ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 27-12-2018 18:44:49

Prelogic
Legaliste

Dark Crystal & Age of Resistance

Dark Crystal est un film unique de 93 minutes, réalisé en 1982 par Jim Henson. Il s’inscrit pleinement dans la mouvance « Fantasy / Dark Fantasy », un genre cinématographique qui évolue entre le merveilleux, l’imaginaire et le fantastique. Certains situent l’origine du genre Fantasy aux origines-mêmes du cinéma, avec des illusionnistes de génie comme George Méliès qui fut le premier à ajouter des trucages à ses longs-métrages. En cela, Jim Henson peut être considéré comme l’illustre descendant de Méliès. On compare aussi volontiers Dark Crystal à « Wizard of Oz » de Victor Flemming (1939), considéré comme le premier vrai film de Fantasy.

Une filiation loin d’être galvaudée, puisque l’atypique Dark Crystal n’utilise pas de techniques classiques d’animation comme le « Stop Motion » : le film se base entièrement sur la prestation de marionnettes ! Il en résulte un travail délicat, unique dans l’histoire de l’animation qui continue aujourd’hui d’inspirer les artistes et de séduire les plus jeunes comme les adultes. Si certains petits personnages sont drôles, la complexité du scénario et l’ambiance gothique sublimée par la BO de Trevor Jones continuent de fasciner. Finalement, Dark Crystal fut un succès commercial, rapportant 40 millions pour un budget de 15 millions à l’origine. Apportant la preuve qu’une propriété intellectuelle originale peut tout de même rencontrer son public et ne pas le perdre en chemin.

L’histoire commence en 1976 lorsque Jim Henson entre en relation avec le travail de Brian Froud, qui deviendra plus tard son assistant dévoué. Le livre s’appelle « Once Upon a time » et reproduit les illustrations d’artistes en Fantasy – Rappelons au passage que l’épouse de Brian Froud est considérée comme la créatrice de Yoda. Pour écrire le scénario et établir les principales règles de son univers cohérent, Jim Henson prend systématiquement l’avis de son collaborateur. Le film ne se fera jamais autrement.

Le réalisateur s’attache également l’appui de deux autres personnalités : Frank Oz tout d’abord, marionnettiste incontournable dans l’industrie et interprète (s’il vous plait) de la marionnette de Yoda à partir de l’Episode 5 de Star Wars. Gary Kurtz ensuite, producteur emblématique des deux premiers films de la trilogie originelle de Star Wars, et qui quitta Lucasfilm pour rejoindre le projet Dark Crystal. Très critique avec la vision de George Lucas sur Star Wars, Gary Kurtz mènera cependant à bien ce projet relatant « l'équilibre fragile d'un monde écartelé entre le bien et le mal ».

Le film aura nécessité 5 ans de préparation et de recherches, et la mobilisation d’une centaine de marionnettistes. La synchronisation est ici le maître mot pour reproduire à l’écran un mouvement convaincant. Le défi est colossal mais qu’importe : Jim Henson veut nous faire croire à l’existence d’un monde millénaire et tragique. Jim Henson et Frank Oz, à ce point méticuleux, veulent inventer leur propre langage pour chaque espèce du film, refusant même que les dialogues soient sous-titrés. Henson pensait alors à l’époque que la puissance d’évocation des images pouvait suffire à tenir le public en haleine. Mais il fut obligé de rebrousser chemin, après une première projection test jugée catastrophique.

Pour rendre hommage le plus possible au travail original de Brian Froud, le directeur de la photographie Oswald Morris mettait un dispositif devant la caméra pour atténuer les couleurs, ou « Light Flex ». Au final, Dark Crystal remporte en 1983 le Grand Prix du Festival du Film Fantastique d’Avoriaz.

Une suite à l’œuvre originelle a été envisagée pendant longtemps. En 2009, la Jim Henson Company annonce que Gendy Tartakovsky réalisera The Power of the Dark Crystal, suite directe du premier film contant les aventures d’une mystérieuse fille du feu. Le film, abandonné finalement, fut transposé en comics et publié chez Archaia. La publication a démarré depuis février 2017. Nous attendons toujours une traduction francophone.

Le 18 mai 2017, Netflix annonce avoir commandé une série télévisée de 10 épisodes, sous la forme d’une préquelle au film d’origine. La série, produite par la Jim Henson Company, débute le tournage durant l’automne 2017. En décembre 2017, les premières images de la série « Dark Crystal : Age of Resistance » apparaissent et le public peut prendre connaissance d’un casting vocal prestigieux. On annonce notamment les voix d'Helena Bonham-Carter, Simon Pegg, Alicia Vikander ou encore Mark Hamill (qui n’aura aucun mal à jouer un être maléfique, puisqu’il est la voix habituelle du Joker depuis de nombreuses années).

Dernière modification par Prelogic (27-12-2018 19:09:50)


Sans_titre_3.png
« En général, je ne réfléchis pas en termes d’hommage. Quand tu démarres un projet, tu essayes d’imaginer quelque chose de différent, tu ne tentes pas de reproduire le passé » - Phil Tippett.
« La contre-culture ne viendra pas d’une institution d’État, ni d’une major hollywoodienne. Elle n'appartient à personne. » - Rafik Djoumi.

Hors ligne

#2 27-12-2018 19:32:20

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Merci pour cette mise en contexte.

Dark Crystal fait partie de mes films préférés tous genres confondus et je dirais que c'est mon deuxième film de med-fantasy préféré après Le Dragon du Lac de Feu. L'univers est génial, la direction artistique est sublime... Ça fait rêver, ça fait travailler l'imagination. Même la VF est plutôt réussie.

J'adore le personnage d'Aughra, intelligente, audacieuse et grincheuse.
Aughra.png

La série... Je ne sais pas. L'univers est suffisamment riche pour y raconter des tas de choses et il y a un gros potentiel. D'un autre côté le film est tellement complet en lui même que j'ai du mal à voir comment passer après. Et puis j'en ai marre que tous les vieux succès soient remâchés comme ça, je sature.


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#3 14-01-2019 17:23:12

Prelogic
Legaliste

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

DrAg0r a écrit :

La série... Je ne sais pas. L'univers est suffisamment riche pour y raconter des tas de choses et il y a un gros potentiel. D'un autre côté le film est tellement complet en lui même que j'ai du mal à voir comment passer après. Et puis j'en ai marre que tous les vieux succès soient remâchés comme ça, je sature.

Je comprends moi aussi cette saturation. Pour le moment, je choisis de croire que cette idée de série « préquel » peut apporter quelque chose, que ce soit en termes d’écriture comme en termes de développement d’univers. J’ai foi en ce projet, comme j’ai accordé autrefois ma confiance en George Lucas et la prélogie. Plusieurs raisons à cela :

>> La Jim Henson Company est attachée au projet, ainsi que la fille de Jim Henson (Lisa). Il y a donc une continuité artistique et morale à prévoir. Cette passation entre le père et la fille sera extrêmement intéressante à observer.

>> La série sera diffusée sur Netflix, qui s’apprête probablement à muter face à la concurrence prochaine de Disney +. Netflix a une carte à jouer, la plateforme pouvant très bien occuper le terrain « marginal » de la création familiale ou indépendante. Tout ne se résume pas dans le cinéma d’aujourd’hui à Star Wars ou Marvel, même si Disney aime surement à le croire.

Bon il y a Simon Pegg dans le casting... c'est le seul caillou dans la chaussure de ce projet mdrno

Dernière modification par Prelogic (14-01-2019 17:24:30)


Sans_titre_3.png
« En général, je ne réfléchis pas en termes d’hommage. Quand tu démarres un projet, tu essayes d’imaginer quelque chose de différent, tu ne tentes pas de reproduire le passé » - Phil Tippett.
« La contre-culture ne viendra pas d’une institution d’État, ni d’une major hollywoodienne. Elle n'appartient à personne. » - Rafik Djoumi.

Hors ligne

#4 02-02-2019 21:42:47

McRaktajino
membre du club

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

J'avais la VHS de Dark Crytal quand j'étais môme, ce film me faisait assez peur. Les Skeksès bien sûr, mais surtout la machine à puiser l'essence de vie.

Fraichement revu en HD, il faut reconnaître que même si certaines choses cassent légèrement l'immersion, ça fait quand même toujours bougrement bien le travail. Contrairement à Labyrinth qui a malheureusement assez mal vieilli, même si ça reste agréable à regarder.

Les Skeksès et les Mystiques sont bluffant, mais je crois que le passage le plus marquant est la forêt. Ça grouille de vie, c'est incroyable.
Les décors sont magnifiques et la musique superbe.

La seule chose qui casse un peu le truc c'est le manque d'expression faciale du héros, il est malheureusement trop proche de l'humain pour que ça ne dérange pas. Seul l'ami Steven a aussi peu d'expression, mais lui n'a pas l'excuse d'être une marionnette.

Donc pas besoin de nostalgie pour sincèrement apprécier ce film. A voir.

Hors ligne

#5 04-02-2019 11:07:39

DrAg0r
Dra'ghoH

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

McRaktajino a écrit :

Contrairement à Labyrinth qui a malheureusement assez mal vieilli, même si ça reste agréable à regarder.

J'adore ce film aussi, il est génial <3
Bien sûr c'est largement dû à l'univers visuel de Brian Froud que j'adore.

McRaktajino a écrit :

le passage le plus marquant est la forêt. Ça grouille de vie, c'est incroyable.

Oui, c'est excellent ce côté foisonnant, j'adore ce genre de choses. Ça fonctionne super bien, je trouve que ça permet de se sentir immergé dans l'univers du film.


Bann_forum_klingon.png

Hors ligne

#6 04-02-2019 23:54:29

McRaktajino
membre du club

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

DrAg0r a écrit :

Bien sûr c'est largement dû à l'univers visuel de Brian Froud que j'adore.

L'univers, c'est ça qui fait que ça reste agréable.
Dark Crystal j'arrive à rentrer dans le film, Labyrinth, non, particulièrement en HD. En VHS sur un tube cathodique, c'était pas la même. Je le regarderais plus comme une curiosité, même si des passages fonctionnent toujours bien, comme la fin avec les escaliers.


Quand je l'avais regardé de nouveau, j'avais préparé cette image pour suivre le parcours de Sarah.
https://i.imgur.com/lkndTCY.jpg

Hors ligne

#7 05-03-2019 15:57:56

McRaktajino
membre du club

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

D'avoir revu Dark Crystal m'a donné envie d'en faire de même avec un autre film de mon enfance produit par Gary Kurtz : Oz, un monde extraordinaire (Return to Oz).

b8BsAbr.jpg


George Lucas a apparemment participé, je ne sais pas ce qu'il a fait mais il est remercié à la fin.
Fairuza Balk qui interprète Dorothy est très bien. Toute choupi, difficile d'imaginer que plus tard elle deviendra la copine tarée de Edward Norton dans American History X.

Le film me fichait assez la trouille. Rien que le début dans la clinique du Docteur qui fait des expériences électrique donne le ton. Sans parler du Désert de la Mort, de la méchante sorcière qui peut changer de tête ou du terrifiant Roi des Nomes.
Mais c'est aussi pour ça que je l'aimais beaucoup car on vit pleinement les aventures de Dorothy.

Une chose très intéressante est le fait de faire le parallèle entre Oz et le monde réel, de manière plus poussée que le film de 1939.
Ici on retrouve les mêmes méchants dans Oz et dans la réalité (c'est d'ailleurs les mêmes acteurs). Le Docteur charlatan du début est le Roi des Nomes, l'infirmière revêche est la méchante sorcière et le brancardier est le chef des Rollers. D'ailleurs le chariot qu'il pousse dans la réalité et son accoutrement d'homme patins à roulettes à Oz font le même couinement.
Et surtout, ils partagent le même but. Le Docteur veut "soigner" Dorothy en lui enlevant les souvenirs de son premier voyage à Oz et le Roi des Nomes veut que plus personne ne se souvienne de Oz afin de le dominer.
Comble du luxe, la fin sera drôle, épique et émouvante.

En plus de son scénario intelligemment adressé aussi bien à des adultes qu'à des enfants, les effets spéciaux ont encore une sacrée gueule.
Entre marionnette, animatronique et animation image par image, ça reste encore très agréable à suivre, voir même impressionnant par moment.
Les compagnons de Dorothy n'ont rien d'humain, une poule qui parle, un robot qu'on doit remonter comme une horloge, un pantin avec une tête de citrouille et un trophée de caribou attaché à un canapé, pourtant le film nous fait facilement croire qu'ils sont bien vivant.
Il y a juste 2,3 incrustations un peu dégelasses par moment et le film manque de vues d'ensembles. C'est ces 2 aspects qui nous rappellent l'année de production et le budget pas si astronomique que ça pour une production Disney.

Oz, un monde extraordinaire est un excellent film familial.

Dernière modification par McRaktajino (05-03-2019 20:33:33)

Hors ligne

#8 06-03-2019 11:06:18

dvmy
Suicide Is Alright

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Revu à quelle occasion? Existe-t-il un blu ray de ce film?

Hors ligne

#9 07-03-2019 03:03:36

McRaktajino
membre du club

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Les américains ont un Blu-ray, en France on n'a qu'un DVD.

Hors ligne

#10 07-03-2019 09:00:59

dvmy
Suicide Is Alright

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Cette édition US m'a échappé. Merci pour l'info

Hors ligne

#11 12-03-2019 17:11:05

McRaktajino
membre du club

Re : Dark Crystal & Age of Resistance

Ici ils donnent pas mal de détails sur la conception du film, avec entre autres le rôle de Lucas.
http://www.devildead.com/indexfilm.php3 ? turn-to-oz-

Par contre je ne suis pas d'accord sur l'analyse du film quand ils disent qu'il oublie de narrer une histoire qui a du sens. Même si à l'origine dans les livres le pays d'Oz est un vrai monde, dans le film de 39 c'est déjà l'imagination de Dorothy qui le génére (on retrouve aussi les mêmes acteurs d'un monde à l'autre) et ici c'est la même chose.
Le monde imaginaire de Dorothy doit faire face au monde des adultes qui cherche à le détruire. Par profit, le docteur est un charlatan qui demande très cher pour des pratiques de médecines plus que douteuses, ou par simple méchanceté, l'infirmière est juste une sadique qui prend plaisir à persécuter.

Quand Dorothy retourna enfin à Oz, elle le trouvera presque totalement détruit, tel que les adultes l'ont laissé après l'effroyable expérience du début du film.
Car comme dans l'Histoire sans Fin, c'est Dorothy qui fait tenir ce monde. Elle devra affronter le Roi des Nomes qui a pour but d'effacer les souvenirs d'Oz de Dorothy, exactement comme le docteur du début. Le Roi arrivera à la manipuler pour qu'elle participe à un jeu cruel et la mettre devant un choix, elle ou ses amis. Elle, sera la Dorothy tel que les adultes la voudraient, une gamine qui ne rêve pas à des mondes imaginaires, ses amis sont le monde imaginaire.
Mais la véritable force de Dorothy est que son monde imaginaire n'est pas un simple échappatoire à la réalité de la vie (quand il sera "réparé", c'est elle qui demandera à retourner au Kansas alors que ses amis veulent qu'elle reste), c'est ça qui va lui donner le courage de braver le Roi et d'arriver à le battre à son propre jeu (avec quand même beaucoup de chance aussi).

La finalité est que les véritables responsables de cette situation sont les parents de Dorothy (son oncle et sa tante, mais ça ne change rien). Ils rejetteront l'imaginaire de Dorothy, pas par méchanceté mais juste par incompréhension. Plutôt que de faire l'effort d'essayer de comprendre son importance, faut dire qu'ils ont des problèmes de santé et d'argent, des préoccupations d'adultes, donc d'autre chats à fouetter que de s'occuper de l'imaginaire d'une gamine, ils utiliseront la solution de facilité, la médecine pour la "soigner". Médecine totalement inefficace qui aurait pu laisser de graves séquelles.
Heureusement ça se termine bien et même si on ne le montre pas vraiment on peut se douter qu'après cet échec les parents seront plus enclins à avoir de la considération pour l'imaginaire de leur fille. Ils ne sont pas obligés de jouer le jeu, juste accepter que ça existe et surtout comprendre que ce n'est pas forcement un problème.

Rien de bien révolutionnaire, mais ça ne manque pas de sens.

Dernière modification par McRaktajino (12-03-2019 17:17:34)

Hors ligne

Pied de page des forums