…
A dire vrai, l'intérêt de ces bonus non auto-promotionnels, c'est de donner voix à des avis très divergents… un peu à l'image de notre forum. Certains vont dans ton sens, d'autres dans le mien. Et ce n'est guère étonnant puisque cela dépendra de la façon dont chacun percevra ST ENT : soit le dernier avatar d'auteurs fatigués (selon Larry Nemecek), soit la meilleure série ST à ce jour (selon Brannon Braga dans ces mêmes bonus).

Toujours est-il que les intervenants des bonus qui vont le plus dans votre sens (à toi & Buckaroo)… sont aussi ceux qui kiffent le plus le reboot ! Ce qui est assez logique en fin de compte, car le reboot est dédié à ceux qui en avait marre des années Berman. tongue


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#1298 14-05-2014 09:35:48

yrad
admin

Re : Star Trek: Enterprise

Buckaroo a écrit :

Un bain de jouvence ? .. On sent tout de même l'usure du système Rick Berman

dvmy a écrit :

Hey Dl500... j'ai beau aimer la série, il n'y a pas plus réchauffé, peu original et en manque d'inspiration que les deux premières saisons! La très bonne 3eme saison et l'excellente ultime saison ne peuvent pas effacer les deux premières.

Voilà un désaccord figé dans le marbre depuis cinq ans… et qui n'est visiblement pas près de se résoudre ni même de s'atténuer.

Il existe une constante dans toutes les séries Star Trek : les dernières saisons (la seconde dans le cas de ST TOS) sont mieux maîtrisées (en terme de production value) et/ou plus créatives (sur un terrain narratif ou idéel), mais les premières (la seule première dans le cas de ST TOS) sont toujours nettement plus authentiques… car elles embrassent davantage la vision originelle des créateurs avant que certains impératifs économiques et/ou feedbacks de fans ne s'invitent dans l'équation.
Inutile donc de préciser quelles sont – des premières ou des dernières saisons - celles qui me touchent généralement le plus… quand bien même elles posséderaient moins d'épisodes exceptionnels (lorsque considérés séparément).

Dl500 et Kirk en sont presque réduits à devoir arguer du non-visionnage en continu ou en intégral des 21 saisons du 24ème siècle pour se justifier de kiffer vraiment Enterprise (mais attention, avec un bémol tout de même envers les deux premières saisons d'ENT – ouf l'honneur est sauf mdr).

Eh bien moi, je n'ai absolument aucun scrupule à affirmer que ce sont précisément les 21 saisons en question - que j'avais non seulement vues en continu mais qu'en plus j'adorais au point de les connaître par cœur (ce qui n'est pas un vain mot puisque je ne consulte jamais Memory Alpha ni un quelconque wiki pour écrire mes posts) - qui m'ont fait d'emblée adorer les deux premières saisons d'Enterprise. Oui, j'écris bien les deux premières… et NON les deux suivantes !

La bouffée d'air frais dont parle très justement Dl500, c'est essentiellement dans les deux premières saisons d'ENT qu'on la trouve. Car les saisons 3 et 4, plus créatives en matière d'histoires SF développées, rejoignent les standards épistémologiques trekkiens. Et ce n'est justement pas là que l'on respire… puisque l'objectif thérapeutique de la respiration (dans le yoga ou dans le zen par exemple) est de vivre une expérience dissociative primale.
Or après 21 saisons non-stop - et même 25 (en y incluant le 23ème siècle) - ayant poussé l'exploration SF dans ses ultimes retranchements, seul un changement de regard porté (et donc de ressenti subjectif) pouvait représenter une innovation, non pas narrative, mais conceptuelle. Chacune des séries ST "précédentes" apportait une majorité de nouvelles histoires SF (dans le registre du catalogue anthologique). Tandis qu'ENT a su se démarquer de ce principe, non plus en incrémentant toujours davantage le compteur, mais en proposant une nouvelle perspective – plus fraiche – sur des histoires que l'on connaissait justement trop bien. Ce qui change tout… quand bien même beaucoup ne remarqueraient rien (ou n'y verraient qu'un prétendu "épuisement créatif").
Cette différence de regard et d'attitude m'a sauté au visage comme une torpille à photons dès le premier visionnage de la série prequelle, et ne m'a jamais quitté depuis. Et lorsque j'en arrive à être saturé de "l'efficience Star Trek", c’est-à-dire de ces cadors prétentieux de Starfleet qui enchainent avec virtuosité les premiers contacts comme d'autres vont trader sur le marché des changes, qui résolvent les problèmes de l'univers avec du technobabble à gogo et des leçons de morales ou de philosophie dispensées ex cathedra, pour qui le cosmos est devenu tellement banal qu'il n'est plus qu'un réservoir d'allégories humanolâtres… eh bien la seule solution pour moi est de me ressourcer un moment dans les deux premières saisons d'ENT !
Car elles-seules me "recalent", remettent mes pendules à l'heure, me rendent momentanément ma virginité, me garantissent l'éternel frisson de la première fois, rechargent mes accus en émerveillement… que la "normalisation trekkienne" finit toujours par épuiser à force de revisionnages et de connaissances accumulées.
Loin de souffrir d'une quelconque usure, d'un quelconque épuisement, d'un quelconque essoufflement, les deux premières saisons de ENT sont bel et bien des fontaines de jouvence revitalisantes pour les trekkers las et tannés… outre d'être aussi les meilleurs vecteurs d'initiation au trekkisme pour les newbies.
Pour avoir réussi cet exploit, et même - disons-le franchement - ce miracle après tant de décennies de production ST ininterrompue, Rick Berman et Brannon Braga sont dignes des plus grands éloges ! medal

Alors peut-être (?) sommes-nous les seuls ici, Mypreciousnico et moi, à pleinement "saisir" ce que Berman & Braga ont voulu faire au départ, à vraiment raffoler sans réserve ni arrière-pensée des partis pris de l'intégralité des deux premières saisons d'ENT, à ne pas du tout les trouver plan-plan ou réchauffées, voire même à les considérer plus originales et plus authentiques que les suivantes…
Mais bon, pas grave : ceux qui préfèrent la première saison de TOS et/ou de TNG ne sont pas non plus majoritaires, et ils n'ont pas forcément tort pour autant. tongue


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#1299 14-05-2014 13:48:22

mbuna
Ancien fan

Re : Star Trek: Enterprise

yrad a écrit :

ce qui n'est pas un vain mot puisque je ne consulte jamais Memory Alpha ni un quelconque wiki pour écrire mes posts

Tout pareil, sans remettre en cause la qualité de Memory Alpha par ailleurs.

J'ai pourtant essayé de recourir à ces sites, mais j'ai jamais réussi mdr Si je poste, c'est que je sais ce que je veux dire, alors je préfère une petite erreur par-ci par là de référence (ce qui doit fatalement arriver) plutôt que faire des espèces de plagiats sous contrôle et diluer mes idées.

Hors ligne

#1300 14-05-2014 21:57:21

mypreciousnico
_________

Re : Star Trek: Enterprise

Yrad exprime exactement le même point de vue que moi sur ENT. Y compris sur les deux premières saisons.

C’est une constante, les deux premières saisons sont réputées repomper à droite à gauche des scénario balisés du Trekverse. Or comme Yrad je ne suis absolument pas d'accord avec cette assertion car l'intérêt est justement dans le changement de regard. Et bon sang que c'est différent quand on passe de VOY à ENT, en termes d'ambiance.

J'irais même plus loin, de toute les périodes du Trekkverse c'est à ce moment la que j'aimerais vivre. Notamment lors des deux premières saisons qui exhalent une envie, une énergie, une pèche incroyable. Rarement œuvre audiovisuelle n'aura été aussi exaltante, n'aura donné autant la niaque. Un véritable remède contre la dépression !

Bien loin d'un manque d'originalité, ENT est une rupture de ton drastique et audacieuse par rapport au reste de la franchise. On avait vraiment fait le tour du 24ème siècle, ENT ne pouvais pas mieux trancher thématiquement et visuellement parlant.

Et finalement, contrairement à ce que tout le monde dit ou pense, ce sont bien les deux premières saisons du show qui sont les plus audacieuses et rafraichissantes. Car la troisième est davantage une audace de forme que de fond et la quatrième est brillante par ses renvois à TOS mais se complait beaucoup dans l'héritage.

Alors bien entendu je ne cherche pas à dire que je n'aime pas les saisons 3 et 4 de ENT. Elles sont absolument brillantes à l'image de la série dans son ensemble, mais passé la saison 2 une sorte de candeur naïve (c'est pour toi Bucky) ce perd.

Quand je revisionne ENT, je me rend compte que cette impression d'attaquer une page vierge m'avait manqué, ce sentiment ineffable qui nous prend quand on découvre une truc incroyable pour la première fois.

Car c'est ça les deux premières saison d'ENT : le vertige de la première fois, arriver à nous faire croire que tout cela est nouveau, que le Warp 5 est récent, que la fédération n'existe pas encore et que tant de choses incroyables nous attendent (à nous vieux Trekkers blasés). Arriver à reproduire la pureté d'un premier regard sur un univers riche et fécond. Je ne sais pas si vous mesurez la chance qui est la nôtre !

C'est passionnant, c'est vertigineux, c'est presque miraculeux après autant de saisons, autant de séries, autant d'auteurs différents.

En plus c'est à tomber par terre tellement c'est beau, car moi la forme m'intéresse. Ce somptueux 16/9, cette photo, ces décors, ces vues spatiales, ces effets spéciaux de toute beauté, ces superbes costumes en mode NASA... Encore aujourd'hui, quelle série de SF rivalise ? C'est du même niveau que BSG2003, un cran au dessus des séries SG (en dehors de la dernière), équivalent à ce que propose Doctor Who sur ses dernières saisons, bien meilleur que Terra Nova…Une série qui se paye même le luxe de vieillir mieux que ses contemporaines.

ENT c'est le rêve absolu ou le fond est à l'avenant de la forme, vice versa et réciproquement.

Et sans dire que c'est ma série Trek préférée (pour moi elles ont intrinsèquement la même valeur comme composantes de la vaste tapisserie cosmique qu'est Star Trek), c'est au moins celle où je préfère revenir. Là pour le compte j'ai vraiment l'impression de retrouver une bande de potes pour aller faire une randonnée dans les étoiles.

Finalement le seul truc mal foutu dans ENT c'est d'avoir été annulée. Quand je lis les posts d'Yrad et les projets sur 10 saisons j'ai les boules à un point pas possible. J'avais envie de voir ça, j'ai toujours envie de voir ça, pas Orci à la réalisation d'un film dont tout le monde se fout déjà éperdument, j'ai envie de voir Archer aller au bout de son voyage. C'est pour ça que je n'aime pas le final de ENT, parce qu'il me balance tout ça dans la gueule, il me nargue avec ce que je n'aurais jamais sad

Du coup, si le visionnage de ENT débute toujours dans l'allégresse, la joie la légèreté et l'optimisme, quelques part il se finis dans la tristesse et la nostalgie. Et c'est aussi pour ça que les deux première saison de ENT cristallisent à jamais les raisons qui font que Star Trek est mon univers de SF favoris.

Bref, très loin devant BSG2003 (brillante également mais à la portée beaucoup plus limitée), Star Trek Enterprise c'est une des meilleures série de SF des années 2000, peut-être même la meilleure.

Hors ligne

Pied de page des forums