ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 17-12-2019 22:21:05

mypreciousnico
Who ?

Doctor Who 34x09 Flatline (À plat - Docteur 12)

Doctor Who 34x09 Flatline (À plat - Docteur 12)

Crédits officiels :
- Scénario - Jamie Mathieson
- Réalisation - Douglas Mackinnon

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 3 [100%])

    100%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 0 [0%])

    0%

  3. 8 (excellent)(voix 0 [0%])

    0%

  4. 7 (bon)(voix 0 [0%])

    0%

  5. 6 (correct)(voix 0 [0%])

    0%

  6. 5 (passable)(voix 0 [0%])

    0%

  7. 4 (insuffisant)(voix 0 [0%])

    0%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 0 [0%])

    0%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 3

Les invités ne peuvent voter

Hors ligne

#2 17-12-2019 22:23:15

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 34x09 Flatline (À plat - Docteur 12)

Je pense qu’il peut-être intéressant de visionner The Orville 01x11 New Dimensions en complément de cet épisode. Les deux œuvres sont des variations complémentaires sur un sujet de départ similaire (un univers composé de seulement deux dimensions se heurte au nôtre) : The Orville propose quelque chose d'éminemment Trekkien et pacifique, Doctor Who en représente la face obscure, quand la rencontre se passe mal.
Pour aller encore plus loin sur la question, je conseille également le jeu Superliminal que j’ai adoré pour sa capacité à nous interroger sur les distances, les perspectives et les dimensions. Ce jeu permet d'appréhender ce que ça serait de pouvoir manipuler les dimensions comment le font les extraterrestres de cet épisode (je n’en dit pas plus, c'est un chef d’oeuvre pas trop cher sur PC).

“Whatever they are, they are experimenting, they are testing, they are dissecting. Trying to understand us, trying to understand… three dimensions!”

Concernant l’épisode en lui-même, nous sommes devant le meilleur épisode de cette saison, tout simplement. Le sujet, mais surtout son traitement est original et convoque une forme de peur indicible, alors que même les murs ne vous mettent pas à l’abri. Pire, ils sont même source de danger, le sol peut vous aspirer et une poignée de porte peut disparaître sous vos yeux. Plus rien n'est tangible, plus rien n'est palpable, mais en même temps, tout est dangereux, aucun lieu n'est à l’abri (à l’exception du Docteur quand le Tardis se met en mode “assaut” aka “Pandorica de poche”), le décors peux fondre sous vos pieds, comme dans ces cauchemars où l’on courre sans avancer.

D’ailleurs Clara est obligée de se débrouiller seule, puisque le Docteur est coincé à bord d’un TARDIS devenu minuscule (comme un écho de Planet of Giants avec le premier Docteur). Au début c'est assez rigolo de voir le docteur enfermé dans le sac à main de Clara, mais ça le devient nettement moins à mesure que l’on se rend compte que les habitants du monde en deux dimensions ne sont peut-être pas spécialement amicaux.
Elle récupère donc à son compte les responsabilités du Docteur (“vais-je arriver à garder tout le monde en vie”) mais sans avoir son expérience, un peu comme un “Docteur stagiaire”.

Visuellement l’épisode est rempli jusqu'à la gueule de trouvailles géniales, avec en point d’orgue cette vision de cauchemar : des corps récupérés, remontés, réinventés à la hâte qui avancent comme des zombis dans des couloirs de métro glauques.

“I tried to talk. I want you to remember that. I tried to reach out. I tried to understand you. But I think that you understand us perfectly. I think that you just don’t care.“

Pour finir, la communication est impossible, parce que ceux d’en face ne la souhaitent tout simplement pas. Ils comprennent, mais ne souhaitent pas répondre, il n’y a donc pas de terrain d’entente possible. Quoi qu’il en soit, après autant de nihilisme dans les épisodes précédents, il est reposant de voir que, même si la rencontre échoue, même si la communication n'est pas possible, ce n'est pas faute d’avoir essayé :

le Docteur a écrit :

My point being, that in a universe as immense and bizarre as this one, you cannot be too quick to judge. Perhaps these creatures don’t even understand that we need three dimensions to live in. They may not even know that they’re hurting us.

“Rule number one of being the Doctor: use your enemy’s power against them. They can’t restore three dimensions to a door that never existed.”

Pour finir Clara utilisera à bon escient les forces de ses adversaires à son avantage : impossible de redonner du volume à quelques chose qui n’en a jamais eu, l’avantage de pouvoir penser de manière native en trois dimensions.

Bref, un épisode vraiment très bon, que ce soit dans son sujet, dans le traitement qui en est fait, y compris visuellement avec un mise en scène inventive et des effets spéciaux glaçants.

Top franchise !

Hors ligne

#3 17-12-2019 22:38:44

matou
modérateur

Re : Doctor Who 34x09 Flatline (À plat - Docteur 12)

Matheson nous livre ici un épisode avec tous les ingrédients qu’il a l’habitude d’utiliser. Ambiance, concept, intelligence des résolutions.
On pourrait réfléchir à savoir si son style collerai avec d’autres Docteur. Tennant est mon docteur préféré mais je ne sais si, ici, son docteur permettrait d’avoir la même approche.
Capaldi livre une belle performance et on sent de plus en plus, enfin, son docteur poindre. Moins sec et misanthrope qu’au début de saison (ouf), ayant des principes. Et parfois très enfantin.
Jenna est comme toujours, parfaite. Pétillante mais sachant avoir un air grave quand il le faut.

Top franchise.

Hors ligne

#4 24-12-2019 12:50:42

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 34x09 Flatline (À plat - Docteur 12)

matou a écrit :

On pourrait réfléchir à savoir si son style collerai avec d’autres Docteur. Tennant est mon docteur préféré mais je ne sais si, ici, son docteur permettrait d’avoir la même approche.

Ouais je ne pense pas que ça aurait marché avec Tennant ou Smith. Du moins ça aurait été très différent. Il n'y a qu'un moment qui aurait pu marcher avec Tennant(mais moins avec Smith), c'est la fin quand Capaldi dit en substance "je vous ai laissé une chance, j'ai essayé de communiquer, ce qui va se passer maintenant c’est de votre faute". Ça fait écho au Docteur victorieux campé par Ten et le fait qu'il laisse une chance et une seule (“No second chance, I’m that sort of a man !”)

Hors ligne

Pied de page des forums