ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 29-11-2019 14:43:03

mypreciousnico
Who ?

Doctor Who 33x05b The Snowmen (La Dame de glace - Docteur 11)

Doctor Who 33x05b The Snowmen (La Dame de glace - Docteur 11)

Crédits officiels :
- Scénario - Steven Moffat
- Réalisation - Saul Metzstein

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 1 [33.33%])

    33.33%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 2 [66.67%])

    66.67%

  3. 8 (excellent)(voix 0 [0%])

    0%

  4. 7 (bon)(voix 0 [0%])

    0%

  5. 6 (correct)(voix 0 [0%])

    0%

  6. 5 (passable)(voix 0 [0%])

    0%

  7. 4 (insuffisant)(voix 0 [0%])

    0%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 0 [0%])

    0%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 3

Les invités ne peuvent voter

Hors ligne

#2 29-11-2019 14:46:47

mypreciousnico
Who ?

Re : Doctor Who 33x05b The Snowmen (La Dame de glace - Docteur 11)

Il existe deux minisodes qui introduisent cet épisode : “The Great Detective” et “Vastra Investigates”. Ils sont importants pour l'intrigue.

Second épisode de Noël de la saison 33, qui fait en fait office d’introduction à la seconde partie de saison, puisque presque tout change : nouvelle compagne, nouvelle dynamique du Docteur, nouveau TARDIS (déco intérieure très réussie) et même nouveau générique absolument magnifique qui se rapproche d’ailleurs des générique de la période classique avec le visage du Docteur qui se découpe dans une nébuleuse.

“The Doctor ? He won’t help us. He never helps anymore, you know that.”

Moffat marque clairement sa volonté de séparer les évènements à venir de l’ère des Ponds qui a précédé  : l’épisode précédent marquait une conclusion, ici c'est un nouveau départ qui va nous emmener jusqu'à l’épisode événement des 50 ans de la série, mais aussi à la fin du 11ème Docteur et sa régénération.
Ça n’a l’air de rien aujourd’hui, mais à l’époque, je me rappelle d’une excitation  assez fébrile autour de Doctor Who à l’approche de ces fameux 50 ans.

On avait laissé le Docteur en deuil à la fin de Doctor Who 33x05 The Angels Take Manhattan, on le retrouve ici renfermé sur lui-même, retiré du monde. En quelques sortes, il boude. Plus de 1000 ans qu’il parcourt l’espace et le temps et joue les redresseur de tort, désormais le Docteur en a marre !
Toute la question va être évidemment de savoir non pas SI le Docteur va “reprendre du service”, mais QUAND et COMMENT.

le Docteur a écrit :

“Over a thousand years of saving the universe, Strax, you know the one thing I learned? The universe doesn’t care.”

L'épisode est très drôle, que ce soit le Docteur qui se fait passer pour Sherlock Holmes, son duo avec Clara, Strax plus bête que nature qui veut tout faire péter...on se marre beaucoup durant l’épisode.
D’ailleurs c'est un véritable plaisir de retrouver le trio lady Vastra, Jenny et Strax que l’on avait découvert dans le génialissime Doctor Who 32x07 A Good Man Goes to War. Ce sont des personnages que nous reverrons et c’est une excellente chose.

Strax a écrit :

Sir, permission to express my opposition to your current apathy.

le Docteur a écrit :

Permission granted.

Strax a écrit :

Sir, I am opposed to your current apathy.

Quant à Clara, elle confirme la bonne impression laissée lors de sa première apparition en début de saison. Elle est pétillante à souhait et semble capable de réfléchir à la même vitesse que le Docteur, jusqu'à lui tenir la dragée haute. La découverte du nouveau TARDIS est à cet égard exemplaire : là où tout le monde vois le verre à moitié plein (c'est plus grand à l’intérieur) elle voit le verre à moitié vide (c'est plus petit à l’extérieur). Une jeune femme qui regarde le monde avec un oeil différent, qui pense en dehors de sentiers battus.

“Run. Run you clever boy. And remember…”

D’ailleurs, à cette occasion, Moffat, une fois de plus s’amuse avec le spectateur, en dévoilant le nouvel intérieur du TARDIS de manière soudaine et inattendue et en jouant avec le fait que, si le spectateur connaît le visage de Clara, le Docteur lui ne l’a jamais vu (il faudra l'anecdote des soufflés pour commencer à lui mettre la puce à l’oreille).

En termes d’imagerie, l’épisode est une fois de plus référentielle, l'Angleterre de 1842, les costumes et puis cette image fascinante du TARDIS posé au milieu des nuages c'est vraiment super classe, on dirait du Marie Poppins ou du Narnia.

Je déplore finalement une résolution un peu expédiée, même si l’on se doute que l’on va revoir cet ennemi. Il n'empêche que c’était vraiment très bon.

À noter, deux guest stars de luxe : Sir Ian McKellen qui fait la voix de la Grande Intelligence (ça m’a torturé pendant tout l’épisode : où avais-je entendu cette voix ! Bon j’ai triché, j’ai vérifié sur le net) et Richard E. Grant qui avait joué le Docteur beau gosse dans l’excellent épisode parodique the Curse of Fatal Death écrit par...Steven Moffat ! J'en profite pour dire que c’est à voir absolument.

9.

Hors ligne

#3 30-11-2019 00:21:35

matou
modérateur

Re : Doctor Who 33x05b The Snowmen (La Dame de glace - Docteur 11)

Vraiment un bon épisode qui nous amuse, fait avancer le fil rouge et place un némésis surprenant.
Entièrement maitrisé.
9

En ligne

#4 30-11-2019 13:22:18

scorpius
Nowhere Man

Re : Doctor Who 33x05b The Snowmen (La Dame de glace - Docteur 11)

Une Clara envoutante, des bonhommes de neige cannibales, un Doc' qui vit au-dessus des nuages, Strax qui veut tout faire péter, une écriture d'une intelligence sidérante (l'utilisation du mot "pond" eek ). Richard E. Grant en bad guy, une gouvernante sadique transformée en Night King. Le nouveau Tardis à tomber par terre. De l'humour, de l'action, des frissons, des larmes, de la poésie. Pour résumer un épisode parfait !

Top franchise.


SIRmZIH.gif

Hors ligne

#5 30-11-2019 17:26:04

scorpius
Nowhere Man

Re : Doctor Who 33x05b The Snowmen (La Dame de glace - Docteur 11)

mypreciousnico a écrit :

Moffat marque clairement sa volonté de séparer les évènements à venir de l’ère des Ponds qui a précédé  : l’épisode précédent marquait une conclusion, ici c'est un nouveau départ qui va nous emmener jusqu'à l’épisode événement des 50 ans de la série, mais aussi à la fin du 11ème Docteur et sa régénération.
Ça n’a l’air de rien aujourd’hui, mais à l’époque, je me rappelle d’une excitation  assez fébrile autour de Doctor Who à l’approche de ces fameux 50 ans.

Il est un peu destabilisant ce changement. Un peu comme si tu changeais de saison à... mi-saison. Ca donne aux aventures de Clara un élan et une identité propre, ce qui est très bien, mais c'est inhabituel.

On avait laissé le Docteur en deuil à la fin de Doctor Who 33x05 The Angels Take Manhattan, on le retrouve ici renfermé sur lui-même, retiré du monde. En quelques sortes, il boude. Plus de 1000 ans qu’il parcourt l’espace et le temps et joue les redresseur de tort, désormais le Docteur en a marre !
Toute la question va être évidemment de savoir non pas SI le Docteur va “reprendre du service”, mais QUAND et COMMENT.

Elle est excellente la caractérisation d'Eleven. Tous les petits détails, le fait qu'il essaie de mettre son passé avec les Pond derrière lui (nouveau Tardis, plus de noeud pap') tout en étant incapable de l'oublier (les lunettes d'Amy).

Et il y a ce dilemme avec Clara, il est intrigué, elle fait ressortir des sentiments/sensations qu'il s'est efforcé d'enfouir au fond de lui. En vain. Et le fait que Moffat traite tout cela avec pas mal d'humour est excellent. Le jeu très corporel de Matt (la main d'Eleven qui se rebelle) le jeu de mot avec "cooler" lorsqu'il se rend compte qu'au moment de repartir à l'aventure il a inconsciemment à nouveau mis le noeud pap'. Les joutes verbales avec Strax évidemment (meilleur sidekick comique ever ).

Quant à Clara, elle confirme la bonne impression laissée lors de sa première apparition en début de saison. Elle est pétillante à souhait et semble capable de réfléchir à la même vitesse que le Docteur, jusqu'à lui tenir la dragée haute. La découverte du nouveau TARDIS est à cet égard exemplaire : là où tout le monde vois le verre à moitié plein (c'est plus grand à l’intérieur) elle voit le verre à moitié vide (c'est plus petit à l’extérieur). Une jeune femme qui regarde le monde avec un oeil différent, qui pense en dehors de sentiers battus.

Je crois que c'est la première fois que le Doc' "teste" aussi ouvertement les compétences d'une compagne potentielle. Tout le passage ou lui et Clara sont poursuivis par la gouvernante est un bonheur total. De toute façon j'adore ce que fait Moffat avec Clara. J'ai une affection particulière pour cette incarnation Victorienne (je partage avec Moffat une vraie fascination pour cette période de l'histoire). Il joue habilement avec le spectateur, s'agit-il du même personnage que Oswin ? Ou alors comme Martha, l'actrice a-t-elle simplement été castée pour jouer un autre personnage ? Ca se dévoile petit à petit. Il y a les indices, "l'exentricité" du personnage, un peu comme si elle n'appartenait pas tout à fait à son époque. Le fait qu'elle joue un rôle (le changement d'accents) des éléments qui prendront une signification nouvelle à la lumière de la fin de saison. Et finalement, les réponses, la référence au "soufflé" et la fameuse catch phrase quotée par Nico dans sa review :

“Run. Run you clever boy. And remember…”

L'écriture est dense, complexe tout en restant limpide et facile à suivre. Bluffant !

En termes d’imagerie, l’épisode est une fois de plus référentielle, l'Angleterre de 1842, les costumes et puis cette image fascinante du TARDIS posé au milieu des nuages c'est vraiment super classe, on dirait du Marie Poppins ou du Narnia.

Les références à Mary Poppins sont particulièrement intéressantes, rapport à un personnage à venir essentiel, lié directement aux "origines" de Clara. Ce sont des petits détails de continuité que j'adore.

Je déplore finalement une résolution un peu expédiée, même si l’on se doute que l’on va revoir cet ennemi. Il n'empêche que c’était vraiment très bon.

On va le revoir, mais on l'a déjà vu par le passé. Du point de vue de la Grande Intelligence, cet épisode est un préquel de la période classique, d'ou cette fin un peu abrupte. Moffat s'en amuse d'ailleurs avec la réflexion de Vastra : Oui, la grande intelligence tentera bien d'envahir Londres depuis le métro mdr

À noter, deux guest stars de luxe : Sir Ian McKellen qui fait la voix de la Grande Intelligence (ça m’a torturé pendant tout l’épisode : où avais-je entendu cette voix ! Bon j’ai triché, j’ai vérifié sur le net) et Richard E. Grant qui avait joué le Docteur beau gosse dans l’excellent épisode parodique the Curse of Fatal Death écrit par...Steven Moffat ! J'en profite pour dire que c’est à voir absolument.

Grant est également une incarnation alternative de Nine dans "Scream of the Shalka".

Il va sans dire que effectivement, "The Curse of Fatal Death" c'est à voir obligatoirement. Joanna Lumley y est une bien meilleure Thirteen que Jodie Whittaker (je dis ça, je dis rien) et ouais, en 1999, Moffat avait déjà tout prévu planete

Dernière modification par scorpius (30-11-2019 18:25:52)


SIRmZIH.gif

Hors ligne

#6 30-11-2019 17:53:15

matou
modérateur

Re : Doctor Who 33x05b The Snowmen (La Dame de glace - Docteur 11)

Jodie....
Quand je lis qu’elle est un bon docteur... L’actrice n’est pas en cause mais son rôle ne lui donne rien d’important à jouer.
Comment être un bon docteur quand le rôle ne porte en définitive, rien.

En ligne

#7 30-11-2019 18:22:25

scorpius
Nowhere Man

Re : Doctor Who 33x05b The Snowmen (La Dame de glace - Docteur 11)

Oui, Jodie le souci ça reste avant tout ce qu'on lui donne à jouer. Elle est une bonne actrice et quand elle peut l'exprimer (l'épisode avec Alan Cumming par exemple) elle s'en sort honnorablement.

Dernière modification par scorpius (30-11-2019 18:27:01)


SIRmZIH.gif

Hors ligne

Pied de page des forums