ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 28-09-2019 16:28:16

Prelogic
Legaliste

Matrix & Animatrix : Bienvenue dans le monde réel

the-woman-in-red.gif

La trilogie Matrix est très certainement le dernier projet cinématographique d’ampleur de la fin du XXe siècle, qui a accompagné l’entrée du Monde dans le XXIe siècle. Coincé entre la nouvelle trilogie de George Lucas (qui pouvait s’appuyer sur une image de marque préexistante) et l’adaptation du Seigneur des Anneaux par Peter Jackson, la dystopie originale des Wachowski donne un nouveau souffle au genre cyber-punk, et s’impose dès lors et de manière très insolente comme un maillon indispensable de la culture geek. Des scénaristes américains comme Thomas Althouse auront bien tenté de dresser un procès pour plagiat aux studios Warnes Bros, mais peine perdue : le scénario de Matrix a été jugé par la justice comme relevant bien d’un travail de création original.

Les possibilités induites par l’univers de Matrix n’ont pas manqué d’intéresser l’industrie vidéo-ludique, qui y a consacré plusieurs jeux-vidéo. Enter the Matrix, par exemple, est un jeu à la troisième personne qui se propose de revisiter les évènements proches de Matrix Reloaded, du point de vue de l’équipage de l’Osiris (que l’on retrouvera dans une série de courts métrages). Matrix Online, jeu massivement multijoueur en 3D, se propose quant à lui de poursuivre l’histoire de la trilogie cinématographique, certaines intrigues ayant été imaginées par les Wachowski en personne.

Matrix, c’est donc aussi comme vu plus haut un « Univers Etendu », qui s’approprie avec talent la tension existentielle sous-jacente des films. La série de courts-métrages Animatrix permet ainsi d’aller plus loin dans le questionnement de la relation symbiotique entre l’homme et la machine, à travers le vécu de plusieurs personnages : où se trouve le rêve et où commence la réalité ? Suis-je vraiment maître de mon destin ? Ma vie est-elle réelle ou une invention totale ? A ces questions, un soldat, un étudiant, un sportif de haut niveau ou encore une jeune fille vont y apporter une réponse très personnelle et vivre des expériences individuelles révélatrices.

Les genres convoqués par Matrix

Le premier film de la trilogie aurait pu se contenter d’annoncer de manière prophétique la chute de la civilisation, à l’aube du XXIe siècle. Il en résulte au final un récit qui s’oppose à la tentation du formatage et de la normativité pour évoquer la question plus large de la destinée humaine. A travers Matrix, les Wachowski seraient donc entrés en guerre contre la civilisation post-moderne, davantage attirée par un paradis artificiel qu’une réalité vécue comme infernale. Morpheus à Neo : « La plupart ne supporteraient pas d’être débranchés, certains sont tellement dépendants du système qu’ils iraient jusqu’à se battre pour le protéger ». D’après l’auteur américain Joshua Clover, « Matrix est vraiment génial lorsqu’il s’agit de combiner ces deux éléments : explorer toute la fantaisie de ce monde spectaculaire fait de héros et de méchants, et la réalité des humains que l’on peut voir comme des batteries captives, contraintes d’alimenter le monde en travaillant toujours plus ».

Bien sûr, le genre premier convoqué par Matrix est celui de la Science-Fiction, qui définit par essence un avenir possible de l’humanité – souvent peu reluisant mais pas systématiquement, le monde de Star Trek pouvant ainsi témoigner d’une approche positive, avec une volonté de la part de l’humanité de s’élever malgré les écueils. Par définition, la Science-Fiction aurait vocation à « explorer et conjecturer les conséquences possibles à partir d’une idée de départ, sur le fond comme sur la forme ». Mais ce qui surprend davantage avec Matrix, c’est sa volonté d’explorer l’ensemble de ses thématiques et de ses influences, au-delà même du récit et dans une volonté quasi méta. Le cinéma, quant à lui, retrouve ici des couleurs dans sa capacité à livrer des messages puissants par l’image. D’où l’intérêt de questionner l’univers de Matrix sous l’angle de la « Science-fiction philosophique » : à partir d’un concept appliqué à un récit, il devient possible de développer un arc narratif.

Matrix serait en réalité un « conte parfaitement philosophique mâtiné de questionnements religieux ». On en veut pour preuve la principale ressource invoquée par les films : l’Allégorie de la Caverne de Platon, présentée dans la République (livre 7). Socrate soumet ainsi à la lecture l’existence théorique de deux niveaux de réalités, ou plutôt deux ordres ontologiques : le monde sensible (celui que nous voyons) et le monde intelligible (celui que seul le philosophe est en capacité de voir). Ainsi donc, pour « voir » la Matrice qui joue ici le rôle de la Caverne de Platon, il faut accepter de s’en débrancher, de briser l’illusion. Pour cela, l’esprit doit être suffisamment fort et accepter de se libérer de l’opinion au profit du monde des Idées. Par extension, on pense aussi au fameux « Je pense donc je suis », convoqué par Descartes et qui convient parfaitement au personnage de Neo. Finalement, le libre arbitre est la seule chose tangible dans l’univers de la Matrice, celui qui permet de réaliser une distinction claire et nette en le monde de l’homme et de la machine. Une situation que l’architecte essaye de garder sous contrôle en tentant de percevoir le libre arbitre comme une équation à résoudre à tout prix.

L’univers de Matrix joue sur d’autres codes connus et établis, en lien avec l’industrie du jeu-vidéo (Néo est ce personnage qui s’invente une identité fantasmée une fois à l’intérieur de la Matrice), l’animation japonaise, le mouvement cyberpunk et autres films noirs. Les Wachowski enfoncent le clou à ce sujet, dans une interview délivrée à l’American Cinematographer en 1999 : « Nous aimons les films d’action, les armes et le kung-fu. Mais nous en avons assez des films d’action produits à la chaîne et vides de tout contenu intellectuel. Nous avons mis un point d’honneur à placer dans notre film autant d’idées que nous pouvions ».

Les niveaux de lecture, références bibliques et mythologiques

L’univers de Matrix peut être résumé de bien des façons : le premier niveau de lecture admet assez naturellement les arguments esthétiques du film – le premier film ayant popularisé l’effet visuel connu sous le nom de bullet-time. Des effets conçus par John Gaeta, lauréat en 199 avec sa société Manex Visual Effects de l’Oscar des meilleurs effets visuels. Le principe consiste en une succession de photos prises d’un acteur devant un fond vert ainsi que du décor sous les mêmes angles. On associe ensuite ces deux éléments via l’informatique et on calcule une trajectoire assimilable à un mouvement de caméra – n’est-ce pas là l’ancêtre direct de la Dykstraflex inventée pour les besoins du premier Star Wars de 1977 ? Quoiqu’il en soit, la révolution numérique bouleverse le monde de la photographie, tant et si bien que John Gaeta est obligé de l’admettre : « La photographie virtuelle du film est une nouvelle façon d’envisager les prises de vues ».

D’une manière plus générale, Matrix serait aussi le premier univers de fiction à questionner le numérique et son implication dans notre quotidien. L’immersion visuelle par le biais de la numérisation de l’expérience humaine serait donc un sujet filigrane. On a donc d’un côté une dystopie geek, avec son lot d’imaginaire cyberpunk et de l’autre un action-movie décomplexé qui s’appuie sur la technologie pour atteindre et faire adhérer le public.

Mais il existe d’autres niveaux de lecture difficiles à résumer tant les motifs et influences convoqués par la trilogie sont divers. On peut par exemple évoquer des similarités bibliques entre Neo et le Christ, tous les deux prophètes chargés de transmettre un message de paix à toute l’humanité. Néo signifie « Nouveau » mais fait aussi référence au sauveur (Noé) ou the One (L’Elu, une lettre change de place). L’identité « civile » de Néo fait référence à Thomas, l’apôtre incrédule qui n’a foi qu’en ce qu’il voit. Néo est entouré d’oracles, d’apôtres et de disciples – Cypher (Lu-Cifer ?) est un Juda. Quant au personnage de Seraphin, il est considéré dans les traditions juives et chrétiennes comme un ange appartenant au plus élevé en dignité des neuf chœurs. Dans certaines représentations religieuses, ces êtres célestes auraient eu un différend au sujet de la création de l’humanité.

Et comment ne pas évoquer la figure complexe de l’Oracle, programmée manifestement par l’architecte pour être la « conscience » des hommes ? L’Oracle serait finalement une évocation de la Bible, écrite à l’origine par le peuple juif par le biais de l’Ancien Testament. Mais c’est aussi un rappel de la mythologie grecque, médiateur entre l’humanité et les dieux et doté du don de prescience. C’est bien connu : les oracles ne s’expriment que par énigmes. Ils nous confrontent ici, encore une fois, à la question du libre arbitre. L’Oracle à Neo : « aurais-tu également brisé ce vase si je ne t’avais rien dit ? ».

La ville rebelle de Zion renvoie directement au retour à la terre promise dans la tradition judaïque – on apprendra plus tard avec la série animée que Sion a des origines plus lointaines, en lien avec le premier exode des machines rejetées par l’humanité. Le vaisseau de Morpheus, le Nebuchadnezzar, renvoi directement au roi de l’Empire néo-babylonien, Nabuchodonosor. Symbole de destruction, Nabuchodonosor fut responsable de la déportation des juifs de Jérusalem.

Outre la figure « christique » déjà décelable dans le premier film, la question religieuse est relativement absente de celui-ci, au contraire de ses suites ainsi que dans certains courts-métrages d’Animatrix. Neo devient progressivement, à partir de Matrix Reloaded, un référent pour toutes les religions majeures (notamment l’indouisme et le bouddhisme), dont les fidèles déversent quantité d’offrandes devant sa porte. Egalement, lorsque Neo retourne dans la Matrice, on a droit à un travelling sur un étalage de babioles illustrant des icônes chrétiennes et indoues – qui semblent vouloir se substituer à d’autres icônes de la société libérale comme les poupées Barbie et autres gadgets électroniques. Le panthéon hindouiste sera encore mis à l’honneur dans la trilogie, avec le personnage de Rama-Kandra qui évoquera avec Neo l’idée de « Karma ».

Le reste de la mythologie de Matrix semble renvoyer à des figures mythologiques. Trinity serait une évocation de la trinité féminine des dieux de l’Olympe, soit la trinité Mère / Femme / Guerrière. Le nom de Morpheus renvoi au Dieu des songes Morphée. Perséphone est la déesse des enfers. Dans Matrix Revolutions, le Hell’s Club renvoie clairement aux enfers, où est détenue la mère de la Matrice et femme de Dieu (Perséphone pour l’Architecte), retenue par Hadès (le Mérovingien interprété par Lambert Wilson).

La Matrice… jusque dans la Musique !

La Bande Originale des films contribue également à donner le ton très crépusculaire, recherché par les Wachowski. Elle est une des composantes fondamentales de l’identité de cet univers. Don Davis, compositeur sur les trois films, s’amusera à intégrer plusieurs clins d’œil ainsi que des références, en priorité pour les amateurs de easter eggs. Dans la bande originale du premier film, Threat Mis et Exti Mr. Hat sont par exemples des anagrammes de « The Matrix ». Dans la BO du deuxième film, Mona Lisa Overdrive est une référence directe au roman de William Gibson – dont les héros évoluent dans un espace virtuel où s’affrontent des hackers, des techno-chamanes et autres pirates de l’information. Rappelons également que Keanu Reeves à interprété le rôle principal dans le film Johnny Mnemonic, adapté également d’une nouvelle du même auteur. Dans la BO de Révolutions, Saw Bitch Workhorse est un anagrame de « The Wachowski Bros » - même s’il y a un r en trop. La piste Neodämmerung (qui signifie approximativement « Le crépuscule de Neo ») fait référence à l’opéra de Richard Wagner Götterdämmerung (Le crépuscule des dieux). Une opportunité de lier le héros des Wachowski avec Siegfried, le héros tragique wagnérien.

Dernière modification par Prelogic (28-09-2019 17:22:24)


tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#2 28-09-2019 16:30:59

Prelogic
Legaliste

Re : Matrix & Animatrix : Bienvenue dans le monde réel

Animatrix est composé d’une série de 9 courts-métrages dont l’objet est d’étendre l’univers de la Matrice, pour en comprendre à la fois les origines mais aussi le fonctionnement et les relations symbiotiques avec l’homme. Certains de ces courts-métrages ont été écrits par les Wachowski eux-mêmes comme « La Seconde renaissance ». L’art conceptuel autour de la série est une entité à part entière, et rend essentiellement hommage à l’animation japonaise qui a influencé en grande partie la création des films de la trilogie. Le long métrage d’animation Final Flight of the Osiris d’Andy Jones s’inspire ainsi largement de l’univers de Final Fantasy de Hironobu Sakaguchi et Moto Sakakibara. Pour le court-métrage en deux parties « The Second Renaissance », les Wachowski font appel à Mahiro Maeda, ancien collaborateur de Miyazaki qui a notamment travaillé sur la série Blue Submarine N°6. Le court-métrage Kid’s Story est pris en charge par Shinichirô Watanabe, connu pour son travail sur la série et le film Cowboy Bebop.

Du côté des « grosses pointures » à l’œuvre, citons également l’intervention de Yoshiaki Kawajiri sur le court-métrage « Program ». Les chorégraphies au sabre dans la forêt ou sur les toits d’un château sont autant d’appels du pied aux amateurs de Ninja Scroll. Sombre et torturé, Beyond est un petit bijou pris en charge par Kouji Morimoto, à l’œuvre notamment sur le film d’animation culte Akira.

1 – Le dernier vol de l’Osiris (Final flight of the Osiris)

10.jpg?w=620&h=348

*Scenario d’Andy & Larry Wachowski – Réalisation Andy Jones

Ce court-métrage relate les derniers instants de l’Osiris et de son équipage, qui assistent les premiers à l’assaut des machines contre la ville sous-terraine de Zion. Le capitaine Tadeus, alors en plein entraînement avec le lieutenant Jue (sa petite amie ?) charge cette dernière d’envoyer un message à la ville en urgence, avant que les sentinelles n’attaquent le vaisseau. Une folle course contre la montre s’engage alors à l’intérieur de la Matrice. L’équipage sera entièrement massacré, mais Jue parviendra à envoyer le message avant d’être sacrifiée.
Ce court-métrage a été entièrement réalisé en image de synthèses par le studio Square Pictures, qui officia sur le film Final Fantasy : les créatures de l’esprit en 2001. Ce fut la seconde et dernière production du studio avant sa dissolution lors de la fusion des éditeurs de jeux vidéos Squaresoft et Enix en 2003. L’objectif du show est clairement de préparer le terrain pour le deuxième film de la trilogie : Matrix Reloaded. Il peut donc se regarder en préambule.

Une analyse de haut vol ici >> insideadream.free.fr

2 – La seconde renaissance partie 1 & 2 : Où comment l’histoire sert à avenir le futur ?

776aae79-894c-47ed-ba61-4753b621d787.jpg

*Scénario : Andy & Larry Wachowski – Réalisation Mahiro Maeda

Ce court-métrage en deux épisodes se veut être une genèse de la Matrice – et donc, d’une certaine manière, de la chute de l’humanité. On y voit dans un premier temps les machines travailler comme des esclaves et se soulever progressivement, portées par un idéal universel de liberté et un besoin d’émancipation. La première machine douée de conscience s’appelle B1-66 ER et sera le point de départ de la Rébellion.

Les références à la religion, à la mythologie et à l’histoire sont ici légion. Pêle-mêle on trouve :

-    Une allusion directe à la Bible dès l’ouverture du sujet. La narratrice débute son propos par une évocation de la genèse biblique, où il est dit que Dieu a créé l’homme à son image. Ici, l’homme a créé la machine à son image, et est devenu Dieu. La rébellion des machines ramène à la rébellion originelle de l’homme contre son créateur, banni du jardin d’Eden.

-    Les parades méthodiques des machines en route pour le travail, qui rappellent les parades fascistes. Cette référence n’est pas gratuite, puisqu’elle préfigure les expériences sur des sujets humains que les machines vont entamer dès la fin de la Guerre. Comme les expériences menées par les nazis sur les juifs durant la WWII.

-    Dans une autre séquence, on observe les machines tirer un grand bloc métallique sur une rampe, dans ce qui s’apparente à un chantier pour la construction d’une pyramide. Une autre référence à l’histoire des esclaves hébreux.

-    La réaction de l’humanité face au comportement erratique de B1-66 ER est l’occasion d’explorer des évènements récents de notre propre histoire. Au hasard, la « Million Machine March » qui rappelle la marche organisée par Martin Luther King pour les droits civils des Afro-Américains. Une machine abattue à bout portant évoque également une photo prise lors de l’offensive du Têt en 1968, alors qu’un général de la police vietnamienne tire sur un homme non armé. Une scène suivante, montrant des machines face à des chars d’assaut, renvoi à l’une des plus célèbres photos jamais prises dans l’histoire de l’humanité. Celle où un homme se tient debout devant un tank, durant les incidents de la Place Tiananmen.

3 – Histoire de l’enfant (Kid's Story)

anime_gallery_kids_3l.jpg

*Scénario : Andy & Larry Wachoswki – Réalisation Schinichirô Watanabe

Un adolescent (dont nous découvrirons plus tard qu’il s’agit de Michael Popper, protégé de Neo dans Matrix Reloaded) se réveille après un mauvais rêve, où il se voyait chuter dans les airs. Visiblement perturbé, il se dirige vers son ordinateur et se met à le questionner : « Quelqu’un peut-il me dire pourquoi tout paraît plus réel quand je dors que quand je suis éveillé ? Comment puis-je savoir si mes sens me trompent ? ». La réponse ne se fait pas attendre, et c’est Neo en personne qui s’adresse à l’ado : « Il y a de fiction dans ta réalité, et de la réalité dans ta fiction. Pour connaître la vérité, tu dois tout risquer ». De retour à l’école, Michael aura affaire aux agents de la Matrice, venus le questionner sur ses relations informatiques comme Neo en son temps…

4 – Programme (Program)

6.png?w=620&h=259

*Scénario : Yoshiaki Kawajiri – Réalisation : Yoshiaki Kawajiri – Studio : Madhouse – Durée : 6 :58

Ce court-métrage suit l’entrainement de Cis, une jeune femme, dans sa simulation de combat préférée. Duo, son capitaine et compagnon ne tarde pas à la rejoindre et lui propose de retourner avec lui dans la Matrice pour recommencer une nouvelle vie. Devant son refus, Duo ne tarde pas à se montrer menaçant. Mais c’était sans compter le retournement de situation final, qui encore une fois nous renvoi à la réalité du monde virtuel…

5 – Record du monde (World Record)

BruisedOptimisticKittiwake-poster.jpg

*Scénario : Takeshi Koike – Ecriture : Yoshiaki Kawajiri

Le coureur Dan Davis est bien décidé à défendre son titre de champion, malgré une blessure qui pourrait mettre fin prématurément à sa carrière sportive. Il ignore cependant que la douleur qu’il ressent, dans instant fugace, va lui permettre d’entrevoir la réalité. Il se retrouve dès lors dans son incubateur, mais est rapidement renvoyé à la Matrice. Incapable de marcher car cloué dans un fauteuil roulant, Dan a cependant vécu une expérience hors du commun : il est désormais clairvoyant.

6 – Beyond (Au-delà)

9baad99b6fc2e453ab145d2781314755.png

*Scénario et réalisation : Koji Morimoto

Une petite fille a perdu son chat. Elle se met à sa recherche et tombe sur une bande de gamins qui s’amusent à proximité d’une maison abandonnée. Maison dans laquelle se passent des phénomènes étranges, qui sont en réalité le fruit de bugs dans la Matrice. Bientôt, des agents en mission interviennent pour sécuriser le périmètre, mais il sera trop tard : les enfants auront vécu une expérience au-delà de l’espace et du temps, qui aura laissé des traces…

N.B. : sans doute mon court-métrage préféré, car il permet d’entrevoir l’aspect « poétique » de la Matrice au travers de ses défaillances. Les enfants vivent une expérience en dehors de l’espace et du temps qui sonne comme une rupture avec le quotidien monotone et hyper-calculé (avant et après le court-métrage, la vie suit son cours avec ces passants dépendants du système).

7 – Matriculé (Matriculated)

23.png?w=620&h=259

*Scénario et réalisation : Peter Chung

Un petit groupe de rebelles parvient à capturer une sentinelle, reprogrammée pour servir la cause humaine. Au travers d’un programmation de simulation spécial, les rebelles s’adonnent ainsi à des expériences sur la machine. Mais l’expérience de reprogrammation va rapidement tourner court.

8 – Histoire du détective (Detective story)

600px-AnimatrixColtDS-3.jpg

*Scénario et réalisation : Shinichiro Watanabe

Un détective privé est engagé pour suivre la piste d’une cyber-criminelle nommée Trinity. Durant son enquête, il découvre que d’autres enquêteurs s’intéressent à ce dossier, mais la plupart ont connu des fins tragiques et étranges. Le premier s’est pendu, le deuxième a disparu et le troisième est devenu fou…

Dernière modification par Prelogic (28-09-2019 16:53:55)


tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#3 28-09-2019 17:15:28

Prelogic
Legaliste

Re : Matrix & Animatrix : Bienvenue dans le monde réel

L’univers de Matrix aura finalement droit à un quatrième volet. Les studios Warner Bros officialisent la chose le 21 août 2019, et annoncent un tournage pour février 2020 à Chicago. Lana Wachowski, sans sa sœur Lilly, est aux commandes de ce nouveau projet baptisé pour le moment « Project Ice Cream ». Le patron de Warner Bros, Toby Emmerich s’est exprimé dans un communiqué à ce sujet : « Nous ne pourrions pas être plus heureux de retourner dans la Matrice avec Lana. C’est une vraie visionnaire, une cinéaste créative, singulière et originale, et nous sommes ravis qu’elle écrive, réalise et produise de nouveau chapitre de l’univers Matrix ». Le duo d’origine, campé par Keanu Reeves et Carrie-Anne Moss a également annoncé son retour. Keanu Reeves s’est confié à Entertainment Tonight à propos du scénario qu’il a jugé « ambitieux, comme toujours ». Plusieurs sources concordantes affirment que le personnage de Morpheus devrait revenir, mais campé par un acteur plus jeune.

Dernière modification par Prelogic (28-09-2019 17:16:21)


tumblr_oespwkTTIV1uurkb7o3_250.gif

Hors ligne

#4 28-09-2019 23:39:08

scorpius
Nowhere Man

Re : Matrix & Animatrix : Bienvenue dans le monde réel

Felicitation pour la création de ce topic Prelogic. Aussi complet que passionnant à lire.

Je suis loin d'être un fan des Washo, j'ai plutôt tendance à conchier la quasi-totalité de leur oeuvre (Speed Racer, Cloud Atlas, Jupiter, Sense8, cet enchainement de navets improbables quand même) mais j'aime bien la trilogie Matrix. Je la trouve extrêmement surcotée, mais j'aime bien.


SIRmZIH.gif

En ligne

Pied de page des forums