ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#76 18-05-2018 15:26:44

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Solo: A Star Wars Story

Les critiques presse de Solo ne sont pas tendre du tout.

J'ai même lu "nanar intergalactique". J'aime bien les nanars, mais je ne pense pas qu'il pourra faire mieux que le film où l'ami Mario est un robot de combat ultra moderne :
1526649675-solomario.jpg
Film très moyen dans le genre, je déconseille aux néophytes.




Terminé la rigolade et les petits spin-off apéritifs, il est temps que Disney passe aux choses sérieuses : décanoniser la Prélogie pour refaire des épisodes qui ont pour autre vocation que de détruire l'enfance de pauvres fans sans défense !

Hors ligne

#77 18-05-2018 19:00:59

Haeresis
membre

Re : Solo: A Star Wars Story

J'espère que c'est une blague, Raktajino.

Tu aimes peut-être le simplisme et les trucs qui volent pas haut, mais il y en a des gens, comme moi, qui aiment la prélogie, beaucoup même. Et ce ne sont pas les prétendus "vrais fans" (OT-only) qui changeront cela.

Puis bon, si c'est pour mettre à la place, des films comme le VII et le VIII, avec zéro créativité et des personnages, insipides et, surpuissant sans raison pour certains, non merci. Ces trucs sont loin, très de loin de faire ne serait-ce que de l'ombre à la Prélogie.

Dernière modification par Haeresis (18-05-2018 21:00:13)


We’ll take the next chance, and the next, until we win or the chances are spent.  Jyn Erso

Hors ligne

#78 23-05-2018 14:42:35

Prelogic
Legaliste

Re : Solo: A Star Wars Story

mbuna a écrit :

L'émancipation, quelque part, c'est la trahison.

Dans le cas de Star Wars, peut-être que la véritable trahison est nécessaire pour permettre à de nouveaux auteurs de donner leur point de vue sur cet univers. Par "véritable trahison", j'entends de nouveaux films dans une partie inexplorée de la chronologie (du moins par les films), avec de nouveaux personnages, de nouveaux enjeux, de nouvelles planètes et de nouveaux concepts artistiques. Si on ne peut pas reproduire la pensée de George Lucas, on peut au moins lui rendre hommage en se libérant des contraintes inhérentes au système. De cette manière, on donne au public matière à une véritable comparaison utile et productive, au lieu de flatter continuellement l'opinion avec des films fades et sans importance, qui font du bien sur le coup comme on tire sur une clope.

Au petit jeu de la trahison, Walt-Disney & Lucasfilm ont fait le choix très hypocrite de ne pas choisir, c'est ce qui ressort du moins de la communication officielle. Quand on y regarde de plus près, on constate en effet qu'il y a eu à la fois trahison et obsession du conformisme. La troisième trilogie se fait ainsi sans George Lucas (qui disposait pourtant d'un rôle de consultant à l'origine, avant d'être gentiment raccompagné vers la sortie) mais avec une orientation soft-reboot particulièrement sournoise, tandis que les spin-off ont pour objectif déclaré d'explorer de nouvelles pistes, tout en gardant constamment à l'idée cette volonté de consolidation de la masse autour de concepts connus et rabachés. Dans tous les cas, ce qui ressort des productions Star Wars les plus récentes, c'est cette volonté de ne jamais sortir des sentiers battus, de ne rien proposer qui puisse fâcher les puristes de la trilogie classique, et de neutraliser toute forme de contestation avec des discours promotionnels aux limites de l'infantile ("Tout est merveilleux, This is amazing !").

Je pense que la véritable intelligence se situe dans le fait de faire des choix, et de les assumer. Quand on n'assume rien et qu'on se défausse toujours sur ceux qu'on a réduit au silence (Depuis combien de temps n'a-t-on pas entendu Lucas s'exprimer ouvertement ?), il est normal d'observer un retour de bâton, même minime. En parlant de retour de bâton, je suis surpris de voir à quel point nos violons s'accordent avec ceux de certaines critiques qui estiment que Solo est un film certes sympathique, mais oubliable. Voilà donc où nous en sommes aujourd'hui : tout cet argent dépensé par Walt-Disney pour faire de la promo-vintage pour des films "seulement" sympathiques. Même Lucas aurait pu le faire, mais il aurait sans doute eu plus d'inspiration.

****

Plusieurs nouvelles critiques & analyses :

BFMTV >> Solo : la franchise Star Wars est-elle trop essorée ?
"Disney est en train d’un peu trop presser le citron et de faire en sorte d'avoir des rendements immédiats. A trop vouloir en faire, ils vont tarir l’intérêt des gens. On n’a plus le temps d’avoir envie de l’objet qu’il est déjà entre nos mains".
20 minutes >> Le nouveau spin-off « Solo : A Star Wars Story » divise les fans avant-même sa sortie
"Depuis que Georges Lucas a cédé la franchise Star Wars à Disney, la délicieuse et insupportable attente qui s’écoulait entre chaque épisode a laissé place à une succession de films dont la qualité n’est pas toujours à la hauteur des attentes."
Slate >> «Solo: A Star Wars Story», une aile bancale au vaisseau-mère
"Ce n'est pas un film pour les fans. C’est un film qu’on leur lance, comme un os à ronger."
Jeux-vidéo.com >> Solo : A Star Wars Story, l'épisode de trop ?
"Bien que correctement emballé par Howard, Solo : A Star Wars Story reste sans le doute le film de la saga le plus dispensable à ce jour tant il n'apporte rien à la franchise. Constamment rattrapé par son manque d'ambition, son incapacité à nous raconter quelque chose de consistant et son fan service amené n'importe comment, on a bien du mal à croire que derrière ce résultat se cache le scénariste de L'Empire Contre-Attaque."

Dernière modification par Prelogic (23-05-2018 15:54:16)


Sans_titre_3.png
« En général, je ne réfléchis pas en termes d’hommage. Quand tu démarres un projet, tu essayes d’imaginer quelque chose de différent, tu ne tentes pas de reproduire le passé » - Phil Tippett.
« La contre-culture ne viendra pas d’une institution d’État, ni d’une major hollywoodienne. Elle n'appartient à personne. » - Rafik Djoumi.

Hors ligne

#79 23-05-2018 15:56:07

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Solo: A Star Wars Story

Prelogic a écrit :

Voilà donc où nous en sommes aujourd'hui : tout cet argent dépensé par Walt-Disney pour faire de la promo-vintage pour des films "seulement" sympathiques.

En tant que film, ceux de la Prélogie de Lucas ne sont même pas seulement sympathiques. Sans émotion, mal interprété et limite chiant par moment, seuls les très beaux paysages rappellent dans quelle catégorie de film on se trouve.

Faire un film seulement sympathique, c'est déjà du luxe après le Star Wars 100 % Lucas. Si il nous avait fait de bons films (il aurait pu le faire en s’entourant comme il faut), Disney aurait eu l'obligation de placer la barre beaucoup plus haut avec ses spin-off.

Sans parler des 4 milliards. Il faut bien faire de "l'alimentaire" a coup de spin-off pour compenser. Un homme aussi doué pour les affaires que Lucas se doutait bien qu'il aurait fallu passer par là avec une telle somme. Si il se souciait vraiment de la franchise, il n'aurait pas demandé un truc aussi démentiel.

Avec ces spin-off à la rigueur sympathique, on paye l'égo de Lucas et son amour pour le pognon.


Personnellement j'ai trouvé Rogue One médiocre et Solo ne semble pas parti pour figurer dans les annales. Mais vu la grande qualité des films principaux, je vois ça comme quand Luc Besson produit des imbécilités à la Banlieue 13 pour gagner assez d'argent pour faire les films qu'il souhaite.
Des spin-off seulement sympathiques, c'est un moindre mal dans l'après Lucas.

Après je dis ça mais Rogue One je suis allé le voir au cinéma et j'ai le Blu-ray. Et ce week-end j'irai voir Solo au ciné et j'achèterai sûrement le Blu-ray. Comme je l'ai déjà fait avec la Prélogie (j'ai même toujours les VHS du 1 et du 2 et c'est très beau sur mon étagère).

Dernière modification par McRaktajino (23-05-2018 16:08:44)

Hors ligne

#80 23-05-2018 21:27:38

matou
modérateur

Re : Solo: A Star Wars Story

En 2015, j’avais prédis une perte d’image de marque et une rentabilité en baisse de la saga devenue franchise.
Vers 2020 avait je dit.
On est dans mes temps de passage.
Star Wars sortira essoré par la concurrence. Marvel (dédicace à Buck à qui cela ne va pas plaire et il a bien raison), Jurrasik Parc, les animaux fantastiques.

Hors ligne

#81 24-05-2018 10:19:07

Haeresis
membre

Re : Solo: A Star Wars Story

En effet matou.

Mais, malheureusement, nous n'avons que les films que nous méritons. Les journalistes se sont écrasés et ont choisi de promouvoir le discours puritain des OT-only, qui ont refuser de voir la saga évoluer, et Disney a suivi le mouvement sans discuter, ce qui a donné dans cette nouvelle trilogie, deux films, dont le premier n'est qu'une reproduction paresseuse comme pas permis, et a en partie violé l'univers, tandis que le second a procédé à une destruction des codes de la saga, mais sans rien proposer pour une éventuelle reconstruction et de la nouveauté.
De plus, ces deux films sont démonstratifs du fait qu'il n'y a aucun message, aucune vision globale de l'histoire, et que chaque réalisateur ne travaille pas de concert avec l'autre, et fait sa sauce dans son coin. Sans parler de la pauvreté créative, tant au niveau des personnages que des environnements.

Je suis bien plus tolérant et aime Rogue One, parce que j'ai reconnu la galaxie Star Wars, du fait aussi qu'il a intégré des éléments des deux trilogies, et s'est permis de proposer quelques nouveautés, sans que celles-ci ne contredisent les deux autres trilogies. Ce n'est pas le film de l'année, loin de là, mais au moins, ceux qui se sont occupés de ce film comprennent et respectent l'univers de Lucas. Ils ne se sont pas pris pour des petits malins.

Dernière modification par Haeresis (24-05-2018 10:19:18)


We’ll take the next chance, and the next, until we win or the chances are spent.  Jyn Erso

Hors ligne

#82 24-05-2018 11:13:58

Prelogic
Legaliste

Re : Solo: A Star Wars Story

Haeresis a écrit :

Je suis bien plus tolérant et aime Rogue One, parce que j'ai reconnu la galaxie Star Wars, du fait aussi qu'il a intégré des éléments des deux trilogies, et s'est permis de proposer quelques nouveautés, sans que celles-ci ne contredisent les deux autres trilogies. Ce n'est pas le film de l'année, loin de là, mais au moins, ceux qui se sont occupés de ce film comprennent et respectent l'univers de Lucas. Ils ne se sont pas pris pour des petits malins.

Je suis un peu moins tolérant avec Rogue One, en ce qui me concerne... j'ai tendance à être un peu plus méfiant concernant cette notion de "respect" de l’œuvre de Lucas.

Je vois bien les quelques éléments conceptuels des deux trilogies dont nous parlons, mais s'il s'agit juste de montrer un char d'assaut de la République comme vu dans La Revanche des Sith, c'est un peu faible pour dire qu'il y a des passerelles conceptuelles ou des rencontres intellectuelles. Quant au Château de Vador sur Mustafar, deux choses : 1 - la planète n'est pas mentionnée comme telle dans le film (alors que les autres systèmes ont droit à cet éloge), 2 - Ce concept est davantage issu du travail de Ralph McQuarrie à l'époque du Retour du Jedi. Encore une fois, il s'agit-là d'une manière très hypocrite de ne pas trancher, tout en recyclant des concepts inutilisés (comme cela a été fait avec BB8). Cela ne poserait pas de problèmes, à la limite, si derrière on avait droit à une véritable histoire et de vrais enjeux, et pas un prétexte à dérouler du câble vintage. Il y a beaucoup de bonnes idées de mise en scène dans Rogue One (comme dans les autres productions Disney d'ailleurs), mais ces quelques rares bonnes idées sont pour moi noyées par des considérations fétichistes qui sont en réalité le vrai sujet du film, et qui plombent finalement toute tentative de sublimer la cause légitime de Felicity Jones. Finalement, la majeure partie des réactions du public se focalise sur une seule scène : celle avec Vador à la fin du film, qui a été rajoutée au dernier moment pour "faire plaisir". Ça en dit long pour moi sur l'intérêt porté au film et à son amorce d'identité par la production.

Il y a deux idées de mise en scène dans Rogue One que je trouve fascinantes, et qui donnent à voir ce que pourrait être l'univers de Star Wars sans George Lucas, mais avec des idées :

1 - Cette séquence d'intro où l'on voit un robot, seul dans la plaine, livré à lui-même et à des tâches redondantes, qui regarde passer la navette de l'Empire. J'ai trouvé l'idée intéressante. Ce n'est peut-être pas grand chose mais c'est du muet - un genre que Lucas affectionne particulièrement.

2 - Le réveil de Jyn Erso dans une cellule de l'Empire, crade, dans une ambiance véritablement glauque. A côté, une bestiole malade abandonnée à son sort. On n'avait jamais vu ça dans l'univers de Star Wars, et là encore c'est du muet. C'est précisément là que réside de la force de Star Wars, en fin de compte.

Par contre, j'ai beaucoup de mal avec les tentatives d'explicitation qu'on cherche à nous vendre, d'un film à l'autre. Dans Rogue One, il s'agit de nous faire comprendre que la bouche d'aération de l'Etoile Noire (mais en est-ce vraiment une maintenant ?) a été posée là volontairement par un ingénieur renégat - une explication qui s'interpose / relativise grandement le geste inconscient de Luke. On n'avait pas besoin de cette explication avant, on n'en a pas davantage besoin maintenant. Pareil pour Solo, il semblerait que Kasdan se soit amusé à donner une origine inattendue à ce patronyme. Là encore, on se situe dans des considérations inutiles, dans la célébration fétichiste plutôt que dans le questionnement ou la recherche conceptuelle. Solo s'appelle Solo parce que c'est son nom, pas besoin d'une autre explication.

Bref, pour deux ou trois excellentes idées conceptuelles, on a à chaque fois droit à une formidable démonstration de paresse créative. Les quelques nouveautés conceptuelles sont bien timides, comme ce U-WING aplati comme une crêpe - la crypto-navette Tyridium de Kylo Ren possède d'ailleurs le même problème.

Matou a écrit :

Star Wars sortira essoré par la concurrence. Marvel (dédicace à Buck à qui cela ne va pas plaire et il a bien raison), Jurrasik Parc, les animaux fantastiques.

Malheureusement l'image de marque de Star Wars n'est pas inoxydable. Et l'audience étant par essence volatile, il est à craindre un tassement des entrées, voire une certaine lassitude sur le long terme. Le public n'est pas suffisamment idiot (je continue de le croire) pour ne pas faire la différence entre un film qui respecte son audience et un autre qui cherche à lui vendre le même produit en boucle. Personnellement, je n'ai jamais souhaité un tel avenir pour Star Wars, mais s'il faut en passer par là pour que le système plante et que les consciences s'éveillent, alors laissons-faire. De mon côté, j'ai la conscience tranquille, je n'ai pas bougé d'un poil et j'ai suffisamment explicité mon avis sur la question.

Dernière modification par Prelogic (24-05-2018 15:05:43)


Sans_titre_3.png
« En général, je ne réfléchis pas en termes d’hommage. Quand tu démarres un projet, tu essayes d’imaginer quelque chose de différent, tu ne tentes pas de reproduire le passé » - Phil Tippett.
« La contre-culture ne viendra pas d’une institution d’État, ni d’une major hollywoodienne. Elle n'appartient à personne. » - Rafik Djoumi.

Hors ligne

#83 25-05-2018 20:41:24

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Solo: A Star Wars Story

Solo est sympathique en effet.

Il y a des films qui créés un avant et un après, qu'on aime ou qu'on aime pas, Les Derniers Jedi est un bon exemple. Mais pour Solo ce n'est vraiment pas le cas.

Une aventure intergalactique avec son lot de passages cool. Malheureusement aucun n'est vraiment marquant et surtout prenant, sauf le fameux raid de Kessel, le meilleur passage du film.

Ce que j'ai bien aimé, c'est que le film existe pour lui même. Il n'y a pas ce sentiment d'existence dédiée au fan-service comme dans Rogue One. Il y a du fan-service, mais discret et cohérent avec le récit. Comme dans la Postlogie, simplement bien utilisé.
Hormis l'apparition de "personnage iconique random" qui est gratuite et surtout compétemment incohérente à tout point de vue. Mais bon, ça va donner de quoi échanger aux fans d'univers étendu.

L'univers étendu justement. Ce film est clairement pour les gens qui adorent ça, pas moi donc. Je trouve ça assez logique pour un spin-off. Rogue One était tellement le coffre à jouets balancé en pleine gueule des fans de la Trilogie que ça en était presque gênant.
Ici, c'est l'univers qui est balancé sur les fans de Star Wars en général. Un peu en pleine gueule car sa manque de finesse, mais avec quand même la volonté de raconter une vraie histoire avec de vraies personnages.

Dernière modification par McRaktajino (25-05-2018 20:44:27)

Hors ligne

#84 30-05-2018 00:43:03

Haeresis
membre

Re : Solo: A Star Wars Story

Bon, je viens de voir le film, et je me suis bien amusé à vrai dire.

On avait déjà Rogue One, qui proposait son lot d'éléments pour accompagner et enrichir l'univers de Star Wars tout en le faisant ses personnages, Solo suit le même chemin, même si ses références sont moins nombreuses, et plus subtiles pour la plupart. Il y a un caméo très intéressant, mais la, seuls ceux qui ont regardé The Clone Wars et Rebels pourront le comprendre. D'ailleurs, il a y pas mal de références à l'univers étendu, ce qui risque de ne qu'à ceux qui ont tout suivit.

Le film enchaîne les scènes d'action, mais ne prend malheureusement pas beaucoup de temps pour se poser. A part le magistral raid de Kessel, les autres, sympathiques, ne sont pas franchement transcendantes, sauf une, mais parce qu'elle fait, je trouve, une très bonne transition (elle suit directement la scène ou Han s'engage dans l'armée impériale).

Gros bémol, le film s'appelle Solo, mais le personnage, si je trouve que son acteur s'en sort bien, peine à exister. Certes, il est encore jeune et apprend le métier, mais le seul moment "fort" pour le personnage se déroule à la fin on peut dire, et encore. Et entre sa version, et celle des années plus tard il y a encore un gouffre niveau comportement. Si la fin du film peut amener à penser que le changement se produit, on en est malheureusement, au final, réduits à extrapoler. Ce qui est dommage je trouve.

Quand aux autres personnages, Chewie est Chewie, il est là et il existe, contrairement à l'ectoplasme de l'épisode VIII. Woody Harrelson / Tobias Beckett, le mentor du héros, sympathique, et l'acteur fait le boulot, sans plus.
Qi'Ra / Emilia Clarke, campe un personnage ambigu, mais qu'on approfondi pas suffisamment, et on est la aussi, réduits à extrapoler par rapport à la fin du film.
Lando Calrissian / Donald Glover, un bon point, l'acteur s'amuse, et le personnage colle plutôt bien au Lando qu'on connait plus tard.
Par contre son droïde, L3, je me demande encore si il est la pour encenser ou se moquer des social justice warriors. Mais ses élucubrations bruyantes, ça va cinq minutes. Et à vrai dire, perso, je préfère en rire.

Le gros point noir, les décors, c'est pauvre, extrêmement pauvre. Quand au musiques, mis à part une ou deux sympathiques, les autres sont malheureusement des reprises et le reste n'est pas transcendant du tout.

Pourtant, j'ai beaucoup apprécié ce film, à ma surprise, surtout quand j'entends à droite et à gauche qu'il s'en prend plein la gueule. En ce qui me concerne, il ne le mérite clairement pas.
C'est pas un film de fou, mais, c'était du Star Wars, il y a clairement une histoire, et je me suis senti dans l'univers de Star Wars. Et c'est une nouvelle bouffée d'air frais, particulièrement après le très mauvais épisode VIII, coquille vide qui détruit tout, mais ne (re)construit rien.

Pour une note, ce serait.... : 7/10


We’ll take the next chance, and the next, until we win or the chances are spent.  Jyn Erso

Hors ligne

#85 30-05-2018 16:11:28

Synock
Cuitasses les patatas

Re : Solo: A Star Wars Story

Han shot first !

Haeresis a écrit :

Gros bémol, le film s'appelle Solo, mais le personnage, si je trouve que son acteur s'en sort bien, peine à exister. Certes, il est encore jeune et apprend le métier, mais le seul moment "fort" pour le personnage se déroule à la fin on peut dire, et encore. Et entre sa version, et celle des années plus tard il y a encore un gouffre niveau comportement. Si la fin du film peut amener à penser que le changement se produit, on en est malheureusement, au final, réduits à extrapoler. Ce qui est dommage je trouve.

Fin ouverte pour faire une suite je pense.



Franchement j'ai bien aimé. Comme le dit Haeresis, gros problème de photographie, on a rien, un désert et une montagne c'est tout.
Mais tout le reste fonctionne. ça ne casse pas trois pattes à un canard mais ça coule.
Un scénario basique pour placer un contexte et je pense qu'une suite servira à approfondir Solo ?


Star Trek... pour les nuls ! (et par des nuls)

https://www.facebook.com/nulstrek/
http://www.parlonstrek.com/

Hors ligne

#86 30-05-2018 17:22:56

Prelogic
Legaliste

Re : Solo: A Star Wars Story

Le flop concernant Solo s’explique de plusieurs manières :

>> Un film isolé sur le personnage de Solo était-il utile et indispensable ? Je pense que non.
>> Le film est-il la victime collatérale de la mauvaise réception de l’EpVIII ? Je pense que oui.
>> Conclusion : le film mérite-t-il son mauvais résultat financier et ses réactions négatives ? >> Je pense que oui.

1 – La politique commerciale de Walt-Disney commence à refroidir certains fans de Star Wars (dont je fais partie). Je n’ai eu de cesse de pointer du doigt les problèmes d’orientation de l’univers de Star Wars par la firme Disney : trop de préjugés (hypocrites le plus souvent) liés à la technologie, trop de clientélisme trilogiste avec des films « doudous », et pour finir trop peu d’ambition. Cette lassitude ne concerne d’ailleurs plus uniquement les vieux de la veille, mais également les plus jeunes, qui préfèrent l’humour « politiquement incorrect » d’un Deadpool. Parmi les témoignages engrangés par les journalistes, on a Kevin, 15 ans, qui estime que l’univers de Solo est « vieillot et donc moins excitant » - Walt-Disney ne semble pas chercher à le contredire, puisque la cible prioritaire de ses films est davantage celle des 30 / 70 ans. D’un autre côté, la génération des trentenaires et au-delà commence à percevoir la différence de traitement entre les initiatives indépendantes de Lucasfilm, et les « produits formatés » de Disney. On a donc Remi, 35 ans, qui a le sentiment de « voir toujours le même film ». Comme c’est curieux me direz-vous quand on observe les photos de production où Alden Ehrenreich ne fait que singer la posture d’Harrison Ford :

Sans_titre_2.png
*Vous aussi, vous sentez l'air de déjà vu ? Vous ne faites sans doute pas assez d'efforts pour passer outre hein... ko

Conclusion : l’univers de Star Wars est devenu l’antithèse de ce qu’il était autrefois : de phénomène de société révolutionnaire, il est passé à produit de consommation courante. Le phénomène était déjà enclenché avec la prélogie (qui souffrait également d'un business marketing très lourdingue par endroit, il faut bien l'avouer), et s’aggrave aujourd’hui. Et comme tout produit de consommation courante, il y a lassitude et les gens zappent. Ce qui est curieux avec Star Wars, c’est que les choses se produisent aussi rapidement. On verra bien si les prochains films poursuivent cette descente aux enfers.

2 – L’EpVIII a cristallisé les passions, probablement plus que le VII. En ce qui me concerne, le ver était déjà dans le fruit avec le film d’Abrams, rien ou pas grand-chose ne pouvait transformer cette réalité. Solo pâtît donc de la mauvaise réputation de son ainé, et il est à craindre que le mouvement perdure et touche les prochaines productions. La seule chose qui pourrait sauver Disney à l’heure actuelle, c’est de renverser la vapeur, cesser de faire du clientélisme jusqu’à la caricature, prendre le temps de trouver de bonnes idées et faire davantage confiance aux artistes et à leur capacité de renouveler cet univers avec de nouvelles approches conceptuelles. Il est inutile de prétendre qu’une formule miracle existe pour « retrouver la magie des premiers films ». Ceux-ci appartiennent au passé, le reste consiste à faire du retro-marketing – un truc bien sympa mais qui n’a strictement aucun rapport avec l’œuvre de Lucas.

3 – Il faut noter également pour les passionnés le caractère chaotique de la production, qui cristallise aussi les passions chez les fans depuis le rachat de Lucasfilm. L’epVII a connu pas mal de revirements de situation (euphémisme pour parler du départ de Lucas, puis de Michael Arndt et pour finir, d’une orientation totalement revue et corrigée au profit d’une idéologie réactionnaire). Puis est arrivé Rogue One, qui est moins le film de Gareth Edwards que celui des studios (sans oublier l’influence du script doctor Tony Gilroy). L’EpVIII profitait quant à lui d’une position plus confortable, certainement parce que Rian Johnson avait la bénédiction du studio (on se demande pourquoi tout compte fait, vu la réputation exécrable que le film se paye au finish). Conclusion : les fans suivent de près les méthodes de management de Lucasfilm, et n’apprécient pas que Kathleen Kennedy règne sans partage, alors que Lucas était critiqué pour exactement les mêmes raisons. Si le rachat de Lucasfilm par Walt-Disney devait accoucher d’une méthode plus « collégiale », il semble que ce ne soit pas le cas. Le processus de décision est décidément encore trop vertical, et Kathleen Kennedy n'est pas George Lucas. Elle doit déléguer et cesser l'ingérence pour tout ce qui touche à des considérations créatives, un point c'est tout. Les frères Miller avaient peut-être des idées à faire valoir.

4 – Dans l’état actuel des choses (avec cette obsession de Disney pour le retro-marketing), je pose encore une fois la question : était-il nécessaire et indispensable de faire un film isolé sur le personnage de Solo, dans le seul et unique but de flatter l’égo des puristes avec une photographie terne et extrêmement pauvre censée représenter une certain vision idéalisée de la trilogie classique ? Je continue de penser que non, et je pense que c’est aussi pour cette principale raison que le film n’intéresse pas autant.

Bref, les cadres de chez Disney sont d’ores et déjà sur les dents. Dave Hollis, chef de la distribution chez Disney interrogé par The Hollywood Reporter, s’est récemment exprimé : « Nous avons beaucoup de travail à faire pour essayer de comprendre. Nous sommes dessus et nous passerons beaucoup de temps à creuser pour savoir pourquoi les choses ne sont pas passées comme prévu et n'ont pas fonctionné, il nous reste un an et demi avant la sortie de l'épisode IX. ». S’il fallait expliquer les choses à Monsieur Hollis et le prendre par la main, je lui dirais que ce qui pose un problème, c’est cette obsession pour le réalisme terne et la photographie déprimante, associée à une vision passéiste de l’univers de Star Wars qui est la cause de tout leurs problèmes, que ce soit en termes de réputation de l’image de marque comme des résultats au Box-Office. La concurrence n'a, pour moi, strictement rien à voir dans ces résultats décevants : c'est la manière dont ce film a été envisagé (comme un énième film doudou) qui pose problème.

Les critiques que j’ai eu le loisir de lire ici ou ailleurs ne m’invitent pas à poursuivre l’aventure pour le moment. On se tape quand même depuis 19 ans les réflexions outragées des détracteurs de la prélogie, ce n’est pas pour se contenter aujourd’hui d’un « film sympa mais pas transcendant ». Si c’est tout ce que peut faire Walt-Disney pour réconcilier la fanbase et / ou faire oublier les quelques errements numériques de Lucas sur la prélogie, c’est insuffisant. Pour ne pas dire du foutage de tronche en règle.

Disney peut toujours compter sur la loyauté ultime des fans de Star Wars, mais cette loyauté teintée de naïveté ne durera pas. Si la qualité et le respect du public ne sont pas suffisamment là, il y aura sanction au Box-Office et ce sera normal. Et il est hors de question pour moi d'aller voir le film Solo dans la perspective d'une franchise parallèle : avec une trilogie (voire plus ?) sur le personnage, Disney signerait des aveux, en reconnaissant n'avoir aucune ambition sinon de presser le citron avec des idées lamentables. Je rappelle tout de même qu'un spin-off sur Boba-Fett est dans les starting blocks : les mecs chez Disney n'ont pas pensé une minute qu'il pouvait être plus intéressant de concevoir une trilogie / saga sur les Chasseurs de Primes, en y incluant toutes ces figures iconiques dans un nouveau cadre narratif permettant d'enrichir le background de la saga Lucas.

*Disney sur le flop de Solo : « On a beaucoup de travail » >> http://fr.ign.com/star-wars-han-solo/37 ? de-travail
*Solo : A Star Wars Story - les boss de Disney blâment Deadpool 2 et Avengers 3 pour son score au Box-office >> https://www.ecranlarge.com/films/news/1 ? box-office
*Solo a Star Wars Story « Il n’y a qu’un Solo, c’est Harrison Ford » >> https://www.20minutes.fr/arts-stars/cin ? rison-ford
*Solo a Star Wars Story : Pourquoi certains y vont et d’autres pas ? >> https://www.20minutes.fr/arts-stars/cin ? ont-autres

Dernière modification par Prelogic (31-05-2018 20:03:47)


Sans_titre_3.png
« En général, je ne réfléchis pas en termes d’hommage. Quand tu démarres un projet, tu essayes d’imaginer quelque chose de différent, tu ne tentes pas de reproduire le passé » - Phil Tippett.
« La contre-culture ne viendra pas d’une institution d’État, ni d’une major hollywoodienne. Elle n'appartient à personne. » - Rafik Djoumi.

Hors ligne

#87 30-05-2018 18:53:01

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Solo: A Star Wars Story

Synock a écrit :

Fin ouverte pour faire une suite je pense.

L'acteur qui fait Han a déjà signé pour d'autres films. Avec le nom de Boba Fett qui tourne, on semble parti pour une saga chasseurs de primes avec peut-être Han comme personnage récurant.
On pourrait même revoir Greedo !

Hors ligne

#88 01-06-2018 20:09:41

matou
modérateur

Re : Solo: A Star Wars Story

Je manque de temps.
Mais Prelogic, je vais faire un complément à ce que tu dis.
Tu analyses bien le résultat mais je vais donner mon explication de la logique derrière et donc aussi de l’échec.

Hors ligne

#89 05-06-2018 15:04:17

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Solo: A Star Wars Story


Solo A Star Wars Story

Avis de Buckaroo

Tout pour plaire & perdu d'avance

Film maudit par excellence . Budget pharaonique ( c'est le plus cher des SW donc  le moins rentable CQFD) , tête d'affiche anonyme à 100 milles lieues du charisme d' Harrison Ford, réalisateurs surestimés virés aprés 3 mois de tournage & des reshoots en pagaille , Ron "Willow"Howard qui rattrape la balle au vol....
N'en jetez pas plus , la coupe est pleine.

Assez étrangement,  l'enfantement turbulent  de ce film ressemble à s'y méprendre à son (anti) héros : sorte de perdant magnifique sur lequel on ne miserai pas un kopec, mais qui  finit toujours par retomber (presque)  sur ses pattes .. En somme un parfait « half-witted... scruffy-looking... Nerf-herder! » pour ne citer que la divine Leia.
Finalement Solo est bien un film de ( petite ) canaille & que pour ainsi dire ,  les canailles manquaient cruellement à Star Wars depuis la trilogie.

C'est donc tout ce  que j'attendais d'un film sur Han & que j'ai eut comptant  . Pas plus , pas moins. Un bon petit spectacle old school  bien rythmé,  sans prétentions qui vous en donne pour votre argent.
Pas un jeu vidéo à la Rogue One qui ne s'adresse qu'à une frange de son public.
Non , mais à  un vrai Star Wars qui s'adresse à tout son public. Un spectacle familial pour petits & grands ( enfants). Du vrai cinoche bien charpenté entre action , humour & personnages, avec de grand ( mais hélas trop rare ) moments de magie.
Un film de bandits , de pirates à l'ancienne , teinté de western ( qu'on aurait aimé plus Leonesque vu la nature ambivalente des personnages ) .

Donc Solo malgré son enfance tumultueuse est très loin être une catastrophe industriel & artistique comme le  fut  Justice League. Ron  Howard s'en tirant plus qu'honorablement , à défaut de hisser l'ensemble vers de plus grand sommet. Car il est clair  qu'avec Han Solo, on pouvait aller beaucoup  plus loin.
Vu la conception houleuse du film, On ne peut pas lui  en vouloir pour un résultat que je juge trés honorable dans le contexte actuelle . Juste saluer son sens du spectacle, son honnêteté vis à vis du matériel & de ne pas avoir saloper les scènes tant attendues sur Han & sa  clique.

Solo, on le sent c'est d'abord les figures incontournables  de  la postologie établis par JJ Abrams qui s'impose.. Perso, je ne boude pas ce style  comme  mon plaisir de revoir par exemple, une cantina et tout son bestiaire fantastique plus vrai que nature & non une bouillie de CGI . On ne me cachera pas plus aussi que le fond du film vient piocher dans celui du dernier volet , Last Jedi : L'argent , le nerf de la guerre, les pauvres morflent , les riches s'enrichissent.
Les Star Wars Story bien que se situant loin de la postologie en garde finalement  la forme et le fond, sans se créer une identité propre..

En dehors de ça, le script des Kasdan père et fils  qui se focalise sur la jeunesse Han Solo , lui rend justice & nous ouvre un peu plus  son univers en marge. Cela sans trop abuser  des clins d’œil , livrant sans surprises les figures qu'on attendait  de voir sur grand écran & que Ron Howard exécute avec brio.
Comme le Raid de Kessel Ring en 20 parsecs . Grand moment d'anthologie ou s'invite même une créature Lovecraftienne & qui enterre les doigts dans le nez les 2 heures de shoot them up tout péteux de Rogue One.
Ajoutons aussi l'attaque du train qui fleure bon la piraterie, le western  & le film de groupe..  On est loin de la Horde sauvage certes, mais les personnages restent attachants et motivés ( par l'argent ) .. Mention spéciale à Chewie , Woody Harelson  & surtout Donald " Childish Gambino " Glover qui a tout compris du charme & de la gouaille de Lando Carlissan ..
C'est la révélation du film.

Est ce qu'on peut en dire autant Alden Ehrenreich ? Hélas non.. Il ne parvient que par moment à se hisser au niveau d'Harrison Ford, ne trouvant que partiellement le  ton du personnage.. Une interprétation un peu trop lisse à mon goût, mais loin d'être catastrophique.. Il ne m'a jamais fait sortir du film.Elle est correct , mais n'explose pas les plafonds.
En gros , ce n'est pas une erreur de casting, juste qu'on n'a pas cherché plus loin. On dira ce qu'on veut de JJ Abrams , mais sons sens du casting est tout simplement irréprochable.
Dommage qu'il ne soit producteur des SWS ..

Autre déception , c'est Emilia Clarke.. Le personnage est très bon en soi , mais son visage poupin & encore une fois une interprétation bien  trop lisse ne rend pas tribut à l'ambivalence de Qira.. Han est un beau salaud évoluant dans un univers de beau salaud  ,   pourquoi Qira ne pourrait pas être une belle salope ? .. #Me too  , #time up  s'est invité dans les réunions  ? lol

Malgré ses défauts de casting & le fait de ne pas aller vraiment au fond des choses  , j'ai passé 2 heures vraiment très agréable, du Star Wars comme je l'aime pour tous et pour toutes.. Cool donc ,  Jusqu'au quart heure final qui m'a fait l'effet d'un vieux pétard foireux.. Ou sans coup férir, j'assistais par  un  caméo tout pourrave à la Marvelisation de Star Wars.. Le twist le plus con de la galaxie dans la galaxie lointaine , très lointaine.. : Voilà t'il pas que Darth Maul viens jouer les Thanos du pauvre  ! Son retour était dèjà très con dans la série Clone Wars et Rebels apparemment , Là à ce moment de la chronologie , son retour atteint des sommets de stupidités même recalées chez DC..

Il est clair qu'à travers cet effet télévisuel ( ou de fan film pour être méchant) , les SW story ne sont plus des films indépendants qui se suffisent à eux même , mais bien une série de films qui annonce le prochain.. En gros la politique des films Marvel.

Lucasfilm perd la main au profit de Disney.. En installant un nouvel univers au sein de Star Wars & faisant de Darth Maul sa nouvelle " menace fantôme " ( mort de rire !) Disney installe au nez et la barbe de tous , ici sa succursale Marvel ..Donc la politique commerciale tiens à  cibler un nouveau coeur de cible , ceux qui ont grandit avec la prélogie : Prelogiste et Clonistes ( copyright Buckaroo wink ).

Pas étonnant que le prochain SWS soit Kenobi , que Boba Fett soit en embuscade , pas loin d'un probable Vador, A Star Wars Story & que tout ce beau monde sera réunis dans un smash up à la Avengers. Les prelogiste cloniste seront surement à la fête.. Eux , qui bashaient les trilogistes sur leur nostalgie passeront du côté obscur ( de la nostalgie) à leur tour ..  Que ces futurs "vieux cons " en profitent, parce que juste derrière se tiennent les" petits cons" qui vont grandir avec la postologie.. Les fans de Star Wars sont décidément des Siths qui s'ignorent. lol

Bon ma vision pessimiste de l'avenir de la franchise sera sans doute contredite par l'échec commercial relatif de Solo. Là, je profite de l'instant présent..Mise à part le dernier quart d'heure Marvelisant.. Je ne boude pas mon plaisir , pas plus l'idée d'un second volet avec cette fois ci une enfance  beaucoup moins turbulente...

Note : 7/10

Top  Star Wars Buckaroo

1. The Empire Strike Back
2. A New Hope
3. Revenge Of The Siths
4. The Last Jedi
5. The Force Awakens
6. Return Of The Jedi
7. Attack Of The Clones
8. Solo
9. The Phantom Menace
10. Rogue One  ( à revoir une seconde fois en VO cette fois )


TrekCoreSig_Picard.jpg

En ligne

#90 05-06-2018 16:19:51

Prelogic
Legaliste

Re : Solo: A Star Wars Story

Magnifique exercice de style de Buckaroo qui tente désespérément (mais pas trop) de faire de Solo autre chose qu’un énième film doudou destiné à toute une frange réac’ de la population de fans neutral Manifestement, non, ce film ne rassemble pas les générations, au-delà des fanatiques et des puristes qui « n’aiment pas la bouillie CGI ». C’est vrai que de ce côté-là, on peut dormir tranquille. Le mot d’ordre chez Disney est apparemment de filmer progressivement dans le noir – Pardon, je voulais parler d’une photographie réaliste bien sûr ! Une réflexion tellement moderne, innovante et élitiste que le résultat ramasse les foules !

D’un côté, tu prétends que ce film est destiné à toute la famille, mais de l’autre, tu fais la promotion d’une stratégie « old-school » pour mieux alimenter ta propre rhétorique « anti tout-numérique » - tout en nous expliquant que les intentions commerciales derrières le film seraient avant tout destinées aux enfants des années 90 / 2000. Il y a de quoi se sentir insulté par cette vision des choses assez caricaturale. On peut aimer la prélogie et trouver véritablement absurde le retour de Maul de cette manière, décidée manifestement au pifomètre par Ron Howard. On peut être amateur de Marvel et ne pas vouloir que la stratégie du MCU soit adaptée aux forceps sur une franchise qui ne dispose pas de la même nature fondamentale. Auparavant, il y avait l’espace vital de Lucas constitué par les films de la saga et le reste de l’Univers Etendu qui était une joyeuse poubelle. Dorénavant, le formatage de l’univers de Star Wars envisage tout sous l’angle du jetable, ou presque – un film vient en chasser un autre dans les esprits. Est-ce vraiment cela que nous voulons ?

J’aurais plutôt tendance à dire que le public visé par cette stratégie serait les puristes : en appliquant à l’infini le modèle du MCU en mode vintage, Disney s’assure pour encore de nombreuses années la loyauté indéfectible de cette frange de la population des fans de Star Wars qui veulent manger leur produit calibré old-school jusqu’à la mort. La preuve : tu trépignes déjà à l’idée d’un deuxième film. A ce rythme, pourquoi ne pas réclamer un petit remake photo-réaliste old-school retro-réac' de la trilogie classique ? Un vrai régal en perspective... Remarquez, on y a déjà droit avec la postologie, qui est un pot-pourri un peu honteux nonono

Il faudrait savoir : Solo ne peut pas s’appuyer correctement sur ses deux jambes s’il refuse systématiquement de trancher pour l’une ou l’autre stratégie. Et c’est précisément à mon sens l’écueil de la vision de Disney d'une manière générale : essayer de ménager la chèvre et le chou, flatter l’égo des puristes tout en se constituant progressivement une nouvelle base servile, prête à consommer du Parc d’attractions. Et pendant ce temps, dans cet exercice de style un peu navrant, une génération a été oubliée : celle des enfants nés dans les années 80, qui ont grandi dans les années 90 / 2000 et qui étaient assez grands pour accueillir la prélogie avec des yeux neufs. Soit on décide de prendre en compte tout le monde, soit personne mais on ne peut pas faire comme si la prélogie n'avait jamais existé, pour des raisons démagogiques.

Le seul génie de Walt-Disney réside pour l’instant dans une brillante démonstration de non-créativité, qui devient littéralement un argument politique pour évoquer l’univers de Star Wars- à tel point qu’on ne peut plus rien envisager en dehors d’une certaine idée fantasmée de la trilogie classique.

Je crois vraiment qu’il va falloir accepter l’idée que cette lutte idéologique est complètement datée, et ne correspond plus du tout à la réalité de l’audience qui se fiche, au fond, complètement de ces polémiques vieux films / nouveaux films. George Lucas l’avait compris, pour le meilleur et pour le pire, lorsqu’il décidait de revenir sur la remasterisation des vieux films.

Ce que le public de 7 à 77 ans veut voir, c’est une bonne histoire, pas un traité de paix au Moyen-Orient. Le public ne veut pas d’un film « cahier des charges », qui ne mettra de toute façon personne d’accord – la prélogie tend à le démontrer. Le public ne veut pas d’un « petit film sympa sans prétentions », il veut au contraire voyager aux confins d’une galaxie lointaine, et en explorer toutes les potentialités - quel que soit le média employé par ailleurs, j'avais déjà proposé une série TV dans le style du Jeune Indiana Jones pour évoquer ces personnages secondaires attachants.

Il faut cesser de tourner autour de la trilogie classique et cesser d’alimenter des polémiques stériles qui ne font qu’aggraver des tensions préexistantes. Avec ces produits calibrés prétextes à dérouler du câble trilogiste, Disney cherche à gagner du temps avant le grand plongeon dans l’inconnu. Il faudra pourtant bien en passer par là, et accepter que la galaxie de Star Wars ne se limite pas aux évènements de la trilogie classique.

Il faut oser. Il faut risquer. Il faut faire confiance aux artistes. Et surtout, il faut penser avant des impératifs à court terme à la réputation de l’image de marque de la franchise. Si la compagnie Disney continue à faire de la publicité vintage, elle prend le risque à terme de trainer un poids mort derrière elle. Que Solo soit un « gentil petit film sympathique old-school » ne changera rien à l’affaire.

Dernière modification par Prelogic (05-06-2018 17:25:57)


Sans_titre_3.png
« En général, je ne réfléchis pas en termes d’hommage. Quand tu démarres un projet, tu essayes d’imaginer quelque chose de différent, tu ne tentes pas de reproduire le passé » - Phil Tippett.
« La contre-culture ne viendra pas d’une institution d’État, ni d’une major hollywoodienne. Elle n'appartient à personne. » - Rafik Djoumi.

Hors ligne

#91 06-06-2018 16:47:34

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : Solo: A Star Wars Story

Salut Prelogic. smile

Je vais être honnête avec toi : Je suis un fan de Star Wars . J'en ai pas honte même à 45 ans .. Je suis fan du Star Wars cinématographique : Prelogie, trilogie , postologie .. & je t'avoue un net penchant pour la trilogie, comme pour 007 , j'en ai pour la période Sean Connery par exemple, je reste tout de même un bondophile .  j'adore aussi la prelogie et la postologie. chacun a ses défauts et ses qualités.. La prelogie est une histoire particulière, car au départ je n'ai pas aimé ( et surtout compris ) le partis pris de George Lucas..
Maintenant que j'ai pigé sa vision , cette histoire tumultueuse avec la prelogie est derrière moi.

Par contre j'avoue toujours  avoir un dédain poli pour tout les produits dérivés Star Wars  : séries TV , dessins animés , comics, jeux vidéo ect..
J'ai lut quelque comics Marvel  , j'ai joué à Battlefront , vu  les téléfilms Ewoks (  enfin je crois lol )..  Seul les Clones Wars de Genddy Tartakosky trouve grâce à mes yeux , parce que Genddy Tartakovsky quoi.. Ah et aussi l'épisode des Muppets avec Luke Skywaker !
Sinon le reste , je ne le prend pas pour argent comptant.. Seul compte le SW cinématographique.. Je respecte évidemment ceux qui aiment ce type de dérivés et les intègre à leur visions d'ensemble. Je comprend à défaut d'y adhérer. Donc la discussion est possible. Je ne chercherai pas à te convaincre que ma vision est bien meilleur.

Pour l'instant dans mon esprit, les SW Story sont sur la selette. Je ne sais pas si je dois les prendre pour des œuvres cinématographique ou des  produits dérivés.. hmm

D’un côté, tu prétends que ce film est destiné à toute la famille, mais de l’autre, tu fais la promotion d’une stratégie « old-school » pour mieux alimenter ta propre rhétorique « anti tout-numérique »

Attention , c'est le style de Ron Howard qui est "old school " ... Regarde Apollo 13, Backdratf , Rush, In The Heart Of Ocean..Willow Même !
George Lucas avait lui aussi une mise en scène old school.. Ce visuel n'est il pas inscrit dans l' ADN de Star Wars ?

Je ne suis pas bêtement " anti tout numérique " .. Regarde ma scène favorite de Solo est le raid de Kessel Ring , sois un festival de CGI .. J'ai toujours le souffle coupé par le plan d'ouverture de l'Episode III ..
Donc en parlant de "bouillie numérique " , je ne vise pas la prelogie , mais le cinoche actuel: Marvel , DC , Transformers , Fast N'Furious ..Des produits qui ne mise que  sur leur effets numérique soporifique à force d'être répétitif , à faire le kéké sans paire de baloches, à nous donner la nausée à force de tournoyer dans le vide .

J’aurais plutôt tendance à dire que le public visé par cette stratégie serait les puristes : en appliquant à l’infini le modèle du MCU en mode vintage, Disney s’assure pour encore de nombreuses années la loyauté indéfectible de cette frange de la population des fans de Star Wars qui veulent manger leur produit calibré old-school jusqu’à la mort.

Disney le sait:
C'est hélas une frange de fans vieillissantes , déjà plus que comblés & qui sait que la fin est proche.. Si elle n'est déjà pas arrivé avec The Last Jedi & la mort de Carrie Fisher.. L' episode IX ne sera qu'un épilogue pour beaucoup d'entre nous.. sad

Il est temps de passer le relais aux prelogistes , voir Star Wars à travers leur yeux , c'est à eux de pérenniser la chose.  Il est temps de faire la paix des braves.

Il faudrait savoir : Solo ne peut pas s’appuyer correctement sur ses deux jambes s’il refuse systématiquement de trancher pour l’une ou l’autre stratégie. Et c’est précisément à mon sens l’écueil de la vision de Disney d'une manière générale : essayer de ménager la chèvre et le chou, flatter l’égo des puristes tout en se constituant progressivement une nouvelle base servile, prête à consommer du Parc d’attractions.

Les Parcs d'attractions , les marathon Star Wars  entre potes , c'était quand j'avais 20 ans de moins lol .. I'm Too Old For This Shit .. lol .. Je te l'ai dit , on vieillit & on se rend compte qu'il n'y a pas que Star Wars dans la vie.. Ce type de consommation , c'est pour les 20 /30 / 35  ans d'aujourd'hui .. Justement ceux qui ont grandit avec la prelogie et les Clones Wars..
On ne peux pas en vouloir à Disney de viser ce coeur de cible.. Comme je ne peux pas en vouloir à ce coeur de cible.. J'ai été comme eux .. A leur tour de vivre ça.. A leur façon wink

Je parle à titre perso, mais je ne ressens pas la postologie comme une envie de reprendre du SW pour 15 ans , elle me fait plutôt l'effet de faire mes  adieux en bon et us formes à une chose magique qui a bercé mon enfance ( et  plus qu'au delà wink ).
Les SW Story ? A bien y réfléchir comme ça , je les vois comme une tentative de concilier Trilogie & Prelogie.. Solo ? Ca ne m'a pas tant que ça ramener à la trilogie.
Bizzarement , ça m'a fait penser au jeu Shadow Of The Empire sur la N64 oldy ... Je n'ai pas encore lut les avis des autres pour ne pas être influencer.. Mais je suis quasi sûr d'y retrouver des relents de Clone Wars. Je me trompe ?

une génération a été oubliée : celle des enfants nés dans les années 80, qui ont grandi dans les années 90 / 2000 et qui étaient assez grands pour accueillir la prélogie avec des yeux neufs.


La fameuse génération perdue ! lol ... Pas si perdue que ça puisse que l'occasion des 20 ans de  SW en 1997 , Lucas avait sortit les fameuses et controversées Edition Speciale en salles.
& voir ce Star Wars en salles , ça n'a pas de prix .. Ce fut d'ailleurs un vrai succès commerciale.. Donc cette génération a sans doute commencer avec la trilogie Edition Speciale .
J'ai un peu falsifiés aussi la vision des enfants des années 2000, en leur faisant toujours découvrir la trilogie avant la prélogie.. devil
Bon c'était la guerre à l'époque , tout les coups étaient permis... Mais la guerre  que tu évoques dans ton post  est sur le point de finir.

Ce que le public de 7 à 77 ans veut voir, c’est une bonne histoire, pas un traité de paix au Moyen-Orient. Le public ne veut pas d’un film « cahier des charges », qui ne mettra de toute façon personne d’accord – la prélogie tend à le démontrer. Le public ne veut pas d’un « petit film sympa sans prétentions », il veut au contraire voyager aux confins d’une galaxie lointaine, et en explorer toutes les potentialités

Je suis entièrement d'accord avec toi.. Mais à un moment donné Star Wars doit rester Star Wars par ses figures imposés justement .
Je vais voir Star Wars , c'est certes pour voyager aux confins de la galaxie.. Mais c'est aussi pour voir des sabres lasers , des robots , des monstres et merveilles , retrouver des codes familiers.. Un vaste Empire contre une minuscule résistance , la Force ect.. Des trucs que je ne vois que dans Star Wars et pas ailleurs, non pas par nostalgie , mais ,parce que cela fait l'identité et la singuliarité d'un Star Wars .. Ce qui le démarque d'un Star Trek ou d"un Flash Gordon..

Star Wars
? George Lucas a déjà tout dit & tout fait..
Je met quiconque au défi de créer un vaisseau plus iconique et inoubliable que le Millénium Falcon..Impossible tout au plus, il ne sera qu'un erzsat du Falcon .

Par ailleurs  Star Wars n'a plus de secret pour moi.. Pas plus que Star Trek ou James Bond par exemple ..
Je me serai bien passer de Solo pour un film sur Cobra par exemple.. Je suis plus excité à découvrir Avatar 2 et exploré Pandora , parce que là , demain est la nouvelle aventure , le nouveau voyage.. Pas dans un Star Wars .. Attention j'adore Star Wars , non plus pour ses mystères ( qui n'en sont plus ) , mais pour ce qu'il est & ne sera jamais autre chose que du SW ..

Le renouveau d'un SW passe certes par une bonne histoire , mais aussi par des personnages.. J'aime Rey , parce que ce n'est pas Luke, Leia ou Han , c'est justement un mystère, un direction inconnue, jamais vu dans un personnage SW ... idem pour Kylo , ce n'est pas Anakin , Vador , c'est une tout autre personnalité au voyage intérieur très puissant & différent..
Le reste que l'on pourrait nommer fond est immuable , codes et figures imposées.. Sans cela , ce n'est pas du Star Wars..


TrekCoreSig_Picard.jpg

En ligne

#92 09-06-2018 00:28:16

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Solo: A Star Wars Story

Buckaroo a écrit :

Je suis fan du Star Wars cinématographique

Je suis aussi comme ça et j'ai constaté que ce n'est pas forcement quelque chose de facilement concevable.
Pour certains, Star Wars c'est avant tout un univers. Par exemple on m'a dit qu'il fallait tenir compte des livres de règles des JDR Star Wars pour juger de manière satisfaisante Les Derniers Jedi.

L'univers est important, bien entendu, mais l'objet film l'est aussi. Pour moi un bon film ce n'est pas forcement un bon développement d'univers, ce n'est pas directement lié.
Mais voir les choses comme ça, ce n'est pas une façon de dire que l'univers est sans intérêt, c'est juste que pour certains Star Wars est seulement des films comme il y en a des centaines.

Hors ligne

#93 09-06-2018 10:18:29

Pandisha
membre

Re : Solo: A Star Wars Story

Encore une fois tu transformes les propos qui t'ont été tenu....
Ou tu fais exprès de ne pas comprendre, j'hésite.

Le propos était que Lucas a construit son univers d'une certaine manière et selon certaines "règles".
Les jeux de rôles qui ont pu être produit par la suite en ont tenu compte pour le fonctionnement des pouvoir Jedis en cherchant à expliquer d'une manière "logique" le fonctionnement des pouvoirs. Et tout nouveau pouvoir développé se faisait en accord avec ce cadre défini avant, en faisant plus une extension de l'existant que des nouveauté "totalement déconnecté" et en "contradiction" avec l'univers.

La postlogie au travers de ses nouveaux pouvoirs fit des pouvoirs Jedis de simple super pouvoir, quitte à tordre ce qui a pu être défini auparavant dans l'univers.

C'est loin de ce que tu prétends avoir eu droit comme message.

Hors ligne

#94 09-06-2018 11:32:57

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Solo: A Star Wars Story

Pandisha a écrit :

Le propos était que Lucas a construit son univers d'une certaine manière et selon certaines "règles".

Donc il faut tenir compte de ses règles pour juger le film, sinon tu n'as pas tous les éléments pour le faire comme il faut par rapport à l’univers.
Et les livres de JDR sont juste une façon de personnifier les règles définies pas Lucas, un exemple parlant de par sa vocation à justement établir des limites. C'est pour ça qu'ils ont été mentionné. La Force n'est pas un concept abstrait.

Non ?

Hors ligne

#95 09-06-2018 13:48:40

matou
modérateur

Re : Solo: A Star Wars Story

Pour préciser, il n’y a pas besoin d’aller autant derrière les coulisses, pour apprécier ou pas un film.
Cependant ce qu’inconsciemment le public peut percevoir, cela sera la cohérence interne.
Et cette perception  jouera sur l’appréciation du film pour le public.
Certains ne s’y arrêteront pas mais d’autres oui. Et ce de manière consciente ou inconsciente.

Un changement structurel est toujours possible mais il faut alors une explication un Universe.
Or les nouveaux pouvoirs montrés sont soit là pour le « fun » (d’après les scénaristes), soit là pour l’artifice.
Pas pour faire sens avec l’histoire.

Ce choix a des conséquences que ceux qui ont fait les films n’ont pas appréhendés.
Et qui fait ressortir des sensibilités.
En quatre films, les SW de Disney n’ont plus cette sensibilité métaphysique d’avant. Dans Rogue One, elle a perdu son lien avec l’harmonie universelle.
Juste des pouvoirs.

On peut aimer les films sans s’arrêter à cela. Tant mieux même.
Mais SW est un univers avant d’être une histoire. On peut aimer l’univers sans aimer l’histoire.
Et pour apprécier un univers, pour ceux qui y sont sensible, il faut aller voir les structures.
Lucas en avait construite des solides.
La Postlogie n’a rien fait là dessus.

Hors ligne

#96 09-06-2018 23:49:12

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Solo: A Star Wars Story

matou a écrit :

Mais SW est un univers avant d’être une histoire. On peut aimer l’univers sans aimer l’histoire.

Pour moi c'est clairement plus une histoire et surtout des personnages qu'un univers.
Il faut que l'univers soit un minimum cohérant pour que l'histoire soit crédible, mais il faut surtout que l'univers soit au service de l'histoire et pas l'inverse.
C'est ce que je recherche avant tout dans un film, c'est pour que je trouve le terme Star Wars cinématographique assez représentatif de ma façon de voir les choses avec la licence.

Hors ligne

#97 10-06-2018 14:04:36

Pandisha
membre

Re : Solo: A Star Wars Story

C'est une erreur de penser comme ça. Si Star Wars est Star Wars, c'est principalement en raison de son univers.
Si c'était comme tu le dis plus une histoire ou des personnages, n'importe quel univers quel qu'il soit ferait l'affaire. De fait les histoires contés dans Star Wars ne sont pas fondamentalement novatrice. La lutte du bien contre le mal, la résistance face à l'opression, la tentation d'un plus grand pouvoir/puissance etc... Autant d'éléments que l'on peut retrouver dans de nombreux films qui ne s'appellent pas pour autant "Star Wars".

Sans l'univers, et sans le discours de fond, Star Wars n'est qu'un blockbuster d'entertainment comme un autre. L'univers doit être au service de l'histoire, c'est un fait, mais créer un nouveau pouvoir Jedi juste pour le fun, ce n'est pas mettre l'univers au service de l'histoire, c'est plier l'univers au service de l'entertainment et uniquement de l'entertainment.
Ca offre un résultat certains, en effet, mais ni profondeur, ni évennement et certainement pas une réelle ambition autre que purement commerciale.

Star Wars n'est pas qu'une affaire de sabre laser et de vaisseau spatiaux. Croire que c'est la seule raison du succès de cette franchise c'est se fourrer le doigt dans l'oeil.

Hors ligne

#98 10-06-2018 15:34:39

Pok
membre

Re : Solo: A Star Wars Story

Là je ne vous suis pas du tout.

Bien sur que Star Wars c'est une histoire, celle des Skywalkers et de leur influence sur la galaxie, je ne vous apprends rien. Histoire qui prend corps dans un univers riche et "cohérent", certes. Mais c'est avant tout une histoire, comme tout bon film d'ailleurs! Ce qui fait peut-être qu'à mes yeux la postlogie m'apparait comme une suite de mauvais films.

Après on peut toujours s'amuser à spinoffer à tout va dans l'univers Star Wars pour y découvrir la vie quotidienne sur Tatooine, les cinq plats préférés de Jabba, ou les horaires de bus de Coruscant, si ce n'est pas pour nous raconter quelque chose je ne vois vraiment pas l'intérêt. Sauf pour un MJ de jeu de rôle éventuellement.

Dernière modification par Pok (10-06-2018 15:41:11)


♫ space maybe the final frontier but it's made in a Hollywood basement ♫

Hors ligne

#99 10-06-2018 15:57:37

McRaktajino
Dernier Jedi

Re : Solo: A Star Wars Story

Pandisha >> J'ai rien contre cette façon de voir les choses, tout le monde trouve son compte à sa manière, mais pour moi tu peux avoir l'univers le plus développé au monde, si tu n'as de bons personnages pour y vivre des aventures, il aura peu d'intérêt. C'est le problème de la Prélogie à mes yeux.

Après tu dis : "à ce moment si on s'en fiche de l'univers, on peut raconter les aventures dans n'importe lequel". Quand même pas, l'univers est important c'est juste qu'il ne peut pas faire la qualité du film à lui tout seul. Mais j'aime beaucoup l'univers Star Wars.

Il n'est pas question de dire : si on a de bons personnages on n'a pas besoin d'un bon univers. C'est une histoire de priorité. Pour moi dans Star Wars elles sont les personnages et l'histoire. L'univers contribue à rendre le tout très chouette.
De plus l'important pour moi n'est pas que ça soit novateur, mais que ça soit bien écrit.

Dernière modification par McRaktajino (10-06-2018 16:00:54)

Hors ligne

#100 10-06-2018 18:01:00

matou
modérateur

Re : Solo: A Star Wars Story

Toute histoire a besoin de personnages pour la porter. Mais pas que.
Cependant dans Star Wars, ce qui prenait le plus de temps et d’ argent à Lucas, c’était de créer un univers.

Enfin dans Star Wars, un élément central reste la Force. Elle participe à donner un petit quelque chose en plus, que l’on ne peut résumer à juste le destin et des pouvoirs.
Moi ce que je vois c’est que la Postlogie maltraite cet élément.

Star Wars, une histoire intéressante qui dépasse les personnages mais pas toujours bien contée.
Des personnages bien caractérisés mais pas toujours bien approfondis.
Un univers riche, qui porte l’Histoire et va même au delà, mais parfois Kitsh.

Le tout est supérieur à la somme des parties tant on arrive à passer outre les défauts.
Mais niveau créatif, SW c’était de l’ambition.

Solo n’est pas, dans son histoire, son thème, ses personnages et l’univers qu’il montre, ambitieux.

C’est une des raisons de son échec.

Hors ligne

Pied de page des forums