#1 14-01-2012 06:00:00

yrad
admin

ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

Crédits officiels :
- Histoire & dialogues : Stephen Beck, Tim Finch
- Réalisation : Robert Duncan McNeill


Flash required

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 0 [0%])

    0%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 2 [22.22%])

    22.22%

  3. 8 (excellent)(voix 2 [22.22%])

    22.22%

  4. 7 (bon)(voix 2 [22.22%])

    22.22%

  5. 6 (correct)(voix 1 [11.11%])

    11.11%

  6. 5 (passable)(voix 1 [11.11%])

    11.11%

  7. 4 (insuffisant)(voix 0 [0%])

    0%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 1 [11.11%])

    11.11%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 9

Les invités ne peuvent voter


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#2 11-08-2012 14:21:42

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

Bon épisode.

D'entrée, éliminons ce qui fâche. L'arc de la guerre froide temporelle. On le sait cette trame était une volonté du studio. Ajouter une dimension fantastique à une série Trek plus "terre à terre"  que les autres.
C'est devenu au bout du compte, un work in progress qui hélas ne progresse pas.. C'est à dire qu'aucune idées ne s'embriguent  les unes sur les autres pour en former une grande toute cohérente. Impossible donc de relier ce Cold Front à Storm Front part II.ENT.4, le dernier épisode de l'arc.
Un non  sens total, mais ce n'est pas faute à Berman & Braga d'avoir délimité _ dans le parodique Relativity.VOY.5,  l'absurdité du paradoxe temporel made in ST.

Il se serait donc plus judicieux de voir cet épisode comme un stand alone..Et de se poser la question première ( celle que je me pose toujours ) : De quoi ça parle? Quel est le sujet ? quel en est le théme ?

Evil Buck avait répondut: "Nada et portnawack ! " .. Aujourd'hui ce  "front froid"  me surprend, il y en a bien un, de thème. C'est en effet le premier épisode Enterprise a abordé le post 11 Septembre 2001 par le prisme ST. La série fut prise de court par ces événements historiques qui ont changé le 21ème siècle, et Cold Front distille parfaitement ce sentiment de changement... pour le pire. sad

Trekkement parlant, l'épisode est désagréable, mais dans le bon sens du terme. En effet toute la première partie, c'est du pur ST naïf et positive.. La curiosité , aller à la rencontre d'une autre race. En l'occurence des pélérins qui mystifient un phénomène spatial ( des Musulman en pélérinage à la mecque ? ) .. La curiosité tout simplement sans poser de jugement péremptoire. A la question avez vous foi en quelque chose?  Archer répond : " j'essaye de garder l'esprit ouvert " .
On ne pourrait pas mieux résumer l'esprit optimiste  Trek : " garder l'esprit ouvert " .

En somme Archer fait du Trek à l'état pur, jusqu'à ce que l'arc "guerre froide temporelle " interfére dans son esprit et distille en lui , l'idée qu'un terroriste ( Silik ) est à bord de son vaisseau.. Dés lors, lorsque les pélérins reviennent sur le NX01, Archer ne voit plus en eux un objet de curiosité, mais bien un terroriste potentiel.. Cold Front accentue la parano en rendant les intentions de Silik (le vrai terroriste ) encore plus nébuleuses.. Il sauve le vaisseau qui sans son intervention aurait put être détruit.. pourquoi ? Nous ne le serons jamais.
le 11 Septembre 2001 a bel et bien jeté un froid au coeur de l'esprit Trek.

Pour le reste, l'autre gars du futur chargé de le débusquer , Daniels ( Matt Winston, le fils du grand Stan ) paraît aussi dingo & sociopathe que Captain Braxton et sa brigade Temporelle ( Relativity.VOY.5 )  , malgré quelque belles idées SF comme la carte temporelle qui aurait mérité de clarifier plus nettement sa position. Ce que fera le ST de JJ Abrams : Les réalités alternatives.

"Vous venez de 900 ans dans le futur et vous avez besoin de moi ?!! " dit Archer à Daniels.. ou T'pol sur l' absurdité de la situation : " Si Daniels peut voyager dans le temps, pourquoi il ne reviendrait pas  un jour dans le passé pour arrêter Silik avant qu'il ne monte dans le vaisseau" ... Naan ! Laissons tomber ces foutues paradoxe temporel, je ne chasse plus le dahut comme le fait Archer à travers les cloisons du vaisseau.. Non saissisons plutôt en Cold Front , la vision Star Trek parasité par l'esprit du post 11 Septembre 2001.. Là il y a matière à une vraie réflexion.

Dernière modification par Buckaroo (11-08-2012 14:28:49)


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#3 13-08-2012 19:33:47

yrad
admin

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

Je suis en désaccord avec ta lecture doucement méprisante de cet épisode, Buck, que je trouve pour ma part tout à fait exceptionnel.
9/10, tant pour sa connexion au plus irréductible des fils rouges (avec un magnifique paradoxe – on pourchasse celui qui a sauvé le NX-01) que pour son histoire en propre (le pèlerinage astronomique – un truc splendide – pour une fois qu'une religion n'a rien d'antipathique).

Buckaroo a écrit :

D'entrée, éliminons ce qui fâche. L'arc de la guerre froide temporelle. On le sait cette trame était une volonté du studio. Ajouter une dimension fantastique à une série Trek plus "terre à terre"  que les autres.

C'est une idée reçue. La Temporal Cold War n'a pas été imposée par le studio (du moins à l'origine). C'était le vestige de la première série post-24ème siècle que Berman et Braga avait imaginée pour l'après ST VOY. Braga a conservé ce ressort parce que le temps était son kiff d'auteur de SF, mais surtout parce qu'il offrait un formidable joker à toutes les contraintes d'un prequel.
Ainsi, grâce à la perspective d'une timeline fluctuante, l'avenir trekkien – tel que les trekkers le connaissent – n'était plus du tout garanti (introduisant un nécessaire facteur d'incertitude dans l'équation pour que celle-ci demeure palpitante), et l'unité globale de timeline n'était plus certaine. Terre d'ambiguïté et d'incertitude, cela complexifiait encore davantage le Trekverse qui y a gagné une belle pluri-dimensionnalité.

Buckaroo a écrit :

C'est devenu au bout du compte, un work in progress qui hélas ne progresse pas.. C'est à dire qu'aucune idées ne s'embriguent  les unes sur les autres pour en former une grande toute cohérente. Impossible donc de relier ce Cold Front à Storm Front part II.ENT.4, le dernier épisode de l'arc.
Un non  sens total, mais ce n'est pas faute à Berman & Braga d'avoir délimité _ dans le parodique Relativity.VOY.5,  l'absurdité du paradoxe temporel made in ST.

C'est tout le contraire. En SF pure, la problématique temporelle n'a d'intérêt que si elle conduit à des paradoxes. Les épisodes que tu railles (aussi bien dans ST VOY que dans ST ENT) sont les plus créatifs, et sur le terrain du paradoxe, aucun univers de SF n'est allé aussi loin que ST.
Ce n'est pas parce qu'une physique non cartésienne défie la logique étroite du spectateur contemporain qu'il est permis d'invoquer le "non sens total". Le mérite des enjeux temporels est justement d'éprouver notre entendement étriqué.

Buckaroo a écrit :

Evil Buck avait répondut: "Nada et portnawack ! " .. Aujourd'hui ce  "front froid"  me surprend, il y en a bien un, de thème. C'est en effet le premier épisode Enterprise a abordé le post 11 Septembre 2001 par le prisme ST. La série fut prise de court par ces événements historiques qui ont changé le 21ème siècle, et Cold Front distille parfaitement ce sentiment de changement... pour le pire. sad

Faudrait arrêter cette perpétuelle relecture USA-centrée à travers le prisme du 9/11. Traumatique pour les Américains, cela reste pourtant un événement d'importance relative à l'échelle planétaire. Il y a eu depuis le début du nouveau millénaire des tragédies bien plus coûteuses en vies humaines que le 9/11.
Et contrairement à BSG 2003, ST n'est heureusement pas la transposition des seules angoisses étatsuniennes dans le futur...

Buckaroo a écrit :

A la question avez vous foi en quelque chose?  Archer répond : " j'essaye de garder l'esprit ouvert " .
On ne pourrait pas mieux résumer l'esprit optimiste  Trek : " garder l'esprit ouvert " .

C'est aussi la définition de l'agnosticisme, de la science, et du scepticisme.
Par opposition aussi bien à la foi qu'à l'athéisme.

Buckaroo a écrit :

En somme Archer fait du Trek à l'état pur, jusqu'à ce que l'arc "guerre froide temporelle " interfére dans son esprit et distille en lui , l'idée qu'un terroriste ( Silik ) est à bord de son vaisseau.. Dés lors, lorsque les pélérins reviennent sur le NX01, Archer ne voit plus en eux un objet de curiosité, mais bien un terroriste potentiel..

C'est au contraire l'anti 9/11 par excellence !
Toutes les agences américaines s'étaient mises à traquer ceux qui avaient assassiné près de 3 000 personnes dans la destruction du World Trade Center.
Alors que dans ST ENT 01x12 Cold Front, le staff du Nx-01 s'est mis à traquer celui qui avait sauvé le vaisseau et son équipage. Difficile d'imaginer des situations plus antisymétriques...

Buckaroo a écrit :

Cold Front accentue la parano en rendant les intentions de Silik (le vrai terroriste ) encore plus nébuleuses.. Il sauve le vaisseau qui sans son intervention aurait put être détruit.. pourquoi ? Nous ne le serons jamais.

C'est justement ce qui est génial dans cette histoire.
Y en a marre de la SF où tout est expliqué. Rien de plus plat, de plus décevant qu'une explication. p

Buckaroo a écrit :

le 11 Septembre 2001 a bel et bien jeté un froid au coeur de l'esprit Trek.
(…)
Non saissisons plutôt en Cold Front , la vision Star Trek parasité par l'esprit du post 11 Septembre 2001.. Là il y a matière à une vraie réflexion.

Au contraire. Les deux premières saisons de ST ENT, bien que produites après ce que tu considères être l'événement fondateur des temps modernes, ont su rester invariablement fidèles à l'optimisme et l'idéalisme trekkien, au contraire des productions TV américaines concurrentes qui se sont fait consciemment ou non l'écho du 9/11.
Malheureusement, le suivisme aura fini par rattraper ST ENT à partir de sa troisième saison, mais seulement à partir de celle-ci.
Le 9/11 n'a jamais été en lui-même un vecteur de réflexion philosophique, juste d'endoctrinement et de manichéisme.

Buckaroo a écrit :

"Vous venez de 900 ans dans le futur et vous avez besoin de moi ?!! " dit Archer à Daniels.. ou T'pol sur l' absurdité de la situation : " Si Daniels peut voyager dans le temps, pourquoi il ne reviendrait pas  un jour dans le passé pour arrêter Silik avant qu'il ne monte dans le vaisseau" ... Naan ! Laissons tomber ces foutues paradoxe temporel, je ne chasse plus le dahut comme le fait Archer à travers les cloisons du vaisseau..

Tu devrais pourtant, car même si cela peut parfois donner mal à la tête (dixit la pourtant scientifique Janeway), il n'y a pas SF intellectuellement plus exaltante et stimulante.

Buckaroo a écrit :

Pour le reste, l'autre gars du futur chargé de le débusquer , Daniels ( Matt Winston, le fils du grand Stan ) paraît aussi dingo & sociopathe que Captain Braxton et sa brigade Temporelle ( Relativity.VOY.5 )  , malgré quelque belles idées SF comme la carte temporelle qui aurait mérité de clarifier plus nettement sa position. Ce que fera le ST de JJ Abrams : Les réalités alternatives.

Rien de tel justement (et malheureusement) ! ST 2009 se limite à une seule réalité alternative. Et la plus pauvre & inintéressante de toutes.

Non, celui qui a introduit les réalités alternatives infinies dans la franchise, c'est Brannon Braga avec ST TNG 07x11 Parallels.
Il en a remis ensuite une (sacrée) couche avec ST VOY 04x08+04x09 Year Of Hell, puis indirectement avec ST VOY 05x24 Relativity.
Et il a achevé en beauté le tableau avec la Temporal Cold War de ENT, en introduisant notamment les Guardians ou Sphere Builders du Delphic Expanse, premier peuple de la franchise à disposer explicitement de la capacité à scanner les réalités alternatives (réelles ou possibles) aussi aisément que les vaisseaux de Starfleet scannent le subspace. Il est toutefois permis de supposer que les services temporels de Starfleet (aussi bien ceux du 29ème siècle de ST VOY que ceux du 31ème siècle de ST ENT) ou encore les Na'kuhl disposent – à des degrés divers – de semblables capacités technologiques.

Et c'est pour cette raison que - conceptuellement – un guerre temporelle était indispensable dans l'univers ST. Car dès lors que le temps est une variable dans un univers de SF (et donc le voyage temporel réversible une possibilité), cela implique que tôt ou tard, le temps deviendra aussi un outil et même une arme dans de cadre de luttes de puissance et de suprématie.
Et comme il s'agit justement d'un terrain temporel, le "quand" n'a même plus d'importance. La manifestation d'une telle guerre peut être permanente, tel le compagnon fidèle de la marche de l'Histoire - en toile de fond.
C'est bien cette grisante sensation que seront parvenues à capter et instiller les trois premières saisons de ST ENT.

Et si la guerre temporelle n'a jamais reçu la résolution qu'elle aurait mérité, c'est parce que la série fut contrariée en cours de route (la TCW aurait initialement dû s'étendre tout au long des sept à dix saisons de la série).
Mais incidemment, cette absence de conclusion, cette absence même d'explication, aura formidablement servi le concept de guerre temporelle. Car bien comprise, cette dernière est supposée n'avoir ni début ni fin, et n'être pas pleinement intelligible pour ceux qui n'en sont que les spectateurs occasionnels à une époque donnée.

Paradoxalement, en dépit d'innombrables épisodes temporels absolument référentiels dont la franchise aura gratifié le patrimoine de la SF, c'est peut-être la Temporal Cold War de ST ENT qui aura le mieux distillé le vertige qui sied à une pareille problématique.
Poser plus de questions que n'apporter de réponses, et même oser ne rien expliquer du tout, telle est la marque des plus grandes œuvres (2001)… ou alors des arnaques (Lost). A l'image du voyage temporel lui-même : la véritable ultime frontière… ou une aberration (selon les convictions de chacun).
Il n'en demeure pas moins que le concept est né avec la première saison de ST TOS, et que ST ENT l'aura simplement conduit à son terme le plus logique, au seul possible en fait.
Faut assumer les gars. big_smile


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#4 14-08-2012 02:37:24

mbuna
le dormeur doit se réveiller

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

Excellent !
Du très bon ST et de la très bonne SF !

En revanche, je ne sais pas si la guerre froide temporelle est une bonne idée... Par ce qu'à la façon de la fin de l'éternité d'Asimov, elle induit une organisation qui veille sur l'humanité à travers le temps de manière éternelle ; cela fabrique un fil rouge dangereux façon boite de Pandore.

yrad a écrit :

Braga a conservé ce ressort parce que le temps était son kiff d'auteur de SF, mais surtout parce qu'il offrait un formidable joker à toutes les contraintes d'un prequel.
Ainsi, grâce à la perspective d'une timeline fluctuante, l'avenir trekkien – tel que les trekkers le connaissent – n'était plus du tout garanti (introduisant un nécessaire facteur d'incertitude dans l'équation pour que celle-ci demeure palpitante), et l'unité globale de timeline n'était plus certaine. Terre d'ambiguïté et d'incertitude, cela complexifiait encore davantage le Trekverse qui y a gagné une belle pluri-dimensionnalité.

Je comprends l'idée, mais vraiment bien difficile à expliquer son absence dans les autres séries pour le coup...boite de Pandore, nan ? A moins que cela se finisse comme le bouquin d'Asimov wink


Star Trek, je devais te quitter pour préserver notre amour, mais je vais attendre un peu.

Hors ligne

#5 14-08-2012 08:02:10

yrad
admin

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

Je retrouve bien là en toi l'amateur de SF allégorique, cette "SF à thèse" qui cherche à dénoncer ou à mettre en garde. wink

Rassure-toi, Mbuna, j'en suis moi-même l'adepte, car c'est une des vocations de la SF.

Mais pas la seule. p

Car quitte à trouver au Starfleet spatiotemporel des 29ème ou 31ème siècles un inspirateur (ou une mascotte) littéraire, il s'agit bien davantage de la Patrouille du temps de Poul Anderson que des Eternels d'Isaac Asimov !
La première avait une vocation cohérente, à savoir préserver la timeline – aussi cruelle soit-elle - de toute manipulation.
Tandis que la seconde manipulait la timeline pour réduire les souffrances de l'humanité... dont résultait pourtant son évolution... ce qui conduisait à une aporie. The End Of Eternity renvoie à ce titre davantage à la problématique Vorlons vs. Shadows de JMS qu'à une véritable plongée dans le tourbillon temporel. Asimov s'est d'ailleurs "débarrassé" de l'organisation des Eternels par un paradoxe au parfum de pirouette (adapté par la suite sous une autre forme par Pierre Christin pour la fin de Galaxity dans Valérian). Car comme beaucoup de scientifiques de son temps, Asimov était hostile au voyage temporel (qu'il percevait davantage comme un concept de fantasy que de SF).

Il était donc naturel que le constructivisme de l'humanité trekkienne (et de sa technologie) conduise à tirer le meilleur du voyage temporel, comme il en fut préalablement avec le voyage spatial.
Et ce qui garantit à la fois l'intégrité éthique et l'intérêt narratif de la "patrouille du temps" de Starfleet, c'est encore et toujours la Prime Directive, foncièrement indissociable de l'utopie trekkienne. Une Prime Directive identiquement applicable à l'espace et au temps.
Etudier et grandir : oui ! Laisser une empreinte : non !


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#6 14-08-2012 08:07:57

dvmy
Je sens l'appel de la lumière

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

J'y connais pas grand chose, néanmoins cette opposition fantasy/SF me fait un peu rire, surtout pour le fan de Star Wars que je suis. La SF est forcément un peu fantasy, sinon on appelle ça de l'anticipation et non plus de la SF.

Hors ligne

#7 14-08-2012 08:21:26

yrad
admin

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

L'anticipation est un composant (ou sous-genre) de la SF. De la hard-SF même souvent.

Enfin bon, les classements... rolleyes

Certains considèrent d'ailleurs que SF est synonyme d'imaginaire ! Et alors dans ce cas, la fantasy devient une forme spécifique de SF.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#8 14-08-2012 08:26:51

dvmy
Je sens l'appel de la lumière

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

Moi j'ai toujours un soucis avec les genres, que ce soit au ciné ou en littérature. En fait je déteste classer une oeuvre dans un genre spécifique. Blade Runner par exemple c'est quoi? de la SF? de l'anticipation? un film noir? une histoire d'amour? un polar?

Hors ligne

#9 14-08-2012 08:33:45

yrad
admin

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

C'est tout ça... et plus encore. big_smile

Mais comme la SF est un méta-genre - c'est à dire un genre qui englobe tous les autres genres dans une version élargie (larger than life) - la classification zoologique (ou taxonomie) de Blade Runner pourra être la suivante :
Règne : SF
Embranchement : Hard-SF
Classe : Anticipation
Ordre : Dystopie
Famille : Polar
Espèce : Film

lol


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#10 16-08-2012 13:44:51

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

yrad a écrit :

Je suis en désaccord avec ta lecture doucement méprisante de cet épisode, Buck, que je trouve pour ma part tout à fait exceptionnel.

Je ne méprise pas l'intrigue, ni les thémes de Cold Front. Oui par contre, je méprise la Guerre Froide Temporelle, Braxton , Daniels , l' Amiral Janeway ect.. comme futur probable de l'univers Star Trek.
Je ne peux pas croire un seul instant que le futur de Star Trek tend vers ça , vers eux :
De dangereux sociopathes  , doublés de lâches & d'irresponsables . Ce n'est pas des héros  Star Trek, ni des héros tout court.

Note,  et pas que pour la TCW, le dédain prodigieux qu'ont ces gens pour la vie humaine.
Que se soit les 3500 colons de Shockwave.Part I ou les 7 millions de morts de The Expanse , qui ne sont pas censé avoir eut lieu, ils le restent au bout du compte à la fin :
Morts et masssacrés.. Pire, c'est aux autres de réparer leur foutues conneries spatio-temporelle. Démerdez vous !
Je ne mange pas de ce Star Trek là. Il passe mieux dans le cas de Braxton parce qu'il y a une volonté humoristique derrière tout ça. La TCW, c'est du sérieux.. Si au 31ème siécle , l'humanité aboutit à ça!
Star Trek ne vaut absolument pas le coup.


Buckaroo a écrit :

Evil Buck avait répondut: "Nada et portnawack ! " .. Aujourd'hui ce  "front froid"  me surprend, il y en a bien un, de thème. C'est en effet le premier épisode Enterprise a abordé le post 11 Septembre 2001 par le prisme ST. La série fut prise de court par ces événements historiques qui ont changé le 21ème siècle, et Cold Front distille parfaitement ce sentiment de changement... pour le pire. sad

Faudrait arrêter cette perpétuelle relecture USA-centrée à travers le prisme du 9/11. Traumatique pour les Américains, cela reste pourtant un événement d'importance relative à l'échelle planétaire. Il y a eu depuis le début du nouveau millénaire des tragédies bien plus coûteuses en vies humaines que le 9/11.
Et contrairement à BSG 2003, ST n'est heureusement pas la transposition des seules angoisses étatsuniennes dans le futur...

Ca y est, je suis en paix avec ça , je n'ai pas honte de l'avouer: Star Trek   bien que d'obédience occidentale , est surtout et avant tout un morceau de pop  culture profondément Américain.. Crée et produit par des Américains.
Si je repose ainsi Enterprise dans son contexte de l'époque, c'est pour être juste avec la série & comprendre mon rejet initial . Il n'y a pas de doute possible la série fut prise de court par les évènements du 9.11,  comme TNG fut pris de court par la chute du mur de Berlin en 1989. Elle rattrape le train en marche..Rien d'étonnant que la saison 3 m'ait attrapé dans ses filets . Car Star Trek ce n'est pas une histoire du futur. Cela parle de nous aujourd'hui ( voir d'hier ), mais rarement de demain.
Quand je regarde TOS, on sent bien qu'ils parlent des problèmes de la fin des années 60/ début 70..  la guerre froide,  la menace nucléaire, la lutte pour les droits civique, le Vietnam ..Même le Summer of love y est évoqué lol ...DS9 évoquait les conséquences de la chute du mur de Berlin, tout en prédisant la montée du fondamentalisme religieux derrière tout ça.

On le sent et particulièrement la saison 2, Enterprise n'est plus en phase avec son époque..Elle est comme perdu .. presque dépassé à courir derrière le Klingon, évoqué encore la guerre froide ( à travers l'antagonisme Vulcain/ Andorian ) ..Comme un Star Trek enfermé sur lui même, alors que le monde changeait autour de lui.

A en juger la teneur de leur derniers "morceaux de culture" ( Dark Knight Rises, The Avengers, Transformers 3 )  , même si on en voit le bout du tunnel, les Américains n'ont pas finit d'exorciser le 11 septembre 2001. wink


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#11 16-08-2012 23:11:35

yrad
admin

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

Buckaroo a écrit :

Oui par contre, je méprise la Guerre Froide Temporelle, Braxton , Daniels , l' Amiral Janeway ect.. comme futur probable de l'univers Star Trek.
Je ne peux pas croire un seul instant que le futur de Star Trek tend vers ça , vers eux :
De dangereux sociopathes  , doublés de lâches & d'irresponsables . Ce n'est pas des héros  Star Trek, ni des héros tout court.

C'est exactement le contraire : ils incarnent la forme la plus pure du héros trekkien ! p
A savoir celui qui dispose d'une puissance technologique quasi-infinie… et qui est pourtant tenu de ne pas s'en servir... même pour rendre l'univers meilleur.
A l'instar d'Archer, de Kirk, et de Picard qui résistent sans cesse à la tentation d'imposer les valeurs humanistes de l'UFP à l'univers entier et qui combattent ceux qui ne respectent pas le développement naturel des espèces… Braxton, Ducane, et Daniels résistent perpétuellement à la tentation de remodeler la timeline pour la rendre moins injuste/cruelle, et ils combattent sans relâche ceux qui ne respectent pas les causalités naturelles.
Mais l'analogie s'arrête là. Car le Starfleet des 29ème et 31ème siècles est appelé à manager des enjeux d'une portée et d'une étendue faisant passer les héros de ST ENT/TOS/TNG/DS9/VOY pour des petits joueurs, pour des débutants.

Rends-toi seulement compte de l'incroyable responsabilité de ce Starfleet spatio-temporel du lointain futur ! Ils ont la possibilité technique de se projeter instantanément n'importe où et n'importe quand dans la galaxie (dans l'univers ?), et modifier chirurgicalement la timeline pour donner à l'univers l'aspect qu'ils souhaitent. Pas étonnant que certains deviennent cinglés (comme le pauvre Braxton) où que d'autres puissent (probablement) se métamorphoser en Annorax.
Ces officiers sont ce qui se rapproche le plus des dieux parmi les mortels, et pourtant leur mission est de ne jamais se prendre pour des dieux. C'est à dire exactement ce qu'Archer à compris - à sa modeste mesure - dans ST ENT 01x13 Dear Doctor. ok

C'est bien pour ça que l'ambition trekkienne aurait été magistralement servie par une série spatio-temporelle dont les héros auraient été Ducane et ses homologues. Ce sont vraiment eux qui donnent au défi trekkien toute sa mesure, et à la célèbre réplique shakespearienne "to be or not to be" tout son sens.

Buckaroo a écrit :

Note,  et pas que pour la TCW, le dédain prodigieux qu'ont ces gens pour la vie humaine.
Que se soit les 3500 colons de Shockwave.Part I ou les 7 millions de morts de The Expanse , qui ne sont pas censé avoir eut lieu, ils le restent au bout du compte à la fin :
Morts et masssacrés.. Pire, c'est aux autres de réparer leur foutues conneries spatio-temporelle. Démerdez vous !

Philosophiquement, tu te contredis en deux heures de temps. Je te renvoie vers ta propre réponse dans le topic sur ST ENT 01x13 Dear Doctor :

Buckaroo ou presque a écrit :

Le sujet avait d'ailleurs créé beaucoup de controverses à l'époque, qu' Evil Buck ne s'est pas géné de se servir pour descendre Enterprise, criant avec la meute  : Genocide !! Archer Daniels est un Adolf !!"grrr ..
Ne voyant pas plus loin que le bout de son fusil, le dilemme moral est plus complexe qu' Evil Buck ne le pensait..  Cela va bien plus loin que l'idée de "sacrifier 50 7 millions de personne au profit du plus petit grand nombre" (…)

Manifestement, Buck, ce qui tu as mis dix ans à comprendre dans le cas de ST ENT 01x13 Dear Doctor, tu ne l'as manifestement toujours pas capté au sujet du Starfleet spatio-temporel et de la Temporal Cold War ! p
Le principe conceptuel est pourtant exactement le même : tout est une question d'échelle ! Ce qui est criminel à un instant t et par le petit bout de la lorgnette, peut s'avérer nécessaire à l'échelle de l'univers ou du développement naturel des espèces.
Au-delà de ça, tout l'enjeu moral trekkien, c'est de ne pas juger et de ne pas intervenir. C'est aussi d'empêcher ceux qui voudraient intervenir, que ce soit par intéressement personnel ou par idéalisme.

Mais parce que tu n'en es pas à une contradiction près, Buck, tu traites de criminel/lâche/sociopathe/irresponsable Daniels sous prétexte qu'il n'efface pas comme par magie les sept millions de victimes terriennes de l'attaque xindie (au début de la saison 4 de ST ENT… mais en revanche tu applaudis lorsque Spock-Nimoy ne fait strictement rien pour effacer les six milliards de morts Vulcains (à la fin de ST 2009).
Les vies humaines auraient-elles davantage de valeur que les vies vulcaines, ou est-ce juste ton habituel deux poids deux mesures ? rolleyes
Il y a pourtant une différence de taille, mais elle ne va pas du tout dans le sens de ton tropisme : Daniels et ses collègues ont fait tout leur possible pour effacer les crimes des autres factions à travers l'Histoire, alors que Spock-Nimoy n'a même pas envisagé une seconde (alors qu'il en avait techniquement les moyens) d'effacer les crimes de Nero.
Seulement le génocide de sept millions d'humains (ST ENT) résulte de causalités incroyablement complexes, il ne peut donc être effacé par un "simple" voyage dans le temps. En outre, et c'est ça tout le paradoxe, ce génocide a peut-être toujours fait partie de la timeline que nous connaissons (celle de ST TOS/TNG/DS9/VOY).
Tandis que l'extermination de sept milliards de Vulcains (ST 2009) ne résulte d'aucune complexité temporelle (c'est même de la "mécanique temporelle pour les nuls" lol). Et cette extermination-là n'a assurément jamais fait partie de la timeline de ST.
ST ENT assume les cruels sacrifices qu'exige la préservation d'une timeline, alors que ST 2009 se paye un génocide gratuit juste pour se débarrasser de quarante ans de ST.

En suivant ta curieuse logique Buck, on pourrait aussi taxer de criminels/lâches/sociopathes/irresponsables Kirk ou Picard parce qu'ils ne décident pas de remonter le temps (alors qu'ils en ont techniquement les moyens) pour tenter d'effacer (par ex.) les 600 millions de morts de la WW3. Le hic, c'est que s'ils faisaient ça, l'avenir trekkien n'existerait plus.
Voilà un vertige qu'avait parfaitement compris Poul Anderson dès 1959 dans Brave To Be A King, et dont ST DS9 03x11+03x12 Past Tense nous a servi une version ultra-aseptisée. Car c'est bien trop facile (moralement) de prendre la place historique d'un honnête homme. Le véritable challenge, c'est de devoir prendre la place d'un tueur pour préserver l'Histoire.

La portée sans égale des problématiques temporelles, c'est que la morale étriquée n'y a strictement aucune place : le bien peut naître aussi bien du bien que du mal. Et inversement. La perspective se situe au fond par-delà le bien et le mal.

Buckaroo a écrit :

Je ne mange pas de ce Star Trek là. Il passe mieux dans le cas de Braxton parce qu'il y a une volonté humoristique derrière tout ça. La TCW, c'est du sérieux.. Si au 31ème siécle , l'humanité aboutit à ça!
Star Trek ne vaut absolument pas le coup.

Donner un ton (en partie) humoristique à un épisode n'en réduit pas forcément la portée sémantique et la cohérence.
ST VOY 05x24 Relativity est un des sommets de toute l'aventure trekkienne, car :
- il esquisse le plus ambitieux et exaltant des futurs pour Starfleet,
- il met en équation avec beaucoup de rigueur les paradoxes temporels (du jamais vu en audiovisuel),
- il est d'une cohérence absolue, aussi bien dans ses mécanismes temporels internes, que dans sa relation diachronique à la série ST VOY, où du point de vue "futur" de Braxton, ST VOY 07x25+07x26 Endgame s'est déjà produit (jouissif),
- il se paye en outre le luxe d'être ludique.
En d'autres termes, comique dans la forme, sérieux voire tragique dans le fond.

Etape suivante du processus créatif (perspective externaliste), pour la toute première fois dans la franchise, la TCW aura témoigné de la volonté d'élargir considérablement l'échelle ! Désormais, ni les personnages du main cast ni les spectateurs n'auront accès à l'ensemble du "dossier". Ils subiront sans trop comprendre l'infime fraction d'une titanomachie cosmique, et se perdront en conjecture sur ce qu'ils ne savent pas et ne sauront jamais.
Difficile d'imaginer plus ambitieux renouvellement de la problématique temporelle… qui avait déjà offert à la franchise certains de ses plus fameux épisodes.

Buckaroo a écrit :

Ca y est, je suis en paix avec ça , je n'ai pas honte de l'avouer: Star Trek   bien que d'obédience occidentale , est surtout et avant tout un morceau de pop  culture profondément Américain.. Crée et produit par des Américains.
Si je repose ainsi Enterprise dans son contexte de l'époque, c'est pour être juste avec la série & comprendre mon rejet initial . Il n'y a pas de doute possible la série fut prise de court par les évènements du 9.11,  comme TNG fut pris de court par la chute du mur de Berlin en 1989. Elle rattrape le train en marche..Rien d'étonnant que la saison 3 m'ait attrapé dans ses filets .

Admettre que Star Trek est d'obédience occidentale, développée par et pour des Américains, c'est une chose. smile
Exiger que Star Trek se fasse perpétuellement l'écho de l'actualité étatsunienne, qu'elle s'aligne sur les phénomènes de mode, c'en est une (toute) autre. sad

Peut-être en effet que les spectateurs américains attendaient que ST ENT fasse du 9/11 - aka BSG 2003 aka 80% des productions américaines post-2001 - dès sa première saison.
C'est donc tout à l'honneur de ST ENT d'avoir fait exactement le contraire, d'avoir tout simplement ignoré l'actualité pour faire du vrai Star Trek
Mais si les deux premières saisons de ST ENT furent du ST (en devenir), la troisième fut davantage une série TV américaine comme les autres. Difficile de se réjouir lorsque Procuste remporte la partie. tear

Il n'y avait aucune raison que Star Trek soit "prise de cours" comme tu dis, ni par la chute du rideau de fer, ni par le 9/11, car Star Trek se devait de rester un univers futuriste très éloigné du nôtre.
Des décryptages de l'actualité, il n'y a que ça dans la presse, les essais, les cours, les blogs, et les 90% de films et les séries sises dans le monde contemporain. Il est heureux que tout ça ne vienne pas en plus polluer les œuvres de vraie SF.

Une SF qui n'existe que par et pour la transposition, c'est une SF qui jamais ne confinera à l'universel et à l'intemporel. Elle sera condamnée à être le témoin éphémère d'une époque, et à vieillir en même temps qu'elle. cry

Buckaroo a écrit :

Car Star Trek ce n'est pas une histoire du futur. Cela parle de nous aujourd'hui ( voir d'hier ), mais rarement de demain.

Voilà bien un point de vue que je déteste ! furax
C'est exactement le discours des censeurs et des éducateurs français. Selon eux (et toi manifestement), la SF n'est tolérée (et parfois appréciée) que si elle est strictement utilitariste ! Dans cette optique, la SF devrait juste être une façon déguisée de parler de l'humain et des problèmes de société contemporains, pour contribuer à l'éducation des mômes et à l'édification des masses. Pouah. sad
Heureusement que la vraie SF, c'est beaucoup plus ambitieux que ça. Ce n'est pas juste un outil de propagande et de pédagogie, c'est une fin en soi avec sa vie propre.

Buckaroo a écrit :

Quand je regarde TOS, on sent bien qu'ils parlent des problèmes de la fin des années 60/ début 70..  la guerre froide,  la menace nucléaire, la lutte pour les droits civique, le Vietnam ..Même le Summer of love y est évoqué lol ...

En effet, on le sent, car aucune œuvre ne parvient à totalement s'affranchir des stigmates de son époque de production. Si ce n'est dans le fond, au moins dans la forme. Et les marques de datation de ST TOS n'ont jamais été sa plus grande qualité.
Néanmoins, la palette de vrais auteurs de SF littéraire qui ont écrit pour ST TOS, ainsi que la supervision systématique de Gene, auront réussi à faire prendre à la série originale pas mal de distance envers l'actualité étatsunienne. Dans son univers futuriste, il n'était plus question de lutte pour les droits, mais de droits depuis longtemps acquis. Et les meilleurs épisodes ont su tirer de l'actualité ce qu'il pouvait y avoir d'universel et d'intemporel.
Non sans hasard, les épisodes ratés de ST TOS sont justement ceux qui ne sont pas parvenus à se détacher suffisamment de l'actualité (ST TOS 02x23 The Omega Glory, ST TOS 03x20 The Way To Eden…)

Buckaroo a écrit :

DS9 évoquait les conséquences de la chute du mur de Berlin, tout en prédisant la montée du fondamentalisme religieux derrière tout ça.

Après coup, c'est très facile de faire dire aux œuvres tout et n’importe quoi. ST DS9 n'a pas vraiment dénoncé les fondamentalismes religieux, elle leur aura au contraire offert une nouvelle légitimité.
Jamais les croyants absolutistes n'ont été égratignés par ST DS9. Les pseudo-fondamentalistes religieux (≠ nationalistes) que l'on y croise sont tous des manipulés ou des faux culs (Winn Adami, Anjohl Tennan alias Gul Dukat…).
Par le seul ST ENT 03x12 Chosen Realm, la série prequelle aura bien davantage dénoncé le fondamentalisme religieux que ST DS9 durant ses sept saisons. A l'exception notoire du génial ST DS9 04x17 Accession (écrit par la freelance Jane Espenson) qui a osé montrer le vrai visage de la foi.

Buckaroo a écrit :

On le sent et particulièrement la saison 2, Enterprise n'est plus en phase avec son époque..Elle est comme perdu .. presque dépassé à courir derrière le Klingon, évoqué encore la guerre froide ( à travers l'antagonisme Vulcain/ Andorian ) ..Comme un Star Trek enfermé sur lui même, alors que le monde changeait autour de lui.

Tu parles…
Fruit de 40 ans (35 à l'époque) de développement, Star Trek a depuis longtemps acquis sa complète indépendance envers l'actu immédiate. Il était davantage question d'emmener les trekkers vers d'autres horizons, d'ouvrir leur esprit, d'élargir leur entendement... que de relayer la propagande des médias américains.
Se faire l'écho direct du 9/11 serait une triste erreur. Car le 9/11 n'a absolument rien changé au monde dans le fond.
La seule chose qui a changé, c'est la forme des productions américaines mainstream, plus indigestes que jamais. Mais tout ça n'est - comme d'hab - qu'un phénomène de mode.
Et les modes passent, tandis que ST reste. (Du moins l'est resté jusqu'à que JJ prenne les commandes.)

Buckaroo a écrit :

A en juger la teneur de leur derniers "morceaux de culture" ( Dark Knight Rises, The Avengers, Transformers 3 )  , même si on en voit le bout du tunnel, les Américains n'ont pas finit d'exorciser le 11 septembre 2001. wink

Raisons plus pour que ST prenne la parti inverse. Le Patrioct Act, la lecture manichéenne du monde, la lutte contre le terrorisme… tout ça n'a pas grand-chose à voir avec ST.
Evidemment, ce n'est pas de JJ Abrams qui faudra attendre une quelconque indépendance d'esprit (plus suiviste que lui, ça n'existe pas).
Mais au moins, les deux premières saisons de ST ENT auront prouvé que Star Trek pouvait exister hors du conformisme et des contingences étatsuniennes.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#12 03-09-2012 21:06:38

dl500
TOS Forever

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

Bon vu et mis 5.
Je crois ne pas avoir compris cet épisode...
Et je ne vois pas l'intérêt de cette guerre temporelle (surtout si d'après vos dires elle n'est pas résolue durant le show).
Deux questions: pourquoi cette "guerre" n'est donc pas abordée dans les autres séries?
Et pourquoi la technologie utilisée par Daniels ne sert pas par la suite aux autre séries non plus?
Donc, pour moi un gros BOF...


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#13 04-09-2012 11:12:24

yrad
admin

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

dl500 a écrit :

Et je ne vois pas l'intérêt de cette guerre temporelle (surtout si d'après vos dires elle n'est pas résolue durant le show).

Son intérêt est de symboliser une problématique tellement vaste, polymorphe, et complexe qu'elle ne pourra jamais être pleinement appréhendée par les héros. Et pour cause, puisque ladite guerre temporelle vient de mille ans dans le futur, tandis que les héros évoluent à une époque où le voyage temporel n'est même pas supposé exister et où la plupart des gens en nient la simple possibilité (notamment les Vulcains qui font autorité au 22ème siècle). A quoi s'ajoute le fait qu'il est essentiel que les héros en sache le moins possible sur le futur pour que la timeline que l'on connait soit préservée.

Le caractère irrésoluble de cette guerre temporelle est une allégorie des problématiques IRL qui ne pourront jamais être appréhendés en totalité par qui que ce soit, du moins dans un univers où il n'y a pas de super-héros.
Cela pourrait également évoquer le combat - perdu d'avance - de Fox Mulder dans la remarquable série The X Files... Une série qui n'a finalement déçu ses fans que lorsque son auteur Chris Carter s'est piqué de vouloir expliquer la mythologie qu'elle avait tissé durant de longues années. Car il n'y a au fond rien de plus plat et fade qu'une explication ! Voilà pourquoi certains mystères gagnent à être préservés. Et c'est ce qu'a fort bien compris la série Babylon 5.

dl500 a écrit :

Deux questions: pourquoi cette "guerre" n'est donc pas abordée dans les autres séries?

En externaliste, parce qu'elle ne fut imaginée qu'à l'époque de ST ENT (dans le prolongement de toutes les audaces temporelles de ST VOY et en même temps comme aboutissement conceptuel logique de la simple possibilité du voyage temporel).

En internaliste, parce que dès lors qu'il est question de temps, les effets précèdent souvent les causes. Et dans le cas particulier d'une guerre temporelle (supposant plusieurs factions qui s'affrontent pour réécrire à leur profit la timeline), les cibles ou fronts de guerre (c'est à dire les lieux et les moments où la guerre temporelle apparaît pour les "indigènes") sont forcément les points nodaux (c'est à dire les événements et les personnages clés de l'Histoire) où l'intervention est la plus efficace (pour altérer chirurgicalement la timeline).
Or il apparaît que dans l'Histoire de l'UFP, Archer est un personnage beaucoup plus irremplaçable que les autres capitaines de la franchise. Si l'on enlève Archer de la timeline, la Fédération cesse purement et simplement d'exister ! Alors que si l'on enlève Kirk, Picard, Sisko, et Janeway, c'est sans conséquence globale, car aussi héroïques et icôniques qu'ils soient, ils ne sont que des capitaines parmi d'autres.

dl500 a écrit :

Et pourquoi la technologie utilisée par Daniels ne sert pas par la suite aux autre séries non plus?

Parce que la technologie de Daniels vient du 31ème siècle, alors que les séries "ultérieures" (en chronologie interne) se déroulent aux 23ème et 24ème siècles. Et ce ne sont pas les brefs contacts d'Archer avec les gadgets de Daniels qui le motiverait à essayer de mettre la main (avec mille ans d'avance) sur les technologies du 31ème siècle. Car Archer est tout sauf irresponsable, et il limite de lui-même tout contact avec un savoir qu'il sait interdit (car aux conséquences potentiellement cataclysmiques). D'où le verrouillage de la cabine de Daniels suite à sa mort.
Tout cela constitue mine de rien les germes de la Temporal Prime Directive que ST ENT explore à l'instar des prémices de la Prime Directive elle-même.

Au nombre de ses grandes qualités (qui ne touchent pas seulement à la guerre temporelle), ST ENT 01x12 Cold Front a presque mis en scène l'affrontement entre deux voyageurs du temps. Deux gars qu'on ne connait pas, dont on ne sait pas ce qu'il veulent, et qui ont disparu aussi brutalement qu'ils sont arrivés. Perso, je trouve ça génial. smile
Certes, je peux comprendre que cela frustre certains trekkers...
Mais comprends en retour que pour d'autres trekkers (dont je fais partie), après 36 ans "d'explicationnisme" aigu et systématique dans Star Trek, cette soudaine absence d'explication représente une véritable bouffée d'air frais. J'ai l'impression de respirer. beeangel


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#14 15-09-2013 18:51:50

dvmy
Je sens l'appel de la lumière

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

Excellent. Enfin un vrai bon épisode après Broken Bow. Bon, regarder Cold Front aujourd'hui alors qu'on connait la "fin" de l'intrigue concernant la guerre froide temporelle est un peu étrange, mais l'épisode est toujours diablement efficace.

8/10

Hors ligne

#15 15-09-2013 20:23:11

tamata
Le cancre de la classe

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

Enfin, la TCW est développée. On en sait enfin un peu plus sur son importance même si l'on se demande toujours pourquoi Daniel cherche à impliquer Archer.  La part de mystère étant préservée, on attend la suite.
Enfin, même sans une thématique concrète, l'épisode peut générer un beau débat sur les perspectives que peuvent engendrer les manipulations d'une ligne temporelle.

Pas de quote... Juste du plaisir.


Tamata signifie : "celui qui ne renonce jamais" en polynésien.

Hors ligne

#16 16-09-2013 18:30:54

mypreciousnico
_________

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

7.

Le lancement définitif de la Temporal Cold War !
Je suis comme Yrad, un grand fan des problématiques temporelles dans la SF, c'est même mon thème favoris avec le postapo.
Il est donc normal que je kiff tout particulièrement cette intrigue, d'autant que c'est un fil rouge qui sous-tend l'ensemble de la série (et quel dommage que ce fil ait été empeloté à la vas vite lors de la saison 4 sad)

On fait donc la connaissance de Daniels qui est un personnage éminemment fascinant, au même titre que Sillick, un autre personnage récurrent savoureux.

En fait l'épisode pose des bases solides qui vont resservir pour la suite. Les protagonistes et les pions sont en place, il ne reste plus qu'a lance les offensives smile

Hors ligne

#17 30-03-2015 21:14:20

Shep
membre

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

dl500 a écrit :

Et pourquoi la technologie utilisée par Daniels ne sert pas par la suite aux autre séries non plus?

Je viens de regarder cet épisode, plaisant!

Pour répondre à cette question, je dirais plutôt : parce qu'ils n'ont plus les gadgets les plus spectaculaires pour les étudier! La cartographie temporelle a été probablement irrémédiablement détruite par Archer et le gadget qui permet de traverser les murs est perdu par Archer lors de la décompression. Le reste des gadgets sont plus "insignifiants" et rien ne nous dit qu'ils n'ont pas inspiré la technologie moderne. Il est à parier que des composants de ces gadgets du 31eme siècle soient impossibles à reproduire au 23eme siècle. Nous en avons un bel exemple de l'émetteur portable du docteur dans VOY.

D'ailleurs, le seul truc que j'ai pas bien compris dans cet épisode, est cet épisode de la décompression quand les portes s'ouvrent. Logiquement, Archer est aspiré. Il perd le gadget. A ce moment l'aspiration s'arrête. Il a l'occasion de remonter sur la passerelle, puis la décompression reprend... Quelqu'un peut-il m'expliquer ce que j'ai raté ?

Hors ligne

#18 16-07-2015 10:00:07

yrad
admin

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

Shep a écrit :
dl500 a écrit :

Et pourquoi la technologie utilisée par Daniels ne sert pas par la suite aux autre séries non plus?

Pour répondre à cette question, je dirais plutôt : parce qu'ils n'ont plus les gadgets les plus spectaculaires pour les étudier! La cartographie temporelle a été probablement irrémédiablement détruite par Archer et le gadget qui permet de traverser les murs est perdu par Archer lors de la décompression. Le reste des gadgets sont plus "insignifiants" et rien ne nous dit qu'ils n'ont pas inspiré la technologie moderne. Il est à parier que des composants de ces gadgets du 31eme siècle soient impossibles à reproduire au 23eme siècle. Nous en avons un bel exemple de l'émetteur portable du docteur dans VOY.

Oui, à l'instar de l'émetteur portable de l'EMH (venu du 29ème siècle), la non-reproductibilité de certaines technologies du 31ème siècle durant les siècles précédents est une hypothèse tout à fait valide.

Cela dit, l'explication principale est à chercher du côté de la maturité dont ont su faire preuve Archer et son équipage envers les problématiques temporelles. Ils avaient beau ne rien y capter en matière de technologies venues du futur (et pour les Vulcains ne même pas y croire), ils ont pourtant immédiatement compris tous les risques existentiels inhérents aux altérations de la timeline.
À des années-lumière des comportements prédateurs de Henry Starling (dans ST VOY 03x04+03x05 Future's End) ou de l'amiral Marcus (dans ST ID), la fin de ST 01x12 Cold Front a donné le ton du sens des responsabilités : la cabine de Daniels a été scellée avec tout son contenu (la belle BO de l'épisode emphatisant le mystère insondable de cette porte vers le futur ou l'inconnu).
Et la suite de la série ENT révélera à quelle point la décision d'Archer fut sage et prophylactique… car des gadgets redoutables du 31ème siècle, il y en avait encore pas mal à bord du NX-01…

Shep a écrit :

D'ailleurs, le seul truc que j'ai pas bien compris dans cet épisode, est cet épisode de la décompression quand les portes s'ouvrent. Logiquement, Archer est aspiré. Il perd le gadget. A ce moment l'aspiration s'arrête. Il a l'occasion de remonter sur la passerelle, puis la décompression reprend... Quelqu'un peut-il m'expliquer ce que j'ai raté ?

Archer se tient de toutes ses forces à la rambarde du hangar à navettes pour ne pas être expulsé dans le vide avec l'atmosphère.
Puis l'expulsion s'arrête lorsque la pression devient nulle (elle s'arrête forcément très vite car l'atmosphère est expulsée dans le vide en quelques secondes), et Archer peut alors remonter sur la passerelle à la force de ses bras (plus aucun risque d'être entrainé étant donné que la pression dans le hangar est devenu identique à celle de l'espace).
L'expulsion d'air ne reprend que lorsque Archer ouvre brièvement la porte automatique du sas du hangar pour s'y réfugier. Le sas étant hermétiquement isolé du hangar, il n'est pas décompressé. Malgré tout, Archer lance ensuite une recompression du sas étant donné qu'il a perdu une partie de son atmosphère lorsque la capitaine est entré.
A noter que l'être humain peut survivre dans le vide complet de 20 secondes à 2 minutes selon le contexte. Le danger le plus imminent étant les radiations stellaires (suivi de la décompression puis du froid quoique le vide soit le meilleur des isolants). Mais Archer est resté à l'intérieur du NX-01 et son exposition au vide n'a duré que 50 secondes au total, la scène est donc crédible.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#19 16-07-2015 15:53:37

matou
modérateur

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

J'ai toujours voulu savoir quelles sont les effets d'une pression nulle sur un corps humain.
J'ai cru comprendre qu'il y avait les fluides qui sortaient par les orifices sous forme de gaz. Ce qui doit certainement occasionner des pertes de consciences, des liaisons etc.
Mais je ne suis pas un spécialiste.

Hors ligne

#20 17-07-2015 00:35:29

yrad
admin

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

Rares sont les sujets qui auront fait l'objet d'autant de légendes urbaines infondées que le corps humain exposé au vide spatial. Et le reboot de ST est – par sensationnalisme putassier – venu ajouter sa pierre au concert des fantasmes délirants avec l'histoire des corps qui explosent et du sang qui se met à bouillir...
Le vrai ST historique avait pourtant été très respectueux d'une réalité aussi létale que peu spectaculaire.

Dans le vide (pression atmosphérique à 0), le sang humain ne se met pas à bouillir et aucun fluide ne sort pas les orifices sous forme de gaz... du moins en l'absence de grosses lésions et d'hémorragie externe. La structure des tissus et la capillarité vasculaire préserve l'intégrité du corps humain dans le vide, mais la durée d'exposition ne devra toutefois pas dépasser deux minutes au risque sinon de développer une embolie gazeuse ou un ADD (exactement comme les plongeurs qui ne respectent pas les paliers de décompression en remontée).

Mais dans l'espace (qui ne se limite pas au seul vide), sans protection idoine, le premier danger provient des rayonnements, allant des infrarouges (qui peuvent brûler – par transfert radiatif et non par convection ou par conduction – en un temps record même au voisinage du zéro absolu) aux rayons cosmiques, gammas, particulaires et ionisants divers (dont les effets mutagènes sont redoutables).


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#21 17-07-2015 01:23:05

matou
modérateur

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

Oui pour cela que je parle de pression nulle et non d'espace.
Sait-on l'effet sur la vue, l’ouïe et l'équilibre?

Car avec une grande cloche et une bonne pompe à vide, une bonne apnée, peut-être est-il possible de simuler l'absence de pression.

Hors ligne

#22 17-07-2015 01:29:59

yrad
admin

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

matou a écrit :

Oui pour cela que je parle de pression nulle et non d'espace.
Sait-on l'effet sur la vue, l’ouïe et l'équilibre?

Dans le cas d'une exposition directe au vide, étant donné que les fluides (liquides et gazeux) internes demeurent à 1,013 bar environ tandis qu'il n'y a aucune pression externe, une très forte pression négative est exercée sur les orbites oculaires et sur les tympans. La vue reste toutefois pleinement fonctionnelle, l'équilibre est préservé (grâce à l'isolement du vestibule de l'oreille interne), mais l'ouïe perd sa fonction (faute de son dans le vide). L'accident de désaturation (bulles de gaz dans le sang…), l'embolie pulmonaire, et la mort interviennent avant que le différentiel de pression ne provoque l'exorbitation et la rupture des tympans. Au-delà de deux minutes d'exposition, les dégâts sont considérés comme irréversibles. Dans tous les cas, les dommages létaux seront internes et non externes.
Il est toutefois possible de prolonger la durée de survie ou d'agonie (selon l'issue) dans le vide par une diminution de vitesse de dépressurisation, notamment par une dépressurisation progressive respectant les paliers de la table NAUI (permettant ainsi de réduire au maximum la pression interne dans le corps, et donc le delta avec le vide externe).
A noter que la pression minimale à laquelle l'organisme humain peut durablement s'adapter (à condition de l’accoutumer graduellement) est de 0,1 bars environ (donc le dixième de la pression normale). Pas assez malheureusement pour la surface de la planète Mars (pression de 0,006 bars en moyenne quoique de 0,01 bars sur le Mons Olympus culminant à plus de 21 000 m).

matou a écrit :

Car avec une grande cloche et une bonne pompe à vide, une bonne apnée, peut-être est-il possible de simuler l'absence de pression.

Exact, mais c'est une expérience que je te déconseille de faire. mdr


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#23 17-07-2015 03:38:01

matou
modérateur

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

yrad a écrit :

[

matou a écrit :

Car avec une grande cloche et une bonne pompe à vide, une bonne apnée, peut-être est-il possible de simuler l'absence de pression.

Exact, mais c'est une expérience que je te déconseille de faire. mdr

Ça dépend de qui sera dans la cloche!

J'ai quelques idées de candidats:
- Allo Monsieur Or..? C'est pour un hommage à la consistance de vos écrits! Seriez vous libre?

Hors ligne

#24 30-07-2016 09:18:13

Strangueloop
Omnipotent

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

Mauvais. Cette guerre froide temporelle n'a aucun sens et en plus on en connaitra pas la fin. Mais après la série de purges, l'épisode remonte quand même un peu le niveau.

2/10.


"Prune juice, extra large".

Hors ligne

#25 03-09-2017 08:33:02

IMZADI
Memory Alpha

Re : ST ENT 01x12 Cold Front (Guerre temporelle)

5/10

Mouais pas plus séduit que ça par ce concept de guerre temporelle. Alors je ne ferai la question à 2 balles pourquoi on en entend pas parler dans les autres séries ?"
Parce que c'est le paradoxe.
- A leur époque elle est résolue donc elle n'a plus lieu donc elle n'est pas au 22ème siècle et donc si elle est pas au 22ème siècle... Est-elle résolue ou déplacée dans un autre siècle...?
- boucle temporelle de type premier contact ?
- comme par hasard: période de Archer ? Pas forcément si type premier contact...

Bref rien de nouveau dans le concept... Et ils ont beau essayer de nous embrouiller avec Silik et Daniels à savoir qui est vraiment dans son plein droit... Je n'ai pas accroché.

Dommage.


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

Pied de page des forums