ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 26-09-2017 15:02:37

Buckaroo
Gotta Light ?

Robocop de Paul Verhoeven (1987 )

Robocop
RoboCop_%281987%29_theatrical_poster.jpg

Réalisé par Paul Verhoeven
Ecrit  par Ed Neumeier  & Michael Miner
Produit par Jon Davison
Musique de Basil Poulederis
Directeur de la Photographie : Jost Vacano
Décors de William Sandell
Montage de Frank J. Urioste
SPFX visuel: Phil Tippet
SPFX maquillage : Rob Bottin

Avec : Peter Weller ( Alex Murphy/ robocop ) . Nancy Allen ( Ann Lewis). Dan O' Herlily (the old man) . Ronny Cox( Dick Jones). Kurtwood Smith (Clarence Boddicker). Miguel Ferrer ( Bob Morton). Ray Wise ( Leon C. Nash )
Année de sortie : 1987
Distribué par Orion Picture
Disponible en DVD/Bluray All Zone chez MGM / United Artists

Le Trailer :

Flash required

Avis PSTF

  1. Film Culte(voix 4 [66.67%])

    66.67%

  2. Chef d'oeuvre(voix 0 [0%])

    0%

  3. Très Bon(voix 2 [33.33%])

    33.33%

  4. Bon(voix 0 [0%])

    0%

  5. Moyen(voix 0 [0%])

    0%

  6. Médiocre(voix 0 [0%])

    0%

  7. Mauvais(voix 0 [0%])

    0%

  8. Très Mauvais(voix 0 [0%])

    0%

  9. Nul(voix 0 [0%])

    0%

  10. Insignifiant(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 6

Les invités ne peuvent voter


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#2 26-09-2017 15:16:37

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Robocop de Paul Verhoeven (1987 )

2017  mes amis, nous fêtons cette année les 30 ans d'un classique visionnaire de la SF :
Si j'ai bien vieilli entre temps , le Robocop de Paul Verhoeven lui  pas du tout..
Il n' a rien perdu de son originalité & encore moins de sa verve satirique acide .. J'en prend toujours  pour un dollar !

Petit retour en arrière. Ma  première rencontre avec Robocop restera à tout jamais cette fameuse affiche :
806798-l-affiche-de-robocop-1987-950x0-2.jpg

50% machine  50% homme 100% flic ! C'était donc en 1988, date de sortie en France..Putain, je n'avais que 15 ans alors  & ce poster avait tellement frappé mon imagination, que je désirais tout savoir à propos de ce film. C'est ainsi que je me suis procuré mon premier Mad Movies avec le Robocop en couverture. L'article & les photos à l'intérieur n'ont fait que renforcer mon attente autour du film.

J'ai enfin put le voir sur grand écran & là , je ne fut pas déçut. Robocop est allé bien au dèlà de mes ( immenses ) attentes .. Ca a été un choc , ce genre de pellicule qui s'inscrit durablement dans votre cinéphilie. J'ai bien du le voir quatre fois dans la même semaine , revu un nombre incalculable de fois en VHS & DVD , 10 , 20 & maintenant 30 ans plus tard.  Je le revois sans cesse comme au premier jour. Il est entré illico dans la liste de mes films cultes.

Je n'aime pas trop analyser les choses qui me tienne à coeur.. Mais Robocop est peut être, plus aujourd’hui qu'hier, un film miracle.
Miracle qu'avec un tel concept , un tel titre , ils n'aient pas accouché d'une série Z. Ce qui serait le cas de nos jours.

Mais ce miracle de 30 ans  fait toujours son effet même dans le contexte actuel , tant on ne voit plus de film aussi violent , politiquement chargé & si corrosif en humour.
La vision de Robocop qui n'était qu'une farce satirique hier est devenu le monde d'aujourd'hui.
la capitalisme sauvage qui s'incruste dans toutes les couches de la société , l'info taintement ( 10.000 mort en Syrie & maintenant une page de pub ! ) .. Même le ras le bol des flics ..
Malgré le fait accompli , Robocop n' a jamais perdu son humour corrosif..
On rit ( jaune ) toujours autant devant cette peinture au vitriol de la société .

Mais au delà du miracle visionnaire , de cet humour acide & soyons honnête ,celle d' une série B de SF bien emballé , Robocop possède bel & bien une âme.

Aujourd'hui , je pense que le pivot du film est le parcours christique de Murphy .. Simple quidam, flic de profession ; sacrifié , puis transformé en produit de consommation par le système & qui finit par s'en libérer & affirmer sa personnalité.
C'est un message universel & plus que terriblement moderne. On est tous des Murphy en puissance. On parle souvent du travail physique de Peter Weller pour ce rôle , mais finalement , il faudra lui tirer notre chapeau pour l'impact psychologique de sa performance.

Sans cette performance, lorsque le vieux lui demande son nom,  Ce " Murphy" final qu'il lance  sonnerait creux . Là , il retentit tonitruant comme un triomphe de l'humain . Un triomphe qui se répercute aussi bien chez le spectateur que dans toutes les strates du film.
A un niveau de lecture, Robocop restera toujours ce film  humain,  rebelle  & unique qu'ils ont tenté vainement de transformer en produit de consommation au fil du temps.
Entre suites médiocre ( malgré un Robocop 2 estimable ) , séries TV oubliées &  remake inutile , le Robocop de Paul Verhoeven demeure une oeuvre d'art qui ne laisse pas dompter aussi bien par le temps que par les Ommi Cosummers Product..

Note de Buckaroo: 10/10


Ma Scène Favorite :
Difficile de tirer une scène du lot dans un film aussi culte que Robocop . Elles le sont toutes. Je pourrais dire la mort de Murphy , la présentation de ED209 , Le lynchage de Robocop par les flics..
Mais il y a une pour laquelle j'ai une affection particulière ..C'est la scène des toilettes entre Dick Jones & Bob Morton ..Elle est aussi flippante qu'irrésistiblement drôle.
Quand je pense capitalisme libéralisme Macron , Trump & co , je pense implacablement à cette scène de chiottes :

Flash required


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#3 26-09-2017 22:15:40

Chiwaruchk
membre

Re : Robocop de Paul Verhoeven (1987 )

Libéralisme, Trump et Macron? Aucun des deux n'est libéral. Je ne m'étendrai pas plus sur la politique ici...

Hors ligne

#4 26-09-2017 22:25:25

matou
modérateur

Re : Robocop de Paul Verhoeven (1987 )

Liberal au sens US n'est pas le mm que celui en France.

Hors ligne

#5 26-09-2017 23:15:03

dl500
TOS Forever

Re : Robocop de Paul Verhoeven (1987 )

Au sens économique du terme (et non politique); Trump est un ultra libéral, Macron est un Keynésien.

wink


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#6 26-09-2017 23:50:50

Chiwaruchk
membre

Re : Robocop de Paul Verhoeven (1987 )

J'en suis bien conscient, ma femme est américaine. Et au sens économique du terme, vouloir "produire américain" n'est pas libéral pour un sou.

Hors ligne

#7 27-09-2017 07:22:56

dl500
TOS Forever

Re : Robocop de Paul Verhoeven (1987 )

C'est un de ses nombreux paradoxes.

Comme actuellement certains mouvements d'appartenances communistes qui manifestent pour protéger leurs intérêts personnels...

Entre la théorie et le réel, l'humain a tendance à interpréter et adapter à son aise.  wink

(Mais on est un peu HS).


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#8 05-10-2020 15:45:35

pehache
membre

Re : Robocop de Paul Verhoeven (1987 )

Buckaroo a écrit :

Si j'ai bien vieilli entre temps , le Robocop de Paul Verhoeven lui  pas du tout..

Au vu du reste du texte je pense que tu t'es mal exprimé. Si on prend le "bien vieilli" au sens "comme le bon vin", ça laisse entendre que Robocop aurait quant à lui "mal vieilli". Ce qui est visiblement tout le contraire de ce que tu développes ensuite.

Il y a quand même un point sur lequel Robocop a "mal vieilli" c'est dans le style (esthétique, bande son,...), qui est très daté années 70-80. Mais le message et sa force subversive sont intacts.

Hors ligne

#9 29-09-2022 11:27:08

pehache
membre

Re : Robocop de Paul Verhoeven (1987 )

Pas vu de sujet "Robocop 2", donc je poste ici.

Pas fan des sequels en général (même s'il y a des exceptions), je ne l'avais jamais regardé. Suite à l'enthousiasme affiché par dmvy concernant ce film je m'y suis collé quand même. Ben, bof... Ce n'est pas mauvais pris isolément, mais en tant que suite du 1, bof...

L'enchainement des évènements reste assez calquée sur le 1, ça ne donne pas trop dans l'original. Murphy est très peu développé, ses conflits intérieurs quand sa vie d'avant refait surface sont évacués au bout de 10mn de film, et après il n'est plus que Robocop. Le personnage du maire est WTF... Ca ne parait pas possible qu'un acteur soit aussi mauvais, donc je suppose qu'on lui a demandé de jouer comme ça, mais ça tombe complètement à plat. Le but devait être de montrer des autorités dépassées mais avec un fond de conscience du bien commun. Le problème c'est qu'avec cette indignation surjouée a juste l'impression de voir Neuneu 1er qui découvrirait que vraiment les méchants ne sont pas gentils. Quant à RoboCain, Scorpius disait que même si l'idée était bien la réalisation était ratée : je suis assez d'accord. Visuellement, mais pas que: à nouveau le conflit intérieur entre le cerveau psychopate et les directives d'obéissance du robot sont assez peu exploitées. Et le passage gore de l'opération de Cain, très peu pour moi smile...

Il y a une aussi petite incohérence : la nana dit au départ que pour que ça marche il leur faut quelqu'un comme Murphy, qui avait au départ un sens aigu du devoir.  Et au final elle cherche parmi des criminels, donc tout à fait à l'opposé, sans qu'on sache bien pourquoi ce revirement.

Reste la satire d'un capitalisme triomphant et débridé, qui est encore plus forte que dans le 1. Ca fait mouche une fois encore, mais ça ne suffit pas. Après tout le 1 avait déjà tout dit en fait.

Au final ça confirme ce que je pense de la plupart des sequels : quand ce n'est tout simplement mauvais, ça n'apporte souvent pas grand-chose. Il n'y a plus la force créatrice d'origine (voire le coup de poing dans la figure dans le cas de Robocop 1), juste l'application d'une recette.

Hors ligne

#10 29-09-2022 12:08:17

dvmy
Fabulon c'est Fabuleux !

Re : Robocop de Paul Verhoeven (1987 )

Pour Murphy effectivement il s'efface au bout de 10mn pour laisser place à Robocop, et c'est logique car ses conflits intérieurs ont été largement développés dans le 1 donc aucun intérêt de refaire la même chose à ce moment de son existence (j'aurais voulu voir réexplorer cela avec un Robocop vieillissant). L'interprète du Maire surjoue mais c'est aussi le cas dans La couleur pourpre ou Air Force One ou ailleurs où j'ai pu le voir. L'acteur est mauvais, et je soupçonne qu'il a été engagé précisément parce qu'il surjoue car sur le papier le personnage du Maire est clairement un imbécile froussard qui a des valeurs qu'il n'a pas le courage de défendre. Pour Faxx ce n'est pas un revirement de sa part, c'est simplement que cette nana est une pure connasse opportuniste qui ment sans arrêt et manipule tout le monde. Seule sa carrière compte. Pour Cain, une fois de plus tout est une question de goûts pour le Design. Pour le reste il veut sa drogue et il veut se venger. Plus rien d'autre ne le motive. Et pour Faxx qui voulait "son Robocop", dès lors qu'elle a choisi de faire les pires choix possible par simple ambition il n'était plus question pour elle de faire de son robot un gardien de l'ordre. Sa seule est unique satisfaction est de voir son "oeuvre" en action, alors qu'il soit dangereux lui importe peu. Il n'y a qu'à voir le long regard hypnotique (et presque amoureux) qu'elle lui lance lorsqu'il dévaste tout pour le comprendre. Elle se voit à travers lui, c'est du pur narcissisme.

Dernière modification par dvmy (29-09-2022 12:13:51)


La logique est dans le pré. La haine aussi. Mais sûrement pas l'amour.

Hors ligne

#11 29-09-2022 12:50:04

Prelogic
Legaliste

Re : Robocop de Paul Verhoeven (1987 )

Robocop 2, c’était sympa du temps de la culture « vidéo-club ». L’animation image par image a, certes, donné quelque chose d’impressionnant à voir pour l’époque et on attendait tous ce duel au sommet entre gentil flic et méchant flic.

Mais le film a mal vieilli, et ses ficelles sont aujourd’hui, je trouve, très apparentes. Résumé : « c’est toujours la merde, la ville est à feu et à sang et Robocop devient de plus en plus l’instrument du pouvoir corrompu. Bref, il devient de plus en plus con ».

Ce film est cruel et méchant, mais oublie au passage d’humaniser ses icones. Il n’y a guère que le personnage de Nancy Allen qui reste égal à lui-même, un peu perdu dans toute cette folie. Au final, le 1er Robocop est une satire sociale quand le film de Kershner est juste une satire. C’est peut-être là la différence fondamentale.

Je pense que l'univers de Robocop est propice à l'exploration de nouvelles idées. Mais c'est une propriété intellectuelle perdue désormais, et l'époque que nous vivons est bien différente de celle des années 70/80, où quelques chevelus bizarres carburant à l'opium arrivaient encore à dire merde aux studios, dans un élan de génie.

Dernière modification par Prelogic (29-09-2022 12:52:54)


*Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires se gonflent de l'ardeur des passions mauvaises - WB Yeats
tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#12 29-09-2022 13:34:08

scorpius
Nowhere Man

Re : Robocop de Paul Verhoeven (1987 )

J'aurai aimé voir ce qu'aurait donné Robocop par Allan Moore, mais bon il a envoyé les producteurs se faire foutre mdr

L'adaptation en comics du script de Miller était pas ouffisime non plus et plus mauvaise que le film. Le seul aspect qui aurait été intéressant à conserver c'est le côté très sexué de la méchante, voir de Lewis. Bon dans le comics c'est assez grotesque mais je pense que Verhoeven si il avait réalisé cette suite à partir du script de Miller, il aurait pu en faire quelque chose de marquant. Un vrai contraste fort entre la chair et le métal le tout sous cet angle sexuel.

Hors ligne

#13 29-09-2022 20:59:50

pehache
membre

Re : Robocop de Paul Verhoeven (1987 )

dvmy a écrit :

Pour Faxx ce n'est pas un revirement de sa part, c'est simplement que cette nana est une pure connasse opportuniste qui ment sans arrêt et manipule tout le monde. Seule sa carrière compte.

Oui OK... Mais on ne la voit pas évoluer vers le choix de criminels, ça vient d'un coup. A la limite pour elle pourquoi pas, mais le président de l'OCP la suit aussi sans discuter, alors que quand même il doit bien se rendre compte que ça ne correspond plus au but initial. L'explication c'est qu'elle le mène par le bout de la queue et en fait ce qu'elle veut, mais ça va trop vite à l'écran, rien n'est correctement amené.

Mais bon, j'entends ce que tu dis (sur ça et le reste), tu es un bon avocat du film wink

Dernière modification par pehache (29-09-2022 21:18:43)

Hors ligne

#14 29-09-2022 21:07:48

dvmy
Fabulon c'est Fabuleux !

Re : Robocop de Paul Verhoeven (1987 )

pehache a écrit :

...tu es un bon avocat du film wink

C'est vrai que je l'aime beaucoup, car rares sont les suites réussies selon moi. Le président de L'OCP dit Amen à tout ce que demande Faxx parce qu'il veut se la taper ... ce qu'il va faire d'ailleurs.


La logique est dans le pré. La haine aussi. Mais sûrement pas l'amour.

Hors ligne

#15 04-10-2022 22:58:41

pehache
membre

Re : Robocop de Paul Verhoeven (1987 )

dvmy a écrit :

Robocop 2
Et rien que l'idée d'une entreprise qui veut privatiser une ville c'est du pur génie.

Et prémonitoire (il n'y a hélas même pas de quoi être surpris) :

"Un système complet d'e-gouvernement assurera la vie administrative et sociale de la ville. Celle-ci sera organisée comme une société privée dans laquelle il sera possible d'acheter des parts en bourse et qui aura son propre conseil d'administration"
https://fr.wikipedia.org/wiki/Neom

Hors ligne

Pied de page des forums