ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 12-12-2019 00:39:47

mypreciousnico
Who ?

Doctor Who 34x01 Deep Breath (En apnée - Docteur 12)

Doctor Who 34x01 Deep Breath (En apnée - Docteur 12)

Crédits officiels :
- Scénario - Steven Moffat
- Réalisation - Ben Wheatley

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 0 [0%])

    0%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 0 [0%])

    0%

  3. 8 (excellent)(voix 1 [50%])

    50%

  4. 7 (bon)(voix 1 [50%])

    50%

  5. 6 (correct)(voix 0 [0%])

    0%

  6. 5 (passable)(voix 0 [0%])

    0%

  7. 4 (insuffisant)(voix 0 [0%])

    0%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 0 [0%])

    0%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 2

Les invités ne peuvent voter

Hors ligne

#2 12-12-2019 00:41:33

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 34x01 Deep Breath (En apnée - Docteur 12)

Bon, on attaque le vif du sujet dans ce revisionnage. La dernière fois j’avais arrêté de regarder la série au début de la saison 34 (à l’épisode 5) : une lassitude de la “formule Moffat” et le choc de la régénération d’Eleven vers un Docteur vraiment très différent, plus froid, plus misanthrope, m’avaient fait l’effet d’un repoussoir.

“I wear a veil as he wore a face. For the same reason.”

Il est intéressant ici que l’épisode fasse un parallèle intéressant avec cet écho très personnel, à travers le personnage de Clara qui vit très mal la régénération de son Docteur. Le début de l’épisode est très froid. Comme Clara je ne reconnais plus le personnage et un sentiment de malaise s’installe : ce nouveau visage est sombre, aride, dur, misanthrope, déboussolant et déboussolé. On est bien loin de la jovialité excentrique affiché par Mat Smith lors de son premier galop d’essai.

À la décharge de Moffat et de Capaldi , un épisode post-regénération ça n'est pas facile. Il y a cette difficulté à convaincre le spectateur (et les compagnons à l'intérieur du récit) que c’est bien le même personnage. Le basculement se fait que le Docteur revient après avoir fait semblant d’abandonner Clara. Le voile disparaît quand on cesse de le voir : il s'agit bien du Docteur. Mais un Docteur différent, qui tranche bien plus que ce à quoi le revival nous avait habitué.

That was me talking. You can’t see me, can you? You look at me and you can’t see. Have you any idea what that’s like? I’m not on the phone, I’m right here. Standing in front of you. Please just… just see me.

D’autant que Moffat à l'extérieur et Eleven à l’intérieur, en semblent conscient. Il y a cette superbe scène de l’appel de Eleven à Clara pour lui demander d’aider ce nouveau lui. On franchit carrément le 4ème mur. J’ai bien senti que c'est à moi, spectateur déboussolé et sceptique, que l’on s’adresse. Alors ok, je vais laisser sa chance à Cappaldi.

“SS Marie Antoinette. Out-of-control repair droids cannibalizing human beings. I know that this is familiar but I just can’t seem to place this.”

Pour le reste, Moffat échoue à donner une suite vraiment à la hauteur à son mythique Doctor Who 28x04 The Girl in the Fireplace, avec vaisseau SS Marie-Antoinette un vaisseau sœur du “Madame de Pompadour”, des Androïdes devenus fous qui volent des morceaux humains pour se refabriquer. Des androïdes tellement rafistolés qu’ils n’ont plus rien de ceux qu’ils étaient à l’origine. L’occasion des quelques belles scènes assez claustro dans lesquelles les personnages, pour passer inaperçus, doivent cesser de respirer.
Et puis, on y trouve ce concept philosophique intéressant : si l’on change le manche d’un balais, puis quelques temps plus tard la brosse. Est-ce toujours le même balais ? Vous avez trois heures !

Par ailleurs, Moffat intègre intelligemment le fait que Capaldi est déjà apparu dans la série, à l’occasion de Doctor Who 30x02 The Fires of Pompeii, en s'interrogeant sur la provenance des visages du Docteur :

Have you seen this face before? (...) It’s funny because I’m sure that I have. You know, I never know where the faces come from. They just pop up. Why this one? Why did I choose this face? It’s like I’m trying to tell myself something. Like I’m trying to make a point. But what is so important that I can’t just tell myself what I’m thinking?

Il est très probable que cet élément va avoir une importance capitale pour la suite. À mon avis ce passage est peut-être le plus important de l’épisode.

Quant à l’arc de la saison, il est incarné par l’apparition d’une mystérieuse femme et de son “paradis”. Une femme qui semble très bien connaître le Docteur. Hélas, j’ai été spoilé quand à son identité…cela dit je suis curieux de voir comment cela  va être amené.

7.

Hors ligne

#3 12-12-2019 22:57:27

scorpius
Nowhere Man

Re : Doctor Who 34x01 Deep Breath (En apnée - Docteur 12)

mypreciousnico a écrit :

Il est intéressant ici que l’épisode fasse un parallèle intéressant avec cet écho très personnel, à travers le personnage de Clara qui vit très mal la régénération de son Docteur. Le début de l’épisode est très froid. Comme Clara je ne reconnais plus le personnage et un sentiment de malaise s’installe : ce nouveau visage est sombre, aride, dur, misanthrope, déboussolant et déboussolé. On est bien loin de la jovialité excentrique affiché par Mat Smith lors de son premier galop d’essai.

C'était malin de la part de Moffat, dans la mesure ou à l'époque la réaction d'une partie du fandom lorsque Capaldi fut annoncé, elle a été très négative. Les "fangirls" ont très très mal reçu la chose. Elles s'attendaient à un genre de Cumberbatch et Moffat leur sort Capaldi mdr

À la décharge de Moffat et de Cappaldi, un épisode post-regénération ça n'est pas facile. Il y a cette difficulté à convaincre le spectateur (et les compagnons à l'intérieur du récit) que c’est bien le même personnage. Le basculement se fait que le Docteur revient après avoir fait semblant d’abandonner Clara. Le voile disparaît quand on cesse de le voir : il s'agit bien du Docteur. Mais un Docteur différent, qui tranche bien plus que ce à quoi le revival nous avait habitué.


Ce qui est intéressant, c'est que ce n'est pas une caractérisation inédite pour le Doc', en revanche pour la première fois elle s'inscrit dans un véritable boulot de continuité et de crédibilité psychologique. Chez le Sixième Docteur (et par extension le Septième lors de sa première saison) ça sortait un peu de nulle part. Ca avait quelque chose d'arbitraire. Là, le Doc' a passé 900 ans isolé sur une seule planète à mener une guerre interminable. Il était inévitable qu'il y ait des conséquences psychologiques, qu'après une telle épreuve, le Doc' se pose des questions...

D’autant que Moffat à l'extérieur et Eleven à l’intérieur, en semblent conscient. Il y a cette superbe scène de l’appel de Eleven à Clara pour lui demander d’aider ce nouveau lui. On franchit carrément le 4ème mur. J’ai bien senti que c'est à moi, spectateur déboussolé et sceptique, que l’on s’adresse. Alors ok, je vais laisser sa chance à Cappaldi.

Elle est effectivement superbe cette scène. Une première que d'avoir un ancien Docteur directement impliqué dans le fil narratif de la première aventure de son successeur. Et ce qui est fort c'est que ça ne diminue en rien les débuts de Capaldi. Au contraire.

Pour le reste, Moffat échoue à donner une suite vraiment à la hauteur à son mythique Doctor Who 28x04 The Girl in the Fireplace, avec vaisseau SS Marie-Antoinette un vaisseau soeur du “Madame de Pompadour”, des Androïdes devenus fous qui volent des morceaux humains pour se refabriquer. Des androïdes tellement rafistolés qu’ils n’ont plus rien de ceux qu’ils étaient à l’origine.

J'ai toujours trouvé cela extrêmement doux-amer cette idée que le Doc' ait pu oublier Reinette... Mais ça concrétise ce qu'évoque à plus d'une reprise le Doc sur le fait qu'il ne vieillit pas, qu'il change, il ne cesse d'avancer mais les autres font face à leur mortalité et restent en arrière. D'ou l'importante mise au point avec Clara, ou Twelve lui explique qu'il ne peut plus prétendre être son petit-ami...

L’occasion des quelques belles scènes assez claustro dans lesquelles les personnages, pour passer inaperçus, doivent cesser de respirer.

Le face à face entre Clara et le Half-Face Man est un incroyable moment de caractérisation. Et Jenna est absolument formidable (sa prestation tout au long de l'épisode/saison est exceptionnelle).

Il est très probable que cet élément va avoir une importance capitale pour la suite. À mon avis ce passage est peut-être le plus important de l’épisode.

Spoilers !

Quant à l’arc de la saison, il est incarné par l’apparition d’une mystérieuse femme et de son “paradis”. Une femme qui semble très bien connaître le Docteur. Hélas, j’ai été spoilé quand à son identité…cela dit je suis curieux de voir comment cela  va être amené.

Ah, c'est dommage ce spoil sad
C'est arrivé sur le forum ?

Dernière modification par scorpius (12-12-2019 23:19:00)


jakM8dJ.gif

"I am vengeance ! I am the night ! I am Batman !"

Hors ligne

#4 12-12-2019 23:14:08

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 34x01 Deep Breath (En apnée - Docteur 12)

D'accord à 100% avec toutes tes remarques.
J'imagine assez bien à quel point Cappaldi a du être mal reçu à l'époque. Y compris, d'ailleurs, je dois l'admettre, par moi même.

scorpius a écrit :

Ah, c'est dommage ce spoil sad
C'est arrivé sur le forum ?

Oui, c’est très dommage...Je ne sais plus ou c'était, mais je doute que ça ait été sur le forum très honnêtement (et pourtant généralement on s'en tamponne de spoiler)... Du coup je ne ne spoilerais rien tant qu'on y arrivera pas dans la série, au cas ou d'aucuns suivraient ce marathon en même temps que nous^^

Hors ligne

Pied de page des forums