ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 06-03-2018 18:10:36

scorpius
Nowhere Man

X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

Un topic afin de parler du futur X-Men : Dark Phoenix (mais aussi de toute la saga mutante). Peut être le film que j'attends le plus cette année, parce que j'adore la saga, que l'intrigue du Phénix Noir mérite enfin une adaptation digne de ce nom et qu'avec un probable reboot des mutants au sein du MCU d'ici quelques années, la saga est à mes yeux plus précieuse que jamais dans le paysage super-héroique cinématographique.

Mine de rien, la mutation est un sujet SF qui avant la sortie de X-Men en 2000 restait relativement vierge sur grand écran. Un sujet qui tient pourtant une place importante au sein de la SF littéraire. Voici d'ailleurs ce qu'en disait Robert Silverberg (auteur - aux cotés de sa femme Karen Haber - de la saison des mutants).

"Le mutant - ce visiteur inconnu, ce mystérieux étranger, cet autre nous qui cache sa différence - est l'une des grandes figures mythiques de la science-fiction. Si celle-ci est, comme je le crois, une littérature du changement, une exploration des infinis possibles, alors le mutant en est la quintessence active, qui nous confronte d'on ne peut plus près avec ce territoire de l'altérité, au coeur même du protoplasme de la cellule humaine.

En science-fiction, le mutant est la métaphore de l'étranger, de l'être solitaire, de la super-créature rejetée par la socièté. Le thème de la mutation constitue d'ailleurs l'un des outils les plus efficaces mis à la disposition de la science-fiction pour étudier la nature de l'homme et de la socièté, les relations entre les êtres, et le destin ultime qui attend notre espèce."

Voilà qui résume parfaitement la portée thématique centrale de la saga. Une saga, qui néanmoins a su évoluer et aborder bien d'autres sujets SF et univers cinématographiques. La saga X-men est ainsi devenue une uchronie explorant les grands traumatismes de l'histoire américaine et mondiale. On peut évidemment citer l'holocaust via le personnage de Magneto, les bombardements d'Hiroshima & Nagasaki dans "The Wolverine", la guerre froide/la crise des missiles dans First Class, l'assassinat de JFK (révélation bouleversante à la clé) dans DOFP. On est pas si loin de la richesse du Watchmen d'Alan Moore à ce niveau et c'est assez remarquable.

D'autant que le spectre thématique et narratif de la saga ne s'arrête pas là. X-Men : Apocalypse est une vraie démystification religieuse assez couillue dans le cadre d'un tel blockbuster et la saga aura également brillamment abordée le voyage dans le temps et la dystopie post-apocalyptique. Elle aura également touchée au cinéma asiatique, ou encore au western (avec plus ou moins de bonheur, je dois le reconnaitre).

Bien entendu, la franchise n'est pas parfaite et elle a ses défauts. Au sein de la communauté des fans de comics elle est en général particulièrement critiquée pour son soit-disant manque de fidèlité, pour le traitement de ses personnages secondaires et pour sa continuité parfois hasardeuse.
Des défauts à mon sens mineurs, surtout au vu des vraies qualités de la saga...

Pour finir quelques images de Dark Phoenix, qui promettent une oeuvre au minimum bien plus ambitieuse et intéressante que le médiocre "The Last Stand".(Ou pour rappel, le Phénix Noir fut réduit au rang d'une nympho' un peu barjot et légérement zombifiée qui détruit un terrain vague sad )

La "naissance" du Dark Phoenix :

Spoiler

e2np8apwqk201.jpg

Un Dark Phoenix enfin digne de son statut de déesse cosmique :

Spoiler

s3nbpygllj201.jpg

La saga :

2000 : X-Men de Bryan Singer
2003 : X2 : X-Men United de Bryan Singer
2006 : X-Men : The Last Stand de Brett Ratner
2009 : X-Men : Origins, Wolverine de Gavin Hood
2011 : X-Men : First Class de Matthew Vaughn
2013 : The Wolverine de James Mangold
2014 : X-Men : Days of Future Past de Bryan Singer
2016 : Deadpool de Matt Miller
2016 : X-Men : Apocalypse de Bryan Singer
2017 : Logan de James Mangold
2018 : Deadpool 2 de David Leitch
2019 : X-Men : Dark Phoenix de Simon Kinberg
2020 : The New Mutants de Josh Boone

Dernière modification par scorpius (06-06-2019 09:47:37)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#2 06-03-2018 19:41:39

matou
modérateur

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

Moi c’est le film que je redoute le plus.
J’adore l’arc de Byrne et Claremont sur le phénix et phénix noir, ainsi que Rachel, Madeleine Prior, Christopher (et son futur).
Mais Kinberg, j’ai de gros doutes.

Cette adaptation mériterait un réalisateur pouvant mettre une dimension âpre, pulp, anti Gadian of The Galaxy, tragique et forte.
Et non un scénariste devenant réalisateur après avoir écrit le trop médiocre Appcalypse.
Depuis Fort Class chaque film est moins bon que le précédent et Kinberg a été de plus en plus à la manœuvre...

Alors qui à la place ?
Justin Lin, pourquoi pas.
Brad Bird.
Alfonso Cuaron

Hors ligne

#3 06-03-2018 19:50:56

dl500
TOS Forever

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

Justin Lin va être très pris.
Il signe les 2 prochains opus de la franchise Fast and Furious. wink


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#4 15-03-2018 16:28:59

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

matou a écrit :

Moi c’est le film que je redoute le plus.
J’adore l’arc de Byrne et Claremont sur le phénix et phénix noir, ainsi que Rachel, Madeleine Prior, Christopher (et son futur).
Mais Kinberg, j’ai de gros doutes.

Pareil que Matou .. X Men Dark Phoenix est le film que je redoute le plus. D'abord j'ai beaucoup d'attente à ce sujet. J'ai toujours adoré la trame phénix noir.
Tu peux manquer un premier rendez vous , pas le deuxième.
Secundo :
Le choix de Simon Kinberg à la réalisation , la direction qu'emprunte une franchise qui commence à arriver à bout de souffle : 18 ans après le premier X Men , ce qui fut une révolution en 2000, ne l'est plus aujourd'hui ( et encore un film de super héros ! roll )

La patte Bryan Singer sur la franchise commence à s’essouffler à mes yeux .. DOTFP l'avait transcendé pour atteindre une véritable vision d'ensemble  & le moins réussi, mais tout aussi estimable Apocalyspe en avait montrer les limites.. Quand à Logan , c'est carrément un chant crépusculaire à deux doigt d'être le Unforgiven du genre.

Là ou j'en suis avec cette odyssée cinématographique, Je préfère suivre la direction adulte et naturaliste d'un James Mangold , plutôt que de rester coincé sur les terres d'un Bryan Singer, devenu hélas bien trop familière avec le temps. J'ai donc peur que niveau sécurité, pour une première réalisation, Kinberg suive les traces de Singer.

Mais soyons optimiste..Ce film est le premier volet d'une nouvelle trilogie.. On ne pourra jamais faire pire que The Last Stand pour le Dark Phoenix.. & puis savourons le temps présent.. Un X Men libre avant qu'il perde sa singularité et  aille rejoindre cette bouillabaisse qu'est devenu le Marvel cinématic Universe , rachat de la Fox oblige. sad

PS: Deadpool , c'est un gag..


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#5 01-03-2019 02:19:44

scorpius
Nowhere Man

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

Nouveau trailer :

https://vimeo.com/320558530

Ma foi, ça a l'air sympathique.

Bon, ce ne sera probablement jamais aussi dérangeant et malsain que dans le comic-book (tout ce qui touche à Jean/Mastermind aucune chance de voir ça à l'écran) mais je trouve l'approche de Kinberg intéressante dans la mesure ou il semble vouloir réinterpréter certains éléments d'X-Men 3, mais sous un autre angle. Déjà, Jean sera visiblement au centre du récit, mais surtout elle aura un point de vue, au contraire du Ratner elle ne sera pas qu'un McGuffin (enfin j'espère). 

Sachant que "DOFP" a effacé X-Men 3 de la continuité, mais qu'on y parlait du temps comme d'une rivière qui cherche à corriger son courant, ça pourrait faire sens d'avoir des séquences qui renvoient au film de Ratner, mais avec des ajustements plus ou moins importants. C'est une perspective intrigante, je trouve.

Puis visuellement ça a l'air prometteur. La séquence du sauvetage des astronautes fait déjà très envie, il y a des plans très classes (Jean qui depuis l'espace chute vers la Terre, c'est beau comme du Superman Returns). A priori, sur la forme, ça ne devrait pas trop rougir de la compaison vis à vis des oeuvres de Vaughn & Singer, c'est cool.

Dernière modification par scorpius (01-03-2019 09:12:12)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#6 06-06-2019 09:34:48

scorpius
Nowhere Man

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

Bon c'était pas la folie ce "Dark Phoenix"...

Le gros point positif est qu'il marque une amélioration assez nette vis à vis de "The Last Stand", mais on partait de tellement loin que ça n'en fait pas pour autant un bon film. Il n'y a rien de honteux et ce n'est pas désagréable à suivre, mais ça a clairement le cul coincé entre 2 chaises. Kinberg tente un peu maladroitement de concillier en seul film les différents aspects de l'arc (l'aventure à portée cosmique et celle plus intimiste et psychologiquement très violente) mais ne rend justice ni à l'un, ni à l'autre.

Ainsi l'aspect cosmique se limite à Jean qui se retrouve possédée par une entité cosmique qui lui fait perdre le contrôle de ses émotions/de ses pouvoirs, tandis que des aliens infiltrés sur Terre veulent l'exploiter. Alors que l'aspect psychologique se limite à la résurgence d'un trauma lié à l'enfance de Jean et à une forme de rebellion vis à vis de la figure paternelle.Comme dit plus haut, ça n'a rien d'honteux, par exemple la mission spatiale est un très bon moment (les sfx sont excellents, il y a de la tension, voir les X-Men utiliser leurs pouvoirs dans ce contexte c'est cool) mais ça manque cruellement d'ampleur. Jamais Jean/le Phoenix n'apparait comme une véritable déesse cosmique, l'excellent design dévoilé l'année dernière est totalement absent du film (un résultat des reshoots, j'imagine) au point que Jean qui déchaine ses pouvoirs lors du climax d'X-Men : Apocalypse c'était bien plus puissant en terme d'iconisme et de force d'évocation, que tout ce que peut proposer Kinberg ici... Le fait que la menace soit assez décevante n'aide pas non plus. Chastain par sa seule présence dégage vraiment quelque chose de "autre" et d'alien et elle est parfaitement menaçante, c'est très cool, mais fondamentalement son personnage reste un méchant vaguement générique.

Quand à l'aspect psychologique, sans surprise, on est très loin de ce que pouvait proposer le comics avec Mastermind. C'est très appréciable qu'au contraire de "The Last Stand" Jean reste l'enjeu central de bout en bout et au moins on comprend ce qui la motive, le pourquoi du comment, mais ça manque d'intensité et de compléxité. Rien à dire au niveau des acteurs, Sophie est très bien, mais qu'une histoire aussi épique se centre autours d'une espèce de crise d'adolescence, c'est tout de même décevant. L'aspect le plus intéressant potentiellement (la responsabilité de Jean dans la mort de sa mère) n'est étrangement que survolé...
Quand à la responsabilité de Charles, ce n'est pas inintéressant, c'est agréable que le film traite son "coté obscur" et le mette face à son égo, mais ce n'est pas forcément très cohérent en terme de continuité.

On sent que Kinberg veut réexploiter cet élément de "The Last Stand" à savoir Charles qui a manipulé Jean dans le but de la protéger et le fait que le film "remake" des éléments du Ratner ça ne me dérange pas, je trouve ça assez cool et sur le principe cohérent avec l'idée que DOFP a créé une nouvelle réalité ou certains événements sont amenés à se reproduire mais sous une forme un peu différente (là par exemple, la chronologie est bousculée). Reste que pour Charles, DOFP le mettait déjà face à cette tendance à contrôler ses proches, quitte à leur faire du mal involontairement. Tout l'enjeu du climax de DOFP c'était Charles qui en vient à accepter que sa soeur est à même de choisir sa propre voix. Alors certes dans ce "Dark Phoenix" Jean est une petite fille de 8 ans, mais de part sa rencontre avec Logan il a eu un apperçu d'un futur ou Jean part en vrille, qu'il fasse la même erreur, c'est assez décevant et ça sonne plus comme une ficelle narrative facile qu'autre chose.

Autre point décevant, le visuel. C'est très générique, ça ne prend aucun risque, on sent que Kinberg est absolument terrifié par la couleur et du coup ben c'est assez monotone. Il y a de beaux moments (la mission spatiale encore une fois, Charles dans le Cerebro qui explore la psychée de Jean) mais ils sont assez rares. Et l'utilisation des 90's est totalement inexistante, c'est pire que Captain Marvel ! Et c'est extrêmement déprimant, tant l'utilisation des 60's, 70's et 80's était essentielle au charme fou des 3 films précédents. Aussi que ce soit "First Class", "Days of Future Past" et "Apocalypse" chacun de ces films a réussi à exploiter sa période temporelle afin de créer une uchronie qui contribue à la richesse et la texture de cette saga. Une chose que Kinberg ignore totalement. Le fait que les X-Men soient devenus des icones populaires c'est très sympa et les 90's aurait pu servir à alimenter cela, mais ce n'est pas du tout le cas.

Par contre, Kinberg réussi à mettre en valeur les pouvoirs des mutants, ainsi que le travail d'équipe. Le long climax est donc très réussi, malgré des réserves sur la forme indéniable. En terme de mise en scène pure, ça manque cruellement d'iconisme. De ces moments façon "double page d'un comics", mais chaque X-Men a droit à son petit moment ou il déchaine ses pouvoirs (Nightcrawler en mode berserker, c'était particulièrement réjouissant) enfin presque chaque X-Men. Quicksilver étant rapidement évacué du film au cours de la première heure.

Les X-Men existent avant tout dans l'action, en dehors de Charles, Jean et Hank, aucun n'est véritablement développé (Scott sa fonction se limite à être le petit ami de Jean, par exemple). C'est une habitude pour la saga, mais là sachant que le film dure moins de 2 heures, je comprends pas trop que le film ne se pose pas un peu pour les explorer. Raven a droit à quelques moments sympas, mais aussi le plus cheesy de toute la saga (quand elle explique que les X-Men devraient s'appeler les X-Women, je me suis facepalmé). Magneto a droit à un beau dialogue introspectif et c'est super de le voir enfin dans ce rôle de leader d'une communauté mutante, mais son intégration dans le récit m'a tout de même paru un peu forcée. Fassbender est toujours aussi ultime et je me plains pas plus que ça que de le revoir, mais au bout de 4 films il est vraiment devenu un gimmick.

Toujours sur le manque d'ampleur, le film fait très étriqué en raison de la pauvreté de ses environnements. Les précédents avaient une dimension internationale, c'était exotique, on voyagait aux quatre coins du globe (la Russie, Cuba, la Chine, le Vietnam, la France, l'Afrique). Rien de tout ça ici, ça se limite aux USA sans qu'aucun environnement n'est une portée historique particulière (au contraire de la Maison Blanche dans DOFP, ou des Pyramides dans Apocalypse). Là-aussi c'est générique au possible...

La bande originale est une catastrophe absolue ! Aucun des thèmes historiques/iconiques de Michael Kamen, John Ottman, John Powell ou  Henry Jackman n'est repris. C'est franchement irrespectueux ! A la place on a une bouillie Zimmerienne dans tout ce que le compositeur peut proposer de plus caricatural. Musicalement on se croirait dans un film de Nolan, c'est terrifiant !

Dommage que la saga se termine sur une note aussi timide, d'autant que niveau continuité ça ne raccroche pas tout à fait les wagons avec le réveil de Logan dans le futur utopique de DOFP. Froncièrement pas d'incohérence à proprement parler, mais il manquera clairement un épisode pour boucler la boucle. C'est con et frustrant.


5/10

Dernière modification par scorpius (06-06-2019 12:39:04)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#7 06-06-2019 12:26:15

matou
modérateur

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

Pour moi, enlever le côté cosmique, c’est ratatiner complètement l’arc.
Bonne idée que cette entité cosmique. Mais alors que cela soit le centre de l’intrigue, où les X-Men vont bien au delà de la planète terre.
Que là en gros, on ne sait pas quoi faire comme antagoniste vu qu’on a déjà trop monté les enjeux sur terre. Alors on amène des extra terrestres...

Le gros défaut de ce film est donc de trop copier Captain Marvel. C’est fou. Avoir autant de possibilités, et en arriver à copier un autre film...tourné après !

Hors ligne

#8 06-06-2019 12:47:34

dl500
TOS Forever

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

Donc si j'ai bien compris, les X men version Fox c'est fini?

La saga va être rebootée version Disney  (comme pour Spider-Man?) ou vont-ils reprendre les acteurs et personnages pour les intégrer au MCU?


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#9 06-06-2019 13:03:43

scorpius
Nowhere Man

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

A l'échellle de la franchise mutante, ce n'est pas encore tout à fait finit. Il nous reste à découvrir l'année prochaine le spin-off "The New Mutants" (mais comme ça fait presque 2 ans qu'il doit sortir ce film ce n'est pas une certitude). En revanche, les X-Men à proprement parler, oui c'est la fin.

Disney va effectivement rebooter, possible que ce soit toujours distribué par la Fox, mais les X-Men vont intégrer le MCU. Probablement à l'horizon 2023/2024. Il y aura un recast, le fait qu'au box office "Dark Phoenix" soit déjà un échec ne laisse aucun doute sur la question. L'introduction d'un multivers dans le MCU pouvait laisser un espoir de revoir les acteurs, mais ça me parait très compromis.

Avant les X-Men, Disney va rebooter les Fantastic Four au sein du MCU. Au dernières nouvelles c'est prévu pour 2022.


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#10 06-06-2019 13:17:08

mypreciousnico
_________

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

À ce stade on se sais pas encore vraiment le sort qui sera réservé aux mutant par le MCU.
Un reboot total est cependant quasi certain. S'il avait été question d'introduire les X-Men version Fox dans le MCU il y aurait probablement eu de reshoots encore plus conséquents sur Dark Phoenix pour le faire dans ce film (moyennant, j'imagine, un joli bazar incompréhensible pour le public et un surcout pharamineux).

Je dois dire que je suis favorable (une fois n'est pas coutume) à un reboot total pour une intro dans le MCU. Déjà parce que les mutants de la Fox ce sont les mutants de la Fox, j'aime assez l'idée que cet univers se termine et soit auto-contenu, d'autre part parce que ce serait un bordel sans nom de ne pas rebooter.

Quand à savoir ce que ça donnera sous la houlette de Disney, dur à dire. J'espère quelques chose de différent. Il est possible que le "problème mutant" soit au cœur de la nouvelle saga du MCU qui va démarrer après Spider-Man: Far From Home (par le film sur Black Widow à priori).

Hors ligne

#11 06-06-2019 22:51:22

matou
modérateur

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

Allez on joue au jeu du recast.
Qui voyez vous pour jouer qui?

Hors ligne

#12 07-06-2019 08:36:00

Oberon
Section 31

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

Le problème est dans la question, matou.
Puis-je envisager un autre acteur que Hugh Jackman pour incarner Wolverine? Personnellement ça m'est impossible, tant l'interprétation est devenu iconique et que, ce faisant, Hugh s'est complètement approprié le personnage.
Pour moi la franchise est coincée: d'un côté l'obligation de rebooter et de faire table rase du cycle précédent, et d'un autre le mur d'un recast intégral.
La seule façon de dépasser ce paradigme serait de confier le reboot à un réalisateur fort d'une vision et lui laisser la mettre en place. Et nous savons tous à quel point c'est improbable venant de Disney...
Mais plus fondamentalement, aucune franchise n'est éternelle, surtout lorsqu'elle est plombée par les mêmes tropismes pendant près de 20 ans (Magnéto a toujours été décevant, Xavier tourne en rond depuis First Class, Mystic est le couteau suisse du scénario, Phoenix n'a d'envergure que lorsqu'elle est teasé, etc...).
En plus, après les choix de casting de la postlogie, je doute qu'on puisse anticiper le recast du X-Men à la Disney, hormis sur un point: il nous fera regretter l'ancien.
Mais bon, si l'on doit parier sur un casting de l'horreur, je vois bien Daisy Ridley reprendre Jean, Kit Harrington pour Wolverine, et Adam Driver en Magnéto. Ne riez pas: Disney est serait capable...


"No beast so fierce but know some touch of pity. But i know none, and therefore am no beast."
Richard 3

Hors ligne

#13 07-06-2019 09:50:03

mypreciousnico
_________

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

Autant je suis de moins en moins fan du MCU (1 bon film pour 5 à 10 bouses interchangeables), autant je trouve que Disney se gave sur un point essentiel : le casting. Très honnêtement, à part Scarjo en Black Widow, je trouve que le casting des films du MCU est excellent. Je suis donc assez confiant.
J'aimerais beaucoup un Wolverine plus proche des comics, à savoir un mec tout petit, hyper trapu, poilu et pas beau au sens Grec du terme, quitte à le faire en CGI (voir les Orcs ou les nains dans le film Warcraft). C’est très douteux, parce que dans ce genre de film on caste plutôt des beaux gosses, mais ça serait intéressant, car très différent.

Évidement, j'ai adoré la prestation de Jackman, mais cette prestation est liée aux X-Men version Fox. Il faut recaster et partir vers autre chose. Il est certain que s'ils prennent un autre acteur grand, élancé et bodybuildé, la comparaison sera inévitable. Il avait été question de Tom Hardy après First Class. Pourquoi pas, l'acteur sais se transformer : il était trapu et animal en Bane ou en Bronson. Mais il reste trop beau pour le rôle.

Quant au reste du casting, franchement, à quelques exception près c'était pas terrible : Xavier était excellent, Magneto aussi, mais alors Jean Grey c'était catastrophique et ne parlons pas de Cyclope !

Hors ligne

#14 07-06-2019 11:40:29

scorpius
Nowhere Man

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

A noter que la génialissime série Legion (qui se situe dans sa propre continuité) va pour sa troisième et dernière saison recaster Xavier avec l'excellent Harry Lloyd.

Pour ce qui est du recast version MCU je me fais pas trop de souci. Tom Holland en Spider-Man c'était une surprise totale, il y avait pas mal de scepticisme lorsqu'il fut annoncé. C'était certainement mon cas, d'autant que pour moi Andrew Gardfield était l'incarnation définitive du personnage, mais au final il m'a totalement conquis. Il en sera de même pour Wolverine & co. Et comme avec Holland, à l'annonce du casting on sera sans aucun doute très surpris. Du coup je serais bien incapable de faire la moindre prédiction... A part peut être Xavier. Si Feige part sur l'idée de X-Men adolescents et d'un Xavier qui aurait aux alentours des 40 ans, je verrais bien Matt Smith en Charles (mais bon, Matt, je le fan-cast partout mdr )

Dernière modification par scorpius (07-06-2019 11:50:08)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#15 07-06-2019 11:54:22

mypreciousnico
_________

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

Oui voilà, bon exemple, Spider-Man : Homecoming est un très mauvais film, mais Tom Holland en Spidey ça le fait bien, c’est un excellent choix de casting smile

Top interprètes Spidey :

1 - Andrew Gardfield
2 - Tom Holland
3 - Tobey Maguire

Hors ligne

#16 07-06-2019 12:25:17

matou
modérateur

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

Si c’est pour prendre des quadra, le cast actuel suffit. A voir pour son prix. Mais Disney risque de vouloir faire une rupture.
Donc en mode quadra et quinqua, pour Magneto, il y en en version quinqua Neal McDonoug ou Tom Cavanagh. En version quadra, Tom Ellis.
Pour Xavier, le meilleur acteur chauve dans la tranche d’age c’est actuellement Mark Strong. En plus jeune, à voir les Matt Smith, Martin Sheen.
Pour Wolverine, c’est simple: Scott Adskins.

Hors ligne

#17 07-06-2019 12:27:43

matou
modérateur

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

mypreciousnico a écrit :

Oui voilà, bon exemple, Spider-Man : Homecoming est un très mauvais film, mais Tom Holland en Spidey ça le fait bien, c’est un excellent choix de casting smile

Top interprètes Spidey :

1 - Andrew Gardfield
2 - Tom Holland
3 - Tobey Maguire

Tu vas avoir des ennuis tant Scorpius est un fan absolu de Maguire, indépassable interprète de Spidey pour lui. Le Jack Nicholson de Spidey.

Hors ligne

#18 07-06-2019 12:32:31

mypreciousnico
_________

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

matou a écrit :

Pour Xavier, le meilleur acteur chauve dans la tranche d’age (...)

Il peuvent aussi prendre un mec pas chauve à la base. Ceci dit j'adore Marc Strong (quel formidable Sinestro !)

matou a écrit :

Pour Wolverine, c’est simple: Scott Adskins.

On est super proche d'un Jackman au niveau stature. Je ne l'ai jamais vu briller particulièrement. À ce compte là, autant caster Franck Grillo, bien meilleur je trouve (un peu vieux peut-être)

matou a écrit :

Tu vas avoir des ennuis tant Scorpius est un fan absolu de Maguire, indépassable interprète de Spidey pour lui. Le Jack Nicholson de Spidey.

Je crois même que c'est son acteur préféré mdr

Hors ligne

#19 07-06-2019 13:16:57

mypreciousnico
_________

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

Hors ligne

#20 07-06-2019 13:24:37

scorpius
Nowhere Man

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

On peut avoir un Xavier chevelu, comme ce fut le cas de McAvoy et comme ce sera - visiblement - le cas de Lloyd. J'aime beaucoup Marc Strong, mais j'ai du mal à le visualiser en Xavier. Pour Wolverine, Jon Bernthal aurait été un très bon choix je trouve. Mais comme il est déjà le Punisher, ça se fera pas.


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#21 07-06-2019 13:26:19

scorpius
Nowhere Man

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

mypreciousnico a écrit :
matou a écrit :

Tu vas avoir des ennuis tant Scorpius est un fan absolu de Maguire, indépassable interprète de Spidey pour lui. Le Jack Nicholson de Spidey.

Je crois même que c'est son acteur préféré mdr

Z'êtes cons mdr


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#22 07-06-2019 17:37:55

mypreciousnico
_________

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

Je viens de penser à un truc improbable mais qui pourrais presque fonctionner : Vin Diesel en Wolverine mdr
Sérieusement, il est tout petit, pas spécialement mauvais acteur, trapu et musclé : tu lui greffe des cheveux et une pilosité je suis persuadé que ça pourrait le faire. Certes il est déjà la "voix" de Groot, mais bon...

Hors ligne

#23 07-06-2019 17:47:34

scorpius
Nowhere Man

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

C'est une idée intéressante, improbable effectivement, mais intéressante. Gros problème, il a plus de 50 ans déjà. Il est bien conservé, mais d'ici la sortie du film il aurait 55 ans (c'est chaud quand même).


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

#24 07-06-2019 17:53:39

mypreciousnico
_________

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

Il a 50 piges Vin Diesel yikes
Bon alors on oublie The Rock en Cyclope c’est ça ? mdr

Effectivement c’est mort. Il faut un acteur relativement jeune (30 ans max je dirais) pour tenir le rôle quelques années.
Ceci dit, comme je l'évoquais plus haut, je pense que Wolverine serait à réaliser en CGI (en Performance Capture bien entendu, pour avoir une vraie interprétation d'acteur derrière). Le physique du personnage d'origine est tellement improbable. Ça serait tellement plus puissant en CGI. Surtout pour un personnage qui ne vieillis pas.

Hors ligne

#25 07-06-2019 19:03:33

Prelogic
Legaliste

Re : X-Men : Dark Phoenix et l'odysée cinématographique des mutants.

J’aime beaucoup ce qui a été fait sur la saga X-MEN, même si le résultat est inégal à mes yeux. Comme je l’ai dit sur le topic Amazing, X-Men au cinéma a été l’une de mes premières expériences de l’univers Marvel. A l’époque, le film de Brian Singer avait fait l’objet d’un teasing maitrisé, de telle sorte que le mystère planait pas mal sur le choix de casting, en mode who’s who :

653934-b.jpg

Deux éléments du 1er film m’ont marqué, et m’ont fait prendre conscience que la culture populaire pouvait aussi s’emparer de sujets historiques / dramatiques pour mieux les transposer dans notre univers immédiat : la scène d’intro avec le jeune Xavier séparé de ses parents à Auschwitz, et le drame adolescent vécu par Anna Paquin (que j’ai vraiment vécu comme un moment injuste et traumatisant sur le moment et qui m’apparaît aujourd’hui comme une métaphore de l’homosexualité et son acceptation contrariée dans la cellule familiale).

Les choses ont peut-être commencé à se gâter avec le film de Brett Ratner, qui louchait déjà vers le produit patriotique formaté. Mais le film reste très correct et prolonge le travail de Singer, à tel point que j’y vois toujours aujourd’hui un procès d’intention de la part du public. Singer n’est peut-être plus là mais son héritage lui survit encore – je pense notamment à cette scène magnifiquement tragique où Angel cherche à se mutiler pour ne pas décevoir son Père (encore une métaphore sur l’homosexualité). Bien sur, il y a des les propos récents d'Ellen Page contre Brett Ratner qui viennent entacher le souvenir de ce film, mais le résultat est là.

Pour le reste, la trilogie Wolverine a ses hauts et ses bas. Je préfère à la limite le travail de James Mangold que celui de Gavin Hood. Je n’ai pas encore vu Logan et je ne suis pas pressé. On nous a vendu ce film comme un authentique « Mad-Max » qui suinte le gasoil, mais est-ce vraiment le cas ou s’agit-il davantage d’un slogan ?

Je ne suis pas non plus hyper-fan de la trilogie « first class » même si je lui reconnais un travail d’écriture soigné pour nous proposer de nouveaux enjeux tout en cherchant à raccorder les morceaux avec les autres films. Je trouve Michael Fassbender bien fade les 3/4 du temps, ce qui est dommage étant donné que sa quête ne manque pas d’intérêt par endroit (la recherche des nazis planqués en Argentine, etc..).

Je compte me libérer du temps pour aller voir ce fameux Dark Phoenix, mais j’ai peur d’en arriver à la même conclusion que certains d’entre-vous : l’impression qu’on cherche à nous revendre The Last Stand en mode low-cost, avec un film-produit manquant encore une fois de personnalité. On verra bien.

Mais si un personnage devait retenir mon attention dans le X-Menverse, ce serait bien celui de Rogue et du duo qu’elle forme avec Wolverine. L’interprétation d’Anna Paquin cristallise à elle seule toute la tragédie des X-Men, qui peuvent se vivre comme des privilégiés autant que comme des pestiférés. Je rejoins également Oberon sur le cas Hugh Jackman : ca va être extrêmement difficile de lui trouver un remplaçant, tant l'acteur s'est approprié le rôle et s'est tapé des seaux de protéines pendant des années. Je ne suis pas sur d'avoir envie de voir le résultat avec un Wolverine en Motion Capture par contre mdrno

Dernière modification par Prelogic (07-06-2019 19:07:54)


Sans_titre_3.png
« En général, je ne réfléchis pas en termes d’hommage. Quand tu démarres un projet, tu essayes d’imaginer quelque chose de différent, tu ne tentes pas de reproduire le passé » - Phil Tippett.
« La contre-culture ne viendra pas d’une institution d’État, ni d’une major hollywoodienne. Elle n'appartient à personne. » - Rafik Djoumi.

Hors ligne

Pied de page des forums