#1 11-11-2017 05:08:24

yrad
admin

The Orville 01x10 Firestorm

The Orville 01x10 Firestorm

Crédits officiels :
- Histoire et dialogues :
- Réalisation : Jon Cassar

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 0 [0%])

    0%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 0 [0%])

    0%

  3. 8 (excellent)(voix 2 [100%])

    100%

  4. 7 (bon)(voix 0 [0%])

    0%

  5. 6 (correct)(voix 0 [0%])

    0%

  6. 5 (passable)(voix 0 [0%])

    0%

  7. 4 (insuffisant)(voix 0 [0%])

    0%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 0 [0%])

    0%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 2

Les invités ne peuvent voter


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#2 Hier 15:04:33

scorpius
Nowhere Man

Re : The Orville 01x10 Firestorm

Hey bien, c'était excellent !

Intéressant de s'attarder sur le personnage d'Alara et plus particulièrement sur sa condition, à savoir sa supériorité physique par rapport à ses camarades. Jusque ici ce fut avant tout exploité dans un cadre plus ou moins comique, mais là l'épisode explore l'impact qu'un traumatisme psychologique peut avoir chez une personne qui profite d'un tel avantage. Le traitement était très juste, bien plus que ce que DIscovery a pu faire avec Saru (désolé pour la comparaison, mais je trouve le parallèle intéressant). D'autant que ça s'inscrit dans un dérivé du classique "holodeck en folie" là aussi très intéressant, qui ne donne pas du tout l'impression d'avoir affaire à un remake. Il y a une drole de légitimité qui se dégage de l'épisode. Faut dire qu'il est particulièrement bien emballé. Tendu, stressant et rythmé comme un épisode de "24" (le réalisateur n'y est sans doute pas pour rien). On a même droit à quelques (petits) frissons horrifiques bien sympatiques, accompagnés d'excellents SFX (là aussi, désolé pour la comparaison mais à coté, Discovery sur la forme fait de la peine).

L'épisode parfait pour se convaincre (si c'était encore nécessaire) que The Orville n'est définitivement pas une parodie de Star trek, mais bien un étrange spin-off officieux et qui ne cesse de s'améliorer.

Dernière modification par scorpius (Hier 15:06:13)


ITb9ZyM.gif

Hors ligne

Pied de page des forums